Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 1. Le descripteur, ses objets-langues et ses métaphores

Chapitre III

Les cinq doigts de la main droite

Texte intégral

Il s’agit désormais de réfléchir sur cette thématique de la métaphore et sur ces procès de modélisation métaphorique que je viens de présenter. Je le ferai en développant plusieurs aspects des dynamiques qu’ils engagent. Tout d’abord en m’intéressant à la création d’ontologies, aux constructions inductives, à la recherche d’une homéostasie, etc., puis, en concluant provisoirement sur les avantages et les limites du pouvoir illustratif ou explicatif de la métaphore en tant qu’heuristique.

  • 1 « Un énoncé métaphorique peut générer de nouvelles connaissances et de nouvelles ouvertures en mod (...)
  • 2 « […] the two systems are seen more like each other ; they seem to interact and adapt to one anoth (...)

1Au terme de ces excursus, en occultant l’usage poétique et rhétorique de la notion, sa transformation sur le tard dans le structuralisme jakobsonien, voire ses méandres dans la généralité d’une approche philosophique qui est un horizon trop large pour mon propos, je vais m’interroger sur l’importance et l’incidence de l’utilisation de ces métaphores (ponctuelles ou non, analogies d’extension limitée ou non) dans le travail scientifique ; qu’il s’agisse de l’heuristique de la recherche, de la saisie des phénomènes, ou de la constitution des faits. Ces questions ne sont pas nouvelles. Pour s’en persuader, il suffit de consulter l’importante production scientifique ayant pour objet la métaphore et les modèles, qui, depuis les années 1950, s’est développée au titre de l’épistémologie des sciences. Sans aucun doute, au plus près de mon approche, seront pertinentes les vues interactionnelles de Max Black sur les représentations induites par l’utilisation des métaphores1 ou encore, dans la même ligne conceptuelle, l’approche de Mary B. Hesse notant – par exemple – que dans le rapport d’une présentation littérale à une présentation métaphorique « les deux systèmes confrontés sont considérés comme étant plus proches, et qu’ils semblent interagir et s’adapter l’un à l’autre, au point d’invalider leurs descriptions littérales originales lorsqu’elles sont appréhendées à partir du sens post-métaphorique ainsi introduit » (1966, p. 162 – ma traduction)2. Dans la mesure où ils charpentent et déterminent notre recherche, nos analyses, nos tentatives d’explication des phénomènes et contribuent fortement au développement de nos constructions épistémiques, je m’intéresserai plus particulièrement aux transferts métaphoriques (ou ontologies au sens illustré par William Croft ou Roger Lass).

2Je précise encore que le terme d’ontologie a une longue histoire et qu’il n’a pas ici son acception métaphysique classique. Il retient plutôt une partie de la signification qu’il a acquise en informatique où, en liaison avec un domaine défini de connaissance ou d’activité, il désigne l’ensemble systématisé de concepts qui en assure l’appréhension ; concepts qui sont généralement liés les uns aux autres par des relations taxonomiques et un réseau sémantique. Développer une ontologie en tant que représentation structurée d’un ordre des choses et en tant que construction/organisation de sens a priori est alors corrélatif d’un projet théorique visant (i) une saisie phénoménale, (ii) une élaboration des connaissances au sein de cet ordre des choses, (iii) l’explicitation d’un point de vue sur la nature et les fonctionnalités du phénomène, son ou ses ordres de pertinence, etc. Transférer une ontologie de son domaine initial d’émergence vers un nouveau domaine d’application est un procès de modélisation métaphorique. Remarquons toutefois que tout cela n’est peut-être pas si clair ; ainsi le fait que l’on puisse considérer l’existence d’ontologies indépendantes dans le cadre d’une même théorie générale renvoie, comme le note Lass, à des questions de substrats bien évidemment différenciés, dont les propriétés sont à préciser ainsi que leur relation à la théorie générale.

3Cela étant, je vais structurer mon approche autour de cinq (soyons généreux. disons six !) points que, plutôt que de les constituer en liste, je vais – moi aussi – décider, métaphoriquement, d’anthropomorphiser à ma façon, en hommage à Stephen J. Gould !

Le pouce

Métaphores et ontologies au pied du mur

4Commençons donc avec William Croft dont la réflexion dans l’ordre métaphorique est sans doute la plus systématisée et la plus volontariste. Il s’emploie à distinguer les notions d’ontologie et de métaphore dans le domaine évolutionniste et constate que certains linguistes empruntent ou adaptent les mécanismes d’explication et de description que les biologistes évolutionnistes ont proposés. Ce faisant, il précise que, de son point de vue, lorsque aucune proposition d’approfondissement n’est faite en ce qui concerne la relation établie entre la théorie de l’évolution en biologie et la théorie du changement en linguistique, lorsqu’il n’y a aucune volonté évidente d’élaboration théorique à mettre en rapport avec l’analogie retenue, l’on n’a affaire qu’à de simples analogies ou métaphores, pas à des ontologies. Pour lui, dans de tels cas, la relation postulée par les linguistes entre les construits théoriques de l’évolution dans le domaine biologique et l’évolution dans le domaine linguistique n’est qu’opportuniste ; il s’agit simplement d’une opportunité (une facilité ponctuelle de description) saisie par les linguistes.

  • 3 Précisons que le travail de Croft (2000) a été publié un an avant la parution de l’ouvrage de Mufw (...)

5À titre d’exemple, il cite l’hispaniste et créoliste Keith Whinnom (1971, p. 91) qui dans le cadre de ses études créoles avait suggéré analogiquement que le concept biologique d’hybridation pouvait être appliqué au contact des langues. Il cite aussi Salikoko S. Mufwene qui compare les langues à des espèces et les facteurs qui déterminent la survie ou l’extinction des langues à des contraintes écologiques tout en mentionnant les réserves de cet auteur sur le transfert non critiqué des métaphores. Ceci étant, depuis la parution de l’ouvrage de Mufwene (2001)3 qui a développé systématiquement la perspective de l’écologie des langues, il est devenu clair qu’en ce qui concerne cette approche, nous avons maintenant affaire à une ontologie plutôt qu’à des analogies opportunistes ; ce qui n’empêche pas Mufwene de continuer à prendre ses distances avec toute application non distanciée de la biologie génétique à l’évolution des langues (voir chapitre 2, note 17).

6Au titre d’une autre métaphore, Croft cite l’adoption par Lass du concept d’exaptation repris des théories évolutionnistes récentes (Gould et Vrba 1982). Toutefois son positionnement reste nuancé ; s’il retient que Lass attribue une valeur métaphorique à son emprunt, il constate également que cet auteur ne fait pas uniquement une approche analogique puisqu’il ne prétend pas que les langues sont des systèmes biologiques :

  • 4 « […] while claiming that the notion of exaptation seems useful in establishing a name and descrip (...)

[…] tout en disant que la notion d’exaptation semble être utile en donnant un nom et un cadre de description pour une classe d’événements historiques, je reste pleinement conscient (et j’insiste) du fait que les langues ne sont pas des systèmes biologiques à aucun niveau du sens que l’on peut donner à ce terme. (Lass 1990, p. 96, cité d’après Croft 2000, p. 11 – ma traduction)4

7Lass estime plutôt que les langues et les systèmes biologiques sont des cas d’un phénomène plus général :

  • 5 « […] rather than extending a notion from biology to linguistics, I am suggesting that the two dom (...)

[…] Plutôt que d’étendre une notion de la biologie à la linguistique, je suggère que les deux domaines […] ont certains comportements communs par le fait qu’ils se transforment. (Ibid.  ma traduction)5

  • 6 « I am convinced that there is such a thing as a theory of “historically evolved systems”. »

[…] je suis convaincu […] qu’il existe quelque chose comme une théorie des « systèmes historiques évolués ». (Lass 1997, p. 316 – ma traduction)6

8Pour Croft, qui s’est inscrit dans la vision générale de Hull (1988), Lass suit ici une voie proche de la sienne en suggérant une théorie généralisée des procès de l’évolution, qui s’applique à la fois à l’évolution des espèces en biologie, au changement en linguistique, et tout aussi bien à d’autres domaines. Nous nous situons alors dans la perspective d’une ouverture aux grands paradigmes du moment : évolutionnisme et complexité.

