Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

II. La fabrique des Gaulois, entre discours scientifiques et choix scolaires

Chapitre IV

Le savoir historique et les Petits Lavisse

Texte intégral

1À partir de l’ambitieuse Histoire des Gaulois d’Amédée Thierry (1828), on assiste à l’élaboration d’un discours historique et scientifique plus exigeant et plus documenté sur les Gaulois. Ainsi, lorsque paraissent les premiers manuels d’Ernest Lavisse en 1876, le processus de développement d’une archéologie gauloise a déjà plusieurs décennies derrière elle, d’autant qu’elle a été largement stimulée par les initiatives personnelles de Napoléon III durant le Second Empire. On voit ainsi se multiplier des comptes rendus de fouilles, des synthèses, des ouvrages de vulgarisation qui rendent accessible ce nouveau savoir qui semble apporter des éléments au débat sur la nation. L’art et la littérature y contribuent. Entrés dans les programmes scolaires de la Troisième République, les Gaulois deviennent une figure majeure, la première que les élèves rencontrent dans la longue épopée qui va les mener des origines à l’époque contemporaine. Désormais, du point de vue de l’histoire des savoirs, il faut observer la façon dont les découvertes scientifiques contribuent au discours scolaire. L’exemple des descriptions lavissiennes du guerrier gaulois est à ce titre significatif d’une certaine volonté d’exactitude historique.

L’émergence d’un discours scientifique

  • 1 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission d (...)
  • 2 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand dictionna (...)
  • 3 C. Reynaud Paligot, De l’identité nationale : science, race et politique en Europe et aux États-Un (...)
  • 4 L. Olivier, « Du musée des Antiquités nationales au musée d’Archéologie nationale », dans J.-P. De (...)
  • 5 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, 2 vol., 1865-1866. Parmi les collaborat (...)
  • 6 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise : mémoires et documents relatifs aux premiers temps (...)
  • 7 Mémoire de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, années (...)
  • 8 Revue des sociétés savantes de la France et de l’étranger, publiée sous les auspices du ministère (...)
  • 9 Ibid., p. 31.
  • 10 Ibid., p. 320.
  • 11 Ibid., p. 37.
  • 12 Ibid., p. 93.
  • 13 Ibid., p. 174.
  • 14 Ibid., p. 190.
  • 15 Ibid., p. 316.
  • 16 Ibid., p. 322.
  • 17 Ibid., p. 329.
  • 18 Ibid., p. 401.
  • 19 Ibid., p. 417.
  • 20 É. Fourdrignier, « Double sépulture gauloise de la Gorge-Meillet, territoire de Somme-Tourbe (Marn (...)
  • 21 Il était notamment membre de la Société d’anthropologie de Paris, de la Société des antiquaires de (...)
  • 22 H. Du Cleuziou, L’art national : étude sur l’histoire de l’art en France. Les origines, la Gaule, (...)

2Durant une grande partie du xixe siècle, le savoir sur l’histoire des Gaulois vient de l’ouvrage fondateur d’Amédée Thierry, l’Histoire des Gaulois1. Pourtant, ce livre n’a guère de fondements archéologiques, tant les fouilles sont encore rares et peu rigoureuses, et nombre de ses conclusions sur le caractère supposé des Gaulois sont plus idéologiques que scientifiquement fondées. La vision des Gaulois que livre Amédée Thierry fait encore souvent autorité en ce dernier tiers du xixe siècle parmi les historiens peu versés dans l’archéologie. Pierre Larousse estime en 1872 que « l’on peut regarder aujourd’hui l’Histoire des Gaulois comme un monument classique faisant autorité, à peu d’exceptions près, dans les matières si délicates des origines de la nation gauloise »2. Ernest Lavisse puise aussi dans cet ouvrage l’essentiel de sa perception des Gaulois. Pourtant, lorsque les Petits Lavisse paraissent en 1876, Amédée Thierry est mort depuis trois ans, mais surtout son Histoire des Gaulois date d’un demi-siècle et de nombreuses affirmations ne résistent pas au développement de la protohistoire qui émerge comme une période intermédiaire entre la Préhistoire et l’histoire. L’empereur Napoléon III, qui a personnellement et généreusement soutenu des fouilles autour du bassin méditerranéen (de l’Afrique du Nord au Levant en passant par l’Asie Mineure, les Balkans et Rome bien sûr), porte aussi son intérêt sur les origines gauloises de la France. Il fait entreprendre des fouilles à partir de 1860 dans la forêt de Compiègne, à Alise-Sainte-Reine, à Gergovie, au mont Beuvray (Bibracte), à Uxellodunum (dans le Quercy). Napoléon III favorise le développement d’une politique archéologique nationale ambitieuse qui n’est pas exempte de préoccupations patriotiques. On voit déjà à quel point l’origine gauloise des Français est aussi un moyen de dire l’identité nationale3. Il parraine et favorise la Commission de la topographie des Gaules instituée en 1858, qui a pour mission d’inventorier toutes les informations disponibles sur la Gaule jusqu’à l’avènement de Charlemagne. En 1862, il fait réhabiliter le château de Saint-Germain-en-Laye afin qu’il puisse abriter un nouveau musée qui réunira les antiquités gallo-romaines4. La passion de Napoléon III pour l’histoire et son admiration pour César l’amènent à envisager un commentaire de la Guerre des Gaules qu’il parvient à mener à bien avec l’aide de quelques grands historiens et archéologues de l’époque5. Il peut aussi s’appuyer sur des personnalités qui participent à la fondation de l’archéologie gauloise comme Alexandre Bertrand. Celui-ci dirige la Revue archéologique depuis 1863, devient en 1867 le premier directeur du musée des Antiquités nationales et préside la Société d’anthropologie (1868). Sous la Troisième République, il assure la présidence de la Société nationale des antiquaires de France (1877). Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1881 et devient le premier professeur d’archéologie à l’École du Louvre en 1882. Il a déjà publié, l’année même du premier Petit Lavisse, un recueil d’articles intitulés Archéologie celtique et gauloise : mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre histoire nationale (1876)6. Dès les décennies 1860 et 1870, de nombreuses collections se constituent. L’Assemblée nationale vote en 1874 un budget de 200 000 francs destiné à l’acquisition de la collection de monnaies gauloises de M. de Saulcy qui a ensuite été versée au fonds de la Bibliothèque nationale. Des séances publiques organisées par des sociétés savantes ont eu lieu aussi à la Sorbonne, comme celle qui se tient en 1867 où M. Aurès, de l’académie du Gard, démontre « que le pied-de-roi dérivait du pied gaulois et en avait exactement conservé la longueur et les divisions » ; ou encore celle du 4 avril 1874 durant laquelle M. Morel, membre de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, a présenté un rapport « sur ses découvertes de sépulture gauloise au territoire de la commune de Marson », qui est ensuite publié « avec une série de planches couleurs reproduisant très exactement les objets trouvés dans ces importantes fouilles »7. Pour s’en tenir à l’année 1876, lorsque paraissent la première édition des Leçons préparatoires (cours préparatoire) et celle de La première année d’histoire de France (cours moyen), on observe déjà la richesse des communications répertoriées dans la Revue des sociétés savantes publiée par le ministère de l’Instruction publique dont est proche Ernest Lavisse8. Le lecteur peut y lire une « note avec croquis sur des pierres sculptées de l’époque gauloise conservées au musée Calvet d’Avignon »9 par M. Flouest, correspondant à Lyon ; un rapport de M. Morel « sur la découverte qu’il a faite dans le cimetière gaulois de Somme-Bionne de la sépulture d’un guerrier inhumé sur son char », avec divers objets comme « l’épée, le couteau, les lances, la ceinture, l’anneau d’or, l’œnochoé, le bandeau d’or, la coupe, le vase de terre », l’ensemble constituant une importante découverte archéologique, « l’une des plus intéressantes [...] depuis quelques années au point de vue de l’archéologie gauloise »10. On trouve aussi dans cette Revue « la description et l’estampage d’une inscription que l’on vient de découvrir à Nîmes » et « qui paraît gauloise »11 selon M. Germer-Durand fils ; le comité archéologique de Senlis présente une étude de M. le comte de Maricourt au sujet d’une « route qui est, selon lui, le plus vieux chemin gaulois, mettant en communication le Centre de la Gaule avec le Nord »12, de Paris à Senlis. La Revue rend compte d’une communication donnée lors du congrès archéologique de France tenu à Toulouse en 1874 à la Société française d’archéologie pour la conservation et la description des monuments. Un mémoire y avait été présenté « sur les ouvrages de fortification des oppida gaulois de Murcens, d’Uxellodunum et de l’Impernal (Luzech) situés dans le département du Lot »13. La Revue rapporte aussi la découverte d’une « sépulture gauloise antérieure à l’époque romaine » présentée par le Dr Jacquinot de la Société nivernaise des sciences, lettres et arts14. M. G. Leroy, correspondant du ministère de l’Instruction publique à Melun, relate la découverte en avril 1876 d’une « tombelle sur la pente d’un coteau de la Seine » contenant « le corps d’un guerrier gaulois, inhumé dans une fosse au milieu d’une sorte d’encadrement de pierre régulièrement disposé », et à ses côtés une « épée de fer rongée par la rouille, des vestiges de fourreau également en fer, deux bracelets de cuivre, sans ornements, une fibule de cuivre finement ciselée et de quelques autres vestiges »15. M. Mayaud, membre de la Société des sciences, lettres et arts de la Creuse, présente une « note sur l’oppidum gaulois de Chateauvieux »16 ; M. de Vertus (à Château-Thierry) donne lecture d’un mémoire intitulé « Les médailles anépigraphes de la Gaule belgique »17. M. Labbé Marquis, de la Société dunoise, décrit « les fouilles d’un tumulus, très probablement gaulois, au mont Gasteau, commune de Saint-Denis-les-Ponts, près de Châteaudun », là même où l’on « a découvert six haches en grand bronze, dont l’origine est peut-être aussi ancienne et, certainement, antérieure à la domination romaine » ainsi que l’estime M. Coudray18. M. Guégan de Lisle retrace, pour la Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, « les découvertes des sépultures celtiques de Conflans-Sainte-Honorine et du plateau de Marly, en les accompagnant d’ingénieuses inductions sur les émigrations des anciennes tribus gauloises »19. De plus, les résultats des fouilles sont souvent rapidement publiés comme pour la double sépulture de la Gorge-Meillet à Somme-Tourbe (Marne) découverte par Édouard Fourdrignier en 187620. Outre les nombreuses sociétés savantes auxquelles il appartenait, Édouard Fourdrignier était officier de l’Instruction publique et correspondant du ministère de l’Instruction publique21. Il lui est demandé d’exposer ses trouvailles en 1876 à Reims, reconstituant les conditions in situ telles qu’il les avait découvertes, puis à nouveau pour l’Exposition universelle de Paris en 1878 avant qu’elles ne prennent place au musée des Antiquités nationales en 1884. Des synthèses aussi viennent assez rapidement documenter l’armement gaulois et permettre de le distinguer, certes parfois de façon discutable, de celui des Romains. Ces ouvrages, comme celui de Du Cleuziou, fournissent des planches iconographiques d’une grande utilité22.

