Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Le pivot de la civilisation

The Pivot of Civilization, 1922

Texte intégral

CHAPITRE I [p. 1-27] – Une nouvelle vérité émerge

  • 1 . Cet épigraphe est extrait du poème « I sing the body electric » 5, 15-16 du recueil Leaves of Gra (...)

N’ayez pas honte, femmes, votre privilège enserre tout le reste, et il est la porte de sortie de tout le reste, Vous êtes les portes du corps, et vous êtes les portes de l’âme.
Walt Whitman1

1Ce livre vise à n’être ni le premier mot, ni le dernier sur les problèmes complexes de la société humaine aujourd’hui. Mon objectif a été de souligner, en utilisant des exemples concrets et stimulants ainsi que des faits négligés, la nécessité d’une nouvelle approche des problèmes individuels et sociaux. Son principal défi réside dans le fait que la civilisation, dans tous les sens du terme, est fondée sur le contrôle et l’orientation du grand instinct naturel du sexe. La maîtrise de cette force n’est possible que grâce à l’instrument du contrôle des naissances.

[…]

2Ce problème est si central, si fondamental dans la vie de chaque homme et de chaque femme qu’il n’est pas nécessaire de leur enseigner de théorie élaborée ou imposante pour expliquer leurs difficultés. Aborder leurs problèmes par la voie du sexe et de la reproduction revient à révéler aussitôt leurs relations fondamentales à la structure économique et biologique de la société. Leur intérêt est immédiatement et complètement éveillé. Mais toujours, comme je l’ai vite découvert, les idées et les habitudes de pensée de ces masses submergées ont été formées par la Presse, l’Église, les institutions politiques, qui toutes ont mis en œuvre une conspiration du silence autour d’un sujet dont l’importance est tout aussi vitale que celle de la faim. Un grand mur sépare les masses de ces vérités impérieuses qui doivent être connues et répandues si l’on veut sauver la civilisation. Telles qu’elles sont constituées, l’Église, la Presse, l’éducation semblent aujourd’hui organisées afin d’exploiter l’ignorance et les préjugés des masses, plutôt que pour éclairer leur chemin vers le salut.

  • 2 Margaret Sanger organisait des réunions régulières dans l’appartement qu’elle avait loué à new York (...)

3Telle était la situation en 1914, lorsque je suis revenue en Amérique, bien décidée à ce que l’autre moitié de la vérité soit révélée, l’opinion exclusivement masculine ayant dominé trop longtemps. Le mouvement pour le contrôle des naissances fut lancé, car c’était sous cette forme que toute la relation entre la femme et l’enfant, l’emblème éternel de l’avenir de la société, pouvait être représentée plus efficacement. L’incroyable développement de ce mouvement remonte au moment où, chez moi2, un petit groupe organisa la première ligue pour le contrôle des naissances. Depuis lors, nous avons été critiqués quant à notre choix du terme « contrôle des naissances » pour exprimer l’idée de la contraception scientifique moderne. Je n’ai encore entendu aucune critique de ce terme qui ne se fonde pas sur un sens erroné et hypocrite de la pudeur, ou qui ne résulte d’une interprétation erronée, quelque peu lubrique, de son but. D’autre part, rien n’exprime mieux l’idée de contrôle délibéré, responsable et autodirigé des pouvoirs reproducteurs.

  • 3 Il s’agit de William E. H. Lecky (1838-1903), historien et auteur de History of the Rise and Influe (...)

