Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La moralité du contrôle des naissances

« The morality of birth control », discours prononcé au Park Theatre, New York, le 18 novembre 19211

p. 129-13


Texte intégral

1La réunion de ce soir est le report de celle qui devait avoir lieu à l’Hôtel de Ville dimanche soir dernier. Elle devait être l’aboutissement d’une convention de trois jours, dont deux ont eu lieu à l’hôtel Plaza, pour discuter du contrôle des naissances sous ses différents et multiples aspects.

2La seule question sur laquelle il semble qu’il y ait le plus d’incertitude et de désaccord est l’aspect moral du contrôle des naissances. Il nous apparut donc naturel de réunir des scientifiques, des éducateurs, des membres de la profession médicale et des théologiens de toutes confessions pour leur demander leur avis sur cet aspect ambigu et important de la controverse. Des lettres furent envoyées aux hommes et aux femmes les plus éminents au monde. Dans cette lettre, nous avons posé les questions suivantes :

1. La surpopulation est-elle une menace pour la paix du monde ? 2. La diffusion légale d’informations scientifiques sur le contrôle des naissances par la profession médicale au sein de cliniques serait-elle la méthode la plus logique pour contrôler le problème de la surpopulation ? 3. Les connaissances sur le contrôle des naissances changeraient-elles l’attitude morale des hommes et des femmes quant aux liens du mariage ou porteraient-elles atteinte aux valeurs morales de la jeunesse du pays ? 4. Croyez-vous que les connaissances qui permettent aux parents de limiter leur famille conduiront au bonheur humain et élèveront les normes morales, sociales et intellectuelles de la population ?

3Nous avons envoyé cette lettre, non seulement à ceux qui, selon nous, pourraient être d’accord avec nous, mais nous l’avons également envoyée à nos adversaires déclarés. La plupart de ces personnes ont répondu. Tous ceux qui ont répondu l’ont fait avec sincérité et courtoisie, à l’exception d’un groupe dont la réponse à cette importante question, comme cela fut démontré à l’Hôtel de Ville dimanche soir dernier2, fut un déshonneur pour les gens épris de liberté et pour toutes les traditions qui nous sont chères aux États-Unis. [Applaudissements] Je croyais que la discussion de la question morale n’appartenait pas seulement aux théologiens et aux scientifiques, mais appartenait au peuple. [Applaudissements] Et, parce que je croyais que les gens de ce pays pouvaient discuter de ce sujet avec dignité et intelligence, j’ai souhaité les rassembler et en discuter au grand jour.

4Quand on parle de morale, on se réfère au comportement humain. Cela implique des actions de toutes sortes qui dépendent elles-mêmes de l’esprit et du cerveau. De sorte que lorsque l’on parle de morale, il faut se rappeler qu’il existe un lien direct entre la moralité et le développement du cerveau. Le comportement serait l’action en vue de fins, et s’il en est ainsi, alors nous devons considérer que l’irresponsabilité et l’insouciance de notre action sont immorales, tandis que la responsabilité et la prévoyance mises au profit de l’individu et de la race deviennent, dans le plus haut sens, la meilleure conception de la moralité.

5Nous savons que chaque avancée accomplie par la femme au cours du dernier demi-siècle a été faite dans l’opposition, et toutes ont été fondées sur l’immoralité. Lorsque la femme lutta pour accéder à l’enseignement supérieur, il fut dit que cela la rendrait immorale et qu’elle perdrait sa place dans l’espace sacré du foyer. Lorsque la femme demanda le droit de vote, il fut dit que cela porterait atteinte à ses valeurs morales, qu’il n’était pas convenable qu’elle rencontre et qu’elle fréquente les membres du sexe opposé, mais nous constatons qu’il n’y avait aucune objection à ce qu’elle rencontre les mêmes membres du sexe opposé lorsqu’elle va à l’Église. L’Église s’est toujours opposée au progrès de la femme, au motif que sa liberté conduirait à l’immoralité. Nous demandons à l’Église de faire preuve de plus de confiance envers les femmes. Nous demandons aux adversaires de ce mouvement de renverser les méthodes de l’Église qui visent à préserver la morale des femmes en les maintenant dans la peur et dans l’ignorance, et à leur inculquer une moralité plus haute et plus vraie fondée sur la connaissance. [Applaudissements] Et notre moralité est celle de la connaissance. Si nous ne pouvons faire confiance à une femme qui possède la connaissance de son propre corps, alors j’affirme que deux mille ans d’enseignement chrétien s’avèrent être un échec. [Applaudissements]

6Nous défendons le principe selon lequel le contrôle des naissances devrait être disponible pour tout adulte homme et femme. Nous pensons que la responsabilité et l’utilisation correcte de ces connaissances devraient être enseignées à chaque homme et femme. Nous affirmons que la femme devrait avoir un droit sur son propre corps et le droit de dire si elle sera ou non mère, comme elle l’entend. [Applaudissements] Nous affirmons en outre que le premier droit d’un enfant est d’être désiré. [Applaudissements] Tandis que le deuxième droit est qu’il soit conçu dans l’amour, et le troisième, qu’il hérite d’une bonne santé.

7Ce sont sur ces principes que repose le mouvement en faveur du contrôle des naissances en Amérique.

