Version classiqueVersion mobile

Rêver d’Orient, connaître l’Orient

 | 
Isabelle Gadoin
, 
Marie-Élise Palmier-Chatelain

Deuxième partie. L’autre face du fantasme : l’Orient, patrie du despotisme

L’Empire ottoman, symbole du despotisme oriental ?

Ann Thomson

Résumé

Au siècle des Lumières, la notion de « despotisme oriental »fait son apparition dans les catégories de pensée politique et philosophique. À mesure que l’Empire ottoman se fait moins redoutable, le sentiment européen de menace se mue en curiosité pour l’Orient. Mais les enjeux de politique intérieure viennent largement teinter la réflexion, puisque le despotisme oriental est alors envisagé comme repoussoir, voire comme faire-valoir des régimes européens, moins arbitraires, plus démocratiques. La réflexion sur l’Autre est donc en partie instrumentalisée à des fins de politique interne, et la question cruciale, qui est de savoir si le despotisme ne pourrait pas également exister en Europe, n’est abordée que très tangentiellement.

Texte intégral

  • 1 J’ai situé ce débat dans un contexte plus large dans : « L’Europe des Lumières et le monde musulman (...)

1C’est, paraît-il, une affaire entendue : l’Empire ottoman, pour le xviiie siècle, est un exemple, et même l’exemple par excellence, du despotisme oriental, catégorie bien commode des Lumières pour classer les gouvernements et les civilisations. Depuis que ce mythe a été analysé par Alain Grosrichard en 1979, on pourrait s’imaginer qu’il n’y a plus grand-chose à dire à ce sujet. Et en effet, il ne s’agira pas ici de revenir sur cette analyse ni sur les occurrences et le fonctionnement de ce fantasme dans l’imaginaire collectif du xviiie siècle. Cet article essaie de faire quelque chose de légèrement différent : il regardera de plus près les circonstances dans lesquelles la catégorie « despotisme » s’est imposée comme étiquette pour décrire la Porte, et ensuite analysera la discussion, parmi ceux qui écrivent sur ce gouvernement, sur la question de savoir dans quelle mesure cette étiquette est justifiée. Car, comme nous le verrons, l’unanimité à ce sujet est loin d’être acquise1.

  • 2 Voir R. Koebner, « Despot and despotism : vicissitudes of a political term », p. 285 ; S. Stelling- (...)
  • 3 A. Grosrichard, Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, (...)
  • 4 Voir F. Venturi, « Despotismo orientale », p. 119, qui cite R. Koebner, « Despot and despotism... » (...)
  • 5 R. Knolles, « The author to the reader », The Turkish History...

2Tout d’abord, si le despotisme est une catégorie bien ancienne, et si l’esclavage des peuples de l’Orient avait été affirmé bien avant2, la popularisation de l’idée de « despotisme oriental » est, comme c’est bien connu, le fait de Montesquieu. Comme l’écrit Grosrichard : « C’est en effet L’Esprit des lois, en 1748, qui habilite théoriquement le terme [de despotisme], en fait le nom d’une forme de gouvernement, et en illustre le concept par l’exemple des gouvernements d’Asie. »3 D’autres historiens soulignent que l’utilisation du terme « despotisme » se répand vers la fin du xviie siècle parmi les opposants au gouvernement de Louis XIV4. Avant de voir si d’autres circonstances politiques peuvent expliquer cette utilisation, notons d’abord que ce développement intervient à un moment où la menace que représente pour les Européens l’Empire ottoman commence à diminuer. On comprend petit à petit que l’armée ottomane, qui avait échoué devant Vienne en 1683 et qui avait dû signer le Traité de Karlowitz (1699), est en retard technologiquement et ne peut plus rivaliser avec celles des Européens. Pour y remédier, la Porte fait appel à des experts européens et notamment français, mais ne peut pas empêcher la défaite contre les Russes dans la guerre qui se termine en 1774 avec le Traité de Küçük Kaynarca, et au terme de laquelle la Crimée est cédée. Cet empire devient donc progressivement moins un objet de terreur et davantage un objet de curiosité, et le despotisme est alors un facteur qui explique son retard sur l’Europe. On ne partage plus l’opinion d’un Richard Knolles qui, au début du xviie siècle, soulignait la puissance de l’Empire ottoman et le danger qu’elle représentait pour l’Europe – puissance qu’il attribuait à sa discipline et à ses vertus martiales, malgré le fait qu’elle bafouait les lois des nations et de la nature5.

3Pour en revenir à Montesquieu, référence privilégiée au xviiie siècle, la définition qu’il fournit du despotisme, l’une des trois formes du gouvernement, est la suivante :

  • 6 De l’Esprit des lois (livre II, chapitre i), t. I, p. 14.

... le gouvernement républicain est celui où le peuple en corps, ou seulement une partie du peuple a la souveraine puissance ; le monarchique, celui où un seul gouverne, mais par des lois fixes et établies ; au lieu que, dans le despotique, un seul, sans loi et sans règle, entraîne tout par sa volonté et par ses caprices.6

  • 7 Voir P. Vernière, « Montesquieu et le monde musulman d’après L’Esprit des lois », Actes du congrès (...)
  • 8 Voltaire, Essai sur les mœurs, vol. I, chap. xciii, p. 832.

4Le principe qui régit le gouvernement despotique est la crainte, tandis que la vertu est celui des républiques, et l’honneur celui des monarchies. Montesquieu illustre cette affirmation par une référence à l’autorité du Grand Seigneur (le sultan) (Livre III, chapitre 9, p. 33). On a souligné le fait que si c’est le gouvernement turc qui lui semble le mieux incarner cette catégorie, c’est sans doute le reflet de l’hostilité traditionnelle envers l’islam et le monde musulman7. Parmi les absurdités du gouvernement despotique qu’il souligne également, et sur lesquelles nous reviendrons, figure le fait que « le prince se déclare propriétaire de tous les fonds de terre, et l’héritier de tous ses sujets », et dont le résultat est l’abandon de la culture des terres (Livre V, chapitre 14, p. 69). Il n’est pas nécessaire, je crois, de rentrer plus en détail dans l’analyse de Montesquieu, qui est suffisamment connue. Rappelons seulement que les discussions ultérieures y font inévitablement référence. Ce qui ne veut pas dire cependant que sa caractérisation fût acceptée sans opposition. Voltaire, notamment, la critique par exemple dans L’Essai sur les mœurs (1756-1759) : « Je crois devoir ici combattre un préjugé, que le gouvernement turc est un gouvernement absurde qu’on appelle despotique, que les peuples sont tous esclaves du sultan, qu’ils n’ont rien en propre, que leur vie et leurs biens appartiennent à leur maître. »8 Tout en avouant que ce gouvernement est loin de ressembler à celui de la France ou de l’Espagne, et encore moins à celui de l’Angleterre, il affirme quand même : « Mais il ne faut pas s’imaginer que ce soit un gouvernement arbitraire en tout, où la loi permette aux caprices d’un seul d’immoler à son gré des multitudes d’hommes, comme des bêtes fauves qu’on entretient dans un parc pour son plaisir. » (p. 833)

