Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 1. Le descripteur, ses objets-langues et ses métaphores

Chapitre II

Visions en perspective

Note de l’auteur

Ce chapitre reprend partiellement un texte intitulé « Modélisation métaphorique et construction de paradigme : à propos de l’application des modèles biologiques à l’évolution des langues » présenté le 15 décembre 2006, lors de la table ronde « La modélisation métaphorique dans la représentation des phénomènes » tenue à Nice dans le cadre de la chaire IUF « Dynamique du langage et contact des langues ». Il reprend également quelques points d’une autre communication intitulée « L’origine aujourd’hui : un point de vue (perspective essentialiste, perspective évolutionniste et métaphores) », présentée à Porquerolles lors de la Biennale des théories linguistiques « Histoire des représentations de l’origine du langage et des langues », 28 août - 1er septembre 2006. Bien évidemment je m’essaie à rendre compte aussi fidèlement que possible des approches de William Croft, Salikoko S. Mufwene et Roger Lass, qui me servent ici pour rebondir.

Texte intégral

Venons-en maintenant à l’époque contemporaine en présentant trois approches particulièrement intéressantes pour engager la réflexion sur le thème de la fonctionnalisation de la métaphore : la vision de William Croft à propos du changement linguistique et de l’évolution des langues ; la vision de Salikoko S. Mufwene avec l’écologie des langues ; la vision de Roger Lass et ses positions concernant l’ontologie évolutive des systèmes linguistiques. À partir de là, une première synthèse sur la fonction de la métaphore sera proposée.

Le temps d’aujourd’hui

1Si, vagabondant et continuant le voyage, l’on suit les grandes bornes qui marquent le mainstream et les doxas de la pensée linguistique qu’atteste l’histoire, on verra apparaître le structuralisme. Il ouvrira vers d’autres horizons et renverra à d’autres arrière-plans focalisés sur le systémique, lesquels, de la cybernétique des années 1950 aux actuelles modélisations informatiques, ont contribué et contribuent toujours à enrichir notre patrimoine des vues sur le fonctionnement du langage et des langues. Toutefois la référence à l’imagerie évolutionniste n’a pas disparu pour autant, elle est simplement assoupie, engourdie. Elle se réveillera et se détendra, revêtue d’habits au goût du jour lorsque, ayant fini par délaisser la référence aux organismes dans la théorie de l’évolution, les « sciences de la vie » d’un xxe siècle finissant se seront engagées plus avant dans la recherche biologique et génétique. Tout cela demande qu’on y réfléchisse.

2Réfléchissons donc. Et pour cela, arrêtons-nous à quelques exemples contemporains. Depuis le siècle dernier, les questions des chercheurs à propos de la dynamique et de l’évolution des langues se sont drastiquement transformées. Elles se sont affirmées en rapport avec la reconnaissance de nouveaux objets empiriques nés, par exemple, de l’étude du contact des langues, tels que les alternances codiques, les mélanges de langues, les aires de convergences linguistiques, les variations sociales et stylistiques, etc. Elles se sont modifiées au fur et à mesure que s’est structurée la recherche sur ces objets et que, parallèlement, s’est relativisée l’emprise de toute une catégorie de concepts a priori, concernant la systémacité et l’homogénéité des langues qui ont eu force de loi au cours de notre xxe siècle, à l’époque structuraliste et générativiste. Mais dans le même temps – et c’est cela qui est intéressant – elles se sont développées en rapport avec d’autres transformations qui, indépendamment, ont secoué et continuent de secouer le monde de la recherche dans les domaines de la génétique et de la biologie. Autant de transformations dont nous savons qu’elles ont conduit à une modification fondamentale de l’état des connaissances concernant la problématique générale de l’évolution des langues.

3Je vais donc aborder cette catégorie de modèles dits néo-darwiniens qui sont issus de la biologie et de la génétique. Le recours à de tels modèles et plus largement aux théories évolutionnistes pour rendre compte de l’évolution et de la dynamique des langues est dans l’air du temps avec sans doute autant de prégnance que ce fut le cas dans la seconde partie de notre xixe siècle lors de la gestation et de l’émergence des idées de Darwin. Ainsi, les transferts de modèles et les généralisations actuelles qui, à partir de la considération des résultats de la recherche biologique, vont par abduction conduire à la construction de représentations plus abstraites, censées concerner l’évolution en général, demandent à être analysés du point de vue de leur pertinence descriptive et de leur heuristique. En effet, chaque fois que l’on envisage l’exportation d’un modèle, la question est ouverte de savoir ce qu’on modélise dans le jeu du transfert.

4Au cours des deux dernières décennies, plusieurs linguistes, tels Roger Lass (1997), William Croft (2000) ou Salikoko S. Mufwene (2001), se sont référés à ces modèles néo-darwiniens pour tenter de comprendre la dynamique des langues et du changement linguistique ; c’est pourquoi la question de l’intérêt de leur généralisation, de leur transposition dans le domaine des langues et l’évaluation de la nature plus ou moins métaphorique de cette transposition s’est posée, et continue à se poser. Les métaphores et les ontologies (voir chapitre 3) ainsi élaborées ou renouvelées ont-elles un intérêt heuristique effectif ou bien, à l’inverse, oblitèrent-elles le processus de connaissance ou, à tout le moins, certains de ses aspects ? Le transfert masque-t‑il ou éclaire-t‑il la structure de l’objet ? Un objet qui, d’ailleurs, va se trouver redéfini dans ce procès. L’évaluation positive ou négative – et sur quels critères ? – de l’efficace du transfert ainsi que la réflexion corrélative sur les précontraintes (ou obstacles épistémologiques) qu’il est susceptible d’induire sont donc posées.

5Sans aucun esprit d’exégèse et dans un cadre visant à la synthèse, je vais donc commencer par sélectionner et présenter dans les approches de ces trois linguistes les thèmes qui sont importants pour mon propos. L’intérêt de la comparaison est qu’ils sont tous trois concernés par ce que j’appelle des procès de modélisation métaphorique – notion que j’expliciterai mieux par la suite – et qu’ils ont tous trois conscience de l’importance méthodologique de ces procès ainsi que de leurs implications théoriques et épistémologiques.

