Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 2. Contextes de la saisie et points de vue

Chapitre VII

L’effet de fondation

Texte intégral

Un autre facteur de dépendance est susceptible d’introduire un effet de masquage important et impose une forte contrainte sur le procès de construction des connaissances et les procès de théorisation sur les phénomènes. Il s’agit de l’effet de fondation (founder effect). Je l’illustre en prenant pour exemple le cas symptomatique de la résistance initialement opposée à l’idée de la catégorisation du songhay (langue africaine parlée dans l’ouest-africain) hors de la « famille » nilo-saharienne où Joseph H. Greenberg l’avait placé sur la base de preuves notoirement insuffisantes.

1Avec cette analyse de la réception de Schuchardt j’ai souligné un aspect des contraintes contextuelles, la dépendance au mainstream, mais j’ai aussi mentionné un autre facteur de dépendance qui est pertinent comme élément d’explication des phénomènes de masquage que j’ai pointés, il s’agit de l’effet de fondation (founder effect) qui impose une forte contrainte sur le procès de construction des connaissances. En génétique, l’effet de fondation désigne le phénomène de la perte de la variance génétique qui se produit lorsqu’on fonde une population à partir d’un individu se reproduisant effectivement. La caractérisation génétique de sa descendance est alors déterminée par son patrimoine génétique particulier, qui ne correspond donc pas à l’ensemble des potentialités génétiques de la population globale dont il est issu :

  • 1 « The reduced variability of small populations is not always due to accidental gene loss, but some (...)

La faible variabilité que l’on peut trouver dans des populations restreintes n’est pas toujours la conséquence d’une perte accidentelle de gènes, elle peut être due au fait que la population dans sa totalité est issue d’un unique couple ou de la fécondation d’une seule femelle. Ces « fondateurs » de la population n’ont apporté avec eux qu’une très faible proportion de la variabilité existant dans la population dont ils sont issus. Ce principe de « fondation » explique parfois l’uniformité dans des populations plus importantes, tout particulièrement si elles sont bien isolées et proches des limites de l’espèce. (Mayr 1942, p. 237 – ma traduction)1

2En linguistique, je renvoie à la reprise que Mufwene en fait (voir 1996, 2013) :

  • 2 « The term Founder Principle […] is used […] to explain how structural features of creoles have be (...)

Le terme de principe fondateur […] est utilisé […] pour expliquer comment les traits structuraux des créoles ont dans une large mesure (mais pas exclusivement !) été prédéterminés par les caractéristiques particulières des vernaculaires parlés par les populations qui ont fondé des colonies dans lesquelles ils se sont développés. (2001, p. 28-29 – ma traduction)2

3Ici, utilisé métaphoriquement, le terme désignera la réduction de la diversité des hypothèses possibles pour l’analyse, le compte rendu et l’interprétation d’un phénomène en raison de l’existence d’un modèle initial ou d’une représentation préalable (quelle qu’elle soit) qui, par le fait qu’elle existe, va prédéterminer le processus de choix ou d’élaboration des hypothèses susceptibles d’être faites. In fine, la dynamique induite de l’effet de fondation est indissolublement inhérente à toute élaboration épistémique et j’en conclurai, sans limiter cette élaboration à la seule connaissance scientifique, qu’il est l’un des déterminants ordinaires de notre activité connaissante et catégorisante dans toute sa généralité. Il dérive à la fois de notre capacité de mémorisation et de la fonctionnalisation de ses construits, « utilitarisés » dans l’ordre épistémique. Pour illustrer cet effet de fondation, je vais me tourner vers l’histoire récente de la linguistique africaine et, dans le domaine de la recherche sur la classification généalogique des langues, je vais présenter le cas symptomatique de la résistance initialement opposée à l’idée de la catégorisation du songhay (langue africaine parlée dans la zone sahélo-saharienne) hors de la « famille » nilo-saharienne où Joseph H. Greenberg l’avait placé sur la base de preuves très insuffisantes. On verra qu’il illustre également la prégnance et la force des contraintes induites des points de vue dont je suis initialement parti.

