Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 2. Contextes de la saisie et points de vue

Chapitre V

Où suis-je ?

Note de l’auteur

Ce chapitre et le suivant reprennent sous une forme sensiblement modifiée le contenu d’un article intitulé : « À propos de Schuchardt, du mélange des langues et du contact. Points de vue, masquages et évitements » (Nicolaï 2014a).

Texte intégral

Nous abordons ici la question générale des modalités de la saisie des objets et de l’importance des points de vue pris comme cadres nécessaires de nos constructions épistémiques en tant qu’ils actualisent une pré-théorie naïve pour la saisie de ces objets. Après la mention de la réflexion de Saussure sur le point de vue, je propose une présentation synthétique du procès de la saisie épistémique des objets du monde et je mets en évidence le phénomène de rémanence qui s’impose, ainsi que les effets de masquage qu’il peut introduire. Je retiens l’exemple de la saisie du contact des langues et des difficultés induites dans cette saisie en rapport avec ce phénomène de rémanence d’un point de vue précédent majoritairement admis.

  • 1 Il est intéressant de constater que ces deux dimensions ne semblent pas renvoyer directement à que (...)
  • 2 Ce qui, en raison de l’importance de sa dimension sociale, nous renvoie aux deux notions corrélées (...)

1Les deux dimensions déterminantes dans l’orientation de nos élaborations épistémiques que sont la dépendance au mainstream et l’effet de fondation1 sont interdépendantes même si, intellectuellement, l’on peut envisager de les distinguer. En tant que précontraintes, elles interagissent conjointement pour conforter, stabiliser, labelliser, confirmer ou refuser les connaissances construites ou en construction dans l’ensemble des domaines où notre activité épistémique se manifeste2.

2Ce qui va suivre a pour objectif de montrer quelques effets sociaux, scientifiques et idéologiques, le plus souvent conjoints et interdépendants, qui témoignent de l’impact de ces contraintes, considérées comme les contextes coextensifs de notre travail de compréhension et de construction épistémique. Pour cela je vais continuer à m’intéresser au domaine des sciences du langage et à l’activité du linguiste. Je prospecterai plus particulièrement la thématique du contact dans les langues qui, selon les époques et les présupposés des chercheurs, a été considérée soit comme un facteur perturbant, voire comme ce qu’il convenait de masquer et d’exclure de l’analyse ; soit à l’inverse, comme un principe explicatif majeur qu’il importait de mettre en évidence et de prendre en considération. Autant de positions contrastées qui font de cette thématique du contact un objet d’étude intéressant. Une telle approche qui concerne non pas un phénomène, mais sa saisie demande toutefois une prise de distance et suppose que nous fassions un pas de côté afin que, conséquence de cette mise hors champ, l’on puisse mieux percevoir les effets de contexte, et donc les points de vue qui vont conditionner nos analyses et nos interprétations. Les notions de contexte et de point de vue vont ainsi de pair. Toutefois le point de vue renverra plutôt à la sélection (volontaire ou non) d’un contexte d’action donné, et donc à la prise en considération de l’activité des acteurs (descripteurs, analystes, etc.) tandis que le contexte retient davantage la considération de l’état de fait, et renverra donc davantage à une focalisation sur les phénomènes objectivés. Pour ces raisons, je vais commencer par m’intéresser à la question des points de vue.

La question des points de vue

3La réflexion sur la notion de point de vue est ancienne. Rappelons, par exemple, l’article « Encyclopédie » rédigé par Diderot pour l’Encyclopédie (1751-1772) :

L’univers soit réel soit intelligible a une infinité de points de vûe sous lesquels il peut être représenté, et le nombre des systèmes possibles de la connoissance humaine est aussi grand que celui de ces points de vûe.

4Il continue ensuite – comme il se devait – par le point de vue de Dieu omnipotent : « Le seul, d’où l’arbitraire seroit exclu, c’est […] le système qui existoit de toute éternité dans la volonté de Dieu. »

5Mais chez beaucoup de linguistes de ma génération – tout particulièrement européens – la référence au point de vue est connotée et nous renvoie à Ferdinand de Saussure énonçant : « Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet, et d’ailleurs rien ne nous dit d’avance que l’une de ces manières de considérer le fait en question soit antérieure ou supérieure aux autres » (2002, p. 23), même s’il y a lieu de penser qu’en son temps, il ne fut évidemment pas le seul à y avoir réfléchi. En effet, l’on sait que d’autres linguistes de la même époque, mais moins connus du grand public, tel Hugo E. M. Schuchardt, ont également reconnu l’importance de cette notion de point de vue sans pour autant la référer exactement à la même chose. Par exemple, la perception du point de vue selon Schuchardt (2011b [1917b]) est sensiblement différente de celle de Saussure :

  • 3 « Ferner möge man nicht mit der Satzfrage beginnen : gehört die Sprache a zum Sprechstimme A oder (...)

[…] qu’on évite de commencer par la question fermée « Est-ce que la langue a appartient à la branche de langues A ? », pour commencer par la question ouverte « à quoi appartient a ? ». Mais nous ne sommes jamais limités d’emblée à deux possibilités. On connaît les paravents plissés, qui offrent à celui qui se tient à gauche une tout autre image qu’à celui qui se tient à droite. (2011b, p. 181)3

  • 4 « Nun gibt es Systeme die schon fertig in den Dingen liegen und von uns nur entdeckt werden, und S (...)