La vision de Croft, ou le changement linguistique et l’évolution des langues

6La perspective de modélisation proposée par le linguiste américain William Croft est certainement la plus élaborée et la plus systématique, c’est pourquoi je commence par elle. Pour lui, les langues sont des entités historiques constamment évolutives qui n’ont rien à voir avec les catégorisations taxonomiques ; les langues ne sont pas des types et les changements linguistiques se transmettent selon une dynamique voisine de celle introduite par le biologiste, éthologiste et théoricien de l’évolution Richard Dawkins (2003 [1976]) lorsque avec la notion de mème (meme) il suggère une extension possible de la notion de gène au domaine culturel :

  • 1 « Examples of memes are tunes, ideas, catch-phrases, clothes fashions, ways of making pots or of b (...)

On trouve des exemples de mèmes dans la musique, les idées, les phrases clés, la mode vestimentaire, la manière de faire des pots ou de construire des arches. Tout comme les gènes se propagent dans le pool génique […], les mèmes se propagent dans le pool des mèmes, en sautant de cerveau en cerveau par un processus qui, au sens large, pourrait être qualifié d’imitation. (2003, p. 261, traduction Laura Ovion)1

7Ou encore, de celle suggérée par le sociologue et philosophe français Edgar Morin (1991, p. 113 et suivantes) avec la notion d’être noologique. Il s’agit là d’un point de vue qui croise la thématique générale de la « contagion des idées » popularisée par ailleurs par l’anthropologue Dan Sperber (1996, 1997), laquelle rend pertinente la distinction entre explication infra-individualiste et explication individualiste : « Les individus (dont le comportement est aussi, bien sûr, un élément d’explication) sont des lieux où se produisent ces processus infra-individuels, mais ils n’en sont pas les agents » (1997, p. 123) ; thématique largement reprise par Nick J. Enfield (2003, 2008) :

  • 2 « To speak of linguistic processes in epidemiological terms is to say that individual types of lin (...)

Parler de processus linguistiques en termes épidémiologiques, c’est dire que des types de variantes linguistiques se diffusent au sein des populations par le biais de chaînes d’événements dans lesquelles un individu expose un autre individu à une autre variante, de telle sorte que le second individu peut à son tour exposer un autre individu à cette même variante, selon un processus qui se poursuit indéfiniment. Une des principales tâches de l’épidémiologiste est de suivre ces chaînes de causalité […] qui déterminent le développement spatio-temporel d’une variante donnée dans une population historiquement définie. Au cœur de ces chaînes causales il y a les contacts interpersonnels qu’entretiennent les porteurs individuels de la variante considérée. (2008, p. 301 – ma traduction)2

  • 3 « An utterance is a particular, actual occurrence of the product of human behavior in communicativ (...)

8Développant sa Theory of Utterance Selection, Croft va donc définir la langue comme « une population d’énoncés dans une communauté de discours » (2000, p. 26 : « a language is the population of utterances in a speech community »), soit comme l’ensemble des énoncés produits et compris par une communauté linguistique particulière. Il se démarque ainsi d’une définition essentialiste qui se fonderait sur la notion traditionnelle de phrase. L’interaction communicative entre locuteurs et auditeurs dans la communauté de discours est « sexuelle » : les langues et leurs locuteurs forment des populations au sens biologique. De la langue est produite lorsqu’un locuteur communique avec un auditeur (double sens en anglais du terme intercourse). Les énoncés auxquels Croft fait appel n’ont rien d’abstrait, ce sont des entités concrètement manifestées (des token). Il ne s’agit donc ni d’énoncés au sens foucaldien, ni d’aucune espèce d’énoncé-type ; dans sa perspective, ce sont les équivalents des molécules ADN en biologie. Un énoncé est ainsi défini comme « une occurrence actuelle particulière produite par un comportement humain dans l’interaction communicationnelle (c’est donc une chaîne phonique) telle qu’elle est prononcée, grammaticalement structurée, sémantiquement et pragmatiquement interprétée dans son contexte » (2000, p. 26 – ma traduction)3.

9Ceci étant, on sait que la molécule ADN est composée par une séquence de gènes. L’énoncé, lui, sera donc composé d’une séquence de linguèmes. Ainsi un linguème est une unité de la structure linguistique incluse dans un énoncé particulier. Comme un gène, il peut être hérité à travers une réplication : le linguème est alors l’unité qui se réplique. Il est le réplicateur dans le procès élémentaire de sélection linguistique au même titre que le gène est le réplicateur dans le procès de sélection biologique. Parallèlement, l’on doit admettre l’existence d’un pool de linguèmes (lingueme pool) qui est l’équivalent du pool génique ; c’est une notion qui prend de l’importance et qu’on retrouve chez d’autres auteurs (voir, infra, le feature pool de Salikoko S. Mufwene). Ce pool de linguèmes contient l’ensemble des linguèmes (comprenant toutes les variantes) que l’on peut rencontrer dans une population d’énoncés.

10À cela, il faut encore ajouter les interacteurs qui sont les entités qui interagissent avec leur environnement de telle façon que cela rende différentielle la réplication. Ce sont les locuteurs qui sont les interacteurs dans le domaine linguistique. Quant à la grammaire, dans la perspective de Croft, il ne s’agit pas d’une grammaire générative dans le sens technique où elle conduirait à caractériser un ensemble de phrases admissibles :

  • 4 « A grammar is the cognitive structure in a speaker’s mind that contains her knowledge about her l (...)

[Elle] est une structure cognitive dans l’esprit du locuteur. Elle contient sa connaissance sur sa langue ; c’est la structure qui est utilisée dans la production et la compréhension des énoncés […]. La grammaire de chaque locuteur est acquise sur la base de la sous-population de langue à laquelle il est exposé. Ainsi chaque locuteur aura une grammaire sensiblement différente. (Ibid. ma traduction)4

Le procès de l’évolution

11Croft considère qu’en général l’évolution est un procès qui connaît deux étapes : la réplication altérée des réplicateurs et la sélection des interacteurs. Le changement linguistique est lui aussi un procès en deux étapes : tout d’abord l’innovation et ensuite la propagation. La réplication altérée conduit à l’existence de variantes issues d’un unique linguème (à rapprocher des allèles en biologie). Ces variantes deviennent habituellement les variantes d’une unique variable linguistique : il s’agit donc des différents moyens de dire la même chose aux niveaux phonologique, lexical, morphosyntaxique. Lorsque des linguèmes variants apparaissent, alors ils peuvent être répliqués différentiellement, conduisant ainsi à leur propagation ou à leur élimination. Ce procès est celui de la sélection. Pour la langue :

  • 5 « […] it is not (just) the differential extinction and proliferation of speakers themselves that l (...)