5Je ne vais pas, encore une fois, rentrer dans les détails de ce débat, qui a déjà été étudié. Je voudrais regarder de l’autre côté de la Manche, où l’influence de Montesquieu est aussi importante. Le débat anglais à ce sujet n’a pas été étudié, cependant il nous permet d’en savoir plus sur les origines de la description de l’Empire ottoman comme despotisme, et sur les contours de cette description. Car si nous faisons attention aux références indiquées par Montesquieu lui-même dans sa présentation du gouvernement despotique de Constantinople, nous constatons qu’il renvoie au livre d’un Anglais, Paul Rycaut, auteur de The History of the Present State of the Ottoman Empire, livre publié pour la première fois en 1668 et qui connut plusieurs rééditions à la fin du xviie siècle. Le livre de Rycaut, qui avait passé de nombreuses années dans l’Empire ottoman comme agent de la compagnie du Levant, ambassadeur puis consul à Smyrne, était reconnu comme un ouvrage sur ce pays faisant autorité. Or dès le début de l’ouvrage, tout le récit détaillé de Rycaut tend à démontrer l’arbitraire du gouvernement dans un pays où tout est soumis à la volonté de l’empereur. Son premier chapitre indique que, comme ce gouvernement diffère de tous les autres, il a besoin de maximes particulières en matière de politique. Et l’auteur explique :

  • 9 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 10-12.

Mais avec tout cela, quand j’examine de prés la constitution du Gouvernement des Turcs, & que je vois une puissance tout à fait absolue dans un Empereur, sans raison, sans vertu & sans mérite, dont les commandemens quelque injustes qu’ils soient, sont des loix : les actions, quoy qu’irreguliéres, des exemples : et des jugemens, sur tout dans les affaires d’État, des resolutions ausquelles on ne se peut opposer. Quand je considére encore, qu’il se trouve parmi eux si peu de récompense pour la vertu, & tant d’impunité pour les vices, dont il revient du profit au Prince : de quelle maniére les hommes y sont élevez tout d’un coup par la flaterie, par le hazard, et par la seule faveur du Sultan, aux plus grandes, aux plus importantes & aux plus honorables charges de l’Empire ; sans avoir ni naissance, ni merite, ni aucune expérience des affaires du monde. Quand je considére combien ils demeurent peu dans des postes si eminens, que le Prince les fait mourir d’un seul clin d’œil, qu’ils s’empressent avec chaleur, plus que tous les autres peuples du monde, à s’enrichir promptement, quoiqu’ils sçachent que leurs richesses sont leurs chaînes, et qu’elles doivent enfin estre la cause de leur ruine & de leur perte ; quand ils auroient pour luy toute la fidélité & toute l’honnesteté morale, qui sont des choses fort rares en un Turc. Quand je considére, enfin, une infinité de choses semblables, dont je parleray plus amplement dans la suitte de ce Discours, je ne puis que je n’admire la longue durée de ce grand Empire ; et que je n’attribue sa fermeté inébranlable au dedans, & l’heureux succés de ses armes au dehors, plûtost à une cause surnaturelle, qu’à la sagesse de ceux qui le gouvernent ; comme si Dieu qui fait toutes choses pour le mieux, avoit suscité, élevé, & soûtenu cette puissante nation, pour le bien de son Eglise, & pour punir les Chrétiens de leurs pechez & de leurs vices.9

  • 10 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale...

6On retrouve dans cette description la plupart des éléments constitutifs de la présentation de l’Empire ottoman comme despotisme. C’est en effet Rycaut qui semble en être la source et, si le livre n’est plus réédité après 1701, il est cité tout au long du xviiie siècle, au moins. Ainsi Abraham-Hyacinthe Anquetil-Duperron, qui entreprend en 1778 de réfuter dans le détail la construction théorique de Montesquieu concernant le despotisme oriental, s’en prend en premier lieu, pour ce qui concerne la Porte, aux affirmations de cet Anglais10. Or il n’est pas sans intérêt de regarder de plus près les circonstances de l’élaboration de cet ouvrage et les visées de son auteur. Car si les éléments de la description de Rycaut ne sont pas forcément nouveaux, c’est leur organisation pour en faire un système d’explication cohérent qui constitue son importance. Regardons « l’épître au lecteur », qui donne le ton de son ouvrage :

  • 11 P. Rycaut, « Epistle to the reader » (pages non numérotées), The History of the Present State of th (...)

Si la tyrannie, l’oppression et la cruauté de cet État, où la raison est impuissante contre l’orgueil et les désirs d’un ministre déraisonnable, semblent étrangères à ta liberté et à ton bonheur, remercie Dieu que tu es né dans le pays du monde le plus libre et le plus juste, et sujet du prince de l’univers le plus indulgent et le plus gracieux, que tu peux appeler tiens ta femme, tes enfants et les fruits de ton travail, protégés qu’ils sont par le bras valoureux de ton Roi bienheureux ; apprends donc à connaître et à priser ta liberté en comparaison à l’esclavage étranger, que tu puisses à jamais bénir Dieu et ton Roi, et faire en sorte que ton bonheur enfante ton contentement, sans générer la licence ou le désir de révolution.11

  • 12 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 68.

7On relève bien sûr la comparaison avec le système anglais et avec la liberté qui y règne. Cette référence est tout sauf un hasard car, quand on lit l’ouvrage, on constate que les nombreuses références au bonheur des Anglais sous le gouvernement de la monarchie Stuart restaurée, en la personne du Roi Charles II, constituent la stratégie principale de l’ouvrage. Rycaut, issu d’une famille royaliste, étudiait en Espagne pendant la république instaurée après l’exécution de Charles Ier, et il fut honoré par le roi Stuart en 1685. Il utilise ainsi son ouvrage, écrit bien sûr en partie pour répondre à la demande d’un public curieux de connaître cette partie du monde, pour soutenir également la monarchie restaurée et pour s’attaquer aux excès du gouvernement républicain des Puritains et de Cromwell. L’Angleterre, selon lui, a beaucoup à apprendre des Turcs, car dès qu’elle s’est soustraite à l’obéissance au Roi, on lui a supprimé tous ses droits ecclésiastiques et civils, « dépouillée de tous ses droits civils, & Ecclesiastiques, & flétrie dans toutes ses conditions par des mains profanes & sacrileges »12. Il se réfère à maintes reprises au bonheur de l’Angleterre et aux crimes des Puritains, et il met en parallèle la religion de ces derniers et l’islam, car selon lui, la doctrine des Turcs « semble obéir exactement aux thèses des calvinistes les plus rigoureux » (p. 18). Parmi de nombreux exemples, citons la manière dont il décrit les mufti et les imam :

  • 13 P. Rycaut, The History of the Present State of the Ottoman Empire..., p. 207. Notre traduction (ce (...)

... quand nous considérons leur manière de désigner les dignitaires religieux, le peu de différence entre le clergé et les laïcs, et leur gouvernement unique des communautés paroissiales sont semblables à ceux de l’Indépendance en Angleterre, et donc le modèle d’où nos sectaires et réformateurs fanatiques semblent avoir copié leur système.13

  • 14 Notre traduction. Ibid., p. 199.