  • 7 Il précise également : « Une description dynamique générale est une syntaxe sans sémantique » ; « (...)
  • 8 Pour finir, Lass distinguera entre deux espèces de connaissance historique. L’une est relativement (...)

9De fait, ainsi que je l’ai précédemment souligné, les métaphores de Lass ne réfèrent pas à un unique domaine de connaissance et renvoient à la fois à la biologie génétique et aux théories de l’instabilité. Nous avons vu qu’il faisait appel à une terminologie développée dans la description des systèmes dynamiques complexes (attractors, epigenetic landscapes, sinks, flows, drifts, chreodes…), qu’il justifie en disant qu’elle concerne d’innombrables espèces de systèmes évolutifs et qu’elle est neutre eu égard au contenu du système (« the terminology is neutral with respect to the “content” of the system », 1997, p. 294)7. Il met aussi l’accent sur le rôle positif et heuristique qu’il attribue aux métaphores en précisant qu’elles peuvent définir et créer de nouvelles espèces de concepts qui deviennent ainsi des objets légitimes d’exploration et enrichissent l’univers de la discipline. Il considère ainsi qu’elles sont centrales dans toutes les sciences et qu’elles sont importantes comme schémas pour cadrer notre pensée, car elles peuvent créer virtuellement des langues appropriées à leurs bases conceptuelles. Elles produisent des ensembles de descripteurs utiles, susceptibles de fournir des enrichissements conceptuels et linguistiques tels que : chaînes, arbres, trajectoires. Par exemple, système comme métaphore dominante appelle les composants possibles : organisation, comportement collectif, objectif, qui possèdent chacun leur valeur heuristique8.

10Ainsi, développer une nouvelle ontologie pour rendre compte d’une réalité phénoménale déjà appréhendée ne revient pas à un simple transfert non critiqué entre deux domaines dont l’isomorphisme est supposé, puisque la méthode consiste à situer deux approches de phénomènes (ou de catégories de phénomènes) de nature différente, en postulant par définition qu’ils ont leur autonomie et un mode de fonctionnement propre ; mais aussi, en admettant a priori :

  • qu’ils sont descriptibles par rapport à un cadre général de description plus formel et plus abstrait ;
  • qu’ils peuvent – à partir de là – être appréhendés dans le cadre d’une même théorie généralisée qui traverse les frontières disciplinaires et possède tout un ensemble de propriétés dites saillantes reconnaissables dans l’ensemble des domaines de connaissance que ce modèle général peut (a vocation à) subsumer ;
  • et que le modèle peut ainsi les interpréter.

11Il y a donc là deux hypothèses fortes :

  • la première concerne l’a priori sur la validité de l’idée que les phénomènes fonctionnellement aussi différents que des langues et des organisations dans l’ordre biologique ou autre relèvent (au-delà d’une analogie de surface et des ressemblances ponctuelles) d’une même approche analytique ;
  • la seconde concerne (la croyance en) l’existence de principes explicatifs « à fort pouvoir cognitif » susceptibles de rendre compte d’une dimension générale des phénomènes du monde, de récurrences fonctionnelles globales, d’élaborations de formes, de dynamiques structurelles, etc., situées à un niveau supérieur à celui auquel la saisie ordinaire des phénomènes nous convie. Par exemple : une théorie des types, un processus d’intégration au sens quasi biologique, une procédure de réunitarisation9.

12Ces principes explicatifs postulés ont nécessairement un haut niveau d’abstraction et ils ne peuvent pas ne pas renvoyer à une théorisation globale des phénomènes « évidemment » donnée pour indépendante de tout positionnement idéologique et théologique, etc. ; indépendance qui est censée garantir leur scientificité. Sauf à considérer – ce qui pourrait alors constituer le point aveugle de l’approche – que cette position, ce postulat, est idéologique en lui-même. D’une certaine façon ces principes explicatifs sont caractéristiques de l’épistémè de l’époque et, de ce fait, ils tendent à s’actualiser au-delà de toute justification classiquement scientifique dans la discursivité ambiante et les contraintes conceptuelles que cette discursivité développe. À partir de là deux dynamiques peuvent se croiser : celle que j’appelle la construction inductive et celle que j’appelle l’homéostasie paradigmatique.

L’index

La construction inductive comme première dynamique

13L’élaboration d’un modèle général de la sélection construit par abstraction à partir d’un modèle biologique particulier fournit un bon exemple d’une construction inductive dérivée d’un domaine de connaissance empirique dont on aura sélectionné un sous-ensemble critique de propriétés – celles considérées comme saillantes pour le but considéré. Ainsi la généralisation de David L. Hull, qui, à partir des représentations de genes, gene pool, DNA sequence, allele, organisms, etc., développe les notions de replicator, replicators in population, structured set of replicators, alternative replicators, interactors, etc., en est une bonne illustration.

14Par rapport à des pertinences choisies, le procès d’abstraction va permettre d’obtenir un ensemble organisé de relations et de concepts (l’élaboration d’un cadre théorique, une ontologie abstraite) qui, en raison de cette abstraction, est affranchi des frontières disciplinaires. C’est selon le cas une structure, une systématique, un jeu de principes ou un mélange des trois. Appelons cela un modèle induit, lequel, en raison de cette fonction, est censé s’appliquer à d’autres domaines de connaissance empirique sans liens avec le domaine initial dont il est issu pour peu que l’on puisse identifier (découper, construire, retrouver) dans ces autres domaines de connaissance un même jeu de propriétés saillantes qui puissent être mises en relation avec un minimum de vraisemblance et un maximum d’insight (terme repris de la psychologie et tout particulièrement des approches gestaltistes, voir Köhler 1927) avec celles que le cadre théorique a retenues pour ce modèle induit (une « illumination »… ne diraient pas les psychologues !). Afin de justifier l’application, il suffit que les domaines de connaissance subsumés par ce modèle induit soient concernés (ou donnés pour être concernés) par la même problématique générale (ici celle de l’évolution), permettant ainsi – toujours au titre d’une heuristique – l’application du même ensemble d’hypothèses de travail. En retour, dans un procès de rétroaction positive, l’actualisation de l’application de ce modèle induit sur ces domaines de connaissance va conforter la puissance du cadre théorique préalablement élaboré.

  • 10 Hum !… « Attention !… Soyez vigilants que diable !… Veillez à ne pas manquer une généralisation !  (...)

15Il me semble reconnaître là une sorte de procès d’induction : celui – non logique, bien connu, efficace et potentiellement vérifié (vérifiable) à chaque actualisation – par lequel on construit (stabilise) une généralisation sur la base d’une configuration connue et analysée et d’une hypothèse de report (de remontée) de propriétés de cette configuration analysée à l’ensemble global non analysé dont on postule qu’elle est issue10 ; à la différence près qu’aucun contre-exemple de nature empirique n’est envisageable puisque le jeu se développe essentiellement entre deux formalismes construits, c’est-à-dire dans la relation entre le formalisme du modèle induit et le formalisme des découpages corrélativement appliqués sur la réalité phénoménale mise en rapport. La justification se marque donc sans courir le risque d’une falsification puisque ce qui est actualisé est une procédure interprétative qui ne vise qu’à établir une adéquation dans le domaine des relations entre formes, structures et dynamiques à partir d’un choix de pertinences préétablies ; l’efficace de la problématique ne concerne pas expressément le domaine empirique des données, mais celui des concepts et des organisations retenus pour les appréhender.

16On peut remarquer également :

  • que compte tenu de sa généralité et des ouvertures interprétatives qu’il autorise, le modèle induit (qui est généralement non mathématisé) est de toute façon suffisamment flou (lâche) dans sa conceptualisation pour minimiser (le risque d’)une mise en question qui serait fondée sur la reconnaissance de contradictions logiques dans son application ;
  • qu’en raison de sa non-utilisation directe comme outil dans une saisie empirique des phénomènes (s’il ne s’agit que du face-à-face du modèle induit et d’une théorie interprétée de la description des phénomènes empiriques jugés pertinents) tout se passe comme si, une fois le modèle construit, il s’agissait uniquement de vérifier que les ontologies subsumées ou potentiellement subsumées (transférées par rapport au modèle) modélisent, au sens logique et mathématique du terme, la théorie construite. Précisons que, au sens mathématique, est un modèle pour une théorie, une structure dans laquelle tout énoncé d’une théorie donnée est vrai. En ce sens particulier, ce sont les structures et les ontologies transférées qui interprètent la théorie et qui sont ainsi constituées en modèles.
  • 11 La distinction de Max Black (1976 [1962]) entre modèles mathématiques et modèles théoriques est sa (...)