[…] la sélection n’est pas (juste) l’extinction ou la prolifération différentielle des locuteurs eux-mêmes qui conduit à la perpétuation différentielle des structures linguistiques trouvées dans les énoncés puisqu’on sait que les formes linguistiques, et les langues elles-mêmes, peuvent mourir sans que leurs locuteurs meurent. Les locuteurs abandonnent leur langue pour une autre ; ou ils cessent graduellement d’utiliser une forme de langue au profit d’une autre. (p. 31 – ma traduction)5

12Sur ce point on remarquera incidemment que ce constat suggère un écart évident avec les pratiques heuristiques de ceux qui, dans une perspective essentialiste, tentent d’établir des conjectures sur l’origine des langues en s’appuyant sur d’éventuelles corrélations langues-gènes.

13Suivant une visée sociohistorique de la linguistique, Croft postule aussi que le procès de sélection est essentiellement un procès social. Il retient que les variantes d’une variable linguistique peuvent avoir des valeurs sociales associées et que les locuteurs sélectionnent les variantes qu’ils utilisent (pour les répliquer) dans leurs énoncés particuliers sur la base de ces valeurs sociales : prestige manifesté ou masqué, relation sociale du locuteur et de son interlocuteur, etc. C’est cela qui conduit à la perpétuation différentielle des réplicateurs pertinents, c’est-à-dire à la survie ou à l’extinction des structures linguistiques dans les énoncés. En d’autres mots, ce sont les facteurs sociaux qui, dans la sélection, jouent le rôle que les facteurs écologiques jouent en biologie.

14Enfin, la perpétuation d’une structure linguistique particulière dans les énoncés est directement dépendante de la survie des structures cognitives qui, dans une grammaire, sont utilisées par les locuteurs produisant des énoncés de cette structure, et la survie des structures cognitives dépend de leur implantation (entrenchment) dans l’esprit. Le changement en proportion des variantes de la variable linguistique en usage est apporté par les changements dans les degrés d’implantation de ces variantes dans les grammaires des locuteurs.

15Dans le paradigme de la sélection, le tableau synthétique que je reproduis ici (Croft 2000, p. 38) a pour but de montrer les parallélismes entre les paradigmes particuliers de la sélection en biologie et en linguistique. Il met en regard le propre paradigme métaphorique de la dynamique des langues de William Croft avec celui présenté par l’Américain David L. Hull (1988, p. 406 et suivantes), philosophe de la biologie, comme cadre de référence général pour une théorie de la sélection, et le paradigme proposé par Richard Dawkins :

David Hull Richard Dawkins William Croft
Generalized theory of selection Paradigm instantiation of selection in biology Paradigm instantiation of selection in language
Replicator Gene Lingueme
Replicators in populations Gene pool Lingueme pool
Structured set of replicators String of DNA utterance
Normal replication Reproduction by interbreeding Utterance production in communication
Altered replication Recombination, mutation of genes Mechanisms for innovation
Alternative replicators Alleles Variants
Locus for alternative replicators Gene locus Linguistic variable
Interactor Organism Speaker (including grammar)
Environment Ecological environment Social-communicative context
Selection Survival and reproduction of organisms Entrenchment of convention by speakers and its propagation in communication

La vision de Mufwene, ou l’évolution des langues et l’écologie

  • 6 On se souviendra que pour le naturaliste français Jean-Baptiste Lamarck l’usage intensif ou délais (...)

16Avec Salikoko S. Mufwene, qui enseigne à l’université de Chicago et a développé des théorisations anthropolinguistiques sur l’écologie des langues, il s’agit de penser la langue comme une espèce et de renvoyer l’explication de ses dynamiques évolutives à une écologie. À partir de là, il postulera qu’une langue est une espèce lamarckienne6 dont la composition génétique peut changer à différents moments de son développement. Plus précisément il postulera qu’une langue se rapproche davantage d’une espèce parasitique et symbiotique que d’une espèce animale ; que les espèces parasitiques sont des analogues très adéquats aux langues parce qu’une langue n’existe pas sans ses locuteurs, tout comme les parasites n’existent pas sans leurs hôtes (il s’agit là de l’extension d’une métaphore largement reprise de Dawkins à Morin, en passant par Sperber). Il identifie donc la langue à une espèce de ce type, car la vie et la vitalité d’une langue dépendent des actes et des dispositions de ses hôtes, soit les locuteurs, au sein de la société qu’ils forment et dans la culture dans laquelle ils vivent.

17En ce qui concerne l’évolution, il note d’entrée de jeu que les agents de l’évolution des langues sont les locuteurs individuels, et donc que la variation qui induit l’évolution commence véritablement au niveau intradialectal avant d’atteindre les niveaux interdialectaux ou interlangues. De fait, il postule que la causalité de cette évolution se trouve dans la compétition et la sélection qui se manifestent dans les systèmes de communication dont disposent les locuteurs, dans les procès d’accommodation qu’ils développent entre eux, ainsi que dans les ajustements à de nouveaux besoins communicatifs à travers leurs actes de langage. Mufwene retient donc que les frontières des langues et des dialectes ne sont jamais infranchissables : elles sont osmotiques comme le montrent les recherches sur les phénomènes d’alternance et de mixage des langues. Ainsi les accommodations et les ajustements mutuels des locuteurs pour répondre à leurs nouveaux besoins communicationnels peuvent trouver des matériaux aussi bien dans un même système linguistique que dans des systèmes séparés. Conséquemment, la distinction entre changements linguistiques internes ou externes devient sans intérêt.

18En conclusion, quatre notions liées sont essentielles dans cette approche : langue, idiolecte, feature pool et sélection. Précisons-les.

La langue

19Reprenant l’analogie de l’espèce biologique qui peut être définie par le potentiel de ses membres à être interféconds et à se reproduire, Mufwene perçoit la langue comme « une population d’idiolectes qui rend ses hôtes capables de communiquer et de se comprendre entre eux » (2001, p. 150 : « a population of idiolects that enable their hosts to communicate with and understand one another »). Elle n’est donc plus conçue comme un organisme sans variation interne, mais elle n’est pas pour autant équivalente à la population non structurée des énoncés proférés. Le contact entre les idiolectes, ainsi que la compétition et la sélection qui s’ensuit, devient la raison par défaut du changement linguistique et l’explication de l’évolution. À partir de là, on conçoit que les langues ressemblent à ce que sont les espèces par rapport aux organismes et qu’elles reflètent dans leurs évolutions les adaptations entreprises par le biais des idiolectes.

