Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

I. Une ethnogenèse occultée

Chapitre III

La France, un être historique

Texte intégral

  • 1 Ernest Lavisse utilise cette expression à plusieurs reprises pour désigner des peuples et leur Éta (...)
  • 2 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, dans E. Lavisse (dir), Histoire de F (...)

1Il nous faut à présent approfondir ce qu’Ernest Lavisse entend par « France ». Nous n’avons jusque-là utilisé le mot que dans son acception territoriale. Mais il désigne autant l’espace que le peuple qui se l’est approprié. Sous la plume d’Ernest Lavisse, la France est un être historique1 qui, s’il n’est pas doté d’une âme comme l’aurait voulu Jules Michelet, est marqué par des caractères ethniques et culturels uniques, par une identité propre. Ainsi que Vidal de La Blache l’écrit, c’est un « peuple dont l’histoire s’est incorporée au sol de la France »2. La France est le résultat de la rencontre d’un peuple et d’un territoire singuliers dans une relation organique. À l’origine, elle se nommait Gaule. Elle est incarnation, elle est la nation.

« Au temps où notre pays s’appelait la Gaule »

  • 3 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 4 On la trouve encore dans la 92e édition du manuel parue en 1927.
  • 5 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 3 ; repris dans La deux (...)
  • 6 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 5.
  • 7 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 8 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 3.
  • 9 Ibid., p. 3 et 5.
  • 10 P. Nora, Recherches de la France, Paris, Gallimard, 2013, p. 192. Cet article a paru sous le titre (...)
  • 11 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 12 Voir notamment A. Bertrand, La Gaule avant les Gaulois : d’après les monuments et les textes, Pari (...)

2Lorsqu’Ernest Lavisse évoque le « temps où notre pays s’appelait la Gaule »3, il ne surprend personne. De la même manière qu’il reconnaît que les Gaulois sont nos ancêtres, il affirme aisément que la France est en germe en la Gaule. Cette affirmation demeure même inchangée durant les quatre décennies qui s’écoulent de la première (1882) à la dernière édition (1922) de La deuxième année d’histoire de France parue du vivant d’Ernest Lavisse4. Pourtant, si anodine puisse-t-elle paraître à l’époque, cette affirmation laisse entendre non seulement la permanence ontologique d’un pays à travers les siècles, mais aussi qu’à ce point origine où Ernest Lavisse fait débuter son récit, la France est déjà là malgré l’éloignement temporel et civilisationnel. Il affirme par là même, en désignant la Gaule comme « notre pays », une dimension de possession et d’identité qui patrimonialise cette entité historique, dans une relation intergénérationnelle qui nous lie à « nos ancêtres ». En évoquant le « temps où notre pays s’appelait la Gaule », il va même jusqu’à inverser les positions temporelles respectives de la France et de la Gaule. La Gaule existe historiquement avant la France, mais ici, la France apparaît comme un être éternel déjà là alors qu’elle n’était pas encore, dont seul le nom a changé. Voici la France, tel un espace immuable dans lequel les Français traversent les péripéties des siècles, dimension territoriale d’un peuple « toujours-déjà-là ». Pourtant le décor a changé. Dans trois de ses manuels, Ernest Lavisse utilise le procédé didactique du voyage dans le temps pour montrer la différence entre les deux territoires. Il imagine, en 1876 et en 1890, qu’il s’adresse à un élève de la Troisième République et lui fait remarquer qu’il aurait bien du mal à reconnaître la France contemporaine : car « si vous étiez tout à coup transportés de vingt ou trente siècles en arrière, au milieu de ce qui était alors la Gaule, vous n’y reconnaîtriez pas la France »5. Et, inversement, il affirme en 1914 dans son Cours moyen que « si les Gaulois revenaient au monde, ils seraient bien étonnés de tout ce qu’ils verraient ; ils ne reconnaîtraient pas leur pays »6. La structure grammaticale de ces deux phrases implique bien la confusion ontologique entre la France et la Gaule. Les Gaulois ne reconnaîtraient pas la France, ou les Français la Gaule, comme on aurait du mal à identifier quelqu’un que l’on n’aurait pas vu depuis si longtemps et dont l’apparence aurait quelque peu changé. La France serait donc bien la Gaule d’antan. Et cela est répété à l’envi : « notre pays s’appelait autrefois la Gaule »7, « il y a deux mille ans, notre pays s’appelait la Gaule et ses habitants étaient les Gaulois »8. Transcendant les siècles, Vercingétorix lui-même « avait bravement défendu notre pays »9. Ernest Lavisse place un Tableau de la France signée de Vidal de La Blache au début du premier volume de son Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution. Le rideau se lève sur la narration de l’épopée nationale après le dévoilement de la scène géographique, sorte de théâtre de la Nation comme la Renaissance présentait des Théâtres de l’Univers. Ainsi que le souligne Pierre Nora, c’est une manière de signifier que « la France existe avant la France »10. Plus encore, lorsqu’Ernest Lavisse demande aux élèves de se transporter mentalement « vingt ou trente siècles en arrière »11, il les projette jusqu’à la fin du 2e millénaire avant notre ère à une époque où les Gaulois ne sont pas encore arrivés sur le territoire de la « Gaule » puisque leur extension à partir des marges orientales (actuelles Alsace, Lorraine, Franche-Comté) ne date que des ive et iiie siècles. Si Ernest Lavisse l’avait voulu, il aurait pu le lire dans les travaux d’Alexandre Bertrand ou encore d’Henri d’Arbois de Jubainville12. La France d’Ernest Lavisse existe avant la France, et même, la Gaule avant la Gaule. La France est bien toujours-déjà-là.

  • 13 L. Febvre, La terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, La Rena (...)
  • 14 E. Lavisse (dir), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, v (...)
  • 15 Sur l’influence de Spinoza au xixe siècle, voir A. Tosel, P.-F. Moreau et J. Salem (dir.), Spinoza (...)
  • 16 Sur le concept d’agentivité (ou agency), voir notamment J. Guilhaumou, « Autour du concept d’agent (...)

