Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Répression

« Suppression », The Woman Rebel, juin 1914

Texte intégral

  • 1 Margaret Sanger fait mention de la poste fédérale américaine. Voir p. 17, 27, 34-35 de cet ouvrage.

1Réprimer est un acte de faiblesse. Étouffer une idée c’est admettre que vous en avez peur, que son existence est une menace pour la vôtre. Les efforts obstinés de la Poste1 pour supprimer ce journal soulignent sa peur de la propagande en faveur du contrôle des naissances. Le fait que l’Église étouffe cette idée indique également que nos institutions parasites prospèrent en exploitant la Pauvreté, que la Stupidité et l’Ignorance et l’Esclavage sont les fondements de l’Église, de l’État, et du Patronat.

2Nous luttons pour la liberté individuelle des femmes qui travaillent. Le corps d’une femme n’appartient qu’à elle seule. C’est son corps. Il n’appartient pas à l’Église. Il n’appartient pas aux États-Unis d’Amérique ou à tout autre gouvernement sur la surface de la terre. Pour toute femme, la première étape menant à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur repose sur sa décision de devenir ou non mère. La maternité forcée est le déni le plus absolu du droit d’une femme à la vie et à la liberté. L’Église et le Gouvernement refusent aux femmes des États-Unis la liberté personnelle. Ils nient cette liberté de la manière la plus totale et la plus vitale qui puisse être. Et le Gouvernement fédéral réprime arbitrairement toute femme qui ose faire valoir ce droit à la liberté personnelle.

3The Woman Rebel a demandé aux femmes qui travaillent de lutter contre tout ce qui les asservit, et a essayé d’enseigner à ces femmes comment se libérer. La Poste a lancé une campagne visant à supprimer The Woman Rebel. Dans un certain sens, la Poste doit être félicitée pour avoir perçu l’importance de notre combat pour le contrôle des naissances. Peut-être plus que certains révolutionnaires, presque autant que l’Église catholique, le gouvernement prend conscience qu’une fois les femmes des États-Unis éveillées à la valeur du contrôle des naissances, ces institutions, Église, État, Patronat, seront si fortement ébranlées qu’elles seront seulement en mesure de demander grâce aux travailleurs. En conséquence, les représentants officiels du gouvernement sont pleinement conscients de la nécessité d’étouffer l’idée de contrôle des naissances. Ainsi, la liberté d’expression disparaît, la liberté de la presse devient une chose du passé, une facétie, la liberté personnelle une moquerie. S’il était permis à The Woman Rebel d’être diffusé, la lutte pour la liberté de chaque femme à disposer de son corps embraserait le pays. Le mouvement révolutionnaire redoublerait de force. Notre bienveillant gouvernement est conscient de tout cela, d’où ses tentatives, futiles certes, pour anéantir cette idée.

4Mais il est trop tard. Les tentatives de répression du faible effort que représente The Woman Rebel ne font que jeter de l’huile sur le feu, renforcer notre cause, susciter un nouvel intérêt et raviver l’esprit révolutionnaire chez les femmes. Il est véritablement trop tard pour tenter d’étouffer, parmi les travailleuses, cette idée de liberté à disposer de son corps.

5S’il était permis à The Woman Rebel de publier en toute impunité des vérités élémentaires et fondamentales concernant la liberté personnelle et les moyens de l’obtenir, le mouvement pour le contrôle des naissances deviendrait un mouvement d’une puissance énorme pour l’émancipation de la classe ouvrière. La tentative de répression est donc avant tout un coup porté à l’ensemble de la classe ouvrière d’Amérique et n’a d’autre but que de retarder l’émancipation économique et spirituelle des travailleurs, des travailleuses et de leurs enfants.

6Si vous, travailleuses des États-Unis, soutenez The Woman Rebel dans ce combat pour la liberté de votre propre corps, vous recréerez l’esprit révolutionnaire de votre classe, l’ardeur avec laquelle vous vous êtes vous-mêmes enchaînées dans des milliers de cas.

7Rien ne provoquera davantage l’effondrement des institutions parasites comme l’Église, l’État, et le Patronat que ces tentatives de répression.

Notes

1 Margaret Sanger fait mention de la poste fédérale américaine. Voir p. 17, 27, 34-35 de cet ouvrage.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search