L’apparentement du songhay

4À l’évidence, les questions concernant le songhay n’ont jamais eu vocation à mobiliser l’intérêt et l’attention des foules. La preuve en est que dès lors qu’il est envisagé de parler de ce groupe de langues, il devient nécessaire de préciser de quoi il s’agit et de le présenter très concrètement, car sa connaissance, et même son nom, ne va nullement de soi pour l’ensemble du (grand) public hors du domaine africain ; je le présente donc en quelques phrases. Pour l’essentiel, le songhay est constitué par un ensemble de langues parlées surtout au Mali, au Niger et au Bénin, principalement dans la vallée du fleuve Niger, mais aussi, très minoritairement, dans quelques lieux éloignés du sahel nigéro-malien, voire de l’Algérie ; ou encore, aux confins du Nigéria. Certaines des langues qui le constituent ont un statut de langue officielle. En ce qui concerne sa classification généalogique, avant le milieu du xxe siècle la recherche comparative n’avait pas permis d’établir un rapport indiscutable entre le groupe linguistique qu’il forme et une famille linguistique particulière. Aucune des hypothèses de rattachement avancées (langue en rapport avec le groupe des langues gur, avec la famille des langues mandé,…) n’avait pu être correctement justifiée et, par défaut, beaucoup pensaient avoir affaire à une langue isolée du point de vue généalogique. Mais bien des choses ont changé au cours de la seconde moitié de ce siècle.

  • 3 Précisons que pour la mise en évidence de certaines de ces raisons l’on pourra se référer à Nicola (...)
  • 4 Toutefois, on trouvera dans le dernier chapitre de ce volume quelques réflexions sur certains aspe (...)
  • 5 Sur ce point, on se souviendra de la remarque de Karl R. Popper (1991 [1972]) qui avait noté que « (...)
  • 6 C’est sans doute là qu’on peut trouver les raisons pour lesquelles la classification greenbergienn (...)

5Dans les années 1950-1960, le linguiste américain Joseph H. Greenberg va développer une méthodologie particulière de recherche pour mettre en évidence les apparentements généalogiques entre les langues. Sa méthode, à la différence de la méthode classique fondée sur la recherche de correspondances, est axée sur la comparaison simultanée d’un inventaire réduit de données lexicales du plus grand nombre de langues possibles, et utilise les ressemblances conjointes de forme et de sens « reconnues » entre les unités comparées pour, à partir de leur considération immédiate, proposer des rapprochements généalogiques entre les langues. L’idée – très simple – était de considérer que si les ressemblances constatées entre les langues par les linguistes ne pouvaient être ni le résultat de l’emprunt (car Greenberg prédéfinissait pour la comparaison une liste de vocabulaire fondamental qui était censée exclure l’emprunt), ni celui du symbolisme phonétique, ni celui du hasard (car, en termes de probabilités, le risque de ressemblances dues au hasard était statistiquement réduit par le fait qu’il s’agit d’une « comparaison de masse » (mass-comparison) étendue au plus grand nombre possible de langues et non pas d’une simple comparaison entre deux langues), alors, la seule justification de la ressemblance ainsi « constatée » ne pouvait être que la parenté généalogique ! Une telle approche est exemplifiée avec la parution en 1963 d’un ouvrage qui propose une classification généalogique de l’ensemble de toutes les langues africaines. Après avoir été contestée, cette classification finit par être acceptée pour des raisons diverses qu’il serait intéressant d’étudier en détail3, mais qu’il serait démesuré de développer extensivement dans le cadre de cet ouvrage4 (croyance en sa validité, acceptation « en attendant mieux », attente « neutre et pragmatique »5, etc.) ; et cela, au point de devenir la référence dans l’ensemble de la communauté des spécialistes et au-delà… De fait, cette classification, qui a l’avantage de ne pas « laisser de reste(s) » et donc de regrouper l’ensemble de toutes les langues du continent dans quatre macro-familles en supprimant ainsi le syndrome de la « tache blanche » avec la disparition des langues isolées, n’est pas très éloignée dans ses résultats affichés de ce que les classifications précédentes avaient établi6. Cependant, elle innove sur quelques points, et tout particulièrement en créant une famille nilo-saharienne qui regroupe des langues parlées dans les régions du Haut-Nil et du Haut-Chari, mais qui inclut aussi le songhay. Pour la suite, si l’on s’intéresse à l’effet de fondation, la temporalisation des hypothèses envisagées devient essentielle. Voici la synthèse des étapes.

