Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 1. Le descripteur, ses objets-langues et ses métaphores

Chapitre IV

Jeux de langage, et exercice de style

Texte intégral

À partir d’un exemple limité, celui de l’utilisation de la métaphore de la filiation pour nommer les relations généalogiques entre les langues en regard de la métaphore concurrente de l’héritage, ce chapitre veut montrer les implications du choix quant à la conceptualisation du phénomène étudié. Il contribue ainsi à illustrer le thème général développé dans cette partie : le modèle masque-t-il ou éclaire-t-il la structure de l’objet ?

  • 1 Ce thème avait fait l’objet d’une contribution intitulée « De la filiation à l’héritage : réflexio (...)

1Afin de conclure ces réflexions sur la fonctionnalité des transferts métaphoriques, je vais recourir à un exemple à la fois plus modeste et plus intuitif pour illustrer l’importance des phénomènes de surdétermination induits par l’usage des métaphores qui nourrissent une partie des intuitions de la recherche. Je ne me situerai plus au niveau d’un transfert généralisé de modèle explicatif comme avec Croft et me placerai au niveau le plus élémentaire : celui du choix d’un simple terme. Un terme bien connu dans un modèle déjà défini comme métaphorique. Il ne s’agit donc pas là de changer le « paradigme » retenu pour l’explication, mais seulement de s’intéresser aux effets clôturants que le choix d’une métaphore particulière à la place d’une autre peut introduire dans le développement d’une construction épistémique. La métaphore que je vais questionner est celle de la filiation qui est – comme on le sait – le support d’une forte surdétermination et qui traverse aussi bien le xixe siècle que l’époque contemporaine1. L’objectif est de montrer qu’à ce niveau élémentaire bien éloigné de toute prétention à transformer les paradigmes, cette surdétermination a d’importants effets clôturants sur la construction théorique dans laquelle elle est insérée, et donc, qu’elle peut affecter – en la prédéterminant – l’activité des chercheurs, même avertis, tout autant qu’elle marque (impressionne !) les représentations populaires que tout non-spécialiste aura de la connaissance disponible et tenue pour acquise. Intéressons-nous donc à définir le terme filiation dans le contexte de l’étude de l’évolution et de la transformation des langues.

La métaphore de la filiation

2Une définition possible de la filiation est la reconnaissance du lien généalogique par rapport à un ascendant, qu’il soit génétiquement ou symboliquement identifiable, et l’une des ambiguïtés de la notion est due à la non-prise en compte de cette distinction ou à des erreurs d’interprétation à son sujet. Du point de vue des apparentements linguistiques on peut décider de définir la métaphore de la filiation par l’application stricte de la méthode comparative ; cependant, l’on sait qu’elle est utilisée dans des acceptions beaucoup plus larges. N’y a-t-il pas là aussi plusieurs façons de concevoir le fait d’être « ancêtre de », ou d’être « fils de » ? N’existe-t-il pas plusieurs critériologies disponibles pour l’établir ? Analysons les types de saisies auxquels nous pouvons avoir affaire.

La saisie linéaire normale

3On retiendra tout d’abord ce qu’on pourrait nommer la saisie linéaire normale. Dans sa métaphore, elle ne retient que des individus : le père « géniteur » de la famille dont il assure la filiation et sa descendance généalogiquement linéaire. Si l’on se limite au domaine de la linguistique historique – et en restant très sommaire –, c’est la transmission de la langue qui est ici concernée. Il faut cependant distinguer entre deux points de vue, l’un strictement formaliste qui ne prend en considération que les relations linguistiques matérielles attestées par des règles de correspondances (des formules de transformation) comme support/déduction de sa définition de la parenté, dont un tenant était le linguiste danois Louis Hjelmslev (1968), l’autre davantage « humanisé », pour lequel la fonction sociale et symbolique supposée être sous-jacente à la transmission de la langue est pertinente. Par exemple, c’est le point de vue que défendait le linguiste Antoine Meillet, et en arrière-plan se pose alors la question de savoir si la transmission de la langue relève uniquement de la transmission des formes linguistiques ou si elle prend aussi en compte la transmission des représentations de la langue que véhiculent les locuteurs ; auquel cas l’on introduit effectivement la dimension symbolique du langage. Cette distinction est donc importante puisqu’elle concerne à la fois les procès de catégorisation manifestés par les locuteurs et les procès d’interprétation menés par les descripteurs. Mais à côté de cette saisie l’on peut en identifier d’autres que j’appelle des saisies génériques. J’en retiendrai deux.