4Ces critiques, qui condamnent le contrôle des naissances comme une idée négative, destructrice, motivée seulement par l’autosatisfaction, gagneraient à ouvrir le dictionnaire le plus proche pour vérifier la définition du terme « contrôle ». Ils y découvriraient que le verbe « contrôler » signifie exercer une influence en vue de diriger, guider, restreindre ; maîtriser, réguler, contrecarrer. Le contrôle est orientation, direction, anticipation. Il implique l’intelligence, la prévoyance et la responsabilité. Ils trouveront dans le dictionnaire usuel cette citation de Lecky3 : « le plus grand de tous les maux en politique, c’est le pouvoir sans contrôle ». Dans quel aspect de la vie le « pouvoir sans contrôle » n’est-il pas un mal ? Le contrôle des naissances, par conséquent, ne signifie pas simplement la limitation des naissances, mais l’application de recommandations intelligentes sur le pouvoir de reproduction. Il signifie substituer la raison et l’intelligence au jeu aveugle de l’instinct.

5Le terme « contrôle des naissances » avait l’immense avantage pratique de condenser en deux mots la réponse aux demandes inarticulées de millions d’hommes et de femmes dans tous les pays. Au moment où ce slogan fut formulé, je n’avais pas encore totalement pris conscience de la grande vérité qui avait été ainsi cristallisée. Ce fut la réponse aux innombrables et déchirants appels à l’aide et demandes de conseils, émanant de chaque courrier, qui révéla une grande vérité alors en sommeil, une vérité qui sembla surgir dans toute sa vitalité presque du jour au lendemain et qui ne pourrait plus jamais être à nouveau anéantie.

  • 4 En 1692, une chasse aux sorcières s’engagea à Salem, un village de la Nouvelle-Angleterre. Plusieur (...)

6Je n’avais pas non plus pris conscience à ce moment du nombre et du pouvoir des ennemis que cette idée devait susciter. J’étais tellement convaincue de l’efficacité du « contrôle » que je ne pus me rendre compte que tardivement de l’ampleur des sacrifices qui devaient être exigés de moi et de ceux qui ont soutenu ma campagne. L’idée même de contrôle des naissances ressuscita l’esprit de la chasse aux sorcières de Salem4. S’ils avaient pu usurper ce pouvoir, ils nous auraient brûlés sur le bûcher. Dénués de ce pouvoir, ils utilisèrent l’arme de la répression, et invoquèrent des lois médiévales pour nous envoyer en prison. Ces tactiques produisirent l’effet inverse de celui escompté. Elles démontrèrent la vitalité de l’idée de contrôle des naissances, et agirent comme un répulsif auprès des couches intelligentes de la communauté américaine. L’intérêt suscité ne se limita pas seulement à l’Amérique. Le mouvement néomalthusien en Grande-Bretagne, caractérisé par son courage inébranlable, vint nous soutenir, et je fus rassurée à l’idée de savoir que les meilleurs esprits de l’Angleterre n’hésitèrent pas un instant à exprimer leur sympathie et leur soutien.

7En Amérique, en revanche, je découvris que, dès le début et jusqu’à très récemment, les soi-disant intellectuels manifestaient une réticence curieuse et presque inexplicable à soutenir le contrôle des naissances. Ils hésitèrent même à exprimer publiquement une quelconque opposition à la campagne visant à nous écraser, qui fut inaugurée et soutenue par les forces les plus réactionnaires et les plus menaçantes de la vie américaine. Ce n’était ni de l’inertie, ni un manque d’intérêt de la part des masses qui étaient sur notre chemin. C’était l’indifférence des autorités intellectuelles.

  • 5 Il est fait ici allusion au premier amendement à la Constitution des États-Unis.

8Écrivains, enseignants, ministres, éditeurs, constituant une classe qui dicte, si ce n’est qui crée l’opinion publique, sont dans ce pays singulièrement inhibés, ou non conscients de leur véritable fonction dans la communauté. L’un de leurs premiers devoirs, il est certain, devrait être de défendre le droit constitutionnel à la liberté d’expression et à la liberté de la presse5, de faire bon accueil à toute idée qui tend à éveiller l’attention critique du grand public américain. Mais ceux qui se révèlent pleinement conscients de ce devoir public sont en minorité, et doivent posséder plus de courage que la moyenne pour survivre à l’hostilité qu’une telle attitude provoque.

