Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

La femme et la nouvelle race

Woman and the New Race, 1920

Texte intégral

CHAPITRE I [p. 1-8] – L’erreur de la femme et sa dette

1Le développement social le plus considérable des temps modernes est la révolte de la femme contre la servitude sexuelle. La force la plus importante pour refaire le monde est une maternité libre. Outre cette force, les grands programmes internationaux des hommes d’État modernes sont insignifiants et superficiels. Les diplomates peuvent concevoir des ligues des nations et les nations peuvent promettre leur plus grande force pour les garantir, les hommes d’État peuvent rêver de reconstruire le monde par des alliances, des hégémonies et des sphères d’influence, mais la femme, en continuant à produire des populations à la croissance explosive, transformera ces promesses en paroles sentencieuses, ou bien elle peut, par le contrôle des naissances, élever la maternité à la hauteur d’une fonction volontaire et intelligente, et refaire le monde. Lorsque le monde sera ainsi refait, il dépassera le rêve de l’homme d’État, du réformateur et du révolutionnaire.

2Ces dernières années seulement, la position de la femme comme la moitié la plus douce et la plus faible de l’humanité a été fortement et largement remise en question. Les hommes ont supposé que telle était la place de la femme ; la femme elle-même l’a acceptée. Rarement s’est-on demandé si elle l’occuperait à jamais.

3Au vu des protestations organisées de la femme, rien n’indiquait qu’elle désirait parvenir à un changement fondamental de sa position. Elle revendiquait le droit au suffrage et la réglementation législative de ses heures de travail, et demandait que son droit de propriété soit égal à celui de l’homme. Aucune de ces demandes, cependant, n’affectait directement les facteurs les plus vitaux de son existence. Qu’elle arrivât ou non à ses fins, elle restait un être faible et dominé dans une société contrôlée par les hommes.

4L’acceptation par la femme de son statut inférieur était d’autant plus réelle qu’elle n’en était pas consciente. Elle s’était enchaînée à sa place dans la société et la famille par les fonctions maternelles inhérentes à sa nature, et seules des chaînes aussi fortes auraient pu la lier à son sort comme un animal destiné à élever ses petits pour les civilisations masculines de ce monde. En acceptant son rôle de « moitié la plus faible et la plus douce », elle accepta cette fonction. À son tour, l’acceptation de cette fonction l’ancra plus fermement dans son rang de subordonnée.

5Prise dans ce « cercle vicieux », la femme a, par sa capacité de reproduction, fondé et perpétué les tyrannies de la terre. Que ce soit la tyrannie d’une monarchie, d’une oligarchie ou d’une république, le seul facteur indispensable de son existence était, tout comme il l’est maintenant, de fabriquer des hordes d’êtres humains – des êtres humains nombreux jusqu’à en devenir de piètre valeur, et si dénués de valeur qu’ils en étaient réduits à l’ignorance. C’est sur une maternité ignorante et soumise qu’elles se sont fondées, c’est sur le produit d’une telle maternité qu’elles ont proliféré.

[…]

6Ce sont les femmes qui créent la surpopulation et qui, tout en se tordant les mains de désespoir devant chaque nouvelle horreur, se soumettent à nouveau à leur tâche consistant à engendrer les multitudes qui provoqueront la prochaine tragédie de la civilisation.

7Bien que jetant inconsciemment les fondements des tyrannies et fournissant la matière humaine pour des conflits raciaux, la femme créait toujours inconsciemment des taudis, remplissait les asiles d’aliénés, et les institutions d’autres êtres déficients. Elle grossissait les rangs des prostituées, fournissait du blé à moudre aux tribunaux pénaux et des détenus aux prisons. Si elle avait délibérément prévu de parvenir à cette somme tragique de gâchis humain et de misère, elle aurait difficilement pu le faire plus efficacement.

8La passivité de la femme, écrasée sous le fardeau de sa tâche désastreuse, ressemblait presque entièrement à une résignation ignorante. Elle ne savait pratiquement rien de sa nature reproductrice et encore moins des conséquences de ses grossesses excessives. Obéissant au besoin intime de leur nature, il est vrai que seules quelques femmes se révoltèrent.

9Elles en arrivèrent même à l’infanticide et à l’avortement. Généralement, leurs révoltes n’étaient pas assez étendues. Elles se battirent individuellement, non collectivement. C’est en masse qu’elles sombrèrent de nouveau dans la soumission aveugle et désespérée. Elles continuèrent à engendrer, avec une rapidité stupéfiante, ces enfants innombrables, non désirés, qui entravent et détruisent les civilisations.

10Aujourd’hui, cependant, la femme se soulève et se révolte. Même ses efforts en vue d’une simple réforme sont, comme nous le verrons plus tard, des pas dans cette direction. Sous chacun d’eux se trouve le besoin féminin d’atteindre la liberté. Des millions de femmes affirment leur droit à la maternité volontaire. Elles sont résolues à décider par elles-mêmes si elles deviendront mères, dans quelles conditions et à quel moment. C’est la révolte fondamentale évoquée. C’est pour la femme la clé du temple de la liberté.

11Alors même que le contrôle des naissances est le moyen par lequel la femme atteint la liberté, il est aussi le moyen par lequel elle doit et devra déraciner le mal qu’elle a engendré à travers sa soumission. Ayant provoqué inconsciemment et par ignorance le désastre social, elle doit et devra donc délibérément et intelligemment remédier à ce désastre et créer un ordre nouveau et meilleur.

12Cette tâche lui revient. Elle ne peut s’y soustraire par des excuses et ne peut la confier à quiconque. Dénoncer la domination évidente de l’homme ne suffit pas. Il ne sert à rien de plaider la culpabilité des dirigeants et de ceux qui exploitent la main-d’œuvre. Qu’elle ne conçoive pas de systèmes industriels ou qu’elle croie de manière instinctive à la justice sociale ne fait aucune différence. C’est dans sa soumission que se trouvent son erreur et sa culpabilité. Par son incapacité à restreindre les multitudes d’enfants qui ont rendu inévitables les plus flagrants de nos maux sociaux, elle a contracté une dette envers la société. Indépendamment de ses propres torts, indépendamment de son manque d’occasion, indépendamment de toute autre considération, c’est à elle de payer cette dette.