La saisie approchée

4Par exemple, les Français sont issus des Gaulois et de quelques Francs et Burgondes, mêlés à d’autres Wisigoths. Lorsqu’on s’en tient à cette assertion, il n’est pas envisagé d’individualiser « l’ancêtre » autrement que comme un générique (renvoyé à des considérations techniques et à des modélisations contemporaines, cela pourrait être une similitude phénétique, pas une phylogénie cladistique !). Du point de vue catégoriel, si « l’ancêtre » est retenu comme référence ou origine, il n’est pas nécessairement pris comme support identitaire. Lorsqu’une telle proposition s’arc-boute à une intention de vérification de nature expérimentale liée à des sciences connexes et à des outils adaptés à ces traitements, alors il s’agit d’une démarche approchée. C’est probablement celle-là qui est en question lorsqu’on s’intéresse aux travaux de la génétique des populations, un domaine dans lequel on prend en considération des corrélations et des traitements quantitatifs portant sur des indicateurs géniques qui oblitèrent les éventuelles linéarités parentales, afin de faire signifier une relation globale censée manifester nécessairement la classe empirique d’une descente généalogique globale, considérée en l’occurrence comme ne relevant pas du connaissable dans son détail.

La saisie mythologique

5Elle intègre des facteurs catégoriels de regroupement et d’identification. Dans un premier temps, l’on pourrait peut-être dire qu’elle se constitue de façon interne puisque c’est toujours une décision catégorielle concernant l’identité du groupe qui est retenue. On conçoit cependant que, par les choix et les modifications formelles qu’elle induit potentiellement, elle soit aussi pertinente pour l’étude. À l’opposé de la saisie linéaire qui est rapportée à l’empiricité et au suivi des traces génétiques, il est ici évident que la contestation de l’appartenance peut mettre en cause la validité de la relation de parenté qui ne se définit que sur le plan des représentations symboliques. Cette appartenance a toutefois, pour la communauté qui l’assume ou la revendique, le même caractère d’évidence que les ressemblances pour les linguistes-descripteurs qui emploient la méthodologie de la mass-comparison (voir infra) initiée par le linguiste américain Joseph H. Greenberg ! Ici l’appropriation est manifeste : les Français sont des Gaulois métissés de Francs, de Burgondes, et de quelques autres Wisigoths. Ou, tout aussi bien, en référence à Claude Lévi-Strauss (1965) : les Haida des îles de la Reine Charlotte (Haida Gwaii) sont des « Aigles ».

6Allons plus loin : « Tu n’es plus mon fils, tu n’es pas mon fils, tu ne l’as jamais été, tu ne le seras jamais !… » De tels énoncés aux accents d’anathèmes, potentiellement tragiques, dramatiques ou tout simplement grandiloquents et comiques selon le contexte de leur profération, sont présents dans notre culture et sémantiquement acceptables, ce qui souligne bien la dualité de la notion de filiation, qui signifie sur deux plans à la fois, l’un symbolique et l’autre génétique. Il est possible de reconnaître ou nier les deux ou bien de ne reconnaître ou nier que l’un d’entre eux ; et l’on voit là que l’articulation de ces deux plans peut donc conduire à des situations paradoxales et intermédiaires entre la parenté complète et la non-parenté.

Analycité de la notion

7Considérons deux objets (A, B) posés dans leur filiation (B est issu de A). Ce sont des entités complexes, des ensembles structurés. Les subsumer sous une représentation unique (respectivement A ou B) est une façon de les accepter dans leur complexité (sans trier, mais cela n’enlève rien à cette complexité !). Toute entité linguistique située dans une généalogie est ainsi pensée comme la représentation d’un complexe structuré et les traits qui justifient sa position généalogique sont liés par une relation de filiation transitive et positivement manifestée ; entendons par là que si l’on considère trois entités linguistiques A, B et C, telles que B est « issu » de A, et que C est « issu » de B, alors C est aussi « issu » de A parce que A, B et C possèdent respectivement au moins les traits caractérisants a’, b’ et c’ pris comme critères et qui définissent la filiation. En conséquence, dans l’établissement d’une filiation, la complexité des entités prises en compte n’est pas considérée pour elle-même parce que seule importe l’existence de certains traits caractérisants particuliers, qui, mis en relation (a’-b’-c’), définissent ou prouvent cette filiation, et donc justifient l’opération de recherche qui établit cette sélection.

8En conclusion, la filiation (catégorisation comme « issu de » / « fils de ») renvoie à une double référenciation : symbolique et génétique. Par ailleurs elle se situe dans une logique arborescente définie par une relation transitive (si B est « issu » de A, et que C est « issu » de B, alors C « est aussi issu » de A). La nature de l’organisation, la réorganisation structurale, le système des relations internes de chacune des entités ainsi reliées n’est pas pertinent dans l’identification ; les entités sont catégorisées a priori comme « issu de » / « fils de » synthétiquement sur la base d’un trait qui définit la catégorie qui le subsume (référence intensionnelle : la propriété de a’ est rapportée à l’ensemble A).

