Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Final

L’évolution des langues et… des modèles explicatifs

Texte intégral

1Tout au long des premiers chapitres de cet ouvrage, j’ai pris pour support le domaine de recherche de l’évolution des langues. J’ai aussi souligné que l’arrière-plan théorique propre à l’approche néogrammairienne classique et les méthodes qu’il autorise – dont on sait qu’elles ont fait l’objet d’applications parfois brillantes et heureuses hors du domaine des langues indo-européennes pour tenter de rendre compte des relations généalogiques entre des langues ne disposant pas de traditions écrites – n’ont pas toujours abouti à des résultats satisfaisants. C’est ce constat d’échec partiel qui avait conduit Joseph H. Greenberg à proposer la méthodologie alternative qu’il a systématiquement appliquée aux langues africaines (1964 [1963]) puis aux langues des Amériques (1987), ce qui a ouvert de nombreuses controverses. Cela rappelé, je vais mettre un point final à mon texte en revenant une dernière fois à quelques implications et implicites de ces débats, car, en raison de l’intérêt et de la richesse des remarques épistémologiques qu’ils auront suscitées, ils ont une importance exemplaire pour comprendre et appréhender certains aspects généraux de nos procès d’élaboration théorique. Ainsi, y a-t-il une logique propre à l’élaboration théorique en rapport avec la nécessité de rendre compte des phénomènes, qu’il s’agisse de les construire ou de les mettre en évidence ? Quelle est notre place dans ces procès d’élaboration épistémiques ? Quels sont nos outils ? Quelle est la place de notre subjectivité et des contraintes sociales qui nous déterminent dans la mise en œuvre de ces processus ? Il va de soi que je n’ai pas de réponse. Cela n’empêche pas de poser les questions, et c’est – là aussi – une réflexion sur les/nos frontières.

*

  • 1 Ce texte reprend et développe la thématique d’une contribution à un volume d’hommages dédiés à Zvo (...)
  • 2 La Linguist-List est la mailing-list internationale (d’obédience américaine) la plus connue et la p (...)

2Dans le domaine de la recherche comparative en vue de l’établissement d’une classification généalogique des langues, on retiendra ces deux conséquences des travaux de Greenberg1. Premièrement, il a créé l’événement : à la suite de ses propositions concernant la classification des langues, il a alimenté le débat avec une controverse née dans les années 1960, puis largement reprise autour des années 1992-1998 dans les forums de discussion de la Linguist-List2 (discussions qui portaient sur les thèmes proto-world et comparative method). Rappelons que, initialement, Greenberg (1963) avait présenté une classification des langues africaines fondée sur une méthodologie incommensurable avec la méthode traditionnelle d’établissement des parentés généalogiques (voir chapitre 7). Cette méthode, proposée pour pallier l’insuffisance de la méthode classique lorsque la mise en évidence de correspondances n’est pas immédiatement possible, s’appuie sur un modèle quantitatif fondé sur la prise en compte de grands ensembles de ressemblances essentiellement lexicales entre les formes du plus grand nombre possible de langues comparées (mass-comparison).

  • 3 L’analyse critique la plus précise, la plus détaillée, mais aussi la plus rigoriste, de cette appr (...)

3Deuxièmement, sans pour autant être acceptée par tous les linguistes, sa méthode a réussi à s’imposer (avec ses résultats classificatoires) au point qu’elle est devenue la quasi-référence obligée, tout particulièrement chez les spécialistes américains des langues africaines3. Concrètement, ainsi que je l’ai précédemment noté dans mes remarques sur l’effet de fondation à propos du songhay (chapitre 7), je rappelle que cette méthodologie propose :

  • de résoudre d’un coup la question pratique (et théorique ?) de la classification généalogique de toutes les langues africaines4 ;
  • une méthodologie qui, faisant appel à une approche de nature quantitative, ouvre potentiellement vers des considérations d’ordre statistique et connote des procédures issues d’un domaine réputé scientifique pour résoudre les problèmes posés ;
  • une synthèse qui, pour l’essentiel, recoupe les résultats déjà acquis par les méthodes classiques tout en innovant par quelques propositions de classements sur certains points qu’elles n’avaient pas réussi à traiter.

4Je reviens sur cette approche avec trois objectifs :

  • réfléchir encore une fois sur le rapport qui s’établit entre données et théorie ;
  • continuer à m’intéresser aux éventuels effets secondaires – largement abordés dans le corps de ce volume – induits de deux propriétés bien connues de la construction théorique, son réductionnisme et sa vocation à construire des faits ;
  • et enfin, poursuivre mon questionnement sur la relation particulière qui lie (la construction de) ces faits aux acteurs de leur mise en œuvre.

5Je précise toutefois (mais est-ce bien utile ?) que même s’il apparaît en filigrane au cours de cette présentation que la méthodologie – bien établie – proposée par Greenberg ne me semble pas personnellement satisfaisante, ce n’est pas sa critique qui est ici en jeu : la référence à cet auteur et à sa méthode ne me sert que d’exemple pour ouvrir vers une réflexion plus générale.

Réduction, pertinence, constitution d’objet

  • 5 Ici, l’on peut encore renvoyer à Jean-Claude Passeron (voir chapitre 5, note 12).