6Ainsi, pour Schuchardt, si le point de vue orientait notre saisie de l’objet en déterminant sa catégorisation et la représentation que nous en avons, si la réflexion à son sujet s’accompagnait aussi bien de considérations sur la modalité de la question (ouverte ou fermée) et les clôtures résultantes que sur une défiance envers les choix binaires, à la différence de Saussure il n’affirmait pas que le point de vue créait l’objet : il déterminait seulement sa description. Plus classiquement donc, l’objet existait, empiriquement, en lui-même et par lui-même : « Il y a […] des systèmes qui, déjà parfaitement inscrits dans les choses, n’attendent que d’être découverts par nous et des systèmes que nous forgeons pour les plaquer sur les choses » (2011a, p. 141)4, notait-il, en comparant l’approche de de Saussure dans son Mémoire sur le système primitif des voyelles de 1878 et les positions ultérieurement développées dans le Cours de linguistique générale. Conséquemment, Saussure et Schuchardt ne considéraient pas le même type d’objet et la modalité de saisie des phénomènes qu’ils décrivaient était incommensurablement différente puisque, pour Schuchardt :

  • 5 « Dennoch hat Saussure nicht mit dem richtigen Anfang angefangen, nämlich nicht mit der einzigen k (...)

Saussure n’a pas commencé par le véritable commencement, c’est-à-dire par la seule représentation concrète qui s’offre ici à nous, celle de la langue de l’individu ; la langue prise en bloc est quelque chose d’abstrait, tout comme l’âme en bloc face à l’âme individuelle. Il inverse l’ordre naturel. (Ibid.)5

  • 6 Dans Écrits de linguistique générale (Saussure 2002), les développements sur cette question sont l (...)

7Cela dit, pour l’un comme pour l’autre, qu’il crée l’objet ou qu’il le détermine, le point de vue constituait nécessairement le contexte de ce qu’il permettait de percevoir. Mais retournons vers l’énoncé saussurien6. Le point de vue crée l’objet, certes, mais évidemment pas l’objet empirique ; il concerne seulement une représentation de cet objet fondée sur la base d’un état de connaissance préexistant. Ainsi, le point de vue ne crée pas les objets du monde, il crée uniquement un modèle des objets du monde selon une pertinence fournie a priori, et le cadrage qu’il impose et propose constitue le contexte de saisie – définitoire et contraignant – de cette représentation. Sa validité empirique – disons plutôt, son efficace – dépend de son adéquation aux caractéristiques données comme allant de soi ou à celles explicitement retenues dans les (ou extraites des) objets du monde auxquels il est appliqué. C’est pourquoi s’intéresser au point de vue sur le plan de la seule empiricité des phénomènes qu’il permet de décrire est sans doute une erreur.

8On retient de ces remarques que les points de vue actualisent une pré-théorie naïve qui caractérise et délimite ce qui devient son objet en permettant de l’extraire de (ou de le dessiner dans) l’espace phénoménal qui le contient en puissance. Cela ne veut pas dire que cet espace phénoménal n’est pas déjà structuré et organisé, cela veut seulement dire qu’il n’est évidemment pas analysé selon le point de vue considéré. En conséquence, les premières entités, dont le savant en général (ici le linguiste) s’occupe à partir du point de vue qu’il se choisit, résultent de cette saisie initiale et fondatrice, tandis que les principes et modes d’approche explicités qu’il en dérivera vont constituer sa « théorie », contextualisée par son point de vue, et contribuer à permettre une connaissance et une analyse des objets ainsi créés. La théorie est son outil. Il construit son outil dans le contexte prédéfini par son point de vue, et il n’y a évidemment pas de saisie ou de construction possible d’entités linguistiques à partir de la seule observation directe des données empiriques, car les positivités apparemment données et disponibles ne prennent sens qu’à travers le crible du point de vue qui les aura fait naître : leur contexte.

9Dès lors, la question se pose de la définition et de la discussion des points de vue comme définisseurs de contexte et comme manifestations fondatrices et essentielles de l’élaboration théorique. Dans quel cadre et dans quel espace cette discussion trouve-t‑elle sa place ? Ce qui devient pertinent, ce n’est plus seulement la focalisation sur ce que seront l’objet-langue et les faits de langue – quelles que soient leur nature et la clôture de leur saisie – censés être objectivés par le point de vue et saisis dans leur immanence ; ce qui devient pertinent, c’est une élaboration complexe qui, en amont, lie le linguiste aux empiricités (situées hors champ dans un espace phénoménal), lesquelles justifient la manifestation (en aval) des faits de langues construits (projetés dans un espace épistémique) que le linguiste structure et dont il se propose de rendre compte dans le même temps qu’il l’élabore à travers son point de vue (immanent à l’approche). Un point de vue qui lui permet encore et toujours de saisir ou de construire les faits de langue en tant qu’objets de recherche, dans un bouclage continu.