L’idiolecte

20Ces idiolectes sont variables de façon inhérente : ce ne sont pas des structures monolithiques parce qu’ils existent du fait qu’ils sont parlés par des individus. On note aussi que la variation dans leur transmission et dans leur acquisition est amplifiée en contexte de contact parce que la langue cible et les autres langues avec lesquelles ils sont en contact fournissent des contributions concurrentes dans le feature pool d’où l’apprenant tirera les éléments pour recréer sa propre version de la langue (ce qui devient son idiolecte). L’existence de ces variétés idiolectales, et donc individuelles, signifie/implique l’existence d’une variation à l’intérieur de la langue exactement comme il existe de la variation à l’intérieur des espèces. Mufwene souligne encore que cela veut dire que chaque fois qu’un nouveau membre rejoint une communauté, que ce soit par le fait de la naissance ou de l’immigration, il fait des choix parmi les modèles auxquels il est exposé. Choix qui n’ont pas besoin d’être conscients (d’où le terme sélection), mais qui sont en partie dictés par ce que le locuteur ou l’apprenant veut leur associer. Enfin des sélections se font également à travers les procès d’accommodation que les locuteurs développent dans leurs réseaux de communication.

Le feature pool

21Cette notion est à la linguistique ce que le pool génique est à la génétique et elle est fondamentale dans ce contexte pour comprendre l’évolution des langues. Tout particulièrement, elle permet d’expliquer la variation à tous les niveaux, le changement linguistique et l’hybridité en tant que caractéristique ordinaire des langues.

La sélection

22Par définition dans un tel modèle, la sélection joue un rôle important dans l’évolution des langues interprétée littéralement comme un changement dans la structure ou dans les contraintes pragmatiques associées à une variété linguistique. Ceci étant, Mufwene introduit une différence entre la transmission linguistique et la transmission biologique : la transmission des traits linguistiques se fait typiquement avec modification, à la différence de ce qui se passe en biologie où la condition de transmission des gènes individuels est, par défaut, la réplication parfaite et où l’innovation ne résulte que de la façon dont les gènes sont recombinés dans les génotypes. Il postule que la sélection est rendue possible grâce à la nature particulière de la langue, qui fonctionne à la fois comme une espèce et comme un système adaptatif complexe ; elle est aussi rendue possible par le fait qu’une langue n’est pas acquise de la même façon que le génotype d’un organisme biologique (acquisition en bloc).

  • 7 « Une espèce linguistique doit être définie dans ses termes propres et les hypothèses sur ses prop (...)
  • 8 Il s’agit là d’une des notions-phares des approches écologistes : l’écosystème est dirigé par l’ac (...)

23La langue est donc une espèce7 parce qu’elle existe uniquement comme l’extrapolation d’idiolectes similaires, mais variés, exactement comme les espèces biologiques sont une extrapolation tirée de l’existence des organismes individuels. Elle est un système adaptatif complexe (complex adaptative system)8 parce que sa structure est plurimodulaire. Et enfin, il y a dans presque chaque module des unités (sons, morphèmes, mots et idiomes) et des principes d’usage (de production et d’organisation combinatoire) qui sont en compétition ou qui alternent entre eux, au moins dans quelques contextes d’usage. La ressemblance a donc ses limites : la transmission des gènes et leur recombinaison dans le génotype n’impliquent pas la reproduction et une activité de reconstruction de la part des descendants, ce qui est caractéristique de la transmission des langues. En effet, au moins dans les espèces animales, la recombinaison des gènes a lieu à la conception et n’inclut aucune participation active de la part des descendants, qui sont tout simplement les résultats de ce procès de recombinaison ! D’autre part une langue est acquise petit à petit, sélectivement. C’est toujours une recréation qui a lieu : les idiolectes sont des réplications différentes et imparfaites des unités et des principes de la langue (donc de son système). Cette recréation est la condition normale (par défaut) dans la reproduction de la langue : l’acquisition d’une (autre) langue est toujours un procès de création qui implique la considération de la cible et sa reprise d’une manière qui n’est pas identique au point de départ.

  • 9 Salikoko S. Mufwene se réfère ici à la distinction du linguiste américain Noam Chomsky (1986) entr (...)

24Deux locuteurs, dira Mufwene, ne reproduisent jamais la langue cible exactement de la même manière, tout d’abord parce qu’ils n’ont pas été exposés aux mêmes langues-E9 et aussi parce que, dans la mesure où nous sommes censés être dotés d’une grammaire universelle qui est en elle-même la faculté biologique de langage, nous avons autant de facultés à fabriquer et à internaliser une langue que nous en avons pour utiliser nos jambes pour marcher, que notre appareil vocal en a pour rire ou notre esprit pour produire et internaliser la culture… Il soulignera également pour les espèces linguistiques le fait intéressant que même à l’intérieur des idiolectes (les entités individuelles qui composent la langue) les traits en compétition coexistent souvent, ce qui donne au locuteur une possibilité (non conditionnée) de les utiliser. Enfin il existe encore une autre différence importante : c’est l’action volontaire dans le comportement linguistique, telle que, pour des raisons d’identité, la décision consciente de parler comme ou différemment de tels autres locuteurs particuliers. Cela n’a pas d’équivalent dans la sélection naturelle pour les espèces biologiques, qui est indépendante de la volonté, définitivement hors du contrôle des membres individuels d’une espèce, tout particulièrement au niveau des gènes.

25Ainsi – toujours selon lui – dans l’évolution des langues, le jeu des choix conscients et inconscients dans les actes de langage complique le scénario de l’impact général des sélections que les locuteurs individuels ont sur la langue commune.

La vision de Lass, ou l’ontologie évolutive des systèmes linguistiques

26L’approche de Roger Lass qui a réalisé d’importants travaux en linguistique historique est différente des deux précédentes dans la mesure où, à l’encontre de William Croft et de Salikoko S. Mufwene, il ne donne – au mieux – qu’un rôle secondaire aux acteurs humains dans le changement linguistique et l’évolution des langues. Je vais reprendre assez librement quelques-uns de ses thèmes. Tout d’abord il rejette toute attitude herméneutique et toute référence à l’action humaine dans l’explication du changement linguistique (agents humains, croyances, raisons, motifs et buts, etc.). Et même s’il reconnaît que les causes et les lois peuvent être inappropriées, il considère que, sauf dans le domaine, synchronique, de la pragmatique, les autres facteurs d’explication le sont encore davantage. À titre d’exemple, afin d’illustrer sa position, il s’opposera tout particulièrement à l’approche de Raimo Anttila :

  • 10 « “Genetic linguistics”, according to Anttila (1989 : §23.2) “deals with history and human action” (...)