17Nous reconnaissons là un (risque de) détachement par rapport à l’accrochage empirique11 qu’il importe de souligner et l’on peut se demander dans quelle mesure la réflexion critique et justifiée des auteurs est suffisante pour dépasser l’effet de cette contrainte structurelle lorsque, corrélativement à leur application du modèle, ils s’efforcent de souligner les limitations qui lui sont propres. C’est pourquoi, afin de mieux illustrer la nature de ce problème, je vais proposer deux exemples qui appartiennent à un domaine de recherche voisin de celui dont je traite ici.

  • 12 On peut se référer à l’ouvrage du généticien des populations Pierre Darlu et du paléontologue Pasc (...)
  • 13 Par exemple, dans quelle mesure les méthodes de parcimonie ou l’analyse bayésienne utilisées pour (...)

18Dans un ouvrage collectif (Laks et al. éd., 2008) visant à présenter les développements récents du domaine de la recherche sur la classification et l’origine des langues, le spécialiste américain de la linguistique historique Don Ringe et l’informaticienne Teddy Warnow (2008) présentent une intéressante approche (« Linguistic history and computational cladistics ») dans le cadre conceptuel d’une modélisation et d’une terminologie cladistique (homoplasie, etc.)12. Tout autant que de produire des résultats empiriques, il s’agit pour eux de proposer un dépassement des modèles arborescents classiques afin d’intégrer les phénomènes du contact qui ont été fortement sous-estimés dans les approches antérieures. Les objectifs avoués sont donc bien de développer des procédures de description et des modélisations concernant la représentation des apparentements généalogiques saisissables à travers des analyses formalisées et avec l’aide des modèles informatiques, et ce faisant, d’œuvrer pour serrer au plus près les phénomènes en appréhendant les dynamiques transversales telles celles de l’emprunt. Dès lors les questions posées portent autant, et peut-être davantage, sur les propriétés formelles et la valeur heuristique supposée des modèles que sur les limites de leur efficacité pour le compte rendu de l’évolution effective des langues13. Conséquemment, indépendamment du risque conjoncturel de réinventer la roue, le risque essentiel concerne bien évidemment le décentrement qui consisterait à s’intéresser au modèle pour lui-même en lieu et place des réalités empiriques qui sont censées justifier son emploi, à chercher à affirmer sa puissance et ses qualités particulières plutôt qu’à discuter sa pertinence théorique dans son domaine d’application et son intérêt pratique. Cela peut conduire à l’occultation de facto du travail de critique et de la problématisation des pratiques de la présentation et de la construction des données, en édulcorant les questionnements linguistiques préalables à la préparation de ces données, afin qu’elles puissent fonctionner dans le cadre du modèle (alimenter le modèle ?).

  • 14  « […] c’est-à-dire pour illustrer le potentiel des simulations en tant qu’outil de recherche en sc (...)
  • 15 « Les simulations informatiques sont une façon nouvelle pour exprimer des théories scientifiques q (...)

19Dans un autre chapitre du même ouvrage quatre auteurs, Domenico Parisi, Francesco Antinucci, Francesco Natale et Federico Cecconi (2008), proposent une modélisation de l’approche de l’archéologue britannique Colin Renfrew bien connu pour ses hypothèses sur les migrations indo-européennes. Les auteurs, qui définissent leur principal objectif comme étant méthodologique14, présentent une simulation fondée sur un Cellular automaton dont la fonction est d’essayer de reproduire – « expliquer » (sic) – l’expansion de l’Empire néo-assyrien dans l’ancien Proche-Orient et le procès de peuplement de l’Europe. Précautionneux, ils introduiront – sans surprise – leur contribution par un préambule sur l’intérêt et la valeur des simulations informatiques en tant que nouvelles façons d’exprimer des théories scientifiques15.

20L’on pourra toutefois se demander si l’empirical content ainsi préparé pour être saisi dans une modalité booléenne ou statistique correspond encore au matériau du linguiste ou de l’archéologue (à leurs données observées dans leurs spécificités et leurs particularismes) ou bien s’il s’agit d’un « reconstruit objectivé » qui ne fonctionne plus que comme support pour alimenter/permettre (à toutes fins utiles ?) l’affinement des potentialités des modèles élaborés, et donc, pour fonctionnaliser dans un cercle vertueux (?) le jeu interactif entre ces modèles et les objets reconstruits qui, de ce fait, justifient – en boucle – leur élaboration en tant que modèles.

21À la différence de ces pratiques particulières de modélisation, sans doute que la dimension non mathématisée qui est propre aux approches métaphoriques (évidemment non expérimentalement testées) que j’ai précédemment présentées introduit une tonalité différente. Toutefois, le risque de masquage/effacement (au moins partiel) des propriétés de l’objet empirique soumis à l’étude existe là aussi, avec ses conséquences potentielles pour l’élaboration de nos connaissances. In fine, on élabore toujours des connaissances – comment faire autrement ! –, mais leur accrochage à l’empirique n’est pas nécessairement correctement assuré (à tout le moins, les exigences sur cet accrochage peuvent être variables).

Le majeur

L’homéostasie comme deuxième dynamique

22Par homéostasie – en renvoyant bien évidemment à l’homéostat de W. Ross Ashby (1947)… mais pourquoi pas à un mobile de Calder ou à une machine de Tinguely ! – j’entends une dynamique, un procès de mise en cohérence généralisée dans un espace de connaissance – de fonctionnement – prédéfini. Procès normal (et normalisateur !) qui est à l’œuvre dans toute élaboration de connaissances, savantes ou non, et qui n’engage pas nécessairement sur le contenu des hypothèses avancées pour rendre compte des phénomènes caractérisés dans cet espace : il est indépendant de la valeur théorique de ces hypothèses. Il y a toujours un procès d’homéostasie en rapport avec l’élaboration des connaissances et c’est probablement lui qui permet que ce qui est considéré fasse sens. Intuitivement, il s’agit de sélectionner et d’avaliser l’effet d’un insight. Plus prosaïquement, il s’agit de sanctionner positivement un choix d’interprétation pour la cohérence générale qu’il nous permet d’établir dans le cadre dont il se légitime… et éventuellement au-delà. Dans ce procès dont nous définissons le cadre, nous sommes au centre.

23Autrement dit, on pourrait considérer que pour résoudre un problème posé – quel que soit le problème – l’on cherche à faire sens avec ce dont on dispose, puis que – le sens trouvé – l’on agisse avec ces objets construits et signifiants (concepts, structures, organisations, etc. auxquels on a donné du sens) pour à nouveau chercher à faire sens avec ce que l’on a, dans une clôture renouvelée. Ce qui ne revient pas nécessairement à élaborer une explication scientifique, même si élaborer une explication scientifique fait sens. Par exemple, une explication mythologique fait sens également ! De même, une explication ad hoc peut aussi faire sens. D’une certaine façon, c’est la clôture retenue (explicitement ou non) qui détermine(ra) la consistance du faire sens qui va se développer.

  • 16 Pour les linguistes, peut-être est-il utile, en contrepoint, de faire un lien (pas un recouvrement (...)

24Un procès d’interprétation est ainsi toujours présent et la dimension contextuelle de l’enquête est toujours un élément pré-définitoire de ce qui se construit16. Parallèlement, la frontière du domaine appréhendé est toujours instable et modifiable. Cette homéostasie constamment impliquée dans la stabilisation des connaissances en cours d’élaboration (et que je constate sans envisager d’introduire un jugement sur son intérêt, sa fonctionnalité et sa désirabilité dans – et pour – nos élaborations épistémiques) nous concerne donc davantage qu’elle ne concerne les objets qui sont retenus dans sa mise en œuvre.