6Nous savons que nous ne pouvons pas établir des faits et construire des descriptions sans que soient préalablement reconnus (mais pas nécessairement explicités) les pertinences qui les génèrent et les articulent, l’objet à étudier et ses propriétés essentielles. Ce sont ces délimitations, impliquant une discrimination des unités composantes, des choix et potentiellement une réduction, qui rendent possible un questionnement et permettent l’articulation d’un champ d’investigation, c’est-à-dire un domaine d’observables que la théorie aura à explorer et à saturer. Elle le fera en développant un espace discursif propre, lequel contiendra l’ensemble des propositions dicibles qu’elle autorise5. L’opération de réduction est elle-même théorisée : « Sans la réduction imposée à l’objet, on parlerait de tout et de n’importe quoi », peut-on entendre dire. Elle est l’opération nécessaire et préalable à toute description des observables et une valeur heuristique lui est généralement attribuée.

7Comme toutes les pratiques descriptives organisées, la linguistique historique issue de l’école néogrammairienne s’est appuyée et s’appuie toujours sur une telle opération de réduction. Elle a exploré son domaine – initialement, les langues indo-européennes –, répondu aux questions posées et construit un ensemble de propositions sur les données, qui, d’être accepté, a acquis le statut de fait : cet ensemble de propositions est venu constituer l’essentiel du corps des connaissances concernant l’histoire des langues ainsi étudiées et, accessoirement, les modalités de leur évolution. Concrètement, pour la linguistique historique, le domaine de pertinence est la description des relations d’apparentement généalogique entre les langues, ce qui inclut aussi l’analyse des phénomènes de convergences, d’analogies, etc. L’objet, c’est l’ensemble formé par les langues traitées, analysables sur les plans phonétique, sémantique et morphologique ainsi que par les informations philologiques et documentaires de tous ordres les concernant. Les propriétés essentielles, ce sont tout aussi bien les potentialités d’évolutions régulières des langues que leurs caractérisations structurelles.

La méthodologie de Greenberg en exemple-type

8Dans les langues africaines, des résultats ont été obtenus par la méthode comparative classique, mais ils sont restés parcellaires et localisés (bantou, langues voltaïques, langues ouest-atlantiques, langues nilotiques,…), car en l’absence de philologie, la structure des langues et l’insuffisance des connaissances n’ont pas permis dans bien des cas d’étayer des hypothèses selon les méthodes classiques. C’est donc bien, ainsi que je l’ai précédemment mentionné, pour aller plus loin que Greenberg a proposé une approche nouvelle, intéressante parce qu’on peut l’interpréter comme un avatar de la méthode comparative classique dans un contexte d’application que je définis comme « empiriquement saturé » ; c’est‑à-dire dans un contexte où cette dernière ne permettait pas/plus de mettre en évidence de nouveaux apparentements linguistiques. Qu’est-ce qui caractérise cette démarche ?

  • Une focalisation sur un caractère « évident » du principe explicatif de « l’évolution » des langues : celui de la division continue ;
  • une mise à l’écart marquée de certaines questions corrélatives traitées dans l’approche classique : l’étude des convergences et contacts est écartée, les approches de dialectologie et de géographie linguistique, etc. sont ignorées ;
  • une réification des objets instrumentalisés pour prouver les hypothèses, les unités traitées étant en effet peu analysées et considérées dans leur opacité ;
  • une place essentielle et absolument prépondérante attribuée aux données lexicales en tant que support de la « preuve ».
  • 6 Le lecteur intéressé par des réflexions méthodologiques sur ce parallélisme pourra se reporter à N (...)
  • 7 Dans l’approche de Greenberg le champ des observables clôturé, à l’intérieur duquel s’établit « l’ (...)

9En quelque sorte, on peut dire que Greenberg aura construit un objet parallèle6 à celui élaboré par les comparatistes classiques, mais cela étant, il introduit une véritable régression par rapport à l’approche classique quant au degré d’exigence pour la collecte et la saisie des données. Pour justifier cette appréciation, puisque les données lexicales sont le matériau de référence dans son approche data-oriented, il suffit de s’interroger sur la pertinence de la notion subjective de vocabulaire fondamental, sur l’artefact des listes de mots7 et, d’une façon générale, sur la façon dont les données lexicales sont recueillies et traitées.

  • 8 J’ai abordé ces questions au 26th Annual Conference on African Linguistics (1995) en présence – et (...)

10Tout d’abord un commentaire. Même s’il est facile d’en établir des relevés, ces données lexicales ne vont jamais de soi : les lexèmes ne sont pas des « papillons » qu’il suffirait de collectionner, car l’on sait qu’ils appartiennent à un domaine mouvant articulé à l’intersection de plusieurs organisations (linguistique, sociale, communicationnelle et anthropologique) qui participent à (et déterminent) leur transformation. C’est pourquoi, autant que faire se peut – sauf à prendre le risque de scléroser l’approche – la prise en considération effective de ces organisations ne saurait être exclue a priori du programme de recherche dès lors qu’il est question d’utiliser le lexique pour le fonctionnaliser en vue de construire des outils d’analyse ou de le retenir comme élément constitutif de preuve. Il importe donc de s’intéresser à ces domaines de pertinences. Pour l’exemple, j’en retiendrai trois qui sont largement occultés dans l’approche par ressemblances de Greenberg8.

Le domaine de la pertinence géographico-comparative et structurelle

11Il est concerné par les variations formelles, phonétiques et morphologiques qui affectent continuellement le lexique dans un espace géographique et dialectal donné ; elles peuvent conduire à identifier des bassins de structuration/cristallisation lexico-sémantiques (voir Nicolaï 1994) susceptibles d’être utilisés pour l’évaluation de la vraisemblance de certains rapprochements lexicaux. Cela relève d’une saisie dialectologique et, lorsqu’il s’agit d’utiliser le lexique comme élément de preuve, la connaissance la plus étendue et la plus précise de ce niveau est l’une des conditions de sécurité qui contribuent à la validation des hypothèses (Nicolaï 2003).