8Il prétend même que l’argument des musulmans, pour qui leurs victoires militaires prouvent la justesse de leur cause et la supériorité de leur religion, est exactement le même que celui utilisé pendant « la dernière rébellion en Angleterre » – à savoir « d’enrôler Dieu sous leur bannière et d’en faire la cause de leur péché prospère, car leur méchanceté était florissante et foulait impunément tous les droits sacrés et humains »14.

  • 15 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 173. Notons que déjà Francis Bacon (...)
  • 16 C. M. D. Perry, A View of the Levant. Particularly of Constantinople, Syria, Egypt and Greece.

9Rycaut tire aussi des leçons politiques et sociales plus directes : il souligne notamment la nécessité d’une aristocratie héréditaire pour empêcher que la monarchie ne devienne une tyrannie, comme parmi les Turcs. Le chapitre XVI du premier livre s’intitule « Qu’il est contraire aux maximes des Turcs, de donner des survivances pour les Gouvernemens, & de conserver l’ancienne Noblesse »15. C’est d’ailleurs un des aspects de son analyse souligné par Montesquieu. Il est clair que si l’ouvrage de Rycaut est un récit fait par quelqu’un qui connaît bien l’Empire ottoman et qui prétend corriger l’image inexacte qu’en ont les Anglais, c’est aussi, et peut-être avant tout, un ouvrage de propagande en faveur de la monarchie Stuart, contre les whigs et les puritains. C’est sans doute pour cette raison qu’après avoir été réédité plusieurs fois pendant la Restauration, le livre ne connaît pas d’autre édition après 1701. Il est pour le moins paradoxal que Montesquieu, qui a tant fait pour susciter l’admiration pour le système mixte de monarchie constitutionnelle issue de la révolution de 1688, tire d’une telle source son modèle du despotisme (dont le but est sans doute de discréditer le gouvernement monarchique français). Mais personne au xviiie siècle ne semble s’en apercevoir, et Rycaut est considéré comme une source importante : Charles Perry, par exemple, reproduit ses opinions sur le gouvernement turc dans son important récit du Levant, publié en 174316.

10L’influence du modèle de Montesquieu, inspiré de Rycaut, se voit chez les historiens écossais Adam Ferguson (qui s’intéresse cependant plus aux empires d’Extrême-Orient) ou William Robertson, qui décrit le gouvernement turc dans son ouvrage View of the Progression of Society in Europe from the Subversion of the Roman Empire to the Beginning of the i6th Century (1766) :

  • 17 W. Robertson, Histoire de l’empereur Charles-Quint, traduction française par J. B. A. Suard, p. 252 (...)

Les maximes de la politique turque n’admettoient aucune de ces institutions qui, dans les autres États, limitent l’exercice ou tempèrent la rigueur du pouvoir monarchique : on n’y voyoit ni ces tribunaux qui exercent une juridiction légale et permanente, et jouissent du droit de participer à la promulgation et à l’exécution des lois, ni un corps de noblesse héréditaire, qui, jaloux de ses privilèges et de sa dignité, circonscrive l’autorité du prince, et non seulement serve de barrière contre les excès de sa volonté arbitraire, mais encore forme un ordre intermédiaire entre lui et le peuple. Sous le gouvernement turc, la condition civile de chaque sujet est égale ; la seule distinction est d’être employé au service du sultan, et cette distinction même est si intimement unie à l’emploi qu’un homme exerce, qu’elle s’étende à peuine sur sa personne. La plus haute dignité de l’Empire ne donne ni rang ni prééminence à la famille de celui qui en est revêtu. [...] Tel est le caractère odieux et distinctif du despotisme oriental, qu’afin d’élever le prince il anéantit toutes les autres classes d’hommes ; qu’il ôte tout à ceux-ci pour donner tout au despote ; qu’enfin il tend à effacer de l’esprit des peuples toute autre idée de relation entre les hommes que celle d’un maître avec des esclaves ; le premier destiné à commander et à punir, ceux-ci nés pour trembler et pour obéir.17

  • 18 Voir à ce sujet mon article : « Le monde arabe dans la Universal History... ».

11L’historien écossais reprend, on le voit, tous les éléments permettant de caractériser ce gouvernement comme despotique. De même, la partie moderne de la Universal History, ouvrage de référence qui rassemble les renseignements les plus récents, reprend cette image du despotisme turc qui a dévasté, appauvri et dépeuplé les régions sous sa domination. On y souligne, par exemple, l’obéissance aveugle vouée par les peuples au sultan, obéissance dictée par la religion, ce qui reflète l’attitude en général très hostile de cet ouvrage envers l’islam18.

12Ce n’est cependant pas le cas de tout le monde. L’un des points de débat est celui de savoir si le despotisme de l’Empire ottoman est sui generis, ou si l’on peut le comparer avec les gouvernements monarchiques d’Europe, comme semble vouloir le faire Voltaire. Si nous regardons par exemple des ouvrages de référence, nous constatons une certaine ambiguïté dans l’Encyclopadia Britannica : dans la première édition, en 1771, nous lisons, à l’article « Despotical » :

  • 19 Encyclopœdia Britannica, vol. II, p. 419. C’est moi qui souligne (notre traduction).

Dénote, en général, tout ce qui est incontrôlé, absolu, mais est particulièrement utilisé pour désigner un gouvernement arbitraire dans lequel le pouvoir du prince est sans limites et sa volonté une loi pour ses sujets : tels sont ceux de la Turquie, la Perse et la plupart des gouvernements orientaux ; et même ceux de l’Europe si nous en exceptons les républiques, le nôtre et le gouvernement suédois.19

13Par contre, à la fin de l’article « Government », on affirme qu’il y a deux classes de gouvernement, le gouvernement arbitraire et le gouvernement libre - mais qu’à l’intérieur de ces deux classes, il y a plusieurs catégories : ainsi les gouvernements de la France et de l’Espagne sont arbitraires, « mais ils diffèrent autant du gouvernement de la Turquie et des autres Empires orientaux que du gouvernement de l’Angleterre et d’autres nations européennes, où la liberté est réputée s’épanouir dans la plus grande perfection ». À l’intérieur d’un même ouvrage, on ne semble donc pas pouvoir décider du caractère unique du despotisme oriental. Notons d’ailleurs que si, dans la deuxième édition de l’ouvrage (1779), l’article « Despotical » ne change pas, l’article « Government » en revanche est réécrit pour reprendre les trois types définis par Montesquieu.

14Signalons aussi ce qu’écrit Tobias Smollett sur le gouvernement de l’Empire turc, dans The Present State of all Nations (1769) :

  • 20 T. Smollett, The Present State of ail Nations..., vol. IV, 1769, p. 89. Notre traduction.

