Version classiqueVersion mobile

Rêver d’Orient, connaître l’Orient

 | 
Isabelle Gadoin
, 
Marie-Élise Palmier-Chatelain

Quatrième partie. L’Orient au prisme de l’idéologie

Entre la France et l’Inde en 1790 : Edmund Burke et les révolutions en Europe et en Asie

Sunil Agnani
Traduction de Ann Sommereux

Résumé

Lorsque Edmund Burke forge le néologisme « Indianism », c’est pour désigner les abus de comportement de certains membres de la East India Company en Inde, dont il redoute l’influence pernicieuse sur les pratiques politiques et parlementaires anglaises. Burke n’est pas en soi anti-impérialiste, il fustige simplement les dérives auxquelles pourrait prêter l’administration de l’Inde, notamment sous l’effet de la nouvelle classe de jeunes aventuriers sans scrupules qui se sont fait un nom ou même une fortune dans la colonie mais qui, revenant en Angleterre sans véritable légitimation familiale ou sociale, ni réels principes politiques ou moraux, pourraient ébranler tout le bel ordre du système politique anglais. La réflexion sur la situation coloniale ne semble donc pas prendre en compte les spécificités du « terrain », et ne se pose qu’en prolongement de l’idéal burkien de bon gouvernement (celui-là même qui l’amène aussi à condamner la situation politique chahutée en France, où les insurgés jacobins lui apparaissent sous la même lumière que les « délinquants » de la East India Company). Il importe ici d’appliquer les principes d’une éthique politique plutôt que d’arriver à connaître les réalités orientales. Le débat capital indirectement soulevé par Burke est celui de la perspective – universalisante ou particularisante – d’où envisager le fait colonial : s’agit-il de transposer simplement les principes d’un État aux territoires colonisés, ou de trouver plutôt une forme de gouvernement adaptée à une réalité nouvelle ?

Texte intégral

Le savoir colonial

  • 1 Cette remarque sur les métaphores cachées sous les mots courants est celle de Nietzsche dans ses ré (...)

1L’opposition entre « ce qui est connu » et « ce qui est imaginé » a certainement été cruciale pour repenser l’histoire intellectuelle et culturelle de la relation de l’Europe avec le monde après la seconde guerre mondiale, qui marqua le début d’une période mouvementée de décolonisation progressive et la fin des conquêtes territoriales. Bien sûr, les verbes « connaître » et « imaginer » comportent bien des nuances en français. « Connaître » pourrait renvoyer au verbe « comprendre », et « imaginer », à « fantasmer » (pour reprendre une utilisation plus courante en anglais du xviiie siècle). Sans entrer dans la controverse, il faut reconnaître à quel point il est difficile de traduire lorsque sont « transposés » les mots et leurs significations d’une langue à une autre (c’est cette « transposition » que désigne le verbe grec metaphorein, signifiant littéralement « porter au-delà »). Lorsqu’on cesse d’utiliser les mots comme de simples outils et que l’on considère leur forme, on commence à percevoir les métaphores obsolètes, silencieuses ou mortes qui leur sont sous-jacentes1.

  • 2 Voir l’introduction, intitulée « Secular criticism », à l’ouvrage d’Edward Saïd, The World, The Tex (...)
  • 3 E. Saïd, Orientalism, p. 83 : « Les interactions avec les musulmans ne constituaient qu’un aspect d (...)
  • 4 B. S. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge. The British in India.
  • 5 Voir le début du Travail sur l’Algérie (1841) d’Alexis de Tocqueville, pour un exemple parmi d’autr (...)
  • 6 Ces contributions sont bien étudiées dans un récent ouvrage de M. Muthu, Enlightenment against Empi (...)

2C’est la publication en 1978 de l’ouvrage d’Edward Saïd Orientalism qui a donné l’impulsion majeure à un ré-examen du rôle joué par la connaissance intellectuelle dans la constitution de son objet, en ce qui concerne l’Europe et l’Orient. L’objectif de cet article n’est pas de récapituler la portée des discussions et des controverses suscitées encore aujourd’hui par ce livre, mais de présenter une lecture personnelle de l’ouvrage d’Edmund Burke Reflections on the Revolution in France and on the Proceedings in Certain Societies in London Relative to That Event (Réflexions sur la révolution de France). La thèse de Orientalism est certainement discutable (je présenterai moi-même plus loin quelques points de désaccord), mais il serait faux de penser que l’ouvrage controversé de Saïd, et le terme polémique « d’orientalisme », étaient l’expression principale de son style critique ; d’autres ont avancé, et à bon droit, que cet ouvrage mettait l’accent sur la nécessité d’une « critique profane »2. Certains collègues ont pris parti contre l’ouvrage de Saïd ou ont cru nécessaire de le tenir pour négligeable afin de créer la légitimité et l’espace intellectuels dont ils avaient besoin pour présenter leurs propres études et projets. On ne peut oublier le fait que le livre fut écrit tout à fait intentionnellement comme une polémique au milieu d’une Guerre froide qui influençait très certainement tous les domaines de la vie intellectuelle américaine. Il y a plusieurs points de départ chronologiques possibles pour le phénomène que Saïd présente sous le nom d’orientalisme, mais le point de départ critique pour la période moderne (qui est la plus pertinente pour comprendre la relation de l’Europe vis-à-vis de ses anciennes colonies) semble être sa discussion de la Description de l’Égypte (1809-1828), projet élaboré par des savants au moment de l’invasion napoléonienne, rendu possible par cette invasion même, et inspiré par les travaux scientifiques du xviiie siècle3. Les commentaires de Saïd à propos de cet ouvrage rendent éminemment claire l’idée que l’orientalisme est un terme créé surtout pour faire un travail d’archivage ; Saïd rappelle le rôle que certains types de savants et de collectionneurs jouèrent pour maintenir, approuver ou simplement symboliser la domination coloniale – ce qu’on appelle aujourd’hui en américain, sans la moindre ironie, une connaissance experte (« expert knowledge »). C’est la connaissance subordonnée à la domination qui a caractérisé certains des travaux scientifiques entrepris à l’époque coloniale dans beaucoup de pays4. C’est ce que signifiait « connaître l’Orient », et si fantasme il y avait, c’était généralement celui de la possession5. Mais même à l’époque des Lumières, bien des penseurs s’opposèrent à ce point de vue. Un exemple en est la contribution de Diderot à l’Histoire des deux Indes de Raynal6. Prenant en compte ces oppositions, cet article tente d’étudier l’histoire de la pensée politique aux débuts de l’impérialisme. Plus précisément, il examine les conséquences d’un vocabulaire politique circulant dans un système global dominé par l’existence de colonies et d’un empire territorial naissant.

