Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 4. Dynamique sémiotique et élaboration du sens

Chapitre IX

Contextes et acteurs

Texte intégral

Dans les précédents chapitres, en m’appliquant à l’analyse de quelques cas épistémologiquement et historiquement intéressants pour mettre en évidence le travail des contextes et les procès de métaphorisation que nous actualisons dans notre saisie des phénomènes comme dans l’élaboration de nos représentations épistémiques (scientifiques ou non), j’ai voulu montrer l’étroitesse du rapport existant entre la dynamique de mise en signification de la frontière et les contraintes de toutes natures – matérielles ou conceptuelles, externes ou internes, stables ou labiles – qui la déterminent. Il s’agissait d’une part d’illustrer notre présence et notre activité en tant qu’acteurs rationnels, sociaux, psychosociaux et historiques, et d’autre part, de montrer que cette frontière toujours inéluctablement présente introduit du sens pour nous.

  • 1 Utiliser une terminologie qui retient des locutions telles que élaboration du sens, prendre du sen (...)

1L’on pourrait sans doute s’en tenir là ! J’ai cependant décidé d’aller plus loin. De dépasser la limite attendue d’une frontière pourtant donnée pour être justifiée sur le plan théorique dans la représentation de nos catégories de connaissances. En effet, la dynamique d’élaboration de sens1 que je convoque ici va bien au-delà de l’activité objective de description scientifique des phénomènes linguistiques et langagiers, car elle concerne aussi toutes les dimensions de notre usage ordinaire du langage dans notre activité quotidienne. Incidemment, elle a un effet sur l’émergence et la transformation de nos outils de communication, dont les langues.

  • 2 J’entends pragmatique au sens de William James (2007 [1907]) : « La vérité, la loi et la langue s’ (...)

2Je vais donc – dépassant délibérément le cadre de la réflexion à propos de nos élaborations épistémiques – m’intéresser à ce domaine d’activité qui résulte de nos pratiques de mise en signification pragmatique2 que je résume sous le nom de dynamique sémiotique en considérant qu’il est le sine qua non de la saisie du monde dont nous participons. Précisons avant d’aller plus loin que j’utilise la locution dynamique sémiotique aussi bien pour désigner le phénomène étudié que pour dénommer l’approche analytique qui se donne pour but d’en rendre compte. Le contexte d’emploi permet d’éviter la confusion.

3Qu’est-ce que la dynamique sémiotique ? En tant que phénomène, il s’agit du procès général de mise en signification, d’élaboration de sens et de transformation en signes de ce qui se manifeste – en ayant déjà, ou non, le statut de signe – et de ce que nous élaborons dans notre monde. L’objet privilégié qu’est la langue est à la fois un résultat et un outil dans ce procès dont nous sommes les nécessaires acteurs. Les situations d’échange (discursif, mais pas seulement), les objectifs communicationnels des participants aux échanges, leurs statuts en tant qu’acteurs de ces échanges en sont les facteurs constituants. Elle est déterminée par l’historicité et surtout par la rétention d’historicité résultant de nos pratiques antérieures et elle s’inscrit au travers de cette rétention.

  • 3 Anthropologie renouvelée qui aurait probablement quelques connexités avec ce qu’on entend parfois (...)

4En tant qu’approche analytique, il s’agit de l’étude des procès d’émergence de formes et de signes à valoir comme symboles pour des usages ultérieurs. C’est également l’analyse des processus de mise en signification et de transformation de ces formes et signes, toujours contextualisés, dans le cadre de ce qui pourrait être retenu comme une anthropologie renouvelée3 dont elle serait sans doute une cheville ouvrière.

  • 4 D’entrée de jeu, on notera que cette approche de la dynamique sémiotique atteste de véritables aff (...)

5Entrons dans le détail. La saisie de cette dynamique sémiotique suppose une approche qui ne se limite pas au (et ne concerne qu’accessoirement le) jeu structurel des signes et symboles manifesté dans un espace systémique construit, stabilisé et figé que les courants structuralistes du xxe siècle avaient promu (Nicolaï, 2012b, p. 182), car elle concerne nos interactions langagières et se transforme en étroite dépendance avec nos constructions dans (et de) ce monde ; lesquelles (nous) servent nécessairement de traces et de balises afin de nous permettre de « fonctionner normalement » dans le courant de notre vie4.

6L’approche analytique de cette dynamique sémiotique n’est donc pas descriptive au sens étroit où sa pertinence ne viserait que la fonction représentationnelle du langage et où elle n’aurait d’autre but que de rendre compte des régularités d’un corpus ou du système de dépendances d’une structure abstraite donnée pour stable ; cette approche n’est pas non plus prospective au sens où elle n’a évidemment pas la prétention d’envisager de réelles prévisions. Elle n’est pas aprioristique au sens où elle postulerait une ontologie initiale et admettrait une transcendance. Je dirai qu’elle est tout simplement constructive, pragmatique et fonctionnelle. En fin de compte, ce qui est pertinent dans son cadre de saisie, c’est le fonctionnement global, la transformation et la mise en signification contextualisée de ce qui nous intéresse et nous est utile dans le monde ; ce qui implique très fortement les langues et le langage, mais ne s’y réduit pas.

  • 5 Et c’est le fait important : ce domaine déborde les problématiques de la linguistique et des scien (...)

7Je conclurai ainsi : le phénomène de la dynamique sémiotique, en continuelle (re)construction, nous concerne à travers nos rôles d’acteurs, dans nos pratiques communicationnelles et discursives naïves de mise en signification de notre monde comme dans nos pratiques savantes, telles celles que j’ai cherché à analyser dans la première partie de cet ouvrage. Nous ne pouvons pas nous en détacher, car nous élaborons pratiquement et conjointement cet objet et les procédures mêmes de sa saisie et de sa reconnaissance. De ce fait son approche analytique ne relève pas d’une discipline avec ses frontières et son académisme : elle va se situer au carrefour des sciences du langage, de l’anthropologie, de la psychologie, de la philosophie et, pour faire bonne mesure, de l’actuelle et incontournable cognition5.

8Cela étant, mon projet restera limité. Il consistera simplement à présenter quelques-unes des notions nécessaires à la compréhension et à l’analyse du phénomène que constitue cette dynamique sémiotique en les précisant et les définissant dans le contexte de notre « travail » ordinaire d’humains socialisés, dotés de mémoire, marqués de souvenirs, porteurs de projets, de perspectives… et communicants. Pour autant, l’intérêt porté à ces questions n’a rien de nouveau : il n’y a aucune révolution ici !

9Parfois plutôt focalisée sur le locuteur, parfois davantage orientée vers l’auditeur et retenant plus ou moins les spécificités contextuelles de la production, cette direction de recherche possède la caractéristique d’apparaître un temps sur le devant de la scène, puis, à la façon du mythique serpent de mer censé hanter bien des plans d’eau plus ou moins troubles, de disparaître pour à nouveau réapparaître et être reconsidérée sous des formes renouvelées éventuellement enrichies et transformées. Elle illustre ainsi la pérennité d’un intérêt et la permanence d’un questionnement toujours remodelé par le contexte d’analyse du moment ; c’est la raison pour laquelle je vais m’employer à situer cette approche en commençant par la replacer par rapport à d’autres approches voisines nées au xixe siècle et au début du xxe siècle. Celles-ci, sans avoir jamais été ignorées, ont été largement oubliées aux grandes heures d’un comparatisme historique triomphant puis d’un structuralisme omniprésent.

10Dans un deuxième temps, ainsi que je l’ai annoncé, j’ouvrirai l’horizon en comparant certaines notions sous-jacentes de la dynamique sémiotique à quelques notions propres à l’approche ethnométhodologique. Avec cette dernière nous avons affaire à une saisie de ce qui se passe dans l’espace sociétal ; elle a permis d’introduire des questionnements sur les procès d’élaboration des catégories, sur l’indexicalité en général et sur la place et la fonction de l’analyse in situ que pratiquent les acteurs de la vie sociale dans l’organisation continue de ce qu’ils font ordinairement afin que cela fonctionne, aille de soi et puisse correspondre aux besoins du moment. Je montrerai que ces deux modalités de saisie contemporaines et parallèles (questionnement sur la dynamique sémiotique et approche ethnométhodologique), résurgences d’un terreau intellectuel souvent marginal, ont de réelles affinités entre elles sans se confondre pour autant, et qu’elles sont susceptibles de s’articuler ou de se recouvrir partiellement.

11Je me propose donc d’expliciter et de préciser l’ancrage thématique et conceptuel de la dynamique sémiotique en refusant de la présenter comme une nouveauté grâce à cette double mise en regard (historique avec les devanciers du xixe siècle, contemporaine avec l’ethnométhodologie). Je reviendrai alors sur notre pratique communicationnelle et nos usages des langues, sur certains aspects des dynamiques de ces langues et de nos façons de les décrire. Autant de questions susceptibles de s’inscrire dans cette anthropologie renouvelée que – ainsi que je l’ai suggéré – il nous resterait à introduire et qui pourrait contribuer à mieux cerner d’une part la dynamique des langues à travers des constantes telles que la prise en considération de l’activité et de l’activisme des acteurs de la communication et des procès de mise en signification qu’ils développent, et d’autre part les modélisations et théories que nous construisons dans le but d’en rendre compte. Autant de réflexions sur les frontières, autre serpent de mer de cet ouvrage !

Avant de commencer

12« Que faire des devanciers ? » Dans une collection d’ouvrages consacrée à des travaux philosophiques, telle est la question préliminaire que mon collègue Didier Samain (2014) a posée en ouverture d’un article d’épistémologie dans lequel il met en regard les approches de trois linguistes : les Allemands Philipp Wegener et Karl Bühler souvent considérés comme des pionniers de la pragmatique linguistique et l’égyptologue anglais Alan H. Gardiner. Trois linguistes qui ont eu la particularité d’avoir repensé l’approche linguistique dans une perspective fonctionnaliste en mettant en jeu l’articulation entre locuteur et auditeur, et avec une focalisation particulière sur la place de l’auditeur dans le procès de communication. Philipp Wegener est quasi ignoré hors du cercle étroit des historiens de la linguistique (sous-spécialité « xixe-xxe siècles et actes de langage »…), Alan H. Gardiner n’est guère mieux connu hors de ce même cercle auquel on ajoutera le petit milieu des égyptologues, enfin Karl Bühler, qui fut l’un des professeurs de Karl L. Popper et son directeur de thèse, induit davantage de résonances ; toutefois, si son nom évoque une certaine familiarité, il le doit vraisemblablement moins à la lecture de ses ouvrages qu’au fait que son schéma de l’Organonmodell articulant les trois dimensions Symbol, Symptom et Signal (2009 [1934]) a été repris et partiellement utilisé par Roman O. Jakobson (1963 [1960]) dans sa présentation de la communication verbale.

  • 6 Cité d’après Jan Firbas (1966, p. 268) : « that which is known or at least obvious in the given si (...)
  • 7 Voir aussi Bohumil Trnka qui considère « [the] multilevel organization of language (word – sentenc (...)