Le Grand Seigneur, ou Empereur des Turcs, n’est limité par aucune loi ou contrat, car son gouvernement est purement monarchique. Mais si l’Empereur ne cède pas aux humeurs du peuple, et notamment aux janissaires mutins, il s’expose à être déposé et même tué. Il presse, il déchoit et il fait exécuter les officiers de son gouvernement à la moindre indication de désaffection ou de mauvais comportement, sans leur donner l’occasion de s’expliquer, car ils sont considérés comme ses esclaves. Mais d’autres semblent jouir de presqu’autant de sécurité de leur personne et de leur propriété que les sujets d’autres monarchies absolues. En effet, il existe dans toute une échelle de gouverneurs et d’officiers, dans laquelle les plus élevés dépouillent et oppriment ceux en dessous et les plus inférieurs s’en prennent au peuple.20

15Ainsi, tout en reprenant à son compte la description de ce gouvernement comme étant sans lois, Smollett le définit comme une monarchie absolue, et non pas comme un État despotique. Les contradictions qu’il semble y apercevoir posent également un problème pour d’autres écrivains, qui soulignent les limites mises au pouvoir du sultan, et notamment le pouvoir des janissaires qui peuvent fomenter des révoltes parmi la population, dont le sultan doit garder le soutien. Cette perception d’un despote tout-puissant, mais en même temps à la merci de certains corps à l’intérieur du pouvoir (ce qui correspond à une situation où le pouvoir à Constantinople s’était progressivement déplacé du sultan lui-même vers le vizir, qui l’exerçait en son nom), en rend l’interprétation difficile pour les Européens.

  • 21 Voir à ce sujet R. Murphey, « Bigots or informed observers ? A periodization of precolonial English (...)

16En fait, dans la seconde moitié du siècle notamment – période où les Britanniques semblent éprouver en général un peu plus de sympathie pour la Porte, sympathie liée sans doute à un désir de développer avec elle des relations politiques et commerciales, pour contrecarrer l’influence de la France21 -, nous assistons à une discussion sur le point de savoir si ce gouvernement est réellement despotique, et je crois que certains observateurs font un effort de compréhension plus soutenu. Cet effort ne va pas de soi car, comme l’écrit Thomas Thornton au début du xixe siècle,

  • 22 Etat actuel de la Turquie..., vol. I, p. 223.

... pour peindre avec impartialité un peuple chez lequel tout est en contradiction avec nos usages, quoique sans être pour cela peut-être plus contraire à la raison, il faut une élévation au-dessus des préjugés, une sagesse dans les observations, et une patience dans les recherches dont sont pourvus bien peu de voyageurs.22

17C’est le cas notamment de James Porter, ancien ambassadeur britannique à la Porte, qui tente de présenter une autre vision de ce gouvernement dans son ouvrage, publié anonymement en 1768 et intitulé Observations on the Religion, Law, Government and Manners of the Turks. Il entreprend ouvertement de contrer certains préjugés concernant le gouvernement turc, en dénonçant par exemple, dans un chapitre intitulé « Of despotism, and its restraints » (Du despotisme et des barrières qui le resserrent), ceux qui en ont donné une image erronée. Il y écrit :

  • 23 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 129-131.

On s’est laissé prévenir par les choses effrayantes qu’on raconte de son despotisme. Les uns ont crû leur Religion intéressée à vouer leur haine & leur exécration à un pareil Gouvernement & les autres, sans être animés par ce zèle religieux, ont crû voir la nature humaine outragée par les idées qui résultent de ces récits. Quelque bien entendu que soit le système de cette Cour altière, les uns & les autres y ont attaché une idée de barbarie, l’ont supposé destitué de tout ordre, de toute régularité & absolument dépendant du caprice, de la cruauté et de l’avarice d’un tyran qui ne respire que l’oppression de ses sujets & autant que son pouvoir peut s’étendre, la destruction du genre-humain.
Il faut, pour épouser de pareilles préventions, n’avoir jamais jetté les yeux autour de soi, & sans doute à cause de la proximité. Car pour peu que l’on veuille faire attention à ce qui se passe sous nos yeux et examiner avec impartialité les Corps politiques, dont nous sommes environnés, on trouvera que le Sultan n’est pas plus despotique que plusieurs Souverains Chrétiens & moins peut-être que quelques-uns d’entr’eux.23

18Dans cette discussion nous trouvons donc un certain nombre d’éléments : la tentative, récurrente au cours du siècle, de contrer des préjugés déraisonnables et de juger cet empire selon les mêmes critères que ceux utilisés pour juger les pays européens ; la remise en cause des affirmations concernant l’absence de lois limitant le pouvoir du sultan ou concernant la concentration de la propriété entre ses mains ; et un examen du rôle joué par la religion comme soutien à ce despotisme. Notons aussi qu’il interprète de manière positive l’absence de hiérarchie héréditaire, dénoncée par Rycaut et par ceux qui le suivent :

  • 24 Ihid., vol. II, p. 74.

En Turquie ce n’est pas la naissance qui mène aux grandes places ; le mérite & les talens peuvent élever un paysan aux premières dignités de l’état. Les Turcs ne croyent pas que les enfans héritent avec le sang des vertus de leurs ancêtres. Ils pensent, que l’Etre Suprème départit à son gré aux différens individus le courage, la sagesse, les qualités de l’esprit & du cœur, de même que la richesse, le rang & tous les autres avantages, sans avoir égard à la famille.24

  • 25 W. Eton, Tableau historique, politique et moderne de l’Empire ottoman..., p. 182. Cette traduction (...)

19Soulignons que l’attitude moins hostile manifestée par Porter, ancien ambassadeur, reflète sans doute la politique officielle plus favorable envers ce pays. Il ne faut pas faire abstraction dans cette période de l’arrière-plan politique et diplomatique : essentiellement la rivalité entre la France et la Grande-Bretagne pour dominer la Méditerranée, et gagner ainsi l’amitié de la Porte ; ainsi que leurs relations avec la Russie, qui cherchait à avancer vers le sud aux dépens des Ottomans. En 1798, un autre ancien diplomate, pourfendeur de la France républicaine et grand ami de la Russie, publie un livre qui entreprend de présenter une vision totalement négative de l’Empire ottoman, despotisme absolu sans rien pour le racheter. Le but de l’auteur, William Eton, est de convaincre que la Grande-Bretagne doit s’opposer par tous les moyens aux Turcs, pour les chasser de l’Europe, libérer la Grèce et asseoir l’influence britannique sur le nouvel empire ainsi créé. Malheureusement, son livre paraît au moment où l’expédition napoléonienne en Égypte fait subitement de la Porte un allié de la Grande-Bretagne. Tout à sa démonstration, Eton met en opposition le gouvernement turc et le gouvernement tout aussi autocratique de l’Empire russe, qui cependant n’exerce pas selon lui le même despotisme à l’égard de ses sujets. Citons ici une phrase de William Eton, qui donne une idée du ton qu’il adopte : «... on n’y trouve rien de cette sombre mélancolie, et de cette gravité stupide qui règne dans le sérail. On voit le sourire s’épanouir sur toutes les physionomies russes. »25 On voit ici clairement la façon dont l’appréciation portée sur le gouvernement turc est dictée par la position politique de l’auteur, ainsi que par ses préjugés, car sa cible à travers le livre est l’islam et son effet sur le gouvernement et sur tous les aspects de la société. Pour lui, l’islam fabrique le despotisme.

  • 26 F. de Tott, Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartans, p. xxvii.
  • 27 Sur Morgan, voir mon article, « Joseph Morgan et le monde islamique ».