25De fait, rien de ce que cette dynamique homéostatique actualise n’est inscrit dans les phénomènes, mais la saisie des phénomènes, quelles que soient les formes et les structures que nous leur attribuons, est conditionnée par elle. On notera également qu’elle possède une dimension sociale et que, conséquemment, les traditions d’explicitation, les routines et les normes, qui nous sont données à saisir dans le hic et nunc de notre pratique ordinaire de compréhension et d’élucidation de ce qui se manifeste, pèsent sur ce à quoi s’applique ce procès d’homéostasie.

  • 17 La notion est ainsi définie : « Si nous définissons un collectif de pensée comme la communauté des (...)
  • 18 « Nous pouvons […] définir un fait scientifique comme une relation entretenue par des concepts, co (...)

26Parvenu à ce stade, il me semble qu’un élargissement conceptuel et une référence aux notions de collectif de pensée (Denkkollektiv)17 et de style de pensée (Denkstil)18 introduites par le médecin-biologiste et sociologue polonais Ludwik Fleck sont pertinentes, car, au même titre que l’homéostasie, ces deux notions intègrent la dimension sociale dans la formation et la transformation des faits scientifiques, et concernent tous les procès d’élaboration de connaissances.

  • 19 Sur ce point, lire la postface à la traduction française de l’ouvrage de Ludwik Fleck, écrite par (...)
  • 20 On sait que le « paradigme » selon Thomas S. Kuhn renvoie à la modalité stable de saisie scientifi (...)
  • 21 En effet, Kuhn dira : « J’ai lu le livre une première fois pendant l’année 1949 ou le début de 195 (...)

27Au-delà, quelques liens sont naturellement à souligner aussi bien avec les préoccupations de la sociologie des sciences19 qu’avec la vision des paradigmes scientifiques et de la construction de la science normale20 au sens du philosophe des sciences Thomas Kuhn (1972 [1962]), dont on sait que Ludwik Fleck a été l’une de ses sources d’inspiration21. Ces liens sont sans doute plus étroits avec les préoccupations de la sociologie de la science qu’avec l’épistémologie kuhnienne.

  • 22 Je ne résiste pas à l’envie d’introduire ici la remarque de Willard Van Orman Quine (1977 [1960]) (...)

28Finalement, sur quoi se fonde l’homéostasie ? D’une part sur le procès d’induction qui caractérise la construction du modèle induit et d’autre part sur l’arrière-plan socio-scientifique du moment, qui contribue à sa diffusion. L’insight procuré n’est pas une illumination intellectuelle fondée sur l’abstraction du modèle, il prend sa valeur d’éclairage et sa force de persuasion en rapport avec l’état des connaissances du moment et surtout en rapport avec les modes d’explication (d’explicitation) qui ont acquis force de loi dans le contexte scientifico-social de l’époque22.

  • 23 Deux questions se posent toutefois, et pour lesquelles je n’ai pas de réponse : (i) celle de la va (...)

29Alors, si l’on retourne vers la réflexion initialement introduite à propos de la modélisation métaphorique dans le domaine de l’évolution des langues comme ailleurs, je dirai que développer un modèle induit qui s’inscrit dans (qui rejoint) un/le paradigme majeur de la science du moment procure un insight évident. Je dirai encore que trouver des domaines d’application qui permettent de généraliser la valeur de ce modèle magnifie cet insight. Et je dirai enfin que cela renforce l’image compréhensive de l’organisation du monde à laquelle nous nous référons au moment dont il s’agit, et de ce fait, renforce la dynamique homéostatique23.

L’annulaire

L’univers de l’interprétation

30La question de l’interprétation est maintenant posée, car s’il y a un procès d’abstraction dans l’élaboration du modèle induit, il y a aussi des procès d’interprétation en retour dans l’application de ce modèle induit à de nouveaux domaines de la réalité phénoménale. Ainsi, il n’est qu’à comparer les ontologies des trois auteurs présentés (Croft, Lass et Mufwene) pour se rendre compte que, au-delà de leurs références communes à la théorie de l’évolution par sélection, il s’établit entre eux des différences non seulement dans l’importance de leur engagement par rapport à cette théorie, mais aussi dans leurs postulats sur la nature des langues et dans le détail de leur conceptualisation de l’évolution linguistique, comme le montrent leurs divergences sur la place et la fonctionnalité à attribuer aux acteurs humains dans le procès du changement linguistique. Leur conception de ce qui peut être subsumé sous le terme langue et leur compréhension du changement linguistique ne sont donc pas les mêmes, bien qu’ils aient pu reformuler leur problématique dans cette même schématisation que leur offre ce modèle induit. Nous avons ainsi constaté que, sans que cela soit contradictoire, la langue peut être analysée comme : (i) une population d’énoncés considérés comme des token (Croft) ; (ii) une population d’idiolectes similaires, mais variés toutefois, avec le même rapport de la langue à l’idiolecte que celui que l’on reconnaît de l’espèce à l’organisme (Mufwene) ; (iii) un système de réplication imparfait (Lass).

31Nous aurons également compris que dans sa modalité globale de transmission et tout particulièrement eu égard à la prise en compte des effets du contact et de la diffusion, la langue peut être perçue comme ayant le même type d’existence qu’une espèce biologique parasitique (du type virus) ; que d’un autre point de vue, sa transmission peut être rapprochée de celle des espèces botaniques qui, à la différence des espèces zoologiques, permettent normalement le développement des formations hybrides. De même, le changement linguistique et la différenciation entre les langues peuvent être analysés comme le résultat d’une réplication imparfaite sur le modèle biologique, mais l’hypothèse de départ sur ce qui est normal ou pas dans le processus de réplication n’est pas nécessairement partagée. Ainsi Mufwene (et peut-être Lass) postule que, à la différence de la réplication génétique où la réplication imparfaite est l’accident, pour la langue, la réplication imparfaite est la règle. Mais qu’est-ce que veut dire « être la règle » ? S’agit-il d’un constat de fait, d’une loi de la nature ou bien d’une contrainte définitoire dans le modèle ? Les implications pour la définition du langage sont différentes dans les trois cas.

32Enfin, en termes d’outillage conceptuel, pour permettre une saisie compréhensive de l’évolution des langues intégrant les effets de variation, d’hybridation et de contact, les notions de lingueme pool (Croft) et de feature pool (Mufwene) ont été avancées tandis que le bric-à-brac de Lass est probablement un « candidat-avatar » pour une fonctionnalité voisine. Corrélativement, nous constatons que le passage par de telles notions prend une valeur explicative et instaure une logique explicative de phénomènes que les approches classiques n’avaient pas su intégrer et qu’elles avaient longtemps rejetées hors du champ de la perception phénoménale, puisque les faits de contacts et bien évidemment ceux d’hybridation entre langues étaient (par définition, comme on le sait) laissés aux marges des systèmes d’analyse et des projets d’explication.

33Ce qui est ici patent et demande à être souligné, c’est, encore une fois, l’importance du procès d’interprétation qui consiste à re-présenter les dynamiques linguistiques dans le nouveau corset fourni par le nouveau modèle. De fait, le modèle ne contraint que superficiellement : il s’agit, dans un procès interprétatif ad hoc, de trouver une conformité entre sa structure générale et les données sur lesquelles il s’applique, puis de considérer l’insight qui en résulte. Mais cela fait, un linguiste remarquera peut-être que les grandes distinctions problématiques sur la place des acteurs, la nature de la langue, la constitution de la grammaire, l’émergence du sens, etc. ne semblent pas être résolues dans/par ce transfert et persistent en arrière-plan, comme le suggèrent de facto les différences dans les choix interprétatifs des auteurs lorsqu’il s’agit de sémantiser leur modèle.

34Cela ne veut pas dire que cette opération de modélisation métaphorique est à proscrire ; au contraire, un changement d’orientation du projecteur n’est jamais inutile. Cela veut simplement dire que dans ce procès :

  • d’une part, nous envisageons avant tout une restructuration des représentations du connu et un changement de perspective qui va nous permettre de voir différemment certaines caractéristiques de la phénoménologie considérée ; et cela dans l’espoir de parvenir à un approfondissement conceptuel plus important concernant la nature, les dynamiques et les caractéristiques propres des objets appréhendés (ce qui peut être intéressant et contribuer à ouvrir des horizons de recherche, et qui est le point de vue de tous les auteurs qui accordent un rôle positif à la métaphore) ;
  • d’autre part, nous effectuons cette manipulation dans un contexte où est socio-scientifiquement valorisé ce jeu sur les transferts de paradigmes et le recours à une épistémologie auto-réfléchissante quant à ses valeurs. Une épistémologie qui sanctionne positivement les approches impliquant l’imaginaire métaphorique et le franchissement des frontières disciplinaires.