9L’un des principaux objectifs du présent volume est d’inciter les intellectuels américains à abandonner les habitudes mentales qui les empêchent de voir la nature humaine dans son ensemble, plutôt qu’une chose pouvant être classée dans divers compartiments ou catégories. Le contrôle des naissances offre une approche de l’étude de l’humanité, car il passe outre les limites des méthodes actuelles. Il présente des aspects économiques, biologiques, psychologiques et spirituels. Il éveille la vision de l’espèce en mutation et en constante évolution, de l’humanité qui croît et se développe, arrivant à maturité, d’une race créatrice qui s’épanouit radieusement par le talent et le génie.

10En tant que programme social, le contrôle des naissances ne s’intéresse pas simplement aux questions de population. À cet égard, c’est une étape distincte en avance sur les doctrines malthusiennes antérieures qui s’intéressèrent principalement à l’économie et à la population. Le Contrôle des naissances s’intéresse à l’esprit autant qu’au corps. Il tend à la libération de l’esprit de la femme, et par la femme, de l’enfant. Aujourd’hui la maternité est gâchée, pénalisée, torturée. Les enfants mis au monde par une mère non consentante souffrent d’un handicap initial qui ne peut être mesuré par de froides statistiques. Leur vie est brisée dès le départ. […]

11Le devoir de l’éducateur et de l’intellectuel créateur de l’opinion publique est, à cet égard, de la plus haute importance. Pendant des siècles, les moralistes officiels, les prêtres, les membres du clergé et les professeurs, les hommes d’État et les politiciens ont prêché la doctrine de la fécondité glorieuse et divine. Aujourd’hui, nous sommes confrontés dans le monde entier au spectacle engendré par l’application de cette doctrine. Il est important de remarquer que le débile et l’imbécile servent d’exemple en se montrant à la hauteur de cet enseignement, et que les intellectuels, les éducateurs, les archevêques, les évêques, les prêtres, qui le défendent avec le plus d’insistance, en sont les plus fermes partisans de par leur propre vie de célibat et d’infécondité. Il est temps de montrer aux champions de la fécondité incessante et inconsidérée les résultats de leur enseignement.

12Une des plus grandes difficultés qu’il y a à offrir au public un livre de ce type réside dans l’impossibilité de suivre les événements et les changements d’un mouvement qui, dans le monde entier, prend désormais racine et se développe. Le changement d’attitude de la presse américaine indique que l’opinion publique éclairée ne tolère plus une politique du silence sur une question d’une importance aussi capitale. […]

[…]

  • 6 La première convention américaine sur le contrôle des naissances fut organisée du 11 au 13 novembre (...)

13La première convention américaine sur le contrôle des naissances, qui s’est tenue en même temps que le congrès de Washington pour la limitation des armements6, marque un tournant décisif dans notre approche des problèmes sociaux. La convention mit en évidence le fait que, dans tous les domaines scientifiques et sociaux, les penseurs les plus perspicaces en viennent maintenant à envisager notre problème comme une nécessité fondamentale pour la civilisation américaine. Ils en viennent à voir que le facteur qualitatif par opposition au quantitatif est d’une importance primordiale en ce qui concerne les grandes masses de l’humanité.

