Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

II. La fabrique des Gaulois, entre discours scientifiques et choix scolaires

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Ruskin, La Bible d’Amiens, traduction, notes et préface de M. Proust, Paris, Société du Mercure (...)

Au temps de la puissance grandissante de Rome, son peuple appelait Gaulois tous ceux qui vivaient au nord des sources du Tibre. Si cette définition générale ne vous suffit pas, vous pouvez lire l’article Gallia dans le Dictionnaire de Smith qui tient soixante et onze colonnes d’impression serrée, chacune de la longueur de trois de mes pages : et il vous dit à la fin : « Quoique long, ce n’est pas complet. » Vous pouvez cependant, après une lecture attentive, en tirer à peu près autant que ce que je vous en ai dit plus haut.1

  • 2 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 39-40.

Qui donc enseigne en France ce qu’est la patrie française ? [...] C’est donc à l’École de dire aux Français ce qu’est la France ; qu’elle le dise avec autorité, avec persuasion, avec amour [...]. Il y a dans le passé une poésie dont nous avons besoin pour vivre.2

  • 3 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912-1922, 1re de couverture.

Dans ce livre tu apprendras l’histoire de la France.3

1Les relations entre recherche scientifique et discours scolaire sont éminemment complexes car les finalités, les processus et les temporalités d’élaboration des savoirs de l’un ne sont pas ceux de l’autre. Alors que se constitue sur les Gaulois un abondant savoir archéologique et historique – de plus en plus documenté, argumenté, vulgarisé – les Petits Lavisse sont lestés d’une inertie qui les rend en grande partie – et longtemps, mais de façon différentielle – imperméables aux acquis de la recherche. L’intensité de la percolation dépend de la notoriété des archéologues, des thématiques, des enjeux et des moments du demi-siècle lavissien. C’est ce que l’on peut analyser à travers l’étude du guerrier, de l’habitat et de la mise en valeur du territoire gaulois. L’armement gaulois montre les relations entre les découvertes archéologiques qui s’accumulent tout au long du xixe siècle et l’écriture scolaire. Dans une période de profond renouvellement des approches historiques, on assiste au développement d’un intérêt croissant accordé aux documents archéologiques, ce qui justifie une iconographie plus abondante et actualisée. Le thème de l’habitat et de l’urbanisme gaulois pose un autre type de problème. En effet, il ne s’agit pas seulement de l’intégration de découvertes archéologiques aux savoirs scolaires. La question de l’existence ou non de véritables villes gauloises pose des problèmes de sources et de traduction, évidemment, mais aussi de méthodologie en raison des définitions variables que l’on accorde à la ville. Le sujet est complexe et divise encore les archéologues. Éblouis par les grandes villes romaines, Ernest Lavisse et bien d’autres ont longtemps refusé aux Gaulois toute volonté urbanistique. Enfin l’étude de l’aménagement du territoire gaulois permet plus encore de mettre en lumière une lecture idéologique du discours historique et scolaire. Ce que les historiens et surtout les archéologues de l’époque avaient pressenti, c’est que la Gaule était bien plus riche et aménagée qu’on avait pu le croire. Il faut alors relire les textes antiques. L’archéologie actuelle l’a d’ailleurs largement confirmé. Mais autant le matériel archéologique et les techniques de fouilles pouvaient documenter la question de l’existence de véritables villes, autant l’organisation agraire, les cultures, l’état de la déforestation nécessitent des méthodes d’investigation qui demeurent embryonnaires encore après la Première Guerre mondiale. Cela laisse le champ libre à une lecture patrimoniale et identitaire de l’être historique France. Alors la supposée incapacité des Gaulois à tirer parti des dons d’une nature si bienveillante à leur égard justifie de les décrire dans un état oscillant entre sauvagerie et mœurs barbares. Cette optique est d’ailleurs conforme aux conceptions contemporaines de l’évolution des civilisations dont les colonies semblent illustrer les états inférieurs de développement. Ce discours pouvait aussi rendre la fragilité de la nation gauloise cohérente, à défaut d’apparaître acceptable.

Notes

1 J. Ruskin, La Bible d’Amiens, traduction, notes et préface de M. Proust, Paris, Société du Mercure de France, 1904, p. 152. John Ruskin fait référence au Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology du célèbre lexicographe William Smith dont l’œuvre fait autorité et est régulièrement rééditée de 1842 à 1894.

2 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 39-40.

3 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912-1922, 1re de couverture.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search