L’auriculaire

Intérêts et mirages du transfert métaphorique

35À partir de ces exemples, on constatera – ce qu’on savait déjà – que le choix d’une catégorie de modèles métaphoriques introduit nécessairement des questions qui sont caractéristiques de l’arrière-plan conceptuel du domaine qui a permis le développement de ces modèles. Un modèle évolutionniste à fondement darwinien va donc, à propos de l’évolution des langues, introduire les questionnements pertinents dans le domaine dont il est issu. Il permettra de précontraindre, transformer et reformuler – au moins en partie – les problèmes linguistiques en fonction de cette modification du champ des pertinences.

36À titre d’exemple, les questions évolutionnistes qui suivent feront sens alors qu’elles n’ont aucun sens hors du cadre induit par ce cadre de saisie : Le changement linguistique est-il neutre du point de vue adaptatif par rapport à l’évolution des langues (ou du langage) ? Y a-t-il des bénéfices adaptatifs ou fonctionnels qui sont nécessaires pour que la diversité linguistique se développe ? Bénéfices adaptatifs pour les langues ou pour les utilisateurs ? Le changement linguistique résulte-t-il uniquement de la réplication imparfaite des langues à travers les interactions des individus ? Qu’en est-il alors des facteurs sociaux dans ce contexte ?…

  • 24 Voir la note 1 de ce chapitre. Ou encore, Mary B. Hesse rappelant Max Black : « “L’homme est un lo (...)

37Il semble que ces questions nouvelles (ou simplement renouvelées dans leur rhétorique ?) qui résultent de la modélisation métaphorique sont, à un niveau d’échelle près, parallèles aux enrichissements conceptuels qu’un transfert métaphorique simple autour d’une notion ou d’un processus introduit dans le champ sémantique et conceptuel qu’il investit et qui peut, selon le cas – et peut-être les deux à la fois – être interprété positivement comme une avancée heuristique (Lass chez les linguistes ; Black24 chez les épistémologues…) ou bien comme un obstacle épistémologique au sens de Gaston Bachelard.

38Dans quelle mesure le recouvrement systématique tel qu’il est mis en œuvre par des auteurs tels que Croft est-il intéressant, et par rapport à quoi ? Quels sont les dangers et les avantages de procéder à ces opérations ?

39On sait qu’à certains niveaux d’explication, le transfert d’image qu’est la métaphore simple est fréquent et intéressant, car il permet de mieux percevoir des phénomènes structuraux ou relationnels. C’est évident dans les pratiques pédagogiques (par exemple, l’image bien connue du « courant » en électricité, la mise en rapport des propriétés des sons et de celles de la lumière, voir Hesse 1966) et il s’agit de pratiques ponctuelles hors du domaine de la recherche, où les risques potentiels d’obstacles épistémologiques susceptibles d’être introduits sont en général évalués et maîtrisés par le pédagogue, le chercheur… ou l’épistémologue !

40On sait aussi que l’utilisation d’images en tant que support du concept dans des domaines hautement formalisés telles la physique ou les mathématiques est très fréquente. En mathématiques par exemple, la topologie nous a évidemment habitués à des voisinages, des distances, des intérieurs, des extérieurs, des frontières, des espaces, des boules, etc., et dans ce cas la dérive potentielle est un support de la pensée qu’elle peut bien évidemment dynamiser ; mais cela étant, elle reste toujours maîtrisable en retour par le fait même de la mathématisation. En physique, Jean-Marc Lévy-Leblond (1998), toujours attentif aux procès de manipulation idéologique de la métaphore, n’a pas manqué de souligner que « c’est toute la terminologie de la physique la plus classique qui est, de part en part, métaphorique : “forces” et “travail” en mécanique, “charges” et “champs” en électromagnétisme, “rayons” et “foyers” en optique » et de rappeler « qu’il n’y a pas d’énonciation qui ne recoure à la métaphorisation ». Il précisera finalement que « c’est dans la production même du savoir qu’une pratique plus consciente de la pensée et de la langue doit s’instaurer », tout en reconnaissant que « la physique a l’avantage d’être une science logico-mathématique et que la rigueur de sa formalisation pallie en partie les carences de sa verbalisation, tout au moins dans ses démarches propres ». Dont acte.

  • 25 Remarque (im)pertinente… ou réflexion sur l’incidence potentielle du style : « Cognitivement » ? O (...)

41Mais il s’agit là de métaphores ponctuelles et pas de modélisation métaphorique ! Comme nous l’avons vu, il faut distinguer deux choses : (i) subsumer sous un terme métaphorique une notion, un concept, une organisation relationnelle, une procédure ou toute autre construction descriptive d’une phénoménologie donnée, s’il s’avère que cela est cognitivement25 intéressant en raison de la qualité d’image ou de représentation de ce terme ; (ii) recouvrir métaphoriquement par une systématique dont la fonctionnalité est effective dans un domaine de connaissance la phénoménalité d’un autre domaine de connaissance, afin d’en rendre compte (c’est-à-dire de le parler, de le problématiser, de le décrire) dans des termes nouveaux.

  • 26 Encore ! Diable ! Cognitivement caractérisée, la « cristallisation d’image » est-elle vraiment mie (...)
  • 27 Formulée dans un autre langage, la question pourrait se poser ainsi : lorsque nous sommes dans la (...)

42Dans le premier cas, nous n’avons guère affaire qu’à un procès cognitif26 de cristallisation d’image ; compte tenu de l’absence a priori de développement théorique autour de la métaphore transférée, il n’y a que peu de risques de constitution d’obstacle épistémologique en rapport. Dans le deuxième cas, nous savons que c’est un construit théorique déjà élaboré qui est transféré. À travers le procès de modélisation sous-jacent nous avons donc affaire à la reconstitution d’une nouvelle phénoménalité liée aux questionnements propres du cadre théorique considéré et aux a priori qu’il véhicule. Ici le risque de constitution d’obstacle épistémologique est plus important27.

43Ainsi, pour en rester au cas de l’évolution des langues et de la perception de leur non-homogénéité, tout en sachant par ailleurs que la réflexion générale sur le thème du mélange des langues n’avait évidemment pas attendu l’émergence de ces modélisations pour être abordée concrètement comme l’attestent les approches pionnières de Hugo E. M. Schuchardt sur les langues créoles ou les mélanges de langues (sous presse [1884]), ou encore les considérations de William D. Whitney (1881), on pourra se demander dans quelle mesure cette opération scientifico-socialement valorisée aujourd’hui dans le cadre de certaines sciences humaines et sociales – qui construit à la fois son cadre théorique et l’objet de son application – est intéressante pour l’approfondissement des connaissances des domaines empiriques mis en regard. À part sa capacité de généralisation par le biais d’une homéostasie dont l’effet-retour (édulcorant ?) peut difficilement être évité.

Et maintenant, le pouce du panda !

44Parmi les questions qui se posent sur ces pratiques, il y a encore celles-ci :

  • Étant conscient, bien entendu, que les obstacles épistémologiques sont constitutifs de toute élaboration de connaissance et qu’ils ne se dissolvent pas sans se reconstruire ailleurs (ce qui veut dire que l’important est de les reconnaître, de les situer pour être en mesure de les appréhender et que, à l’évidence – et à la différence des pandas –, il ne s’agit pas d’une espèce en voie de disparition !), par le jeu de la modélisation métaphorique fait-on autre chose que simplement les déplacer ?
  • Qu’introduisent la restructuration et la recomposition dans la représentation des organisations phénoménales si l’on s’en tient à une reclassification (superficielle ?) sans ouvrir en parallèle un nouveau champ (chantier) à la recherche empirique dans le domaine d’application ?
  • 28 Selon la terminologie de Mary B. Hesse, nous aurions alors affaire à une « théorie formelle » plut (...)