13[…] La guerre, la famine, la pauvreté et l’oppression des travailleurs continueront tant que la femme accordera à la vie une piètre valeur. Elles cesseront seulement lorsqu’elle limitera sa capacité reproductrice et que la vie humaine ne sera plus gaspillée.

14Deux principaux obstacles entravent l’accomplissement de cette lourde obligation. Le premier, et le moindre, est l’obstacle légal – les lois ancestrales continuent de la priver de la connaissance de sa nature reproductrice. Cette connaissance est indispensable à une maternité intelligente et la femme doit y parvenir, en dépit des lois absurdes et des canons moraux qui le sont tout autant. Le second obstacle, le plus sérieux, est sa propre ignorance de l’ampleur et de l’effet de sa soumission. Jusqu’à ce qu’elle prenne conscience du mal que sa soumission a engendré pour elle-même, sa progéniture et le monde dans son ensemble, elle ne pourra éliminer ce mal. Se débarrasser de ces obstacles revient à provoquer l’assaut des forces réactionnaires qui sont si fortement ancrées dans notre société contemporaine. Cela signifie la lutte, à chaque étape de sa vie. Néanmoins, quel qu’en soit le coût, elle doit sortir de son ignorance et assumer sa responsabilité.

15Elle peut le faire seulement lorsqu’elle se sera éveillée à la connaissance d’elle-même et des conséquences de son ignorance. La première étape est le contrôle des naissances. Par le contrôle des naissances, elle atteindra la maternité volontaire. Une fois la liberté fondamentale de son sexe atteinte, elle cessera de s’asservir elle-même ainsi que l’ensemble de l’humanité. Puis, grâce à la compréhension du désir pressant et intuitif qui est en elle, elle ne se contentera pas de réparer le monde, elle le refera.

CHAPITRE II [p. 9-29] – La lutte de la femme pour la liberté

16Derrière toutes les coutumes de quelque nature qu’elles soient ; derrière toute agitation sociale, derrière chaque mouvement, derrière chaque révolution, se trouvent de grandes forces qui, en agissant et réagissant aux circonstances, donnent forme à la civilisation. Si, en cherchant à découvrir la source d’une coutume, d’un mouvement ou d’une révolution, nous nous arrêtions aux circonstances apparentes, nous ne discernerions jamais plus qu’un aspect superficiel de la vérité sous-jacente.

17C’est l’erreur dans laquelle presque tous les historiens sont tombés. C’est également une erreur commune parmi les sociologues. Il est à la mode de nos jours, par exemple, d’expliquer tout le malaise social par les conditions économiques. C’est une hypothèse de travail valable et elle a beaucoup fait pour amener les hommes à prendre conscience de leur injustice réciproque, mais elle ne tient pas compte des forces au sein de l’humanité qui la conduisent à la révolte. Ce sont ces forces, plutôt que les conditions auxquelles elles réagissent, qui représentent les facteurs importants. Les conditions changent, mais la force vitale demeure.

18Il en va de même pour ce qui est de la lutte de la femme pour l’émancipation. Les femmes de tous pays et de tous âges ont instinctivement désiré limiter la taille de leur famille. Généralement, ce désir a été attribué à la pression économique. Souvent, la pression a existé, mais la force motrice derrière l’aspiration de la femme à la liberté s’est trouvée bien plus en profondeur. Elle s’est affirmée parmi les riches et parmi les pauvres, parmi les personnes intelligentes et inintelligentes. Elle s’est manifestée à travers les horreurs que sont l’infanticide, l’abandon d’enfant et l’avortement.

19Le seul terme suffisamment complet pour définir ce pouvoir moteur de la nature de la femme est l’esprit féminin. Cet esprit se manifeste le plus souvent dans la vie maternelle, mais il est supérieur à la maternité. La femme elle-même, tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle a jamais été, tout ce qu’elle peut être, n’est que la manifestation de cette force spirituelle intérieure. En lui donnant libre cours, cette loi suprême de sa nature s’affirme de manière bienfaisante ; contrariée, elle devient destructrice. Ce n’est que lorsque nous comprendrons cela que nous pourrons comprendre les efforts de l’esprit féminin pour se libérer.

20Lorsque la manifestation de cette force intérieure est entravée par la grossesse et les soins prodigués à de trop nombreux enfants, la femme se rebelle. Il s’ensuit que, depuis des temps immémoriaux, elle a cherché des moyens de limiter sa famille. Lorsqu’elle n’a pas employé de telles mesures délibérément, elle l’a fait instinctivement. Lorsque les lois, les mœurs et les restrictions religieuses empêchent toute prévention, elle a recours aux contraceptifs. Sinon, elle recourt à l’abandon d’enfant, à l’avortement et à l’infanticide, ou se résigne au désespoir d’une maternité forcée.

[…]

21[…] Les femmes ont trompé le pouvoir de l’Église et de l’État, osé lui résister et le défier. Calmes, désespérées, décidées, elles sont allées aux portes de la mort pour gagner la liberté que l’esprit féminin a désirée.

[…]

22Il est évident que rien ne peut mettre un terme aux horreurs que sont l’avortement et l’infanticide si ce n’est les contraceptifs. […]

[…]

23Comme ce fut le cas avec la lutte de l’Église contre l’avortement, il en est aujourd’hui de même des efforts visant à empêcher l’avortement aux États-Unis. Tous les efforts visant à mettre fin à cette pratique sont futiles. Selon toute vraisemblance, le nombre de ces opérations illégales augmente d’année en année. D’année en année davantage de femmes subiront l’humiliation, le danger et l’horreur de cette pratique, et la terrible histoire qui a commencé avec l’infanticide chez les peuples primitifs, continuera d’alimenter le récit de la misère humaine et de l’appauvrissement de la race, jusqu’à ce que la société prenne conscience de la nécessité d’un remède fondamental.

24Pour appliquer un tel remède, la société doit accepter la terrible leçon enseignée par les innombrables siècles d’infanticide et de fœticide. Si la sanction et la répression avaient pu mettre fin à ces pratiques odieuses, elles auraient cessé il y a bien longtemps. Mais c’est ne pas retenir la leçon que de continuer à réprimer et à punir, et de laisser le problème entier, c’est seulement permettre la dégradation de ces conditions.