6Avant 1963, l’apparentement généalogique du songhay est encore non défini. En 1963, l’hypothèse du songhay comme langue appartenant à la famille nilo-saharienne est introduite par Greenberg. Cette hypothèse s’appuie sur un ensemble particulièrement faible de preuves linguistiques et assez rapidement (cinq ans plus tard) une première mise en question de cette hypothèse de rattachement du songhay au nilo-saharien par le linguiste français spécialiste du peul Pierre-Francis Lacroix (1971 [1969]) est publiée, sans avoir beaucoup de résonance, car le songhay n’est pas l’une des langues sur lesquelles travaillent beaucoup de chercheurs. Par ailleurs, la communauté africaniste, plutôt orientée vers la description pratique des langues que vers la réflexion théorique et les raffinements méthodologiques, semble être fatiguée d’une décennie de controverses nées de l’émergence de cette méthodologie de Greenberg, qui, globalement, ne remet pas en cause l’essentiel des acquis antérieurs dans le domaine de la classification des langues. La situation est la suivante :

  • Indépendamment de la critique de sa méthodologie, les résultats de l’approche de Greenberg finissent par avoir force de loi à l’intérieur de la communauté des linguistes africanistes et au-delà. Ces résultats font donc désormais référence.
  • La famille nilo-saharienne qui est l’une des créations de Greenberg est globalement acceptée dans le milieu, car elle permet de rassembler plusieurs ensembles de langues qui de toute évidence semblent bien être liés par des parentés généalogiques.
  • Le songhay n’est étudié pour lui-même que par un très petit nombre de chercheurs7 (plutôt jeunes à l’époque). Son apparentement n’est pas mis en question par l’ensemble des autres chercheurs africanistes (plutôt bien installés dans l’establishment académique) qui, n’en étant pas spécialistes et ayant accepté la méthode et les résultats de Greenberg, œuvrent dans le sillage de cette hypothèse et orientent leurs travaux vers la classification interne du nilo-saharien, donné pour acquis et appréhendé dans sa généralité. C’est tout particulièrement le cas des comparatistes américains Lionel M. Bender et Christopher Ehret.

7Dès lors, on conçoit que, dans l’état de stabilité atteint, toute nouvelle hypothèse tendant à remettre en question le rattachement d’une langue à l’une ou l’autre des familles de langues ainsi établies aura des chances de se heurter à des résistances particulièrement tenaces. C’est ce qui s’est produit.

  • 8 Il est bien évidemment impossible ici de présenter au lecteur intéressé les détails et les justifi (...)

8Une génération plus tard, alors que les chercheurs qui travaillent sur l’organisation interne du nilo-saharien continuent (sans que leurs résultats s’accordent jamais) à proposer des arborescences de langues incluant toujours quelque part dans leurs « branches » un « rameau » correspondant aux langues songhay, une hypothèse – externe – sera proposée. Elle tranchera en mettant radicalement en question l’apparentement du songhay pour le situer non seulement en dehors de « l’arborescence nilo-saharienne », mais encore pour le considérer comme le résultat d’un mixage entre des langues appartenant à des familles linguistiques n’ayant aucun lien généalogique avec quelque langue nilo-saharienne que ce soit8. Ce qui n’est pas neutre, car, dans ce cas d’espèce, cela revient à mettre en question la validité de la référence au modèle généalogique, et donc sa capacité à être le modèle de référence pour rendre compte de l’évolution des langues, en général. Et cela, au-delà de la question particulière de l’apparentement généalogique du songhay, est susceptible de mettre en doute les présupposés de la méthodologie de Greenberg qui – par ailleurs – ne diffèrent pas des présupposés propres à la méthode comparative classique ou, à tout le moins, de sa vulgate.