  • 23 Commission de la topographie des Gaules, Dictionnaire archéologique des Gaules, Paris, Imprimerie (...)
  • 24 E. Muret et A. Chabouillet, Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris, (...)
  • 25 C.-É. Ruelle, Bibliographie générale des Gaules, Paris, chez l’auteur, 2 vol., 1880-1886.

3En 1876 encore, la Commission de la topographie des Gaules publie un Dictionnaire archéologique des Gaules23. À la suite de nombreuses découvertes de monnaies gauloises, on voit déjà paraître des répertoires systématiques de sources numismatiques24 et de bibliographies comme la Bibliographie générale des Gaules de Charles-Émile Ruelle en 1880-1886 qui prend la peine de dépouiller la quasi-totalité des collections académiques conservées à la bibliothèque des Sociétés savantes et réunit ainsi plus de 10 000 titres sur l’ensemble de ce que l’on appelait alors l’histoire des Gaules, c’est-à-dire de l’indépendance aux Francs25. On mesure alors l’apport de l’archéologie dans la connaissance des périodes historiques et protohistoriques. C’est ce que constate Alexandre Bertrand en 1876 :

  • 26 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, ouvr. cité, p. iv et vi.

Cette tâche, inabordable autrefois, faute de documents précis, le moment nous paraît venu de l’entreprendre avec courage. Le terrain est déblayé, on peut en dresser la carte. Depuis vingt ans, le nombre des faits acquis à la science s’est accru dans une proportion à peine croyable. [...] Sur les points essentiels notre conviction est faite, et nous ne craignons pas de dire que chaque découverte vient confirmer les résultats obtenus. Ces résultats sont-ils en désaccord avec les données générales de l’histoire ? Nous ne le pensons pas. L’archéologie explore sans doute en ce moment des contrées où les Grecs et les Romains ont pénétré fort tard, qu’ils connurent mal, où nous rencontrons un état social dont ils ne nous ont point parlé. Les tribus qui habitaient ces vastes régions n’avaient point livré à leurs vainqueurs le secret d’un passé probablement ignoré d’elles-mêmes. Ce que nous découvrons aujourd’hui est donc un supplément à l’histoire. Nous y puisons l’explication de grands événements mal connus, jusqu’ici, dans leurs causes premières. Nous n’y apprenons rien qui eût été de nature à causer quelque surprise à un Hérodote, à un Thucydide, à un Polybe, à un Strabon.26

4Parallèlement à l’émergence des études gauloises et celtiques, c’est l’ensemble d’une discipline archéologique qui se développe et se structure. Alexandre Bertrand en vient à définir les champs respectifs de l’histoire et de l’archéologie faisant de cette dernière une science annexe :

  • 27 Ibid., p. vii.

Les progrès de l’archéologie n’empiètent pas sur le domaine de l’histoire ; ils l’agrandissent. Le rôle de l’archéologie est d’apporter à l’histoire écrite un supplément et un contrôle : l’archéologue est un auxiliaire de l’historien. L’histoire ne nous a pas tout dit sur les temps passés ; ce qu’elle nous a dit, elle nous l’a dit d’une façon souvent obscure et voilée, toujours incomplète.27

  • 28 É. Mâle, « Les origines de la sculpture française du Moyen Âge », Revue de Paris, 2e année, vol. 5 (...)

5Les découvertes archéologiques font désormais grand bruit et des connaissances nouvelles commencent à se répandre dans les milieux cultivés. Des articles de vulgarisation, mais signés par de grandes plumes, paraissent aussi dans des revues littéraires. C’est le cas de la Revue de Paris, dont Ernest Lavisse est directeur à partir 1894. Dans cette revue Émile Male considère en 1895 qu’à la suite des nombreuses recherches récemment publiées, on ne peut plus contester aux Gaulois le fait d’avoir développé un art à part entière qui exprime, selon lui, un « génie original »28 :

  • 29 É. Mâle, « Les origines de la sculpture française du Moyen Âge », art. cité, p. 202-204.

Quoiqu’il ne soit plus ridicule aujourd’hui, après tant d’intéressants travaux, de parler de la religion gauloise et même de l’art gaulois, nul domaine de l’érudition n’est plus dangereux. [...] Quelque opinion qu’on professe sur les races primitives de la Gaule, on n’en est pas moins obligé de reconnaître qu’il y eut, avant la conquête romaine, un art qu’on peut appeler gaulois. [...] Il s’y montre un génie original qui aime à se jouer avec les éléments que lui fournit la réalité. Les Gaulois ont créé l’art héraldique bien des siècles avant le Moyen Âge. Ils font subir aux plantes, aux animaux, des déformations dont quelques-unes sont ingénieuses. On sait que plusieurs monnaies gauloises nous montrent la fleur de lis aussi caractérisée qu’elle pourrait l’être sur un sceau du xive siècle.29

6Ainsi, petit à petit on prend conscience que de nombreux objets archéologiques appartiennent bien aux Gaulois et ne peuvent être attribués aux Romains ou aux Francs qui jouissaient jusque-là du plus grand prestige. C’est ce que résume en 1904 avec humour le vice-président de la Société préhistorique de France, Édouard Fourdrignier, au sujet de nombreuses et riches sépultures gauloises découvertes en Champagne :

  • 30 É. Fourdrignier, « L’âge du fer (Hallstatt-Le Marnien-La Tène) », Bulletin de la Société préhistor (...)

En effet, il ne s’agissait plus de quelques petites sépultures isolées d’où l’on avait retiré des armes, des épées, des parures de bronze, avec des vases à forme originale impitoyablement rejetés dans la fosse quand ils n’étaient pas intacts. On venait de découvrir et d’exhumer de grandes tombes d’apparat où un personnage certainement de marque, avait été inhumé sur son char de parade, avec son casque de bronze, son bracelet d’or, ses lances, sa grande épée de fer, les mors et tout le harnachement somptueux de ses chevaux, tous ses objets familiers, ses phalères décoratives, son vase de bronze ainsi qu’une céramique remarquable où son repas funéraire, consistant en pièces de venaison, avait été pieusement déposé. On finissait par comprendre qu’il y avait là, derrière cette énigme, une question grave et sérieuse. Et la science officielle, tout en regrettant bien de ne voir là ni Grecs, ni Romains, ni rien d’Égypte ou de Chaldée, convaincue encore que les Huns d’Attila pas plus que les Cimbres et les Teutons n’y étaient pour quelque chose, la science officielle, en faisant ses réserves, voulut bien écouter.30

7C’est dans le contexte de ce profond renouvellement du savoir archéologique et historique de la période gauloise que les manuels d’Ernest Lavisse paraissent. L’enjeu des relations entre savoir scolaire et savoir scientifique apparaît essentiel à l’époque où se structure justement de nouvelles méthodes et une rigueur renouvelée. Il en va d’un savoir objectif et positif sur les origines de la nation.

Les guerriers gaulois

8Le discours sur les guerriers gaulois est important dans les manuels scolaires de l’enseignement primaire. Non seulement il comporte une forte charge épique où résonne le bruit des armes, mais il renvoie à la combativité et au courage des Gaulois, « nos ancêtres », ce qui n’est pas dénué d’enjeux politiques et moraux en ces premières années de la Troisième République. Et puis, il y a une forme d’exotisme dans la description de ces guerriers. Voici ce qu’Ernest Lavisse en écrit en 1883 dans La deuxième année d’histoire de France :

  • 31 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

Les vêtements des Gaulois étaient des tuniques de diverses couleurs, une sorte de pantalon appelé braie, et des manteaux ou saies qui s’agrafaient sur l’épaule. Leurs armes étaient l’épée et une pique recourbée en forme d’hameçon. Ils portaient de grands boucliers, des casques couverts d’ornements bizarres et effrayants ; les uns avaient des cuirasses de mailles de fer, les autres combattaient nus.31

9Il conseille même à l’instituteur, dans le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, de ne pas hésiter à théâtraliser la narration :

  • 32 E. Lavisse, article « Histoire », dans F. Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’i (...)

Décrivez-leur donc les armes et la façon de combattre des Gaulois. Campez devant eux un de leurs ancêtres, jetant vêtement et bouclier pour combattre nu, provoquant l’ennemi par ses cris, s’enivrant de son courage, mourant plutôt que de reculer d’un pas, et, s’il n’est que blessé, montrant avec orgueil le sang qui décore sa poitrine.32

  • 33 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1882.