3Mais le territoire de la Gaule-France ne constitue pas l’acteur principal et déterminant de l’épopée nationale. Selon Ernest Lavisse, l’homme garde la possibilité d’entraver, au moins partiellement, les déterminismes naturels. Les hommes écrivent bien l’histoire et ne se contentent pas de dérouler servilement ce que la nature leur aurait dicté. En cela, Ernest Lavisse est assez proche de Paul Vidal de La Blache à qui il a confié la rédaction du tome introductif de son Histoire de France des origines à la Révolution, qui paraît en 1903. Paul Vidal de La Blache est alors au sommet de sa carrière, professeur à la Sorbonne comme Ernest Lavisse, et il jouit comme lui d’un prestige immense. Il est lui aussi l’auteur de manuels scolaires et de cartes murales, l’un en géographie, l’autre en histoire. Il se détache des déterminismes géographiques étroits. Il développe une perception de l’espace et des relations entre l’homme et la nature qui s’apparente au possibilisme comme l’a bien identifié Lucien Febvre13. Paul Vidal de La Blache accorde à l’homme une liberté de choix, en partie conditionnée par ses aptitudes techniques, qui lui permet de mettre diversement en valeur son territoire. Il est sensible aux facteurs historiques, lui qui a d’abord suivi à l’École normale supérieure un cursus d’histoire et soutenu en 1872 une thèse d’histoire antique, avant de s’orienter vers la géographie. Cependant pour Vidal de La Blache l’environnement naturel demeure premier, non seulement dans la genèse de la relation de l’homme à son territoire – considérant que la nature préexiste à l’homme –, mais aussi parce qu’il considère que les facteurs naturels prévalent sur l’ensemble des facteurs sociétaux. C’est pour cela que l’adage « la nature propose, l’homme dispose » caractérise ce courant de la géographie. Mais l’on remarquera que c’est bien la nature qui propose. Paul Vidal de La Blache influence évidemment la pensée d’Ernest Lavisse qui considère que lorsque, conjoncturellement, une potentialité naturelle rencontre une action humaine, c’est une vocation qui se révèle, celle-là même, par exemple, qui assigne à la France une « vocation agricole », une « vocation maritime » ou « médiatrice »14 comme il l’écrit en 1922. Cependant, Ernest Lavisse développe une approche légèrement différente de la conception vidalienne. Car en définitive, l’un est géographe, l’autre historien. Pour rendre compte du déploiement temporel des activités humaines, Ernest Lavisse intègre d’autres paramètres à son raisonnement. Les rapports des sociétés à leur territoire lui semblent régis par l’offre de la nature, bien sûr, mais aussi par les dynamiques événementielles propres à l’histoire, dont on ne peut toujours entraver les relations causales. Intervient aussi ce qu’il appelle la « libre puissance d’action », qui renvoie à la liberté des hommes d’agir, la potentia agendi de Spinoza si l’on veut15, qui représente une détermination par soi-même et donc une liberté susceptible d’entraîner d’autres contraintes. Enfin, le hasard, c’est-à-dire tout ce qui échappe à la volonté et à la capacité prédictive des hommes. C’est dans le cadre de ce polyptyque qu’Ernest Lavisse pense les relations entre un peuple et son territoire, entre les Gaulois et la Gaule, au cœur des rapports entre la nature, l’histoire, l’agentivité16 – à défaut de libre arbitre –, le jeu des possibles et le hasard. C’est ce qu’il exprime en 1890 :

  • 17 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. vii.

Le jeu même de l’histoire crée des nécessités inéluctables : telle chose sera, parce que telles autres ont été. D’autre part, sur la carte de notre continent, la nature a laissé le champ libre à l’incertitude de possibilités diverses. L’histoire est pleine d’accidents, dont la nécessité n’est point démontrable. Il existe enfin une libre puissance d’action, qu’ont exercée des individus et des peuples. Le hasard et la liberté contrarient la fatalité naturelle et cette fatalité des suites, qui naît de l’histoire. Dans quelle mesure ?17

4Tout cela relativise la place qu’Ernest Lavisse accorde à la puissance de la nature même s’il n’en fixe pas définitivement l’intensité, qui demeure variable, et qui reste à mesurer.

  • 18  C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », Revue de Paris, 7e année, vol. 5, septembre-octob (...)
  • 19 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

5On le voit, Ernest Lavisse ne partage pas complètement les conceptions déterministes et organistes de certains de ses collègues. Spécialiste de l’histoire des Gaulois, Camille Jullian voit même dans le lent façonnage du territoire, la corporéisation spatiale de la nation. Pour lui, les pays et les bourgs de France constituent « les articulations de notre corps national » et « les organes de notre vie sociale »18. Or nombre de villes portent les traces toponymiques du passé gaulois puisque, comme le rappelle Ernest Lavisse, « Amiens rappelle le nom des Ambiens ; Reims, celui des Rèmes ; Langres, celui des Lingons ; Chartres, celui des Carnutes, etc. »19. Il y a ainsi une relation organique qui se déploie dans l’espace et dans le temps entre le peuple et son territoire. Les théories psychologiques de l’époque le confirment. Déjà Jules Michelet notait en 1833 :

  • 20 J. Michelet, Histoire de France, Paris, A. Lemerre, vol. 1, 1885, p. 7.

Sans une base géographique, le peuple, l’acteur historique, semble marcher en l’air comme dans les peintures chinoises où le sol manque. Et notez que ce sol n’est pas seulement le théâtre de l’action. Par la nourriture, le climat, etc., il y influe de cent manières. Tel le nid, tel l’oiseau. Telle la patrie, tel l’homme20.

  • 21 A. Fouillée, Psychologie du peuple français [1898], Paris, F. Alcan, 1903, p. 44.
  • 22 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 382.

6On le voit, chez Michelet la relation est éminemment puissante entre un peuple et son territoire. Sans opter pour un déterminisme aussi strict du milieu, Alfred Fouillée identifie bien cette relation dans sa Psychologie du peuple français. Elle s’établit à la rencontre entre un milieu physique et une volonté humaine, entre contraintes et intelligences, déterminations et aptitudes. Ainsi, en France, selon lui, la fertilité du sol n’est « ni trop grande ni trop petite » et tend donc à développer l’intelligence. De même certains climats – particulièrement en raison de leur air ou de leur atmosphère – sont propres à développer la mélancolie, d’autres la gaieté ou l’insouciance, voire de générer des hallucinations. Ainsi, « en France nous trouvons les aspects les plus variés ; l’imagination de la vaporeuse Bretagne ne pouvait donc être la même que celle de la claire Provence ; en général, la nation française n’a rien de brumeux ni de sombre en son esprit »21. Camille Jullian accepte sans réserve ces conclusions sur les déterminismes physiques et psychologiques des peuples, lui qui estime que « la nature a donné à tous les pays et à tous les hommes des humeurs contradictoires et des goûts qui se combattent » et qui voit notamment dans le contraste entre le Nord et le Midi « une fatalité qui pèse sur toutes les nations » et qui « vient en partie de la différence des latitudes, des climats et des productions, et de la variété des tempéraments que peut entraîner la diversité des sols »22. C’est ici une réactualisation de la théorie des climats portés notamment au xvie siècle par Jean Bodin dans Les six livres de la république (1576). Elle s’inscrit au xixe siècle dans une conception déterministe de la géographie portée haut en Allemagne par Friedrich Ratzel.

