Version classiqueVersion mobile

Signifier. Essai sur la mise en signification

 | 
Robert Nicolaï

Partie 1. Le descripteur, ses objets-langues et ses métaphores

Partie 1. Introduction

Texte intégral

— Regarde ! me dit-il en me serrant le bras brusquement d’une voix blanche et presque étouffée.
Une fumée montait devant nous sur l’horizon, distinctement visible sur le ciel qui s’assombrissait déjà vers l’est.
Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.

  • 1 En raison de la difficulté d’interprétation des textes, et tout particulièrement des textes alleman (...)

1Saisir un objet pour l’analyser et le décrire, cela passe souvent par l’élaboration de constructions épistémiques faisant appel à l’imaginaire de la métaphore ; éventuellement au comme si (Als Ob) dans l’acception fictionnelle de Hans Vaihinger (2013 [1922])1 :

  • 2 « Alles Erkennen ist Apperzipieren durch ein Anderes. Es handelt sich also stets um eine Analogie b (...)

Toute connaissance consiste à apercevoir une chose au moyen d’une autre. Comprendre, c’est toujours recourir à une analogie, et il ne faut pas perdre de vue que nous n’avons pas d’autre moyen d’appréhender l’être en général. Quiconque connaît le mécanisme de la pensée sait que toute saisie et toute connaissance reposent sur des aperceptions analogiques. (2013, p. 23)2

2Précisons que l’on sait que le comme si est neutre quant à la réalité de ce dont il rend compte :

  • 3 « Man kann nur sagen, dass sich die objektiven Erscheinungen so betrachten lassen, als ob sie sich (...)

Tout ce qu’on peut dire des phénomènes objectifs, c’est que tout se passe comme s’ils se comportaient de telle ou telle manière ; mais il n’existe absolument aucune justification pour remplacer dogmatiquement cette formulation par : « les phénomènes se comportent effectivement ainsi ». (p. 24)3

3Il reste donc à illustrer cela et à s’interroger sur ce jeu de transfert. Je m’y emploierai en reliant une même référence métaphorique saisie dans la durée, à plus d’un siècle d’intervalle : la référence évolutionniste darwinienne du xixe siècle et son renouvellement post-darwinien dans l’appréhension de l’évolution, de la transformation et de la dynamique des langues.

Notes

1 En raison de la difficulté d’interprétation des textes, et tout particulièrement des textes allemands du xixe siècle, j’ai décidé de ne pas me contenter de la traduction française des citations proposées et de fournir aussi le texte original. Cela alourdit certainement le texte, mais en contrepartie, cela donne au lecteur la possibilité de retourner à la lecture des originaux. J’ai délibérément choisi de faire de même en ce qui concerne les citations traduites de l’anglais ; tout particulièrement pour mes propres traductions que j’ai signalées par la mention « ma traduction ».

2 « Alles Erkennen ist Apperzipieren durch ein Anderes. Es handelt sich also stets um eine Analogie beim Begreifen. Es ist auch gar nicht abzusehen, wie denn überhaupt das Sein anders als so begriffen werden sollte. Wer den Mechanismus des Denkens kennt, weiss, dass alles Begreifen und Erkennen auf analogischen Apperzeptionen beruht » (1922, p. 42).

3 « Man kann nur sagen, dass sich die objektiven Erscheinungen so betrachten lassen, als ob sie sich so verhielten ; aber nimmermehr besteht ein Recht, hier dogmatisch aufzutreten und das “als ob” in ein “dass” zu verwandeln » (p. 44).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search