La « linguistique génétique », selon Anttila (1989 : § 23.2), « traite de l’histoire et de l’action humaine » ; donc « l’herméneutique est la seule métathéorie viable », dans la mesure où son sujet concerne essentiellement « les systèmes ouverts pour lesquels la prédiction (mécaniste) est impossible ». (1997, p. 339 – ma traduction)10

27En effet, il (se) demandera :

  • 11 « How can one “understand” or get at “the intentional behind” or discover the “meaning” of a shift (...)

Comment peut-on « comprendre » ou trouver une « intention en arrière-plan », ou découvrir le « sens » d’un changement de SOV à SVO, ou d’une monophtongaison, ou encore d’un changement vocalique, etc., d’une manière cognitive ou empathique ; ou les « réactualiser », ou les attribuer à des « raisons » ou à des « croyances » ? D’autant que les changements linguistiques […] se déroulent généralement sur de très longues périodes, dépassant le plus souvent la durée de vie de tout « acteur » humain. (Ibid. ma traduction)11

28Puis, à partir de là, il argumentera que si la plupart des changements ne sont pas des actes individuels (et ils ne peuvent pas l’être s’ils se déploient sur un siècle ou plus), il n’y a en fait rien à comprendre, interpréter ou se rappeler. Par ailleurs, il ne se situe pas pour autant dans la suite directe d’une approche néogrammairienne. Il considère que les langues sont des systèmes complexes au sens des théories actuelles dites de la « complexité ». Plus précisément il postule que ce sont des systèmes de réplication imparfaits ; en raison de quoi elles développent des variantes durant leur réplication. Quant au phénomène de la variation, conséquence d’une autoreproduction floue, il est neutre : ni fonctionnel ni dysfonctionnel ; et il en est de même de la sélection.

L’ontologie des systèmes évolutifs

29À partir de ce cadre, Lass se propose de développer une ontologie à l’intérieur des frontières d’une théorie non spécifique, indépendante d’un substrat particulier (un système darwinien neutre du point de vue de son domaine – c’est aussi le cas du « modèle » de Hull présenté supra en regard de ceux de Croft et de Dawkins), en considérant que les procès qui opèrent sur le hasard des variations peuvent se manifester dans n’importe quel médium, même dans des systèmes purement abstraits. Ce qu’il retient est un modèle populationniste qui nous renvoie à la génétique des populations : tout système répliquant imparfaitement (c’est-à-dire évolutif) se développe au hasard (ou quasi-hasard) à travers un éparpillement de variantes ou de copies imparfaites dans le temps et, en général, la densité de l’éparpillement des variantes est plus importante au plus près de la norme courante. Loin de toute téléologie, la distribution des caractères dans une population va dépendre d’une façon importante non pas de ce qui est « bon » ou « optimal » pour les membres de la population, mais d’un simple accident de l’histoire. C’est la même chose pour les systèmes avec réplication, ce qui doit vouloir dire en retour que les caractères les plus largement distribués (ou même universels) ne doivent pas refléter en fait, pour leurs possesseurs, quelque chose de particulièrement significatif les concernant.

30Ici, le lieu de référence pour comprendre le changement linguistique n’est donc pas la société, mais la population, et Lass fournira un exemple intéressant en comparant le déploiement des changements dans les langues à celui d’un virus respiré dans une épidémie (image dont on a vu qu’elle est également retenue par Croft et Mufwene), ce qui lui permet de rapprocher les langues des quasi-espèces, au sens introduit dans le vocabulaire de la biologie des populations de virus (1997, p. 373-376).

De la critique des approches herméneutiques aux métaphores des attracteurs

31On l’aura compris, pour Lass, le rôle causal du locuteur ou des actions des locuteurs dans certains types de changements essentiels est loin d’être prouvé même s’il n’y a aucun doute qu’à un certain moment, les humains ont un rôle à jouer (individuellement et collectivement), puisqu’ils sont au moins les usagers terminaux de la langue. Évidemment, Lass ne dit pas que seul le produit, et non l’usager, doit être considéré, mais il insiste sur le fait que le produit est tout d’abord premier, en tant que membre d’une grande classe des systèmes ontologiquement disparates bien que structurellement similaires dans le monde ; la perspective individuelle/sociale est au mieux complémentaire de la perspective systémique qui prend la précédence. Dans ces conditions il semblerait que, le plus souvent, il n’y ait aucun besoin de chercher une explication du changement linguistique. Il n’y a simplement personne ici dont la cognition, ou quelque chose d’autre, est directement prise en compte. Alors que l’implémentation du changement se manifeste (nécessairement) au niveau individuel, la population est le niveau pertinent pour la description ; les transactions locales des individus sont au mieux d’un intérêt secondaire eu égard à la population prise comme totalité. Il conclura logiquement que les stratégies explicatives herméneutiques ou fonctionnalistes ne sont pas très satisfaisantes et que l’erreur est de considérer que le changement linguistique est quelque chose que les locuteurs font, plutôt que quelque chose qui arrive à leurs langues.

32Le changement linguistique est ainsi vu comme le changement géologique, comme le résultat de forces non humaines dans lesquelles les buts et les actions humaines n’ont pas de part. Le locuteur ne contrôle pas davantage les vastes mouvements du changement linguistique que les interventions du fermier ne contrôlent la formation des strates géologiques. À partir de là, Lass va s’intéresser à une catégorie de concepts et d’outils qui ont été développés dans le cadre de la conceptualisation des systèmes complexes (donc avec d’autres types de métaphores) où des notions telles que celles d’attracteurs, de chréodes, de bassins, de dérive (attractors, chreods, sinks, drift), etc. sont susceptibles de représenter correctement les dynamiques linguistiques. En voici quelques exemples.

Les paysages épigénétiques (epigenetic landscapes)

  • 12 Voir Ruelle (1991) pour une présentation « grand public » de la théorie du chaos.