12Conséquemment, il est important de ne pas se limiter à une langue réduite à l’étroitesse d’un simple vocabulaire d’illustration assorti de traductions souvent minimalistes, mais d’exploiter la totalité accessible de son espace dialectal. Même si c’est beaucoup plus coûteux en temps et en travail.

Le domaine de la pertinence sémio-sémantique

13Les structurations lexicales sont aussi parties prenantes de l’organisation sémio-sémantique des langues dans lesquelles elles se développent (Nicolaï 1985, 1987). Cela veut dire qu’au-delà de l’analyse documentée du développement lexical des entrées dans un espace géolinguistique, il convient de s’intéresser au champ formel et relationnel dans lequel elles se situent, et duquel elles reçoivent une partie de leur signification. Il s’agit alors de se donner les moyens de ne pas occulter l’ensemble des acquis des deux derniers siècles de recherche en lexicologie, philologie et dialectologie.

Le domaine de la pertinence cognitive

  • 9 On doit aussi se demander ce qui relève d’un artefact du chercheur et donc d’une opération cogniti (...)

14Enfin, à travers le lexique pris comme matériau on peut aussi reconnaître l’existence récurrente de formes potentiellement motivantes, sinon motivées, qui ne relèvent pas pour autant d’un symbolisme élémentaire qu’il conviendrait (pour des raisons de « bonne méthode » !) d’écarter sans analyse. Dans quelle mesure les modifications des lexèmes ou l’insertion d’une entrée vont-elles dépendre de l’existence et du dynamisme de matrices morphosémantiques ou de formes génériques préexistantes dans les langues ou dans les univers culturels des populations qui les parlent ? Prennent place ici les travaux sur la motivation de Edward Sapir (1929) à Pierre Guiraud (1967) en passant par Roman O. Jakobson (1976), Ivan Fónagy (1983), mais aussi Robert Nicolaï (1985, 1987, 1992, 1994) et beaucoup d’autres. Le lexique constitue une interface où se conjuguent les déterminismes structuraux qui articulent des formes dans le domaine linguistique avec d’autres déterminismes à fonction tout aussi classificatoire, qui organisent des formes dans d’autres systèmes de représentation9. Occulter a priori ces dimensions simplifie sans aucun doute l’analyse et le travail d’élaboration d’hypothèses, mais le prix à payer est très fort tandis que l’intérêt du résultat en est considérablement réduit.

*

  • 10 Se reporter au chapitre 7, note 6. J’ajoute que, utilisant différents angles d’approche, j’ai abor (...)
  • 11 Il est évident qu’il n’est pas possible de développer cet exemple, toutefois le lecteur intéressé (...)

15Tout cela ouvre vers des questions cruciales pour une méthodologie pratique dont on peut constater le puissant pouvoir de figer les présupposés qui déterminent la réflexion critique sur ce qu’elle construit au niveau épistémique ; une méthodologie dont j’ai noté10 qu’elle permet – trivialement – de retrouver la plupart des résultats déjà obtenus, ce qui est cependant insuffisant pour garantir sa validité et son pouvoir heuristique dans les cas litigieux (tel le placement malencontreux du songhay dans la famille nilo-saharienne11).

16Conséquemment, il importe (i) de se débarrasser d’une non-méthodologie consistant tout simplement à comparer des entrées lexicales opacifiées entre elles sans que jamais le détail de leurs caractéristiques particulières et la spécificité de l’objet qu’elles constituent soient considérés ; (ii) d’approfondir des notions a priori évidentes et semblant aller de soi telles que le sens fondamental (comment se construit-il, ce sens fondamental ?). Faute de quoi, il faut ou faudrait bien admettre ceci :

171. Dans la mesure où l’inspection du lexique est l’opération discriminante et le pivot de la méthode, l’on doit considérer que, dans leur majorité, les transformations phonétiques et sémantiques qui affectent ce matériau ne risquent pas de masquer les ressemblances recherchées… et que ces ressemblances ont valeur de preuve.

18Ce qui présuppose que les différenciations phonétiques et sémantiques attestées entre des langues supposées parentes sont directement appréhendables et interprétables sans nécessiter autre chose que l’intuition du chercheur et que cette intuition du chercheur vaut démonstration. Même si le plus souvent – par la force des choses – il en sait très peu sur les langues qu’il compare.

  • 12 La massification est fondée sur la reconnaissance d’une différence dans ce qui est normalement don (...)

192. Il est licite de proposer des relations d’apparentement généalogique entre les langues par la simple évaluation des effets de massification12 et des ressemblances globales illustrées dans leur mise en rapport. Ainsi, on présuppose que la recherche de lignes de fractures, de ruptures de continuité dans ce « massifié » est un bon outil et que le fait que cela puisse être analysé comme un effet de Gestalt n’est pas un problème.

20Corrélativement, on présuppose que les relations d’apparentement sont nécessairement celles que le linguiste a postulées sur la base « suffisante » de ses a priori et de ses légiférations libérés de l’analyse détaillée des phénomènes qu’il appréhende.

213. Enfin, on doit aussi admettre que si l’on s’en tient à ce que l’on peut constater à la consultation de la plupart des travaux publiés, toute définition dictionnairique ou traduction sémantique décontextualisée proposée pour un lexème, même sans le support d’exemple(s) d’utilisation, est suffisante pour justifier de son placement dans une chaîne de ressemblances où il fonctionnera comme élément de preuve dans une « (dé)monstration » afin d’affirmer ou de confirmer une hypothèse d’apparentement généalogique.

