Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Allons-nous enfreindre cette loi ?

« Shall we break this law ? », Birth Control Review, février 1917

Texte intégral

1Si quelque maladie s’avérait miner la santé et détruire la vitalité des femmes des États-Unis, je pense qu’il est raisonnable de dire que les individus du pays tout entier s’insurgeraient et s’efforceraient d’abolir ce fléau.

2Et pourtant les hommes de ce pays protègent et encouragent aujourd’hui une telle maladie : une maladie qui envoie prématurément les mères dans la tombe, condamne les femmes à une mauvaise santé et à l’invalidité, entraîne la naissance d’enfants faibles de corps et d’esprit et fait plier des hommes solides sous le poids d’un fardeau qu’ils n’ont jamais demandé à porter ; une maladie qui ronge les éléments vitaux de la vie familiale, déchire le couple, remplit les tribunaux de cas de divorce, prive les enfants des soins de leur mère et la maternité de ses plus vives joies ; une maladie qui amène dans son sillage la pauvreté, le chômage, le travail des enfants, la prostitution, la guerre ; une maladie qui provient de l’ignorance des moyens de prévention de la conception, une ignorance imposée par une loi si vicieuse, si arrogante, si inhumaine que des milliers d’hommes et de femmes sincères se demandent aujourd’hui : « Allons-nous obéir à cette loi ? »

  • 1 George Washington (1732-1799) fut élu premier président des États-Unis d’Amérique le 4 mars 1789. R (...)

3Aucune loi n’est trop sacrée pour être violée. À travers les âges, les phares qui balisent le progrès humain ont été allumés par des individus qui ont enfreint la loi. Moïse, le libérateur, transgressa la loi. Le Christ, le charpentier, transgressa la loi et ses premiers disciples pratiquèrent leur religion au mépris de la loi de leur temps. Jeanne d’arc transgressa la loi. De même que George Washington et les héros de la révolution américaine et, plus récemment, John Brown d’Ossawatomie, Henry D. Thoreau, William Lloyd Garrison, Wendell Phillips, Theodore Parker1 et beaucoup d’autres dont le refus vigoureux de respecter une loi inhumaine contribua à émanciper une race et à libérer les esclaves du Vieux Sud.

4La loi est aujourd’hui absolue et inexorable. Elle s’élève même au-dessus de la Justice dont elle devait être l’instrument. Autrefois, il n’y avait aucun code élaboré ; seulement une simple idée de justice. À mesure que la race évolua, sa conception de la justice suivit les transformations des valeurs et des mœurs de l’époque.

5Tandis que la société devint plus complexe, s’imposa une caste qui se fit le devoir d’administrer la justice. Au fil du temps, cependant, la loi évolua au-delà des arrêts promulgués et accumula une masse inerte de traditions désuètes jusqu’à ce que la présente légalité devienne si encombrée de vestiges inanimés du passé que les tribunaux n’expriment plus les normes sociales actuelles et l’idéal de Justice, mais simplement le poids mort de jurisprudences et de décisions judiciaires obsolètes et surannées.

6La fonction tout entière de la justice s’est figée et enlisée dans une tradition archaïque. La volonté du peuple a été détournée vers des voies sans issue s’éloignant de plus en plus du principe fondamental selon lequel la volonté du peuple est la loi suprême.

7La civilisation est dynamique, notre système judiciaire est statique. La race a évolué, mais la loi est restée stationnaire, un obstacle absurde sur le chemin de l’humanité, une institution qui se perpétue, étrangère aux besoins vitaux de la population.

8L’humanité et la Justice ont été remplacées par un despotisme juridique dont la principale préoccupation est de protéger les intérêts établis.

9La femme a toujours été la principale victime de ce système impitoyable de la loi statutaire. Humble, elle a supporté le poids de lois édictées par les hommes, abandonnant même à leur tyrannie son droit sur son propre corps. Pendant des siècles, elle a été la victime impuissante d’une maternité excessive. Docile, elle s’est soumise à la maternité non désirée.

10Elle s’est exprimée dans le passé de manière incohérente. Ses protestations ont été vaines. Ses supplications n’ont pas été entendues par l’administrateur de la loi. Ses requêtes sont restées lettre morte face à la froideur du législateur, puis furent noyées dans les méandres de la politique.

11Contre l’État, contre l’Église, contre le silence de la profession médicale, contre l’ensemble du système des institutions mortes du passé, la femme s’élève aujourd’hui.

12Elle ne supplie plus. Elle n’implore plus. Elle ne sollicite plus. Elle est ici pour s’affirmer, pour reprendre ces droits qui étaient autrefois les siens, et uniquement les siens.

13Si elle doit enfreindre la loi pour établir son droit à la libre maternité, alors la loi sera enfreinte.

Notes

1 George Washington (1732-1799) fut élu premier président des États-Unis d’Amérique le 4 mars 1789. Réélu en 1792 jusqu’en 1797, il est considéré comme l’un des pères fondateurs de la nation américaine. John Brown d’Ossawatomie (1800-1859) est une figure célèbre de la lutte pour l’abolition de l’esclavage. Henry David Thoreau (1817-1862) est un écrivain américain. Parmi ses œuvres, la plus célèbre est Walden ; or Life in the Woods dans laquelle cet individualiste non conformiste relate son expérience de vie solitaire dans les bois. William Lloyd Garrison (1805-1879) est un journaliste américain et réformateur social. Fondateur du journal The Liberator et de l’American Anti-Slavery Society, il joua un rôle central dans le mouvement abolitionniste américain. Wendell Philipps (1811-1884) est un abolitionniste américain. Il mit ses talents d’orateur au service du mouvement abolitionniste et particulièrement de l’American Anti-Slavery Society, avant de défendre les droits des Amérindiens. Intellectuel et réformateur américain, Theodore Parker (1810-1860) fut également un influent pasteur de l’Église unitarienne du XIXe siècle et un défenseur de la cause abolitionniste.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search