Les écrits de Burke sur l’Inde et l’anticolonialisme des Lumières

3Commençons par une question teintée de méfiance : pourquoi continuer à s’intéresser à la critique d’Edmund Burke de la East India Company ? Après tout, beaucoup de recherches ont déjà été faites sur sa longue implication dans les affaires de la compagnie. À la fin du xviiie siècle, tout le monde à Londres s’y intéressait, et elle suscitait articles de presse, caricatures et scandales en tous genres. Je n’envisagerai pas les retombées générales sur les plans public et social de l’effort de Burke pour faire condamner Warren Hastings, qui dirigeait la East India Company et fut la cible de sa colère juridique et rhétorique. On examinera ici la logique de ses attaques contre Warren Hastings et la compagnie, pour comprendre comment elles s’insèrent dans le cadre plus large des débats sur l’impérialisme à l’époque des Lumières.

  • 7 Cet ouvrage encyclopédique est le sujet principal de la première partie de ma thèse.
  • 8 G. Goggi, « Histoire des deux Indes », p. 225. Voir aussi l’article « Angleterre » de R. Niklaus da (...)
  • 9 S. Sen, Distant Sovereignty. National Imperialism and the Origins of British India, p. xv, observe (...)

4En général, Burke n’est pas considéré comme représentant des Lumières, mais plutôt comme leur détracteur. Parce que son texte le plus souvent cité est Réflexions sur la révolution de France, (ce qu’il faut sans doute déplorer), on le tient généralement pour francophobe, les Réflexions étant l’énoncé le plus clair de l’horreur que lui inspire le sort de l’Ancien Régime en France. Cependant il est de plus en plus clair qu’il existait à l’époque des Lumières tout un courant anticolonial. La plus célèbre des compilations anticoloniales de l’époque (même si celles-ci étaient très incohérentes) était l’Histoire des deux Indes de l’abbé de Raynal, à laquelle a contribué Denis Diderot, pour ce qui est de certains passages très véhéments. Cet ouvrage en plusieurs volumes, dont le projet est très semblable à celui de L’Encyclopédie, cherchait à fournir une histoire globale de la colonisation européenne des ancien et nouveau mondes7. L’un des buts de ma recherche fut d’examiner l’anticolonialisme de Diderot (et ses limites) ; mais je porterai ici mon attention sur la position de Burke à propos de questions similaires. L’accusation de Burke contre la East India Company me semble en effet comparable aux contributions de Diderot dans l’Histoire des deux Indes, texte qu’il avait vraisemblablement lu. En réalité, ma lecture est circulaire, puisqu’on sait que Burke avait reçu le questionnaire envoyé par Raynal au moment où ce dernier rassemblait des renseignements sur les colonies anglaises8, en préparation à son ouvrage. On se souviendra que Burke n’a jamais présenté d’arguments contre l’impérialisme en tant que tel, mais prônait la fin de l’hégémonie de la East India Company et le contrôle parlementaire des territoires qu’elle gouvernait9. Burke le conservateur procède à une critique radicale du genre d’impérialisme imposé par la compagnie.

La Révolution française et l’Inde

  • 10 I. Kramnick, The Rage of Edmund Burke. Portrait of an Ambivalent Conservative ; sa thèse est que Bu (...)

5On a souvent soutenu que le caractère unique de la pensée de Burke tenait en partie au fait qu’il assista au passage d’un ordre social aristocratique à un ordre social bourgeois10. L’aspect inattendu de ses jugements politiques sur la révolution américaine, sur le pouvoir protestant en Irlande, sur la Révolution française ou encore sur l’empire établi de facto par la East India Company aux Indes, reflète son propre positionnement inconfortable vis-à-vis des élites britanniques à ce moment-là. Étant lui-même le produit d’une méritocratie rendue possible par les transformations de la société britannique, il n’est pas étonnant qu’il exprime des opinions contradictoires à propos des mutations sociales se produisant dans les sociétés auxquelles il s’intéresse. Cependant, il serait utile de se demander comment la position de Burke en tant que témoin des bouleversements sociaux s’opérant en France et en Angleterre (les Réflexions est un texte éminemment comparatif) a influencé ses vues sur l’Inde. En effet, les Réflexions furent écrites en 1790, au milieu du procès de en destitution de Warren Hastings, qui s’est déroulé de 1786 à 1795. Pendant cette période, Burke put observer en Inde une transformation semblable à celle qu’il avait observée en France. On jugera plus tard de ce point de vue, et je ne rentrerai pas dans la question de savoir si Burke a tort ou a raison, lorsqu’il interprète comme aristocratique (d’après sa compréhension de la révolution anglaise de 1688) ce qui était en réalité de l’ordre de la féodalité. Mettant en parallèle les divers royaumes indiens et l’aristocratie européenne, il conclut en prenant parti pour l’ancien régime indien. Mais, quoi qu’il en soit, il est contraint d’en prendre la défense par son désir de faire réformer l’administration de la East India Company en Inde.

  • 11 E. Burke, On Empire, Liberty and Reform…, p. 282-370.
  • 12 « This India business », lettre à French Laurence, 11 mars 1796, E. Burke, The Correspondence of Ed (...)
  • 13 « Indian vomit », lettre à William Windham, 8 janvier 1795, ibid., vol. VIII, p. 113.

6Un bref rappel de quelques dates importantes montrera qu’il était justifié de comparer la situation de la France et celle de l’Inde, dans l’esprit de Burke. Celui-ci écrivit les Réflexions assez rapidement en 1790 (passant entre trois à six mois à leur rédaction) pour répondre à la lettre d’un jeune Français curieux de savoir ce que pensait Burke des événements en France. À ce jour, les Réflexions constitue l’un des documents les plus importants de la pensée politique anglaise du xviiie siècle. Mais à l’époque, Burke notait dans sa correspondance qu’il avait entrepris cet exercice pour se reposer de l’interminable procès en destitution de Warren Hastings. Il avait commencé à s’intéresser à l’Inde à la fin des années 1770, intérêt suscité en partie par les rapports que son parent William Burke avait entretenus avec le rajah de Tanjore. En effet, ce William Burke avait rendu visite au rajah à deux reprises pour accroître la fortune familiale. Les vues d’Edmund Burke à cette époque précoce ne sont pas – encore – particulièrement critiques. Dès 1783 Burke est l’auteur du « Speech on Fox’s East India Bill »11 (Discours sur la loi de Fox sur les Indes orientales) où sont énumérés quantité d’abus perpétrés par la compagnie. Voilà les bases de sa position à propos de la East India Company – position qui allait devenir de plus en plus critique. À l’époque de la Révolution française en 1789, Burke était l’homme politique anglais le mieux informé de la réalité indienne, et il comptait parmi ses amis beaucoup de personnes ayant une connaissance de première main des Indes, tel Philip Francis. Des orientalistes de renom comme Nathaniel Halhed et William Jones figuraient également parmi ses correspondants. Ainsi donc, les Réflexions furent écrites en 1790 pour échapper au poids de « cette affaire indienne »12 – ou comme il l’écrivait de manière plus imagée dans l’une de ses lettres, de tout ce « vomi indien »13. Les années importantes à signaler ensuite sont celles de sa correspondance (1794-1796), qui s’achève à son décès.