10On peut schématiser l’ensemble de ce procès – qui n’est évidemment pas spécifique à la linguistique et qui, comme on le constate, nous inclut en tant que « créateurs de connaissance » tout en nous liant au monde – en considérant l’existence de deux domaines corrélatifs et cofondés dans une interaction continue. D’une part un domaine α, préalable à la construction épistémique en cours d’élaboration, organisé autour de l’articulation entre le descripteur-analyste (le linguiste) et les données qu’il appréhende dans l’espace phénoménal (non encore caractérisé par le point de vue que ce descripteur-analyste va imposer) qu’il en vient à considérer. D’autre part un domaine β intérieur à la construction épistémique considérée ou en cours d’élaboration, organisé autour de l’articulation entre un point de vue imposé et les faits de langue qu’il permet de faire apparaître : une construction contextualisée.

Schématisation et synthèse du projet et procès de la saisie épistémique

Schématisation et synthèse du projet et procès de la saisie épistémique

11Le domaine α est concerné par les conditions d’existence d’un projet de construction épistémique, le domaine β est celui de la détermination de l’objet dépendant du point de vue dans le procès de construction épistémique en cours. Les deux domaines ne peuvent pas exister l’un sans l’autre. Dès lors, le descripteur-analyste est à la fois intérieur et extérieur à son objet d’étude, indépendamment de la tendance sollicitée par toute idéologie scientifique qui vise à se focaliser sur l’objectivation, et donc à retenir (magnifier) le domaine β au risque choisi (aux dépens) du masquage du domaine α.

12Se manifeste ainsi un jeu entre masquage implicité et présentation explicitée. Notons aussi que la présentation que je retiens ici n’implique pas que ce qui est pointé ait une réalité indépendante en soi hors du système qui, dans le hic et nunc, légitime le point de vue. Ce qui est pointé renvoie à des construits (élaborés dans des situations qui sont toujours potentiellement contrefactuelles). Leur rapport à une réalité donnée et indépendante n’est évidemment pas défini et l’étude de cette question relève d’un autre domaine de connaissance.

13Par ailleurs, parler d’un lieu de présentation revient à envisager un lieu dans lequel l’évidence et la reconnaissance des choses résultent du fait que cela se montre/manifeste, que cela se donne à voir… depuis le point de vue considéré ! Mais sans plus. Autrement dit, sans masquage. Et, ainsi que je viens de le préciser, la nature intrinsèque de ce qui est pointé n’est pas posée a priori.

La rémanence des points de vue

14Reconnaître la nécessité d’un point de vue pour introduire à toute construction épistémique est une chose. Mais une fois celui-ci défini et retenu, sachant que l’objet décrit/construit en procède et n’a pas d’existence nécessaire en soi, peut-on en changer ? Comment en changer ? Comment contextualiser différemment la saisie des phénomènes ? Quelles sont les incidences du changement ? La question sous-jacente sera celle de la rémanence du point de vue choisi (c’est-à-dire la permanence du souvenir d’une précédente contextualisation). J’entends par rémanence l’incidence du choix initial sur la description des phénomènes, quels que soient les choix ultérieurs ; c’est-à-dire l’effet de forçage induit par le cadre de référence initial dans la reconnaissance, l’appréhension, la définition, et in fine la caractérisation, d’un objet initialement mis en forme par l’application de ce point de vue, après même qu’on a décidé d’en changer et de l’abandonner. Elle correspond à un travail sur la restructuration des points de vue (une réorganisation des contextualités, et donc des frontières) et fonctionne au niveau des présupposés et des a priori. Or ceux-ci sont déterminants et contraignants dans toutes nos constructions épistémiques, scientifiques ou non.

15Sur cette question de la rémanence, on peut encore citer Saussure qui interroge :

Après avoir dénommé un certain objet, livré le point de vue A, qui n’a d’existence absolument que dans l’ordre A, et qui ne serait pas même une chose délimitée hors de l’ordre A, il est permis peut-être (dans certains cas) de voir comment se présente cet objet de l’ordre A, vu selon B. À ce moment est-on dans le point de vue A ou dans le point de vue B ? Régulièrement il sera répondu qu’on est dans le point de vue B ; c’est qu’on a cédé une fois de plus à l’illusion des êtres linguistiques menant une existence indépendante. La plus difficile à saisir […] des vérités linguistiques est de comprendre qu’à ce moment on n’a pas cessé de rester fondamentalement dans le point de vue A, du seul fait qu’on fait usage d’un terme de l’ordre A, dont la notion même nous échapperait selon B. […] C’est ainsi qu’on ne cesse en linguistique de considérer dans l’ordre B des objets a qui existent selon A, mais pas selon B ; dans l’ordre A des objets b qui existent selon B, mais pas selon A, etc. (2002, p. 23)

  • 7 La linguiste américaine Carol Myers-Scotton, spécialiste et théoricienne dans le domaine de l’alte (...)

16Nous voici donc introduits dans un jeu où, étant posé que toute saisie résulte de l’application d’un point de vue qui l’autorise, toute modulation ultérieure ou tout changement de point de vue reste conditionné par ce point de vue initial qui, en quelque sorte, se cristallise sinon en paradigme kuhnien, censé correspondre à la modalité stable de saisie scientifique qui régit la science normale d’une époque, du moins en style de pensée au sens de Fleck ; ce qui se conçoit dans la mesure où c’est ce point de vue initial qui, au sens frégéen, a donné l’objet saisi. Il en est de ce fait la seule référence et l’on ne sort donc pas de ce point de vue initial, sauf à faire la nécessaire et difficile remise en question de sa rémanence, ce qui suppose sinon un saut, du moins de se placer de côté, de faire un effort de distanciation envers nos systèmes de repérage et nos choix de points de vue. Le point de vue est ainsi le nécessaire cadre de nos constructions épistémiques, mais, dans le même temps, il se constitue en obstacle épistémologique potentiel pour cette construction épistémique en prédéterminant « ce qu’il y a à voir »7 !