7Mais Ernest Lavisse se tient à distance de ce déterminisme. Sa lecture est plus subtile et surtout donne à l’histoire une place conséquente. Pour reprendre la métaphore de Jules Michelet, Ernest Lavisse pense que le nid fait l’oiseau, mais tout autant que l’oiseau fait son nid, et pareillement, si la patrie fait l’homme, l’homme forge sa patrie. Chez Jules Michelet la nature est matricielle ; pour Paul Vidal de La Blache elle offre plutôt une étendue des possibles ; pour Ernest Lavisse, la nature représente le lieu, et parfois l’objet, d’un champ de forces. La nature s’offre plus qu’elle ne s’impose à la volonté humaine, ou plutôt aux jeux contradictoires des volontés et des actions humaines. Ernest Lavisse illustre bien cette conception, dans le dernier volume de son Histoire de France contemporaine (1922), lorsqu’il évoque la question de l’Alsace-Lorraine et la façon dont l’histoire contrarie le dessin, ou dessein, des frontières naturelles de la Gaule. Selon lui, la nature a créé une région précisément délimitée, la Gaule sise entre les Alpes, le Rhin, la mer du Nord, l’océan Atlantique, les Pyrénées et la Méditerranée. C’est une région naturelle et cohérente à ses yeux. Ernest Lavisse considère que toute la politique territoriale des rois de France a tenté de faire coïncider les frontières naturelles de la Gaule avec celles de la France. Mais les événements historiques n’ont pas permis cette superposition dans le Nord-Est du royaume, et cela dès le traité de Verdun qui découpe l’Empire carolingien en 843. Un autre exemple d’événement perturbant est celui de l’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 par l’Allemagne et récemment récupérée par la France :

  • 23 E. Lavisse (dir.), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, (...)

Un des principaux objets de la politique française pendant l’Ancien Régime fut de donner à la France des frontières qui furent celles de la Gaule : les Alpes, le Rhin, la mer du Nord, l’Océan, les Pyrénées, la Méditerranée. La France se considérait donc comme l’héritière de la Gaule ; on pensait d’ailleurs que ses frontières avaient été dessinées par la nature elle-même. Mais l’histoire a opposé à la nature des obstacles qui n’ont pu être surmontés. Le premier fut le traité de Verdun, par lequel, en l’an 843, Lothaire, Louis et Charles, fils de Louis le Pieux, se partagèrent l’empire de Charlemagne, leur grand-père. […] Mais la future France ne touche pas l’ancienne frontière de la Gaule ; Lothaire s’est interposé. La singulière combinaison ne pouvait durer. […] La partie septentrionale, entre Rhin et Meuse, qu’on ne savait comment appeler, prit le nom de Lotharingie, qui est devenu Lorraine. Tout de suite ce pays fut disputé entre France et Allemagne : la dispute dure encore. […] Aujourd’hui, après que la Grande Guerre nous a rendu l’Alsace-Lorraine conquise par l’Allemagne en 1871, notre frontière nord-est représente à peu près celle de 1815. Mais, si l’on compare l’ensemble de notre frontière nord-est et nord, quel recul ! Pourrait-il s’agir encore d’une politique des frontières naturelles ? Non, car la Révolution française a établi le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit une nation est née, la Belgique. En 1831, la France a signé le pacte qui l’a constitué ; elle ne pourrait le violer sans déshonneur et crime. D’autre part, elle ne peut s’agrandir en pays allemand sans le consentement des populations. Ainsi, la nature a créé une région nettement délimitée, où l’idée des frontières naturelles a suggéré une politique qui, après des siècles d’efforts, n’a pas atteint le but proposé.23

  • 24 P. Foncin, Géographie historique (leçons en regard des cartes) : résumant l’histoire de la formati (...)
  • 25 E. Lavisse, La jeunesse du grand Frédéric, Paris, Hachette, 1891 ; Le grand Frédéric avant l’avène (...)
  • 26 La ligue française, no 6, 6 janvier 1916, p. 4.
  • 27 T. Lavallée, Les frontières de la France, Paris, Furne, 1864, p. 1.

8On voit bien la force de proposition, de suggestion comme il écrit, de la région naturelle de la Gaule. Mais ici, le déterminisme naturel vient buter sur les volontés contradictoires des hommes. Plus encore, Ernest Lavisse montre par cet exemple que la donne naturelle ne s’impose pas aux hommes, et ne constitue nullement un argument suffisant pour tenter enfin d’aligner les frontières politiques de la France sur celles de la Gaule. La nature n’est donc pas seule à l’œuvre. C’est la raison pour laquelle Ernest Lavisse accorde si peu de signification aux frontières naturelles. En insistant sur le « tout est possible », il émancipe l’histoire, et donc les hommes, d’un déterminisme naturel étroit et il souligne que la nature a bien créé une région précisément délimitée. Il désactive ainsi l’absolu des frontières naturelles. Les vicissitudes de l’histoire ont empêché de faire correspondre les frontières de la France avec ce que la nature a écrit sur la carte de l’Europe, pour reprendre les mots d’Ernest Lavisse. L’idée de « frontières naturelles » de la France est pourtant fortement ancrée dans le discours géographique et politique de la fin du xixe siècle. Pierre Foncin, inspecteur général de l’enseignement secondaire, fait ainsi paraître en 1888 chez Armand Colin une Géographie historique qui voit dans les conquêtes territoriales de la Révolution l’accomplissement du « rêve des hommes d’État du xviie siècle : la France reprenait ses frontières naturelles, celles de l’ancienne Gaule, Alpes, Rhin, Pyrénées »24. Il fait en cela écho à Danton qui avait affirmé le 31 janvier 1793 que « les limites de la France sont marquées par la nature » et que « nous les atteindrons des quatre coins de l’horizon, du côté du Rhin, du côté de l’Océan, du côté des Pyrénées, du côté des Alpes. Là doivent finir les bornes de notre République ». Ces « frontières naturelles » apparaissent pour beaucoup comme une évidence géographique. La Ligue française, présidée par Ernest Lavisse, le rappelle encore en janvier 1916, en pleine Grande Guerre, lorsque son bulletin énumère de nombreuses citations de Tacite, Jules César, Charles VII, Richelieu, Lazare Carnot, et même de Frédéric de Prusse – dont Ernest Lavisse est un spécialiste25 –, de Metternich ou encore de Georg Forster26. Ou encore Napoléon Ier qui affirmait en mars 1815 à Fleury de Chaboulon, son secrétaire particulier, que les limites naturelles de la France « sont un décret de Dieu ». On retrouve cette trace du divin exprimée presque de façon identique sous la plume de Théophile Lavallée en 1864, lorsqu’il fait imprimer le cours de Géographie et statistiques appliquées à l’art militaire qu’il donne à l’École militaire de Saint-Cyr. L’objet de son étude sur les frontières de « la Gaule, ou la région française » est justement d’observer comment, portée par ce dessein divin, « ces conditions géographiques ont fait les destinées, les périls et la grandeur de la France »27 :