7L’hypothèse de travail est ici d’ordre politique et idéologique : quelle peut bien être la logique des principes qui permettaient à Burke d’embrasser simultanément (et, je suppose, en toute bonne foi) les positions que voici : soutenir les colonies américaines dans leur lutte pour l’indépendance, mais aussi, en même temps, condamner les révolutionnaires français, et enfin incriminer la East India Company pour ses abus ? Comme réponse préliminaire à cette vaste question, je commencerai par envisager le lien entre trois paramètres dans la pensée de Burke à partir de cette période : son intérêt pour les transformations sociales, pour la Révolution française, et pour la nature du colonialisme anglais aux Indes. Certes, ses Réflexions sont connues pour leur critique du rationalisme des Lumières, mais quel est le rapport entre la position apparemment antirationnelle de Burke et sa lecture de la situation politique française ? Et comment éclaire-t-elle sa compréhension de la situation indienne ? En répondant à ces questions, je passerai en revue des thèses connues des spécialistes de Burke, mais qui prennent un nouvel éclairage lorsqu’elles sont mises en parallèle avec son intérêt pour l’Inde. Tel est le cas, par exemple, dans ce passage :

  • 14 Réflexions sur la révolution de France, p. 122.

Certes, la société est un contrat. Il est des contrats d’ordre inférieur que l’on passe à des fins purement occasionnelles et que l’on peut rompre à plaisir. Mais est-il loisible de considérer l’État comme rien de plus qu’un traité d’association pour quelque affaire de poivre ou de café, de calicot ou de tabac, ou pour tout autre objet aussi peu relevé, un contrat qui n’a que la durée d’une spéculation momentanée et que l’on peut dénoncer à la fantaisie des parties ? C’est avec un tout autre sentiment, c’est avec vénération que l’on doit considérer l’État ; parce que l’association ici n’a pas pour objet ces choses qui ne servent qu’à l’existence animale et grossière d’une nature périssable et fugitive. L’État est une association dans toute science, une association dans tout art, une association dans toute vertu et dans toute perfection.14

8Burke n’est pas tout à fait d’accord pour concéder la validité des théories du contrat social si elles présentent l’État comme fondé sur celui-ci. Le contre-exemple – moins central – qu’il propose implicitement est celui des colonies qui ne constituent « guère plus qu’un accord entre associés » pour ce qui est des biens de consommation tels que le poivre, le café, le tabac, etc., biens qui sont devenus le signe tangible des profits effectués par des entreprises coloniales. Beaucoup de ce qu’il a pu sonder des activités de la East India Company prouvait la transformation progressive de ces « petits intérêts temporaires » en un véritable empire territorial.

  • 15 Souligné par l’étude récente de la pensée de Burke par F. Whelan, Edmund Burke and India. The Polit (...)

9Cependant, cette importance accordée aux échanges commerciaux expliquerait, selon Burke, l’absence de toute qualité de « vénération » dans le gouvernement de la East India Company. Le langage de Burke oppose le simple « contrat » à une « collaboration » plus noble, la « fantaisie » et le « respect », la simple animalité et les qualités humaines les plus élevées que sont l’art et la vertu. C’est ce que Burke lui-même appelle, dans le paragraphe précédant immédiatement le passage tout juste cité, la « consécration de l’État », qui est supérieure au système de profits économiques consentis mutuellement par des co-contractants à un moment donné. Ses remarques illustrent son intérêt pour le projet « moral » inhérent à la constitution d’un empire15. En outre, c’est dans ce passage que Burke lie son rejet d’une théorie de la société fondée sur le contrat social, à sa défense de la notion de « vénération », en déplaçant l’idée de simple contrat vers celle d’un contrat « entre générations ». Il développe l’idée d’un tel « partenariat » de la façon suivante :

… comme il ne suffit même pas d’un grand nombre de générations pour permettre à une telle association d’atteindre à ses fins, elle devient une association non seulement entre les vivants, mais entre les vivants et les morts et tous ceux qui vont naître. Le contrat propre à chaque État particulier n’est qu’une clause dans le grand contrat primitif de la société éternelle – cet ordre universel qui rattache les natures plus basses à celles qui sont plus élevées, et qui relie le monde visible au mode invisible, conformément au pacte immuable, sanctionné par un serment inviolable, qui maintient toutes les natures physiques et morales chacune à sa place assignée. (p. 122-123)

10En partant des observations de Burke sur le commerce, on atteint ainsi le cœur de son argument contre les révolutionnaires français, et l’on pénètre dans le réseau complexe des termes qu’il utilise pour construire cet édifice. En redéfinissant le « partenariat » (son terme préféré) comme intergénérationnel, Burke minore la prééminence donnée aux intentions et volontés des révolutionnaires, et il réinsère cela dans « le grand contrat primordial » d’une « société éternelle ». Les Réflexions se fondent sur un ensemble de mots clés qui appartiennent à l’attaque plus générale de Burke contre l’universalisme et la rationalité prônés par les Lumières. Les mots « vénération » et « primordial » ne sont que deux des termes de ce vocabulaire ; un autre serait celui de « sagesse ».

11On trouve encore d’autres passages dans les Réflexions où l’intérêt de Burke pour l’Inde interfère avec ses analyses de la Révolution française. Si le passage cité ci-dessus porte sur la question coloniale par le biais de la référence au commerce, un passage antérieur aborde les pouvoirs illimités accordés à l’Assemblée nationale française, qu’il compare à la position plus équilibrée qui prévaut à la Chambre des communes anglaise :

Le pouvoir de la Chambre des communes, direct ou indirect, est grand ; puisse-t-elle le conserver longtemps dans toute sa plénitude, en restant fidèle à l’esprit qui commande à toute grandeur ! (Il en sera ainsi à condition qu’elle empêche les infracteurs de la loi dans l’Inde de venir faire la loi en Angleterre.) (p. 57)

  • 16 Dans l’Histoire des deux Indes (1770), Raynal a beaucoup contribué à mettre en place la figure desp (...)