Le réel n’est jamais « ce qu’on pourrait croire », mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser. La pensée empirique est claire, après coup, quand l’appareil des raisons a été mis au point […]. En fait, on connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites, en surmontant ce qui, dans l’esprit même, fait obstacle à la spiritualisation. (Bachelard 1971 [1938], p. 13-14)

17Nous nous rapprochons ainsi des considérations sur les effets de la métaphore que j’ai illustrés au précédent chapitre.

  • 8 Voir également Nicolaï (1993) et infra, chapitre 6, « L’impossible rémanence » et l’idée de princi (...)
  • 9 Hum ! Bien évidemment, à défaut d’avoir songé au sixième moyen envisagé par Cyrano de Bergerac pou (...)

18Cela – heureusement – ne rend le point de vue indépassable que dans la clôture paradoxale8 d’une logique à la Zénon d’Élée. Enfin, de façon plus imagée, on aura noté que le point de vue quel qu’il soit est à la fois le nécessaire chemin et l’inévitable ornière dont il est impossible de se dégager, car, sans en être constitutive, l’ornière est irrémédiablement liée au chemin. Toutefois, avec, certes, un peu d’effort et un minimum de réflexivité sur nos pratiques, l’on peut – malgré tout – se sortir des ornières ! C’est probablement là une autre façon de se « hisser par les cheveux » selon l’intéressante image de Karl R. Popper (1991 [1972]) qui avait dû, sans aucun doute, lire avec intérêt le récit des aventures du baron de Münchhausen9 :

  • 10 « This is how we lift ourselves by our bootstraps out of the morass of our ignorance ; how we thro (...)

C’est ainsi que nous nous sortons nous-mêmes du marécage de notre ignorance en nous hissant par les cheveux ; c’est ainsi que nous lançons une corde en l’air pour y grimper – pourvu que la moindre petite branche offre quelque prise, si précaire soit-elle. (1991, p. 235, traduction Jean-Jacques Rosat)10

La logique induite dans la perspective classique

19Il y a des domaines plus favorables que d’autres pour l’étude du contact. La question de l’évolution des langues ressortit à cette catégorie de domaines favorables et elle est sans doute l’une des plus travaillées. C’est effectivement en rapport avec elle que beaucoup de recherches contemporaines sur le contact se sont développées ; il s’agit alors d’apprécier l’importance et la place du contact en rapport avec le changement linguistique tel qu’il est abordé aujourd’hui à travers les études descriptives qui se donnent pour but de rendre compte de la transformation des langues. L’arrière-plan est souvent celui de la linguistique historique et diachronique et la question des modalités de l’évolution des langues et du changement linguistique induit par le contact est au centre (contact-induced change). Dès lors, l’une des premières questions posées a été celle de la distinction entre facteurs externes et facteurs internes dans le changement linguistique, laquelle n’est pas récente ; ainsi au siècle dernier, Antoine Meillet (1958 [1918]) s’intéressait déjà à la distinction entre changements internes et changements externes tandis que le linguiste André Martinet (1975 [1946]) opposait les changements indigènes aux changements propagés. Cela se situait dans une perspective où, en raison de l’idéologie induite de la métaphore de l’évolution arborescente des langues dans un cas et du développement des axiomes structuralistes dérivés de la métaphore du système dans l’autre, le mainstream linguistique (ou la vulgate) de l’époque présupposait comme étant la norme qu’une évolution des langues était déterminée essentiellement – sinon uniquement – par les pressions structurales, tandis que les effets résultant du contact et les déterminismes sociaux, qui ne pouvaient cependant pas être niés, étaient relégués au second plan en tant qu’éléments explicatifs. Ces effets étaient donc reconnus, mais ils n’étaient considérés que comme des facteurs secondaires, marginaux sinon perturbants, que – dans le meilleur des cas – il convenait d’identifier pour mieux les isoler par des méthodes appropriées. Cela, afin qu’on puisse saisir dans leur « évidence » aussi bien les états successifs de l’évolution des langues que les dynamiques de leurs transformations… telles qu’on les avait imaginées a priori à travers le modèle du moment.