  • 28 Ibid., p. 312-313.

La France a donc recouvré sa frontière naturelle du Midi : recouvrera-t-elle sa frontière naturelle du Nord ? Indubitablement, il lui faut toutes les limites que la main de Dieu lui a tracées, celles qu’elle avait dans son passé celtique et romain, celles qu’elle a reconquises dans sa régénération de 1789 ; il faut qu’elle renferme dans son territoire le champ de bataille de Tolbiac et le tombeau de Charlemagne ; il faut qu’elle ait, comme le disait Vauban à Louis XIV, son pré carré. Les frontières naturelles [...] sont une nécessité fondamentale des temps nouveaux ; elles sont le gage de la paix du monde.28

  • 29 Ibid., p. 313-314.

9Certes en 1864 la France vient d’obtenir le duché de Savoie et le comté de Nice (1860), et l’Alsace et la Moselle sont encore en France. Le ton est à l’optimisme. Théophile Lavallée considère pour conclure que les frontières naturelles de la France seront certainement atteintes, et que ce qu’il reste à « reconquérir » est « œuvre de temps, de patience, de conciliation » et que tout cela se fera « sans secousse et pacifiquement, si l’Europe est sage et confiante, si elle veut abdiquer ses préjugés et ses vieux ressentiments, si elle accepte des nécessités tracées par la nature, l’histoire, la raison et la justice »29. En voyant la France en la Gaule, la version laïcisée d’Ernest Lavisse, qui expurge toute référence au divin et à la Providence, n’en est pas moins téléonomique même si elle soumet la donne naturelle à l’histoire des hommes.

La Gaule, une histoire de France

  • 30 Seul le Cours moyen publié deux ans avant la Première Guerre mondiale est plus attentif au tracé d (...)

10Mais l’essentiel n’est pas là. Ernest Lavisse ne s’intéresse pas tant à la nature ou à l’espace, et ne s’interroge pas véritablement sur les relations entre le territoire et le peuple. En historien, ses préoccupations fondamentales portent sur les hommes, leurs actions, leurs relations, leurs interactions, leurs échanges. Tout cela s’inscrit évidemment dans un espace, qui plus est approprié, mais le territoire n’est pas toujours essentiel pour comprendre les ressorts historiques. Ce qui l’intéresse dans l’espace, c’est l’inscription territoriale de la nation. Là aussi il se distingue de Paul Vidal de La Blache qui fait de l’espace, en géographe, un élément essentiel de définition des régions. Pour Ernest Lavisse, le territoire de la Gaule-France est une facette de son être. D’ailleurs, de façon surprenante en apparence, Ernest Lavisse n’accorde à l’évolution des frontières de la France qu’un intérêt tout à fait secondaire, à l’exception significative des limites césariennes de la Gaule et de celles issues de la guerre de 1870-187130. Dès le début de ses manuels scolaires, il borne la Gaule et par là même une France éternelle. Dans L’année préparatoire, la première carte est consacrée au territoire de la Gaule jusqu’au premier roi franc. Ernest Lavisse prend la peine de superposer les « limites de la France actuelle ». Mais, une fois la page tournée, les cartes ne présentent plus de frontières : pas plus celle qui ouvre le chapitre sur la féodalité, la suivante qui localise les principales batailles de la guerre de Cent Ans, où le planisphère présentant « les guerres de Louis XIV, de la République et de l’Empire ». Ce n’est qu’avec la guerre de 1870 que réapparaissent les frontières de la France, et là, précisément, avec un encart pour le Nord-Est, et la politique coloniale qui montre les limites de la Cochinchine, du Tonkin et de l’Annam. Même chose dans les Récits et entretiens, qui traitent le programme scolaire des Gaulois à 1453, les cartes ne présentent aucune frontière de la France. Situation encore identique dans l’Histoire générale où, même sur la carte de l’Europe aux xvie et xviie siècles, on ne trouve aucune frontière (ill. 13).

Illustration 13. Europe au xvie et au xviie siècle (Lavisse, 1885-1901).

Illustration 13. Europe au xvie et au xviie siècle (Lavisse, 1885-1901).

13. « Europe au xvie et au xviie siècle », dans E. Lavisse, Histoire générale, Paris, A. Colin, 1901, p. 78-79. Collection particulière.

  • 31 E. Lavisse, Histoire générale, [1884] (1re édition), p. 80. La France n’obtient alors que la Haute (...)