25Quelle est cette leçon ? C’est la suivante : le désir de liberté de la femme est né de l’esprit féminin, qui est cet élan intérieur, absolu, élémentaire, de la féminité. C’est la force la plus puissante de sa nature : on ne peut la détruire, on peut simplement la détourner de son expression naturelle vers des voies violentes et destructrices.

26Les principaux obstacles à l’expression normale de cette force sont les grossesses involontaires et le fardeau que représentent les enfants non désirés. Ces obstacles ont toujours existé et seront toujours écartés par un nombre considérable de femmes. Guidées par l’irrésistible force qui est la leur, elles seront toujours en quête d’une plus grande liberté et d’un plus grand épanouissement, quel qu’en soit le coût. La seule question à laquelle la société doit répondre est de savoir comment on pourra permettre aux femmes d’atteindre ce but.

[…]

27En prenant en compte l’esprit féminin, la société a son éventail de solutions clairement définies. Elle peut continuer à recourir à la violence dans le but d’asservir ce besoin élémentaire de la femme, en faisant d’elle un simple instrument de reproduction et en la punissant quand elle se révolte. Ou bien, elle peut l’autoriser à choisir si elle deviendra mère et combien d’enfants elle aura. Elle peut continuer à tenter de détruire ce qui est indestructible, ou elle peut reconnaître l’aspiration de la femme à la liberté, et cesser d’imposer des obstacles dissuasifs et destructeurs. Si nous choisissons la seconde solution, nous devons non seulement éliminer toutes les restrictions sur l’utilisation de contraceptifs scientifiques, mais nous devons légaliser et encourager leur utilisation.

28Ce problème frappe le peuple d’Amérique avec une vigueur particulière. Voulons-nous que les millions d’avortements pratiqués chaque année se multiplient ? Voulons-nous que les précieuses et délicates caractéristiques de la féminité, si essentielles au développement de notre race, périssent dans ces expériences sordides et anormales ? Ou bien, souhaitons-nous permettre à la femme de trouver son chemin vers la liberté grâce à des moyens scientifiques sûrs et incontestables ? Nous avons le choix. De notre réponse à ces questions dépendent, dans une large mesure, le caractère et les capacités de la future race américaine.

CHAPITRE IV [p. 47-56] – Deux classes de femmes

29Jusqu’ici, nous avons examiné principalement une seule classe sociale en Amérique, celle des ouvriers. La plupart des femmes issues de familles ouvrières n’ont pas une connaissance précise ou fiable des contraceptifs, et, par conséquent, elles mettent au monde des enfants si rapidement qu’elles sont elles-mêmes, tout comme leur famille et leur classe, submergées par ce nombre. Comme cela a été démontré, de ce nombre a résulté la plupart des fardeaux qui pèsent sur la société dans son ensemble ; de ce nombre ont résulté également le besoin, la maladie, les conditions de vie difficiles et la misère générale des ouvriers.

30Les femmes de cette classe en sont les plus grandes victimes. Elles supportent non seulement les difficultés matérielles et les privations subies en commun par le reste de la famille, mais dans le cas de la mère, celles-ci sont aggravées. C’est l’homme et l’enfant qui mangent en premier alors que la nourriture est en quantité insuffisante. C’est à l’homme et à l’enfant que revient le divertissement, si tant est qu’il doit y en avoir, car les heures de travail de l’homme sont généralement limitées par la loi ou par son syndicat.

31C’est la femme qui souffre en premier de la faim, qui porte les vêtements les moins convenables, qui doit travailler tout le temps, même quand elle n’est pas obligée, comme dans le cas de millions d’entre elles, d’aller à l’usine pour compléter le maigre revenu de son mari. C’est elle aussi, dont la santé se dégrade en premier et le plus irrémédiablement en raison des longues heures de travail, de l’épuisement provoqué par des grossesses fréquentes, et de l’allaitement souvent presque constant des bébés. Il n’existe aucune loi des huit heures visant à protéger la mère du surmenage et du labeur domestique, aucune loi pour la protéger d’une mauvaise santé et des maladies liées à la grossesse et à la reproduction. En fait, presque rien n’a été prévu ou envisagé pour protéger la mère dans le foyer de l’ouvrier.

[…]

32La chaîne mortelle de la misère apparaît trop clairement à quiconque veut bien prendre la peine de l’examiner. Une femme de la classe ouvrière se marie puis vit au côté de son époux et sur ses revenus, dans un confort relatif. Ses tâches ménagères ne sont pas au-delà de ses forces. Ensuite, viennent les enfants – un, deux, trois, quatre, peut-être cinq ou plus. Les revenus du mari n’augmentent pas aussi rapidement que la taille de la famille. La nourriture, l’habillement et le confort général du foyer diminuent à mesure que le nombre des membres de la famille augmente. La charge de travail de la femme s’accroît, et sa force s’amoindrit avec chaque enfant. Peut-être – probablement – doit-elle aller à l’usine pour compléter les revenus de son mari. Là, elle travaille dur, et fait ses travaux domestiques la nuit. Sa santé se détériore, et les mauvaises conditions de vie ainsi que le dénuement du foyer contribuent à la survenue d’une maladie, en particulier la tuberculose. Dans ces conditions, la probabilité que la femme se rétablisse après chaque accouchement diminue. Les chances de survie de l’enfant sont également moindres […]. Les enfants non désirés, la pauvreté, la mauvaise santé, la misère, la mort, tels sont les maillons de la chaîne, et ils sont communs à la plupart des familles de la classe décrite dans le chapitre précédent.

33L’histoire des souffrances de la femme n’est pas encore terminée. Aussi pénible que soit sa condition matérielle, ses privations spirituelles sont encore plus grandes. Du fait même de son existence, l’amour maternel doit s’exprimer à l’égard de l’enfant. De ce fait même, il devient un facteur nécessaire au développement de l’enfant. Dans un foyer surpeuplé où le besoin, la maladie et la rivalité sont perpétuels, la mère de trop nombreux enfants est privée de cette plus simple expression personnelle. Elle ne peut rien donner d’elle-même, de sa personnalité, à son enfant. L’éducation est impossible tout comme les conseils bienveillants. Au lieu de cela, cette mère est épuisée, nerveuse, agacée et grincheuse ; elle est souvent une source de découragement plutôt qu’une aide pour ses enfants. La maternité devient alors un désastre et l’enfance une tragédie.