13Mais pourquoi s’intéresser à ces devanciers-là plutôt qu’à d’autres fonctionnalistes tels le fondateur du Cercle linguistique de Prague Vilém Mathesius qui définit le thème (východiště) comme « ce qui est connu ou à tout le moins évident dans la situation donnée, et à partir de quoi le locuteur développe son discours » (ma traduction)6 et l’angliciste pragois Jan Firbas qui théorise la Functional Sentence Perspective (1992) ou encore, le romaniste Jan Šabršula notant : « Il ne suffit pas de prendre en égard les termes de la proposition ou les espèces de mots. En s’efforçant d’analyser les procédées liés à la dynamique de l’énoncé, il ne faut pas oublier de considérer le contenu même de l’énoncé, les significations de ses parties, le sens de la proposition, de l’énonciation, le contexte et la situation » (1973, p. 102) ? Autant de linguistes qui, au Cercle linguistique de Prague, connaissaient les travaux de Philipp Wegener et de Karl Bühler et ouvraient le champ (sans que ce fût beaucoup repris hors de leur espace de référence) à une approche fonctionnaliste de la phrase7. De même, hors du Cercle et de la Mitteleuropa, pourquoi ne pas penser au linguiste genevois Charles Bally, voire à Antoine Meillet qui, parmi d’autres et sur des plans différents, ont su reconnaître l’importance de l’activité des locuteurs dans la formation des langues ?

  • 8 Cela étant dit, pour un rapide aperçu de la perspective fonctionnaliste pragoise et son évolution, (...)
  • 9 Notons cependant que la mise en rapport explicite de mon approche de la dynamique sémiotique avec (...)

14La réponse passe tout d’abord par la considération que la problématique sous-jacente à la dynamique sémiotique a constitué un point central dans l’élaboration conceptuelle et la réflexion d’arrière-plan de Wegener, Bühler et Gardiner, tout particulièrement en ce qui concerne la prise en compte de l’importance de l’auditeur/récepteur dans le circuit de la communication. La réponse passe aussi par le constat que la vision que je développe n’est pas orientée avec la même intensité vers – et ne prend donc pas comme objet premier d’étude – la fonctionnalisation et la fonctionnalité linguistique telle qu’elle est abordée dans les travaux pragois ; travaux que certains linguistes perpétuent, par exemple en continuant l’approche de Firbas qui met davantage l’accent sur l’étude de la fonctionnalisation et de l’organisation de la phrase dans son contexte verbal (explicitement exprimé par les moyens linguistiques) que sur la dynamique et la fonctionnalisation du contexte situationnel qui la motive8. Or, c’est plutôt le contexte situationnel que je retiens. Celui-ci induit et introduit du sens par le renvoi constant aux participants de l’acte de communication, à leur activité et aux facteurs extralinguistiques mis en rapport, identifiables, transformés et transformables dans – et par – l’instance d’énonciation ; contexte qui est ainsi déterminant dans et pour la mise en signification des énoncés et qui, par ce procès même, permet d’actualiser les dynamiques de transformation du sens des mots de nos répertoires linguistiques et les réélaborations de nos formulations phrastiques – interactionnellement attestées, testées et validées9.

15C’est pourquoi je m’efforcerai de souligner les chevauchements, les parallélismes (plutôt que les filiations) et quelques croisements conceptuels que ces approches contemporaines (dynamique sémiotique et ethnométhodologie) focalisées sur la prise en considération des acteurs de la communication entretiennent non seulement entre elles, mais aussi avec les conceptualisations de ces devanciers et de ces précurseurs de la linguistique allemande du xixe siècle que notre mémoire scientifique collective a partiellement oblitérés ; l’on pourra ainsi constater l’ampleur et la pérennité de cette problématique souvent souterraine.

16Cela précisé, nous savons aussi que les représentations que nous nous faisons ou que nous proposons de nos précurseurs, dès lors qu’on les (re)connaît et qu’on se les approprie, tendent à être prédéterminées par les propositions théoriques, les centres d’intérêt pratiques de ceux qui vont les (ré)élaborer dans le hic et nunc. Généralement, elles sont (re)fonctionnalisées pour être utiles au projet du moment et pour s’insérer dans la vision du monde qui en est corrélative. Il en va ainsi. Il faut cependant reconnaître que cette dynamique de (re)fonctionnalisation est normale et probablement nécessaire dans (et pour) l’élaboration d’une pensée, scientifique ou non, car celle-ci intègre une dimension de contingence et une dimension d’historicité dans la continuité de son développement. Un développement qui inclut tout naturellement sa logique propre d’expansion et les contraintes conjoncturelles de sa contextualisation. Conséquemment, cette dynamique de (re)fonctionnalisation induit tout aussi bien des procès de reconnaissance et d’iconisation que des procès de masquage et d’effacement semblables à ceux que j’ai précédemment mis en évidence (chapitre 5) à propos de Schuchardt. Parcourons donc l’horizon.

Dynamique sémiotique et élaboration du sens

La communication

  • 10 Notons que j’ai déjà présenté à plusieurs reprises les notions que je développe ici au titre de la (...)

17Tout d’abord, une notion triviale et « molle » : la communication10. Celle-ci se manifeste à travers les matériaux-outils (dont les langues font partie) disponibles aux acteurs humains qui l’actualisent. En situation d’échange elle se développe grâce à des règles de fonctionnement et à des procédures toujours partagées bien que continuellement reconstruites, appliquées en contexte sur un ensemble de représentations stabilisées qui font sens pour les acteurs humains que nous sommes. Ces représentations intègrent l’historicité dérivée de leurs précédentes utilisations et le souvenir de leur efficacité fonctionnelle dans les activités communicationnelles antérieures. Conséquemment, à l’instar des règles de fonctionnement et des procédures, elles sont continuellement transformées. Dans cette perspective la communication en tant qu’objet d’étude suppose la considération de toute une phénoménologie qui prend en compte l’ensemble des dynamiques la rendant possible. Ces dernières dynamiques, au-delà d’une saisie linguistique et langagière, renvoient à tous les champs disciplinaires qui nous concernent comme individus humains dès lors qu’une mise en signification et l’élaboration d’un sens sont envisagés.

Acteurs et rôles d’acteurs

18Partons donc de l’idée qu’en tant que sujets humains nous sommes les acteurs de la communication et que la pratique ou activité liée à cet état de fait est si essentielle qu’elle est la condition de l’émergence des objets – langues, symboles, etc. – qui rendent possibles notre fonctionnement d’humains communicants et notre travail sémiotique dans sa dynamique ordinaire.

19Cette notion d’acteur – triviale – demande alors à être explicitée. Ceux que j’appelle les acteurs de la communication, ce sont tous ceux qui, quels que soient les niveaux et les finalités de leurs actions, communiquent, échangent et ce faisant pratiquent leurs langues, modifient leurs outils de communication – et tout particulièrement les langues – au même titre que leurs attitudes et leurs comportements corporels. Ils agissent sur ces outils, ils les évaluent et, le cas échéant, ils sont susceptibles de s’en distancier en les caractérisant ou en les décrivant selon des modalités institutionnellement reconnues ou bien à travers l’adhocité d’une pratique non légitimée, quoique toujours émergente et fonctionnalisée dans le hic et nunc. Ces acteurs ont donc un lien au matériau qu’ils utilisent et qu’ils transmettent dans cette mesure où ils le marquent activement (consciemment ou inconsciemment) à travers l’usage qu’ils en font, nécessairement.

  • 11 Thématique que j’avais déjà abordée (Nicolaï 1986, p. 42-48) avec le thème de la catégorisation pr (...)

20C’est ainsi que, dans le domaine langagier, à partir de leurs « dits », des « déjà-dits » et de leurs contextualités, ils reconnaîtront, rejetteront, légitimeront, s’approprieront des dires et des façons de dire qui prendront éventuellement vie en tant que représentations à valoir pour signes échangeables et appréciables dans un cadre communicationnel toujours partagé. Dans ce procès ils sont aussi déterminés par une nécessaire et constante référence aux usages antérieurs linguistiques et langagiers qui, en rapport avec l’historicité retenue de leurs pratiques, fonde les normes représentées auxquelles ils se réfèrent à travers l’élaboration des normes interactionnelles11 qu’ils actualisent pour permettre le développement de cette dynamique sémiotique dont ils sont les évidents vecteurs.

  • 12 Je préfère parler de tissu communautaire (notion qui insiste plutôt sur la « texture », la structu (...)

21En entrant davantage dans le détail, on postulera que, avec des pondérations variables, ces acteurs assument simultanément deux rôles sociaux essentiels : celui d’acteur séculier et celui d’acteur régulier. Les acteurs séculiers renvoient à des fonctions ou à des rôles d’acteurs qui, dans un même tissu communautaire12 qu’ils contribuent activement à développer, actualisent et pratiquent leur activité communicationnelle (et donc leurs langues) sans y introduire une distanciation métalinguistique ou épilinguistique « conscientisée ». Concrètement, par l’utilisation qu’ils en font, ils stabilisent des formes linguistiques et langagières à travers une intersubjectivité partagée sans réflexivité explicitement assumée.

22Corrélativement, les acteurs réguliers renvoient à des rôles d’acteurs agissant potentiellement comme des descripteurs, des linguistes, des grammairiens et autres censeurs ou évaluateurs – légitimes ou non, professionnels ou non – qui développent des attitudes réflexives et produisent éventuellement un discours distancié par rapport aux pratiques, aux systèmes, aux représentations qu’ils s’emploient à objectiver en même temps qu’ils les produisent. Ceux-là analysent, interprètent, appréhendent, développent et, le cas échéant, donnent à saisir les phénomènes linguistiques et langagiers (ou leurs représentations) qu’ils auront construits, identifiés ou sélectionnés sur la base de quelques traits repérés et donnés pour indices ou stigmates, ainsi que de quelques règles qu’ils auront apprises, reprises, élaborées, postulées, et éventuellement promues.

  • 13 La reconnaissance de la distinction séculier/régulier pointe donc des stratégies naturelles et eff (...)
  • 14 Pour de précédentes mentions de ces rôles : Nicolaï (2011, p. 95), (2012a, p. 300), (2014b, p. 50- (...)

23Précisons que cette distinction entre rôles séculiers et réguliers ne correspond pas à une partition puisqu’il s’agit de fonctions ou de rôles sociaux non exclusifs les uns des autres, nécessairement investis par des sujets humains qui se les attribuent. C’est ainsi qu’un acteur de la communication concentré sur son rôle d’acteur régulier est également un acteur séculier dans la mesure où il parle et communique. Parallèlement, un acteur de la communication concentré sur son rôle d’acteur séculier est également un acteur régulier, car il ne peut pas ne pas avoir un jugement sur (une évaluation de) ses productions et sur celles auxquelles il est confronté dans la mesure où ce jugement (cette évaluation) est intégré dans sa stratégie et dans le procès de création de sens de ce qui est interactionnellement échangé par le biais de la langue et du discours13 ou d’une autre pratique communicationnelle. Cette articulation spécifique est fonctionnelle et nécessaire pour concevoir la dynamique de transformation des langues, le niveau de réflexivité qui la détermine et les procès de mise en signification qu’elles actualisent14.