11Elles auraient pourtant été utiles dans le contexte d’affirmation des États modernes d’autant que la carte est insérée dans la partie consacrée à la guerre de Trente Ans. Par un subtil usage typographique, Ernest Lavisse laisse imaginer la France insérée dans les frontières césariennes de la Gaule. Contrairement aux autres pays (Angleterre, Espagne, Italie, Autriche, Suède, Danemark), la Belgique et le Luxembourg sont écrits en lettres minuscules et semblent englobés dans le royaume de France alors qu’ils font partie des territoires des Habsbourg au sein des Pays-Bas espagnols, la France n’annexant que temporairement le Luxembourg de 1684 à 1697. La frontière mitoyenne de l’Allemagne et de la France n’est pas tracée, ce qui accorde au Rhin une implicite fonction frontalière. Le duché de Savoie a disparu pour ne laisser que la crête sommitale des Alpes borner au sud-est le royaume de France. Le texte du manuel annonce, un brin ambitieux et définitif, qu’à « la paix de Westphalie, la France gagna l’Alsace »31. De plus, la chronologie de la constitution du royaume de France n’est pas faite d’agrégations successives mais énumère des « réunions », comme celle de l’Artois et du Roussillon, « provinces réunies après le traité des Pyrénées (1659) », ou celle de la Franche-Comté, « réunie par le traité de Nimègue (1678) ». Une réunion consiste à « rapprocher, rejoindre ce qui était séparé » comme l’affirme Pierre Larousse dans son Dictionnaire complet de la langue française en 1882. En reprenant l’expression, sans le dire, à la « politique des Réunions » menée par Louis XIV, Ernest Lavisse ne discute pas la notion et ne montre pas son glissement d’une stratégie politique (stoppée par la Ligue puis la guerre d’Augsbourg et le traité de Ryswick en 1697) à un déterminisme ou une téléologie au ressort naturel ou national implicite. La Gaule-France est bien là en filigrane dans les sous-entendus du texte, les silences et les ambiguïtés de la carte. Quant au Cours élémentaire (première édition en 1913), il ne comporte aucune carte. Cette façon de passer sous silence les fluctuations territoriales de la France, des Gaulois à 1870, est d’une formidable constance de 1876 à 1922. Dans La première année d’histoire de France (1876-1895) et La deuxième année qui lui succède à partir de 1895, on ne trouve plus de cartes avec les frontières de la France. Même la carte de la « France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) » de La deuxième année d’histoire de France ne présente aucune frontière, pas même la Guyenne ou les limites orientales du royaume, notamment bourguignonnes (ill. 14). La volonté de ne pas indiquer les frontières du royaume est un choix délibéré ; par exemple ce n’est pas celui du Cours moyen de Gauthier et Deschamps (ill. 15).

Illustration 14. France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) (Lavisse, 1895-1922).

Illustration 14. France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) (Lavisse, 1895-1922).

14. « France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) », dans E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1895-1922, p. 102. Collection particulière.

Illustration 15. Tableau de la guerre de Cent Ans (Gauthier et Deschamps, 1916).

Illustration 15. Tableau de la guerre de Cent Ans (Gauthier et Deschamps, 1916).

15. « Tableau de la guerre de Cent Ans », dans Gauthier et Deschamps, Cours moyen d’histoire de France, Paris, Hachette, 1916, p. 27. Collection particulière.

Illustration 16. L’étendue du domaine royal sous Hugues Capet et sous Louis XI (Lavisse, 1912-1922).

Illustration 16. L’étendue du domaine royal sous Hugues Capet et sous Louis XI (Lavisse, 1912-1922).

16. « L’étendue du domaine royal sous Hugues Capet et sous Louis XI », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 56. Collection particulière.

Illustration 17. Carte de la Gaule (Lavisse, 1912-1922).

Illustration 17. Carte de la Gaule (Lavisse, 1912-1922).

17. « Carte de la Gaule », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 10. Collection particulière.

  • 32 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 56.

12Lorsqu’Ernest Lavisse se résout à tracer les frontières dans son Cours moyen (1912), c’est pour montrer la constitution de la France par remplissage progressif de l’espace situé à l’intérieur des « limites de la France actuelle » (ill. 16 et 17). L’élève est amené à distinguer le domaine royal sous Hugues Capet et sa dilatation jusqu’à Louis XI. La sémiotique cartographique prend soin de mettre en évidence ce dernier aspect par de fines hachures qui complètent l’espace interstitiel, et précise que « dans la carte de droite, les parties présentées en gris sont les régions de la France non encore réunies au domaine à la mort de Louis XI »32. Il s’agit d’une vision manifestement téléologique où le résultat préexiste aux causes, où les possibles sont réduits à l’advenu, lissant les fluctuations territoriales au profit du pérenne. Le jeu des temporalités est significatif car le fait que ces régions seront effectivement réunies – ce qui est incontestable pour un regard a posteriori – donne au processus de construction territoriale de la France le sens d’une complétion progressive. Il ignore le jeu des possibles qui a pourtant existé à chaque instant de l’histoire, lesquels auraient pu conduire à une tout autre situation. Cette approche rend l’agrégation territoriale inéluctable et, d’apparence, indiscutable, car elle part de la fin, de la France actuelle, pour expliquer le passé. La France est déjà là avant la France et, si Ernest Lavisse n’a recours ici à aucune intervention de la Providence, la construction territoriale apparaît comme le résultat d’un dessein préalablement établi, celui de la réalisation d’un être historique qui est là sans être encore.

13La France devient la synthèse de la nation et de la patrie et, en tant que telle, objet de toutes les préoccupations intellectuelles, morales et éducatives d’Ernest Lavisse. Pourtant, on sait bien que les frontières de la France ont longtemps été incertaines, floues et fluctuantes. Cela appelle à la plus grande prudence terminologique à l’égard des sources historiques. L’historien ne peut négliger le sens des mots car il y a une histoire des mots. C’est ce que soulignent parmi d’autres Numa Fustel de Coulanges, ou encore Auguste Longnon en 1878, au sujet des termes Gallia et Galliae, et des espaces qu’ils désignent dans l’Histoire des Francs par Grégoire de Tours :

  • 33 « Agde, qui appartenait aux Wisigoths, est formellement exclue des Gaules par ce passage de l’Hist (...)
  • 34 « Gotthia se trouve seulement une fois (ibid., l. iv, c. li.) » Note dans le texte.
  • 35 « Historia Francorum, l. iv, c. xiv – Grégoire parle encore, en les appelant “forêts de France”, s (...)
  • 36 A. Longnon, Géographie de la Gaule au vie siècle, Paris, Hachette, 1878, p. 191-192.