20C’est contre de tels préjugés qu’essaie de lutter James Porter, dans le texte cité plus haut. Il continue une tradition du xviiie siècle, qui compte Voltaire bien sûr, mais également la célèbre Lady Mary Wortley Montagu, femme de l’ambassadeur britannique à la Porte dont les lettres, qui commencent à circuler vers 1724, expriment l’admiration pour la civilisation raffinée de la cour ottomane. Elle est bien évidemment la cible des auteurs qui critiquent les Turcs, tels Eton ou le baron de Tott, agent des Français26. Cette tradition englobe également Joseph Morgan qui avait passé de longues années à Alger au début du siècle, et qui publia plusieurs ouvrages sur le monde islamique, notamment Mahometism Fully Explained (1723) et History of Algiers (1731). Il explique qu’il a entrepris d’écrire ce dernier livre à cause des idées erronées concernant ceux que les Européens appellent des « barbares » et il dénonce violemment les préjugés des chrétiens à leur égard27. On constate donc une division claire, parmi les écrits du xviiie siècle concernant l’Empire ottoman, entre ceux qui, comme Eton, interprètent le monde musulman à travers leurs préjugés religieux, et ceux qui tentent consciemment d’adopter une position plus objective (même si, comme Porter, ils expriment plutôt de l’hostilité envers cette religion). Ainsi par exemple, un écrivain comme Eton affirme partout que le despotisme turc est fondé sur et soutenu par la religion, tandis que Porter, tout en montrant peu de sympathie pour Mahomet « l’imposteur », écrit :

  • 28 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 121.

Il faut avouer cependant que quelques-unes de ses loix, quoiqu’elles ne soient pas conformes à l’exacte équité, sont néanmoins une forte barrière contre le despotisme & l’oppression, surtout celles qui regardent le droit de propriété, les veuves, les orphelins, les successions, les legs &c, ses loix pénales.28

  • 29 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale..., p. v.

21Mais, mis à part la question religieuse – qu’on pourrait développer nettement plus longuement, mais qui est relativement connue –, la discussion pour savoir dans quelle mesure le gouvernement ottoman peut être qualifié de despotique tourne autour de certains points spécifiques. Si personne ne nie que c’est un gouvernement autoritaire, la question est, comme on l’a vu, de savoir essentiellement s’il peut être considéré comme une monarchie, plus ou moins semblable à d’autres monarchies, ou si comme l’affirme Montesquieu, on est en présence d’un phénomène particulier, que ses ennemis résument ainsi, selon Anquetil-Duperron : «. „ point de loix fixes, point de propriétés dans ce gouvernement. »29 Ce sont d’ailleurs ces deux affirmations que cet auteur s’attache à critiquer dans son ouvrage.

  • 30 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 132.
  • 31 Mouradja d’Ohsson, Tableau général de l’empire Othman...
  • 32 The Gentleman’s Magazine and Historical Chronicle, p. 286. Notre traduction.

22Prenons d’abord le premier de ces deux aspects : ce qui caractérise le despotisme est le fait que la volonté du sultan est toute-puissante et qu’elle n’est limitée par aucune loi. C’est cette affirmation qu’essaie de contrer James Porter, en décrivant l’organisation et le fonctionnement du système politique et en démontrant que le gouvernement est borné par la religion et par les lois, notamment dans le chapitre vi : « Of despotism, and its restraints », cité plus tard par Anquetil, qui s’en prend violemment à Rycaut (p. 54-57). Selon Porter, « Ce ne sont point leurs loix, c’est la corruption qui règne dans la manière dont elles sont administrées » qui pose problème30. C’est pour la même raison qu’Ignace Mouradja d’Ohsson, interprète et chargé d’affaires du roi de Suède à Constantinople, entreprend, dans un ouvrage monumental très consulté, publié à partir de 178831, de décrire les lois de l’Empire. Et c’est justement de telles affirmations qui sont contestées par les ennemis des Turcs. Dans un compte rendu très critique du livre de Porter (que le journaliste qualifie de « performance négligeable et insipide, écrite sans aucun talent littéraire et remplie d’ornements artificiels et de sentiments banals »32), The Gentleman’s Magazine conteste avant tout son interprétation de cette question, affirmant, par exemple :

Ne perdons pas notre temps à nous demander s’il existe des lois en Turquie ; lorsqu’elles sont perverties et ignorées par caprice ou avarice, et que la volonté de petits tyrans est en dernière instance la règle du droit, l’État subit le pire despotisme qui puisse exister, quoique cet écrivain puisse affirmer, contrairement aux faits mêmes qu’il rapporte. (ibid.)

  • 33 The Monthly Review ; or, Literary Journal : by several hands, vol. XXXIX, juillet-décembre 1768, p. (...)

23The Monthly Review adopte une opinion semblable, et l’auteur se moque longuement de l’affirmation de Porter selon laquelle le gouvernement turc serait « limité par la religion et la loi »33.

  • 34 T. Thornton, État atuel de la Turquie..., vol. I, p. 317.

24Tout ce débat est résumé et analysé longuement par Thomas Thornton dans le livre très intéressant qu’il publie pour la première fois en 1807 et remanie profondément en 1809. Il cite Porter favorablement, tout en critiquant sévèrement Eton, mais il définit le gouvernement turc comme un gouvernement despotique, au regard de sa nature et ses principes, même si en pratique ce despotisme est mitigé, car : « Il faut dire à l’honneur de la nature humaine que le pur despotisme sans frein moral ou physique, n’est qu’un être idéal, une abstraction métaphysique. »34 La raison pour laquelle il qualifie ce gouvernement de despotique est la suivante :

Mais la loi ainsi appelée par les Turcs (improprement quant à ce qui regarde le monarque, à moins que nous ne voulions nous tromper nous-mêmes en adoptant son origine céleste) n’est qu’un code de maximes, promulgué par le premier despote et transmis à ses successeurs pour maintenir l’existence de cette espèce de tyrannie qu’il a lui-même usurpée. C’est toujours la volonté du despote rendue permanente, comme un héritage, pour la postérité ; ce qui ne change ni n’altère le caractère du despotisme. (p. 319)

  • 35 Notons que déjà Robertson critique l’opinion de Porter, en affirmant que ni la religion ni la loi n (...)

25En effet, on peut dire que c’est cette opinion qui reste dominante35. Mais notons cependant que Thornton, qui critique le côté théorique de la description de Montesquieu, affirme qu’on ne peut pas conclure, du caractère despotique du gouvernement turc, que toutes les horreurs associées à l’idée absolue du despotisme sont nécessairement présentes.

  • 36 Universal History, vol. XLIII, 1765, p. 119.
  • 37 J. Porter, Observations on the Religion, Laws..., vol. I, p. 85 et suiv., p. 105.

26Passons maintenant au deuxième élément qui caractérise le despotisme : le fait que toute propriété serait aux mains du sultan ou, comme le décrit la Universal History : « Toute l’étendue de l’Empire turc, terres, maisons, châteaux et armements (sauf les terres réservées à des utilisations religieuses) sont ainsi les biens propres du Grand Seigneur ; et puisque ce sont sa possession et son droit, ils restent siens uniquement à donner et à disposer. »36 James Porter s’élève également contre cette affirmation, en décrivant les lois d’héritage et le système du waqf, et en citant le Coran pour démontrer la façon dont le livre défend la propriété privée37. Il critique Montesquieu qui, « guidé par des autorités peu fiables », nie l’existence de toute propriété privée, de tout droit de succession, etc. Il commente :

  • 38 Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 89.