  • 15 Bien naturellement, je renvoie là à une saisie humboldtienne que je n’ai perçue que tardivement, a (...)

24Autrement dit (et pour continuer dans l’élaboration conceptuelle), à la différence du très convenu et supposé « allant de soi » locuteur-auditeur idéal qui est la fiction justificatrice sinon caricaturale d’une langue saisie en tant que produit – en tant qu’ergon –, la notion d’acteur prend en compte les pratiques des individus dans leurs procès de saisie et d’élaboration de la langue en tant qu’energeia15… au sein d’un espace naturellement socialisé. Dit encore autrement : à travers leurs rôles, les acteurs de la communication agissent. Ils ont des stratégies, une histoire et participent (en le sachant) aux procès de transformation des langues, de spécification des formes linguistiques et langagières et de création de sens. Ils ont une évidente activité, mais ils manifestent aussi un activisme (voir fin du chapitre 6). Finalement, ils fonctionnent tout simplement dans une interaction continue avec le monde qui les entoure pour atteindre leurs buts communicationnels. Ils sont au cœur du procès sémiotique.

Contextualisation et situation

25Commençons par noter ce fait, également trivial, que la mise en signification actualisée dans nos échanges se génère dans le hic et nunc et qu’elle nous inclut. Ce constat une fois établi, je ne suis pas seulement en train de délaisser un cadre d’analyse historiquement rapportable à une vision marquée tout aussi bien par le poids des approches structuralistes et générativistes que par celui d’une certaine sémantique logique, je ne suis pas non plus en train de tenter de le repenser pour ouvrir à nouveaux frais la voie à de nouveaux horizons ! Je suis plutôt – sans nécessairement l’avoir toujours perçu – en train de renouer en partie avec une approche ancienne – oubliée par la linguistique officielle –, celle que je viens de pointer, introduite par Wegener qui à la fin du xixsiècle proposait une théorie de l’acte de parole conçu comme action focalisée sur le procès de la prédication qui s’actualise dans et par l’échange communicationnel.

26Avec Wegener nous avons affaire à une théorie qui s’appliquait à reconnaître dans le jeu interactionnel les processus par lesquels le locuteur se donne les moyens de faire comprendre à l’auditeur ce qui est prédiqué par le biais de la langue, mais qui faisait aussi appel à l’ensemble de tout ce qui, dans le contexte situationnel et culturel de l’échange, contribue à l’élaboration et à la transmission de la signification. Et cela, en introduisant le concept extensif de situation et en repensant l’organisation générale de l’énoncé dans l’articulation de ce qu’il appelait l’exposition et le prédicat :

  • 16 « Die Exposition dient dazu, die Situation klar zu stellen, damit das logische Prädicat verständli (...)

La fonction de l’exposition est de rendre claire la situation afin que le prédicat logique devienne compréhensible. La situation est le sol, l’environnement, dans lequel un fait, une chose, etc. viennent à se manifester, elle est aussi ce qui est temporellement antécédent et dont a surgi une action, notamment l’action que nous exprimons sous forme de prédicat, et l’indication de la personne à laquelle l’information s’adresse appartient de même à la situation. Dans la communication verbale, la situation n’est pas seulement définie par des mots, elle l’est de manière bien plus usuelle et étendue par les circonstances mêmes qui l’environnent, par les faits qui ont immédiatement précédé et par le présent de la personne à laquelle nous parlons. C’est par la perception (Anschaung) que nous prenons conscience de la situation fournie par les circonstances environnantes et le présent de l’interlocuteur, c’est pourquoi nous l’appelons la situation de perception. (1885, p. 21 – traduction Didier Samain)16

27Un demi-siècle plus tard cette même approche a également été reprise dans un ouvrage généraliste par l’égyptologue Gardiner (1982 [1932]) qui, reconnaissant sa dette intellectuelle envers Wegener, lui dédia son ouvrage :

  • 17 « The situation. Not a factor of speech, but the setting in which speech can alone become effectiv (...)

La situation. Ce n’est pas un facteur du discours, mais le cadre sans lequel le discours ne peut devenir effectif, qui est ici désigné par le terme « situation ». […] Le concept de « situation » prend toute son importance quand il est appliqué aux choses dont on parle. Potentiellement, tout mot qui est prononcé peut faire référence à l’univers entier. Mais les mots sont choisis après une évaluation très précise de leur intelligibilité ; plus la chose dont on parle est éloignée, plus on devra fournir d’indices afin de permettre son identification. En revanche, si la situation est la même pour le locuteur et pour l’auditeur du point de vue temporel et spatial, un seul mot ou indice suffira souvent à l’identification. […] Je ne saurais trop insister sur le fait que les mots ne sont que des indices, que la plupart des mots ont un sens ambigu et que, dans chaque cas, la chose signifiée doit être découverte dans la situation, par l’intelligence vive et active de l’auditeur. (1989, p. 51, traduction Catherine Douay)17

28Mais l’on peut aussi noter que ce même concept de situation est également retenu hors du domaine linguistique ; c’est ainsi que chez les anthropologues, Bronislaw K. Malinowski avait développé le concept de context of situation dans le texte qu’il avait publié en supplément à l’ouvrage de Charles K. Ogden et Ivor A. Richards :

  • 18 « […] utterance and situation are bound up inextricably with each other and the context of situati (...)

L’énoncé et la situation sont inextricablement liés l’un à l’autre et [la considération du] contexte de la situation est indispensable pour la compréhension des mots […] dans la réalité de la langue effectivement parlée, l’énoncé n’a pas de sens, sauf lors de son emploi dans son contexte de la situation. (1923, p. 307 – ma traduction)18

29Je conclurai sur ces points en remarquant que, en regard de notre utilisation des outils linguistiques et langagiers qui nous sont concrètement disponibles, on peut constater de la part des acteurs de la communication (dans l’ensemble de leurs rôles réguliers et séculiers) la continuité de l’intérêt porté à leur fabrication et aux modalités de leur mise en œuvre tout autant qu’à leur objectivation et à leur description. Il n’y a donc pas des outils (formes concrètes ou représentations, etc.) qui (nous) seraient tout simplement donnés. Ces outils existent et sont tels uniquement parce que des acteurs les construisent, les manipulent, les transforment, les utilisent dans l’ordinaire de leur vie ; ils ne se limitent pas à être « transparents » pour nous et peuvent être (et sont toujours !) opacifiés afin d’être appréhendés en tant qu’objets. Dès lors le lien dynamique est manifeste entre d’une part ces outils et d’autre part ces acteurs. Il présuppose à la fois l’activité de ces acteurs et la spécificité de la situation (au sens de Wegener) dans laquelle cette activité se développe.

  • 19 Mais est-ce si vrai ! Y a-t-il vraiment toujours système quelque part ? Je ne sais pas s’il y a to (...)

30D’un point de vue épistémique cela n’implique évidemment pas qu’on doive se détourner de toute description systémique traditionnelle qui occulterait (oublierait) la présence des acteurs (il y a toujours système quelque part !)19 ; cela implique simplement que ce qui est décrit (ou à décrire) n’a aucun caractère transcendant a priori et que cette (potentialité de) description elle-même peut gagner (gagne à) être – réflexivement – conçue comme une partie intégrante du contexte épistémique qui préside ponctuellement à sa mise en œuvre.

Hétérogénéité et variation

31Que ce soit dans leurs rôles séculiers ou dans leurs rôles réguliers, les acteurs « fonctionnent » toujours dans et à travers les langues qu’ils actualisent. Leurs pratiques de discours se développent en rapport avec la fonctionnalisation d’une hétérogénéité et d’une variation linguistique (soit en rapport avec le matériau de la langue) et langagière (soit en rapport avec leurs pratiques et leurs usages) ; deux phénomènes qui ont été largement reconnus par la recherche dialectologique dès bien avant l’avènement de la sociolinguistique et dont tous les acteurs humains ont une conscience nette attestée par l’existence de leur activité métalinguistique, épilinguistique ou tout simplement ludique.

32Cela veut dire qu’il existe dans nos pratiques langagières une dynamique de différenciation continue qui se manifeste en contexte, qui naît de – et dans – cette contextualisation. Elle est fonctionnalisable (et généralement fonctionnalisée) à toutes fins utiles dans les cadres communicationnels au sein desquels les acteurs de la communication actualisent et manipulent (à tous les sens du terme) la langue. Cadres communicationnels qui sont également variables, que nous imposons ou que nous identifions passivement ou bien que, plus activement, nous redéfinissons interactionnellement ou non, selon la conjoncture, les conditions, le projet de l’échange et la situation de discours. On perçoit donc la permanence de cette hétérogénéité (en regard de nos éventuels a priori ordinaires concernant les représentations systémiques que nous en faisons) et la permanence de cette variation (en regard de nos éventuels a priori ordinaires concernant la nécessité d’unicité de la désignation).

Cadres communicationnels

  • 20 Remarquons que si, dans la situation d’échange ordinaire, il est normalement attendu que ce cadre (...)

33Quelle que soit la communication, elle se développe nécessairement dans un cadre communicationnel. J’entends par là l’espace de savoirs, de règles et de normes linguistiques, sociales et culturelles, voire scientifiques, que partagent les acteurs de la communication pour que leurs échanges soient efficaces, et au sein duquel la communication est censée passer sans distorsion majeure concernant la mise en signification de ce qui est transmis. Pratiquement, ce cadre communicationnel est prédéfini par celui qui énonce en tenant compte de l’ensemble des variables situationnelles du hic et nunc et de son projet de transmission de sens. Nous le redéfinissons interactionnellement ou non selon la conjoncture, les conditions, l’objectif de l’échange et la situation de discours20.

  • 21 D’une certaine façon cette notion de cadre communicationnel est implicitement présente en arrière- (...)

34Ce cadre peut être posé ou présupposé, ouvert ou fermé, il peut être constitué de facto ou de jure, il peut aller de soi ou être imposé. Il est aussi caractérisé par ce que j’appelle sa portée, entendue comme la mesure potentielle de l’homogénéité des formes et des modalités garantes de la bonne compréhension (de la bonne transmission du sens) de ce qui est échangé dans le cadre communicationnel en question. Par ailleurs, dans la mesure où il doit être reconnu et interprété et dans celle où il peut éventuellement être négocié, il sera fonctionnalisé dans et par l’interaction, tout autant par le locuteur que par l’auditeur qui, de son côté, reconnaît, cherche, trouve – ou ne trouve pas – une signification à l’énoncé qui lui est proposé21.