34Il va sans dire que cette femme perd également toute chance d’expression personnelle en dehors de son foyer. Elle n’a l’occasion ni de développer des qualités sociales, ni de s’adonner aux plaisirs sociaux. L’élément féminin ancré en elle, cet esprit qui s’épanouit de temps à autre chez les femmes libérées de ces fardeaux, ne peut s’affirmer. Elle ne peut contribuer en rien au bien-être de la communauté. Elle est une machine à reproduire, une bête de somme. Elle n’est pas un atout mais un fardeau pour son entourage, sa classe, la société. Elle n’est rien tant qu’elle se voit refuser les moyens de limiter sa famille.

35Par opposition à ces femmes qui par ignorance engendrent des familles nombreuses et qui de ce fait s’asservissent, nous trouvons quelques femmes qui ont un, deux ou trois enfants ou pas d’enfant du tout. Ces femmes, à l’exception de celles qui n’ont pas d’enfant, ont des vies épanouies. On les trouve non seulement parmi les riches et les nantis, mais également parmi les ouvriers. Elles n’ont qu’une seule différence fondamentale avec leurs sœurs asservies : ces femmes n’ont pas la charge d’élever des familles nombreuses. Il n’est nul besoin de faire appel à l’historien, au sociologue, au statisticien pour comprendre cette situation. Nous y sommes confrontés quotidiennement dans la routine ordinaire de notre vie. Les femmes qui sont de grands professeurs, de grands auteurs, des artistes, des musiciens, des médecins, des dirigeantes de mouvements, de grandes suffragistes, des réformatrices, des dirigeantes syndicales et des révolutionnaires sont celles qui ne sont pas obligées de donner la plus grande partie de leur force physique et spirituelle en portant et en élevant des familles nombreuses. La situation est trop courante pour être débattue. Lorsqu’une femme avec une famille nombreuse contribue directement au progrès de son époque ou à l’amélioration des conditions sociales, c’est généralement parce qu’elle est suffisamment riche pour employer des nourrices qualifiées, des gouvernantes, et d’autres personnes qui accomplissent les fonctions nécessaires à l’éducation des enfants. Cette femme est une rareté et elle est universellement reconnue comme telle.

36Les femmes qui ont une famille peu nombreuse, cependant, sont libres de choisir ces plaisirs sociaux qui sont le droit de chaque être humain et qui sont nécessaires au plein épanouissement de chacun. Elles peuvent être et sont, chacune selon sa capacité individuelle, des partenaires et des compagnes pour leur mari, un privilège dont est privée la mère de nombreux enfants. Elles ont la possibilité de rester en prise avec leur temps, de se constituer et de cultiver un vaste cercle d’amis, de rechercher des divertissements qui conviennent à leurs goûts et à leurs moyens, de découvrir ce qu’est la véritable récréation. Toutes ces choses demeurent des désirs inassouvis pour la mère prolifique.

37Les femmes qui ont une connaissance des contraceptifs ne sont pas obligées de choisir entre une expérience maternelle et une vie amoureuse gâchée, elles ne sont pas obligées de trouver un équilibre entre la maternité et les activités sociales et spirituelles. Pour elles, la maternité est un choix, comme elle devrait l’être pour chaque femme. En choisissant de devenir mères, elles ne se coupent pas pour autant complètement de la compagnie de leur mari, de leurs amis, de la culture, de l’ensemble de ces diverses expériences qui sont nécessaires à la complétude et à la joie de vivre.

38Ce sont elles les véritables mères de la race, les partenaires courtisées des hommes de leur choix, plutôt que les « esclaves des esclaves ». Car elles ont ce pouvoir magique, le pouvoir de limiter leur famille à la taille qui leur permettra d’avoir une vie pleinement épanouie.

39Une telle vie est l’expression de l’esprit féminin qui définit la femme et l’ensemble de son être, non seulement l’art, la compétence professionnelle, l’intelligence, mais tout ce que la femme est ou peut accomplir.

CHAPITRE VIII [p. 93-100] – Le contrôle des naissances : problème de parents ou problème de femme ?

40Le problème du contrôle des naissances résulte directement de l’effort de l’esprit féminin pour se libérer de la servitude. La femme a elle-même forgé ses chaînes au moyen de ses pouvoirs reproducteurs et tout en s’asservissant, elle a asservi le monde. La souffrance physique qui doit être soulagée est principalement celle de la femme. C’est également la vie amoureuse de la femme qui meurt en premier sous le fléau d’une procréation trop prolifique. Elle détient en elle l’avenir de la race, c’est à elle de créer ou de gâcher. Toutes ces considérations montrent clairement que c’est le devoir de la femme tout comme son privilège de s’emparer des moyens de se libérer. Quoi que les hommes puissent faire, elle ne peut pas échapper à cette responsabilité. Pendant très longtemps, elle a été privée de la possibilité de satisfaire à cette obligation. Elle émerge maintenant de son impuissance. De même que personne ne peut partager la souffrance de la mère accablée, personne ne peut effectuer ce travail à sa place. D’autres peuvent lui venir en aide, mais c’est elle, et elle seule, qui peut se libérer.

41La liberté fondamentale du monde est la liberté de la femme. Une race libre ne peut pas naître de mères esclaves. Une femme enchaînée n’a d’autres choix que de témoigner de cet asservissement auprès de ses fils et filles. Aucune femme qui ne possède, ni ne dispose de son propre corps ne peut prétendre être libre. Aucune femme ne peut prétendre être libre tant qu’elle ne peut choisir délibérément d’être mère ou non.