20Mais, sans doute en raison d’autres considérations, le modèle du moment étant devenu l’objet d’une évidente usure, il ne pouvait plus répondre correctement à beaucoup de questions. Sans être relégué ni rejeté – vu son poids d’image –, il finit donc par laisser apparaître en contrepoint d’autres propositions susceptibles de rendre compte d’un ensemble de phénomènes qui avaient été jusqu’alors laissés pour marginaux, sinon aveuglés. C’est ainsi qu’à partir de l’ouvrage de deux linguistes américains, Sarah G. Thomason et Terrence Kaufman (1988), qui a fait date en ce qui concerne le développement (et surtout la popularité) de la réflexion sur l’évolution des langues, s’est affirmée une direction de recherche bien installée aujourd’hui, qui donne droit de cité aux études sur les contacts et les mélanges de langues, relativise l’idéologie de l’évolution arborescente et a fini par aboutir à un courant d’étude sur la linguistique de contact (contact linguistics), lequel semble finalement avoir acquis ses lettres de noblesse académiques. Nous avons donc désormais affaire à une constitution disciplinaire bien établie – volontariste ou de fait – qui est attestée à la fois par la transformation et la montée en puissance des questionnements concernant le contact des langues, l’accroissement des recherches qui le prennent en compte et, corrélativement, par l’importance croissante de l’investissement humain et financier dont il fait l’objet au sein de l’establishment académique. Dès lors, le changement induit par le contact (contact-induced change) est devenu un champ de recherche en lui-même.

  • 11 Entendons par « rationnellement » : selon une dynamique de création de connaissances qui vise à ét (...)

21Cette évolution conceptuelle n’implique cependant pas que les points de vue sur la nature des langues et du langage se soient complètement transformés, car, ainsi que je l’ai précédemment suggéré, il y a toujours un effet de ce que j’ai nommé la rémanence des points de vue ; entendons par là que ceux-ci se sont effectivement modifiés, mais qu’ils ne l’ont été qu’à partir des positions anciennes qui conservent une force d’aménagement pour préserver une partie non négligeable de leur initiale prégnance dans les constructions épistémiques en cours d’élaboration. Après cette reconnaissance de l’importance et de l’effet du contact, les langues continuent, pour les spécialistes, à être globalement dotées d’un dedans et d’un dehors, quand bien même la surface frontière serait devenue différentiellement poreuse. Ainsi, l’évolution conceptuelle est suffisamment importante pour avoir largement ouvert à la considération que les changements linguistiques ne résultaient sans doute pas d’une unique source et pour, selon ce changement de perspective, introduire rationnellement11 à toute une série de nouveaux questionnements qui visent à apprécier les effets et les modalités du contact dans la dynamique évolutive de ces langues toujours appréhendées – effet de la rémanence ! – dans la perspective de leur unité intrinsèque. Soit donc des questionnements fondamentaux tels que :

  • Dans le changement linguistique, les facteurs déterminants sont-ils sociaux ou linguistiques ?
  • Des contraintes linguistiques absolues s’exercent-elles sur le changement linguistique ?
  • Le degré d’intégration linguistique des unités à l’intérieur d’un paradigme est-il un facteur déterminant pour le changement linguistique ?
  • Le degré, le type et l’importance du contact déterminent-ils le niveau et les types de changement possibles ?
  • Peut-on prédire si un changement induit par le contact va se produire ?
  • Des facteurs sociaux identiques sont-ils susceptibles d’induire un même type de changement linguistique ?
  • Comment prouver qu’un changement linguistique autre que lexical est induit par le contact ?
  • Quand pouvons-nous nous attendre à ce qu’un changement typologique résulte du contact ?
  • Le contact entre des langues très proches ou entre les dialectes d’une même langue a-t‑il des effets différents que le contact entre des langues typologiquement très éloignées ?

22Ces questionnements sont aujourd’hui ordinaires et récurrents. Ils émergent en vagues, se court-circuitent et se recoupent dans un mainstream en cours de consolidation. Ils contribuent à structurer un nouveau domaine de recherche articulé autour de nouveaux objets empiriques et de concepts spécifiques susceptibles de baliser un espace épistémique reconstruit pour l’occasion, tout en conservant la pertinence de la distinction entre le dedans et le dehors de la langue, et sans pour autant la rapporter à une modélisation métaphorique.

23Corrélativement, dans la mesure où cette modification de point de vue met en évidence la dimension sociolinguistique du changement et l’importance des plurilinguismes sociétaux comme celle des bilinguismes individuels, des champs de recherche en rapport vont se développer, d’autres terrains et d’autres problématiques vont s’ouvrir au-delà de la question de l’évolution des langues et des questionnements « logiquement » induits. Il n’est pas nécessaire d’entrer plus en détail dans l’inventaire des pertinences nouvelles et des directions de recherches qui en ont été dérivées, car on peut trouver aujourd’hui un nombre suffisamment important d’ouvrages de synthèse pour qu’il soit aisé de s’y référer. Entre autres références académiques bien connues, je citerai ceux de Raymond Hickey (2010), Donald Winford (2003), Sarah G. Thomason (2001). Et pour un aperçu très cursif des perspectives ouvertes, l’on peut aussi consulter – pourquoi pas ! – l’un de mes travaux (Nicolaï 2012a), tout au moins dans sa très brève première partie.

Les bas-côtés du mainstream

24Une idéologie des plus stables du monde d’aujourd’hui, malgré toutes ses métamorphoses et ses remises en cause, est de supposer que dans tous les domaines que l’activité dite scientifique tend à recouvrir – incluant donc celui des sciences humaines et sociales – il y a une continuité évolutive qui renvoie à la notion de progrès. C’est probablement cette idéologie-là qui, naïvement, conduit souvent à présupposer la linéarité et la croissance qualitative continue de nos connaissances. Selon elle, nous découvrons le monde qui, dans cette progression ininterrompue, se livre à nous à travers notre travail assidu de recherche, franchissant plus ou moins rapidement – sauf « conditions catastrophiques » ou « regrettables dérives » ainsi qualifiées dans une discursivité convenue – les étapes vers une connaissance toujours plus approfondie des objets étudiés ; ce qui n’est pas sans connotations organicistes et suppose – là aussi – la mobilisation d’un imaginaire métaphorique.