35Enfin, pour élargir encore la perspective, cette notion me semble avoir aussi quelques rapports avec la notion d’hyperlangue telle que le linguiste et historien de la linguistique Sylvain Auroux l’avait présentée (1997, p. 111 et suivantes, 1998) ; entendons par là un espace d’effectivité linguistique et langagière défini par le croisement de l’activité interactionnelle des acteurs de la communication dans leur pratique linguistique et langagière collective avec les contraintes de toute nature auxquelles ils sont confrontés dans la contingence. Dans ses termes, Auroux parlera d’un réseau dynamique de communication, stable ou instable, empiriquement identifiable, au sein duquel différents individus qui ont des activités sociales et partagent un même environnement ont entre eux des relations de communication qui s’actualisent sur la base de compétences linguistiques qui ne sont pas nécessairement totalement partagées (bref, un cadre communicationnel !). Se situant ainsi dans la perspective de ce qu’il appelle la langue empirique (par opposition à la langue grammaticale des grammairiens), il retiendra que « le langage n’est pas autonome, ce n’est pas une sphère d’activité en soi. Pour fonctionner comme moyen de communication, il doit être situé dans un monde donné et parmi d’autres habitudes sociales » (1998, p. 116-117). Approche qui, bien évidemment, est en phase avec la problématique que je développe ici.

36Cela posé, en retournant vers Wegener, on remarquera que dans le développement de sa réflexion sur l’« exposition », quoique informellement, il présente cette même prise en compte du cadre communicationnel de l’échange et du risque lié à la mauvaise adéquation d’un message par rapport à un cadre communicationnel maladroitement prédéfini :

  • 22 « Im Allgemeinen pflegt der Mensch, besonders der naive Mensch anzunehmen, dass sein Mitmensch inn (...)

L’être humain, en particulier le locuteur spontané, considère généralement que son semblable est intérieurement constitué et disposé exactement comme lui-même, qu’il pense et sait la même chose que lui-même. S’il entame sa communication avec ce présupposé, il lui faudra souvent se persuader du contraire à la mine perplexe exprimée par l’interlocuteur, voire, plus directement, par la question : tu parles de qui ? C’était quand ? Ça s’est passé où ?, etc. Ce n’est donc initialement qu’en parlant que le locuteur va remarquer qu’il lui faut ajouter certaines informations pour éclairer son propos. Il se peut aussi que le locuteur se trompe sur la masse de ce qu’il doit communiquer en exposition, il se peut qu’il en fournisse trop et se rende ainsi ennuyeux et donne l’image d’un pédant précautionneux, il se peut qu’il n’en fournisse pas assez et manque alors de clarté. (1885, p. 33 – traduction Didier Samain)22

Historicité et rétention d’historicité

  • 23 On se souviendra à ce propos des travaux du sociologue français Maurice Halbwachs concernant la fa (...)
  • 24 On notera aussi que cette saisie de l’historicité en tant que procès peut s’articuler à ce que Syl (...)

37J’en arrive maintenant à une notion plutôt banale, mais essentielle ici : l’historicité. Au sens élémentaire auquel je l’appréhende celle-ci n’est pas le souvenir individuel23, elle n’a rien à voir non plus avec des notions telles que la « conscience de soi d’une société humaine », ou encore, avec l’activité sociétale de manipulation entre passé, présent et avenir telle qu’elle est analysée par l’historien François Hartog (2003). Je me situe tout simplement là où nous nous insérons dans notre pratique communicationnelle du temps T par le biais et la rétention de caractères et de spécificités – éventuellement reconstruits – retenus de notre expérience communicationnelle du temps T – 124. Cette historicité est ici consubstantielle de notre saisie du monde et de notre interprétation des signes. Elle retient la référence aux occurrences antérieures des formes et des énoncés qui nous ont individuellement ou collectivement concernés et qui se reconstruisent (que nous reconstruisons) dans de nouvelles représentations susceptibles d’être évaluées dans l’interaction et d’être partagées dans un futur discursif (appelons cela un ad-venir). Elle précontraint le procès communicationnel, marque nos pratiques, marque les formes, marque la langue.

38En se limitant au langage, l’historicité est toujours présente en arrière-plan des procès de transformation continue du sens qui prennent nécessairement en compte la contextualisation de leur état dans le hic et nunc et la perception à la fois individuelle et socialisée de leurs représentations antérieures. Elle se développe donc, très naturellement, à travers notre pratique linguistique ordinaire et elle est partiellement une résultante de cette pratique. Mais parce qu’elle dépend des acteurs humains, elle présuppose (et induit) toujours un procès de recadrage et de transformation des signes précédemment utilisés, lesquels sont recontextualisés et refonctionnalisés pour l’occasion (à chaque occasion !). Cela concerne des présuppositions de tous ordres, des routines communes, des stratégies et schémas prévisionnels de communication inductivement (ré)élaborés en contexte tout autant que des données de code et de langue mémoriellement stabilisées, supposées connues de tous et postulées comme objectives.

39À partir de là, on peut comprendre ce qu’est la rétention d’historicité : il s’agit de ce procès qui, par le rappel constant (relevant tout aussi bien de l’implicature gricéenne) du « déjà-vu et déjà-produit dans tel contexte antérieur » en arrière-plan de notre activité communicationnelle, articule le sujet individuel et le sujet collectif à leur monde, objective (ou reconstruit) ce qui s’est produit et – en fonction de ce rappel – fait signifier ce qui est en question dans le présent.

40Notons aussi qu’à un autre niveau d’actualisation (celui de la théorie de la connaissance), cette même notion de rétention d’historicité se trouve croiser avec bonheur celle de collectif de pensée (Denkkollektiv) que le médecin-biologiste et sociologue polonais Ludwik Fleck introduisait en 1935 en regard de son approche de la syphilis (voir chapitre 3, note 17 et 18). Il notait ainsi :

  • 25 « Historische und stilgemäβe Zusammenhänge innerhalb des Wissens beweisen eine Wechselwirkung zwis (...)

Les connexions historiques et empreintes d’un style que l’on trouve à l’intérieur du savoir prouvent une interaction entre ce qui est connu et les connaissances en cours d’élaboration ; ce qui est déjà connu influence l’art et la manière dont sont élaborées de nouvelles connaissances, les connaissances en cours d’élaboration élargissent, renouvellent, donnent un sens nouveau à ce qui est déjà connu (2008, p. 73)25

41Les interactants que nous sommes dans notre pratique communicationnelle ordinaire (comme dans notre pratique d’élaboration de connaissances) sont donc les garants, les transmetteurs et les « transformeurs » de cette historicité qui, par sa rétention, sa reprise et sa mise en référence, inscrit continûment l’effet de ce qui est advenu dans nos constructions épistémiques, dans nos comportements et dans l’élaboration de ce qui est en cours. Ainsi nous contribuons de facto à créer du sens… et à développer l’efficace d’une dynamique de la mise en signification dans le cadre communicationnel qui est fonctionnel au temps T de notre activité.

42Bien évidemment, l’impact de l’historicité sur les formes des langues – tout aussi bien en arrière-plan des études de linguistique historique et de la dialectologie que des approches actuelles sur la dynamique des langues – n’a jamais été ignoré, même si les conclusions qu’on en tire (ou qu’on n’en tire pas, c’est selon) peuvent être variables selon les domaines d’étude. C’est ainsi qu’on peut retrouver, impliquée chez Wegener sans qu’il utilise le terme, cette prise en compte de l’historicité lorsqu’il souligne le caractère évolutif et la transformation du sens des mots :

  • 26 « Aus dem Gesagten ergibt sich auch, dass innerhalb des Lebensganges eines Menschen von der Gleich (...)

Il résulte également de ce qui a été dit qu’il ne saurait y avoir identité des représentations associées à un mot au cours de la vie d’un être humain. La plupart des groupes de représentations augmentent d’étendue et de contenu, nombre d’entre eux, quoique ce soit loin d’être la totalité, sont conceptuellement divisés par le travail scientifique et se dissocient par là de plus en plus de groupes auxquels ils n’avaient été reliés qu’en vertu d’une ressemblance fortuite et extérieure. Pour beaucoup de ces mots, les sentiments associés, qui étaient si vivants durant l’enfance et la jeunesse, s’émoussent et s’affaiblissent au point que le vieillard se remémore le plus souvent avec nostalgie la joie fraîche et bouillonnante que le simple mot suffisait à éveiller. […] Celui qui estime que la signification d’un mot est constamment identique et unique ne peut donc imaginer qu’une seule situation, à savoir qu’à un moment donné, dans l’esprit d’un individu, le même groupe de représentations et de sentiments est associé de manière permanente au même mot. Il se pourrait d’abord qu’il soit difficile d’obtenir un accord sur la durée qui doit être attribuée à ce moment. Celui qui sait à quelle vitesse fulgurante, bien souvent, des connaissances sur la nature d’une chose, sur la parenté d’un groupe de représentations avec d’autres, volent en éclats, récusera toute unité temporelle qui pourrait être ici invoquée au nom du ratio ruentis acervi, l’argument du sorite. (1885, p. 48-49 – traduction Didier Samain)26

  • 27 Phénomènes et concepts dont j’ai déjà noté qu’on peut tout aussi bien les prendre en considération (...)

43Finalement, comme peuvent sans doute le suggérer mes références à nos devanciers du xixe siècle, il est intéressant de constater que ces phénomènes matériels et immatériels extrêmement banals, déterminés et déterminants dans les procès d’élaboration de sens qui constituent le travail ordinaire de la dynamique sémiotique et qui sont ici conceptualisés comme variation, hétérogénéité, cadre communicationnel et historicité27 ont effectivement été reconnus depuis longtemps (toujours ?) dans le domaine de l’étude des langues et du langage, au même titre que le travail des acteurs.

  • 28 Notons qu’on pourra aussi trouver dans Nicolaï (2016d) une présentation de ce rapport potentiel en (...)

44L’horizon balayé, dans ce qui va suivre, abandonnant momentanément l’arrière-plan des langues, mon objectif va être de m’intéresser à la généralité de ces thèmes en les retrouvant dans un autre espace de mise en signification et d’élaboration de sens : celui dans lequel se déploient les recherches ethnométhodologiques28.

Du côté de l’ethnométhodologie

45L’ethnométhodologie s’est constituée en programme de recherche et en domaine disciplinaire autour du sociologue américain Harold Garfinkel (2007 [1967]) qui en précisait ainsi le domaine d’expertise :

  • 29 « I use the term “ethnomethodology” to refer to the investigation of the rational properties of in (...)

J’emploie le terme « ethnométhodologie » pour référer à l’investigation des propriétés rationnelles des expressions indexicales et des autres actions pratiques, en tant qu’elles sont des accomplissements contingents et continus des pratiques organisées et ingénieuses de la vie de tous les jours. (2007, p. 64, traduction Michel Barthélémy et al.)29

46Elle a permis d’introduire des questionnements sur les procès d’élaboration des catégories et du sens (social), sur l’indexicalité comme « pratique » générale et sur la place et la fonction de l’analyse in situ que pratiquent les acteurs de la vie sociale dans l’organisation continue de ce qu’ils font ordinairement afin que cela « fonctionne », aille de soi et puisse correspondre aux besoins du moment. Dans la mesure où la problématique de la dynamique sémiotique les croise, je présente quelques thèmes et concepts majeurs de cette approche afin de souligner leurs affinités avec ceux que j’ai introduits pour cette dynamique sémiotique.