33En rapport avec un paysage épigénétique donné (notion qu’il reprend du biologiste, généticien et philosophe anglais Conrad H. Waddington, ultérieurement reprise par le mathématicien français René Thom), il introduit les notions d’attracteurs ponctuels (sinks et limit cycles) qu’il présente comme suit : ce qui compte, c’est l’image d’un système évolutif ressemblant à une sorte de courant (flow) dans un espace n-dimensionnel, et l’existence de régions dans cet espace vers lesquelles le courant tend à converger. Imaginons le système comme une balle roulant à travers le paysage et rencontrant différentes configurations dans une vallée entre deux montagnes : la vallée fonctionnera comme un attracteur ; si la vallée est parfaitement plate, la balle se stabilisera et ne bougera plus (il faudra une force extérieure pour la faire bouger). Il existe deux autres possibilités. Soit le sol de la vallée pourrait contenir des structures en entonnoir avec un fond arrondi : lorsque la balle tombe dedans, elle continuera à rouler sur le fond, décrivant un mouvement périodique, mais sera incapable de sortir du trou. Ceci est un attracteur d’équilibre dynamique (limit-cycle). Soit la vallée peut être une chréode, c’est-à-dire un chemin présélectionné permettant à la balle de rouler jusqu’à ce qu’elle rencontre un autre attracteur. Il y a bien sûr beaucoup d’autres images (telle celle des attracteurs étranges, métaphoriquement reprise de la théorie du chaos12, etc.).

34Le point important qui se dégage de cette approche est que le paysage d’un système dynamique rend superflue toute forme de téléologie : ce sont la combinaison des conditions initiales et leur interaction avec des paramètres de contrôle abstraits qui déterminent la forme des transformations du système à travers son espace de phase (phase-space)… ou, pour dire cela en termes plus ordinaires, dans l’espace particulier et prédéfini au sein duquel ces dynamiques ont vocation à s’actualiser.

Bric-à-brac et bricolage

  • 13 Ce terme dénote la cooptation au cours de l’évolution de structures originellement développées pou (...)
  • 14 Il s’agit là du modèle dit de la théorie des « équilibres ponctués » (Punctuated Equilibria), supp (...)
  • 15 Cette notion est issue de la génétique des populations : lorsqu’un facteur indépendant conduit à d (...)

35Bien évidemment, cette focalisation sur des outils utilisés pour la saisie des phénomènes physiques complexes et la description de formes dynamiques n’est pas incompatible avec les conceptualisations issues de la biologie. Pour rendre compte de phénomènes de refonctionnalisation et d’émergence de fonctionnalités nouvelles, Lass reprendra et développera le concept d’exaptation (1997, p. 316)13 qu’il décrit comme une opération opportuniste, comme une invention conceptuelle et non pas comme l’extension, la régularisation ou la reformulation de paradigmes en accord avec une cible ou un modèle. Il fera également appel aux idées de stase et de ponctuation des paléontologues Niles Eldrege et Stephen J. Gould14 et à celle goulet d’étranglement15. Finalement, il reprendra la notion de bricolage qu’étrangement il ne réfère pas à Claude Lévi-Strauss (1962), mais au biologiste François Jacob (1981), en la fondant sur le constat empirique que les langues innovent préférentiellement en transformant le matériel existant, puis en second recours par l’emprunt, et en troisième (dans certains domaines, et éventuellement) par invention. Il y aurait alors une hiérarchie des préférences. Ainsi, il constate que les familles de langues semblent parfois renouveler leurs apparences à partir de vieux restes, les « détritus » (junk) d’anciens systèmes autrefois cohérents. C’est donc comme un bricolage que ce traitement est le mieux décrit : prendre des parties avec une forme grossièrement acceptable ou avec des significations raisonnables, mais retenues sans leur systématicité. De ce fait, le language builder est davantage un bricoleur qu’un agent rationnel qui opérerait sous le contrôle d’un « impératif herméneutique » clairement défini (on retrouve là sa critique de la pertinence herméneutique). La métaphore est étayée dans l’espace biologique par la référence aux systèmes naturels tels que le génome, qui contiennent une énorme quantité de matériaux non fonctionnels, certains étant même systématiquement non fonctionnels puisque, apparemment, les génomes de la plupart des organismes sont remplis de copies de gènes non exprimées et que cette variabilité non exprimée peut éventuellement servir de réservoir pour les changements évolutifs.

36Pour Lass, le parallélisme avec le domaine des langues est clair et il le développe : on conçoit que les signes linguistiques n’ont pas à avoir une intégrité, tous les systèmes sémiotiques contiennent un bon pourcentage de redondances ou de simples vieilleries. Il existe dans les langues un véritable bric-à-brac linguistique (voir « How to do things with junk », Lass 1990 [1988]). Que celui-ci soit utilisé ou non ne semble pas être une question de choix, même si c’est souvent la porte de derrière à travers laquelle le changement s’introduit dans les systèmes sans les compromettre au départ. Le bric-à-brac peut être charrié au cours des âges même sans fonction, simplement parce que les langues humaines sont des systèmes « tolérants » qui jouissent du luxe d’être chargés avec des déchets sans signification. Cependant, lorsque le moment vient, une partie du bric-à-brac peut être recyclée ; et, comme Lass ne manque pas de le noter, c’est, après tout, ce qui se passe vraiment avec le bricolage.

La fonction de la métaphore

  • 16 Ainsi, Mufwene commence par justifier sa propre approche : « J’ai largement justifié [dans les pré (...)

37Qu’apportent ces approches à base néo-darwinienne ? Sommes-nous désormais arrivés à un terme ? Pouvons-nous conclure à un « aujourd’hui évolutionniste » ? Rien n’est moins sûr. Mais tout dépend du point de vue auquel on se place. Du point de vue du linguiste spécialiste des changements linguistiques, il n’est pas sûr du tout qu’une perspective néo-darwinienne parfois étroitement décalquée de la génétique et assortie du renouvellement terminologique corrélatif (voir Croft) est effectivement la marque d’un vrai changement conceptuel. Entendons par là un renouvellement qui apporterait une meilleure compréhension des dynamiques linguistiques, rendrait mieux compte des phénomènes ou en ferait apparaître de nouveaux qui n’auraient pas déjà été appréhendés à travers d’autres modélisations. Il y a donc – dans chaque cas d’espèce – un travail critique à faire sur l’exportation du modèle métaphorique ; travail critique qui, généralement, n’est pas éludé par les auteurs16. En l’état cette approche est intéressante, pour plusieurs raisons.