  • 12 Certes, ce cantonnement au cercle de famille ne résulte pas seulement de l’idéologie du progrès. D (...)

25C’est également cette idéologie qui dans l’étude des phénomènes auxquels nous nous attachons – nous chercheurs, dans la « culture montante d’aujourd’hui » (premier poncif !) qui, par définition, est notre « terreau » (deuxième poncif !) – nous conduit souvent à (et nous justifie de) nous cantonner aux seuls travaux, positions et propositions issus de notre « cercle de famille »12 produits dans notre contemporanéité, laquelle peut avoir une profondeur temporelle variable – disons de cinq ans à cinquante ans suivant les thèmes de recherche et les exigences du micro-milieu qui les développe ; par exemple, les linguistes américains Uriel Weinreich (1953) ou Einar I. Haugen (1953) sont retenus grâce à (ou bien pour) leur valeur d’icônes comme la limite la plus lointaine de ce qui est socio-scientifiquement citable. Le renvoi à des références plus lointaines ou mises hors circuit dans la communauté scientifique en question – s’il se produit – n’a le plus souvent pas d’autre but que de s’attribuer (afficher) une filiation intellectuelle ou de définir une posture, une différence, sinon de postuler une originalité ; ce qui – très pratiquement – ne présuppose pas la nécessité de la lecture effective des ouvrages éventuellement cités pour l’occasion.

  • 13 Toutes les traductions françaises des citations de Slawo-deutsches und Slawo-italienisches (sous p (...)

26Dans le cadre de nos approches actuelles du contact, un bon exemple de récupération potentielle après une longue mise hors circuit nous est fourni par le cas de Schuchardt, l’une de ces références pionnières et lointaines plus connue des historiens de la linguistique que des spécialistes du contact des langues. Un auteur dont, à part quelques articles sur les créoles à base anglophone et son pamphlet sur les lois phonétiques, les travaux ont été peu traduits dans les langues de travail d’aujourd’hui. On sait qu’aux marges des grands courants de la pensée linguistique de son époque il a développé une réflexion profonde et originale sur les mélanges de langues. Je vais ainsi m’appuyer sur Slawo-deutsches und Slawo-italienisches (sous presse [1884] ; désormais SDSI), ouvrage surtout connu pour contenir l’énoncé : « Il n’existe pas de langue absolument non-mixte » (« Es gibt keine völlig ungemischte Sprache »)13 repris à l’envi (dans le style « filiation intellectuelle » revendiquée), mais que, pour lui ôter son caractère aphoristique, il vaudrait mieux citer dans son contexte :

  • 14 « […] eines wirklich erfolgreichen Studiums ist vorderhand nur die Sprachmischung fähig und sie ni (...)

[Le mélange de langues] joue un rôle beaucoup plus important que ce qu’on supposait jusqu’ici. Il n’est pas tant exception que règle. Avec davantage de bien-fondé que Max Müller qui disait : « Il n’existe pas de langue mixte », nous pourrons affirmer : « Il n’existe pas de langue absolument non-mixte ». Si là où il y a des rapports intenses entre des groupes de personnes de langues différentes, les langues s’influencent réciproquement, il en ira de même en sens inverse, soit, là où il est prouvé qu’il y a un contact physique, qui présuppose le plus étroit des rapports, on pourra également supposer un croisement de langues.14

  • 15 Voir Nicolaï (2016a) pour de plus amples développements.

27Cet ouvrage, explicitement consacré à l’étude des mélanges de langues sans statut social ou politique qu’on pouvait (peut encore ?) entendre sur le territoire de l’(ex-)Empire austro-hongrois de l’époque et sur ses marches, tout en ayant été reconnu en son temps (il obtint le prix Volnay), n’a jamais fait école. Son auteur (qui ne cherchait d’ailleurs pas à avoir des disciples) a abordé son sujet en s’appuyant sur un nombre impressionnant d’études de détail très documentées qui concernent l’ensemble des faits de langues disponibles dans tous les contextes linguistiques et langagiers qui lui ont été accessibles ; mais ce faisant, il est allé plus loin que la présentation des faits linguistiques au sens strict, car il aura retenu l’ensemble des pertinences structurales, sociétales, rationalisantes et psychophysiologiques qui se croisent dans cette dynamique. Il prendra ainsi en considération la dimension des fonctionnalisations sociétales, symboliques et pratiques des langues aussi bien dans le jeu des interactions langagières ordinaires que dans leurs utilisations littéraires. Il considérera la dimension psychologique propre aux développements des divers bilinguismes chez les individus et dans les différents types de communautés où ils se manifestent et enfin, il retiendra les caractéristiques de la naturalité des unités formelles ou sémantiques des langues15. Toutes ces approches sont en arrière-plan des propositions théoriques qu’il a développées et qui méritent d’être appréhendées à l’aune des propositions contemporaines. Précisons toutefois que pour lui, avancer des propositions théoriques sur la nature, la forme ou la fonction des faits linguistiques ou langagiers constatés ne revenait pas à proposer une théorie au sens où nous l’entendons aujourd’hui.