12Parmi ces « infracteurs de la loi dans l’Inde » se trouve Warren Hastings, gouverneur de la East India Company, dans le procès en destitution duquel Burke se trouvait engagé. Mais l’affirmation de Burke s’appuie sur les nombreux textes qui circulaient parmi le public en Angleterre, depuis des décennies. La figure récurrente de cette littérature est celle du nabab rapace qui fait fortune aux Indes avant de revenir en Angleterre, comme pour y semer la contagion des manières venues de l’Orient16. Plusieurs arguments se trouvent donc entremêlés dans les Réflexions. Tout d’abord, la Chambre des communes est citée comme exemple d’une institution incarnant une certaine « sagesse latente » ou « héritée » (comme Burke le dit ailleurs). Le paragraphe antérieur à celui cité ci-dessus s’ouvre ainsi :

On sait que notre Chambre des communes, sans fermer ses portes à aucune espèce de mérite dans aucune classe sociale, rassemble, de par l’effet certain de plusieurs causes adéquates, tout ce que la nation comporte d’illustre par le rang, la naissance, la fortune héréditaire ou acquise, le talent cultivé, le renom militaire, civil ou politique. (p. 56)

  • 17 Burke utilise le terme « miscible ». Voir J. G. A. Pocock, Virtue, Commerce, and History…, p. 211.
  • 18 Ici, je soulève quelques questions plus larges : est-ce que la crainte de Burke à propos de la « mi (...)

13Durant toute sa carrière, Burke fut confronté à cette tension fondamentale entre la notion de « mérite » (il pensait lui-même avoir atteint sa propre position par son mérite…), et la croyance en la valeur intrinsèque de l’ascendance ou de l’héritage. La même difficulté se présente à propos de la East India Company qui, elle aussi, fonctionnait principalement sur la base du mérite et permettait une mobilité sociale que Burke critique par ailleurs. La possibilité de réussir grâce à son propre mérite, en Grande-Bretagne, expliquerait aussi pourquoi la révolution qui avait eu lieu en France avait, selon Burke, peu de chances de se produire en Angleterre. La chose était peu probable car l’ordre Whig (libéral) avait permis une plus grande mixité17 entre les représentants de la propriété foncière et ceux de la propriété financière. Et même si, dans ce contexte, cette qualité faisait la force de l’Angleterre, il est clair qu’une trop grande « fluidité » sociale pouvait à terme menacer l’Angleterre. C’est bien à cela que songeait Burke lorsqu’il attaquait ailleurs les « jeunes aventuriers » (« boys ») qui, revenus des Indes, faisaient de bons mariages pour pouvoir entrer dans les plus vieilles familles anglaises18. En parlant des boys, Burke pense au jeune âge des employés de la East India Company ; et cette jeunesse, associée à un pouvoir quasi despotique en Inde (d’après Burke), le troublait profondément, ébranlant les limites qui en Angleterre auraient naturellement contenu les ardeurs d’une jeunesse aussi turbulente.

14La discussion principale de Burke concernant la question du talent contre l’héritage vient peu après la description de la Chambre des communes citée ci-dessus. Pour Burke, il faut, selon l’ordre naturel des choses, reconnaître que certaines tâches et vocations, certains types d’emploi, rendent des classes entières incapables de gouverner. Son argument est que seuls ceux qui jouissent de « loisir » peuvent développer une forme de sagesse. Sur ce point, Burke paraît d’une franchise absolue :

Le métier de perruquier ou de chandelier ne peut être pour personne un titre d’honneur – pour ne rien dire d’occupations plus serviles encore. Les hommes de cette classe ne doivent pas être opprimés par l’État ; mais c’est l’État qui est opprimé quand on leur permet, soit collectivement, soit individuellement, de le gouverner. (p. 62)

  • 19 M. Butler, Burke, Paine, Godwin, and the Revolution Controversy.
  • 20 Ci-après désigné comme The Sublime and the Beautiful.
  • 21 Pour une étude du sublime interprété comme esthétique républicaine, voir la première partie de l’ou (...)

15Voilà les arguments qui se trouvaient au cœur de la controverse sur la Révolution française en Angleterre19. Burke cite deux versets de l’Ecclésiaste pour étayer ce constat, qui permettent d’entrevoir ce qu’il entend par « sagesse » : « La sagesse d’un homme cultivé lui vient de ce qu’il a du loisir ; et celui qui n’a pas à travailler peut devenir sage », et « comment peut-il atteindre la sagesse, celui qui tient la charrue et se plaît à frapper ses bêtes ; celui qui conduit ses bœufs et se préoccupe des tâches qu’ils effectuent ; et qui ne sait parler que de taurillons ? ». La position centrale du terme « sagesse » est frappante, même à la première lecture de Burke ; mais ici c’est le terme de « loisir » qui retiendra notre attention. Celui-ci avait déjà changé de sens lorsque Burke rédigea son ouvrage de 1790. Dans son A Philosophical Enquiry into the Origin of Our Ideas of the Sublime and the Beautiful écrit entre 1757 et 175920, la vision prédominante du loisir insistait sur ses effets corrupteurs, sur la paresse et la léthargie qu’il pouvait induire. Ces « vices » s’opposaient à la vigueur virile associée à l’expérience du sublime21. C’est peut-être ce changement implicite qui a conduit Burke à la notion plus complexe de « mérite ». Pressentant qu’on l’accuserait de prôner l’exclusion pure et simple de classes entières, il écrit : « [N’imaginez pas] que j’entends réserver le pouvoir, l’autorité et les distinctions au sang, aux noms et aux titres nobiliaires. Non, Monsieur. » (p. 63) Il propose donc une autre solution à mi-chemin entre deux extrêmes :

Malheur au pays qui serait assez fou et assez impie pour dédaigner de faire appel aux talents et aux vertus – dans l’ordre civil, militaire ou religieux – qui lui sont donnés pour l’honorer et le servir ; malheur au pays qui condamnerait à l’obscurité tout ce qui est propre à illustrer l’État et à contribuer à sa gloire ! Mais malheur aussi au pays qui, passant à l’autre extrême, regarderait une instruction rudimentaire, une vue des choses bornée et mesquine, un métier sordide et mercenaire comme les meilleurs titres au commandement ! Toutes les fonctions doivent être accessibles à tous, mais non pas indifféremment à n’importe qui. (p. 63-64)

16En un certain sens, ceci est une description de Burke lui-même. « Si le mérite est la chose la plus rare de toutes, écrit-il, il devrait être soumis à un test ». L’idée qu’une classe sociale doive faire ses preuves trahit la position ambivalente de Burke lui-même, en tant qu’Irlandais anglicisé ayant pu accéder à l’ordre des élites en Angleterre ; en même temps, elle éclaire le compromis idéologique qu’il cherche à établir entre les gens de « talent » et les gens de « bien ». Ces derniers, attaqués, devaient être protégés des prouesses et du pouvoir des premiers.

