Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 2. Contextes de la saisie et points de vue

Partie 2. Introduction

Texte intégral

Une fumée singulière et immobile, qui semblait collée sur le ciel d’Orient, pareille à sa base à un fil étiré et mince, très droit, qui s’épaississait en prenant de l’altitude et se cassait brusquement en une sorte de corolle plate et fuligineuse, palpitant mollement sur l’air et insensiblement rebordée par le vent.
Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.

1Peut-on envisager une action ou une activité humaine quelconque se manifestant hors contexte ? C’est sans (aucun) doute impossible. La dépendance effective, sinon la référence explicite à un contexte, est le repère obligé de toute activité humaine, épistémique ou non. Sans prise en considération d’un contexte, pas de mise en signification, et donc pas de création de sens, car le contexte est un élément déterminant de cette création ; et l’on retrouve là ce rapport à la frontière, à la clôture et ce qui en dérive, d’où je suis parti. Ce contexte toujours présent, qui va nécessairement de soi et qui par là même semble être transparent à notre activité ordinaire, est aussi susceptible d’être considéré et analysé. Il est alors objectivé, opacifié, reconnu et théorisé comme le sine qua non de ce qui se passe. En conséquence il peut conjoncturellement se modifier – en contexte évidemment – en raison et par l’effet du contexte ! Cela ne veut pas dire qu’il existerait une déclinaison possible de contextes prêts à l’emploi qui seraient disponibles a priori, car les pertinences qui déterminent leurs actualisations sont aussi dynamiques et aussi variables que les activités qu’ils conditionnent.

2Cela étant, il est toujours possible de considérer – conjoncturellement, en « décalé » et pour l’analyse des linguistes – un inventaire structuré de cadres d’analyse (de contextes pratiques) dont on peut identifier les effets sur ce qui se développe. Je présenterai certains de ces cadres en rapport avec deux dimensions essentielles dont je postule qu’elles déterminent (et souvent, organisent) notre dynamique de construction des connaissances et d’élaboration du sens. Il s’agit là d’une part, de la dépendance au mainstream, puisqu’en développant notre activité épistémique, nous ne pouvons pas ignorer ce qu’est le courant de pensée majoritaire suivi, reconnu et faisant norme en externe, c’est-à-dire dans le milieu global au sein duquel nous nous situons ; autrement dit, nous sommes conscients du contexte général dans lequel se développe cette activité. D’autre part, de l’effet de fondation, car nous ne pouvons pas non plus ne pas être déterminés par l’état de connaissance reconnu, accepté et faisant référence dans notre communauté scientifique ; état qui précède, structure et dirige en interne notre saisie et notre analyse des phénomènes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search