Le nom de Gaule, Gallia ou Galliae, est restreint aux pays que les Francs occupent entre le Rhin et les Pyrénées33. Les noms de France, Francia, et de Gothie, Gotthia, qui sembleraient devoir être alors de véritables synonymes de Gaule et d’Espagne, sont à peine prononcés par Grégoire34. Encore l’expression Francia paraît-elle réservée aux pays soumis aux Francs avant que Clovis conquît une partie des provinces occupées par les Goths : l’Auvergne, par exemple, est opposée à la France dans le livre De gloria confessorum. Aussi le nom de France devrait-il être considéré au vie siècle comme une appellation particulièrement appliquée aux provinces situées au nord de la Loire, si l’évêque de Tours ne lui donnait une acception moins étendue en désignant par les mots « royaume de France », regnum Franciae35, les États de Théodebald, le roi des Francs orientaux, excluant ainsi de la France le royaume de Paris et même celui de Soissons.36

  • 37 J. Michelet, Histoire de France, ouvr. cité, vol. 1, p. 2 ; et Introduction à l’histoire universel (...)
  • 38 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 7.
  • 39 « Un État est un être politique organisé […]. Une nation est une personne formée, consciente et re (...)
  • 40 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 41 B. Pascal, préface au Traité du vide, 1647, dans Œuvres de Blaise Pascal, Paris, Hachette, vol. 2, (...)
  • 42 E. Lavisse, Louis XIV, 1906, p. 181.
  • 43 « Toute la suite des hommes pendant le cours de tant de siècles doit être considérée comme un même (...)
  • 44 Voir V. Berdoulay, « La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géographes », (...)
  • 45 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 40.

14Du point de vue méthodique, tout ceci relève de la moindre des préoccupations philologiques pour qui veut cerner de près les réalités spatiales dénommées. Ernest Lavisse le sait, évidemment. Mais alors, pourquoi n’est-il pas plus attentif aux mots et aux frontières de la France, naturelles ou non ? Pour répondre à cette question, il faut revenir sur la conception lavissienne de la France entre personnalisation et essentialisation. Rappelons-nous aussi que Jules Michelet voyait la France « comme une âme et une personne », « une personne qui vit et se meurt », « un organisme vivant »37. Elle est « un être géographique »38, affirme Vidal de La Blache dès les premières lignes du premier volume de l’Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse. Pour celui-ci, la France est un « être historique » dont l’État est son « être politique », et la nation, « une personne formée, consciente et responsable »39. L’histoire de France est l’histoire d’un être – qui évolue sa vie durant tout en restant lui-même, entre mêmeté et ipséité40 – mais rapportée à celle d’un peuple. L’idée n’est pas nouvelle, Pascal l’exprimait déjà en 1647 dans sa préface au Traité du vide lorsqu’il affirmait que « toute la suite des hommes pendant le cours de tant de siècles doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement »41. Ernest Lavisse fait sienne cette citation dans son étude sur Louis XIV parue en 190642. Elle est d’ailleurs reprise par Pierre Conard dans la continuation du Cours supérieur d’histoire de France d’Ernest Lavisse en 192543. La France est perçue comme un être doté d’une individualité, d’une personnalité44. Vidal de La Blache exprime clairement la conception organiciste de cet « être géographique », avec son métabolisme territorial, lorsqu’il affirme que toute l’histoire de la France montre qu’elle « oppose aux diversités qui l’assiègent et la pénètrent sa force d’assimilation. Elle transforme ce qu’elle reçoit. Les contrastes s’y atténuent ; des invasions s’y éteignent. Il semble qu’il y a quelque chose en elle qui amortit les angles et adoucit les contours »45. C’est aussi ce qu’écrit le grand historien Henri Martin lorsqu’il s’interroge sur la constitution physique de la France et qu’il la compare à un homme :

  • 46 H. Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, Furne, vol.  (...)

Si une nation est un être organisé, doué d’une vie propre et personnelle, pour bien comprendre sa nature, son génie et la fonction qu’elle est appelée à remplir dans le monde, il faut la considérer comme un homme dont on analyse la constitution physique, intellectuelle et morale, et dont on interroge le présent et le passé, afin d’augurer l’avenir. Qui veut connaître la France doit examiner d’abord le domaine préparé, depuis l’origine des temps, à la nation française, et, pour ainsi dire, le corps de la France.46

  • 47 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 205.
  • 48 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition (...)
  • 49 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition).
  • 50 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1895-1922, p. 389.

15Ernest Lavisse voit même en la France, parmi toutes les autres nations, « l’être politique qui ressemble plus à une personne morale »47. On remarque d’ailleurs qu’il écrit l’histoire de France – et non l’histoire de la France – comme on écrit l’histoire de Vercingétorix, de Saint-Louis ou de Louis XIV. Son histoire de la France contemporaine escamote même l’article et le titre devient Histoire de France contemporaine, titre suffisamment surprenant pour que nombre de références bibliographiques actuelles commettent l’erreur de réintégrer les articles dans leur notice. Il y a une personnalisation du sujet d’étude qui n’est pas un simple cadre territorial. À l’inverse, à la même époque, on écrit en France des histoires de l’Angleterre, de l’Allemagne ou de l’Italie, et non des histoires d’Angleterre, d’Allemagne ou d’Italie. Pour Ernest Lavisse, ce qui est essentiel, au sens étymologique et philosophique – essentialis, « qui a trait à l’essence » –, c’est l’être France plus que ses limites territoriales, ce ne sont pas tant les délimitations, périphériques, qui enclosent l’objet que l’objet lui-même. La France est un être historique qui dit ce qu’il est, non par ses limites contenantes, ni par sa morphologie du moment, mais par son cœur battant – ses pulsations, dilatations, contractions, convulsions parfois –, par sa vie, son être, son identité. Et cet être historique, c’est nous, aussi ; ou plus exactement, c’est nous maintenant. Et nous demain. Comme un être qui naît, grandit et s’épanouit. D’ailleurs Ernest Lavisse parle « du peuple dans son enfance »48 pour désigner la période du Moyen Âge. Ernest Lavisse et ses concitoyens sont les étants contemporains, ou la réalité contemporaine, de cet être qui a traversé l’histoire en vertu d’une filiation puissante qui « nous rattache à ceux qui ont vécu, à ceux qui vivront sur notre sol : nos ancêtres, c’est nous dans le passé ; nos descendants, c’est nous dans l’avenir »49. Le traité de Francfort du 10 mai 1871 qui impose l’annexion de l’Alsace-Moselle est plus que la perte d’une région française, c’est l’arrachement d’un membre, d’une partie de son peuple et de son territoire. Là, face au traumatisme, Ernest Lavisse regarde à nouveau les frontières, mettant clairement en évidence les « provinces enlevées par la Prusse à la France »50. Mais pour ce qui est de l’histoire de la France, une fois posée la Gaule-France, ou France-Gaule, comme prémices à toute histoire, c’est la narration de l’être historique que l’on est invité à suivre, bien au-delà des péripéties de ses limites.

  • 51 F. Guizot et H. de Witt, L’histoire de France : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, r (...)