Mais comme le talent est un principe actif et plein de vigueur, alors que la propriété est apathique, inerte et timide, celle-ci ne se trouvera jamais à l’abri des entreprises du talent à moins de bénéficier dans la représentation d’une prépondérance écrasante. (p. 64)

17Les connotations masculines de la description que fait Burke du talent, par opposition à l’état vulnérable des possédants, sont à lire en parallèle aux descriptions des mauvais traitements que les révolutionnaires français firent subir à Marie-Antoinette – c’est bien là ce à quoi songeait Burke.

18Ma thèse consiste en partie à soutenir que l’inquiétude qui se fait sentir dans le texte des Réflexions est double ; mais la plupart des commentateurs négligent l’une ou l’autre composante. Le premier élément est l’inquiétude évidente que les révolutionnaires français ne gagnent une population anglaise prompte à changer d’avis, dont le Dr Price est le parfait représentant. L’autre élément d’inquiétude tient à ces aventuriers habiles (voilà un autre lien avec l’Empire dans son esprit) qui con tournent les obstacles qui empêcheraient leur ascension en Angleterre en allant chercher fortune et gloire aux colonies. Si, selon la formule célèbre de Benjamin Disraeli, « l’Orient est une carrière », alors, selon Burke, les colonies fournissaient déjà un champ crucial où ces individus, dangereux pour le système, pouvaient déployer leurs compétences. La vulnérabilité des propriétaires fonciers, dépassés par la vigueur et l’activité des gens de talent, est une raison supplémentaire pour critiquer la tyrannie du nombre. Cette idée du « nombre » renvoie au principe politique de la représentation universelle. Lorsque Burke soutient au contraire que la propriété doit être représentée dans les corps politiques de façon « non proportionnelle » (c’est-à-dire beaucoup plus largement que leur nombre ne le laisserait attendre), il donne déjà une version de ce qu’il allait satiriser comme « raison arithmétique ».

19La « menace » que représentent des hommes de talent peut être déjouée par leur incorporation au sein de la classe des propriétaires fonciers. Cela réduit la possibilité d’une révolution en Angleterre, affirme Burke. Mais lorsqu’il s’attaque au problème des abus de la East India Company, il se montre bien moins favorable au mérite et aux compétences. Il est bien plus critique envers ce que pourraient entreprendre ces parvenus, comme le prouvent ses exclamations inquiètes à l’idée que ces hommes puissent entrer à la Chambre des Communes.

20On trouve la même contradiction dans sa critique du droit naturel. Ainsi, à propos de la Déclaration des droits de l’homme, il est bien connu qu’il rejette l’idée de droit abstrait. Mais, à propos des crimes de Warren Hastings perpétrés au Bengale, il insiste sur l’idée que rien ne distingue un crime commis au Bengale d’un crime commis en Angleterre. Il y a là une tension entre l’universalisme qu’il attribue aux philosophes français raisonnant sur les Droits de l’Homme, et l’universalité qu’il invoquera plus tard au procès de Warren Hastings pour défendre la notion de justice. On verra plus loin comment Burke a progressé sur le fil du rasoir, entre l’universalisme des Lumières et le raisonnement au cas par cas, sur les questions coloniales.

  • 22 Voir les Réflexions, p. 210, pour la façon dont Burke traite le problème.

21C’est ici que l’on se heurte à l’une des contradictions au cœur de la pensée burkienne. Comme on l’a déjà observé, une partie de son éloge de la société anglaise se fonde sur la « miscibilité » ou fluidité sociale, qu’il perçoit entre fortune foncière et fortune marchande22. Il avance que l’une des causes de la Révolution française fut le désir de certains de transformer l’argent en biens fonciers, possession dont ils étaient exclus à cause du caractère très fermé de l’aristocratie foncière française. Mais cette miscibilité est également la cause du problème lorsque Burke examine l’impact des colonies sur la société anglaise, contexte dans lequel il voit mal comment limiter les dégâts d’une trop grande fluidité sociale.

  • 23 Ce sujet est traité par J. G. A. Pocock, Virtue, Commerce, and History…, et par I. Hont et M. Ignat (...)

22L’héritage est au cœur de cet argument et forme l’un des thèmes principaux des écrits politiques de la période, à savoir le lien entre propriété et « vertu »23. Burke soutient que le fait de pouvoir transmettre les biens à l’intérieur d’une famille stimule la vertu et canalise l’énergie dépensée pour accumuler des biens vers des buts plus solides. « Le pouvoir de perpétuer nos biens dans nos familles, écrit Burke, est l’un des attributs les plus précieux et les plus importants du principe de propriété […]. Il fait d’une faiblesse l’auxiliaire de la vertu ; et de l’avarice même une source de bienfaisance. » (Réflexions, p. 65) La vertu est consolidée par le fait de savoir que l’on peut faire des profits et accumuler des biens considérables, puis les transmettre. L’intérêt de Burke pour l’économie politique à cette étape de sa pensée peut expliquer pourquoi il fonde sa théorie morale de l’action sur le régime de la propriété : en effet l’économie politique ne se distinguait pas clairement alors des considérations morales. Mais la thèse qui veut que la vertu et l’appât du gain soient compatibles, que l’on puisse « faire de l’avarice même une source de bienfaisance » est mise à mal lorsque Burke examine les abus de la East India Company. Ce qu’il veut bien concéder (ou même poser comme hypothèse de travail) dans le contexte européen de la Glorieuse Révolution, il ne veut ou ne peut le concéder quand il s’agit des activités marchandes aux Indes. Il faut bien noter cette contradiction, car elle indique sa crainte que les transformations sociales possibles aux Indes ne puissent rejaillir sur l’Angleterre.

La France soumise à une occupation coloniale ?

23Il pourrait sembler exagéré de dire que Burke a vu une ressemblance entre les révolutionnaires français et les employés de la East India Company ; néanmoins, l’un des arguments avancés par Burke autorise cette comparaison. En effet, il décrit le siège de la France par les révolutionnaires comme une « occupation coloniale ». Les Réflexions semble sans cesse passer de la comparaison France/Angleterre à la comparaison France/Indes – peut-être même faudrait-il parler de la comparaison entre la France et les colonies ? Contestant la manière dont l’Assemblée nationale traça les limites des différents départements français, Burke écrit :

Il est impossible de ne pas remarquer que ces prétendus citoyens qui découpent géométriquement leur pays et l’organisent arithmétiquement traitent la France exactement comme un pays conquis et se conforment à l’exemple donné par les plus impitoyables des conquérants de jadis. (p. 233)

  • 24 Voir M. Wollstonecraft, A Vindication of the Rights of Men… et A Vindication of the Rights of Woman(...)