8Quand il s’agit de discuter des méthodes de contrôle des naissances, la tâche est beaucoup plus difficile. Il y a des lois dans ce pays qui interdisent de transmettre des informations pratiques aux mères de cette patrie. Nous affirmons que chaque mère dans ce pays, qu’elle soit malade ou bien portante, a droit aux meilleures informations, aux plus sûres, aux plus scientifiques. Ces informations devraient être communiquées directement aux mères au sein de cliniques par des membres de la profession médicale, des infirmières et des sages-femmes qualifiées. [Applaudissements]

9Notre première étape est d’obtenir le soutien de la profession médicale, de sorte que nos lois puissent être modifiées, de sorte que la maternité puisse être la fonction de la dignité et du choix, plutôt que de l’ignorance et du hasard. [Applaudissements] Le contrôle volontaire de la descendance est en passe de devenir l’idéal et la pratique dans tous les pays civilisés3.

10Ceux qui s’y opposent affirment qu’aussi souhaitable soit-il sur le plan économique ou social, il peut être l’objet d’abus, et la morale des jeunes de ce pays peut en être affectée. On devrait rappeler à ces gens que deux points doivent être pris en considération : tout d’abord, que ce contrôle est une avancée incontournable dans la civilisation. Chaque civilisation doit faire preuve de prévoyance pour les autres, même pour celles qui ne sont pas encore nées. [Applaudissements] L’abandon insouciant qui résulte des pulsions sexuelles, et la négligence des conséquences qu’il engendre, ne relèvent pas de la moralité. [Applaudissements] La satisfaction égoïste du désir éphémère au détriment de vies de souffrances à venir peut sembler formidable à certains, mais ce n’est pas notre conception de la civilisation, ni notre idée de la moralité. [Applaudissements]

11En second lieu, non seulement est-il inévitable, mais il est essentiel de contrôler la taille de la famille car, par ce contrôle et cet ajustement, nous pouvons élever le niveau et les normes de la race humaine. Tandis que la Nature réduit le nombre des êtres humains par la maladie, la famine et la guerre, l’homme primitif a obtenu les mêmes résultats par l’infanticide, l’exposition des nourrissons, l’abandon d’enfants et l’avortement. Mais ces moyens de contrôle de la population ne sont plus concevables pour nous. Nous avons atteint des niveaux de vie élevés, et c’est conformément à la science que nous devons exercer ce contrôle. Nous devons commencer bien plus en amont et contrôler les débuts de la vie. Nous devons contrôler la conception. C’est une bien meilleure méthode, c’est une méthode plus civilisée, car elle implique non seulement une plus grande prévoyance à l’égard des autres, mais finalement, une plus haute considération de la valeur de la vie elle-même.

12La société est divisée en trois groupes. Le premier est constitué de membres des classes aisées, intelligents et riches, qui ont obtenu les connaissances sur le contrôle des naissances et qui le pratiquent en régulant la taille de leur famille. Ils ont déjà bénéficié de cette connaissance et sont aujourd’hui considérés comme les membres les plus respectables et les plus moraux de la communauté. Ils n’ont d’enfants que lorsqu’ils le désirent, et l’ensemble de la société les présente comme des personnes qui devraient perpétuer leur espèce.

13Le deuxième groupe est tout aussi intelligent et responsable. Ses membres veulent contrôler la taille de leur famille, mais ne peuvent obtenir ces connaissances ou mettre ces connaissances en pratique.

14Le troisième groupe est constitué d’irresponsables et d’insouciants qui ont peu de considération pour les conséquences de leurs actes, ou dont les convictions religieuses empêchent d’exercer un contrôle sur leur nombre. La plupart des membres de ce groupe sont malades, faibles d’esprit, et sont des indigents qui dépendent entièrement du soutien des membres de la société considérés comme normaux et aptes. Il ne fait aucun doute dans les esprits sensés qu’il faudrait arrêter la reproduction de ce groupe. [Applaudissements] Car, s’ils ne sont pas capables de subvenir à leurs besoins et de se prendre en charge, ils ne devraient certainement pas être autorisés à mettre au monde une progéniture dont les autres auront à s’occuper. [Applaudissements] Nous ne croyons pas qu’il soit moral d’encombrer la terre de misère, de pauvreté et de maladie. Et c’est notre désir et notre intention de continuer notre croisade jusqu’à ce que de telles conditions cessent de se perpétuer.

15Nous désirons arrêter à la source la maladie, la pauvreté, la faiblesse d’esprit et la folie qui existent aujourd’hui, car celles-ci portent atteinte aux valeurs de la civilisation et conduisent à la détérioration de la race. Nous savons que les masses sont de plus en plus sensées et font appel à leur propre esprit pour décider de leur comportement individuel. Plus il y aura de personnes de ce genre, moins il y aura d’immoralité. Car plus les gens deviennent responsables, plus ils atteignent et atteindront un degré élevé de moralité véritable. [Applaudissements]

Notes de bas de page

1 Ce discours était initialement prévu le 13 novembre 1921, en clôture de la première convention américaine sur le contrôle des naissances au cours de laquelle Margaret Sanger fut arrêtée et envoyée en prison. Elle le prononça finalement au Park Theatre à New York le 18 novembre.

2 Elle fait référence à la conférence qui devait clôturer la convention et qui avait dû être reportée suite à l’intervention des forces de l’ordre. Voir la note précédente et p. 37 dans cet ouvrage.

3 Elle fait référence ici aux pays occidentaux.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.