14Certaines convictions fondamentales devraient être précisées ici. Le programme de contrôle des naissances n’a pas une vocation de bienfaisance. Il ne vise pas à interférer dans la vie privée des pauvres, à leur dire combien d’enfants ils devraient avoir, ni à juger de leur aptitude à devenir parents. Il vise plutôt à éveiller la responsabilité, à répondre à la demande de moyens scientifiques par lesquels et grâce auxquels chaque vie humaine peut être autodirigée et autocontrôlée. Le partisan du contrôle des naissances, en somme, est convaincu que la régénération sociale, tout autant que la régénération individuelle, doit venir de l’intérieur. Tout parent potentiel, et en particulier toute mère potentielle, doit être amené à prendre conscience de la responsabilité primordiale et individuelle qu’implique la venue au monde de l’enfant. C’est seulement lorsque l’on donnera aux parents de ce monde le contrôle de leurs facultés de reproduction qu’il sera possible d’améliorer la qualité des générations futures, ou même de maintenir la civilisation à son niveau actuel. Ce n’est que lorsque la grande masse de l’humanité obtiendra la maîtrise intelligente des pouvoirs procréateurs qu’elle prendra conscience de la responsabilité de la condition parentale. Nous sommes arrivés à la conclusion, basée sur la recherche et l’expérience à grande échelle, que l’éducation parentale doit être fondée sur les besoins et les demandes du peuple lui-même. Un code idéaliste d’éthique sexuelle, imposé d’en haut, un ensemble de règles élaborées par des théoriciens ayant un sens élevé des valeurs morales qui ne tiennent pas compte des conditions de vie et des désirs des masses, ne pourra jamais avoir la moindre valeur pour modifier les mœurs de la population. Les systèmes ainsi imposés par le passé ont révélé leur incapacité affligeante d’empêcher le chaos sexuel et racial vers lequel le monde s’est aujourd’hui orienté.

15La demande universelle d’enseignement pratique du contrôle des naissances est l’un des signes les plus encourageants qui démontre que les masses elles-mêmes possèdent aujourd’hui l’étincelle divine de la régénération. Il reste aux courageux et aux gens éclairés à répondre à cette demande, à allumer l’étincelle, à mener une éducation approfondie dans le domaine de l’hygiène sexuelle sur la base de ce vif intérêt.

16Le contrôle des naissances est ainsi la porte d’entrée pour l’éducateur. En répondant aux besoins de ces milliers et milliers de mères submergées, il est possible de tirer profit de leur intérêt pour en faire la base de l’éducation à la prophylaxie, à l’hygiène sexuelle, et au bien-être de l’enfant. On peut alors montrer à la mère potentielle que la maternité n’a pas à être un esclavage mais constitue la voie la plus efficace vers le développement et l’épanouissement personnels. C’est seulement sur cette base que nous pouvons améliorer la qualité de la race.

17Le déséquilibre entre le taux de natalité des « inaptes » et celui des « aptes », reconnu comme la plus grande menace actuelle pour notre civilisation, ne pourra jamais être corrigé par une compétition dès le berceau entre ces deux classes. L’exemple des classes inférieures, la fécondité des faibles d’esprit, des déficients mentaux, des classes démunies ne devraient pas être pris comme modèle à suivre par ceux qui sont mentalement et physiquement aptes, et par conséquent moins féconds, appartenant aux classes instruites et aisées. Au contraire, le problème le plus urgent aujourd’hui est de savoir comment limiter et décourager la surfécondité des déficients mentaux et physiques. Des méthodes radicales et spartiates peuvent éventuellement être imposées à la société américaine si elle continue à encourager avec complaisance la reproduction accidentelle et chaotique qui a résulté de notre sentimentalisme stupide et cruel.

18Pour assurer le salut des générations futures – voire des générations actuelles – notre plus grand besoin, tout d’abord, est la capacité de faire face à la situation sans reculer, et de coopérer à la formation d’un code d’éthique sexuelle fondé sur une compréhension approfondie de la biologie et de la psychologie de la nature humaine ; et ensuite de répondre aux questions et aux besoins de la population avec toute l’intelligence et l’honnêteté dont nous disposons. Si nous pouvons trouver le courage de faire cela, nous servirons mieux les véritables intérêts de la civilisation.