24Il est frappant que Burke ait choisi de dépeindre les révolutionnaires comme des conquérants illégitimes. La comparaison était certainement une réponse à ceux qui auraient attendu de lui une défense des révolutionnaires – lui qui avait défendu si passionnément le droit des Américains dans leur lutte d’indépendance contre l’Angleterre24… Dans ce cas de figure, les révolutionnaires français sont l’équivalent des soldats britanniques devenus les occupants d’un territoire (l’Amérique), voulant se libérer d’un gouvernement imposé du dehors. L’autre comparaison manque de force de persuasion, puisque Burke tente de comparer la monarchie française avec les colonies puritaines en Amérique, comme si les deux groupes avaient été victimes du même type d’oppression… Ce processus de réflexion politique basée sur la comparaison, par lequel Burke associe en esprit l’Amérique du Nord, la France, l’Inde et l’Irlande, lui suggère peut-être un parallèle entre l’annexion illégale des territoires arrachés par les Anglais à des princes indiens, et les activités des jacobins français. Le redécoupage de la terre en nouveaux cantons sans aucun égard pour les anciennes régions, les transferts de propriété sans aucun égard pour les titres, et le fait que ces bouleversements étaient provoqués par de jeunes aventuriers venus de certaines professions, tous ces éléments permettaient de rapprocher la Révolution française, avec le rôle joué par les jacobins, des transformations en Inde.

L’Indianisme

25Aucun de ces exemples tirés des Réflexions n’illustre suffisamment l’emprise qu’exerçait alors l’Inde sur la pensée de Burke, ainsi que les rapprochements possibles qu’il voyait entre l’Inde et la France. Une illustration tirée de la correspondance tardive de Burke rend ce lien plus explicite. Il s’agit du passage daté de 1796, où Burke réfléchit à la « défaite » que représentait l’acquittement de Hastings, tout juste prononcé, prouvant l’inefficacité de ses attaques contre les jacobins. Burke développe ainsi ses inquiétudes :

  • 25 E. Burke, The Correspondence…, tome VIII, p. 254.

Je crois que je ne puis guère exagérer la perversité du pouvoir protestant en Irlande et en Asie, et le mal qu’a fait le jacobinisme à toute l’Europe et même à l’humanité toute entière. Le jacobinisme est le pire de tous ces maux. Mais il se combine avec les deux autres dont il découle.25

26Les principes de « l’indianisme » (« indianism », néologisme forgé par Burke ) énoncés dans cette lettre sont « néfastes en ce qu’ils affectent tout autant l’Europe que l’Asie » à cause des bouleversements causés au sein de la société indienne par des groupes tels que la East India Company. Ailleurs dans ses écrits, ce sont les événements en France et en Inde qui rejaillissent sur l’Angleterre. Par exemple, le phénomène de l’indianisme fait intégralement partie de la thèse défendue dans les Réflexions. Il faut rappeller ici la citation antérieure à propos des pouvoirs de la Chambre des communes, pouvoirs qu’elle devrait conserver « aussi longtemps qu’elle peut empêcher les infracteurs de la loi dans l’Inde de venir faire la loi en Angleterre » (Réflexions…, p. 133).

27Comme le montre la réaction de Mary Wollstonecraft, de Thomas Paine et d’autres encore, les Réflexions visent les radicaux anglais autant que les jacobins français. Les craintes de Burke portent sur l’Angleterre autant que sur la France ; c’est pourquoi il emploie le terme « indianisme », pour décrire le principe selon lequel des hommes de talent mais sans propriété foncière peuvent amasser de rapides fortunes aux colonies puis revenir en Angleterre et subvertir le Parlement. Cette définition va à l’encontre de la thèse esquissée par Burke de « la classe faisant ses preuves », qui a déjà été mentionnée. Elle renvoie aussi à l’argument économique proposé par Burke dans les Réflexions pour expliquer les causes de la Révolution française. La « miscibilité » des bourgeois dans la Glorieuse Révolution de 1688 conduisit à une sorte de compromis avec l’aristocratie foncière. Plutôt que conflit ouvert, comme en France, il y eut mélange partiel de ces deux classes. Mais avec les opportunités nouvelles créées par l’arrivée des employés de la East India Company qui semblaient surgis de nulle part, Burke croit voir en Angleterre le rappel de ce qui s’est produit en France, à savoir la montée en puissance d’une classe dynamique d’hommes que ne retient aucune tradition ou appartenance. C’est ce danger pesant sur le Parlement anglais qu’il appelle « indianisme ».

  • 26 Correspondence…, tome VIII, p. 254.

28L’indianisme semble donc revêtir deux significations chez Burke : celle de ces débordements qui, on l’a vu, menacent l’Angleterre ; et une deuxième signification référant aux principes qui « menacent l’Inde et l’Asie »26. Parallèlement se trouvent les principes du jacobinisme, qui affectent toute l’Europe. Faisant porter son raisonnement sur l’Europe, Burke identifie deux forces politiques néfastes s’étendant sur l’Asie et l’Europe. On voit ici une certaine tendance paranoïaque perceptible ailleurs dans la pensée politique de Burke (lorsqu’il parle de la cabale en France par exemple).

  • 27 Correspondence…, tome VIII, p. 431-432. C’est moi qui souligne.
  • 28 Je n’ai pas encore complètement expliqué ce que Burke entend par utilisation « morale » de la loi e (...)

29C’est l’absence de vénération pour l’État que le terme d’indianisme est censé dénoter. Bien des formules dans la correspondance tardive de Burke reviennent sur l’opposition à la loi. « Monsieur, Monsieur, s’exclame Burke à l’adresse de Loughborough, il n’est pas étonnant que vos lois soient méprisées non seulement par les riches délinquants des Indes mais aussi par les êtres les plus insignifiants. »27 Le dédain envers la loi affiché par les malversations de Hastings et des employés de la compagnie amène à son mépris généralisé. « Je ne m’étonne pas de ce que les trahisons les plus patentes se voient acquittées, puisque les plus hauts représentants du Royaume méprisent les Lois, qu’ils créent et plient à leur guise. » (p. 432) L’acquittement de Hastings est donc une illustration du mépris de la loi caractérisant l’indianisme. Il faut aussi lier cette allusion à ceux qui « créent les lois » au passage des Réflexions cité plus haut sur « les infracteurs de la loi dans l’Inde » qui reviennent en Angleterre pour y faire la loi. L’indianisme consiste à utiliser la force et le pouvoir pour son propre profit, au mépris de toute morale28. On saisit alors ce que Burke entendait lorsqu’il écrivait que l’indianisme « affaiblit, discrédite et mine les forces » mêmes qui devraient servir à combattre le jacobinisme. On comprend mieux aussi pourquoi, d’après Burke, « notre gouvernement et nos lois » sont attaqués par ces ennemis que sont l’indianisme et le jacobinisme.

