Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le territoire de l’expulsion

 | 
Nicolas Fischer

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la version remaniée et actualisée d’une thèse de doctorat réalisée sous la direction de Marc Sadoun et soutenue en décembre 2007 à l’Institut d’études politiques de Paris. Sa préparation initiale, et sa reprise pour le présent manuscrit, auraient été impossibles sans le concours de toutes celles et ceux qui ont accepté d’entendre, de relire et de discuter son contenu, et qui m’ont jour après jour apporté leur soutien.

2Qu’il me soit donc permis ici de remercier en premier lieu les amis et collègues qui m’ont prêté assistance dès les premières années de la thèse – et le plus souvent depuis lors : notamment Marine Boisson, Cédric Moreau de Bellaing, Grégory Salle, Alexis Spire. Je suis particulièrement redevable à Camille Hamidi, Milena Jaksic et Yasmine Bouagga pour leurs relectures et conseils avisés, et leur patience dans l’attente de ce manuscrit.

3L’élaboration de ce texte a également bénéficié des soutiens multiples rencontrés par la suite au sein de l’IRIS à l’École des hautes études en sciences sociales puis au sein du CESDIP à l’université de Versailles Saint-Quentin. Il doit notamment beaucoup à Aurélie Audeval, Emmanuel Blanchard, Yoletty Bracho, Isabelle Coutant, Mathilde Darley, Didier Fassin, Fabrice Fernandez, Valérie Icard, Fabien Jobard, Carolina Kobelinsky, Christian Mouhanna, Sébastien Roux et Manon Vaudor. Remerciements tout particuliers à Corinne Balmette pour ses conseils et recherches bibliographiques, ainsi qu’à Bessie Leconte et Michèle Fischer pour leur relecture attentive et la mise en forme du présent manuscrit.

4On l’aura compris, le travail qu’on va lire n’a été possible qu’à travers le soutien de réseaux et de structures académiques, nécessaire tant au financement de la recherche qu’à l’échange scientifique. Alors que ces deux dimensions de la recherche en sciences sociales sont régulièrement remises en cause, qu’il me soit ici permis de souligner combien le statut de doctorant allocataire, puis celui de post-doctorant et enfin celui de chargé de recherche au CNRS ont rendu possible la réalisation de cette enquête. Il paraît aujourd’hui d’autant plus indispensable de préserver ce cadre de travail qui permet de faire de la science un métier.

5J’adresse pour finir toute ma gratitude aux responsables de la Cimade qui m’ont ouvert les portes de leur association, et plus encore aux intervenantes qui ont accepté ma présence à leurs côtés tout au long de l’enquête en rétention. Si je ne peux les citer nommément, la suite de ce texte indiquera suffisamment ce que je leur dois.

6Merci, enfin, à Florence Galmiche pour nos beaux échanges autour de ce livre – et de ceux qui le suivront.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540