Quand je vois le résultat admirable & les judicieuses conséquences que tire de ce principe erroné, ce génie si pénétrant, si lumineux, je ne puis m’empêcher de m’affliger de la condition humaine : c’est un triste exemple qui prouve combien nous sommes sujets à l’erreur, & combien les plus beaux raisonnemens sont quelquefois trompeurs.38

  • 39 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale..., p. 121.

27Le témoignage de ce diplomate, selon Anquetil, « lève tous les doutes qui pourroient rester sur cette matière » et contredit Rycaut39. La réaction d’Eton à ce genre d’argument est relativement mitigée :

  • 40 W. Eton, Tableau historique, politique et moderne..., vol. I, p. 44.

... quelques auteurs ont prétendu que le gouvernement de la Turquie n’était pas absolument despotique. Le fait est qu’à l’égard de certaines propriétés, telles que des maisons laissées par héritage, les Grands-Seigneurs ont quelquefois pensé qu’il y aurait du danger à braver la loi, en dépouillant ouvertement les propriétaires.40

  • 41 J. Thornton, The Present State of Turkey...,vol. I, p. 113.

28Ceci ne change rien cependant au fond. Thornton conclut, lui aussi, que le sultan est le propriétaire de tous les biens immobiliers de l’empire sauf ceux destinés aux œuvres pieuses, mais il admet que l’exercice de ce droit sur la propriété de ses sujets qui ne remplissent pas de fonctions gouvernementales est limité par la loi et la coutume41. Sur ce point, au moins, les affirmations de Rycaut, reprises par Montesquieu, ne sont pas suivies et on s’accorde à admettre l’existence d’une propriété privée transmissible par héritage parmi les sujets turcs.

  • 42 W. Eton, A Survey of the Turkish Empin..., p. 199.

29Mon propos ici n’est pas de rentrer dans le détail des descriptions de l’Empire ottoman, ni d’analyser les effets du despotisme tels qu’on les perçoit. Un aspect, cependant, me paraît pertinent pour comprendre le débat sur le caractère despotique du gouvernement turc : il s’agit des opinions sur son avenir, car les conclusions à ce sujet sont étroitement liées à la perception de ce gouvernement. Le déclin de plus en plus visible de la puissance ottomane est généralement expliqué par le despotisme, qui étoufferait tout esprit libre et qui empêcherait tout progrès ou amélioration. L’empire est donc condamné à plus ou moins longue échéance. Eton voit la fin comme proche, étant donné le déclin de la population, de l’agriculture, de la puissance militaire et ainsi de suite : il estime donc qu’une autre guerre expulsera cet empire de l’Europe, grâce à la Russie, avec la libération notamment de la Grèce42. Il écrit, par exemple :

  • 43 Tableau historique, politique et moderne..., t. II, p. 183-184.

La base de l’empire turc repose dans le sang : un système de terreur et d’oppression le soutient : les tyrans qui le gouvernent, énervés par la plus honteuse dissolution, plongés dans la grossière ignorance d’un despotisme habituel, sont aussi faibles, aussi chancelans sur leur trône, qu’ils doivent paraître insignifians et méprisables aux yeux des autres puissances. Les français, à la vérité, ont recherché leur alliance ; mais il est probable que, s’ils se trouvent dans l’impossibilité de les soutenir, leur versatilité ordinaire les fera concourir à leur destruction.43

  • 44 The Analytical Review, 1798, vol. XXVIII, juillet 1798, p. 1-5.

30Cette croyance en l’expulsion inévitable, et probablement imminente, des Turcs de l’Europe est partagée par l’auteur du compte rendu du livre d’Eton publié dans The Analytical Review, même s’il se montre réticent envers son affirmation que l’occupation ne donne aucun vrai droit44. C’était déjà l’opinion des auteurs de la Universal History, qui, comme nous l’avons vu, étaient hostiles au monde musulman en général et dénonçaient le despotisme du gouvernement turc. On y lit :

  • 45 Universal History, vol. XVIII, p. 131. Notre traduction.

L’indifférence des nations asiatiques par rapport à la vertu, sous l’Empire turc, et leur ignorance et leur état d’esprit dégradé, sont les conséquences nécessaires de leur forme de gouvernement : ils doivent tôt ou tard amener sa destruction. Comment des esclaves, élevés sous le front menaçant d’un maître, peuvent-ils étouffer à l’approche d’un ennemi hardi les sensations habituelles de crainte qu’ils ont apprises du pouvoir arbitraire ? Comment des hommes si avilis, sans élévation d’esprit, habitués à fouler les faibles sous leur pied et à s’abaisser devant les puissants peuvent-ils s’empêcher de céder à la magnanimité, à la politique et au courage d’un peuple entreprenant et audacieux ? Le tyran, pour se servir impunément de son pouvoir arbitraire, doit énerver l’esprit et le courage de ses sujets. Ce qui le rend formidable chez lui, l’affaiblit à l’étranger : avec la liberté, il bannit de son empire la splendeur de toutes les vertus, car la vertu ne peut pas s’établir dans un esprit inférieur et servile.45

  • 46 Volney, Œuvres, vol. III, p. 714.
  • 47 Voir par exemple L. de Chénier, Révolutions de l’Empire ottoman..., p. xxxv ; et C. de Peyssonnel, (...)

31Volney défend la même opinion dans ses Considérations sur la guerre des Turcs, publiées en 1788 à l’occasion de la guerre avec la Russie : il estime très probable non seulement sa défaite, mais sa « ruine prochaine » et la création d’une nouvelle puissance à Constantinople46. Son opinion est combattue par d’autres auteurs français, qui s’opposent à la destruction de l’Empire ottoman47. La croyance en sa chute presque inévitable est notamment combattue par Mouradja d’Ohsson, qui tente de démontrer que les défauts du gouvernement ottoman résident non pas dans un manque de lois, mais dans le fait que les lois ne sont pas respectées. Il peut donc être amélioré :

  • 48 M. d’Ohsson, Tableau général de l’empire Othman..., p. xxxiii-xxxiv.

D’après cela on se persuadera aisément que la correction de ces abus et le changement de cet Empire ne présentent point des obstacles insurmontables, quelque lente que soit d’ailleurs la marche des révolutions morales et politiques, qui ne sont jamais que l’ouvrage du temps et du génie.
Pour réformer les Othomans, il ne faudrait qu’un sultan sage, éclairé, entreprenant. Le pouvoir que la religion met dans ses mains, l’aveugle obéissance qu’elle prescrit aux sujets pour tout ce qui émane de son autorité, en rendraient l’entreprise moins hasardeuse et les succès moins incertains.48

  • 49 T. Thornton, traduction française de M. de S***, État actuel de la Turquie..., vol. II, p. 224.

32Tous ces arguments sont passés en revue par Thornton, qui ne partage pas l’optimisme de Mouradja d’Ohsson concernant une régénération du pouvoir ottoman. Se référant au passage que je viens de citer, il affirme : « Il doit avoir appris que la révolution de plusieurs siècles ne suffit pas pour produire une telle réunion d’esprits vertueux et forts, doués de connaissances et de qualités aussi diamétralement opposées aux principes de leur éducation. »49 Mais en même temps, cet auteur critique Volney et Eton, estimant que l’expulsion des Turcs de l’Europe ne se justifie par aucun argument valable, et il se montre nettement plus réticent qu’eux concernant à la fois les Grecs et les Russes.

