Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Le contrôle des naissances et l’amélioration de la race

« Birth control and racial betterment », Birth Control Review, février 1919

Texte intégral

1Avant que les eugénistes et tous ceux qui travaillent à l’amélioration de la race puissent réussir, ils doivent d’abord ouvrir la voie au contrôle des naissances. Tout comme les partisans du contrôle des naissances, les eugénistes, en particulier, cherchent à porter assistance à la race par l’élimination des inaptes. Tous poursuivent le même but, mais proposent des méthodes différentes.

2Les eugénistes mettent l’accent sur la reproduction des couples sains avec pour but délibéré de produire des enfants en bonne santé, la stérilisation des inaptes afin d’empêcher qu’ils ne peuplent le monde de leur espèce, et ils peuvent peut-être convenir que la contraception est une mesure nécessaire parmi les masses des ouvriers, là où les salaires ne suivent pas le rythme de croissance de la famille et de ses besoins en matière de nourriture, d’habillement, de logement, de soins médicaux, d’éducation et ainsi de suite.

3Nous qui prônons le contrôle des naissances, insistons d’autre part non seulement sur l’arrêt de la reproduction des inaptes, mais également sur l’arrêt de toute reproduction lorsque les moyens économiques ne permettent pas de procurer des soins adéquats à ceux qui sont nés en bonne santé. L’eugéniste pense également qu’une femme devrait porter autant d’enfants en bonne santé que possible, ceci étant un devoir envers l’État. Nous affirmons que le monde est déjà surpeuplé. Les eugénistes laissent entendre ou affirment que le premier devoir d’une femme est envers l’État ; nous affirmons que son devoir envers elle-même est son premier devoir envers l’État.

4Nous affirmons qu’une femme dotée d’une bonne connaissance de sa fonction reproductrice est le meilleur juge du moment et des conditions de la venue au monde de son enfant. Nous affirmons par ailleurs qu’il est de son droit, indépendamment de toute autre considération, de décider si elle donnera naissance ou non à des enfants, et combien d’enfants elle aura si elle choisit de devenir mère. À cette fin, nous demandons à ce que l’information concernant les contraceptifs scientifiques soit accessible à tous. Nous pensons que si de telles informations sont mises à la portée de tous, nous aurons permis d’entreprendre la première, la plus grande, avancée vers l’amélioration de la race, et que grâce à l’aide importante de la propagande éducative des eugénistes et des membres d’écoles semblables, cette avancée sera accomplie.

5Un fait fondamental indique toutefois à lui seul la nécessité du contrôle des naissances si l’eugénisme veut accomplir son but. À moins qu’une méthode de contraception soit utilisée, un enfant est susceptible de naître durant la même année que le dernier né d’entre eux. Même lorsque la mère est exceptionnellement robuste, les grossesses à répétition sont une source d’épuisement pour son organisme et, neuf fois sur dix, pour sa progéniture. L’organisme maternel n’a pas eu le temps de se régénérer avec ces éléments que la naissance de l’enfant a si radicalement réduits, et, bien sûr, il n’a pas eu le temps de se constituer de réserves de ces mêmes éléments qui sont nécessaires à la force et au bien-être de l’enfant à venir. Il est plus que probable que la santé de la mère soit ruinée et il est presque certain que les enfants suivants manqueront de cette santé nerveuse et musculaire dont ils auraient, sinon, pu bénéficier. Ainsi, nous estimons que les fruits du mariage eugénique le plus parfait sont susceptibles d’être la mauvaise santé de la mère et des enfants ultérieurs, si le contrôle des naissances n’est pas utilisé afin d’espacer de manière appropriée la venue au monde de sa progéniture.

6Ce principe est valable dans toutes les couches économiques de la société, mais ses effets peuvent être modifiés dans une large mesure par ces femmes qui ont les moyens de procurer des soins adéquats à l’enfant après sa naissance. Pour la grande masse de la population, cependant, de tels soins sont extrêmement difficiles, voire impossibles. Pour la majorité des travailleurs, les naissances rapprochées impliquent non seulement la détérioration de l’état de santé de la mère et le handicap physique de l’enfant, mais souvent le découragement et l’abattement du père, l’arrêt de croissance chez les enfants du fait des mauvaises conditions de vie et du travail précoce, et au sein de cette génération ou de la prochaine, la contribution des débiles, des faibles d’esprit, des aliénés et de diverses sortes de criminels à ce fardeau social déjà énorme que constituent ces inaptes.

7Tandis que je crois personnellement à la stérilisation des faibles d’esprit, des fous et des syphilitiques, je n’ai pu découvrir dans ces mesures davantage que des moyens de dissuasion superficiels lorsqu’ils sont appliqués aux inaptes dont l’affluence est en constante augmentation. Elles sont un excellent moyen de répondre à un certain stade de la situation, mais je crois qu’en ce qui les concerne, comme en ce qui concerne les autres moyens eugéniques, elles ne vont pas au fond du problème. Ni la reproduction des couples sains, ni la stérilisation de certains types reconnus d’inaptes ne semblent avoir d’influence sur le grand problème de la reproduction illimitée de ceux dont le logement, l’habillement et la nourriture ne suffisent pas à leur santé physique et mentale. Ces mesures n’atteignent pas ces grandes masses qui, par la pression économique, peuplent les taudis et engendrent dans leur impuissance d’autres masses impuissantes, malades et incapables, qui submergent tout ce que l’eugénisme peut faire pour ceux dont la situation économique est meilleure.

8Le contrôle des naissances, d’autre part, ouvre non seulement la voie à l’eugéniste, mais il préserve aussi son travail. En outre, il prépare non seulement le terrain de façon naturelle en vue de donner une plus grande valeur à la maternité et à la vie familiale, mais il permet à l’enfant de voir le jour dans de meilleures conditions, d’être mieux pris en charge pendant la petite enfance et mieux éduqué.

9Le contrôle des naissances en lui-même, en libérant l’instinct reproducteur de ses chaînes actuelles, produira une meilleure race. Une famille qui subsiste avec un certain salaire procurera naturellement de meilleurs soins à un ou deux enfants avec ce salaire plutôt qu’à quatre ou six ou huit ou dix, et les deux enfants seront moins susceptibles de devoir aller travailler à l’usine et dans des ateliers de production – que les huit ou dix autres. La situation est évidente.

10[…]

11L’eugénisme sans le contrôle des naissances nous apparaît comme une maison construite sur le sable. Il est à la merci de l’affluence grandissante des inaptes. Il ne peut pas résister aux vents déchaînés de la pression économique qui ont secoué une partie considérable de la race humaine qui s’est retrouvée dans l’abandon partiel ou total. C’est seulement sur une maternité libre et autodéterminée que peut reposer toute structure inébranlable visant l’amélioration de la race.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search