19Pour conclure cette introduction : mon initiation, comme je l’ai avoué, était avant tout émotionnelle. Mon intérêt pour le contrôle des naissances a résulté de l’expérience. La recherche et l’investigation ont suivi. Notre effort a été d’élever notre programme du plan émotionnel au plan scientifique. Tout progrès social, je crois, doit s’affranchir du sentimentalisme et passer par le creuset de la science. Nous sommes disposés à soumettre le contrôle des naissances à l’épreuve aussi. Ce livre vise à demander l’aide des scientifiques, à susciter cet intérêt qui se traduira par la recherche et l’investigation à grande échelle. Je crois que mon expérience personnelle à ce sujet doit être celle de la race dans son ensemble. Nous devons tempérer notre émotion et notre enthousiasme par la détermination impersonnelle de la science. Nous devons nous unir en créant un instrument d’acier, fort mais souple, si nous voulons finalement triompher dans le combat pour l’émancipation humaine.

CHAPITRE XI [p. 243-259] – Éducation et expression

[…]

20Lentement mais sûrement, nous sommes en train de briser les tabous qui entourent le sexe, mais nous les brisons par pure nécessité. Les codes qui ont entouré le comportement sexuel dans les prétendues communautés chrétiennes, les enseignements des Églises concernant la chasteté et la pureté sexuelle, les interdictions provenant des lois, les conventions hypocrites de la société ont toutes prouvé leur échec dans la protection contre le chaos et les ravages causés par l’incapacité à reconnaître le sexe comme une force motrice dans la nature humaine, qui est aussi importante, si ce n’est encore plus, que la faim. Son énergie dynamique est indestructible. Elle peut être transformée, affinée, orientée, même sublimée, mais le fait d’ignorer, de négliger, de refuser de reconnaître cette grande force élémentaire n’est rien moins qu’inconscient.

[…]

21Enseignée sur la base d’une moralité conventionnelle et traditionnelle et d’une respectabilité bourgeoise, fondée sur le dogme courant et transmise à la populace avec une condescendance bénigne, l’éducation sexuelle est une perte de temps et d’efforts. Une telle éducation ne peut en aucun cas établir comme repère la moralité et le comportement idéaux de la classe moyenne respectable, puis faire l’effort d’amener tous les autres membres de la société, particulièrement la classe ouvrière, à se conformer à leurs tabous. […]

22En tant qu’instrument d’éducation, la doctrine du contrôle des naissances aborde l’ensemble du problème d’une autre manière. Au lieu d’instaurer des lois sévères et fermes sur la conduite sexuelle, au lieu de tenter d’inculquer des règles et des règlements, de souligner les récompenses de la vertu et les punitions du péché, celui qui enseigne le contrôle des naissances cherche à répondre aux besoins des gens. C’est à partir de leurs intérêts, de leurs demandes, de leurs problèmes que l’éducation au contrôle des naissances tente de développer leur intelligence et leur montre comment ils peuvent s’aider eux-mêmes, comment guider et contrôler cet instinct profondément ancré.

  • 7 Les avortements illégaux étaient la cause d’environ 8 000 décès par an. Russel S. Fisher, « Crimina (...)

23[…] Respectueusement, nous tendons l’oreille aux dithyrambes sur le caractère sacré de la maternité et l’importance de « meilleurs bébés », mais nous fermons les yeux et nous nous bouchons les oreilles quant à la dure réalité et aux cris de douleur venant des femmes qui aujourd’hui meurent par milliers parce qu’elles sont privées de ce pouvoir7.

24La situation est d’autant plus amèrement ironique que ceux qui sont fermement opposés au contrôle des naissances pratiquent la doctrine qu’ils condamnent. Le taux de natalité parmi les opposants conservateurs indique qu’ils limitent le nombre de leurs enfants par la méthode du contrôle des naissances, ou font preuve d’une énergie procréatrice si faible qu’ils ne sont de ce fait pas à même de dicter des lois morales pour les autres. Ils préfèrent que nous pensions que leur faible nombre d’enfants est accidentel plutôt que d’avouer publiquement qu’ils pratiquent avec succès la prospective intelligente. Ou bien ils se prennent pour des parangons de vertu et de maîtrise de soi et voudraient nous faire croire qu’ils ont mis leurs enfants au monde seulement pour répondre à un noble et strict sens du devoir public, attitude presque aussi convaincante que de déclarer qu’ils les ont trouvés dans les choux. Comment expliquer autrement la tolérance généralisée et l’approbation béate de la conception cléricale du sexe actuellement renforcée par le flot de grossièretés et de vulgarités répandu par la presse, le cinéma et le théâtre populaire ?