9En conséquence, une situation nouvelle est créée qui oppose une approche d’establishment, assurée de ses arrières, pour laquelle le modèle arborescent est assumé comme légitime pour rendre compte de l’évolution des langues (et conséquemment le travail effectué dans ce cadre vise à renforcer cette hypothèse), et une approche d’outsider pour laquelle le modèle arborescent n’a pas nécessairement force de loi (et le travail effectué dans ce cadre vise d’une part à questionner les données censées confirmer l’hypothèse nilo-saharienne et d’autre part à analyser les phénomènes de contact entre le songhay et les langues de son voisinage). Il s’avère donc que l’hypothèse introduite en outsider sur l’apparentement du songhay ne peut pas se définir comme le simple aménagement de l’hypothèse nilo-saharienne de Greenberg, qu’elle ne peut que heurter de front l’hypothèse antérieurement posée, quelles que soient par ailleurs la qualité et l’importance du travail effectué sur les données empiriques.

  • 9 Par exemple, on trouvera la définition suivante sur le site bien connu de Wikipedia : « Le songhaï (...)

10J’ai introduit le terme effet de fondation pour désigner la réduction de la diversité des hypothèses possibles pour l’analyse, le compte rendu et l’interprétation d’un phénomène en raison de l’existence d’un modèle initial ou d’une représentation préalable (quelle qu’elle soit) qui, par le fait de leur existence, vont contraindre et prédéterminer le processus de choix ou d’élaboration des hypothèses susceptibles d’être subséquemment envisagées. Ici, l’hypothèse de Greenberg joue ce rôle. En tant qu’elle a introduit une représentation préalable autorisée de l’apparentement du songhay, mais aussi en tant qu’elle l’a assurée sur le plan idéologique et social de la reconnaissance académique a priori, elle aura bien évidemment prédéterminé l’ensemble des recherches qui auront été faites dans sa lignée. Corrélativement, elle aura bloqué – un temps – le développement d’hypothèses alternatives et promu sa pérennité9 dans le domaine de la « science froide » ou de « la science toute faite » – au sens de Bruno Latour (1989 [1987], p. 4) opposant deux visions de la science « aussi différentes l’une de l’autre que les deux faces de Janus : l’une est informelle et vivante, l’autre est austère ». Cette « science toute faite », refroidie, est nettement distinguée de « la science en train de se faire » et contribue, en retour, à la stabilisation de la doxa. Ce sont là deux aspects de la même dynamique.

11Naturellement ce même déroulement peut être invoqué en ce qui concerne la réception de l’approche de Schuchardt que j’ai précédemment présentée. Dépendance au mainstream et effet de fondation fonctionnent conjointement. Enfin, last but not least, cet excursus peut gagner à être mis en regard des réflexions de Feyerabend (1979 [1975]) sur ce qu’il appelle la condition de compatibilité (consistency condition) lorsqu’il avance :

  • 10 « [The consistency condition] eliminates a theory or a hypothesis not because it disagrees with th (...)

[La condition de compatibilité] élimine une théorie ou une hypothèse non parce que celle-ci ne s’accorde pas avec les faits, mais bien parce qu’elle ne s’accorde pas avec une autre théorie ; une théorie qui, pourtant, partage avec elle les exemples qui la confirment. De sorte qu’elle fait de la partie non encore vérifiée de l’ancienne théorie une mesure de validité. La seule différence entre une telle mesure et la théorie plus récente réside dans l’âge et la familiarité. Si la théorie plus récente s’était trouvée là en premier, alors, la condition de compatibilité aurait joué en sa faveur. (1979, p. 33, traduction Baudoin Jurdant et Agnès Schlumberger)10

Notes

1 « The reduced variability of small populations is not always due to accidental gene loss, but sometimes to the fact that the entire population was started by a single pair or by a single fertilized female. These “founders” of the population carried with them only a very small proportion of the variability of the parent population. This “founder” principle sometimes explains even the uniformity of rather large populations, particularly if they are well isolated and near the borders of the range of the species. »

2 « The term Founder Principle […] is used […] to explain how structural features of creoles have been predetermined to a large extend (though not exclusively !) by characteristics of the vernaculars spoken by the populations that founded the colonies in which they developed. »

3 Précisons que pour la mise en évidence de certaines de ces raisons l’on pourra se référer à Nicolaï (2000).

4 Toutefois, on trouvera dans le dernier chapitre de ce volume quelques réflexions sur certains aspects de cette question.