10Il souhaite, comme il l’écrit dans La première année d’histoire de France, rendre son récit plus efficace pour l’élève, « frapper son imagination en lui présentant les principaux personnages et les principales scènes de l’histoire »33. C’est pourquoi la thématique guerrière s’enrichit assez rapidement d’illustrations de plus en plus nombreuses qui contribuent fortement à ancrer des images fortes dans la mémoire des élèves. Cependant, contrairement à un texte qui peut rester allusif et jouer de silences ou d’approximations allusives, une image entretient un rapport différent avec le réel. Elle ne peut guère, au risque de laisser un blanc ou de s’avérer peu réaliste, éviter certaines parties du corps ou de l’armement. L’image, par son caractère global et visuel, est censée offrir aux spectateurs une description complète et immédiate du sujet figuré. C’est ce qui fait sa qualité et c’est pourquoi Ernest Lavisse y a recours. Elle permet de mettre aussi en évidence l’état du savoir scolaire, et la circulation des modèles, en rapport avec le savoir et les publications scientifiques qui sont souvent illustrées et qui peuvent constituer un vivier iconographique.

Illustration 18. Vercingétorix (Lavisse, 1883-1895).

Illustration 18. Vercingétorix (Lavisse, 1883-1895).

18. « Vercingétorix », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1882, p. 7. Collection particulière.

  • 34 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », Le magasin pittoresque, 34e année, 1866, p. 214
  • 35 L. Gallet, Salon de 1865 : peinture, sculpture, Paris, Le Bailly, 1865, p. 36.
  • 36 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, F. Hoefer (éd.), Paris, A. Delaha (...)
  • 37 C. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Arles, Actes Sud-Errance, 2001, p. 346-355.
  • 38 P. Mignard, Archéologie bourguignonne, Alise, Vercingétorix et César, Dijon, Lamarche, 1874.
  • 39 Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 20e année, no 3, 1876 (...)
  • 40 E. Babelon, Vercingétorix  : étude d’iconographie numismatique, Paris, Rollin et Feuardent, 1902.
  • 41 Voir notamment la sculpture trouvée en 1996 dans le tumulus de Glauberg (475-450 avant notre ère) (...)
  • 42 « Très près d’Aix, sur la colline d’Entremont, [...] on montre au musée quelques pierres sculptées (...)
  • 43 J. Marcadé et F. Salviat, « Le relief d’Aubergue et les têtes coupées d’Entremont », Revue archéol (...)
  • 44 J.-L. Brunaux et B. Lambot, Guerre et armement chez les Gaulois (450-52 av. J.-C.), Paris, Errance (...)
  • 45 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.

11Contrairement à son traitement de la Préhistoire, Ernest Lavisse tient compte d’une partie de la recherche archéologique concernant l’habillement des Gaulois et de leur tenue de combat. L’illustration la plus courante des Petits Lavisse est évidemment la sculpture de Vercingétorix d’Aimé Millet (1865) (ill. 18). C’est la seule image représentant l’armement gaulois dans les manuels de La première année d’histoire de France entre 1876 à 1922, de La deuxième année (1883-1895) et de l’Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale (1890-1903). Les Récits et entretiens la font aussi figurer dès la première édition (1884). C’est que la sculpture représente pour beaucoup en 1865 la figure la plus scientifiquement exacte que les historiens peuvent reconstituer, et la plus morale, nous aurons l’occasion d’y revenir. Henri Martin considère « qu’il n’est pas nécessaire d’être beaucoup versé dans la tradition nationale pour reconnaître là, au premier coup d’œil, un héros celtique »34, alors que Louis Gallet y voit le travail d’un « archéologue consciencieux »35. Pourtant, il nous faut comparer cette représentation du soldat gaulois avec le savoir scientifique de l’époque. Pour les longs cheveux et la moustache fournie, Aimé Millet a été attentif aux récits des historiens de l’époque qui s’appuient sur une description de Diodore de Sicile, lequel affirme que « les Gaulois tirent leurs cheveux du front vers le sommet de la tête et la nuque, de sorte qu’ils ont l’aspect de Satyres et de Pans. Grâce à ces moyens, leurs cheveux s’épaississent tellement qu’ils ressemblent aux crins des chevaux », et plus loin que « les nobles se rasent les joues, et laissent pousser les moustaches, de manière qu’elles leur couvrent la bouche. Aussi leur arrive-t-il que, lorsqu’ils mangent, les aliments s’y embarrassent, et, lorsqu’ils boivent, la boisson y passe comme à travers un filtre »36. C’est pour cela que le héros gaulois est représenté ainsi depuis la Monarchie de Juillet. Le problème, comme le fait remarquer Christian Goudineau, est que Diodore de Sicile recopie des sources plus anciennes qui recopiaient elles-mêmes des auteurs antérieurs37. Il est vrai que les historiens ne disposent à l’époque que de très peu d’œuvres figurées remontant à l’époque de l’indépendance gauloise. Cependant, le matériel numismatique aurait pu permettre à Aimé Millet de tenir compte des sources archéologiques. C’est d’ailleurs le reproche que lui adresse Prosper Mignard en 1876, rappelant que l’on dispose d’une quinzaine de monnaies à l’effigie de Vercingétorix et que, non seulement elles se ressemblent toutes, mais elles présentent de lui un visage bien différent38. Un compte rendu de sa communication a même été lu en septembre 1876 lors d’une séance de l’Académie des inscriptions et belles-lettres39. D’autres monnaies comme les deniers d’argent éduens montrent aussi des Gaulois glabres et sans moustache. Des études paraissent sur la représentation numismatique de Vercingétorix40. Or, cette mode des cheveux longs et moustaches abondantes date vraisemblablement des ve et ive siècles41. Le Gaulois mourant (musée du Capitole, Rome) sculpté à la fin du iiie siècle avant notre ère, et connu depuis le xviie siècle, présente une coiffure travaillée et des mèches courtes. C’est aussi le cas des sculptures retrouvées à Entremont (près d’Aix-en-Provence) au cours du xixe siècle, et notamment un groupe de têtes coupées que Prosper Mérimée identifie en 1835 comme appartenant aux Gaulois salyens42. D’autres découvertes effectuées en janvier 1877 à Entremont confirment cette coiffure gauloise43. Ce matériel archéologique est exposé au musée Granet d’Aix-en-Provence dès 1903. Certains historiens de l’époque ont le sentiment d’être face à une contradiction des sources, secrètement avivé par un conflit de légitimité à l’égard de Strabon qu’il paraît bien hardi de remettre en cause. La difficulté est aussi d’établir une chronologie stylistique. On le voit bien avec l’épée, ici pistiliforme, qui est encore une erreur d’interprétation puisque les fouilles archéologiques montrent nettement que l’épée gauloise du ier siècle avant Jésus-Christ est une épée longue à tranchants parallèles. L’épée représentée par Aimé Millet date de l’âge du bronze final (1400 à 800 av. J.-C.) soit au mieux sept siècles et demi avant Vercingétorix. La cuirasse en métal pose aussi problème puisqu’elle est quasi inexistante en Gaule à l’époque de Vercingétorix. Les seuls peuples celtes qui les auraient utilisées, d’après Lucien et Plutarque, sont les Galates ou les Gésates, et encore peut-on douter qu’elles aient bien été en métal et non en cuir clouté de pièces métalliques44. Vercingétorix aurait plutôt porté une cotte de mailles bien que l’on en rencontre rarement dans les fouilles archéologiques, mais elle est plus fréquemment mentionnée par les auteurs antiques comme Diodore de Sicile ou Varron qui en attribue l’invention aux Gaulois. Quant aux bandelettes qui maintiennent les braies, elles appartiennent à la période mérovingienne. Enfin, aucun matériel archéologique gaulois ne montre de collier de perles. D’ailleurs, même Henri Martin, qui apprécie pourtant cette représentation de Vercingétorix, reconnaît en 1866 que « physionomie et costume sont essentiellement gaulois »45, ce qui revient à dire, à mi-mot, qu’ils ne le sont pas complètement. Henri Martin a raison d’affirmer cela, lui qui suit de particulièrement près les développements de l’archéologie gauloise. Ernest Lavisse a très probablement entendu ces critiques et c’est vraisemblablement la raison pour laquelle cette représentation de la statue d’Aimé Millet tend à disparaître des Petits Lavisse à partir de la fin du xixe siècle. Elle est supprimée de La deuxième année (cours supérieur) en 1895, et ne figure pas dans les deux manuels publiés pour la première fois au début du xxe siècle, l’Histoire de France du cours moyen (1912) et du cours élémentaire (1913).

Illustration 19. Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César qui le retint prisonnier (Lavisse, 1884-1922).

Illustration 19. Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César qui le retint prisonnier (Lavisse, 1884-1922).

19. « Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César qui le retint prisonnier », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 15. Collection particulière.

  • 46 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884, p. 13-14.

12Une autre représentation de guerriers gaulois est celle de la reddition de Vercingétorix (ill. 19). La scène est même la seule évocation iconographique de Vercingétorix dans les Leçons préparatoires (1876-1922) et dans l’Histoire de France du cours élémentaire (1913-1922). On la trouve aussi dans les Récits et entretiens (1884-1922) aux côtés de la sculpture d’Aimé Millet. Mais la gravure n’offre guère d’informations de nature scientifique. Tant le Vercingétorix d’Aimé Millet que l’épisode de la reddition sont utilisés dans les Petits Lavisse à des fins plus patriotiques et morales que véritablement historiques et archéologiques. La situation est la même pour d’autres reconstitutions. De 1876 à 1895, les Leçons préparatoires illustrent le matériel militaire gaulois par une gravure montrant trois improbables « Gaulois lançant des flèches contre le ciel », et une autre intitulée « Vercingétorix se rend à César » (ill. 20 et 56). Toutes deux sont simplement allusives et anecdotiques, et ne montrent guère l’armement gaulois. À partir de 1895, la première gravure laisse place à un Gaulois défiant l’armée romaine. Torse nu et vêtu de braies, il tient une épée à la main. Ni lance, ni bouclier, ni casque ne figurent. Cette gravure est reprise dès 1884 dans les Récits et entretiens. Dans ce manuel, il ajoute une représentation de Vercingétorix commandant à ses troupes « de passer à travers l’armée des Romains pour appeler des Gaulois aux armes » ainsi qu’un assaut gaulois contre « les retranchements de Jules César »46. Ces gravures ne changeront plus dans ces deux manuels jusqu’en 1922 (ill. 21-23).