22Il s’ensuit que, dans ce cadre, les unités lexicales fonctionnent davantage comme des étiquettes de notions préétablies que comme des unités lexicalement définies et interdéfinies dans la langue et reliées aux contextes anthropologiques de leurs emplois – c’est ce que j’appelle leur opacification.

  • 13 Naturellement, la méthode – comme toute méthode – a été retravaillée pour mieux rendre compte de c (...)
  • 14 De la même manière, on ne falsifie pas la théorie darwinienne de l’évolution ! En effet, le cadre (...)
  • 15 Pour pallier les risques de dérive et de confusion méthodologique, il serait utile de distinguer e (...)

23C’est ainsi qu’en n’introduisant que peu de questionnements sur ce qu’elle fait et en n’ayant aucune exigence qui serait susceptible de mieux justifier l’utilisation du lexique et de permettre d’approfondir nos connaissances théoriques, cette méthode conduit de facto – par excès de simplification – à réifier les outils qu’elle se donne et à obscurcir la problématique qu’elle se propose de traiter. Naturellement, cela n’empêche pas de produire des résultats, de proposer des hypothèses13 qui, de par leur nature, n’ont pas vocation à être falsifiées14. Il y a donc bien une différence qualitative dans les objectifs de recherche et les modes d’approche entre la méthode comparative classique et la méthodologie par ressemblance de Greenberg, même si des recoupements superficiels autour des représentations anthropomorphiques de la filiation et de l’arbre généalogique tendent à les masquer15.

24Faisons le point. En la considérant avec un peu de recul, on pourra donc dire que la controverse entre les comparatistes classiques et les tenants de Greenberg se ramène à un malentendu – mais un malentendu de taille ! En effet :

  • il n’y a pas seulement une différence de méthode, il y a aussi une différence (masquée) dans la définition des observables ;
  • il n’y a pas fondamentalement de différence d’opinion concernant les modes supposés de l’évolution, car la division continue est toujours le modèle de référence, mais il y a une différence profonde dans l’exigence théorique et dans l’identification de l’objet lui-même puisque son identité réelle résulte de l’opération de réduction qui l’établit. La différence est bien qualitative.

25Avec cet avatar :

  • la forme posée comme base, lorsqu’elle est envisagée, n’est plus une formule, une (re)construction abstraite, mais une reproduction potentielle de « ce qui est posé comme ayant dû exister » : on passe ainsi d’Antoine Meillet à August Schleicher, pour qui la reconstruction matérielle d’un proto-indo-européen semblait envisageable16 ;
  • la problématique du contact des langues et de leurs mélanges telle qu’elle est illustrée par Hugo E. M. Schuchardt n’est pas intégrée, mais évacuée : on supprime les « canards boiteux » ;
  • la logique arborescente induite par le principe de division continue est confortée et le présupposé de monogenèse (toujours soutenu par notre imaginaire anthropocentré) est renforcé : on hypostasie la logique du modèle formel au détriment de l’étude des données empiriques, tout en donnant l’impression de s’en tenir à ce type de données.

26Ce faisant, à l’évidence, pour beaucoup de « consommateurs de résultats » cette approche résout le potentiel d’insatisfaction que procure l’approche classique. Ce qui contribue à son développement.

Première conclusion partielle

27L’une des forces de l’approche de Greenberg a résulté dans sa capacité à présenter de grandes synthèses (c’est satisfaisant pour l’esprit !) ; une autre – ainsi que je l’ai précédemment mentionné – a résidé dans le fait que ses résultats ne sont pas contradictoires avec ceux de l’approche classique là où elle est efficace (c’est sécurisant !) ; une autre enfin réside dans l’impossibilité où l’on est de vérifier la justesse de ses résultats puisque l’essence même de sa démarche est abductive et qu’aucune épreuve de falsifiabilité n’a de sens dans ce contexte. Les faits une fois reconnus et validés, la réalité est réorganisée.

28Dans le contexte induit des propositions et travaux de Greenberg on constatera que la reconnaissance initiale est essentiellement américaine, ce qui n’exclut pas – loin de là – l’existence d’adeptes de la méthode sur le Vieux Continent. On peut toutefois s’interroger, à la lumière des remarques précédentes, sur les raisons de la surdité (ou de l’aveuglement) intellectuelle qui caractérise l’échange entre les chercheurs, et sur ce qui, en fin de compte, valide le particularisme de leurs professions de foi.

29Soit la critique de l’approche est exogène – elle vient donc de l’extérieur –, et dans ce cas elle porte sur des objets non identiques : la contestation risque de n’avoir pas d’autre sens que celui d’un rapport de force entre deux pouvoirs ou bien celui d’un malentendu. Soit elle est endogène – conduite par des membres de la même « communauté théorique » –, et alors elle risque d’emballer la construction théorique en sur-développant une construction particulière ou en induisant un processus de remplacement accéléré des versions/états de la théorie. L’évolution de la théorie est ainsi déterminée autant par la logique des groupes que par la logique des observables.

Deuxième conclusion partielle

30L’analyse de ce cas d’école montre que l’adoption d’une proposition théorique ou méthodologique nouvelle n’implique pas nécessairement un approfondissement de la connaissance dans le champ de pertinence par rapport auquel les questions se posent même si elle revendique ce but – naturellement, je distingue approfondissement de la connaissance et obtention de résultats ! La proposition introduite peut tout aussi bien correspondre à une proposition incommensurable parce qu’elle porte sur d’autres observables, même si le fait est masqué, même s’il y a dénégation et affirmation d’identité ; ou bien elle peut conduire à un recul de cette connaissance. L’analyse montre ainsi qu’une proposition méthodologique affirmée n’est pas toujours innocente et peut très bien s’accompagner d’une transformation implicite de l’objet même de la description ; ce que par ailleurs, en m’intéressant à l’utilisation de la métaphore, j’ai aussi voulu montrer dans la première partie de cet ouvrage.