42Le fait que quelques femmes se prétendent libres parce qu’elles gagnent leur propre vie tandis que d’autres professent la liberté parce qu’elles défient les conventions liées aux rapports sexuels, ne modifie pas considérablement la question. Celle qui gagne sa propre vie acquiert une sorte de liberté qui ne doit pas être sous-estimée, mais en termes de qualité et de quantité, ceci n’a que peu de valeur au regard du choix infini de procréer ou de ne pas procréer, de devenir mère ou non. Elle se procure au moins de la nourriture, des habits et un toit, sans se soumettre à la charité de son compagnon, mais le fait de gagner sa propre vie ne lui permet pas de développer son désir sexuel, bien plus profond et plus puissant dans ses manifestations que tous ces éléments extérieurs. En vue de ce développement, elle doit encore affronter et résoudre le problème de la maternité.

43Avec la femme soi-disant « libre », qui choisit un compagnon au mépris des conventions, la liberté est en grande partie une question de caractère et d’audace. Si elle parvient à choisir un compagnon en toute liberté, elle est toujours en position d’être asservie par ses pouvoirs reproducteurs. En effet, la pression de la loi et des mœurs exercée sur la femme non mariée légalement est susceptible de l’asservir davantage que la femme ayant la chance d’épouser l’homme de son choix.

44Envisagez cela du point de vue que vous voulez, suggérez la solution que vous voulez, conventionnelle ou non, sanctionnée par la loi ou au mépris de la loi, la femme est fondamentalement dans cette même position jusqu’à ce qu’elle puisse décider si elle sera mère et déterminer le nombre de ses enfants. Cette situation inévitable est à elle seule suffisante pour faire du contrôle des naissances avant tout un problème qui incombe à la femme. En tout état de cause, la maternité volontaire est principalement l’affaire de la femme.

45Cependant, l’expression sexuelle étant l’acte de deux êtres, il est recommandé avec insistance que la femme ne soit pas la seule à assumer la responsabilité d’en contrôler les effets. Est-il juste, demande-t-on, de lui donner à elle plutôt qu’à l’homme, le devoir de se protéger alors qu’elle est, peut-être, moins robuste physiquement que son compagnon, et supporte, en tout état de cause, les incommodités naturelles et périodiques de son sexe ?

46Nous devons examiner cet aspect du problème sous deux angles : ce qui est idéal, et les conditions qui tendent vers cet idéal. Dans une société idéale, sans aucun doute, le contrôle des naissances deviendrait le souci de l’homme aussi bien que celui de la femme. Le fait terrible et indéniable auquel nous sommes confrontés aujourd’hui est que l’homme a non seulement refusé une telle responsabilité, mais a individuellement et collectivement cherché à empêcher la femme d’obtenir les connaissances grâce auxquelles elle pourrait assumer cette responsabilité elle-même. Elle est toujours en position de dépendance aujourd’hui parce que son compagnon a refusé de la considérer en tant qu’individu, indépendamment de ses propres besoins. Elle est encore asservie parce que, par le passé, elle lui a laissé la solution du problème. En s’en remettant à lui, elle constate qu’en guise de droits, elle a seulement les privilèges qu’elle a gagnés par la pétition, le charme et le leurre. En s’en remettant à lui, elle est exploitée, soumise et asservie à ses propres désirs.

47S’il est vrai qu’il souffre de nombreux maux qui sont la conséquence de cette situation, elle souffre encore davantage. S’il est vrai qu’il devrait être amené à prendre conscience de la cause de ces maux, nous savons que ces derniers la frappent chaque jour avec une force destructrice. C’est à elle que revient le lourd fardeau de porter, de mettre au monde et d’élever les enfants non désirés. C’est elle qui doit veiller près des lits de douleur où reposent les bébés qui souffrent parce qu’ils sont nés dans des foyers surpeuplés. C’est son cœur qui se déchire en premier, le plus souvent et le plus fortement, à la vue de l’enfant difforme, déficient, sous-alimenté, surmené. C’est sa vie amoureuse qui meurt en premier dans la crainte d’une grossesse non désirée. C’est la possibilité qu’elle a de s’exprimer librement qui périt en premier et le plus désespérément pour cette raison.

48Les conditions plutôt que les théories, les faits plutôt que les rêves, régissent le problème. C’est pleinement sur les épaules de la femme qu’ils le font reposer. Elle a appris que quelle que soit la responsabilité morale de l’homme dans ce sens, il ne s’en acquitte pas. Elle a appris qu’aussi adorable et attentionné un mari puisse être, elle n’a rien à attendre des hommes collectivement lorsqu’ils érigent des lois et décrètent des mœurs. Elle sait qu’indépendamment de ce qui devrait être, la réalité cruelle et inéluctable est qu’elle ne pourra jamais recevoir sa liberté jusqu’à ce qu’elle l’acquière par elle-même.

49Ayant appris tout cela, elle a cependant encore quelque chose de plus à apprendre. Les femmes sont trop enclines à marcher dans les pas des hommes, à essayer de penser comme les hommes, à tenter de résoudre les problèmes de la vie courante comme les hommes les résolvent. […] Sa mission n’est pas de mettre en valeur l’esprit masculin, mais d’exprimer l’esprit féminin ; sa mission n’est pas de préserver un monde façonné par les hommes, mais de créer un monde humain par l’infusion de l’élément féminin dans l’ensemble de ses activités.

50La femme ne doit pas accepter, elle doit défier. Elle ne doit pas être impressionnée par ce qui a été construit autour d’elle, elle doit honorer ce qui en elle lutte pour s’exprimer. Elle doit porter son regard moins sur ce qui est que sur ce qui devrait être. Elle doit écouter les opinions dogmatisées de la société créée par les hommes, uniquement en adoptant une attitude interrogatrice. Quand elle choisit une ligne de conduite à la fois nouvelle et libre, ce doit être à la lumière de sa propre opinion, de sa propre intuition. C’est seulement ainsi qu’elle peut donner libre cours à l’esprit féminin. C’est seulement ainsi qu’elle peut libérer son compagnon de la servitude qu’il s’est lui-même créée lorsqu’il a créé celle de la femme. C’est seulement ainsi qu’elle peut lui redonner ce dont il s’est privé en la restreignant. C’est seulement ainsi qu’elle peut refaire le monde.