Les acteurs de la vie sociale

47En tant qu’elle s’attache à rendre compte des activités pratiques que les acteurs sociaux conduisent dans l’ordinaire de leur vie – c’est-à-dire la façon dont ils organisent, gèrent et rendent rationnelles les situations auxquelles ils sont confrontés – l’ethnométhodologie s’intéresse à ce qu’elle nomme l’« activité sociologique profane » (lay sociology) que produisent continûment les gens ordinaires :

  • 30 « The recognizedly rational properties of their common sense inquiries – their recognizedly consis (...)

Les enquêtes de sens commun des membres ont des propriétés rationnelles : cette rationalité est reconnue en ce sens que l’on reconnaît à ces enquêtes un caractère de cohérence, de méthodicité, d’uniformité ou d’intentionnalité. Or ces propriétés rationnelles sont d’une manière ou d’une autre le résultat des activités concernées des membres. (Ibid.)30

48Je reprends ici la présentation synthétique de Garfinkel dans les premières pages de sa préface aux Studies in Ethnomethodology :

Les recherches ethnométhodologiques analysent les activités de la vie quotidienne en tant que méthodes des membres pour rendre ces mêmes activités visiblement-rationnelles-et-rapportables-à-toutes-fins-pratiques, c’est-à-dire « descriptibles » (accountable) comme organisations des activités ordinaires de tous les jours. La réflexivité de ce phénomène est une propriété singulière des actions pratiques, des circonstances pratiques, de la connaissance de sens commun des structures sociales et du raisonnement sociologique pratique. C’est cette réflexivité qui nous permet de situer et d’examiner l’occurrence de ces différents éléments ; en tant que telle, elle fonde la possibilité de leur analyse. Cette analyse poursuit les objectifs suivants :

– apprendre comment les activités ordinaires réelles des membres sont faites de méthodes pour rendre analysables les actions pratiques, les circonstances pratiques la connaissance de sens commun des structures sociales et le raisonnement sociologique pratique ;

  • 31 « Ethnomethodological studies analyze everyday activities as members’ methods for making those sam (...)

– découvrir les propriétés formelles des actions pratiques courantes « de l’intérieur » de situations réelles, en tant que réalisations continues de celles-ci. (p. 45-46)31

49Cette focalisation de l’ethnométhodologie sur l’« activité sociologique profane » de ceux qu’elle appelle les « membres » croise la nécessaire focalisation sur les acteurs de la communication de ce que j’appelle la dynamique sémiotique lorsque je distingue entre les rôles d’acteurs séculiers et d’acteurs réguliers, eux-mêmes distingués selon qu’ils sont reconnus comme des acteurs réguliers professionnels ou comme des acteurs réguliers non professionnels.

50Les acteurs de la communication, dans leurs rôles d’acteurs réguliers non professionnels – qui en même temps fonctionnent toujours comme des acteurs séculiers ainsi que je l’ai précédemment précisé –, sont bien proches de ce que Garfinkel identifie comme les « membres » qui pratiquent continûment dans leur activité ordinaire une « sociologie profane ». Et cela, nécessairement, dès lors que ce qui est en jeu est la compréhension, la mise en cohérence, la fonctionnalisation et le développement de ce qui s’échange, se transforme et s’élabore de sens dans les cadres communicationnels – eux-mêmes continûment modifiables et modifiés – dont nous participons et au sein desquels nous sommes conduits à nous redéfinir continûment et dynamiquement.

La notion d’allant de soi

51Communément, ce qui « va de soi », c’est ce qu’on n’a nul besoin d’expliciter, ce qui est nécessairement présupposé et connu par tous, qui rend fluides et possibles le fonctionnement et la cohérence à l’intérieur d’un groupe social parce qu’il s’agit de quelque chose d’unanimement partagé. Les allants de soi (taken-for-granted) de l’ethnométhodologie sont ainsi les normes implicites de comportement que tout un chacun connaît, partage et construit à l’intérieur d’un groupe social. Pour les membres d’un groupe donné, en posséder la connaissance est le sine qua non de leur appartenance et du bon fonctionnement de la communication au sein de ce groupe.

52À l’évidence, dans un cadre communicationnel donné, la compréhension de ce qui s’échange ordinairement entre les acteurs de la communication au sein d’un groupe ne résulte pas d’une activité explicite de définition. On retrouve là, en filigrane de la notion ethnométhodologique, la réflexion du philosophe viennois des sciences sociales Alfred Schütz (1987b [1953]) dont Harold Garfinkel reconnaît explicitement la filiation :

  • 32 « All interpretation of this world is based on a stock of previous experiences of it, our own or t (...)

Toute interprétation de ce monde est basée sur une réserve d’expériences préalables, les nôtres propres ou celles que nous ont transmises nos parents ou nos professeurs ; ces expériences, sous forme de connaissances disponibles, fonctionnent comme schème de référence. (1987b, p. 12, traduction Anne Noschis-Gilliéron)32

53Et tout particulièrement ses deux « idéalisations de base » – celle de « l’interchangeabilité des points de vue » et celle de « la congruence des systèmes de pertinence » – qu’il a ainsi explicitées :

[…] l’interchangeabilité des points de vue : j’admets – et je suppose que mon semblable fait de même – que si je change de place avec lui de telle sorte que son « ici » devienne le mien, je serai à la même distance des choses et les considérerai avec la même typicalité qu’il le fait lui-même actuellement ; en outre les mêmes choses qui sont à sa portée seront alors à la mienne.

  • 33 « […] the interchangeability of the standpoints : I take for granted – and assume my fellowman doe (...)

[…] la congruence des systèmes de pertinence : jusqu’à la contre-évidence, j’admets – et je suppose que mon semblable fera de même – que les différences de perspective tirant leur origine dans nos situations biographiques particulières ne sont pas pertinentes pour le but que nous nous proposons l’un et l’autre. J’admets aussi que lui et moi, ce « Nous » suppose que l’un et l’autre avons sélectionné et interprété les objets communs actuels ou potentiels ainsi que leurs caractéristiques de manière identique ou du moins de manière « empiriquement identique », c’est-à-dire de manière suffisante pour tous les buts pratiques. (1987b, p. 17-18)33

54En conséquence, indépendamment des contraintes cognitives qu’il nous faut reconnaître et qui sont partagées par tous, la compréhension à l’intérieur d’un cadre communicationnel donné résulte d’une dynamique fondée sur ce qui est contextuellement produit compte tenu du hic et nunc et de cette historicité partagée qui intègre et fonctionnalise la stratification de ce qui est élaboré et retenu comme pertinent dans le domaine des souvenirs du groupe. Tout autant que des données de code et de langue mémoriellement stabilisées, supposées connues de tous et postulées comme objectives, cela va concerner des présuppositions de tous ordres, des routines communes, des schémas prévisionnels inductivement (ré)élaborés en contexte.

  • 34 On pourra, encore une fois, renvoyer à l’articulation constante de ce que j’ai appelé les normes i (...)

55Tout cela va de soi qui est ainsi partagé, qui autorise la poursuite de l’échange, qui permet la mise en signification de ce qui se dit et, à terme, la transformation de ce qui s’est dit en unités de code et de langue pour toute utilisation future à l’intérieur du cadre communicationnel dont il s’agit. La dynamique sémiotique qui est en marche repose fondamentalement sur les allants de soi propres au groupe et fonctionnels dans le cadre communicationnel considéré, à l’instar de ce que souligne l’approche ethnométhodologique. C’est leur existence qui, permettant au groupe de fonctionner au niveau communicationnel, fournit les conditions de la transformation continue des formes et du sens des outils de la mise en signification conjointement utilisés34.

Indexicalité et contextualisation

56La notion d’indexicalité est bien connue des linguistes, des pragmaticiens et des philosophes du langage (voir déictiques, indexicaux, etc.). Rappelons toutefois, pour mémoire, l’une des définitions de l’indice selon le sémioticien et philosophe-logicien américain Charles S. Peirce :

  • 35 « A sign, or representation, which refers to its object not so much because of any similarity or a (...)

[Un indice est] un signe ou une représentation qui renvoie à son objet non pas tant parce qu’il a une similarité ou une analogie avec lui ni parce qu’il est associé avec les caractères généraux que cet objet se trouve posséder, que parce qu’il est en connexion dynamique (y compris spatiale) et avec l’objet individuel d’une part et avec les sens ou la mémoire de la personne pour laquelle il sert de signe, d’autre part. (1978, p. 158, traduction Gérard Deledalle)35

57Dans l’approche ethnométhodologique, l’indexicalité n’est pas limitée à quelques expressions des langues comme pour la plupart des linguistes, elle n’est pas seulement la caractéristique indicative de certaines catégories de mots et de propositions comme chez Peirce ; elle est posée comme étant une caractéristique générale du langage. C’est ainsi que Garfinkel (2007 [1967]) postulera :

  • 36 « Wherever studies of practical action and practical reasoning are concerned, [this] consist of th (...)

Partout où l’on se préoccupe d’étudier l’action pratique et le raisonnement pratique, on rencontre […] l’impossibilité de réaliser le projet de distinguer expressions objectives (indépendantes du contexte) et expressions indexicales, et de substituer les premières aux secondes. (2007, p. 54)36

58Il dira encore :

  • 37 « With respect to the problematic character of practical actions and to the practical adequacy of (...)

En ce qui concerne le caractère problématique des actions pratiques et l’adéquation pratique de leurs investigations, les membres considèrent comme allant de soi qu’un membre doit « connaître » dès le début le contexte dans lequel il a à agir, sinon ses pratiques ne permettraient pas de décrire, de manière reconnaissable, des éléments particuliers et localisés de ce contexte. Ils considèrent comme tout à fait prosaïque le fait que les comptes rendus des membres, quels qu’en soient la sorte, les modes logiques, les emplois et les méthodes de composition, soient des éléments constitutifs des situations qu’ils rendent observables. Les membres connaissent cette réflexivité, l’exigent, comptent sur elle et en font usage pour produire, accomplir, reconnaître ou démontrer l’adéquation-rationnelle-à-toutes-fins-pratiques de leurs procédures de découverte. (2007, p. 60)37

59Quant à la notion de contexte, elle est également générale et corrélative de la notion d’indexicalité. L’ethnométhodologie retient bien évidemment cette idée bien connue en linguistique que la signification est toujours dépendante du contexte, lequel n’est jamais identique à lui-même, et donc – très banalement – que le sens des mots et des expressions en dépendent toujours. Ce qui n’est pas très nouveau. Mais l’hypothèse de l’extension de l’indexicalité plutôt que celle de l’incidence du contexte, est intéressante dans l’approche ethnométhodologique.

