Version classiqueVersion mobile

Le territoire de l’expulsion

 | 
Nicolas Fischer

Note terminologique

Texte intégral

1Les termes et les catégories administratives utilisés dans cet ouvrage – à commencer par le terme même de « rétention » – véhiculent toujours le point de vue politiquement situé des fonctionnaires qui les ont conçus. Ils reflètent à la fois le flou juridique entourant la définition d’une mesure (« locaux ne relevant pas de l’administration pénitentiaire »), et un souci plus ou moins délibéré de l’euphémiser (tels l’« éloignement du territoire » ou la « retenue pour vérification du droit au séjour »). À cet usage lénifiant du langage répond, dans le lexique militant, le recours à des termes volontairement provocateurs – que l’on pense à la résurgence, depuis une dizaine d’années, de la référence aux « rafles » ou aux « camps » pour décrire le dispositif de répression de l’immigration irrégulière. On retrouve donc sur l’enfermement des migrants l’extrême politisation des termes déjà signalée par Johanna Siméant dans le cas des étrangers en situation irrégulière, « sans-papiers » pour leurs soutiens et « clandestins » pour leurs détracteurs (Siméant 1998).

2Au delà même des positionnements politiques qu’elles reflètent, les terminologies juridiques ont également pour inconvénient d’offrir une vision statique et homogénéisante de phénomènes avant tout processuels et fortement différenciés : comme le note Susan Coutin (2000), il n’y a pas d’étrangers « irréguliers », mais bien des processus d’irrégularisation – ou de régularisation – qui modifient tant la position objective des personnes concernées, que la représentation subjective qu’elles se font de leur situation (pour une analyse synthétique sur ce point, voir De Genova 2002).

3Sans prétendre avoir systématiquement trouvé les termes adéquats et en conservant malgré tout la précision du propos, on a cherché autant que possible à déjouer les effets de cadrage politique des mots de la rétention. Il restait nécessaire de désigner par un terme englobant la diversité des mesures par lesquelles l’administration renvoie un étranger vers son pays d’origine (obligation de quitter le territoire, reconduite à la frontière, expulsion administrative, réadmission). Lorsqu’il n’est pas question d’une de ces mesures en particulier, on parle dans cet ouvrage de « renvoi forcé » ou, en dépit du caractère euphémisant du terme, d’« éloignement du territoire ». Il en va de même pour le terme de « retenu » servant à désigner les étrangers enfermés en rétention ; et pour celui d’« intervenant » désignant les représentants associatifs présents en rétention, que l’on a préféré ici au terme de « militant » en raison de sa charge politique plus immédiate. Enfin, le couple « expulsable/inexpulsable » a été utilisé pour désigner le statut juridique, mais aussi la condition sociale particulière des personnes visées par une mesure d’éloignement, ou qui pourraient l’être en raison de leur situation irrégulière. Ce terme, certes imparfait, constitue une traduction approximative des termes anglais deportable et deportability, utilisés dans les travaux anglo-saxons pour signifier la même idée. Dans la même perspective, on parlera de personnes « en situation irrégulière » ou « sans titre », c’est-à-dire sans titre de séjour, pour désigner les publics visés par la rétention.

 

4On a également souhaité féminiser les termes employés lorsque cette opération n’alourdissait pas excessivement la présentation du texte. Dans certains cas, les termes ont été considérés comme génériques et ont été laissés au masculin : c’est le cas pour « étrangers » ou « retenus ». Dans le cas des membres de la Cimade suivis en rétention en revanche, la forte féminisation de l’équipe (quatre femmes sur cinq) a justifié le recours systématique au terme « intervenantes ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search