51C’est en effet à elle qu’il revient de refaire le monde, à elle de construire et de recréer. De même qu’elle a permis la répression de son propre élément féminin et l’appauvrissement de l’industrie, de l’art, des lettres, de la science, des morales, des religions et des relations sociales qui s’ensuivit, il lui revient donc d’enrichir tous ces derniers.

52La femme doit avoir sa liberté, la liberté fondamentale de choisir si elle sera ou non mère et combien d’enfants elle aura. Indépendamment de ce que peut être l’attitude de l’homme, ce problème est celui de la femme, et avant qu’il puisse être celui de l’homme, c’est d’abord le sien.

  • 1 Voir Elizabeth Cady Stanton, « The solitude of self », discours prononcé le 18 janvier 1892. « Seul (...)

53Elle traverse seule la vallée de la mort, à chaque naissance1. Comme ce n’est le droit ni de l’homme, ni de l’État de la contraindre à cette épreuve, il est donc dans son droit à elle de décider si elle l’endurera. Ce droit à la décision lui impose le devoir d’ouvrir la voie à la connaissance par laquelle elle peut prendre et appliquer cette décision.

54Le contrôle des naissances est le problème de la femme. Plus vite elle l’accepte comme étant le sien, et seulement le sien, plus vite la société respectera la maternité. Plus vite, également, le monde deviendra un lieu digne pour ses enfants.

CHAPITRE XIV [p. 167-185] – La femme et la nouvelle moralité

55Sur les épaules de la femme consciente de sa liberté, repose la responsabilité de créer une nouvelle moralité sexuelle. La différence essentielle entre une moralité ainsi créée par les femmes et la soi-disant moralité actuelle est que la nouvelle norme sera fondée sur la connaissance et la liberté alors que l’ancienne est fondée sur l’ignorance et la soumission.

56Quel rôle le contrôle des naissances jouera-t-il en mettant en avant cette nouvelle norme ? Quel effet sa pratique aura-t-elle sur le développement moral de la femme ? L’élèvera-t-elle vers des sommets qu’elle n’a encore jamais atteints et si tel est le cas, de quelle manière ? Pourquoi la question de la moralité est-elle toujours soulevée par l’opposant au contrôle des naissances ? Toutes ces questions doivent trouver une réponse si l’on veut obtenir une image fidèle de la relation de l’esprit féminin à la morale. Pour répondre au mieux, il faut tenir compte, en premier lieu, de l’origine de nos normes actuelles de moralité sexuelle et des raisons pour lesquelles ces normes sont ce qu’elles sont et, d’autre part, de l’origine et de la nature probable de la nouvelle moralité.

57La plupart de nos notions de moralité sexuelle nous viennent de l’Église chrétienne, plus particulièrement de la plus ancienne Église chrétienne, connue sous le nom d’Église catholique romaine. L’Église a généralement défini la femme immorale comme une femme qui a des relations hors mariage. Elle en reste quasiment là dans sa définition. Dans son fonctionnement pratique, il n’y a rien dans le code de morale de l’Église qui protège la femme, qu’il s’agisse de la soumission forcée à la volonté de son mari, des grossesses non désirées, ou de tout autre outrage trop bien connu de nombreuses femmes mariées. Rien n’est dit sur le crime qui consiste à mettre au monde un enfant non désiré, là où souvent il ne peut être convenablement pris en charge et est, par conséquent, condamné à une vie de misère. L’unique point sur lequel insiste l’Église est son droit à légaliser le mariage et à contraindre la femme à se soumettre à ce qu’un tel mariage peut entraîner. Il est vrai qu’il existe des recours au divorce civil, mais l’Église adhère strictement au principe selon lequel le mariage, une fois consommé, est indissoluble. Ainsi, dans son fonctionnement, le code de morale sexuelle de l’Église n’a rien à voir avec les droits fondamentaux de la femme en matière de sexualité, mais renforce plutôt les droits de propriété supposés de l’homme sur le corps et les services de son épouse. Ces codes sont le fait des hommes ; comme ils s’appliquent à la femme, leur principe essentiel est la soumission à l’homme.

58En étroite relation avec le principe de soumission se trouve la doctrine selon laquelle la vie sexuelle est impure en soi. Il s’ensuit donc que toutes les connaissances sur la physiologie sexuelle ou les fonctions sexuelles sont également impures et taboues. C’est sur cet enseignement qu’a été fondée la soumission de la femme par l’Église. C’est en grande partie à cause de l’influence de l’Église qu’a été fondée sa soumission par l’État aux besoins de l’homme.

[…]

59[…] Elle n’a rien eu à dire sur le fait de savoir si elle possèdera la force suffisante pour donner à un enfant un bon départ physique et mental dans la vie. Elle n’a été pour rien dans le fait de déterminer si son propre corps sera ruiné par un trop grand nombre de grossesses. Elle a été contrainte à ne pas se plaindre du fardeau qui consiste à s’occuper d’enfants qu’elle n’a pas voulus. Seule la femme mariée qui a été constamment aimée par le plus compréhensif et attentionné des maris a échappé à ces horreurs. Outre les torts causés aux femmes dans le mariage, ceux qui sont impliqués dans la promiscuité, les infidélités et les viols deviennent inconséquents que ce soit en nature ou en nombre.

60De la nature intérieure de la femme, en rébellion contre ces conditions, provient la nouvelle moralité. Il faut comprendre que cette création de nouveaux idéaux sexuels est un défi contre l’Église. Si c’est un défi contre l’Église, c’est également, dans une moindre mesure, un défi contre l’État. La femme qui prend courageusement position pour ces nouveaux idéaux sexuels doit s’attendre à être assaillie par des réactionnaires de toutes sortes. Les impérialistes et les exploiteurs se battront plus durement au grand jour, mais l’ecclésiastique se battra plus longtemps dans l’ombre. C’est lui qui comprend la situation mieux que tous, qui connaît le mieux la réaction qu’il a à craindre de la morale des femmes qui ont atteint la liberté. Car, ne l’oublions pas, l’Église a toujours reconnu et redouté les potentialités spirituelles que révèle la liberté de la femme.