Illustration 20. Gaulois lançant des flèches contre le ciel (Lavisse, 1876-1892).

Illustration 20. Gaulois lançant des flèches contre le ciel (Lavisse, 1876-1892).

20. « Gaulois lançant des flèches contre le ciel », dans E. Lavisse, Leçons préparatoires, Paris, A. Colin, 1882, p. 5. Collection particulière.

Illustration 21. Vercingétorix commanda à des cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes (Lavisse, 1884-1922).

Illustration 21. Vercingétorix commanda à des cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes (Lavisse, 1884-1922).

21. « Vercingétorix commanda à des cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 13. Collection particulière.

Illustration 22. Les Gaulois défiaient leurs ennemis en leur criant : « Qui veut combattre avec moi ? » (Lavisse, 1884-1922).

Illustration 22. Les Gaulois défiaient leurs ennemis en leur criant : « Qui veut combattre avec moi ? » (Lavisse, 1884-1922).

22. « Les Gaulois défiaient leurs ennemis en leur criant : “Qui veut combattre avec moi ?” », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 9. Collection particulière.

Illustration 23. Les Gaulois attaquèrent plusieurs fois les retranchements de Jules César (Lavisse, 1884-1922).

Illustration 23. Les Gaulois attaquèrent plusieurs fois les retranchements de Jules César (Lavisse, 1884-1922).

23. « Les Gaulois attaquèrent plusieurs fois les retranchements de Jules César », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 14. Collection particulière.

13Ce n’est donc pas avec ce type d’images que les jeunes lecteurs des Petits Lavisse peuvent découvrir l’armement gaulois. C’est plutôt à partir de gravures spécifiques qui apparaissent au milieu des années 1880. En 1884, Ernest Lavisse renouvelle l’iconographie de sa Première année d’histoire de France en faisant figurer un guerrier gaulois debout avec bouclier et lance à la main (ill. 24-25).

Illustration 24. Guerrier gaulois (Lavisse, 1884-1894).

Illustration 24. Guerrier gaulois (Lavisse, 1884-1894).

24. « Guerrier gaulois », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, [s. d., programmes de 1887], p. 5. Collection particulière.

Illustration 25. Médaille d’argent au nom du chef Vérotal (Hucher, 1868).

Illustration 25. Médaille d’argent au nom du chef Vérotal (Hucher, 1868).

25. « Médaille d’argent au nom du chef Vérotal », dans E. Hucher, L’art gaulois ou les Gaulois d’après leurs médailles, Paris, A. Morel, 1868, pl. 22. © Bibliothèque nationale de France.

  • 47 E. Hucher, « Lettre [lue à l’Académie] sur la médaille gauloise portant la légende Verotal et sur (...)
  • 48 C.-É. Ruelle, Bibliographie générale des Gaules, ouvr. cité.
  • 49 H. Du Cleuziou, L’art national : étude sur l’histoire de l’art en France. Les origines, la Gaule, (...)

14Si elle peut apparaître étrange, la représentation est pourtant fondée – sans que le manuel le précise – sur une médaille d’argent dite « de Vérotal », assez célèbre dans les milieux de l’archéologie et de la numismatique celtiques de l’époque. Elle a été étudiée par Eugène Hucher dès 186047, elle est mentionnée à plusieurs reprises dans la Bibliographie générale des Gaules de Ruelle (1880)48, et reproduite notamment dans L’art national d’Henri Du Cleuziou en 188249. Cependant, cette image très stylisée s’avère assez rapidement éloignée de l’armement tel que les archéologues parviennent alors à le reconstituer à partir des fouilles archéologiques. Cette gravure disparaît des Petits Lavisse à la fin du xixe siècle. Au même moment apparaît une autre image dans La nouvelle deuxième année d’histoire de France (1895), dessinée par Émile Mas (ill. 26).

Illustration 26. Guerriers gaulois (Lavisse, 1895-1922).

Illustration 26. Guerriers gaulois (Lavisse, 1895-1922).

26. « Guerriers gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1906, p. 31. Collection particulière.

  • 50 A. Challamel, Costumes civils et militaires français à travers les siècles, Paris, Roy Éditeur, 18 (...)
  • 51 A. Racinet, Le costume historique, cinq cents planches, trois cents en couleur deux cents en camaï (...)
  • 52 E. Hucher, L’art gaulois ou les Gaulois d’après leurs médailles, ouvr. cité ; J.-É. Quicherat, His (...)
  • 53 A. Challamel, La France et les Français à travers les siècles, Paris, F. Roy, vol. 2, 1882, p. 56- (...)
  • 54 A. Racinet, Le costume historique, ouvr. cité, vol. 1, pl. Gaulois, notice 35.
  • 55 À noter la découverte en 1989 d’un sanglier-enseigne très ressemblant à Soulac-sur-Mer.

15Elle montre trois guerriers gaulois fièrement campés, armes à la main. Il s’agit d’un montage de gravures issues d’ouvrages récents. Le Gaulois du milieu, avec son casque à cimier pointu, a toute légitimité scientifique à l’époque. Son casque s’apparente à ceux qui ont été découverts dans le Calvados à Bernières-d’Ailly en 1832 (dits « casques de Falaise »). Ils ont été décrits par Édouard Lambert dès 1837 et sont très rapidement exposés dans différents musées (Saint-Germain-en-Laye, Rouen, Falaise, Rome) et l’un d’eux a même été montré à l’Exposition universelle de Paris en 1867. Ils sont ensuite copiés par des artistes comme Auguste Bartholdi (Vercingétorix, place de Jaude à Clermont-Ferrand) ou Emmanuel Frémiet dont le Chef gaulois (1864) semble être descendu de cheval après avoir recouvert ses épaules d’une saie et être entré dans la gravure du manuel scolaire. On considère à l’époque que cette statue a suffisamment de crédit pour être exposée au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain (ill. 27), pour figurer dans le recueil des Costumes civils et militaires français à travers les siècles paru en 188150, et pour illustrer l’article « Casque », avec pour légende « Casques gaulois », dans le Dictionnaire illustré de Pierre Larousse en huit volumes. Il figure aussi dans Le costume historique d’Auguste Racinet en 188851. Celui-ci accompagne ses illustrations d’une longue introduction générale relative aux Gaulois et chaque figure est précisément commentée. Il fait aussi figurer la liste des ouvrages sur lesquels il s’appuie où l’on croise des livres déjà anciens (l’Histoire des Gaules d’Amédée Thierry et l’Histoire de France d’Henri Martin) aux côtés de titres plus récents comme L’art gaulois d’Eugène Hucher (1868-1874), l’Histoire du costume de Jules-Étienne Quicherat (1875) et l’Histoire nationale des Gaulois d’Ernest Bosc et Lionel Bonnemère (1882)52. Concernant le Gaulois qui porte un casque à ailes, situé à l’arrière-plan à droite sur la gravure du manuel, il est réutilisé l’année suivante par Augustin Challamel dans La France et les Français à travers les siècles (1882)53, avant d’être intégré dans Le costume historique d’Auguste Racinet (ill. 28). Celui-ci le commente doctement en y voyant un cimier garni d’une « crinière flottante retombant en arrière, et accoté d’une paire d’ailes d’oiseau de proie éployées et dans le sens de celles du chasseur aérien plongeant de haut en bas »54. Ernest Lavisse la reprend encore en 1913 dans une gravure de son Cours élémentaire (ill. 33). Ce motif iconographique apparaissait déjà dans la peinture romantique comme on le voit par exemple sur le Guerrier gaulois à cheval de Théodore Chassériau. Symbole de virilité guerrière, le casque ailé est choisi par Maurice Giot en 1925 comme image publicitaire des célèbres cigarettes Gauloises lancées sur le marché en 1910. L’image appartient alors à l’univers iconographique des Gaulois et l’on ne peut nier le rôle joué par les manuels scolaires dans sa diffusion. En 1928, Max Ponty reprend ce casque et en coiffe un fier Gaulois dont l’attitude est manifestement reprise de la sculpture de Millet élevée en 1865. Les ailles qui se dressent sur le côté du casque deviennent le pendant esthétique des longues et viriles moustaches du Gaulois. On retrouve ce casque sur certaines cartes postales patriotiques durant la Première Guerre mondiale. Albert Uderzo s’inscrit dans cette continuité en coiffant ainsi Astérix à partir de 1959. Enfin, le casque à cornes du Gaulois de gauche, sur la gravure du manuel, se retrouve aussi dans Le costume historique d’Auguste Racinet (ill. 29). Il est repris d’une des sculptures de l’arc d’Orange érigé au début du ie siècle (ill. 30). On peut comprendre la confiance que lui accordent Ernest Lavisse et son dessinateur. Enfin, l’enseigne de guerre en forme de sanglier que porte le Gaulois de droite a été dessinée à partir de la médaille de Vérotal (ill. 25). Plusieurs exemplaires de telles enseignes se trouvent à l’époque dans la collection Charvet conservée au musée de Saint-Germain-en-Laye55.

Illustration 27. Chef gaulois, sculpture d’Emmanuel Frémiet (Château de Saint-Germain, 1864).