38Elle apporte du nouveau. En effet, d’une antérieure approche organiciste à l’approche en termes pseudo-génétiques nous semblons avoir (un peu) avancé avec :

  • une nouvelle saisie des dynamiques linguistiques, car l’approche évolutionniste conduit à réfléchir sur la nature de la langue avec ce choix de ne plus l’aborder comme un organisme ou une entité qui se transforme, mais comme une population se modifiant sous le double effet des choix sociaux des locuteurs et de l’effet-retour des usages. Le tout selon un processus qui conjoint à la fois des dynamiques cognitives (dont l’implantation [entrenchment] de Croft est un exemple) et la conséquence médiate des effets dynamiques induits des sélections successives ;
  • une plus grande capacité à rendre compte de types d’évolutions autrefois marginalisés puisqu’elle permet d’intégrer le phénomène d’hybridation en tant que modalité normale de l’évolution en l’expliquant comme le résultat de la transmission (la réplication) à travers la sélection des variantes (les réplicateurs altérés) présentes dans le lingueme pool de Croft ou le feature pool de Mufwene.

39Par voie de conséquence des pans entiers de résultats concernant l’évolution des langues, antérieurement jugés aberrants, trouvent une place comme objets potentiels de recherche, ou tout simplement, trouvent leur place normale comme phénomènes. C’est le cas des évolutions linguistiques non linéaires et de la stabilisation des langues mixtes, de la formation des créoles, de la conséquence des contacts interlinguistiques, des faits d’alternance codique, du développement d’aires de convergence linguistique, etc. Autant de phénomènes qui deviennent ainsi des objets ordinaires pour des descriptions empiriques possibles, et qui s’expliquent.

40Elle tend à acquérir une valeur paradigmatique. En effet elle contribue à :

  • la généralisation (parfois médiatique et même surmédiatisée) de schémas explicatifs communs sur la question des « origines », qu’il s’agisse du langage ou des langues ;
  • la présence de ces dynamiques dans le concert de tout ce qui – aujourd’hui – tend à s’expliquer par le processus de la sélection.

41Elle présuppose une analyse des phénomènes selon des modèles repris d’autres champs disciplinaires. Ainsi, même si cela ne résulte que d’un procès métaphorique, un questionnement (dont le niveau de pertinence est à définir) est entrouvert ; il concerne le transfert plus ou moins direct de notions du biologique vers le linguistique à des fins explicatives :

  • Dans le domaine du linguistique, qu’est-ce qui doit (peut) être interprété comme un réplicateur ? Les variantes linguistiques sont-elles bien modélisées par ce que les biologistes ont nommé des allèles ? Les interacteurs sont-ils bien les locuteurs… et quel est donc le statut qu’il faut reconnaître à ces locuteurs ?
  • La langue en tant que population ? La langue en tant qu’espèce ? Est-ce si clair ?
  • Y a-t-il lieu de supposer une modalité lamarckienne de l’évolution linguistique, ou finalement, y a-t-il lieu de s’en passer en développant une perspective darwinienne plus globale qui intègre les effets du contexte ?

42Elle contribue à débloquer une réflexion sur la nature des langues et du langage, réflexion qui, toutefois, était déjà bien engagée indépendamment de ces modèles dans d’autres domaines tels ceux de la linguistique de la variation et de la linguistique du contact. Ainsi plusieurs questionnements dits « fondamentaux » peuvent désormais non seulement se croiser, mais, éventuellement, s’épauler. Les trois suivants, que j’avais déjà suggérés dans le précédent chapitre, sont patents et font figure d’emblèmes :

  • La systématicité : est-il vrai que la langue fait système de façon aussi simple qu’on l’assure ? Le système est-il un donné initial, un primat ? Ou bien la résultante émergente d’un état de fait ?
  • La dynamique : dans la perspective évolutionniste des transformations constituantes, on penserait peut-être aux plumes des oiseaux dans le cas des espèces biologiques, ou aux multiples organes qui contribuent à l’actualisation de la parole en ce qui concerne le langage et les langues (voir, dans ce chapitre, la note 13). A-t-on besoin – par exemple – de faire intervenir des concepts comme celui d’exaptation pour rendre compte de refonctionnalisations ? Les travaux entrepris sur les langues mixtes et beaucoup de langues émergentes dans des situations et contextes impliquant le contact et le mélange, l’importance des plurilinguismes et pratiques multicodes, contribuent à fonder empiriquement cette question.
  • L’homogénéité : doit-on admettre que dans sa représentation normale la langue doive être caractérisée – a priori – par l’homogénéité et la stabilité de ses structures ? Doit-on considérer que la variation et l’écart différentiel par rapport à la norme sont des phénomènes qui doivent s’expliquer marginalement ? Ou bien au contraire, doit-on considérer que la langue est définie par sa capacité à retenir/intégrer la variation et à manifester une hétérogénéité constitutive dans ses formes et dans leurs actualisations ?

43Les descriptions empiriques suggèrent que ces questions méritent bien d’être posées.

Notes

1 « Examples of memes are tunes, ideas, catch-phrases, clothes fashions, ways of making pots or of building arches. Just as genes propagate themselves in the gene pool […], so memes propagate themselves in the meme pool by leaping from brain to brain via a process which, in the broad sense, can be called imitation » (1976, chap. 11).

2 « To speak of linguistic processes in epidemiological terms is to say that individual types of linguistic variant are circulated in populations by chains of events in which one individual exposes another to a variant, such that the second individual may in turn expose yet another to the same variant, furthering the process indefinitely. A key task for the epidemiologist is to track these causal chains […] which determine a variant’s spatio-temporal career in a historical population. Central to such causal chains are events of interpersonal contact between individual carriers of a variant. »

3 « An utterance is a particular, actual occurrence of the product of human behavior in communicative interaction (i.e. a string of sounds), as it is pronounced, grammatically structured, and semantically and pragmatically interpreted in its context. »

4 « A grammar is the cognitive structure in a speaker’s mind that contains her knowledge about her language, as is the structure that is used in producing and comprehending utterances […]. The grammar of each speaker is acquired on the basis of the subpopulation of the language that she is exposed to. Thus, each speaker will have a slightly different grammar. »

5 « […] it is not (just) the differential extinction and proliferation of speakers themselves that lead to the differential perpetuation of the linguistic structures found in utterances. Linguistic forms, and languages themselves, can die without their speakers having to die. Instead, the speakers give up their language and shift to another ; or gradually stop using one form and favor another. »

6 On se souviendra que pour le naturaliste français Jean-Baptiste Lamarck l’usage intensif ou délaissé d’un organe chez un animal en développement modifierait cet organe, modification qui pourrait dans certains cas être transmise à la descendance (l’exemple princeps en est « l’allongement » du cou de la girafe !). Notons que cette idée de la transmission lamarckienne a aussi été retenue par le paléontologue américain Stephen J. Gould (1997 [1996]) en ce qui concerne le changement culturel, distingué de l’évolution naturelle : « Tout savoir acquis par une génération est susceptible d’être transmis à la génération suivante grâce à ce que nous désignons du très noble mot d’éducation. Si j’invente la première roue, ma trouvaille n’est pas condamnée à l’oubli par intransmissibilité héréditaire (comme l’est tout perfectionnement corporel). Il me suffit d’apprendre à mes enfants, à mes apprentis, à mon groupe social, comment faire cette roue » (1997, p. 272-273, traduction Christian Jeanmougin) ; « Any cultural knowledge acquired in one generation can be directly passed to the next by what we call, in a most noble word, education. If I invent the first wheel, my brainchild is not condemned to oblivion by hereditary impassability (as any purely bodily improvement would be), I just teach my children, my apprentices, my social group, how to make more wheels » (1996, p. 131).