  • 50 The Edinburgh Review, vol. X, no 20, juillet 1807, p. 270. Notons cependant que, selon Peyssonnel, (...)

33Son attitude reflète sans doute la situation politique qui règne au moment de la publication de l’ouvrage, situation soulignée par l’auteur du compte rendu de la première édition du livre dans The Edinburgh Review en 1807 : cette année-là, la Grande-Bretagne envoya une expédition contre les Turcs et occupa l’Égypte, mais la paix de Tilsit entre la France et la Russie la convainquit de la nécessité de conclure une paix avec l’Empire ottoman et de le soutenir militairement. Le journaliste, qui critique la position du gouvernement britannique, estime lui aussi que souhaiter une conquête par la Russie et le rétablissement d’un Empire grec est « trop absurde pour en discuter », et il affirme qu’il suffit d’améliorer les droits de la population et les institutions politiques, à commencer par l’armée50. On voit peut-être ici un reflet des incertitudes de la politique britannique qui hésite entre le désir de préserver l’Empire ottoman pour contrer l’influence française en Méditerranée, et la peur de l’effondrement de ce pouvoir, ce qui suppose le renforcement de sa position auprès des peuples de la région pour les empêcher de basculer dans le camp français.

34On constate donc encore une fois à quel point les appréciations du despotisme turc reflètent la situation politique et les préoccupations des auteurs. On est en présence, je crois, au xviiie siècle, et quoiqu’on ait pu écrire à ce sujet, d’une vraie curiosité pour cet empire qui devient de moins en moins un objet de terreur, et d’une certaine volonté de le comprendre. Cette curiosité et cette volonté de comprendre sont faussées, bien sûr, par plusieurs facteurs, dont un certain nombre de préjugés (notamment religieux), mais également par des intérêts politiques. Ce qui aboutit à des interprétations diamétralement opposées et à des polémiques qui durent. Il faut ainsi se garder de voir ces préjugés de façon trop univoque, car tout le monde ne perçoit pas ce pays uniquement à travers sa religion ou à travers un sentiment de supériorité européenne. Il serait plus juste de dire que des intérêts propres colorent toute présentation faite de l’Empire ottoman par les Européens. Et il faut reconnaître l’existence d’un vrai débat autour du despotisme oriental, même s’il est en général difficile de juger sereinement de la question ou de prétendre à l’objectivité.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

ANQUETIL-DUPERRON A.-H., Législation orientale.., Amsterdam, M. M. Rey, 1778.

CHÉNIER L. de, Révolutions de l’Empire ottoman, et observations sur ses progrès, sur ses revers, & sur l’état présent de cet Empire, Paris, Bailly, 1789.

Encyclopœdia Britannica, Edimbourg, A. Bell - C. Macfarquhar, 1771.

ETON W., A Survey ofthe Turkish Empire..,2e édition, Londres, Cadell & Davies, 1799. Traduction française J.-E. Lefebvre, Tableau historique, politique et moderne de l’Empire ottoman., 2e édition, Paris, Tavernier, 1801.

KNOLLES R., The Turkish History, from the Original of that Nation to the Groowth of the Ottoman Empire [...] with a Continuation to [...] 1687, 6e édition, Londres, Awnsham Churchill, 1687.

MONTESQUIEU C.-L. de Secondat, De l’esprit des lois, R. Derathé éd., Paris, Garnier, 1973.

OHSSON M. d’, Tableau général de l’Empire othman, divisé en 2 parties, dont l’une comprend la législation mahométane ; l’autre l’Histoire de l’Empire othman, dédié au roi de Suède, par M. de M*** d’Ohsson, Paris, Imprimerie de Monsieur, 1788.

PERRY C. M. D., A View of the Levant. Particularly of Constantinople, Syria, Egypt and Greece..., Londres, T. Woodward, C. Davis, J. Shuckburgh, 1743.

PEYSSONNEL C. de, Examen du livre intitulé Considérations sur la guerre actuelle des Turcs, par M. de Volney, Amsterdam, 1788.

PORTER J., Observations on the Religion, Law, Government and Manners of the Turks, 2 volumes, Londres, J. Nourse, 1768. Traduction française M. Porter, Observations sur la religion, les loix, le gouvernement et les mœurs des Turcs, nouvelle édition augmentée de notes..., Neuchâtel, Société typographique, 1770.

ROBERTSON W., The History of the Reign of the Emperor Charles V, Londres, Cadell & Davis, 1811 [1769]. Traduction française J. B. A. Suard, Histoire de l’Empereur Charles-Quint, Paris, Janet et Cotelle, 1817 [1771].

RYCAUT P., The History of the Present State of the Ottoman Empire. Containing the Maxims of the Turkish Polity, the most Material Points of the Mahometan Religion, their Sects and Heresies, their Convents and Religious Votaries. TheirMilitary Discipline, with an Exact Computation of their Forces both by Sea and Land..., 5e édition, Londres, John Starkey, 1682. Traduction française P. Briot, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman., Amsterdam, Abraham Wolfgank, 1670.

SMOLLETTT., The Present State of all Nations Containing a Geographical, Natural, Commercial and Political History of all the Countries in the Known World, Londres, R. Baldwin, W. Johnston, S. Crowder, Robinson & Roberts, 1768-1769.

THORNTON T., The Present State ofTurkey ; or a Description of the Political, Civil, and Religious Constitution, Government and Laws f the Ottoman Empire... from Observations Made during a Residence of Fifteen Years in Constantinople and the Turkish Provinces, 2e édition, Londres, Joseph Mawman, 1809. Traduction française M. de S***, État actuel de la Turquie…, Paris, J. G. Dentu, 1812.

VOLNEY C.-F. de Chasseboeuf (comte de), Œuvres, Paris, Fayard, 1998.

VOLTAIRE F. M. Arouet de, Essai sur les mœurs, P. Pomean éd., Paris, Bordas, 1991.

Sources secondaires

ÇIRAKMAN A., « From tyranny to despotism : the Enlightenment’s unenlightened image of Turks », Middle East Studies, 33, 2001, p. 49-68.

GROSRICHARD A., Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, Paris, Seuil, 1979.

KOEBNER R. « Despot and despotism : vicissitudes of a political term », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. XIV, 1951, p. 245-302.

MURPHEY R., « Bigots or informed observers ? A periodization of pre-colonial English and European writing on the Middle-East », Journal of the American Oriental Society, no 110, 1990, vol. II, p. 291-303.

SPRINGBORG P., Western Republicanism and the Oriental Prince, Cambridge, Polity Press, 1992.

STELLING-MICHAUD S., « Le mythe du despotisme oriental », Schweizer Beittràge zur Allgemeinen Geschichte, no 18/19, 1960-1961, p. 328-346.

THOMSON A., « Le monde arabe dans la Universal History, ou De l’usage du monde arabe par les Lumières », Le monde anglophone et le Moyen-Orient, Paris, Éditions du Temps, 2000, p. 151-166.

— « Joseph Morgan et le monde islamique », Dix-huitième siècle, no 27, 1995, p. 351-363.