Illustration 27. Chef gaulois, sculpture d’Emmanuel Frémiet (Château de Saint-Germain, 1864).

27. « Château de Saint-Germain – Chef gaulois, par Frémiet ». Collection particulière.

Illustration 28. Gaulois, casque à ailes (Racinet, 1888).

Illustration 28. Gaulois, casque à ailes (Racinet, 1888).

28. « Guerrier gaulois avec un casque à cimier ailé », dans A. Racinet, Le costume historique, Paris, Firmin-Didot, vol. 2, 1888, pl. 57 (détail). © Bibliothèque municipale de Grenoble, Gb.231.

Illustration 29. Gaulois, casque à cornes (Racinet, 1888).

Illustration 29. Gaulois, casque à cornes (Racinet, 1888).

29. « Guerrier gaulois avec un casque à cimier cornu », dans A. Racinet, Le costume historique, Paris, Firmin-Didot, vol. 2, 1888, pl. 57 (détail). © Bibliothèque municipale de Grenoble, Gb.231.

Illustration 30. Casques gaulois de l’arc d’Orange (Déchelette, 1914).

Illustration 30. Casques gaulois de l’arc d’Orange (Déchelette, 1914).

30. « Casques gaulois de l’arc d’Orange », dans J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, II, 3e partie, Archéologie celtique et protohistorique, Paris, A. Picard, 1914, p. 1156. © Bibliothèque municipale de Grenoble, L.9349.

  • 56 Le musée d’Artillerie est réuni en 1905 au musée historique de l’Armée pour créer le musée de l’Ar (...)
  • 57 Musée de l’Artillerie (éd.), Notice sur les costumes de guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1901.
  • 58 C.-A. Herbé, Costumes français civils, militaires et religieux, Paris, chez Herbé, 1835.
  • 59 Voir A.-L. Robert, Catalogue des collections composant le musée d’Artillerie en 1889, Paris, Impri (...)

16Sur la gravure d’Émile Mas, on pourrait aussi s’amuser de la tunique cloutée, des chausses médiévales, des moustaches ou des longues tresses tombant sur les bras et des collants délicatement retenus par un lacet noué en dessous du genou. Mais là encore, cette reconstitution a alors tout crédit scientifique d’autant que ces trois guerriers gaulois ont été reconstitués à l’époque par le musée d’Artillerie installé dans l’hôtel des Invalides depuis 187156. En effet, le colonel Le Clerc, son conservateur, lance en 1876 un vaste projet de reconstitution de soixante-dix mannequins en grandeur nature retraçant l’histoire du costume guerrier de la Préhistoire au xviiie siècle57. Le succès de ces mannequins didactiques est très rapide et contribue à rendre plus accessible un savoir archéologique encore balbutiant mais marqué par de véritables progrès. On les mesure en les comparant avec les Costumes français civils, militaires et religieux de Charles-Auguste Herbé publiés un demi-siècle plus tôt, en 1835, et qui livrent une vision romantique, poétique ou sauvage des Gaulois58. À l’inverse, le colonel Le Clerc s’est souvent inspiré d’objets réels et a parfois même réalisé des moulages directement sur les pièces archéologiques pour élaborer les reconstitutions du musée d’Artillerie. L’essentiel de son fonds documentaire est issu de collections archéologiques qui font alors autorité et proviennent de chantiers de fouilles menés par Christy, Lartet ou Boucher de Perthes59. Et pour cause, l’armement tient effectivement compte de certaines découvertes archéologiques récentes comme l’épée droite, le bouclier et le fer de la lance.

  • 60 É. Mas, Costumes des Sables-d’Olonne et de ses environs, Paris, E. Morier, 1876 ; O. Uzanne, La Fr (...)
  • 61 Tableaux historiques des régiments de l’armée française, Paris, A. Colin, 1892. Il s’agit des lith (...)
  • 62 A. Rambaud, Petite histoire de la civilisation française, depuis les origines jusqu’à nos jours, à (...)
  • 63 A. Parmentier, Album historique publié sous la direction de M. E. Lavisse, t. Ier, Le Moyen Âge ha (...)
  • 64 A. Isnard, Revue des questions historiques, vol. 16, 1896, p. 616.
  • 65 M. Prevost, « Albert Isnard », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 108, 1950, p. 195-196.

17Le choix de ce dessinateur, Émile Mas, peut aussi sembler à Ernest Lavisse et aux éditions Armand Colin être un gage de rigueur scientifique. Il a d’ailleurs pris la peine de faire disparaître quelques éléments qui pouvaient sembler discutables comme l’improbable tresse du Gaulois de droite, en réduisant au passage le volume des ailes qui ornent son casque. La qualité de son dessin explique qu’on lui a déjà confié l’illustration d’ouvrages de costumes historiques ou régionaux, et de botanique60. De plus, Émile Mas avait été choisi pour dessiner plusieurs planches dans les Tableaux historiques des régiments de l’armée française publiés en 189261. Il travaille à cette occasion avec le graveur P. Michelet qui a aussi été chargé de la gravure du « Chef gaulois portant l’enseigne de guerre » parue en 1881 dans les Costumes civils et militaires français à travers les siècles. D’autre part, son dessin très clair et didactique avait conduit les éditions Armand Colin à lui faire à nouveau confiance pour illustrer la Petite histoire de la civilisation française d’Alfred Rambaud62, codirecteur avec Ernest Lavisse de l’Histoire générale du ive siècle à nos jours en cours de publication (1893-1901). Les deux Gaulois de droite et de gauche de la gravure de La deuxième année d’histoire de France sont aussi reproduits dans l’Album historique d’André Parmentier publié sous la direction d’Ernest Lavisse en 189563. Enfin, autre gage de scientificité, certains critiques apprécient la qualité de ces illustrations. Albert Isnard, qui rend compte en 1896 de l’Album historique pour la Revue des questions historiques, considère que les gravures sont « fort bien faites, empruntées aux ouvrages des plus célèbres archéologues de ce siècle »64, appréciant même que quelques-unes soient inédites. Albert Isnard qui vient alors d’obtenir son diplôme d’archiviste paléographe et d’être recruté par la Bibliothèque nationale à Paris est considéré comme un excellent latiniste doté d’une très forte culture classique65. Son avis semble informé.

  • 66 L. Coutil, « Les casques de Bernières d’Ailly (Calvados). [Casques de Falaise] », Bulletin de la S (...)
  • 67 O. Costa de Beauregard, « Les casques de bronze dit de Falaise. Leur origine et leur âge », dans C (...)
  • 68 J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, Paris, A. Picard, vol (...)
  • 69 L. Pernet, Armement et auxiliaires gaulois : iie et ier siècles avant notre ère, Montagnac, M. Mer (...)

18Cependant, ni Auguste Racinet, ni le colonel Le Clerc, ni Albert Isnard, ni Émile Mas, ni André Parmentier – pas plus qu’Ernest Lavisse – ne sont des spécialistes de l’archéologie gauloise. Et aucun ne maîtrise réellement la documentation et la bibliographie archéologique de l’Antiquité gauloise. Si l’on écoute désormais des archéologues réellement versés dans ce nouveau savoir, on observe que des critiques se faisaient déjà entendre. Il apparaît que, malgré son succès, le casque ailé relève d’une méprise archéologique car à cette époque, il y a souvent confusion entre d’hypothétiques ailes d’oiseaux – véritables qui plus est – et les paragnathides (cache-joues) qui se retrouvent in situ aplaties avec le reste du casque. De plus il y a, là encore, le signe de la difficulté des historiens contemporains à établir une chronologie stylistique rigoureuse puisque ce type de casque avec des ailes (parfois de simples plumes) appartient à l’âge du bronze, plusieurs siècles avant la conquête romaine. C’est aussi le cas des casques de Falaise qui datent de l’âge du bronze. Or progressivement, les datations s’affinent notamment par comparaison avec les résultats et les conclusions de fouilles d’autres sites archéologiques. En 1901 et 1902, Léon Coutil fait paraître au sein de la Société normande d’études préhistoriques une documentation comparative abondante et publie deux nouvelles études en 1907 et 1911 dans le Bulletin de la Société préhistorique de France afin de dénoncer ces anachronismes66. En 1908, Olivier Costa de Beauregard met aussi en évidence les erreurs de datation des casques de Falaise67. Dès 1910, Joseph Déchelette fait figurer plusieurs reproductions de ces casques dans son Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine en précisant bien qu’ils datent de l’âge du bronze et non de l’époque de Vercingétorix (ill. 30)68. Ils ont été fabriqués huit à neuf siècles avant et sont donc totalement anachroniques. Mais manifestement, ces erreurs de datation ne sont pas connues d’Ernest Lavisse ni de ses dessinateurs, ou bien ne leur apparaissent pas suffisamment convaincantes ou contraignantes. La plupart des casques du Ier siècle avant Jésus-Christ n’étaient plus coiffés d’un cône ou d’une crête et étaient constitués d’une simple calotte protégeant de façon très efficace l’ensemble du crâne avec des paragnathides couvrant les mâchoires69. Il y a aussi la question des usages puisque les casques les plus richement décorés n’étaient évidemment utilisés qu’en représentation et non au combat.

19Plus généralement, les critiques portent aussi sur les reconstitutions historiques, que ce soit celles des gravures, comme dans les Petits Lavisse, ou des mannequins du musée d’Artillerie. Plus perspicaces qu’Albert Isnard, des archéologues dénoncent ces approximations dans la littérature spécialisée. À cette occasion, Salomon Reinach reproche à André Parmentier – et implicitement à Ernest Lavisse qui dirige l’Album historique – dans la Revue archéologique en 1896 d’avoir utilisé pour modèle l’ouvrage de Racinet et les mannequins du colonel Le Clerc :

  • 70 S. Reinach, Revue archéologique, 3e série, t. XXVIII, janvier-juin 1896, p. 128.