Construction de faits, vraisemblance et réalité

31Mais reprenons un peu de distance. Parce qu’elle organise une série de questionnements et parce qu’elle induit la présélection des données utiles pour fournir les réponses attendues et affiner les questions pertinentes, la théorie gère des frontières, définit et applique une clôture sur ses données empiriques afin d’établir le champ de ses observables, c’est-à-dire le domaine privilégié d’application que le descripteur entreprendra de saturer.

32Dans sa pratique le descripteur-théoricien tentera donc de construire des faits pour valider la théorie qu’il utilise, il présélectionnera nécessairement des données qui sont pertinentes dans son cadre – disons que c’est là… la moindre des choses ! Il y a alors un rapport particulier entre le développement théorique et cette présélection des données, entre la théorie et son corpus de démonstration. Un corpus qui une fois constitué vaut pour les données et parfois semble valoir mieux qu’elles (voir mes remarques, supra, sur « La construction inductive comme première dynamique », chapitre 3). Le descripteur-théoricien va ainsi travailler sur ses observables, plus précisément, sur son corpus de démonstration et il peaufinera, pour le meilleur, l’adéquation souhaitée de son outil à son corpus, ou pour le pire… l’adéquation de son corpus à son outil.

33La saturation du domaine sera achevée lorsque toutes les réponses possibles auront été fournies ; par le fait même de la présélection des données, elle est étroitement liée à un principe de stabilité théorique qui manifeste l’effet paradoxal du cadre dominant. Par exemple, tel est le principe que nous avons vu être à l’œuvre dans le domaine comparatiste classique lorsque Meillet, critiquant Schuchardt à propos des langues mixtes, refusait l’idée d’un renouvellement théorique en s’appuyant à la fois sur les limitations structurelles de la méthode – « s’il s’agit de langues qui ont beaucoup divergé, […] une parenté réelle peut être devenue indémontrable parce que les faits morphologiques communs sont effacés » (1958 [1918], p. 109) – et sur la disproportion des résultats acquis face aux quelques problèmes empiriques soulevés (voir chapitre 6, ainsi que Nicolaï 1993). Caricaturalement, cela revient à postuler que si les données ne cadrent pas avec les prédictions de la théorie, c’est qu’elles sont certainement marginales et donc… qu’elles ont certainement tort !

34C’est sans doute par ce cheminement que l’on peut en revenir à cette évaluation de Meillet, également citée supra :

Les parlers qui sont des mélanges informes de deux langues différentes comme le slavo-italien et l’italo-slave qu’a décrits M. Schuchardt sont ceux de populations inférieures ; il est permis de se demander si l’on en pourrait faire la théorie : les faits seraient beaucoup trop compliqués. On se trouverait sans doute devant des parentés indéterminables. (1958 [1918], p. 106)

35Elle illustre ainsi que la théorie n’autorise pas la transgression de sa clôture. On peut éventuellement la modifier par glissements successifs, mais on ne la change pas.

36Dans un autre milieu intellectuel, et avec un formalisme plus « branché », on passerait de la version 1 à la version 1.1, puis 1.1.1, voire peut-être même à la version 2…, mais, pour reprendre une autre image « branchée » : on ne change pas de « logiciel » !

37La théorie est un outil qui permet de « parler » l’univers qui lui est propre. Elle est utilisée pour élaborer, à partir de ses observables, des propositions vraisemblables, qui vont être considérées comme des faits et permettre de construire rétroactivement la réalité : soit une opération réflexive au sens de Harold Garfinkel (2007 [1967]).

Logique de développement

38Plus le descripteur-théoricien établira de faits, plus la théorie sera connue… et éventuellement reconnue ; on conçoit ainsi que les données sont des ressources pour assurer le procès de saturation, et éventuellement pour répondre aux questions posées. Parallèlement, sous forme de corpus de démonstration ces données fonctionnent en tant que faire-valoir de la théorie, à usage de ses « développeurs » pour imposer le nouveau standard qu’elle constitue potentiellement. Il y a là une dimension sociale et économique de la construction théorique avec un procès de « valorisation » (de vente ?) : la théorie est plus ou moins « scientifique », « élégante », « forte », etc. Bien évidemment, en tant que produit elle subit les contraintes du marché, y compris dans ses dimensions idéologiques : c’est pourquoi hypostasier son caractère scientifique est un « bon » argument de vente dont la fausseté est loin d’être aisément démontrable ; masquer ou démasquer ses potentialités socio-économiques est une stratégie sur laquelle il importe de se décider en fonction du public ciblé. L’approche de Greenberg, comme n’importe quelle autre approche, aura bien évidemment été déterminée par ces facteurs, même si – et je souhaite le préciser – je n’attribue absolument pas à Greenberg d’avoir eu des intentions cachées de cette nature !

39Tant que la théorie reste une proposition isolée, elle n’a guère d’importance parce qu’elle n’existe pas. Pour qu’elle existe, il faut qu’on en parle et qu’elle soit reconnue par la communauté scientifique pour laquelle elle est pertinente : en effet, comme le petit dealer de drogue ou le gourou, le théoricien a besoin d’adeptes. On conçoit donc qu’il s’insère entièrement dans le processus économico-social de concurrence qui régit les campagnes de promotion, subit le choc des trusts, des lobbies et le turn-over des modes : c’est « normal ».