9On voit mieux l’articulation entre le formalisme et la dimension métaphorique de la filiation, et donc le poids de notre propre perception anthropologique de la généalogie. Du point de vue de la langue les filiations non mythologiques se projettent dans le passé par un renvoi à l’histoire, ceux qui les établissent considérant qu’elle traduit une résultante.

La métaphore de l’héritage

10Mais la référence à la filiation ainsi pensée n’est pas la seule façon d’appréhender les relations de transmission et de parenté, car une autre modalité d’approche est envisageable : c’est peut-être celle qui consiste à abandonner la métaphore de la filiation pour retenir celle de l’héritage. En effet, la métaphore de l’héritage inverse le processus descriptif et transforme la logique du modèle.

  • 2 Cela ne va évidemment pas sans nous rappeler – pour en rester aux modélisations du xixe siècle – l (...)

11À partir de là, l’on conçoit que le travail sur les « héritages » va impliquer la prise en compte de la nature composée des objets, puisqu’on n’hérite pas uniquement de ses parents. En conséquence, la transmission d’un héritage ne se limitera pas au seul « patrimoine génétique » puisqu’un élément hérité d’un parent n’est pas nécessairement un élément dont ce parent aura hérité lui-même ou le résultat de la mutation d’un tel élément. Dans cet esprit, tout « état de choses » présent (et donc aussi tout « état de langue » quel que soit le sens donné à ce terme descriptif) traduit un héritage, mais déterminé par sa fonctionnalisation avec l’ensemble des éléments qui participent, dans le présent, à son identité. La recomposition « intègre dès lors tous les effets potentiels de recatégorisation qui se manifestent dans l’émergence de représentations nouvelles » (Nicolaï 1988) ; effets qui contribuent à précontraindre les représentations des évolutions ultérieures tout autant qu’à rationaliser et à redéfinir a posteriori la représentation de l’état de choses antérieur à l’état de choses considéré. Ainsi donc, avec l’héritage on prend en compte dès le départ la nature, non pas composite, mais composée, de l’objet alors qu’on opère un simple tri sélectif et a priori de ses composants lorsque l’on décide de saisir sa filiation2. Avec l’héritage l’on ne se donne pas pour but de rechercher exclusivement dans chaque stade évolutif défini comme un état stable le b’ censé correspondre à un antérieur a’, puis le c’ censé correspondre à un antérieur b’ pour reconnaître, définir ou assurer la filiation ; on prend en considération l’ensemble global des traits d’un même état stable horizontal (a’-a’’-a’’’, etc.). De ce fait la forme même du modèle se désolidarise d’une représentation arborescente stricte puisque – par définition – l’héritage ne correspond pas à l’unique résultante de la filiation généalogique telle qu’elle est définie par la relation verticale (a’-b’-c’). La logique de son formalisme ne privilégie pas cette structuration arborescente stricte. En conséquence la transitivité qui caractérise la filiation n’est pas assurée ici, car si la filiation généalogique est nécessairement saisissable entre deux états d’héritage successifs, l’insertion d’un état intermédiaire entre deux états neutralise cette nécessité empirique. En effet chaque état posé représente une recomposition et la transmission (i) n’a pas à porter sur la totalité des éléments ou relations manifestés dans l’état courant, (ii) peut porter sur des éléments ou relations acquis. En conclusion sur ce point, comme pour la relation de filiation la relation d’héritage renvoie à une dualité des plans de référence – symbolique et génétique –, mais elle ne se situe plus dans une logique arborescente et la relation qui lie les entités considérées de ce point de vue est non transitive (si B est issu de A, et que C est issu de B, alors C ne représente pas nécessairement la simple évolution de A).

12Certes, il peut se trouver que le modèle de l’héritage puisse, dans certains cas empiriquement définis (pourquoi pas les plus nombreux), être représenté par une structuration globalement arborescente ; il peut alors recouvrir le modèle de la filiation, mais il n’est pas précontraint par lui puisqu’il n’y a aucune logique propre du modèle d’héritage qui induise la division continue d’une hiérarchie généalogique. La caractérisation généalogique ou non des éléments de l’héritage n’est dans ce contexte que l’un des paramètres de l’explication de l’état courant considéré, lequel, en tant qu’il est une recomposition, peut manifester tout aussi bien le point d’une séparation linguistique dans la visée arborescente classique qu’une étape de synthèse regroupant un mixage de langues.