28Ce faisant, mon propos n’est pas d’affirmer sa préséance dans le domaine académique des recherches sur le contact – ce qui ne nous ferait guère avancer –, mais plutôt, à travers le cas d’école qu’il constitue pour nous, d’apprécier l’éventuel effet de masquage et le procès d’évitement qui sont susceptibles de se mettre en œuvre lorsque, pour une raison quelconque, un point de vue différent de celui qui domine en vient à émerger dans une communauté dotée de réseaux de communication denses, d’une structure fortement hiérarchisée, et lorsque ce point de vue ne s’insère pas – ou s’insère mal – dans un processus d’adaptation qui le restructurerait en retenant la rémanence du point de vue antérieur. Dans ce cas, la sanction consiste souvent en un effacement mémoriel au profit du courant intellectuellement et sociologiquement dominant (une exclusion définitive ou momentanée de l’histoire), ce qui est susceptible d’avoir une incidence négative sur le développement de la recherche en entraînant au minimum une perte d’historicité pour la connaissance du domaine, et au pire une sclérose ou une accentuation du dogmatisme des positions dominantes. L’ensemble des citations qui vont suivre et leur mise en regard avec les positions actuelles illustrera et permettra d’apprécier l’importance de ce qui semble bien avoir été un effet de masquage.

Notes

1 Il est intéressant de constater que ces deux dimensions ne semblent pas renvoyer directement à quelque chose relevant de l’univers scientifique. Le mainstream, l’air du temps, le Zeitgeist sont autant de réalités qui peuvent être définies de façon stable, mais les propriétés des définisseurs qui sont retenus pour les définir sont justement caractérisées par leur variabilité contextuelle.

2 Ce qui, en raison de l’importance de sa dimension sociale, nous renvoie aux deux notions corrélées de collectif de pensée et de style de pensée introduites par Ludwik Fleck plutôt qu’à la notion kuhnienne de paradigme (voir chapitre 3, notes 17 et 18).

3 « Ferner möge man nicht mit der Satzfrage beginnen : gehört die Sprache a zum Sprechstimme A oder nicht ? sondern mit der Wortfrage : wohin gehört a ? Von vornherein aber sind wir nie auf zwei Möglichkeiten beschränkt. Bekannt sind die Vexierwandschirme, die dem Linksstehenden ein ganz anderes Bild bieten als dem Rechtsstehenden » (1917b, p. 526).

4 « Nun gibt es Systeme die schon fertig in den Dingen liegen und von uns nur entdeckt werden, und Systeme die wir bilden um sie in die Dinge hineinzulegen » (1917a, p. 2).

5 « Dennoch hat Saussure nicht mit dem richtigen Anfang angefangen, nämlich nicht mit der einzigen konkreten Vorstellung die sich hier darbietet, der Individualsprache ; die Gesamtsprache ist etwas Abstraktes, ebenso wie die Gesamtseele gegenüber der Individualseele. Er kehrt die natürliche Folge um » (1917a, p. 3).

6 Dans Écrits de linguistique générale (Saussure 2002), les développements sur cette question sont largement explicités. Je ne les reprends pas ici, car mon projet n’est pas une exégèse de la pensée saussurienne ; le lecteur intéressé pourra utilement se reporter à cet ouvrage.

7 La linguiste américaine Carol Myers-Scotton, spécialiste et théoricienne dans le domaine de l’alternance codique, nous a fourni un exemple personnel de ce type d’aveuglement : « Je n’avais jamais reconnu le CS [Code Switching] comme un phénomène spécial avant 1972. Auparavant, j’avais obtenu des données sur les usages linguistiques parmi les ouvriers urbains à Kampala en Ouganda et à Lagos au Nigeria et j’avais fait des observations dans les communautés multilingues. Les ouvriers avaient fait des déclarations telles que : “Nous mélangeons parfois des langues en parlant avec les collègues.” Mais me situant dans ce que j’appellerai le “paradigme dominant” en sociolinguistique lorsqu’on s’intéresse aux situations multilingues, j’avais interprété “nous mélangeons quelquefois des langues” comme signifiant “nous utilisons la langue X avec telles et telles personnes et la langue Y avec les autres personnes”. Même lorsque j’observais moi-même les usages linguistiques, ainsi que je le faisais souvent, j’avais réussi à “ignorer” le CS. Pourquoi ? Je suggère deux raisons. D’abord, la littérature courante concernant les communautés bi/multilingues m’a conduite à n’attendre pour n’importe quelle communauté que la simple attribution d’une langue par type d’événement discursif. Deuxièmement, ma familiarité (à travers la littérature) avec les phénomènes de contact de langue me poussait à considérer l’emprunt comme un phénomène “respectable” méritant l’étude, mais pas le CS » ; « I never recognized CS [Code Switching] as a special phenomenon until 1972. Previously, I had obtained interview data on language use among urban worker in Kampala, Uganda, and Lagos, Nigeria, and made extensive observations in multilingual communities. Workers had made statements such as, “We sometimes mix languages when speaking with fellow workers”. But operating within what I will call the prevailing “allocation paradigm” in sociolinguistics for dealing with multilingual situations, I interpreted “we sometimes mix languages” to mean “we use language X with such and such persons and language Y with other persons”. Even when I myself observed language in use, as I often did, I managed to “ignore” CS. Why ? I suggest two reasons. First, the current literature on bi/multilingual communities led me to expect a simple allocation within any community of generally one language per speech-event type. Second, my familiarity (through the literature) with language contact phenomena was with borrowing as a “respectable phenomenon worthy of study, but not with CS) » (1993, p. 48 – ma traduction).