45On a constaté qu’il est vrai que les récentes modélisations métaphoriques qui mettent en jeu des représentations évolutionnistes cadrent très bien avec tous les questionnements qui concernent les contacts, la variation, l’hybridation, l’hétérogénéité des langues, etc. On a noté qu’elles permettent de « parler » certains aspects de cette problématique de façon fluide dans une discursivité renouvelée. Mais tant qu’elles ne dépassent pas nettement ce stade, le risque est qu’elles ne fassent pas autre chose que reclassifier ce qui a été empiriquement déjà reconnu et abordé par ailleurs dans l’ensemble des domaines concernés par la dynamique du langage28.

46De fait, l’ouverture à ce qu’on globalise aujourd’hui sous les termes « socio-scientifiquement branchés » de complexe ou complexité a précédé ces initiatives de modélisation. Aujourd’hui, dans tous les domaines qui concernent l’évolution, les transformations et la dynamique des langues, tous les principes impliqués ou affichés par les modèles induits évolutionnistes ont déjà été reconnus et proclamés au cours des trente dernières années de restructurations conceptuelles qui – parfois de façon résistible, il est vrai – ont ouvert de nouveaux champs à la recherche empirique (créoles, pidgins, langues mélangées, alternances codiques, variation, hétérogénéité, convergence, grammaticalisation, etc.). Par exemple, les questions de l’hétérogénéité constitutive des langues, celles de la relativité de leur systématicité, celles de l’importance de leur contextualisation, sans jamais être définitivement tranchées, sont sous-jacentes à l’ensemble des études sociolinguistiques et pragmatiques sur les contacts des langues et sur les pratiques langagières, etc.

47Cela ne veut pas dire que la saisie des problématiques de la dynamique des langues à travers une modélisation métaphorique de l’évolution par sélection soit à rejeter a priori. Il convient seulement d’être attentif pour vérifier que les déplacements d’obstacles épistémologiques auxquels procède cette approche n’ont pas pour conséquence de masquer (et de stériliser la recherche sur) d’autres aspects du langage dont on pourrait trouver qu’ils sont également fondamentaux pour la compréhension de la constitution des langues et dont on pourrait penser qu’ils ont ainsi un important pouvoir explicatif dans leurs transformations. Et cela se fait en amont. Et cela reste un choix humain, ce n’est pas un impératif logique inéluctable et contraignant ! L’on pourra aussi, en contrepoint et en guise de garde-fou, songer aux considérations (désenchantées ?) de Paul Feyerabend (1979 [1975]) concernant les risques de développement de dogmatismes en lien avec l’affirmation ou imposition victorieuse d’une théorie :

  • 29 « Unfortunately, this increase in importance is not accompanied by better understanding ; the very (...)

Malheureusement, cette augmentation en importance n’est pas accompagnée d’une meilleure compréhension ; c’est tout le contraire qui se produit. Les aspects problématiques qui à l’origine ont été introduits avec des arguments soigneusement construits deviennent des principes fondamentaux (basic principles) ; les points douteux se transforment en slogans ; les débats avec les adversaires se standardisent et deviennent irréalistes pour les opposants à la théorie, qui sont conduits à s’exprimer dans des termes qui présupposent ce qu’ils contestent, donnant ainsi l’impression de ne s’attacher qu’à des arguties ou qu’à de simples questions de langage. (1979 – ma traduction)29

  • 30 Très sommairement – et avant de développer plus loin cette thématique de la sémiotisation – entend (...)

48Les approches évolutionnistes uniquement renvoyées à la modélisation d’un évolutionnisme biologique n’introduiraient-elles pas de nouvelles frontières (œillères ?) en oblitérant toute une série de questionnements endogènes sur, par exemple, la place et les effets de la sémiotisation30 dans l’élaboration et la transformation des langues, la construction continue du sens ? Autant de thématiques qui nécessitent une reconsidération plus linguistique et plus approfondie de ce que représente la variation dans la mise en signification et la dynamique des langues et de ce qu’introduit la rétroaction des interactants dans l’élaboration linguistique (concernant les formes et les structures) et langagière (concernant les usages). N’y aurait-il rien à reconsidérer dans cette perspective ? J’y reviendrai dans la dernière partie de cet ouvrage. Pour l’instant, l’on pourra penser qu’une recherche qui vise à approfondir dans leur endogénéité les spécificités de l’objet analysé dans sa fonctionnalité, son empiricité et sa contextualisation peut permettre d’aller plus loin que ne l’autorise le simple recadrage d’une modélisation métaphorique.

Limite(s) : métaphore et heuristique

49Je soulignerai encore quelques caractéristiques générales de nos saisies dès lors que percevant des zones d’ombre et insatisfaits de l’état des connaissances et des explications fournies pour rendre compte des phénomènes, nous tentons de renouveler nos questionnements. Cela me fait dériver à nouveau vers la question des métaphores. Dans le domaine linguistique, bien que l’approche évolutionniste soit incommensurable avec la perspective essentialiste, nous restons toujours dans un espace d’explication métaphorique et nos représentations subissent généralement la contrainte des modèles du moment.

50Qu’il s’agisse de l’imaginaire anthropomorphique ou de l’évolutionnisme néo-darwinien, des images (appliquées à des termes, des notions et des domaines), plutôt que des concepts véritables, sont articulées au sein d’un espace dont nous (re)construisons toujours la cohérence en vue d’une homéostasie ; il importe donc d’être vigilants dès lors que nous avons affaire à des notions dont la référence ou la signification surchargent leur définition – lorsqu’elles sont définies ! C’est pourquoi il importe de réfléchir sur les modèles et sur les contraintes généralement non explicitées qu’ils introduisent. C’est encore pourquoi un retour continu et critique sur nos approches et nos tentatives de dépassement reste une activité aussi utile que ces tentatives de dépassement elles-mêmes.

51À côté de la recherche d’une homéostasie sociale (par exemple, le poncif de la perspective du « tous les chercheurs s’accordent à dire X » !), d’une cohérence interne (la référence au cliché de la « rationalisation » dans l’univers clos pointé par Edgar Morin !) et d’une cohérence externe (le renvoi aux topoï de l’horizon du « paradigme » et de l’« épistémè », ou de la « rationalité dans un espace dialogique » également dérivé d’Edgar Morin !), le questionnement qui traque l’éventuel effet de masquage introduit par un transfert de modèle sur l’objet de son application a aussi sa valeur heuristique ! Alors, en ce qui concerne le linguistique, à côté de la perspective essentialiste (retenant l’homogénéité), à côté de la perspective évolutionniste (pointant l’hétérogénéité), peut-être que la prise en considération de certaines propriétés dynamiques qui lient les langues à ceux qui les actualisent permettrait d’aller plus loin dans la compréhension des phénomènes. Par exemple, des propriétés telles que : (i) l’historicité de ce qui se passe et qui intervient dans la construction continue du sens et la sémiotisation des formes, (ii) la variation comme condition nécessaire du linguistique afin de faire sens, d’ouvrir au signe et de satisfaire au procès continu de l’interprétation.

  • 31 « Du point de vue interactionnel, on retient qu’une métaphore nous conduit à “voir” différemment l (...)

52Nous avons probablement là les conditions d’une saisie plus linguistique de l’évolution des langues qui lierait acteurs, agents et renouvellement des formes. Une saisie qui intégrerait de fait toute la réflexivité propre aux acteurs/agents humains dans ce procès où, à la fois, ils perçoivent et reçoivent les données de leur(s) langue(s), et où ils les réélaborent continûment. Ce qui, bien évidemment, n’exclut aucune initiative de modélisation et n’ostracise pas a priori la pratique de la métaphore… mais cependant (avec un clin d’œil pour Mary B. Hesse !) nous met en garde envers la propension à rechercher, sans critique particulière et sans prise de distance, la « vulpinité » de l’homme, dès lors qu’on l’aura(it) métaphoriquement caractérisé comme un « renard »31 !

Notes

1 « Un énoncé métaphorique peut générer de nouvelles connaissances et de nouvelles ouvertures en modifiant les relations entre les objets considérés » ; « A metaphorical statement can generate new knowledge and insight by changing relationships between the things designated » (Black 1993 [1979], p. 35 – ma traduction).