60En retournant vers la dynamique sémiotique, je noterai que cette hypothèse de l’extension de l’indexicalité et cette attention au contexte se retrouvent évidemment dès lors qu’on s’intéresse aux activités sémiotiques d’élaboration de sens, dans la mesure où celles-ci s’articulent à la fois sur l’activité et sur l’activisme des acteurs de la communication dans leurs interactions. De fait, nous – les acteurs de la communication – sommes aussi le contexte de notre pratique. L’expérience et la perception de ce qui se manifeste ne prennent sens qu’en dépendance avec notre situation biographique unique et individuelle en tant qu’acteurs de la communication (individuels ou collectifs) dans le cadre situé où cela se manifeste.

Négociation et élaboration du sens

61Compte tenu de ces considérations sur la contextualisation et l’indexicalité de ce qui s’actualise dans un groupe donné, le sens à donner à ce qui est produit est local ; il s’élabore et se négocie naturellement en contexte. Il y a donc une négociation et une élaboration du sens chaque fois renouvelées, chaque fois revalidées, fonctionnalisées à toutes fins utiles pour « chaque nouvelle première fois » (each another next first time), selon la formule de Garfinkel. Cela suppose à la fois une interprétation conjoncturelle de la situation, des pratiques, des normes et des décisions en rapport, qui implique la connaissance des événements passés. Cela suppose une maîtrise des allants de soi et l’élaboration d’un système d’hypothèses quant à ce qui est projeté, ainsi que la recherche dans le hic et nunc d’une cohérence possible de ce qui se passe.

62En la présentant dans une autre modalité théorique, on peut tout aussi bien considérer que l’élaboration du sens va s’organiser à travers un schéma d’intelligibilité tel que je l’ai défini (Nicolaï 2007) et synthétisé dans la formule : « Il existe X qui signifie Y parce que [Z, Z’, Z’’, …] étant donné [W, W’, W’’…], etc. », où le « Il existe X » renvoie à ce qui « est en question » (ici le sens à déterminer), le « signifie Y » spécifie l’une ou l’autre des interprétations potentielles concernant ce X, le « parce que Z » justifie l’interprétation des faits en rapport avec le type d’argumentation pertinent dans ce cadre, tandis que le « étant donné W » pointe l’ensemble des contraintes implicites et explicites qui contribuent à déterminer le choix de l’interprétation (cohérence interne des différents plans d’actualisation, présupposés, mise en rapport des différentes variables, etc.).

63La reconnaissance d’un tel schème permet de souligner la place de l’interprétation, l’existence des facteurs implicites et des considérations contextuelles qui président à la négociation et l’élaboration du sens. On y retrouve tout aussi bien l’indexicalité, les allants de soi et la contextualisation comme repères stables en arrière-plan : la dimension contextuelle étant toujours définitoire de ce qui se produit.

64Enfin, évidente nécessité, le socle de cette négociation et l’élaboration continue du sens supposent de la part des acteurs de la communication la prise en considération de l’historicité inhérente à leurs activités et une pratique continûment réflexive par rapport à ces activités. Deux dimensions qui attestent de la présence de leur subjectivité dans leurs élaborations. Une perspective est ainsi ouverte.

Les chemins buissonniers

  • 38 Gardiner (1989 [1932]) précisera en ouverture de son ouvrage : « Telle […] est ma méthode : replac (...)

65Tout au long de ce parcours, me situant à la fois par rapport au passé et par rapport à notre contemporanéité, j’aurai souligné le fait que l’ensemble des notions que je présente dans mon approche de la dynamique sémiotique – cadre communicationnel (détaillé en : ouvert ou fermé, portée, etc.), travail des acteurs de la communication (détaillé en : rôles réguliers et séculiers, professionnels ou non), historicité (et sa rétention) avec – sous-jacente – une attention portée envers le jeu des normes (consensus normatif, normes interactionnelles et représentées) – avait de fortes connexités avec l’arrière-plan conceptuel d’un Philipp Wegener (retenu comme référence) ou d’un Alan H. Gardiner38. En effet, l’important chez eux, c’était la proposition d’une théorie fonctionnaliste susceptible de rendre compte de certains aspects de l’élaboration du sens, fondée sur la reconnaissance de l’activité interactionnelle entre locuteurs et auditeurs, et la prise en considération de la situation particulière dans laquelle l’action est engagée pour que le locuteur parvienne à faire comprendre à l’auditeur le sens du message qu’il lui destine. Mais dans le même temps, j’aurai aussi lourdement montré la connexité des arrière-plans de cette approche avec ceux qui sont retenus dans le cadre de l’ethnométhodologie.

66Il ne s’agit pas pour autant de mélanger n’importe quoi avec n’importe quoi : on ne transgresse pas impunément les frontières et les murs de verre des disciplines ; qui le tente prend des risques, car la clôture – même invisible – est toujours présente, laquelle, comme on a pu le souligner, détermine un domaine de pertinence et de mise en signification contextuel à son tracé. Par ailleurs, exporte-t-on jamais – autrement qu’idéologiquement – des concepts d’un domaine à l’autre ? Et, pour en revenir à l’un de mes leitmotive, la force métaphorique qui motive leur éventuelle migration, que masque-t-elle ? Et que (re)construit-elle ?

67Nous voici donc revenus à mon questionnement initial : chaque fois qu’on envisage l’exportation d’un modèle – et donc l’exploitation analogique (versus la recatégorisation) d’une représentation dans l’ordre du comme si – la question est posée de savoir ce qu’on modélise dans le jeu du transfert (Nicolaï 2006, et supra, chapitre 4). Les métaphores et les ontologies renouvelées ont-elles un intérêt heuristique ou bien oblitèrent-elles le processus de connaissance ? Le transfert masque-t-il ou éclaire-t-il la structure de l’objet ? Objet qui, d’ailleurs, va se redéfinir dans ce procès.

68Donc, en retournant vers la problématique ouverte dans la première partie de cet excursus, je retiendrai que ce qui est/reste en jeu, c’est la clôture – la (mise en) frontière ! – de nos objets construits, la clôture de nos saisies et de nos pratiques, la clôture de nos discours (Nicolaï 2012c). Autant de questions toujours ouvertes.

  • 39 On pourra toutefois remarquer qu’en ce qui concerne les allants de soi, l’indexicalité, la context (...)

69Nonobstant, cela m’aura permis de mettre en regard des approches distinguées et d’identifier des pertinences cachées. La raison de ces connexités conceptuelles39 se conçoit aisément puisque, dans la perspective de la dynamique sémiotique comme dans celle de l’ethnométhodologie, trois éléments sont globalement considérés :

  • tout d’abord la dynamique des acteurs (sociaux ou communicationnels) que nous sommes dans notre pratique ordinaire ;
  • ensuite, l’évidente participation active et collective de ces acteurs à l’élaboration continûment modifiée des formes qu’ils proposent et réintroduisent dans le circuit de la communication ;
  • et enfin, l’élaboration continûment modifiable des pratiques qu’ils développent au travers de ce qu’ils font ensemble (qu’il s’agisse d’actions concrètes, de transformations catégorielles ou d’activités d’élaboration de sens).
  • 40 Mais sans doute faudrait-il ouvrir davantage l’horizon. C’est ainsi que dans un domaine apparemmen (...)

70Le tout fondant – et justifiant – la cohérence et la cohésion du groupe social et communicationnel que ce triplet d’activités permet de constituer40.

71À partir de là, groupe social et groupe communicationnel sont susceptibles de s’identifier et de se fondre dans le cadre – à développer – de cette éventuelle anthropologie renouvelée dont j’ai suggéré l’intérêt. Un domaine ayant intégré notre subjectivité et qui pointe vers un univers objectivé dans lequel nous partons « chaque nouvelle première fois »… pour réélaborer du sens en transformant – accessoirement – les formes et les structures des langues.

Notes

1 Utiliser une terminologie qui retient des locutions telles que élaboration du sens, prendre du sens, faire sens, sens trouvé, avoir du sens, donner du sens rend nécessaire de cerner ce qui est en question. Il faut donc introduire quelques précisions complémentaires sur ce qui est considéré sous le chapeau de ce terme à large spectre sémantique. Ainsi, ce ne sont pas les définitions lexicales d’un dictionnaire (mots, expressions) que je retiens comme sens, mais le procès de prise de sens qui se manifeste à l’intérieur de la phrase, dans l’usage ordinaire du langage et donc à travers son utilisation en contexte (à charge de conduire, pour un ultérieur non défini, à une stabilisation du sens des mots dans les pratiques langagières et dans les langues, explorable par les linguistes). En arrière-plan de mon approche, dont on voit qu’elle concerne la saisie des dynamiques et des acteurs de la communication plutôt que la perception de la référence indiquée et du sens manifesté, je prends donc en considération les assertions de Gottlob Frege (1969 [1884]) : « Il faut nettement séparer le psychologique du logique, le subjectif de l’objectif » et « On doit rechercher ce que les mots veulent dire non pas isolément, mais pris dans leur contexte » (1969, p. 122) ; « es ist das Psychologische von dem Logischen, das Subjective von dem Objectiven scharf zu trennen », « nach der Bedeutung der Wörter muß im Satzszusammenhange, nicht in ihrer Vereinzelung gefragt werden » (1884, p. xxii).

2 J’entends pragmatique au sens de William James (2007 [1907]) : « La vérité, la loi et la langue s’évaporent au moindre contact avec un fait nouveau. Car ces choses se font au fur et à mesure. […] Loin d’être des principes qui précèdent et animent le processus, la loi, la langue et la vérité ne sont que des noms abstraits pour désigner ses résultats » (2007, p. 257, traduction Nathalie Ferron) ; « Truth, law, and language fairly boil away from them at the least touch of novel fact. These things make themselves as we go. […] Far from being antecedent principles that animate the process, law, language truth are but abstract names for its results » (1907, p. 246).

3 Anthropologie renouvelée qui aurait probablement quelques connexités avec ce qu’on entend parfois par « anthropologie de la communication ». Anthropologie renouvelée que j’ai plusieurs fois appelée sans avoir eu (ou m’être donné) les moyens de l’appréhender avec précision (Nicolaï 2012a, p. 309, 2014c) et qui devrait sans doute croiser les perspectives énactives développées par Maturana et Varela (1994).

4 D’entrée de jeu, on notera que cette approche de la dynamique sémiotique atteste de véritables affinités conceptuelles avec l’arrière-plan qui, dans un autre contexte, semble avoir dirigé les développements particuliers des grammaires émergentes (emergent grammar). Ainsi, Paul J. Hopper (en 1998, mais déjà en 1987) résumera : « La notion de grammaire émergente vise à suggérer que la structure, ou la régularité, naît du discours et qu’elle est mise en forme par le discours dans un procès continu. […] Ses formes ne sont pas des cadres fixes, elles émergent à travers l’interaction face-à-face selon des modalités qui reflètent l’expérience passée que les locuteurs ont de ces formes, et leur évaluation du contexte de leur actualisation, lequel inclut tout particulièrement les interlocuteurs, dont les expériences et les évaluations peuvent être de nature très différente » ; « The notion of Emergent Grammar is meant to suggest that structure, or regularity, comes out of discourse and is shaped by discourse in a ongoing process. […] Its forms are not fixed templates but emerge out of face-to-face interaction in ways that reflect the individual speakers’ past experience of these forms, and their assessment of the present context, including especially their interlocutors, whose experiences and assessments may be quite different » (1998, p. 156 – ma traduction). Toutefois, les visées des deux approches ne se recouvrent que partiellement. L’approche des grammaires fondées sur l’usage (usage-based approach), en lien avec les réflexions cognitivistes et face à un « paradigme » générativiste encore prédominant, a en ligne de mire la problématique de la construction d’une grammaire et la compréhension du développement de ses catégories. La dynamique sémiotique, quant à elle, se focalise plutôt sur la question générale de l’élaboration du sens, des mises en signification, de l’émergence et de la transformation subséquente des signes et, in fine, sur les pratiques des acteurs de la communication.