  • 17 Le cadre théorique, en linguistique historique comme ailleurs, est ainsi conçu comme une conventio (...)

40La vraisemblance qui conduira un énoncé de l’état de proposition à l’état de fait résultera d’une part de la répétitivité et de la « félicité » – au sens de la pragmatique contemporaine – du travail de saturation. Il dépendra ensuite de facteurs socio-logiques au sens de Latour (Qui dit cela ? D’où ? Avec quels alliés ?…) et enfin, de la cohérence rétroactive introduite dans l’organisation des nouvelles propositions construites par rapport au stock des connaissances acquises. Ce n’est que lorsque cette mise en perspective aura été établie que l’on aura construit une « réalité »… indépendamment de toute référence à la falsification poppérienne qui, tout au moins dans le présent cas de figure, n’est pas pertinente. Une des stratégies intuitivement efficaces pour conforter la théorie est de privilégier l’idée qu’elle permet de décrire la réalité et non pas de construire une réalité17. Enfin, notons encore que toutes ces considérations sur le développement des théories – et le cas de la méthodologie des ressemblances contribue à l’illustrer – ne veulent absolument pas dire que la dynamique et la gesticulation académico-sociales soient suffisantes pour assurer la validité d’une théorie dans l’ordre de la rationalité scientifique ! C’est là une autre affaire.

41Ainsi que je l’ai précédemment mentionné, la théorie définit ce qui est dicible ; elle est un outil pour former ou questionner les observables, elle permet une représentation de certaines relations de ces observables, mais c’est aussi un instrument de pouvoir :

  • pouvoir intellectuel dans la mesure où, structurellement, la modélisation qu’elle induit précontraint le raisonnement de ses adeptes et rejette la contestation de ses détracteurs ;
  • pouvoir temporel dans la mesure où sa réussite donne la maîtrise d’enjeux séculiers évidents.

Troisième conclusion partielle

42Dans ses conditions normales de développement, la théorie se pérennise tant que le processus de saturation n’est pas achevé. Une fois celui-ci conduit à son terme – ou lorsque, à partir de questionnements conduits ailleurs, il apparaît que la théorie ne répond plus aux attentes qui l’ont mise en place (ce qui, précisons-le, ne revient pas à dire qu’elle est falsifiée) –, elle est abandonnée. Le déblocage de la situation saturée passe par une transgression ainsi que je l’ai suggéré supra : des travaux se font pour répondre à d’autres questionnements apparemment sans rapport avec celui posé dans le cadre saturé, concernant des objets délimités autrement et dont la différence de délimitation est revendiquée dans un autre cadre (voir les travaux sur les créoles, les recherches sociolinguistiques…). Dès le moment où un corps de connaissances est en voie d’établissement dans ce nouveau cadre, la transgression devient possible. Un principe de réalité rend acceptable, à partir d’un seuil donné, une réflexion nouvelle sur les principes explicatifs, les méthodes et les précontraintes du cadre théorique initial… et saturé (on a – toujours avec la même plate image rebattue – changé de logiciel !).

Endogénéité de la construction théorique

43Le théoricien et son public mis en place, la théorie et son corpus de démonstration élaborés, les conditions requises pour son autodéveloppement sont fournies. Dans cet espace clôturé le jeu se développe selon la procédure du si… alors. La théorie est confrontée à son corpus de démonstration qu’elle organise et articule afin que tout fasse sens dans la clôture posée. Un travail nouveau de logicisation se fait auquel sont conviés tous les membres de la communauté théoricienne en question. Selon la nature de la théorie cette opération sera plus ou moins formelle, mais elle concerne toujours l’établissement de propositions, de lois et de règles qui ont pour fonction d’objectiver, de régulariser et finalement de saturer le domaine d’observables construit. Le but avoué de la construction théorique est cependant de dépasser son autodéveloppement et d’introduire au procès de construction des connaissances ; on peut y participer en étant « orienté-données » (data-oriented) ou « orienté-théorie » (theory-oriented). Il est évident que l’occultation ou la minoration de l’une de ces orientations fragilise l’ensemble et il est intéressant de mettre ces considérations concernant le descripteur-théoricien en parallèle avec la façon dont un structuraliste théoricien comme Louis Hjelmslev caractérisait la théorie en termes d’arbitraire et d’adéquation.

44Dans la perspective « orienté-théorie » aussi bien que dans la perspective « orienté-données » et par l’effet même de leur pratique, les membres de la communauté construisent leurs routines de fonctionnement qui s’institutionnalisent en leur sein en tant que normes et règles d’usage. La communication s’endogénéise et l’on est potentiellement dans une situation d’autoconstruction. Dès lors l’évaluation et la sanction des propositions construites sont internes ; elles deviennent uniquement l’affaire du groupe, du réseau qui, comme tout réseau constitué, sait identifier ses chefs, ses membres et ses « paumés » (lames). Effet de cette vernacularisation (pour reprendre un terme de l’univers des créolistes), le langage du groupe se complexifie : perte d’analycité textuelle due à l’augmentation des références implicites au corpus des propositions antérieurement construites et perte d’analycité référentielle due à l’inflation du système d’interréférenciation (par exemple : X qui, reconnu comme étant de statut α dans la hiérarchie des représentations du groupe, se réfère aux productions de Y, reconnu comme étant de statut β dans la hiérarchie des représentations du groupe ; ou encore, les références relevant éventuellement de catégories telles que : « non publié », « communication personnelle », « à paraître », etc.). Le processus est d’autant plus fort et évident que la communauté est plus largement établie et reconnue ou plus particulièrement centrée sur elle-même.