Parmi les ouvrages auxquels M. Parmentier a fait des emprunts, figure le Costume historique, de Racinet ; c’est à ce livre, à tort célèbre, que remonte, par exemple, la responsabilité des Guerriers en armes, gravés à la p. 5. [...] Pourquoi ne pas avouer, puisque c’est la vérité même, que nous ne sommes pas encore renseignés sur le costume des Gaulois ? Au musée de Saint-Germain, où l’on possède la statue d’un légionnaire romain en armes, on n’a pas encore cru pouvoir placer à côté de lui un guerrier gaulois. D’autres ont été moins prudents, témoin les mannequins du musée des Invalides [...].70

20Les reproches de Salomon Reinach portent aussi sur les approximations des reconstitutions historiques et notamment du « Repas chez les Gaulois » dont la composition, les personnages, les vêtements et l’armement la rapproche fortement du « Banquet gaulois » de La deuxième année d’histoire de France (ill. 36) :

  • 71 Ibid., p. 127-128.

Quoi qu’on fasse, les restitutions de ce genre ont toujours quelque chose d’apprêté et même de faux. Ainsi, dans le Repas chez les Gaulois, trois personnages sont coiffés de casques, alors que les casques gaulois sont fort rares, et, chose plus grave, ils brandissent des épées de bronze (antérieures au ve siècle av. J.-C.), alors que le type des casques est emprunté au monument de Saint-Rémy (vers 50 apr. J.-C.).71

  • 72 Ibid., p. 128.

21Ces anachronismes sont d’autant plus regrettables que Salomon Reinach reconnaît sans détour la qualité générale de l’ouvrage et des illustrations car, « à très peu d’exceptions près, la fantaisie n’a aucune part à la confection des dessins originaux, exécutés avec sobriété et avec goût »72. C’est pour cela qu’il souhaite que pour les prochaines éditions ces erreurs archéologiques, et donc historiques, disparaissent de l’ouvrage. Mais il n’en est rien et Ernest Lavisse comme André Parmentier laissent figurer ces reconstitutions fautives. Pourtant, Ernest Lavisse ne peut ignorer toutes ces critiques. Gustave Bloch lui-même, dans l’Histoire de France depuis les origines, prend ses distances à l’égard de cette représentation traditionnelle de l’armement gaulois. Certes, il fait figurer en 1911 une planche d’illustrations qui présente un casque à cimier pointu et cuirasse de l’âge du bronze. Mais le texte est sans ambiguïté et fait référence à l’état des fouilles archéologiques :

  • 73 G. Bloch, Les origines, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France, ouvr. cité, p. 40.

Les cuirasses signalées par Diodore étaient d’un emploi exceptionnel. Il n’en existe pas un exemplaire dans nos musées. Les casques décrits par les mêmes écrivains, avec leur figure d’oiseaux ou de quadrupèdes, ne se sont pas retrouvés davantage. Les très rares spécimens livrés par les fouilles diffèrent complètement de ce modèle. Ils sont d’ailleurs très ornés et ne pouvaient convenir qu’à des chefs. Quant aux casques plus modestes, simplement surmontés d’une corne, tels qu’on les voit représentés sur les monnaies de César, sur les sculptures de l’arc d’Orange ou le mausolée de Saint-Rémy, ils ne se sont encore rencontrés que là, en effigie.73

  • 74 E. Lavisse (dir), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, H (...)

22Mais Ernest Lavisse cloisonne manifestement son activité d’universitaire avec celle de manuéliste. En 1903, trois ans après ces remarques de Gustave Bloch, il insère à nouveau sur le tableau mural consacré à la Gaule le guerrier gaulois d’Auguste Racinet (1888) qui porte un casque ressemblant à celui de l’arc d’Orange (ill. 31). En 1911, Gustave Bloch réaffirme ces critiques dans l’édition illustrée de l’Histoire de France toujours dirigée par Ernest Lavisse74. Mais l’année suivante, et jusqu’en 1922, le manuéliste accepte encore cette représentation du casque gaulois dans son Cours moyen (ill. 32).

Illustration 31. Guerrier avec casque à cornes (Lavisse et Parmentier, 1903, 1913).

Illustration 31. Guerrier avec casque à cornes (Lavisse et Parmentier, 1903, 1913).

31. « Guerrier avec casque à cornes », dans E. Lavisse et A. Parmentier, Tableau d’histoire, Paris, A. Colin, 1903. Collection particulière.

Illustration 32. Guerrier gaulois (Lavisse, 1912-1922).

Illustration 32. Guerrier gaulois (Lavisse, 1912-1922).

32. « Guerrier gaulois », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 8. Collection particulière.

23Le commentaire du casque, scientifiquement faux, est noyé dans une description de la gravure qui témoigne d’un certain savoir archéologique :

  • 75 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912-1922, p. 8.

Il a un pantalon qu’on appelait braie, et une espèce de pèlerine qu’on appelait saie. Sa poitrine et ses bras sont nus. Il est armé d’une longue épée qu’il tient dans sa main droite ; il en a une autre suspendue à la ceinture. De la main gauche, il tient un bouclier, attaché à son corps par une courroie. Il a sur la tête un casque de métal, sur lequel on voit des cornes d’animal. C’était pour paraître plus terrible à leurs ennemis que les Gaulois mettaient ces cornes sur leurs casques.75

24La scientificité est d’autant plus trompeuse que la gravure se veut en effet assez précise, que l’élève peut aisément retrouver sur l’image ce que le texte énumère, et que ce type de casque figure effectivement dans les manuels d’archéologie de l’époque. Le réalisme est renforcé par la présence d’une autre gravure qui joue sur l’effet de réel de la reconstitution historique. Elle représente « une bande gauloise » qui s’en va « faire la guerre » (ill. 33). Le commentaire donne vie à l’image et s’adresse directement aux élèves en jouant sur l’effet de réel :

  • 76 Ibid., p. 9.

Vous voyez dans cette image une partie d’une bande. Des vieillards, des femmes et des enfants sont assis dans un lourd chariot recouvert d’une bâche. Parmi les hommes, les uns vont à pied, un d’eux conduit une chèvre ; les autres vont à cheval. En tête de la bande, derrière le chien qui court, un homme porte sur l’épaule une grosse trompette qui servait à annoncer le départ ou bien rassembler ceux qui s’étaient dispersés.76

Illustration 33. Gaulois en marche (Lavisse, 1912-1922).

Illustration 33. Gaulois en marche (Lavisse, 1912-1922).

33. « Gaulois en marche », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 9. Collection particulière.

25Là encore, le graveur représente parmi divers éléments descriptifs plausibles des casques datant de l’âge du bronze. La crédibilité de l’ensemble est renforcée par la volonté de ce manuel du Cours moyen de tirer parti des progrès du savoir archéologique. Le problème du « Guerrier gaulois » est que le dessinateur décide, avec l’aval d’Ernest Lavisse, de représenter un Gaulois type affublé d’un casque dont on ne connaît qu’une seule occurrence dans la documentation iconographique et surtout non confirmée d’un point de vue archéologique. D’un point de vue épistémologique, c’est donc bien un problème de chronologie (âge du bronze et non ier siècle av. J.-C.), de statut de la source (exceptionnelle et non représentative), de l’usage qu’elle révèle (parade ou combat), de généralisation (un guerrier gaulois censé être typique), de diffusion massive (aux nombreux élèves de primaire ayant ce manuel), à un public qui n’est pas en capacité scientifique de trier l’information, et dans le cadre du cours d’histoire qui a vocation à dire la réalité ou la vérité de ce que le passé a été.

Illustration 34. Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule (Lavisse, 1913-1922).

Illustration 34. Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule (Lavisse, 1913-1922).

34. « Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 5. Collection particulière.

26De même, le casque ailé est encore figuré en 1913 dans le nouveau Cours élémentaire. Maintenant sa confiance aux reconstitutions historiques du musée d’Artillerie et d’Auguste Racinet, Ernest Lavisse réutilise ces personnages dans la gravure intitulée « Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule » (ill. 34). La scène est remaniée et c’est le chef gaulois qui hérite du casque à ailes et de l’abondante toison qui figuraient plus discrètement en 1895 et qui étaient bien présents dans les gravures originales utilisées par Émile Mas. Le Gaulois de dos, situé au premier plan, reçoit le casque de celui qui figurait au premier plan de la gravure de La deuxième année d’histoire de France. En revanche, sa cuirasse a été utilisée pour un autre Gaulois situé au milieu de l’image et qui lève fièrement son épée vers le ciel. Enfin le casque bicorne du troisième Gaulois de la gravure d’Émile Mas apparaît désormais sur la tête d’un Gaulois à gauche de l’image. Cependant il faut noter que le graveur a fait disparaître ce qui ressemblait à des collants noués sous le genou au profit des braies, et qu’il fait figurer un carnyx (trompe guerrière ici à hure de sanglier). Notons aussi à son crédit que le détail des fourreaux, des haches et fers de lance effilés est bien plus grand. Les progrès sont particulièrement visibles en ce qui concerne les deux boucliers où l’on identifie nettement la spina (arête longitudinale) et l’umbo métallique situé au centre.

  • 77 Manuel général de l’instruction primaire, 12 avril 1890, p. 201. La citation que reprend le Manuel (...)