5 Sur ce point, on se souviendra de la remarque de Karl R. Popper (1991 [1972]) qui avait noté que « le plus souvent, les scientifiques ne prétendent ni que leurs conjonctures sont vraies, ni qu’ils les “connaissent” au sens subjectif de “connaître” [voir “deuxième monde”], ni qu’ils y croient. En général ils ne prétendent pas à la connaissance, mais, quand ils développent leurs programmes de recherche, ils agissent en s’appuyant sur des suppositions concernant ce qui est et ce qui n’est pas fécond, pour savoir quelle ligne de recherche promet de nouveaux résultats dans ce troisième monde de la connaissance objective. Autrement dit, les scientifiques agissent sur la base d’une supposition ou d’une croyance subjective qui porte sur ce que promet le prochain développement dans le troisième monde de la connaissance objective » (1991, p. 188, traduction Jean-Jacques Rosat) ; « scientists very often do not claim that their conjectures are true, or they know them in the subjective senses of know, or they believe in them. Although in general they do not claim to know, in developing their research programmes they act on the basis of guesses about what is and what is not fruitful, and what line of research promises further results in the third world of objective knowledge » (1972, p. 111).

6 C’est sans doute là qu’on peut trouver les raisons pour lesquelles la classification greenbergienne a été acceptée malgré ses défauts, car il s’agit d’une méthodologie particulièrement puissante quant à sa capacité à figer les présupposés qui déterminent la réflexion critique sur ce qu’elle construit sur le plan épistémique. Une méthodologie qui permet – trivialement – de retrouver la plupart des résultats déjà obtenus en raison de l’importance des ressemblances attestées et évidentes dans les cas non problématiques (on vérifie que ce qu’on trouve par cette méthode corrobore ce qu’on sait déjà par l’application d’une autre méthode), ce qui est toutefois insuffisant pour garantir sa validité et son pouvoir heuristique dans les cas litigieux. À la limite, à données identiques, c’est un jeu – éventuellement addictif – sur la capacité d’interprétation et la subjectivité du linguiste qui se manifeste. Un linguiste qui, s’instituant deus ex machina de l’évolution, est à la fois juge et partie puisqu’il est à la fois l’« évaluateur de la ressemblance » et le « maître de l’hypothèse ». C’est ainsi qu’en n’introduisant que peu de questionnements sur ce qu’elle fait, et en n’ayant aucune exigence qui non seulement serait susceptible de mieux justifier l’utilisation du lexique, mais encore, permettrait d’approfondir nos connaissances théoriques, cette méthode conduit de facto – par excès de simplification – à réifier les outils qu’elle se donne et à obscurcir la problématique qu’elle se propose de traiter. Cela, naturellement, n’empêche pas de produire des résultats, de proposer des hypothèses qui, de par leur nature, n’ont pas vocation à être falsifiées (voir Nicolaï 2000).

7 De fait, faut-il vraiment l’avouer ?… Un « petit nombre » réductible à l’unité !

8 Il est bien évidemment impossible ici de présenter au lecteur intéressé les détails et les justifications de ces hypothèses sur le songhay et les petites controverses liées. Toutefois, je peux préciser trois références : Nicolaï (1990), qui présente le premier état de l’hypothèse ; Nicolaï (2003), qui développe, affine et discute en détail l’ensemble de la question ; Nicolaï (2009), qui propose une hypothèse partiellement historicisée concernant l’ensemble de la diversification du songhay dans la zone sahélo-saharienne.

9 Par exemple, on trouvera la définition suivante sur le site bien connu de Wikipedia : « Le songhaï (soŋay en langue songhaï) ou sonrhaï est une langue nilo-saharienne parlée par 3 millions de locuteurs dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. » En ligne : [https://fr.wikipedia.org/wiki/Songhaï_(langue] (consulté le 10 novembre 2015).

10 « [The consistency condition] eliminates a theory or a hypothesis not because it disagrees with the facts ; it eliminates it because it disagrees with another theory, with a theory, moreover, whose confirming instances it shares. It thereby makes the as yet untested part of that theory a measure of validity. The only difference between such a measure and a more recent theory is age and familiarity. Had the younger theory been there first, then the consistency condition would had worked in its favour » (1993 [1975], p. 25).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search