61C’est en cela que réside la réponse à la question de savoir pourquoi l’opposant au contrôle des naissances soulève la question de la morale. La morale sexuelle des femmes a été unilatérale, elle a été purement négative, inhibitrice et répressive. Elle a été établie par des agents qui ont cherché à maintenir les femmes dans leur asservissement, déterminés, tout comme ils le sont à présent, à utiliser la femme uniquement comme un atout pour l’Église, l’État et l’homme. Tout moyen de libération qui permettra aux femmes de vivre et de penser par elles-mêmes en premier lieu, sera attaqué pour cause d’immoralité par ces agents égoïstes.

62Quel effet la pratique du contrôle des naissances aura-t-elle sur le développement moral de la femme ? Comme nous l’avons vu dans d’autres chapitres, cela brisera ses chaînes. Cette pratique la libérera afin de mieux comprendre ses propres envies et besoins de l’âme, et ceux des autres femmes. Elle lui permettra de développer sa nature amoureuse, distincte et indépendante de sa nature maternelle.

63Il va sans dire que la femme, dont les enfants sont désirés et dont le petit nombre lui permet non seulement de leur prodiguer des soins adaptés mais également de se maintenir elle-même mentalement et spirituellement en vie, et en bonne forme physique, peut s’acquitter de ses devoirs envers ses enfants bien mieux que la mère surchargée, brisée et plaintive d’une grande famille non désirée.

64Ainsi, la voie lui est ouverte pour un double développement : d’une part, grâce à sa propre vie pleinement épanouie, et ensuite, grâce à sa relation affectueuse, spontanée et sincère avec sa progéniture. L’épanouissement de l’amour maternel aura la possibilité d’imprégner son âme et de faire d’elle, en effet, le gardien tendre et affectueux de sa progéniture ; c’est ce sentiment qui la caractérise, mais les faits cruels la privent de ce privilège. Elle préservera également sa vie amoureuse avec son compagnon dans sa plus grande perfection. Elle voudra des enfants avec une plus profonde passion, et les aimera d’un bien plus grand amour.

65Malgré l’enseignement séculaire selon lequel la vie sexuelle est en soi impure, le monde en est venu à prendre conscience qu’un grand amour entre un homme et une femme est une chose sacrée, pourvue de grandes possibilités de développement spirituel. La crainte des enfants non désirés écartée, et l’assurance qu’elle aura suffisamment de temps pour développer sa vie amoureuse dans sa plus grande beauté, avec un sens de la camaraderie dans de nombreux domaines ; tout cela élèvera la femme, par la qualité grandissante de son être le plus intime, vers des sommets spirituels que peu ont atteints. Ensuite, la venue d’enfants ardemment désirés ne fera qu’enrichir sa vie dans tous ses aspects plutôt que de l’asservir et de l’appauvrir, comme c’est le cas à présent, avec des enfants non désirés.

66Quelles raisons plus saines pour le développement d’une morale solide pourraient éventuellement exister autres que la vaste vie spirituelle de la femme tout juste décrite ? Libre de suivre l’esprit féminin, qui vit dans le sanctuaire de sa nature, elle permettra, dans sa vie quotidienne, l’expression de cet idéal élevé qui est le fruit de cet esprit lorsqu’il est libre et intact.

67L’amour pour son compagnon s’épanouira dans la beauté des actes qui sont purs car ils sont l’expression naturelle de son être physique, mental et spirituel. L’amour porté aux enfants désirés viendra s’épanouir dans une spiritualité qui est élevée parce qu’elle est libre d’atteindre les sommets.

68La force morale de la nature de la femme sera libérée et celle de sa force dynamique l’élèvera à un niveau jamais envisagé par ceux qui s’accrochent aux vieux principes de la moralité de l’Église. L’amour est la plus grande force de l’univers ; libéré de ses liens de soumission et d’une progéniture non voulue, il concevra et contraindra sa propre nature au respect des normes de pureté qui vont bien au-delà de la conception la plus élevée du moraliste ordinaire. Les esprits féminins, animés d’un amour joyeux et triomphant, formuleront leurs propres principes élevés de moralité. La féminité libre respectera et se pliera aux demandes intimes de son être, grâce aux profondeurs de ses riches expériences. […]

[…]

69La vérité rend libre. Envisagées sous ce véritable aspect, la beauté même et la merveille de l’impulsion créatrice feront de sa pureté essentielle, une évidence. Nous idéaliserons alors instinctivement et garderons sacrée l’expression physique et spirituelle qui est le fondement de toute vie humaine, et par cette conception du sexe, la race sera exaltée.

70Que pouvons-nous attendre d’une progéniture qui est le résultat d’« accidents » qui viennent au monde en étant non désirés et dans la peur ? Que pouvons-nous espérer d’une moralité qui entoure chaque union physique d’une atmosphère de soumission et de honte pour la femme ? Que pouvons-nous dire d’une moralité qui laisse le mari libre de transmettre à sa femme une maladie vénérienne ? La subversion du désir sexuel, obéissant à l’obligation de reproduction, en a considérablement amoindri la qualité. La reconnaissance de sa vraie nature et de son but doit élever la race vers la liberté spirituelle. Grâce à notre connaissance grandissante, nous développons des idées nouvelles et plus sensées sur la vie en général. Grâce à notre connaissance grandissante du sexe, nous développerons de nouveaux idéaux sexuels. Ces idéaux jailliront des besoins les plus intimes des femmes. Ils satisferont ces besoins et permettront leur expression. Ils seront le fondement d’un code moral qui tendra à rendre fructueuse l’impulsion qui est la source, l’âme et la gloire de notre nature sexuelle.

71Lorsque les femmes auront élevé les normes sexuelles et purgé l’esprit humain de sa conception impure du sexe, la source de la race sera purifiée. Les mères engendreront dans la pureté et dans la joie, une race moralement et spirituellement libre.

CHAPITRE XVIII [p. 226-234] – L’objectif

72Quel est l’objectif de la lutte ascendante de la femme ? Est-ce la maternité volontaire ? Est-ce la liberté en général ? Ou est-ce la naissance d’une nouvelle race ? Car la liberté n’est pas infructueuse, elle engendre le meilleur. Étant l’aspect le plus sacré de la liberté de la femme, la maternité volontaire est la maternité sous sa forme la plus noble et la plus sacrée. C’est une maternité libérée, une maternité prête à obéir à son propre désir de refaire le monde.