7 « Une espèce linguistique doit être définie dans ses termes propres et les hypothèses sur ses propriétés évolutives doivent être faites en rapport avec l’organisation de ses caractères ontologiques propres » ; « A linguistic species must be defined on its own independent terms and its evolutionary properties hypothesized according to its own combination of ontological characteristics » (Mufwene 2001, p. 145 – ma traduction). Et encore : « Je tiens compte du fait que les variétés langagières communautaires – “langue”, “dialecte”, ou “sociolecte” – sont comparables à des populations ou à des espèces biologiques dans le sens où elles sont des regroupements d’“idiolectes” conçus comme des “organismes”. Cette dernière position est une rectification de la tradition qui depuis le xixe siècle conçoit de manière erronée les langues comme des organismes (contrairement à Paul 1891) » (Mufwene 2005, p. 93). 

8 Il s’agit là d’une des notions-phares des approches écologistes : l’écosystème est dirigé par l’action intégrée des populations d’espèces qui le composent et par le système global dans lequel il est intégré. C’est ainsi un système complexe – marqué par son histoire – qui est caractérisé à la fois par des propriétés émergentes et par des comportements imprévisibles adaptatifs, susceptibles de rendre irréversible leur évolution.

9 Salikoko S. Mufwene se réfère ici à la distinction du linguiste américain Noam Chomsky (1986) entre I-languages et E-languages. Plus précisément, il dira : « Une I-langue est fondamentalement un idiolecte, le système linguistique d’un locuteur particulier. C’est à la langue ce qu’un individu est à l’espèce en génétique de population » ; « An I-language is basically an idiolect, an individual speaker’s system of a language. It is to a language what an individual is to species in population genetics » (2001, p. 2 – ma traduction). Et encore : « Le développement de la I-langue (ou idiolecte) d’un locuteur dépend à la fois de ses compétences individuelles et de son réseau de communication. Le réseau a déterminé la E-langue particulière (soit la collection d’énoncés auxquels il a été exposé : les données linguistiques primaires) à partir de laquelle il pourrait inférer la grammaire qu’il met en œuvre » ; « The development of one’s I-language or idiolect – depends both on the learner’s individual skills and on the particular network that he/she has participated in. The network has consequently determined the particular E-language qua collection of utterances to which the learner has been exposed (the primary linguistic data) and from which he/she could infer the grammar that he/she puts into use » (2008, p. 182 – ma traduction).

10 « “Genetic linguistics”, according to Anttila (1989 : §23.2) “deals with history and human action” ; therefore “hermeneutics is the only viable metatheory”, since the subject matter is “maximally opens systems in which (mechanistic) prediction is impossible”. »

11 « How can one “understand” or get at “the intentional behind” or discover the “meaning” of a shift from SOV to SVO, or a monophtongaison, or a vowel-shift, etc., in any cognitive or empathetic way, or “re-enact” them, or attribute them to “reasons” or “beliefs” ? Especially as linguistic changes […] typically unfold over very long periods of time, most often beyond the lifetime of any human “actor”. »

12 Voir Ruelle (1991) pour une présentation « grand public » de la théorie du chaos.

13 Ce terme dénote la cooptation au cours de l’évolution de structures originellement développées pour d’autres buts (on connaît l’exemple des plumes ou de la cooptation par les vertébrés des structures respiratoires et digestives pour la production des sons, soit donc une adaptation sélective qui ne correspond pas à la fonction initiale et attendue de ce qui la subit ; un autre exemple : le pouce du panda !).

14 Il s’agit là du modèle dit de la théorie des « équilibres ponctués » (Punctuated Equilibria), supposant de longues périodes de stabilité (stases) dans l’évolution, ponctuées de phases plus ou moins brusques de changements rapides. Ce modèle, introduit en paléobiologie par Niles Elredge et Stephen J. Gould (1972), s’est largement répandu au-delà de ce domaine. On notera, par exemple, que l’ouvrage de Robert M. W. Dixon The Rise and Fall of Languages (1997), rédigé à la même époque, se fonde sur ce même modèle.

15 Cette notion est issue de la génétique des populations : lorsqu’un facteur indépendant conduit à diminuer de façon très significative l’effectif d’une population, cela peut conduire à une réduction importante de son potentiel génétique. En effet, la nouvelle population qui va se reconstituer avec les survivants de l’ancienne population, compte tenu de la modification statistique qui a eu lieu dans son pool génique, aura une structure allétique modifiée par rapport à l’ancienne population. C’est l’effet induit de cette réduction génique qu’on signifie par la métaphore du goulet d’étranglement, laquelle apparaît alors comme une cause directe de la dérive génétique.

16 Ainsi, Mufwene commence par justifier sa propre approche : « J’ai largement justifié [dans les précédents chapitres] la proposition qu’il y a vraiment des avantages heuristiques à appréhender l’évolution du langage à partir du modèle de la génétique des populations, en considérant qu’une langue est une espèce, mais pas un organisme » ; « I submit more justification for the position that there are indeed heuristic advantages in approaching language evolution on the model of population genetics, assuming that a language is a species but not an organism ». Mais dans le même paragraphe, il refuse l’idée d’une identification, trop complète et non analysée, entre les langues et les espèces biologiques : « Cependant, je soutiens aussi que les espèces linguistiques ne sont pas les clones des espèces biologiques, malgré le fait qu’elles partagent plusieurs propriétés avec les espèces parasitaires » ; « However, I also argue that the linguistic species need not be a clone of any biological species, despite the fact that it shares several properties with the parasitic species » (2001, p. 145 – ma traduction).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search