16Comme tout être, la France change tout en restant elle-même. Ce qu’Henri Martin, Alfred Fouillée, Camille Jullian ou Ernest Lavisse appellent le corps de la France, c’est ce que l’on désigne communément dans les conceptions géographiques de la fin du xixe siècle, par son espace physique (forme et structure) et sa physionomie. L’espace physique constitue la structure, le substrat spatial du pays, censé être immuable. Pour filer la métaphore lavissienne de l’être historique, la physionomie correspond au visage du pays à un moment donné. Elle est sensible au temps, contrairement à la structure sur laquelle le temps ne semble pas avoir de prise. Ernest Lavisse réutilise, sans le dire, la distinction utilisée par François Guizot entre structures physiques et physionomie lorsqu’il affirmait qu’à l’époque des Gaulois « les mêmes montagnes s’y élevaient, les mêmes plaines s’y étendaient, les mêmes fleuves y coulaient ; rien n’est changé dans la structure physique du pays ; mais sa physionomie était bien différente »51. Cette distinction est d’ailleurs reprise en 1903 par Paul Vidal de La Blache dans son Tableau de la Géographie de la France. Pour Ernest Lavisse, la France est un être dont la physionomie évolue au cours des siècles :

  • 52 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

Il y a deux mille ans, notre pays s’appelait la Gaule. Il n’était pas fertile et beau comme aujourd’hui […]. Les limites de la Gaule étaient le Rhin, les Alpes, la Méditerranée, les Pyrénées et l’océan Atlantique. Les Alpes, la Méditerranée, les Pyrénées, l’océan Atlantique sont encore les limites de la France. Mais la France ne s’étend plus jusqu’au Rhin. La Gaule comprenait, outre la France actuelle, la Belgique, une partie de la Hollande, une partie de l’Allemagne et la plus grande partie de la Suisse.52

  • 53 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 10. La carte n’intègre pas l’A (...)
  • 54 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 6.
  • 55 C. Jullian, « L’ancienneté de l’idée de nation », Revue bleue, no 3, 18 janvier 1913, p. 68.

17La physionomie de la France varie donc de deux façons. Son visage change en raison des aménagements humains et de l’anthropisation des paysages, de l’évolution de la faune, du climat et de l’agriculture. Mais surtout, la conception d’une permanence de « notre pays » en fait un être géographique à l’étendue fluctuante. Comme un organisme, le pays peut s’étendre, se rétracter, se dilater. Cela appelle donc de la part d’Ernest Lavisse des comparaisons entre la France d’autrefois – l’entité historique de la Gaule – et la réalité contemporaine. La France englobait alors des territoires devenus périphériques et étrangers. Dans son Cours moyen de 1912, Ernest Lavisse montre aux élèves, carte à l’appui, les différences d’étendues entre la France et la Gaule : « La partie noire représente la France d’aujourd’hui ; la partie noire rayée de traits blancs, les pays qui, outre la France, faisaient partie de la Gaule. On voit donc que la Gaule était beaucoup plus grande que notre France. »53 Et s’il précise « notre France », c’est bien pour la distinguer de la France qui fut à une autre époque la Gaule. C’est donc à l’épopée de la Gaule-France – allégorie du peuple et plus encore incarnation territoriale de la nation – que sont invités les jeunes lecteurs des manuels d’Ernest Lavisse. Cette relation forte entre le sol, le territoire et le peuple se déploie dans la rencontre de la patrie et de la nation, dans une temporalité où le temps de l’histoire est ramené à celui d’un être historique. L’histoire et la géographie se rencontrent ici dans le vaste projet éducatif de la Troisième République au-delà même du champ scolaire. Un des objets et une des finalités que s’assigne la géographie est de comprendre les liens entre un espace, un territoire et une patrie, comprendre « comment un fragment de surface terrestre » s’est « élevé à l’état de contrée politique » et est « devenu enfin une patrie »54, selon les mots de Vidal de La Blache. C’est très exactement le même raisonnement que conduit, en historien, Ernest Lavisse. Il dresse le portrait d’un être national et historique. Il traite de l’origine de la France, d’un point de départ et non d’un processus, sans considérer l’antériorité de ce début, posant comme inepte ou inutile la question de l’avant de ce qui fut en premier. La France est déjà là au moment où débute le récit. Cela est renforcé par le fait que les sources antiques jettent soudainement sur la Gaule une lumière qui expose un portrait déjà mûr et qu’elles ne disent rien de ses origines, plurielles, diverses, aux héritages et temporalités multiples. Ces sources se copient souvent les unes les autres, ce qui duplique les mêmes informations sans véritablement multiplier les regards. La Guerre des Gaules de Jules César, particulièrement, joue un effet de trompe-l’œil. Ce n’est pas un simple traité géographique ou polémologique, c’est un discours politique visant à justifier les projets de leur auteur. L’acte d’écriture de la Guerre devient définitoire de la Gaule. En circonscrivant le territoire convoité, il en définit l’identité territoriale, déjà constituée. Le constat semble aux contemporains d’Ernest Lavisse d’une évidence absolue. Comme le rappelle Camille Jullian en 1913 : « Que furent d’abord, en arrière de la conquête romaine, Gaulois et Gaule ? Je n’en doute plus : ce furent les noms d’un peuple, d’une nation constituée sur un territoire déterminé, correspondant à peu près à celui de la France. »55 Avec eux, n’en doutons pas, l’École et ses manuels deviennent le fer-de- de lance de la conscientisation, de l’individuation et de la fabrique nationale.

Notes

1 Ernest Lavisse utilise cette expression à plusieurs reprises pour désigner des peuples et leur État (voir notamment « L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale », Revue des Deux Mondes, 15 février 1882, p. 872 ; Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 2).

2 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, dans E. Lavisse (dir), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette, t. I, 1903.

3 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 132.

4 On la trouve encore dans la 92e édition du manuel parue en 1927.

5 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 3 ; repris dans La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 3, et dans l’Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale, 1890 (1re édition), p. 5.

6 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 5.

7 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 8.

8 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 3.

9 Ibid., p. 3 et 5.

10 P. Nora, Recherches de la France, Paris, Gallimard, 2013, p. 192. Cet article a paru sous le titre « L’“Histoire de France” de Lavisse. Pietas erga patriam », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire [1984-1992], Paris, Gallimard, vol. 1, 1997, p. 851-902.

11 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 3.