2 « […] the two systems are seen more like each other ; they seem to interact and adapt to one another, even to the point of invalidating their original literal descriptions if these are understood in the new, postmetaphoric sense. »

3 Précisons que le travail de Croft (2000) a été publié un an avant la parution de l’ouvrage de Mufwene, mais que ce dernier reprend dans son ouvrage plusieurs de ses articles antérieurs à la publication de Croft.

4 « […] while claiming that the notion of exaptation seems useful in establishing a name and descriptive framework for a class of historical events, I remain fully aware (even insistent) that languages are not biological systems in any deep sensé. »

5 « […] rather than extending a notion from biology to linguistics, I am suggesting that the two domainshave certain behaviors in common by virtue of evolving. »

6 « I am convinced that there is such a thing as a theory of “historically evolved systems”. »

7 Il précise également : « Une description dynamique générale est une syntaxe sans sémantique » ; « a general dynamical description is a syntax without a semantics » (1997, p. 294 – ma traduction), ce qui rejoint le point de vue de Croft. Mais est-ce vraiment une syntaxe sans sémantique ? Et une syntaxe sans sémantique est-elle un construit vraisemblable ? Elle inclut au moins les paramètres de l’air du temps.

8 Pour finir, Lass distinguera entre deux espèces de connaissance historique. L’une est relativement directe, dérivée de témoignages (théoriquement définis comme tels) par le moyen de types standards d’inférence. L’autre est indirecte : soit dérivée de la théorie en conjonction avec les propriétés de l’état actuel du monde où les témoignages sont absents ou sérieusement compromis ; soit dérivée de créations métaphoriques qui apportent de l’ordre ou de l’excitation dans des domaines antérieurement non ordonnés et ennuyeux.

9 La notion de réunitarisation, que j’ai reprise de Douglas R. Hofstadter (1985 [1979], p. 318 et suiv.) est largement exemplifiée par cet auteur. Il en définit ainsi l’idée : « un groupe d’éléments est reconsidéré comme une seule “unité”. La limite d’une unité ressemble un peu à la membrane d’une cellule ou à la frontière d’un État : elle confère une identité distincte à l’assemblage d’éléments qu’elle définit. Selon le contexte, on peut vouloir ignorer la structure interne de l’unité ou au contraire la prendre en compte » (p. 322). Ici, j’entends par réunitarisation une opération qui permet à la fois de décrire, de donner sens et finalement de manipuler à son niveau particulier, et par rapport aux pertinences qui ont cours dans son univers, des unités ou séquences d’unités élaborées à un autre niveau selon un ordre qui leur est propre. On a ainsi affaire à deux niveaux. Chacun d’eux est construit selon son ordre propre dans son univers de référence, mais l’un construit ses objets à partir de bribes, fragments, séquences sélectionnés dans les productions de l’autre. Cela introduit à l’évidence une logique et une hiérarchie pour l’explication, car ce n’est pas parce que les unités d’un niveau sont fondées sur des unités de l’autre qu’il est possible d’organiser leur rapport dans les termes d’une causalité. On peut penser, en informatique, à la hiérarchie du langage d’assemblage aux langages évolués, l’un des exemples utilisés par Hofstadter.

10 Hum !… « Attention !… Soyez vigilants que diable !… Veillez à ne pas manquer une généralisation ! » ne dit-on pas dans certains milieux reconnus/considérés comme vraiment très sérieux ?

11 La distinction de Max Black (1976 [1962]) entre modèles mathématiques et modèles théoriques est sans doute pertinente ici.

12 On peut se référer à l’ouvrage du généticien des populations Pierre Darlu et du paléontologue Pascal Tassy (2004 [1993]) pour une présentation claire et pédagogique des méthodes de reconstruction cladistiques et phylogénétiques.

13 Par exemple, dans quelle mesure les méthodes de parcimonie ou l’analyse bayésienne utilisées pour la recherche génétique et biologique conduisent-elles à des résultats vraiment intéressants pour le développement de la recherche en linguistique (pré)historique ? Certes, cela mérite d’être tenté… Mais, pour cette raison même, cela demande aussi à être surveillé et très sérieusement décrypté.

14  « […] c’est-à-dire pour illustrer le potentiel des simulations en tant qu’outil de recherche en sciences sociales et historiques » ; « i.e., to illustrate the potential of simulations as research tool in the social and historical sciences » (Parisi et al. 2008, p. 193 – ma traduction).

15 « Les simulations informatiques sont une façon nouvelle pour exprimer des théories scientifiques qui peut aider à résoudre la question de savoir comment formuler des théories en sciences humaines. (ii) Les simulations obligent le chercheur à rendre sa théorie explicite, consistante, précise et complète, faute de quoi la théorie/simulation ne pourra pas fonctionner pour l’ordinateur ou ne générera pas les résultats attendus. (iii) Les théories qui sont présentées comme des simulations informatiques sont nécessairement riches en contenu empirique en raison de la manipulation des conditions et des variables requises par la simulation, et par la valeur des paramètre, […]. (iv) Les simulations peuvent reproduire la façon dont les phénomènes se développent, leurs dynamiques dans l’espace et le temps, ce qui est une exigence essentielle étant donné le caractère historique de nombreux phénomènes humains » ; « (i) Computer simulations are a new way of expressing scientific theories that may help solve the problem of how to formulate theories in the social sciences. (ii) simulations force the researcher to make his or her theory explicit, consistent, precise and complete, because otherwise the theorie/simulation will not run in the computer or will not generate the expect results. (iii) theories expressed as simulations are necessarily rich in empirical content in that, by manipulating the conditions and variables of the simulation and the value of the parameters […]. (iv) simulations can reproduce the manner in which phenomena develop, their dynamics in space and time, which is a critical requirement given the historical character of many human phenomena » (ibid., p. 192 – ma traduction).

16 Pour les linguistes, peut-être est-il utile, en contrepoint, de faire un lien (pas un recouvrement !) avec la notion d’isotopie en sémantique, introduite par Algirdas J. Greimas (1966) et reprise par François Rastier et d’autres linguistes. Par ailleurs, si l’on considère l’homéostasie du point de vue de la dynamique qu’elle présuppose, on pourra noter qu’elle n’est pas sans lien avec la notion de « cercle cognitif » (cognitive circle) telle que Maturana et Varela l’ont présentée et développée (1994). Voir Nicolaï (sous presse) pour une réflexion approfondie concernant l’importance de la circularité dans nos procès de mise en signification et d’élaboration du sens.

17 La notion est ainsi définie : « Si nous définissons un collectif de pensée comme la communauté des personnes qui échangent des idées ou qui interagissent intellectuellement, alors nous tenons en lui le vecteur du développement historique d’un domaine de pensée, d’un état du savoir déterminé et d’un état de culture, c’est-à-dire d’un style de pensée particulier » (Fleck, 2008, p. 74) ; « Definieren wir “Denkkollektiv” als Gemeinschaft der Menschen, die im Gedankenaustausch oder in gedanklicher Wechselwirkung stehen, so besitzen wir in ihm den Träger geschichtlicher Entwicklung eines Denkgebietes, eines bestimmten Wissensbestandes und Kulturstandes, also eines besonderen Denkstiles » (1999, p. 54-55).

18 « Nous pouvons […] définir un fait scientifique comme une relation entretenue par des concepts, conforme à un style de pensée, et qu’il est possible d’analyser à partir de points de vue historiques ou relevant de psychologies individuelle ou collective, mais dont le contenu ne peut être reconstruit entièrement à partir de tels points de vue » (2008, p. 147) ; « Wir können vorläufig die wissenschaftliche Tatsache definieren als eine denkstilgemäβe Begriffsrelation, die zwar von geschichtlichen, individuell- und kollektiv-psychologischen Standpunkten aus untersuchbar, aber nie ohne weiteres aus diesen Standpunkten inhaltlich vollständig konstruierbar ist » (1999, p. 110).

19 Sur ce point, lire la postface à la traduction française de l’ouvrage de Ludwik Fleck, écrite par Bruno Latour (2008, p. 251-260) qui resitue catégoriquement Fleck comme un pionnier dans la perspective de la sociologie de la science.