45Bien évidemment, ces remarques dépassent aussi bien le cadre de la linguistique historique que celui des sciences du langage, car il est bien d’autres lieux où les processus de chapellisation ont été, sont ou seront actifs. La question que je pose est de savoir si ces processus qui, à un moment donné, surgissent en certains lieux du savoir en construction, sinon de la science en train de se faire, sont finalement inhérents ou nécessaires à la production des connaissances, et si l’endogénéisation qu’ils manifestent est un facteur positif pour ce type de production. Quelle que soit la réponse fournie, la prise en compte de leur existence est importante pour le développement d’une nécessaire réflexion sur les questions « qui conduit les opérations », « qui est conduit par les opérations », « qu’est-ce qui se construit dans ce procès », et donc pour le développement d’une réflexion concernant la relativisation potentielle des propositions ponctuellement données pour fondatrices ou fondamentales.

Conclusion générale

46Ma conclusion finale sera – évidemment – d’ordre général. En ce qui concerne les données, il faut peut-être distinguer : les données en général, avant imposition d’une quelconque clôture ; les données empiriques pertinentes, c’est-à-dire le champ des observables après imposition d’une clôture ; et le corpus de démonstration, endogène au développement théorique. Tout le monde n’a pas les mêmes données. Ce qui fait sens n’est pas le rapport des observables à la théorie, de la direction empirique à la direction théorique impulsée aux recherches, c’est la manipulation stratégique de l’objet complexe et situé constitué par ce rapport (observables et théorie) dans la socio-logique du milieu qui le prend en compte. Une stratégie qui n’est pas nécessairement objectivée, mais qui est toujours efficace en situation de controverse.

47En ce qui concerne la théorie et la méthodologie qu’elle permet d’élaborer, la théorie fonctionne comme une boîte noire avec en amont les postulats initiaux (définitions des champs de pertinence et délimitation de l’objet) et en aval les données empiriques : les observables. En conséquence, dans les domaines que j’explore ici, l’outil structurant qu’elle constitue a pour fonction de mettre en relation, de faire signifier deux espaces dans lesquels la notion de falsifiabilité n’est pas opérante. Dans ces domaines où les propositions à confirmer ne sont pas universelles, mais singulières, seule la théorie est potentiellement falsifiable parce que c’est une coquille vide – dans la mesure où elle seule relève du formalisme. C’est de ce point de vue qu’on peut dire que la théorie n’a pas de sens. Comme je l’ai précédemment souligné, elle permet une mise en cohérence, elle permet de « parler » un certain nombre de faits qu’elle établit. Elle permet d’élaborer et de construire a posteriori un domaine de connaissance (un domaine β, voir chapitre 5) en saturant le champ d’observables sur lequel elle s’applique. Mais elle est en même temps restrictive et coercitive parce que structurer les données, c’est en même temps les discriminer et les trier (ce qui est aussi nécessaire !). La théorie écrit dans son champ d’observables la réponse qu’elle recherche. La boîte noire qu’elle constitue est aussi fondamentale que les données et que les délimitations d’objets dans le développement du processus de connaissance. Il faut construire des boîtes noires, il faut absolument le faire. Mais il faut aussi savoir changer ses boîtes noires et il faut aussi savoir que la boîte noire est une boîte noire et qu’il n’y a pas de connaissance(s) sans elles. Il importe donc de les prendre pour ce qu’elles sont : des outils utiles et nécessaires, qu’on peut ou doit, un temps, traiter pour eux-mêmes, sans pour autant oublier qu’ils sont des fonctions dont la forme est sujette à variabilité pour la meilleure adéquation possible entre principes et données.

Notes

1 Ce texte reprend et développe la thématique d’une contribution à un volume d’hommages dédiés à Zvonimir Junkovic (Nicolaï 2001), elle-même issue d’une communication faite au colloque « Terrain et théorie en linguistique » (Paris, septembre 1994).

2 La Linguist-List est la mailing-list internationale (d’obédience américaine) la plus connue et la plus importante dans le monde de spécialité des linguistes [http://www.linguistlist.org]. Elle diffuse toutes les informations susceptibles de concerner l’ensemble des domaines de la linguistique et elle est susceptible d’initier, de gérer et d’organiser des débats si ce besoin se manifeste dans la communauté des spécialistes qui l’utilisent. Les débats, gérés par des modérateurs, sont censés traduire à chaud la réflexion du moment et n’engagent pas les participants au même titre qu’un ouvrage, bien que prises de position, commentaires ou hypothèses n’en soient pas moins identifiées, archivées et donc citables et consultables à partir de la base de données que la liste met à la disposition du public.

3 L’analyse critique la plus précise, la plus détaillée, mais aussi la plus rigoriste, de cette approche est sans doute celle présentée par le linguiste hongrois Itsvan Fodor (1966). Par ailleurs, les débats tenus sur la Linguist-List dans les années 1990 sont également intéressants pour apprécier l’importance et la vivacité de la controverse qui s’était développée dans le milieu des spécialistes.

4 Avec peut-être bien, en arrière-plan et en sourdine, cette petite musique de bibliothèque borgésienne : « Quand on proclama que la Bibliothèque comprenait tous les livres, la première réaction fut un bonheur extravagant. Tous les hommes se sentirent maîtres d’un trésor intact et secret. Il n’y avait pas de problème personnel ou mondial dont l’éloquente solution n’existât quelque part […]. L’univers se trouvait justifié, l’univers avait brusquement usurpé les dimensions illimitées de l’espérance » (Jorge L. Borges, La Bibliothèque de Babel).