8 Voir également Nicolaï (1993) et infra, chapitre 6, « L’impossible rémanence » et l’idée de principe de stabilité théorique qui, relevant aussi d’une logique interne, est susceptible de conforter les effets de blocage de la rémanence.

9 Hum ! Bien évidemment, à défaut d’avoir songé au sixième moyen envisagé par Cyrano de Bergerac pour atteindre la Lune, selon Edmond Rostand : « Enfin, me plaçant sur un plateau de fer, / Prendre un morceau d’aimant et le lancer en l’air ! / Ça, c’est un bon moyen : le fer se précipite, / Aussitôt que l’aimant s’envole, à sa poursuite ; / On relance l’aimant bien vite, et cadédis ! / On peut monter ainsi indéfiniment » (Cyrano de Bergerac, acte 3, scène 13).

10 « This is how we lift ourselves by our bootstraps out of the morass of our ignorance ; how we throw a rope into the air and then swarm up it – if it gat any purchase, however precarious, or any little twig » (1972, p. 148).

11 Entendons par « rationnellement » : selon une dynamique de création de connaissances qui vise à étendre et à saturer (au sens de le conduire à sa complétude par rapport aux questionnements posés) l’espace épistémique ouvert à la recherche par l’application rationnelle et l’épuisement systématique de l’ensemble des possibles qu’il autorise à partir des connaissances explicitement reconnues au temps T de sa mise en œuvre. On peut penser également à la notion d’espace assertorique ou argumentatif de Jean-Claude Passeron : « L’espace assertorique d’une science se présente […] comme un univers de sens, organisé par les concepts d’un langage en un “univers du discours”, contenant tous les signes qui lui sont nécessaires – et rien que les signes qui lui sont nécessaires – pour définir de manière stable le sens de ses assertions sur son monde de faits construits. […] L’espace logique d’un discours assertorique est un univers de sens dont l’inventaire opératoire borne, sémantiquement et syntaxiquement, ses formulations possibles et acceptables en explicitant le champ de sa cohérence. […] C’est dire qu’un espace assertorique est défini par l’ensemble des termes, des opérations et des expressions linguistiques rattachant sans rupture sémantique à un système conceptuel, fût-il momentané, toute assertion possible sur un monde de “faits” – que ces faits soient formels ou empiriques » (1995, p. 15-16).

12 Certes, ce cantonnement au cercle de famille ne résulte pas seulement de l’idéologie du progrès. D’autres facteurs interfèrent dans les décisions de prise en compte d’ouvrages, de points de vue et de citation des auteurs. Pensons aux considérations du type étant donné W (implicite, données conjoncturelles, présupposés retenus pour pertinents dans le hic et nunc par rapport aux faits ou à la présentation des faits, etc.) qui sont intégrées dans les schémas d’intelligibilité (Nicolaï 2007, p. 97). Elles ne transforment pas les connaissances, mais leur influence ne doit pas être négligée et peut être déterminante dans la dynamique évolutive de leurs procès de construction. Notons encore que c’est sans doute une prise en considération exclusive (parfois trop exclusive… car toute construction paradigmatique émergente se heurte à ce problème en cherchant à s’instaurer/s’imposer en posture d’autorité !) de la pertinence du étant donné W qui est au fondement de beaucoup d’approches contemporaines de la sociologie de la science (sociology of scientific knowledge). Dans cet esprit, et parmi d’autres auteurs, voir David Bloor (1983, [1976]), Bruno Latour et Steve Woolgar (1988 [1979]), Bruno Latour (1989 [1987]).

13 Toutes les traductions françaises des citations de Slawo-deutsches und Slawo-italienisches (sous presse [1884]) qui sont présentées dans cet ouvrage sont celles d’Odile Kubarth-Verdier. La pagination des citations en allemand renvoie au texte original disponible en ligne (voir la bibliographie).

14 « […] eines wirklich erfolgreichen Studiums ist vorderhand nur die Sprachmischung fähig und sie nimmt in der That einen weit grösseren Raum ein als man noch vor Kurzem geahnt hat. Sie ist nicht sowohl Ausnahme als Regel. Mit mehr Recht als Max Müller gesagt hat : « es gibt keine Mischsprache », werden wir sagen können : « es gibt keine völlig ungemischte Sprache ». Wenn überall bei innigem Verkehr verschiedensprachiger Menschengruppen auch die Sprachen aufeinander wirken, so wird umgekehrt da wo eine physische Kreuzung, die ja den allerinnigsten Verkehr voraussetzt, nachgewiesen ist, auch eine Kreuzung der Sprachen sich vermuthen lassen » (p. 5).

15 Voir Nicolaï (2016a) pour de plus amples développements.

Table des illustrations

Titre Schématisation et synthèse du projet et procès de la saisie épistémique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search