20 On sait que le « paradigme » selon Thomas S. Kuhn renvoie à la modalité stable de saisie scientifique qui régit la « science normale » d’une époque. Lorsque le paradigme rencontre des difficultés, cela débouche sur une crise par laquelle on passe au paradigme suivant (paradigm shift). Isabelle Stengers en précise ainsi le cadre et les limites d’interprétation : « […] le paradigme ne peut être interprété comme une décision “purement humaine”, quelle que soit la théorie de la décision que l’on veuille invoquer. Aucune décision humaine, aucune contrainte, aucun endoctrinement ne pourra éliminer la différence entre les sciences auxquelles un paradigme est “advenu” et celles qui n’en ont pas. Un paradigme est, d’abord et avant tout, d’ordre pratique. Ce qui est transmis n’est pas une vision du monde, mais une manière de faire, une manière non seulement de juger les phénomènes, de leur conférer une signification théorique, mais aussi d’intervenir, de les soumettre à des mises en scène inédites, d’exploiter la moindre conséquence ou le moindre effet impliqué par le paradigme pour créer une nouvelle situation expérimentale » (1995 [1993], p. 60).

21 En effet, Kuhn dira : « J’ai lu le livre une première fois pendant l’année 1949 ou le début de 1950. […] cette connaissance du texte de Fleck m’a aidé à me rendre compte que les problèmes que j’abordais avaient une dimension fondamentalement sociologique. C’est, en tout cas, cette dimension-là de son livre que j’ai retenue dans ma Structure des révolutions scientifiques. […] À la relecture de l’ouvrage, […] j’y ai trouvé de nombreux aspects éclairants que j’ai pu travailler de façon fructueuse selon ma perspective » ; « I first read the book during the year 1949 or early in 1950. […] acquaintance with Fleck‘s text helped me to realize that the problems which concerned me had a fundamentally sociological dimension. That, in any case, is the connection in which I cited his book in my Structure of Scientific Revolutions. […] Rereading the book […] I find many insights that I might fruitfully have worked into my view-point » (Kuhn 1979, p. vii-xi – ma traduction).

22 Je ne résiste pas à l’envie d’introduire ici la remarque de Willard Van Orman Quine (1977 [1960]) concernant la place de la « simplicité » et du « conservatisme » dans nos élaborations épistémiques : « Le conservatisme – une manière de favoriser le schème conceptuel d’un travail antérieur, lui-même hérité ou inventé – est, en même temps, le conseil de la paresse et une stratégie de découverte […]. Chaque fois que la simplicité et le conservatisme ont la réputation de conseiller des directions opposées, le verdict de la conscience méthodologique est du côté de la simplicité. Le conservatisme n’en est pas moins la force prépondérante ; […] il peut encore agir lorsque les idées séminales et l’imagination font défaut » (1977, p. 50-51, traduction Joseph Dopp) ; « Conservatism, a favoring of the inherited or invented conceptual scheme of one’s own previous work, is at once the counsel of laziness and a strategy of discovery. […] Whenever simplicity and conservatism are known to counsel opposite courses, the verdict of conscious methodology is on the side of simplicity. Conservatism is nevertheless the preponderant force […] : it can still operate when stamina and imagination fail » (1960, p. 20). Ce qu’il résumera un peu plus loin ainsi : « La méthode scientifique revient en gros à se laisser guider par les stimuli sensoriels, par un certain goût de la simplicité, et par un certain goût pour les vieilles choses » (1977, p. 53) ; « Scientific method was vaguely as a matter of being guided by sensory stimuli, a taste for simplicity in some sense, and a taste for old things » (1960, p. 22).

23 Deux questions se posent toutefois, et pour lesquelles je n’ai pas de réponse : (i) celle de la valeur explicative de cet insight et de la généralisation qui le fait naître ; (ii) en retour, celle de l’impact réel de la vision renouvelée dans l’approfondissement des connaissances concernant les domaines empiriques sur lesquels cette vision renouvelée est appliquée. Dans le même temps, on remarquera que nous avons affaire à un procès circulaire où il s’agit de parvenir à un ordre et à la résolution d’un problème en tant que terme de l’enquête ; une homéostasie en quelque sorte. L’on pourra aussi se poser la question générale de la place de la circularité de nos raisonnements hors de certaines procédures formalisées, et limitées dans les pas de leurs déductions. L’on pensera alors aux réflexions du sociologue Raymond Boudon (1990, p. 103-128) et aux effets qu’il regroupait dans le cadre de ce qu’il appelait le modèle de Simmel : « Une théorie […] peut être circulaire, mais nous apparaître comme linéaire, du fait de la présence occulte de propositions qui non seulement sont présentes dans nos raisonnements, mais sont décisives dans la formation de nos convictions, sans que nous en prenions conscience » (p. 104). Je renvoie également à Nicolaï (sous presse) pour d’autres développements qui visent à souligner la place et l’importance de la circularité dans nos procès de mise en signification et d’élaboration de sens.

24 Voir la note 1 de ce chapitre. Ou encore, Mary B. Hesse rappelant Max Black : « “L’homme est un loup” fait considérer l’homme comme plus “vulpin” (vulpine), “l’enfer est un lac de glace” rend l’enfer plutôt glacial que chaud, et une théorie des ondes rend le son plus dynamique » ; « “Man is a wolf” makes man seem more vulpine, “Hell is a lake of ice” makes hell seem icy rather than hot, and a wave theory of sound make sound seem more vibrant » (1966, p. 167 – ma traduction).

25 Remarque (im)pertinente… ou réflexion sur l’incidence potentielle du style : « Cognitivement » ? Oui, certes. Mais si l’on supprime ce « cognitivement » dans l’énoncé… le sens reste le même. Seule la connotation surimposée, induite par l’effet de mode de cet emploi, aura changé !

26 Encore ! Diable ! Cognitivement caractérisée, la « cristallisation d’image » est-elle vraiment mieux perçue ?

27 Formulée dans un autre langage, la question pourrait se poser ainsi : lorsque nous sommes dans la perspective d’un « modèle de type 1 » tel que le définit Mary B. Hesse (1966), c’est-à-dire dans une modélisation qui retient à la fois ce qu’elle appelle les « analogies positives » (les traits qui sont partagés par les phénoménologies mises en rapport) et les « analogies neutres » (les traits pour lesquels la question n’est pas tranchée) ; ce champ des « analogies neutres » possibles dont l’intérêt est évident pour ouvrir vers des renouvellements potentiels est-il malgré tout suffisamment contraint pour ne pas risquer de laisser trop de liberté d’interprétation et jouer un rôle contre-productif pour le développement d’une dynamique inventive susceptible de rendre (mieux) compte des phénomènes ?

28 Selon la terminologie de Mary B. Hesse, nous aurions alors affaire à une « théorie formelle » plutôt qu’à un « modèle de type 1 ».

29 « Unfortunately, this increase in importance is not accompanied by better understanding ; the very opposite is the case. Problematic aspects which were originally introduced with the help of carefully constructed arguments now become basic principles ; doubtful points turn into slogans ; debates with opponents become standardized and also quite unrealistic, for the opponents, having to express themselves in terms which presuppose what they contest, seem to raise quibbles or misuse words » (1993 [1975], p. 30).

30 Très sommairement – et avant de développer plus loin cette thématique de la sémiotisation – entendons par là le procès de mise en signification, d’élaboration de sens et de transformation en « signes » de ce qui se manifeste et de ce que nous élaborons dans notre monde. Procès qui met en jeu les situations d’échange, les objectifs communicationnels des participants aux échanges, leurs statuts en tant qu’acteurs de ces échanges. Autant de dimensions qui sont déterminées par l’historicité et surtout par la rétention d’historicité résultant de nos pratiques antérieures.

31 « Du point de vue interactionnel, on retient qu’une métaphore nous conduit à “voir” différemment le système primaire et introduit un déplacement de la signification des termes initiaux de ce système primaire vers le sens de la métaphore. Ainsi, l’énoncé “l’homme est un loup” fait apparaître l’homme comme étant plus “vulpin” (vulpine) » ; « It is claimed in the interaction view that a metaphor cause us to « see » the primary system differently and cause the meanings of terms originally literal in the primary system to shift toward metaphor. Thus “Man is a wolf” makes man seem more vulpine » (Hesse, 1966, p. 167 – ma traduction). Voir également la note 2 de ce chapitre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search