— « L’Europe des Lumières et le monde musulman : une altérité ambiguë », Le problème de l’altérité dans la culture européenne aux xviiie et xixe siècles. Anthropologie, politique et religion, G. Abbattista et R. Minuti éd., Naples, Bibliopolis, 2006, p. 259-280.

TOTT F. de, Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, 1re partie, Amsterdam, 1784.

Universal History, Londres, T. Osborne - A. Millar - J. Osborn, 1747-1766.

VENTURI F., « Despotismo orientale » (Contributi ad una dizionario storico), Rivista storica italiana, 72, 1960.

Notes

1 J’ai situé ce débat dans un contexte plus large dans : « L’Europe des Lumières et le monde musulman : une altérité ambiguë ».

2 Voir R. Koebner, « Despot and despotism : vicissitudes of a political term », p. 285 ; S. Stelling-Michaud, « Le mythe du despotisme oriental », p. 331. Pour une perspective plus large, voir P. Springborg, Western Republicanism and the Oriental Prince.

3 A. Grosrichard, Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, p. 8.

4 Voir F. Venturi, « Despotismo orientale », p. 119, qui cite R. Koebner, « Despot and despotism... », p. 301. Pour Asli Çirakman, le remplacement du mot « tyrannie » par « despotisme » au xviiie siècle indique une image nettement plus négative de l’Empire ottoman, voir « From tyranny to despotism : the Enlightenmenfs unenlightened image of Turks ». Çirakman représente les attitudes du xviiie siècle d’une façon, à mon avis, trop univoque.

5 R. Knolles, « The author to the reader », The Turkish History...

6 De l’Esprit des lois (livre II, chapitre i), t. I, p. 14.

7 Voir P. Vernière, « Montesquieu et le monde musulman d’après L’Esprit des lois », Actes du congrès Montesquieu, Bordeaux, 1956, p. 175-190, cité par S. Stelring-Michaud, art. cité, p. 340.

8 Voltaire, Essai sur les mœurs, vol. I, chap. xciii, p. 832.

9 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 10-12.

10 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale...

11 P. Rycaut, « Epistle to the reader » (pages non numérotées), The History of the Present State of the Ottoman Empire... Notre traduction (ce passage ne figure pas dans la traduction française).

12 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 68.

13 P. Rycaut, The History of the Present State of the Ottoman Empire..., p. 207. Notre traduction (ce passage ne figure pas dans la traduction française).

14 Notre traduction. Ibid., p. 199.

15 P. Rycaut, Histoire de l’état présent de l’Empire ottoman..., p. 173. Notons que déjà Francis Bacon avait défini une monarchie sans noblesse, comme celle des Turcs, comme une tyrannie (voir P. Springborg, Western Repuhlicanism and the Oriental Prince, p. 283). La question d’une aristocratie héréditaire est une de celles dont se saisit Voltaire pour lui donner une autre valeur : « Non seulement tous les Turcs sont libres, mais ils n’ont chez eux aucune distinction de noblesse. » (Essai sur les mœurs, vol. I, p. 832) Knolles, en 1610, avait aussi présenté cette égalité comme un aspect positif.

16 C. M. D. Perry, A View of the Levant. Particularly of Constantinople, Syria, Egypt and Greece.

17 W. Robertson, Histoire de l’empereur Charles-Quint, traduction française par J. B. A. Suard, p. 252-253.

18 Voir à ce sujet mon article : « Le monde arabe dans la Universal History... ».

19 Encyclopœdia Britannica, vol. II, p. 419. C’est moi qui souligne (notre traduction).

20 T. Smollett, The Present State of ail Nations..., vol. IV, 1769, p. 89. Notre traduction.

21 Voir à ce sujet R. Murphey, « Bigots or informed observers ? A periodization of precolonial English and European writing on the Middle-East ».

22 Etat actuel de la Turquie..., vol. I, p. 223.

23 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 129-131.

24 Ihid., vol. II, p. 74.

25 W. Eton, Tableau historique, politique et moderne de l’Empire ottoman..., p. 182. Cette traduction française remanie largement le texte anglais ; l’allusion à la « férocité meurtrière et la fureur fanatique qui déforme la physionomie cadavérique de la fraternité française » (voir le texte anglais) y a disparu. W. Eton, A Survey of the Turkish Empire..., p. 443-444 : « Thegloomy melancholy and solemn stupidity of the Turks is as little observable on the countenance of a Russian, as the murderous ferocity and enthusiastic fury which distorts the cadaverous physiognomy of the French hrotherhood ; there is a smile diffused over the face of the whole country. » Notons que Charles de Peyssonnel, qui critique la position de Volney en 1788, tente au contraire de montrer que le gouvernement russe est plus despotique que le gouvernement ottoman : Examen du livre intitulé Considérations sur la guerre actuelle des Turcs., p. 98 et suiv.

26 F. de Tott, Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartans, p. xxvii.

27 Sur Morgan, voir mon article, « Joseph Morgan et le monde islamique ».

28 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 121.

29 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale..., p. v.

30 J. Porter, Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 132.

31 Mouradja d’Ohsson, Tableau général de l’empire Othman...

32 The Gentleman’s Magazine and Historical Chronicle, p. 286. Notre traduction.

33 The Monthly Review ; or, Literary Journal : by several hands, vol. XXXIX, juillet-décembre 1768, p. 111-113.

34 T. Thornton, État atuel de la Turquie..., vol. I, p. 317.

35 Notons que déjà Robertson critique l’opinion de Porter, en affirmant que ni la religion ni la loi ne limitent constitutionnellement le pouvoir du sultan (note XLIII, p. 425).

36 Universal History, vol. XLIII, 1765, p. 119.

37 J. Porter, Observations on the Religion, Laws..., vol. I, p. 85 et suiv., p. 105.

38 Observations sur la religion, les lois..., vol. I, p. 89.

39 A.-H. Anquetil-Duperron, Législation orientale..., p. 121.

40 W. Eton, Tableau historique, politique et moderne..., vol. I, p. 44.

41 J. Thornton, The Present State of Turkey...,vol. I, p. 113.

42 W. Eton, A Survey of the Turkish Empin..., p. 199.

43 Tableau historique, politique et moderne..., t. II, p. 183-184.

44 The Analytical Review, 1798, vol. XXVIII, juillet 1798, p. 1-5.

45 Universal History, vol. XVIII, p. 131. Notre traduction.

46 Volney, Œuvres, vol. III, p. 714.

47 Voir par exemple L. de Chénier, Révolutions de l’Empire ottoman..., p. xxxv ; et C. de Peyssonnel, Examen du livre intitulé Considérations sur la guerre actuelle des Turcs...

48 M. d’Ohsson, Tableau général de l’empire Othman..., p. xxxiii-xxxiv.

49 T. Thornton, traduction française de M. de S***, État actuel de la Turquie..., vol. II, p. 224.

50 The Edinburgh Review, vol. X, no 20, juillet 1807, p. 270. Notons cependant que, selon Peyssonnel, il aurait voulu envoyer des navires pour soutenir la flotte russe contre la Turquie en 1787, et aurait été empêché par le gouvernement britannique (Examen du livre intitulé Considérations sur la guerre actuelle des Turcs..., p. 116).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search