30La subversion de la loi est l’une des conséquences « internes » de l’indianisme, c’est-à-dire l’un de ses effets en Angleterre. Burke rapporte cela à son analyse des hommes « de talent ». C’est là un autre des points communs qu’il discerne entre la France révolutionnaire et les régions de l’Inde sous le contrôle de la East India Company. Dans le cas de la France, les « hommes de talent » sont représentés par plusieurs groupes mais surtout par les intellectuels, les gens de lettres. De façon un peu surprenante, le groupe auquel Burke les compare en Inde est celui des employés de la East India Company, également hommes de talent, ignorant les freins et la logique de classe en Angleterre. Ainsi, la colonie indienne en vient à représenter une étape expérimentale dans la création d’une société sans aucune tradition et sans aucun frein à l’exercice du pouvoir. On peut ainsi continuer à éclairer la comparaison avec la France : aux Indes, que Burke examine soigneusement avant d’aborder le cas français, il voit l’ensemble des rapports sociaux et des hiérarchies traditionnelles bouleversé par une puissance externe qui, à son tour, impose des lois radicalement nouvelles, sorte de tabula rasa comparable au célèbre exemple de la France révolutionnaire.

  • 29 Réflexions, p. 298.
  • 30 « Speech on Fox’s East India Bill », On Empire, Liberty, and Reform…, p. 341. Le nombre de fois que (...)

31Ainsi donc, la modernité que les critiques voient si souvent dans la vision burkienne de la France est fondamentalement inspirée et façonnée par son analyse des pratiques coloniales en Inde. On comprend maintenant l’insistance de Burke à dépeindre les jacobins comme des conquérants coloniaux, lorsqu’il écrit que « les soi-disant citoyens [c’est-à-dire les jacobins] traitent la France exactement en pays conquis »29. Et l’on entend résonner de façon prophétique ses pensées futures sur la France lorsqu’il écrit au sujet de l’Inde que « ce pays endure, presque tous les ans, les misères d’une révolution »30. On trouve donc dès 1783 l’ébauche en miniature d’une thèse qui serait reprise en termes étrangement similaires dans les Réflexions de 1790.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

BURKE E., A Philosophical Enquiry into the Origin of Our Ideas of the Sublime and the Beautiful, J. Boulton éd., Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1968.

— The Correspondence of Edmund Burke, T. Copeland éd., Chicago, University of Chicago Press, 1958-1978.

— Reflections on the Revolution in France and on the Proceedings in Certain Societies in London Relative to That Event, Londres, Penguin Books, 1969. Traduction française P. Andler, Réflexions sur la révolution de France, Paris, Hachette (Littératures), 1989.

On Empire, Liberty, and Reform. Speeches and Letters, D. L. Bromwich éd., New Haven, Yale University Press, 2000.

RAYNAL Abbé de, Histoire des deux Indes, Paris, Maspero, 1981 [1770].

TOCQUEVILLE A. de, De la colonie en Algérie, Tzvetan Todorov éd., Bruxelles, Éditions Complexe, 1988.

WOLLSTONECRAFT M., A Vindication of the Rights of Men in a Letter to the Right Honourable Edmund Burke : Occasioned by His Reflections on the Revolution in France ; A Vindication of the Rights of Woman : With Strictures on Political and Moral Subjects, Peterborough - Orchard Park, Broadview Press, 1997.

Sources secondaires

BARKER-BENFIELD G. J., The Culture of Sensibility. Sex and Society in Eighteenth-Century Britain, Chicago, University of Chicago Press, 1992.

BUTLER M. éd., Burke, Paine, Godwin, and the Revolution Controversy, Cambridge - New York, Cambridge University Press, 1984.

COHN B. S., Colonialism and its Forms of Knowledge. The British in India, Princeton, Princeton University Press, 1996.

FURNISS T., Edmund Burke’s Aesthetic Ideology. Language, Gender, and Political Economy in Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

GOGGI G., « Histoire des deux Indes », Dictionnaire de Diderot, R. Mortier et R. Trousson éd., Paris, Champion, 1999, p. 225-228.

HONT I. et IGNATIEFF M. éd., Wealth and Virtue. The Shaping of Political Economy in the Scottish Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

KRAMNICK I., The Rage of Edmund Burke. Portrait of an Ambivalent Conservative, New York, Basic Books, 1977.

MUFTI A., « Auerbach in Istanbul : Edward Saïd, and the Question of Minority Culture », Critical Inquiry, vol. XXV, no 1, 1998, p. 95-125.

MUTHU M., Enlightenment against Empire, Princeton, Princeton University Press, 2004.

POCOCK J. G. A., Virtue, Commerce, and History. Essays on Political Thought and History, Chiefly in the Eighteenth Century, Cambridge - Londres - New York, Cambridge University Press, 1985.

SAÏD E. W., The World, The Text and the Critic, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1983.

— Culture and Imperialism, New York, Vintage Press, 1993.

— Orientalism ; Western Conceptions of the Orient, Harmondsworth, Penguin, 1995 [1978].

SEN S., Distant Sovereignty. National Imperialism and the Origins of British India, New York - Londres, Routledge, 2002.

TELTSCHER K., India Inscribed. European and British Writing on India 1600-1800, Delhi - New York, Oxford University Press, 1995.

WHELAN F., Edmund Burke and India. The Political Morality of Empire, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1996.

Notes

1 Cette remarque sur les métaphores cachées sous les mots courants est celle de Nietzsche dans ses réflexions sur le langage dans « On Truth and Lie in an Extra-Moral sense » (De la vérité et du mensonge au sens extra-moral), The Portable Nietzsche, Walter Kaufmann trad., New York, Viking Penguin, 1954, p. 42-47.

2 Voir l’introduction, intitulée « Secular criticism », à l’ouvrage d’Edward Saïd, The World, The Text and the Critic, p. 1-31 ; et « Connecting Empire to secular interpretation » dans E. Saïd, Culture and Imperialism, p. 43-61. Voir aussi A. Mufti, « Auerbach in Istanbul : Edward Saïd and the question of minority culture », p. 95-125.

3 E. Saïd, Orientalism, p. 83 : « Les interactions avec les musulmans ne constituaient qu’un aspect du projet napoléonien de domination de l’Égypte. Il s’agissait aussi d’ouvrir le pays, et de le rendre entièrement accessible à l’observation des Européns. Alors que jusque-là l’Égypte n’était qu’un pays obscur et une petite partie de l’Orient, connue indirectement grâce aux exploits de voyageurs, savants et conquérants antérieurs, elle était maintenant destinée à devenir un département d’études françaises. Ici aussi l’attitude intellectuelle réductrice était évidente. » Les traductions françaises des citations provenant d’ouvrages en langue anglaise sont les nôtres. Seules les citations tirées de l’ouvrage de Burke, Reflections on the Revolution in France…, sont issues de la traduction de l’ouvrage publiée par Hachette, Réflexions sur la révolution de France.