73La maternité volontaire implique une nouvelle moralité : une moralité vigoureuse, constructive et libérée. Cette moralité empêchera tout d’abord que la féminité ne soit noyée dans la maternité. Elle s’opposera résolument à la transformation des femmes en machines à reproduire et encouragera la création d’une nouvelle race.

74Le rôle de la femme a été celui d’un incubateur et à peine davantage. Elle a donné naissance à une race incubée. Elle a donné à ses enfants le peu qu’il lui était permis de donner, mais d’elle-même, de sa personnalité, elle n’a presque rien donné. En masse, elle a engendré la quantité, non la qualité. L’exigence d’une civilisation dominée par l’homme a été la quantité. Elle a répondu à cette exigence.

75C’est la fonction essentielle de la maternité volontaire de choisir son propre compagnon, de déterminer le moment de la maternité et de réguler rigoureusement le nombre de ses enfants. L’affection naturelle de sa part, plutôt qu’un choix dicté par des avantages sociaux ou économiques, lui assurera une meilleure paternité pour ses enfants. L’exercice de son droit de décider combien d’enfants elle aura et quand elle les aura lui donnera le temps nécessaire au développement d’autres facultés que celle de la reproduction. Elle donnera libre cours à ses goûts, ses talents et ses ambitions. Elle deviendra un être humain pleinement épanoui.

76C’est seulement ainsi que la femme sera en mesure de transmettre à sa progéniture ces qualités qui permettront de créer une race supérieure.

[…]

77Le contrôle des naissances lui-même, souvent dénoncé comme une violation de la loi de la nature, ne consiste ni plus ni moins qu’à faciliter le processus d’élimination des inaptes, la prévention des naissances d’êtres déficients ou de ceux qui le deviendront. Ainsi, conformément à ce que la nature a déterminé, nous devons permettre le plein développement de la féminité avant de pouvoir attendre d’elle une maternité efficace. Si nous devons accomplir un progrès racial, cette évolution de la féminité doit précéder la maternité chez chaque femme. Alors, et alors seulement, la mère pourra cesser d’être un incubateur et devenir effectivement une mère. Alors seulement, elle pourra transmettre à ses fils et filles, les qualités qui rendent fort sur le plan individuel et qui, sur le plan collectif, rendent une race forte. La maternité volontaire implique également le droit au mariage sans enfant. Deux fonctions complètement différentes sont développées dans ces deux relations. […]

[…]

78Lorsque la maternité sera le fruit d’un désir profond, et non le résultat de l’ignorance ou d’un accident, ses enfants deviendront le fondement d’une nouvelle race. Les bébés ne seront plus tués par avortement dans le ventre de leur mère, par négligence dans les foyers pour enfants abandonnés, par infanticide. Les enfants ne mourront plus à petit feu dans les fabriques et les usines. Aucun homme n’osera tuer un enfant à la tâche.

79La maternité volontaire ne sera pas passive, résignée, ou faible. De son désir surgira la férocité de son amour pour ses fruits qui fera de ces hommes ensommeillés des êtres effarés devant sa fureur lorsqu’elle sera offensée. La tigresse est moins terrible quand il s’agit de défendre sa progéniture que ne le sera la mère humaine. Les filles de telles femmes ne seront pas livrées à l’injustice et à la prostitution, les fils ne périront ni dans l’industrie, ni sur le champ de bataille. Ils n’auraient pas non plus à faire face à ces destins trop fréquents si une maternité inébranlable était là pour les en défendre. L’enfance et la jeunesse seront trop précieuses aux yeux de la société pour les gâcher dans les fabriques meurtrières de la cupidité et de la haine aveugles.

80C’est le commencement. La féminité se débarrasse de sa servitude. Elle affirme son droit d’être libre. Dans sa liberté, ses pensées se tournent vers la race. La nature humaine engendre son pareil. Le fruit parfait provient d’arbres parfaits. La race n’est que l’amplification du corps maternel, la multiplication de sa chair ainsi embellie et perfectionnée pour des âmes semblables à l’âme mère.

81Les efforts acharnés de l’autorité réactionnaire pour réprimer le message du contrôle des naissances et de la maternité volontaire sont futiles. Les forces réactionnaires ne peuvent à présent empêcher l’esprit féminin de briser ses chaînes. Lorsque la dernière chaîne tombera, les maux qui ont résulté de la répression de l’aspiration de la femme à se libérer, disparaîtront. L’esclavage des enfants, la prostitution, la faiblesse d’esprit, la dégradation physique, la faim, l’oppression et la guerre disparaîtront de notre terre.

82Dans leur assujettissement les femmes n’ont pas été assez courageuses, assez fortes, assez pures pour mettre au monde des fils et des filles remarquables. Un sol mal traité donne des pousses chétives. Une maternité maltraitée a produit un ordre inférieur de l’humanité. Les grands êtres naissent d’un grand désir. La maternité sans peur s’épanouit dans l’amour et la passion pour la justice envers l’humanité tout entière. Elle produit des fruits qui lui ressemblent. Lorsque le ventre maternel deviendra fécond par le désir d’un amour ardent, un autre Newton viendra encore révéler les secrets de la terre et des étoiles. Viendra un Platon qui sera compris, un Socrate qui ne boira pas la ciguë, et un Jésus qui ne mourra pas sur la croix. Ceux-ci et la race à venir en Amérique attendent une maternité qui doit être sacrée parce qu’elle est libre.

Notes

1 Voir Elizabeth Cady Stanton, « The solitude of self », discours prononcé le 18 janvier 1892. « Seule elle s’avance jusqu’aux portes de la mort pour donner vie à tout homme qui naît en ce monde ; nul ne peut partager ses peurs, nul ne peut atténuer ses souffrances ; et si la douleur est plus intense que ce qu’elle peut supporter, c’est seule qu’elle franchit les portes et pénètre dans le vaste inconnu. […] », C. Fillard, Elizabeth Cady Stanton, Naissance du féminisme américain à Seneca Falls, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 192-193.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search