5 Ici, l’on peut encore renvoyer à Jean-Claude Passeron (voir chapitre 5, note 12).

6 Le lecteur intéressé par des réflexions méthodologiques sur ce parallélisme pourra se reporter à Nicolaï (2000, p. 94-95 et suiv.) où, afin de parvenir à plus de clarté terminologique, je distingue entre parenté généalogique, parenté génétique et parenté génésique. Ce besoin de distinguer entre des types de parentés prêtant à confusion avait été initialement manifesté par Gabriel Manessy (1992) peu après la présentation des hypothèses sur la parenté non linéaire du songhay. On notera la présence récurrente de ce même besoin de clarification ; par exemple dans un article récent du linguiste océaniste Alexandre François qui, ne se référant pas à Gabriel Manessy, mais à Martin Haspelmath (2004), précise : « J’ai suivi […] la proposition de Haspelmath (2004, p. 222) d’utiliser le terme “généalogique” pour ce qui a été traditionnellement qualifié de relations “génétiques”, afin d’éviter toute confusion avec les relations génétiques biologiques » ; « I follow […] the proposal by Haspelmath (2004, p. 222) to use the term genealogical for what have been traditionally labelled genetic relations, to avoid confusion with biological genetic relations » (2004, p. 184, note 3 – ma traduction).

7 Dans l’approche de Greenberg le champ des observables clôturé, à l’intérieur duquel s’établit « l’évidence de la parenté », est défini par les différentes « listes-tests » : il s’agit d’inventaires lexicaux plus ou moins figés de vocabulaire dit fondamental ; ces listes (dérivées de la liste de Swadesh), inspirées de la lexicostatistique, comprennent environ 100, 200 ou 600 entrées.

8 J’ai abordé ces questions au 26th Annual Conference on African Linguistics (1995) en présence – et avec l’intervention – de Joseph H. Greenberg (Nicolaï, 1998) ; je les ai ensuite développées (Nicolaï 1996, 2001).

9 On doit aussi se demander ce qui relève d’un artefact du chercheur et donc d’une opération cognitive individuelle dans un procès de présentation et de régularisation des structurations lexicales voisin de celui qui introduit l’effet de massification pour les regroupements de langues par ressemblance. Qu’est-ce qui relève de la construction ou de l’identification de formes réellement pertinentes dans le champ linguistico-social, et donc d’opérations cognitives généralisées fournissant des résultats objectivables (Nicolaï 2000, chap. 2) ?

10 Se reporter au chapitre 7, note 6. J’ajoute que, utilisant différents angles d’approche, j’ai abordé ce thème à plusieurs reprises, ce qui ne l’a évidemment pas épuisé pour autant (voir Nicolaï 1996, 1998).

11 Il est évident qu’il n’est pas possible de développer cet exemple, toutefois le lecteur intéressé par cette question pourra se reporter à Nicolaï (1990) ou mieux (2003).

12 La massification est fondée sur la reconnaissance d’une différence dans ce qui est normalement donné à saisir, ou supposé, ou attendu. La discrimination ainsi générée permet de distinguer des entités qui deviennent alors symptomatiques d’un phénomène à expliquer. C’est l’effet de masse corrélativement perçu qui manifeste la forme et contribue par l’évidence de cette forme à créer l’objet problématique dont il convient éventuellement de rendre compte dans une analyse.

13 Naturellement, la méthode – comme toute méthode – a été retravaillée pour mieux rendre compte de ce à quoi elle s’applique ; voir, par exemple, Bender (1997) en ce qui concerne le nilo-saharien. Mais ne mettant pas en cause ses principes, ces aménagements tombent sous le coup des mêmes critiques. Par exemple, voir Nicolaï (2003, chap. 3) pour une critique détaillée du modèle « à isoglosses » de Lionel M. Bender.

14 De la même manière, on ne falsifie pas la théorie darwinienne de l’évolution ! En effet, le cadre de référence des propositions sur la généalogie des langues est celui de propositions singulières et non pas universelles (on ne falsifie pas des propositions singulières). Sur ce thème, les considérations de Raymond Boudon (1990) sont particulièrement opportunes.

15 Pour pallier les risques de dérive et de confusion méthodologique, il serait utile de distinguer entre une approche généalogique (utilisant les critères de la linguistique comparée) et une approche génétique (fondée sur les ressemblances) ainsi que Gabriel Manessy (1992) l’avait suggéré ; l’on pourrait aussi, dans la mesure où elle prend en compte les dynamiques de motivation considérées dans Nicolaï (1985, p. 311 et suiv.), adjoindre une approche que je qualifierai de génésique correspondant à celle illustrée dans Nicolaï (2003). Voir aussi, dans ce chapitre, la note 6.

16 Rappelons ici la fable du « mouton et des chevaux » (Avis akvāsas ka) qu’August Schleicher proposa (1868) en « indo-européen commun ». Certes, il est facile – et déplacé – aujourd’hui de se gausser de ce qui nous paraît si naïf ! Mais ce n’est pourtant pas mon objectif. Il ne s’agit pour moi que de souligner le (risque de) retour potentiel – et non critiqué – vers un stade aujourd’hui dépassé de la compréhension de ce qu’est une « reconstruction ».

17 Le cadre théorique, en linguistique historique comme ailleurs, est ainsi conçu comme une convention d’exploration établie à toutes fins utiles et l’exploration empirique des observables, quant à elle, est sa justification.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search