[…]

25Le contrôle des naissances est essentiellement une éducation pour les femmes. Ce sont les femmes qui, directement et par leur nature même, portent le fardeau de cet aveuglement, de l’ignorance et du manque de prévoyance concernant le sexe, qui est actuellement imposé par la loi et la coutume. Le contrôle des naissances place entre les mains des femmes le seul instrument par lequel elles peuvent rétablir l’équilibre dans la société, et affirmer, non seulement en théorie mais également en pratique, l’importance primordiale de la femme et de l’enfant dans la civilisation.

26Le contrôle des naissances est ainsi l’incitation à l’éducation. Sa pratique éveille et développe le sens de l’autonomie et de la responsabilité et illumine la relation de l’individu à la société et à la race d’une manière qui, sinon, reste vague et académique. Il révèle que le sexe n’est pas une simple force naturelle indomptée et insatiable à laquelle les hommes et les femmes doivent se soumettre désespérément et passivement à mesure qu’elle se répand en eux, et puis en accepter les conséquences lourdes et désespérées avec une humilité abjecte. Au lieu de cela, il place entre leurs mains le pouvoir de contrôler cette grande force, de l’utiliser, de la diriger vers des voies dans lesquelles elle devient l’énergie qui embellit leur vie, qui accroît leur expression et leur développement. Il éveille chez les femmes la conscience de nouvelles gloires et de nouvelles possibilités dans la maternité. N’étant plus la victime prostrée du jeu aveugle de l’instinct, mais la maîtresse autonome de son corps et de sa propre volonté, la nouvelle mère trouve en son enfant l’accomplissement de ses propres désirs. C’est dans la libre maternité plutôt que dans la maternité forcée qu’elle trouve la voie vers son propre développement et sa propre expression. Libérée d’une longue série de grossesses, libre de veiller au bon développement de ses propres enfants, elle peut alors étendre son influence bienfaisante au-delà de son propre foyer. […]

27À moins qu’elle ne soit fondée sur cette connaissance capitale et ce pouvoir sur son propre corps et ses propres instincts, l’éducation des femmes n’a aucune valeur. Tant qu’elle reste le jouet des forces naturelles, puissantes et incontrôlées, tant qu’elle doit docilement et humblement se soumettre aux décisions des autres, comment la femme peut-elle établir les fondements du respect de soi, de l’autonomie et de l’indépendance ? Comment peut-elle faire son propre choix, exercer son propre discernement, sa propre prévoyance ?

28C’est par l’exercice de ces pouvoirs, la construction et l’intégration de sa propre expérience, par la maîtrise de son propre environnement, que l’on doit chercher la véritable éducation de la femme. Et dans le domaine du sexe, la source et la racine de toute expérience humaine, c’est sur la base du contrôle des naissances, la direction volontaire de sa propre expression sexuelle, que la femme doit faire le premier pas vers l’affirmation de la liberté et du respect de soi.

CHAPITRE XII [p. 260-278] – La femme et l’avenir

[…]