27On le voit, les Petits Lavisse présentent souvent dans les années 1870-1880 un savoir qui pouvait sembler scientifiquement fondé. Mais ensuite, malgré l’introduction de quelques corrections plus justes, ils ne tiennent guère compte des avancées archéologiques, de l’état du savoir dans les publications spécialisées, mais aussi dans les ouvrages universitaires généralistes, y compris ceux qu’Ernest Lavisse a personnellement dirigés. Cela est particulièrement vrai pour les petites classes. Les deux manuels à destination des enfants de 6 à 9 ans, les Leçons préparatoires et les Récits et entretiens (cours préparatoire et élémentaire) se contentent d’une iconographie décevante. Ce que cherchent à montrer Ernest Lavisse et le dessinateur aux jeunes élèves de ce manuel du Cours préparatoire, ce n’est pas tant la richesse et la précision historique des images – elles sont de petite taille, peu précises, voire confuses – que la dimension épique, dans une lecture morale de la bravoure et du courage face à l’ennemi et surtout à l’envahisseur. D’ailleurs, les attentes des instituteurs ne portent pas seulement sur les connaissances historiques mais bien aussi sur la dimension morale et patriotique de l’histoire. C’est ainsi que le Manuel général de l’instruction primaire s’interroge en 1890 pour savoir ce qui est indispensable aux élèves. Il conclut en s’appuyant sur Ernest Lavisse pour affirmer que les élèves doivent acquérir une certaine connaissance de la chronologie ; mais il ajoute aussitôt qu’il « faut aussi, comme M. Lavisse le dit encore, que l’instituteur ait su verser dans les jeunes âmes de ses élèves quelque chose de cette poésie du passé faite pour fortifier le sentiment patriotique ; qu’il leur ait appris à aimer “nos ancêtres gaulois et les forêts des Druides, Charles Martel à Poitiers, Roland à Roncevaux, Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Jeanne d’Arc, Bayard, tous nos anciens héros” »77.

Illustration 35. Les figurants (Sarcey, 1893).

Illustration 35. Les figurants (Sarcey, 1893).

35. « Les figurants », dessin d’A. Gérardin, dans F. Sarcey, Le théâtre, Paris, [s.n.], 1893, p. 15. © Bibliothèque nationale de France.

28De plus, les images circulent dans le monde de l’illustration passant d’un domaine à l’autre. Ainsi, la gravure du Cours élémentaire présentant Vercingétorix (ill. 34) est fortement inspirée d’un dessin d’Alfred Gérardin représentant des figurants dans un cours de théâtre, habillés en Gaulois, et qui attendent dans les loges de passer sur scène, aux côtés de contemporains habillés en redingote, haut-de-forme ou robe (ill. 35). Dans cet ouvrage qui décrit le monde du théâtre, on trouve aussi parmi les dessinateurs un certain Moulignié qui n’est autre que l’auteur du « Banquet gaulois » de La première année d’histoire de France d’Ernest Lavisse. Alfred Gérardin a légèrement modifié la composition en faisant migrer le Gaulois en casque ailé de gauche à droite, remplaçant ainsi la danseuse en robe vaporeuse. Il lui donne l’attitude du Gaulois défiant les soldats romains des Leçons préparatoires et des Récits et entretiens. Mais là encore, il y a eu manifestement une actualisation de l’information et le dessinateur a pris la peine de retirer les bandelettes franques, les tuniques romaines, et de les remplacer par des braies. En revanche les bandelettes demeurent dans le « Banquet gaulois » de Moulignier (ill. 36) qui illustre malgré tout trois Petits Lavisse (Première année, Nouvelle première année, Deuxième année) de 1895 à 1922. L’image offre l’avantage de montrer ce qui est censé être une scène quotidienne mais aussi l’armement de Gaulois prêts à en découdre. Là encore, ce n’est pas l’exactitude archéologique – il suffit d’observer les casques fantaisistes – que l’on souhaite illustrer, mais le caractère belliqueux des Gaulois dans leur incapacité à construire une société sereine et unie. C’est la faute morale sur laquelle insiste Ernest Lavisse d’autant que ces bagarres ont souvent lieu après une consommation excessive d’alcool, ici à la fin d’un repas par trop arrosé. Nous y reviendrons, l’alcoolisme est un grand combat sanitaire, social et moral de la Troisième République.

Illustration 36. Banquet gaulois (Lavisse, 1894-1922).

Illustration 36. Banquet gaulois (Lavisse, 1894-1922).

36. « Banquet gaulois », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1904, p. 5. Collection particulière.

Notes

1 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine, Paris, A. Sautelet, 3 vol., 1828.

2 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, vol. 8, 1872, p. 1084.

3 C. Reynaud Paligot, De l’identité nationale : science, race et politique en Europe et aux États-Unis, xixe-xxe s., Paris, Presses universitaires de France, 2011, p. 114.

4 L. Olivier, « Du musée des Antiquités nationales au musée d’Archéologie nationale », dans J.-P. Demoule et C. Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie en France, Paris, La Découverte, 2009, p. 79-100.

5 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, 2 vol., 1865-1866. Parmi les collaborateurs de Napoléon III, citons Alfred Maury (bibliothécaire des Tuileries), Victor Duruy (historien et futur ministre de l’Instruction publique) et le Bavarois Wilhelm Froehner (attaché aux antiquités du Louvre), naturalisé français par décret impérial spécial en 1866, et qui devient directeur adjoint du musée du Louvre l’année suivante.

6 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise : mémoires et documents relatifs aux premiers temps de notre histoire nationale, Paris, Didier, 1876. Une deuxième édition paraît en 1889.

7 Mémoire de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, années 1873-1874, Châlons-sur-Marne, Auguste Denis, 1875.

8 Revue des sociétés savantes de la France et de l’étranger, publiée sous les auspices du ministère de l’Instruction publique et des Cultes et des Beaux-Arts, Paris, [s.n.], 1876.

9 Ibid., p. 31.

10 Ibid., p. 320.

11 Ibid., p. 37.

12 Ibid., p. 93.

13 Ibid., p. 174.

14 Ibid., p. 190.

15 Ibid., p. 316.

16 Ibid., p. 322.

17 Ibid., p. 329.

18 Ibid., p. 401.

19 Ibid., p. 417.

20 É. Fourdrignier, « Double sépulture gauloise de la Gorge-Meillet, territoire de Somme-Tourbe (Marne) », dans Étude sur les chars gaulois et les casques dans la Marne, Paris / Châlons-sur-Marne, Menu, 1878.

21 Il était notamment membre de la Société d’anthropologie de Paris, de la Société des antiquaires de France, de la Société française d’archéologie, de l’Association des études grecques, de la Société française des fouilles archéologiques.

22 H. Du Cleuziou, L’art national : étude sur l’histoire de l’art en France. Les origines, la Gaule, les Romains, Paris, A. Le Vasseur, 2 vol., 1882-1883.

23 Commission de la topographie des Gaules, Dictionnaire archéologique des Gaules, Paris, Imprimerie nationale, 1876.

24 E. Muret et A. Chabouillet, Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1889 ; H. de La Tour, Atlas de monnaies gauloises, préparé par la Commission de topographie des Gaules et publié sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1892.

25 C.-É. Ruelle, Bibliographie générale des Gaules, Paris, chez l’auteur, 2 vol., 1880-1886.

26 A. Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, ouvr. cité, p. iv et vi.

27 Ibid., p. vii.

28 É. Mâle, « Les origines de la sculpture française du Moyen Âge », Revue de Paris, 2e année, vol. 5, 1er septembre 1895, p. 198-224. Émile Mâle est alors agrégé de lettres, professeur en lycée et prépare une thèse sur l’art religieux du xiiie siècle en France qu’il soutient en 1898 (A. Vauchez, « Émile Mâle (1862-1954) : vie, carrière et œuvre », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 148, no 4, 2004, p. 1631-1640).

29 É. Mâle, « Les origines de la sculpture française du Moyen Âge », art. cité, p. 202-204.

30 É. Fourdrignier, « L’âge du fer (Hallstatt-Le Marnien-La Tène) », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 1, no 6, 1904, p. 208.

31 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 5. Les hameçons vont rapidement être réattribués dans les Petits Lavisse aux Mérovingiens.

32 E. Lavisse, article « Histoire », dans F. Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911. Sur la pédagogie d’Ernest Lavisse, voir A. Bruter, « Lavisse et la pédagogie de l’histoire. Enseignement de la représentation et représentation de l’enseignement », Histoire de l’éducation, no 65, 1995, p. 27-50.

33 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1882.

34 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », Le magasin pittoresque, 34e année, 1866, p. 214.

35 L. Gallet, Salon de 1865 : peinture, sculpture, Paris, Le Bailly, 1865, p. 36.

36 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, F. Hoefer (éd.), Paris, A. Delahays, vol. 1, 1851, v, xxviii, 79.

37 C. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Arles, Actes Sud-Errance, 2001, p. 346-355.

38 P. Mignard, Archéologie bourguignonne, Alise, Vercingétorix et César, Dijon, Lamarche, 1874.

39 Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 20e année, no 3, 1876, séance du vendredi 29 septembre, p. 241.

40 E. Babelon, Vercingétorix  : étude d’iconographie numismatique, Paris, Rollin et Feuardent, 1902.

41 Voir notamment la sculpture trouvée en 1996 dans le tumulus de Glauberg (475-450 avant notre ère) et qui présente un prince gaulois avec barbe et moustache.

42 « Très près d’Aix, sur la colline d’Entremont, [...] on montre au musée quelques pierres sculptées d’un travail très grossier, découvertes dans ce lieu. Des cavaliers armés de lances sont représentés sur la moins fruste de ces pierres ; sur une autre, des têtes avec les yeux fermés, c’est je crois une espèce de trophée. Toutes ces sculptures portent le caractère de la plus grande barbarie. Je pense qu’elles peuvent être attribuées aux Salyens, en effet je ne vois qu’eux qui aient pu faire si mal. » (P. Mérimée, Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Fournier, 1835, p. 235-236).

43 J. Marcadé et F. Salviat, « Le relief d’Aubergue et les têtes coupées d’Entremont », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 9, 1976. p. 81-87.