5 Et c’est le fait important : ce domaine déborde les problématiques de la linguistique et des sciences du langage quand elles sont réduites aux questionnements structuralistes, générativistes, ou même cognitifs lorsqu’ils ne se définissent que dans une visée représentationaliste ; ce qui n’enlève pas la moindre pertinence à ces problématiques-là, dont l’importance est réelle dans le cadre même d’une approche de la dynamique sémiotique. Elles font également partie de ses incontournables outils tout autant que, en les distanciant, de ses évidents objets d’étude, comme on a pu le voir dans la première partie de cet ouvrage.

6 Cité d’après Jan Firbas (1966, p. 268) : « that which is known or at least obvious in the given situation, and from which the speaker proceeds in his discours (234) », et la note 4 de son article pour la citation originale tchèque. Voir aussi Hoskovec (2012, p. 16) : « La phrase est un énoncé élémentaire communicatif par lequel le sujet parlant adopte une attitude active vis-à-vis d’une réalité, et qui paraît formellement habituel et subjectivement complet (Mathesius 1923, 1947, p. 231). »

7 Voir aussi Bohumil Trnka qui considère « [the] multilevel organization of language (word – sentence – utterance – extralinguistic state or event) » et prend ses distances avec l’approche saussurienne : « En intégrant l’énoncé parmi les niveaux linguistiques, nous ne nous situons plus dans la théorie saussurienne en rapport avec sa dichotomie langue-parole […]. La recherche d’un univers ordonné par les lois dans la diversité des phénomènes est un objectif légitime pour toute science, mais l’on doit garder à l’esprit que les résultats de nos découvertes ne peuvent pas être projetés, pour ainsi dire, dans le monde des phénomènes et créer une fausse dichotomie entre d’une part le corps des phénomènes, et d’autre part, ses lois découvertes (ou à découvrir) par les chercheurs. Les théories qui supposent une telle procédure risquent toujours de conduire à des idées fausses et ne parviennent pas à répondre aux fortes attentes qui ont été considérées » ; « In incorporating utterance in linguistic levels, we do not follow any longer the theory or F. de Saussure relating to his langue – parole dichotomy […]. The search for a universe ordained by laws in the diversity of phenomena is a legitime objective of any science, but it must be borne in mind the results of our discoveries cannot be projected, so to say, into the world of phenomena and create a false dichotomy of a body of phenomena versus its laws discovered (or to be discovered) by investigators. The theories involving this procedure are always apt to lead to misconceptions and fail to answer the high expectation that have been entertained » (1966, p. 39 – ma traduction).

8 Cela étant dit, pour un rapide aperçu de la perspective fonctionnaliste pragoise et son évolution, on peut consulter, entre autres auteurs, Tomáš Hoskovec (2012), Eva Hajičová (2016), Eva Hajičová, Jarmilia Panevová et Petr Sgall (1988).

9 Notons cependant que la mise en rapport explicite de mon approche de la dynamique sémiotique avec le fonctionnalisme pragois est développée dans la « Leçon inaugurale » présentée en ouverture du colloque organisé à Prague (24-26 octobre 2016) pour l’anniversaire des 90 ans du Cercle linguistique de Prague (Nicolaï 2016c).

10 Notons que j’ai déjà présenté à plusieurs reprises les notions que je développe ici au titre de la dynamique sémiotique (tout particulièrement dans Nicolaï 2011, 2016a, 2016c). Ce n’est donc que l’affinement et la mise en contexte de ces présentations antérieures que je propose, pour les situer dans le cadre général de cet ouvrage.

11 Thématique que j’avais déjà abordée (Nicolaï 1986, p. 42-48) avec le thème de la catégorisation pratique dans le domaine linguistico-langagier, en introduisant le jeu entre ce que j’appelais norme 1 et norme 2, ultérieurement repris dans l’articulation entre ces notions de normes interactionnelles et de normes représentées (Nicolaï 2011, p. 23-24).

12 Je préfère parler de tissu communautaire (notion qui insiste plutôt sur la « texture », la structure, le type d’organisation des rapports) que de communauté linguistique (notion qui attire davantage l’attention sur le découpage, les frontières ; Nicolaï 2011, p. 78).

13 La reconnaissance de la distinction séculier/régulier pointe donc des stratégies naturelles et effectives dans nos pratiques langagières ordinaires. À un autre niveau, en tant que notion retenue et explicitement définie dans notre arsenal d’outils descriptifs, cette distinction devient un artefact applicable aux phénomènes pour parvenir à une représentation analytiquement dirigée ; soit donc une distinction utilisable dans le procès de leur saisie et de leur compréhension. Mais pas plus que la carte n’est le territoire, le concept (la notion ?) n’est le phénomène.

14 Pour de précédentes mentions de ces rôles : Nicolaï (2011, p. 95), (2012a, p. 300), (2014b, p. 50-51), (2016a).

15 Bien naturellement, je renvoie là à une saisie humboldtienne que je n’ai perçue que tardivement, après avoir conceptualisé ma propre approche théorique : « Assumée dans sa réalité essentielle, la langue est une instance continuellement et à chaque instant en cours de transition anticipatrice. […] En elle-même, la langue est non pas un ouvrage fait (Ergon), mais une activité en train de se faire (Energeia). Aussi sa vraie définition ne peut-elle être que génétique. […] En toute rigueur, une telle définition ne concerne que l’acte singulier de la parole actuellement proférée ; mais, au sens fort et plein du terme, la langue n’est, tout bien considéré, que la projection totalisante de cette parole en acte » (Humboldt, 1974, p. 183) ; « Die Sprache, in ihrem wirklichen Wesen aufgefasst, ist etwas beständig und jedem Augenblicke Vorübergehendes. […] Sie selbst ist kein Werk (Ergon), sondern eine Thätigkeit (Energeia). Ihre wahre Definition kann daher nur eine genetische sein. […] Unmittelbar und streng genommen, ist dies die Definition des jedesmaligen Sprechens ; aber im wahren wesentlichen Sinne kann man auch nur gleichsam die Totalität dieses Sprechens als die Sprache ansehen » (1836).

16 « Die Exposition dient dazu, die Situation klar zu stellen, damit das logische Prädicat verständlich wird. Die Situation ist der Boden, die Umgebung, auf der eine Thatsache, ein Ding u. s. f. in die Erscheinung tritt, doch auch das zeitlich Vorausliegende, aus dem heraus eine Thätigkeit entsprungen ist, nemlich die Thätigkeit, welche wir als Prädicat aussagen, und ebenso gehört zur Situation die Angabe der Person, an welche die Mitteilung gerichtet ist. Die Situation wird bei der sprachlichen Mitteilung nicht blos durch Worte bestimmt, viel gewöhnlicher und ausgedehnter durch die umgebenden Verhältnisse selbst, durch die unmittelbar vorhergegangenen Thatsachen und die Gegenwart der Person, mit der wir sprechen. Die durch die umgebenden Verhältnisse und die Gegenwort der angeredeten Person gegebene Situation kommt uns durch die Anschauung zum Bewusstsein, wir nennen sie daher die Situation der Anschauung. » On ne trouve pas à ce jour de traduction française de Untersuchungen über die Grundfragen des Sprachlebens (1885), l’ouvrage de Philipp Wegener. Seule en existe une traduction anglaise par D. Wilfred Abse, incluse dans son ouvrage Speech and Reason (1971)… Traduction dont, il est vrai, certains linguistes contestent la fiabilité. Je donne pour toutes les citations de cet auteur les traductions françaises que Didier Samain m’a aimablement proposées.

17 « The situation. Not a factor of speech, but the setting in which speech can alone become effective, is what is here termed the “situation. […] Of far greater importance is the concept of “situation as applied to the things spoken about. Potentially every word that is uttered might refer to the whole universe. But words are chosen with a shrewd calculation of their intelligibility ; the more remote the thing spoken about, the more clues must be offered in order that it may be identified. On the other hand, if the situation is temporally and locally the same for both speaker and listener, then identification requires but a single word or clue. […] I cannot insist too often upon the facts that words are only clues, that most words are ambiguous in their meaning, and that in every case the thing-meant has to be discovered in the situation by the listener’s alert and active intelligence » (1932, p. 15-16).

18 « […] utterance and situation are bound up inextricably with each other and the context of situation is indispensable for the understandings of words […] in the reality of spoken living tongue, the utterance has no meaning except in the context of situation. »

19 Mais est-ce si vrai ! Y a-t-il vraiment toujours système quelque part ? Je ne sais pas s’il y a toujours système quelque part ; cependant il y a toujours systématisation dans nos pratiques et dans la saisie de nos objets, de nos outils et de nos environnements (et donc, dans la saisie de nos langues…). Autrement dit, s’il n’y a pas de système, alors nous tendons à (tentons de) en construire un. Et nous faisons cela soit individuellement, ce qui ouvre à une non-reconnaissance collective, soit collectivement, ce qui introduit à une légitimation dans l’espace sociétal dont nous participons.

20 Remarquons que si, dans la situation d’échange ordinaire, il est normalement attendu que ce cadre soit socialement partagé, le point-limite d’un cadrage qui serait strictement limité à l’individu n’est pas inimaginable et n’est pas exclu par principe : il est simplement dysfonctionnel pour le partage de la communication ordinaire ainsi qu’elle est habituellement conçue et attendue.

21 D’une certaine façon cette notion de cadre communicationnel est implicitement présente en arrière-plan de nombreuses études telles celles qui portent sur les implicitations gricéennes (implicatures), sur les actes de langage, mais aussi, dans une visée sociolinguistique, elle sous-tend (parmi d’autres approches des années 1970) la saisie interactionnelle des sociolinguistes américains John J. Gumperz et Deborah Tannen (1979) et l’étude des règles organisant les échanges d’insultes tels qu’ils ont été étudiés par William Labov (1978 [1972]). Aujourd’hui, elle sous-tend de facto la plupart des approches contemporaines subsumées sous la sociolinguistique, la pragmatique ou l’analyse de discours.