29Une fois que nous aurons accompli les tout premiers pas vers la création d’une véritable civilisation, la tâche qui consiste à libérer l’esprit de l’humanité du joug de l’ignorance, du préjugé et de la passivité mentale qui est plus que jamais asservissante dans l’histoire de l’humanité, sera extrêmement facilitée. Le problème central et auquel il faut s’attaquer en premier est l’abolition de la honte et de la peur du sexe. Nous devons enseigner aux hommes le pouvoir écrasant de cette force irrésistible. Nous devons leur faire comprendre que, si elle n’est pas contrôlée, elle s’avère être un tyran cruel, mais si elle est contrôlée et dirigée, elle peut être utilisée pour transformer et sublimer le monde quotidien de manière à ce qu’il soit un royaume de beauté et de joie. Par le sexe, l’humanité peut atteindre la grande illumination spirituelle qui transformera le monde, qui éclairera le seul chemin menant au paradis terrestre. Ainsi devons-nous nécessairement et inévitablement concevoir l’expression sexuelle. L’instinct existe. Nul ne peut l’éviter. Il est en notre pouvoir d’en faire quelque chose de beau et une joie pour toujours ; ou de le nier comme l’ont fait les ascètes du passé, de faire outrage à cette expression et ensuite d’en payer le prix, le prix amer que la société paye aujourd’hui d’innombrables manières.

30Si je suis critiquée pour « l’égoïsme » apparent de cette conception, ce sera le fait d’une incompréhension. L’individu accomplit son devoir envers la société dans son ensemble non par l’abnégation de soi, mais par l’épanouissement de son être. Il fait de son mieux pour le monde non pas en se sacrifiant, non pas en augmentant la somme de misère, de maladie et de malheur, mais en augmentant sa stature, en déployant une plus grande énergie, en étant actif plutôt que passif, créatif plutôt que destructeur. C’est fondamentalement la plus grande vérité que doit découvrir la femme. Et jusqu’à ce que les femmes soient éveillées à leur fonction centrale dans la création d’une nouvelle civilisation, cette nouvelle ère restera un rêve impossible et invraisemblable. La nouvelle civilisation peut devenir une réalité glorieuse seulement en éveillant les qualités de la femme aujourd’hui en sommeil que sont la force, le courage, la vigueur. Comme l’a souligné un grand penseur du siècle dernier, la dégénérescence physique de la femme détruit non seulement sa santé et son bonheur, mais la race tout entière. Le pouvoir physique et psychique de la femme est plus indispensable au bien-être et au pouvoir de la race humaine que celui de l’homme car la force et le bonheur de l’enfant sont liés de manière plus organique à ceux de la mère.

31Parallèlement à cet éveil de l’intérêt de la femme pour sa nature fondamentale, pour sa prise de conscience que son plus grand devoir envers la société se trouve dans son propre épanouissement, viendra un amour plus grand et plus profond pour l’ensemble de l’humanité. […]

Notes

1 . Cet épigraphe est extrait du poème « I sing the body electric » 5, 15-16 du recueil Leaves of Grass publié en 1855.

2 Margaret Sanger organisait des réunions régulières dans l’appartement qu’elle avait loué à new York. Voir The Autobiography of Margaret Sanger, p. 107.

3 Il s’agit de William E. H. Lecky (1838-1903), historien et auteur de History of the Rise and Influence of the Spirit of Rationalism in Europe (1865), History of European Morals from Augustus to Charlemagne (1869) et A History of England during the Eighteenth Century (1878).

4 En 1692, une chasse aux sorcières s’engagea à Salem, un village de la Nouvelle-Angleterre. Plusieurs jeunes filles supposées ensorcelées accusèrent de sorcellerie des habitants de ce village qui furent arrêtés, envoyés en prison et même pendus. Quelque temps après, les jurés reconnurent avoir accusé et pendu à tort certains de ces habitants et demandèrent pardon aux familles des victimes.

5 Il est fait ici allusion au premier amendement à la Constitution des États-Unis.

6 La première convention américaine sur le contrôle des naissances fut organisée du 11 au 13 novembre 1921 et le congrès de Washington pour la limitation des armements le 12 novembre 1921, connu également sous le nom de conférence navale de Washington.

7 Les avortements illégaux étaient la cause d’environ 8 000 décès par an. Russel S. Fisher, « Criminal abortion », Therapeutic Abortion : Medical, Psychiatric, Legal, Anthropological and Religious Considerations, Harold Rosen éd., New York, Julian Press, 1954, p. 8. Voir également Lawrence Lader, Abortion, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1966, p. 3.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search