4 B. S. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge. The British in India.

5 Voir le début du Travail sur l’Algérie (1841) d’Alexis de Tocqueville, pour un exemple parmi d’autres. Dans A. de Tocqueville, De la colonie en Algérie.

6 Ces contributions sont bien étudiées dans un récent ouvrage de M. Muthu, Enlightenment against Empire. J’en propose une interprétation dans mon travail en cours : Enlightenment Universalism and Colonial Knowledge : Denis Diderot and Edmund Burke, 1770-1800.

7 Cet ouvrage encyclopédique est le sujet principal de la première partie de ma thèse.

8 G. Goggi, « Histoire des deux Indes », p. 225. Voir aussi l’article « Angleterre » de R. Niklaus dans le même ouvrage pour un aperçu bref mais éclairant de l’intérêt que Diderot portait à l’Angleterre.

9 S. Sen, Distant Sovereignty. National Imperialism and the Origins of British India, p. xv, observe que « Burke avait ainsi plaidé pour la source naturelle et commune des droits et devoirs au sein d’un arrangement constitutionnel possible pour l’Inde britannique qui, bien entendu, ne vit jamais le jour. » Sen examine de façon bien plus fouillée que je ne l’ai fait la relation entre l’autorité britannique au Bengale et l’autorisation antérieure accordée à la compagnie par l’empereur moghol.

10 I. Kramnick, The Rage of Edmund Burke. Portrait of an Ambivalent Conservative ; sa thèse est que Burke fit l’expérience du conflit entre un « tempérament aristocratique » et un « tempérament bourgeois ». T. Furniss, Edmund Burke’s Æsthetic Ideology. Language, Gender, and Political Economy in Revolution, traite cette thèse d’une façon moins exclusivement psychologique.

11 E. Burke, On Empire, Liberty and Reform…, p. 282-370.

12 « This India business », lettre à French Laurence, 11 mars 1796, E. Burke, The Correspondence of Edmund Burke, vol. VIII, p. 413.

13 « Indian vomit », lettre à William Windham, 8 janvier 1795, ibid., vol. VIII, p. 113.

14 Réflexions sur la révolution de France, p. 122.

15 Souligné par l’étude récente de la pensée de Burke par F. Whelan, Edmund Burke and India. The Political Morality of Empire.

16 Dans l’Histoire des deux Indes (1770), Raynal a beaucoup contribué à mettre en place la figure despotique de l’administrateur de la compagnie. En 1782, William Macintosh a publié ses Travels in Europe, Asia, and Africa (Voyages en Europe, Asie et Afrique) contenant de longues descriptions de l’indolence et de l’extravagance des Anglais à Calcutta. Pour une discussion de cette littérature anti-compagnie, voir les chapitres iv-v de K. Teltscher, India Inscribed…

17 Burke utilise le terme « miscible ». Voir J. G. A. Pocock, Virtue, Commerce, and History…, p. 211.

18 Ici, je soulève quelques questions plus larges : est-ce que la crainte de Burke à propos de la « miscibilité » (ou fluidité sociale) dans le cas colonial est à mettre en rapport avec une peur du mélange, de classes sociales hybrides ? En faveur de cette interprétation, il discute fréquemment des alliances matrimoniales de ces hommes revenus des Indes avec les filles de l’aristocratie anglaise.

19 M. Butler, Burke, Paine, Godwin, and the Revolution Controversy.

20 Ci-après désigné comme The Sublime and the Beautiful.

21 Pour une étude du sublime interprété comme esthétique républicaine, voir la première partie de l’ouvrage de T. Furniss, Edmund Burke’s Æsthetic Ideology… Il faudrait rapprocher ce débat et son utilisation sous-jacente des catégories sociales sexuelles, de l’association du luxe avec les mœurs efféminées (débat auquel participèrent Bernard Mandeville et Adam Smith ). Voir G. J. Barker-Benfield, The Culture of Sensibility…

22 Voir les Réflexions, p. 210, pour la façon dont Burke traite le problème.

23 Ce sujet est traité par J. G. A. Pocock, Virtue, Commerce, and History…, et par I. Hont et M. Ignatieff, Wealth and Virtue. The Shaping of Political Economy in Revolution.

24 Voir M. Wollstonecraft, A Vindication of the Rights of Men… et A Vindication of the Rights of Woman, p. 78.

25 E. Burke, The Correspondence…, tome VIII, p. 254.

26 Correspondence…, tome VIII, p. 254.

27 Correspondence…, tome VIII, p. 431-432. C’est moi qui souligne.

28 Je n’ai pas encore complètement expliqué ce que Burke entend par utilisation « morale » de la loi en ce qu’elle se rapporte à la colonie indienne, mais c’est un aspect crucial des positions rhétoriques contradictoires qu’il adopte. Burke critique l’Empire anglais tout en en proposant la réforme (mais non son abolition). Dans son « Speech on Fox’s East India Bill », il soutenait que bien gouverner l’Inde n’était pas seulement compatible avec les intérêts britanniques mais essentiel pour préserver leur intégrité : « Je me dois d’observer que si nous n’arrivons pas à mettre au point une méthode pour bien gouverner l’Inde – ce qui ne deviendra pas nécessairement un moyen pour mal gouverner la Grande-Bretagne – on pose la base de leur éternelle séparation, mais aucune base pour sacrifier les habitants de ce pays à notre constitution. Je suis cependant loin d’être convaincu qu’une quelconque incompatibilité d’intérêts de ce genre existe. Au contraire, je suis convaincu que tous les moyens mis en œuvre pour préserver l’Inde de l’oppression permettent de sauver la constitution britannique d’une corruption absolue. » E. Burke, On Empire, Liberty, and Reform…, p. 288-289.

29 Réflexions, p. 298.

30 « Speech on Fox’s East India Bill », On Empire, Liberty, and Reform…, p. 341. Le nombre de fois que Burke emploie l’expression « révolution complète » (« total revolution ») ou une variante est absolument étonnant. Ne prenons que ces deux pages (p. 342-343) : « En 1781, une révolution complète a eu lieu dans l’organisation de la justice » ; « toute la juridication criminelle de ces tribunaux a été, sans avertissement, complètement bouleversée en une seule journée » ; « Cette révolution peut être considérée comme un acte des plus téméraires même au regard des faits incroyables vus au Bengale depuis que nous avons acquis les tristes moyens de tous ces méfaits » ; « ce fut ainsi qu’un seul homme eut la hardiesse de concevoir, et la témérité de mener une révolution totale dans la forme et les personnes composant le gouvernement d’un seul pays » ; et en conclusion de ce passage, Burks note que « ainsi, les anciennes stuctures administratives de la compagnie furent détruites ».

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search