Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Plaidoyer pour le contrôle des naissances

« The case for birth control », Woman Citizen, 23 février 1924

Texte intégral

1Où que nous regardions, nous voyons que vont de pair la pauvreté et les familles nombreuses. Nous voyons des hordes d’enfants dont les parents ne peuvent alimenter, vêtir, ou instruire que la moitié d’entre eux. Nous voyons des mères malades, tourmentées, usées, dont la santé et les nerfs ne peuvent supporter la contrainte de nouvelles grossesses. Nous voyons des pères qui se découragent et se désespèrent parce que leur travail ne peut pas fournir le salaire nécessaire pour entretenir leur famille qui s’agrandit. Nous voyons que ces parents qui sont les moins aptes à reproduire la race sont ceux qui ont le plus grand nombre d’enfants ; tandis que les gens qui côtoient la richesse, les loisirs et l’éducation ont des familles peu nombreuses.

2Les sociologues et les scientifiques s’accordent généralement à penser qu’une nation ne peut continuer à se multiplier indéfiniment sans atteindre finalement le point où la population excède les moyens de subsistance. Tandis que dans ce pays il n’y a peut-être nul besoin dans l’immédiat de s’alarmer à ce sujet, il existe de nombreuses autres raisons d’exiger le contrôle des naissances. Actuellement, pour la mère pauvre, il n’y a qu’une seule alternative à l’obligation de porter des enfants d’année en année, sans tenir compte de sa santé, du bien-être des enfants qu’elle a déjà, et du revenu de la famille. Cette alternative est l’avortement, si courant qu’il en est presque universel, particulièrement là où des lois rigides empêchent de diffuser l’information sur la prévention de la conception. On estime qu’il y a environ un million d’avortements aux États-Unis chaque année.

3Forcer de pauvres mères à recourir à cette méthode dangereuse et destructrice pour leur santé afin de réduire la taille de leur famille est cruel, nuisible et impitoyable, et ce sont souvent les mères qui s’inquiètent le plus du bien-être de leurs enfants qui sont disposées à supporter n’importe quelle douleur ou n’importe quel risque pour empêcher la venue d’enfants dont elles ne peuvent correctement s’occuper.

4Il existe des motifs précis quant au moment où, et aux raisons pour lesquelles, les parents ne devraient pas avoir d’enfants. Ils seront admis par la plupart des personnes sensées. […]

5Premièrement – Les enfants ne devraient pas naître quand le père ou la mère a une maladie héréditaire comme l’aliénation mentale, la faiblesse d’esprit, l’épilepsie, ou la syphilis.

6Deuxièmement – Quand la mère souffre de tuberculose, de maladie rénale, de maladie cardiaque, ou de malformation pelvienne.

7Troisièmement – Lorsque l’un des parents est atteint de gonorrhée. Cette maladie chez la mère est à l’origine de quatre-vingt-dix pour cent des cas de cécité chez les nouveau-nés.

8Quatrièmement – Lorsque les enfants déjà nés ne sont pas normaux, même si les deux parents sont en bonne santé physique et mentale.

9Cinquièmement – Pas avant vingt-trois ans pour la femme et vingt-cinq pour l’homme.

10Sixièmement – Pas avant que le dernier né ait au moins trois ans. Cela donne une année à la femme pour se remettre de l’épreuve physique de la naissance du bébé, une année pour se reposer, être dans un état normal et profiter de sa maternité, et une autre année pour préparer la venue du prochain enfant.

11Nous voulons que les mères soient en bonne forme. Nous voulons qu’elles conçoivent dans le plaisir et la joie. Nous voulons qu’elles portent leur bébé pendant ces neuf mois dans un corps sain et en bonne santé et qu’elles soient dotées d’un esprit heureux, joyeux, plein d’espoir. Il est presque impossible d’imaginer la souffrance causée aux femmes, l’agonie mentale qu’elles endurent, lorsque la peur de la grossesse non désirée les hante jour et nuit.

12Septièmement – Les enfants ne devraient pas naître de parents dont les conditions économiques ne sont pas suffisantes pour procurer aux enfants les nécessités de la vie.

13Un couple qui peut s’occuper de deux enfants et les élever décemment en matière de santé et de confort, leur donner une éducation et leur assurer un bon départ dans la vie, fait plus pour son pays et pour l’humanité que le couple qui procrée avec insouciance dix ou douze enfants. Parmi ces enfants, certains mourront en bas âge, d’autres survivront, mais iront très jeunes travailler à la fabrique ou à l’usine, et tous s’enfonceront à ce niveau de dégradation où la charité, qu’elle soit publique ou privée, est nécessaire pour les maintenir en vie. L’homme qui ne peut entretenir trois enfants ne devrait pas en avoir dix, en dépit des appels des militaristes à procréer.

14Huitièmement – Une femme ne devrait pas avoir d’enfants alors qu’elle est épuisée par le travail. Cela s’applique en particulier aux femmes qui se marient après avoir passé plusieurs années dans la vie industrielle ou commerciale. La conception ne devrait pas avoir lieu jusqu’à ce qu’elle soit en bonne santé et ait surmonté sa fatigue.

15Neuvièmement – Un couple ne devrait pas prendre l’imposante responsabilité de devenir parents pendant les deux années qui suivent le mariage. Des milliers de jeunes entrent dans le mariage sans la moindre idée de ce que celui-ci implique. Ils n’en connaissent pas les responsabilités spirituelles. Si les enfants naissent rapidement et en nombre, les gens considèrent que le mariage est justifié. J’affirme que cela est barbare et néfaste. Ce n’est bon ni pour l’épouse, ni pour l’homme, ni pour les enfants.

16Il est impossible pour deux jeunes de vraiment se connaître jusqu’à ce qu’ils aient vécu ensemble dans le mariage. Après la proximité et l’intimité de cette relation, un réveil brutal survient souvent chez la femme ; l’amoureux dévoué devient négligent et insatisfait. Si elle tombe enceinte immédiatement, elle devient physiquement perturbée, nerveuse et irritable. La jeune fille a changé, et le garçon qui la considérait comme sa petite amie heureuse et souriante la trouve désagréable et mécontente. Bien sûr, des milliers de gens apprennent à s’adapter. Néanmoins, je soutiens que les jeunes devraient se marier tôt et attendre au moins deux ans pour s’accorder, pour lire et jouer ensemble et construire une relation à la fois culturelle et spirituelle. Puis viendra le désir intense de concevoir un enfant pour partager leur amour et leur bonheur. Lorsque les enfants sont conçus dans l’amour et naissent dans le bonheur, alors la parentalité sera un privilège glorieux, et les enfants viendront à ressembler à des dieux. On ne peut obtenir cela que par la connaissance et la pratique du contrôle des naissances.

17PS – La Ligue américaine pour le contrôle des naissances souhaite que l’enseignement du contrôle des naissances soit dispensé par le corps médical. C’est seulement par les soins et le traitement individuels que l’on pourra donner à la femme le meilleur et le plus sûr moyen de contrôler sa progéniture. Nous ne sommes pas partisans de la diffusion aveugle de conseils peu fiables et dangereux sur le contrôle des naissances.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search