22 « Im Allgemeinen pflegt der Mensch, besonders der naive Mensch anzunehmen, dass sein Mitmensch innerlich genau so organisiert und gestimmt sei, dass er dasselbe denke und wisse, wie er selbst. Beginnt er seine Mitteilung mit dieser Voraussetzung, so wird er sich oft vom Gegenteil überzeugen müssen duch den verständnisslosen Ausdruck in den Mienen des Angeredeten oder noch directer durch die Frage : von wem sprichst du, wann war das, wo geschah das u. s. f. Also ursprünglich wird der Redende erst während des Sprechens bemerken, dass er zur Erklärung gewisse Angaben hinzufügen müsse. Auch kann sich der Redende über das Mass dessen täuschen, was zur Exposition mitzuteilen ist, er kann zu viel geben und damit langweilig werden und als vorsichtiger Pedant erscheinen, er kann zu wenig geben, und unklar werden. »

23 On se souviendra à ce propos des travaux du sociologue français Maurice Halbwachs concernant la fabrication sociale du souvenir : « Il ne suffit pas de reconstituer pièce à pièce l’image d’un événement passé pour obtenir un souvenir. Il faut que cette reconstitution s’opère à partir de données ou de notions communes qui se trouvent dans notre esprit aussi bien que dans ceux des autres, parce qu’elles passent sans cesse de ceux-ci à celui-là et réciproquement, ce qui n’est possible que s’ils ont fait partie et continuent de faire partie d’une même société. Ainsi seulement on peut comprendre qu’un souvenir puisse être à la fois reconnu et reconstruit » (1997 [1950], p. 63).

24 On notera aussi que cette saisie de l’historicité en tant que procès peut s’articuler à ce que Sylvain Auroux présente comme la langue empirique (1998, p. 104-105), même s’il est évident que ma perspective est orientée vers la saisie de la dynamique des acteurs de la communication et les procès qu’ils actualisent dans le hic et nunc alors que la perspective d’Auroux est plutôt orientée vers la caractérisation de ce qui résulte de (s’est constitué dans) ce procès. Ainsi, la langue empirique – « l’ensemble des phrases effectivement prononcées par un groupe d’êtres humains et leurs descendants » (1997, p. 111) – correspond au résultat saisissable de ce qui s’est constitué dans la matrice de développement (quasi écologique) qu’Auroux a nommée l’hyperlangue ; mais elle est bien évidemment déterminée par l’activité des acteurs de la communication. Et donc par la dynamique propre du procès d’historicité.

25 « Historische und stilgemäβe Zusammenhänge innerhalb des Wissens beweisen eine Wechselwirkung zwischen Erkanntem und Erkennen : bereits Erkanntes beeinfluβt die Art und Weise neuen Erkennens, das Erkennen erweitert, erneuert, gibt frischen Sinn dem Erkannten » (1999 [1935], p. 54).

26 « Aus dem Gesagten ergibt sich auch, dass innerhalb des Lebensganges eines Menschen von der Gleichheit der mit einem Worte verknüpften Vorstellungen nicht die Rede sein kann. Die meisten Vorstellungsgruppen wachsen an Umfang und Inhalt, viele, obgleich längst nich alle, werden durch wissenschaftliche Arbeit begrifflich gegliedert und lösen sich dadurch mehr und mehr von Gruppen, mit denen sie nur nach einer zufälligen und äusseren Aehnlichkeit verknüpft waren. Bei Vielen werden die begleitenden Gefühle, welche in der Kindheit und Jugend so lebendig waren, stumpf und schwach, so dass der Greis meist mit Wehmut an die frische und sprudelnde Freude zurückdenkt, die schon das blosse Wort erregte. […] Wer also meint, die Bedeutung eines Wortes sei stets dieselbe und nur eine, kann nur daran denken, dass zu einer bestimmten Zeit in der Seele eines Individuums mit demselben Worte stets dieselbe Vorstellungs – und Gefühlsgruppe verbunden wird. Zunächst möchte es schwierig sein, eine Einigung darüber herbeiführen, wie lang diese Zeit zu bemessen sei ; – wer es weiss, wie blitzartig oft Erkenntnisse von dem Wesen einer Sache, von der Zusammengehörigkeit einer Gruppe von Vorstellungen mit anderen einschiesst, wird jede zeitliche Einheit, die hier in Betracht kommen könnte, nach der‚ ratio ruentis acervi’ von der Hand weisen. »

27 Phénomènes et concepts dont j’ai déjà noté qu’on peut tout aussi bien les prendre en considération ou les ignorer selon qu’on s’intéressera davantage au « produit-langue », au procès de sa mise en œuvre, ou encore à la dynamique d’élaboration du sens qu’ils permettent de développer.

28 Notons qu’on pourra aussi trouver dans Nicolaï (2016d) une présentation de ce rapport potentiel entre dynamique sémiotique et ethnométhodologie.

29 « I use the term “ethnomethodology” to refer to the investigation of the rational properties of indexical expressions and other practical actions as contingent ongoing accomplishments of organized artful practices of everyday life » (1967, p. 11).

30 « The recognizedly rational properties of their common sense inquiries – their recognizedly consistent, or methodic, or uniform, or planful, etc. character – are somehow attainments of member’s concerted activities » (1967, p. 10).

31 « Ethnomethodological studies analyze everyday activities as members’ methods for making those same activities visibly-rational-and-reportable-for-all-practical-purposes, i.e., “accountable,” as organizations of commonplace everyday activities. The reflexivity of that phenomenon is a singular feature of practical actions, of practical circumstances, of common sense knowledge of social structures, and of practical sociological reasoning. By permitting us to locate and examine their occurrence the reflexivity of that phenomenon establishes their study. Their study is directed to the tasks of learning how members’ actual, ordinary activities consist of methods to make practical actions, practical circumstances, common sense knowledge of social structures, and practical sociological reasoning analyzable ; and of discovering the formal properties of commonplace, practical common sense actions, “from within” actual settings, as ongoing accomplishments of those settings » (1967, p. vii-viii).

32 « All interpretation of this world is based on a stock of previous experiences of it, our own or those handed down to us by parents or teachers, which experiences in the form of knowledge at hand function as a scheme of reference » (1953, p. 4).

33 « […] the interchangeability of the standpoints : I take for granted – and assume my fellowman doers the same – that if I change places with him so that his “here” become mine, I would be at the same distance from things and see them in the same typicality as he actually does. Moreover, the same things would be in my reach which are actually in his. (All this vice versa). […] the congruency of the system of relevances : Until counter-evidence, I take for granted – and assume my fellowman doers the same – that the differences in perspectives originating in my and his unique biographical situations are irrelevant for the purpose at hand of either of us and that he and I, that “We” assume that both of us have selected and interpreted the actually or potentially common objects and their features in an identical manner or at least an “empirically identical” manner, sufficient for all practical purposes » (1953, p. 8).

34 On pourra, encore une fois, renvoyer à l’articulation constante de ce que j’ai appelé les normes interactionnelles manifestées in situ dans le hic et nunc des échanges (elles concernent donc l’élaboration des conditions de cohérence du développement discursif du propos ; leurs formes sont contingentes au procès de communication dans lequel elles émergent et se traduisent à travers la gestion des attitudes et des comportements langagiers) et les normes représentées (soit les représentations intangibles, références absolues dont une actualisation dans l’usage du langage relève de la grammaire normative ou ressortit de la prescription du bon usage). Ces normes représentées sont en fait des transformées dérivées des normes interactionnelles après intégration de la charge d’historicité qu’a nécessairement introduite leur utilisation dans le cadre communicationnel où elles ont « fonctionné ». Pour une présentation illustrée et plus élaborée de ces notions, je renvoie à Nicolaï (2011). De fait, ces conceptualisations réfèrent tout aussi bien au procès de catégorisation pratique tel que je l’avais envisagé dans des travaux déjà anciens (Nicolaï 1986, mais aussi 2007, p. 162-164) et elles ne peuvent pas ne pas rappeler le « Nous vieillissons ensemble » (« We grow older together ») de On Multiples Realities de Schütz (1987a [1945], p. 117).

35 « A sign, or representation, which refers to its object not so much because of any similarity or analogy with it, nor because it is associated with general characters which that object happens to possess, as because it is in dynamical (including spatial) connection both with the individual object, on the one hand, and with the senses or memory of the person for whom it serves as a sign, on the other hand » (Charles S. Pierce, 1932, Collected Papers, vol. 2, Cambridge, Harvard University Press, p. 305).

36 « Wherever studies of practical action and practical reasoning are concerned, [this] consist of the following : the unsatisfied programmatic distinction between and substitutability of objective (context free) for indexical expressions » (1967, p. 4).

37 « With respect to the problematic character of practical actions and to the practical adequacy of their inquiries, members take for granted that a member must at the outset “know” the settings in which he is to operate if his practices are to serve as measures to bring particular, located features of these settings to recognizable account. They treat as the most passing matter of fact that members’ accounts, of every sort, in all their logical modes, with all of their uses, and for every method for their assembly are constituent features of the settings they make observable. Members know, require, count on, and make use of this reflexivity to produce, accomplish, recognize, or demonstrate rational-adequacy-for-all-practical-purposes of their procedures and findings » (1967, p. 8).

38 Gardiner (1989 [1932]) précisera en ouverture de son ouvrage : « Telle […] est ma méthode : replacer des actes de langage particuliers dans leur cadre original, celui de la vie de tous les jours, et, à partir de là, découvrir les mécanismes et les facteurs en jeu » (1989, p. 13, traduction Catherine Douay) ; « This […] is my method : to put back single acts of speech into their original setting of real life, and thence to discover what processes are employed, what factors are involved » (1932, p. 6). Cadre qu’il retrouve chez son contemporain Bühler dont on connaît le modèle des trois fonctions sémantiques et l’axiomatique (2009 [1934]).

39 On pourra toutefois remarquer qu’en ce qui concerne les allants de soi, l’indexicalité, la contextualité, la négociation et l’élaboration du sens, les ethnométhodologues, à ma connaissance, ont plus souvent renvoyé à des philosophes, à des épistémologues, ou à des sociologues tels William James ou Alfred Schütz qu’à des linguistes. A fortiori, et toujours à ma connaissance, de la part des ethnométhodologues il n’y a jamais eu de revendication d’une quelconque filiation intellectuelle en rapport avec les visées fonctionnalistes de linguistes comme Philipp Wegener, Alan H. Gardiner ou Karl Bühler, et cela malgré les affinités et croisements potentiels entre les problématiques.

40 Mais sans doute faudrait-il ouvrir davantage l’horizon. C’est ainsi que dans un domaine apparemment aussi extérieur que l’étude des situations de gestion des entreprises et des systèmes sociaux complexes, un Jacques Girin, nourri des lectures d’un William Labov et d’un Oswald Ducrot, avait su, en marge des sciences du langage et de la sociologie, penser une sociologie de la parole focalisée sur l’auditeur. Un auditeur qui « doit se faire une représentation de l’univers dans lequel s’inscrit le discours ». Il proposait alors un schéma fonctionnel à la fois pour les interactants et pour l’analyste et il écrivait : ce schéma « consiste à faire intervenir une étape intermédiaire, qui sera la mise en œuvre d’un référentiel », lequel était donné comme « un espace de représentation, ou une potentialité de représentations associées à un discours, et non pas l’ensemble lui-même de ces représentations » (Girin 2010, p. 45).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search