44 J.-L. Brunaux et B. Lambot, Guerre et armement chez les Gaulois (450-52 av. J.-C.), Paris, Errance, 1988, p. 107.

45 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.

46 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884, p. 13-14.

47 E. Hucher, « Lettre [lue à l’Académie] sur la médaille gauloise portant la légende Verotal et sur le costume des Gaulois », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 4, no 1, 1860, séance du 20 avril ; voir aussi E. Hucher, L’art gaulois ou les Gaulois d’après leurs médailles, Paris, A. Morel, 1869-1874, pl. 22.

48 C.-É. Ruelle, Bibliographie générale des Gaules, ouvr. cité.

49 H. Du Cleuziou, L’art national : étude sur l’histoire de l’art en France. Les origines, la Gaule, les Romains, Paris, A. Le Vasseur, vol. 1, 1882, p. 185.

50 A. Challamel, Costumes civils et militaires français à travers les siècles, Paris, Roy Éditeur, 1881, pl. 2 et 4.

51 A. Racinet, Le costume historique, cinq cents planches, trois cents en couleur deux cents en camaïeu, Paris, Firmin-Didot, 6 vol., 1888.

52 E. Hucher, L’art gaulois ou les Gaulois d’après leurs médailles, ouvr. cité ; J.-É. Quicherat, Histoire du costume en France depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du xviiie siècle, Paris, Hachette, 1875 ; E. Bosc et L. Bonnemère, Histoire nationale des Gaulois sous Vercingétorix, Paris, Firmin-Didot, 1882. Auguste Racinet mentionne aussi l’Essai sur l’inégalité des races humaines de Gobineau (1884), et la Géographie universelle de Reclus.

53 A. Challamel, La France et les Français à travers les siècles, Paris, F. Roy, vol. 2, 1882, p. 56-57.

54 A. Racinet, Le costume historique, ouvr. cité, vol. 1, pl. Gaulois, notice 35.

55 À noter la découverte en 1989 d’un sanglier-enseigne très ressemblant à Soulac-sur-Mer.

56 Le musée d’Artillerie est réuni en 1905 au musée historique de l’Armée pour créer le musée de l’Armée aux Invalides.

57 Musée de l’Artillerie (éd.), Notice sur les costumes de guerre, Paris, Imprimerie nationale, 1901.

58 C.-A. Herbé, Costumes français civils, militaires et religieux, Paris, chez Herbé, 1835.

59 Voir A.-L. Robert, Catalogue des collections composant le musée d’Artillerie en 1889, Paris, Imprimerie nationale, vol. 1, 1889.

60 É. Mas, Costumes des Sables-d’Olonne et de ses environs, Paris, E. Morier, 1876 ; O. Uzanne, La Française du siècle : la femme et la mode, métamorphoses de la Parisienne de 1792 à 1892, Paris, May et Motteroz, 1892 ; A. Picard, La terre des fleurs, Paris, Charavay, Mantoux, Martin, 1890.

61 Tableaux historiques des régiments de l’armée française, Paris, A. Colin, 1892. Il s’agit des lithographies à la gloire des 2e, 23e et 36e régiments d’infanterie, et du 2e bataillon de chasseurs à pied.

62 A. Rambaud, Petite histoire de la civilisation française, depuis les origines jusqu’à nos jours, à l’usage des classes élémentaires, Paris, A. Colin, 1890. Il illustre aussi plus tard L’alcoolisme et ses dangers en quinze illustrations, Paris, Paul Auguste-Godchaux et Cie, 1897 ; et pour les tout-petits : Lecture sur la morale, à l’usage des écoles maternelles et des divisions élémentaires des écoles primaires, Paris, Combet, 1901 ; M. Fournier, Le vocabulaire des écoles, étude méthodique des mots de la langue usuelle d’après l’analogie… Cours préparatoire et élémentaire, Paris, Gédalge, 1904.

63 A. Parmentier, Album historique publié sous la direction de M. E. Lavisse, t. Ier, Le Moyen Âge habitation, vêtement, alimentation, mobilier, etc., du ive siècle à la fin du xiiie siècle, avec 2000 gravures, Paris, A. Colin, 1895.

64 A. Isnard, Revue des questions historiques, vol. 16, 1896, p. 616.

65 M. Prevost, « Albert Isnard », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 108, 1950, p. 195-196.

66 L. Coutil, « Les casques de Bernières d’Ailly (Calvados). [Casques de Falaise] », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 8, no 12, 1911, p. 3-12.

67 O. Costa de Beauregard, « Les casques de bronze dit de Falaise. Leur origine et leur âge », dans Congrès archéologique de France, LXXVe session, Caen, H. Delesques, t. II, 1908, p. 473-501.

68 J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, Paris, A. Picard, vol. 2, 1910, p. 229-237 ; et vol. 6, 1914, p. 1155-1167.

69 L. Pernet, Armement et auxiliaires gaulois : iie et ier siècles avant notre ère, Montagnac, M. Mergoil, 2010, p. 112-123 ; J.-L. Brunaux et B. Lambot, Guerre et armement chez les Gaulois, ouvr. cité, p. 102-106 et 132-133.

70 S. Reinach, Revue archéologique, 3e série, t. XXVIII, janvier-juin 1896, p. 128.

71 Ibid., p. 127-128.

72 Ibid., p. 128.

73 G. Bloch, Les origines, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France, ouvr. cité, p. 40.

74 E. Lavisse (dir), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette, t. I, 2e partie, 1911, p. 40.

75 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912-1922, p. 8.

76 Ibid., p. 9.

77 Manuel général de l’instruction primaire, 12 avril 1890, p. 201. La citation que reprend le Manuel général est extraite de l’article « Histoire » rédigé par Ernest Lavisse dans le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson.

Table des illustrations

Titre Illustration 18. Vercingétorix (Lavisse, 1883-1895).
Légende 18. « Vercingétorix », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1882, p. 7. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Illustration 19. Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César qui le retint prisonnier (Lavisse, 1884-1922).
Légende 19. « Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César qui le retint prisonnier », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 15. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Illustration 20. Gaulois lançant des flèches contre le ciel (Lavisse, 1876-1892).
Légende 20. « Gaulois lançant des flèches contre le ciel », dans E. Lavisse, Leçons préparatoires, Paris, A. Colin, 1882, p. 5. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Illustration 21. Vercingétorix commanda à des cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes (Lavisse, 1884-1922).
Légende 21. « Vercingétorix commanda à des cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 13. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Illustration 22. Les Gaulois défiaient leurs ennemis en leur criant : « Qui veut combattre avec moi ? » (Lavisse, 1884-1922).
Légende 22. « Les Gaulois défiaient leurs ennemis en leur criant : “Qui veut combattre avec moi ?” », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 9. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Illustration 23. Les Gaulois attaquèrent plusieurs fois les retranchements de Jules César (Lavisse, 1884-1922).
Légende 23. « Les Gaulois attaquèrent plusieurs fois les retranchements de Jules César », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 14. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Illustration 24. Guerrier gaulois (Lavisse, 1884-1894).
Légende 24. « Guerrier gaulois », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, [s. d., programmes de 1887], p. 5. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Titre Illustration 25. Médaille d’argent au nom du chef Vérotal (Hucher, 1868).
Légende 25. « Médaille d’argent au nom du chef Vérotal », dans E. Hucher, L’art gaulois ou les Gaulois d’après leurs médailles, Paris, A. Morel, 1868, pl. 22. © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Illustration 26. Guerriers gaulois (Lavisse, 1895-1922).
Légende 26. « Guerriers gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1906, p. 31. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Illustration 27. Chef gaulois, sculpture d’Emmanuel Frémiet (Château de Saint-Germain, 1864).
Légende 27. « Château de Saint-Germain – Chef gaulois, par Frémiet ». Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 28. Gaulois, casque à ailes (Racinet, 1888).
Légende 28. « Guerrier gaulois avec un casque à cimier ailé », dans A. Racinet, Le costume historique, Paris, Firmin-Didot, vol. 2, 1888, pl. 57 (détail). © Bibliothèque municipale de Grenoble, Gb.231.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Illustration 29. Gaulois, casque à cornes (Racinet, 1888).
Légende 29. « Guerrier gaulois avec un casque à cimier cornu », dans A. Racinet, Le costume historique, Paris, Firmin-Didot, vol. 2, 1888, pl. 57 (détail). © Bibliothèque municipale de Grenoble, Gb.231.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Titre Illustration 30. Casques gaulois de l’arc d’Orange (Déchelette, 1914).
Légende 30. « Casques gaulois de l’arc d’Orange », dans J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine, II, 3e partie, Archéologie celtique et protohistorique, Paris, A. Picard, 1914, p. 1156. © Bibliothèque municipale de Grenoble, L.9349.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Illustration 31. Guerrier avec casque à cornes (Lavisse et Parmentier, 1903, 1913).
Légende 31. « Guerrier avec casque à cornes », dans E. Lavisse et A. Parmentier, Tableau d’histoire, Paris, A. Colin, 1903. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Illustration 32. Guerrier gaulois (Lavisse, 1912-1922).
Légende 32. « Guerrier gaulois », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 8. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Illustration 33. Gaulois en marche (Lavisse, 1912-1922).
Légende 33. « Gaulois en marche », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 9. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Illustration 34. Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule (Lavisse, 1913-1922).
Légende 34. « Vercingétorix encourage les Gaulois à combattre les Romains et à les chasser de la Gaule », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 5. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Illustration 35. Les figurants (Sarcey, 1893).
Légende 35. « Les figurants », dessin d’A. Gérardin, dans F. Sarcey, Le théâtre, Paris, [s.n.], 1893, p. 15. © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Titre Illustration 36. Banquet gaulois (Lavisse, 1894-1922).
Légende 36. « Banquet gaulois », dans E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1904, p. 5. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7914/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 673k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search