Fin de partie

13Pour finir, je reprends une réflexion qui n’est plus guère d’aujourd’hui. On se souviendra que, relatant l’importance de l’image de l’« éponge » au xviiie siècle pour expliquer de nombreux phénomènes physiques d’extension, Gaston Bachelard, citant le physicien et naturaliste René-Antoine de Réaumur, notait :

[…] toute sa pensée est instruite sur cette image, elle ne peut sortir de son intuition première. Quand il veut effacer l’image, la fonction de l’image subsiste. […] Il veut bien, en fin de compte, sacrifier l’éponge, mais il veut garder la spongiosité. Voilà la preuve d’un mouvement purement et simplement linguistique qui, en associant, à un mot concret, un mot abstrait, croit avoir fait avancer la pensée. Une doctrine de l’abstraction cohérente a besoin d’un plus grand détachement des images primitives. (1947, p. 75)

14La question posée – la même chaque fois que l’on envisage d’exporter un modèle, et que je réitère ici – est de savoir ce qu’on modélise exactement, et quelle est la nature du lien entre les propriétés du modèle (qui modélise nécessairement, puisque c’est sa fonction !) et celles des objets auxquels on l’applique :

  • Le modèle masque-t-il ou éclaire-t-il la structure de l’objet ?
  • Transforme-t-il – vraiment – la perspective ?
  • Qu’introduit la transformation, la notion transférée, par rapport à l’acquis antérieur, etc. Voire, quelle est à son tour la « priméité » – au sens de Charles S. Peirce – imposée de l’image évolutionniste ?
  • Les métaphores dont il s’agit (car il ne s’agit pas d’autre chose) ont-elles un intérêt heuristique, ou à l’inverse, contribuent-elles à oblitérer le processus de connaissance ?

15Il ne s’agit donc pas seulement – je l’ai déjà noté – de trouver, imaginer ou adopter une modélisation qui traduise certaines régularités apparentes du phénomène, car l’enjeu est aussi d’évaluer dans quelle mesure cette traduction peut rendre compte de propriétés de l’objet modélisé. Propriétés dont, sur un plan théorique, l’on a préalablement reconnu, posé ou envisagé la pertinence en raison de quelques principes a priori, certes, mais aussi en raison de leur adéquation – au moins momentanée – pour rendre compte d’une classe particulière de phénomènes empiriques. Il s’agit aussi d’évaluer ce que représentent ces régularités apparentes et de quelle manière le modèle contribue à leur donner sens. Bref, il importe que ce que l’on appréhende soit conceptuellement maîtrisé dans sa cohérence initiale ainsi mise à l’épreuve et dans la caractérisation de ses fonctionnalités pertinentes. Il importe encore que les fonctions et relations qui le définissent et que l’on juge utile d’étudier soient explicitées/traduites par le modèle et soient bien celles qu’il est à même de magnifier. L’on en revient alors à la question de la métaphore dont il importe d’apprécier les propriétés dans ces circonstances.

16Réfléchissant sur les processus d’élaboration conceptuelle, tout particulièrement dans le domaine du changement linguistique auquel il s’est colleté, Lass a observé :

  • 3 « Among the important constructivist devices available to the historian is the creation of metapho (...)

Parmi les mécanismes constructivistes importants dont dispose l’historien [des langues] il y a la création de métaphores : les images métaphoriques peuvent définir et créer de nouvelles espèces naturelles ou conceptuelles, qui deviennent alors des objets légitimes d’exploration, et enrichissent l’univers de la discipline. (1997, p. 42 – ma traduction)3

17En un certain sens, c’est évident. Ce à quoi Bachelard aurait peut-être rétorqué : « Une science qui accepte les images est, plus que toute autre, victime des métaphores. Ainsi l’esprit scientifique doit-il sans cesse lutter contre les images, contre les analogies, contre les métaphores » (1947, p. 38), et encore « Le danger des métaphores immédiates pour la formation de l’esprit scientifique, c’est qu’elles ne sont pas toujours des images qui passent ; elles poussent à une pensée autonome ; elles tendent à se compléter, à s’achever dans le règne de l’image » (p. 81). Avec Black et Hesse, pensons encore une fois (à) la potentielle « vulpinité » de l’homme ! Le débat n’est pas clos.

Notes

1 Ce thème avait fait l’objet d’une contribution intitulée « De la filiation à l’héritage : réflexion sur les “logiques” de surdétermination », insérée dans un Festschrift offert à Franz Rottland (Nicolaï 2001 ; voir également Nicolaï 2000, p. 125 et suiv.).

2 Cela ne va évidemment pas sans nous rappeler – pour en rester aux modélisations du xixe siècle – les représentations introduites par Hugo E. M. Schuchardt (1900 [1870], 1917b) ou Johannes Schmidt (1872). Voir chapitre 6.

3 « Among the important constructivist devices available to the historian is the creation of metaphors ; metaphorical images can define and create new natural or conceptual kinds, which then become legitimate object of exploration, and enrich the discipline’s universe. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search