12 Voir notamment A. Bertrand, La Gaule avant les Gaulois : d’après les monuments et les textes, Paris, E. Leroux, 1884 ; H. d’Arbois de Jubainville, Les premiers habitants de l’Europe, d’après les écrivains de l’Antiquité et les travaux des linguistes, Paris, E. Thorin, 1889-1894.

13 L. Febvre, La terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, La Renaissance du livre, 1922, p. 25. Sur le concept de possibilisme, voir M. Le Lannou, La géographie humaine, Paris, Flammarion, 1949, p. 59-90.

14 E. Lavisse (dir), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, vol. 9, 1922, p. 507.

15 Sur l’influence de Spinoza au xixe siècle, voir A. Tosel, P.-F. Moreau et J. Salem (dir.), Spinoza au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

16 Sur le concept d’agentivité (ou agency), voir notamment J. Guilhaumou, « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, no 41, 2012, p. 25-34 ; J. Aguilar, J. et A. Buckareff (ed.), Causing Human Action : New Perspectives on the Causal Theory of Acting, Cambridge, MIT Press, 2010 ; M. Alvarez, Kinds of Reason : An Essay in the Philosophy of Action, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; M. Bratman, Structures of Agency, Oxford, Oxford University Press, 2006.

17 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. vii.

18  C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », Revue de Paris, 7e année, vol. 5, septembre-octobre 1900, p. 392.

19 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 3.

20 J. Michelet, Histoire de France, Paris, A. Lemerre, vol. 1, 1885, p. 7.

21 A. Fouillée, Psychologie du peuple français [1898], Paris, F. Alcan, 1903, p. 44.

22 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 382.

23 E. Lavisse (dir.), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, vol. 9, 1922, p. 533-534.

24 P. Foncin, Géographie historique (leçons en regard des cartes) : résumant l’histoire de la formation territoriale des pays civilisés et l’histoire de la civilisation, Paris, A. Colin, 1888, p. 100.

25 E. Lavisse, La jeunesse du grand Frédéric, Paris, Hachette, 1891 ; Le grand Frédéric avant l’avènement, Paris, Hachette,‎ 1893.

26 La ligue française, no 6, 6 janvier 1916, p. 4.

27 T. Lavallée, Les frontières de la France, Paris, Furne, 1864, p. 1.

28 Ibid., p. 312-313.

29 Ibid., p. 313-314.

30 Seul le Cours moyen publié deux ans avant la Première Guerre mondiale est plus attentif au tracé des frontières.

31 E. Lavisse, Histoire générale, [1884] (1re édition), p. 80. La France n’obtient alors que la Haute-Alsace qui correspond approximativement aux départements actuels du Haut-Rhin et du Territoire-de-Belfort.

32 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 56.

33 « Agde, qui appartenait aux Wisigoths, est formellement exclue des Gaules par ce passage de l’Historia Francorum (1.ix., c. xxiv) : Quod ille [Deutherius episcopus] per internuntios cognoscens, relicta urbe Agathensi, in Gallias advenit. » Note dans le texte.

34 « Gotthia se trouve seulement une fois (ibid., l. iv, c. li.) » Note dans le texte.

35 « Historia Francorum, l. iv, c. xiv – Grégoire parle encore, en les appelant “forêts de France”, silvae Franciae, des forêts du Nord et du Nord-Est de la Gaule. (Miracula beati Martini, l. i, c. xxvi.) » Note dans le texte.

36 A. Longnon, Géographie de la Gaule au vie siècle, Paris, Hachette, 1878, p. 191-192.

37 J. Michelet, Histoire de France, ouvr. cité, vol. 1, p. 2 ; et Introduction à l’histoire universelle, Paris, Hachette, 1831, p. 49. Voir P. Petitier, La géographie de Michelet. Territoires et modèle naturel dans les premières œuvres des Michelet, Paris, L’Harmattan, 1997.

38 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 7.

39 « Un État est un être politique organisé […]. Une nation est une personne formée, consciente et responsable » (E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 51).

40 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.

41 B. Pascal, préface au Traité du vide, 1647, dans Œuvres de Blaise Pascal, Paris, Hachette, vol. 2, 1923, p. 139-140.

42 E. Lavisse, Louis XIV, 1906, p. 181.

43 « Toute la suite des hommes pendant le cours de tant de siècles doit être considérée comme un même homme qui invente toujours et qui apprend continuellement. » (P. Conard et E. Lavisse, préface à l’Histoire de France et notions d’histoire générale. Cours supérieur, Paris, A. Colin, 1925. À noter que Pierre Conard substitue le mot « invente » à « subsiste » et en détourne le sens organiciste.)

44 Voir V. Berdoulay, « La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géographes », Annales de géographie, vol. 91, no 507, 1982, p. 573-586.

45 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 40.

46 H. Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, Furne, vol. 1, 1855, p. xxi.

47 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 205.

48 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition), p. 128.

49 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition).

50 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1895-1922, p. 389.

51 F. Guizot et H. de Witt, L’histoire de France : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, racontée à mes petits-enfants, Paris, Hachette, vol. 1, 1872-1876, p. 1.

52 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 3-4. Voir aussi p. 8.

53 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 10. La carte n’intègre pas l’Alsace ni la Moselle dans le territoire de la France et figure donc en Germanie.

54 P. Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, ouvr. cité, p. 6.

55 C. Jullian, « L’ancienneté de l’idée de nation », Revue bleue, no 3, 18 janvier 1913, p. 68.

Table des illustrations

Titre Illustration 13. Europe au xvie et au xviie siècle (Lavisse, 1885-1901).
Légende 13. « Europe au xvie et au xviie siècle », dans E. Lavisse, Histoire générale, Paris, A. Colin, 1901, p. 78-79. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Illustration 14. France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) (Lavisse, 1895-1922).
Légende 14. « France de 1328 à 1453 (guerre de Cent Ans) », dans E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1895-1922, p. 102. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre Illustration 15. Tableau de la guerre de Cent Ans (Gauthier et Deschamps, 1916).
Légende 15. « Tableau de la guerre de Cent Ans », dans Gauthier et Deschamps, Cours moyen d’histoire de France, Paris, Hachette, 1916, p. 27. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Titre Illustration 16. L’étendue du domaine royal sous Hugues Capet et sous Louis XI (Lavisse, 1912-1922).
Légende 16. « L’étendue du domaine royal sous Hugues Capet et sous Louis XI », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 56. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Illustration 17. Carte de la Gaule (Lavisse, 1912-1922).
Légende 17. « Carte de la Gaule », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 10. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 979k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search