Version classiqueVersion mobile

Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Anthologie : Margaret Sanger

Les nouvelles féministes

« The new feminists », The Woman Rebel, mars 1914

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du Feminist Mass Meeting organisé par le cercle féministe Heterodoxy fondé en 1912 et la (...)

1Le ton d’excuse avec lequel les nouvelles féministes américaines disent clairement « vraiment, madame l’opinion Publique, nous sommes toutes totalement inoffensives et parfaitement respectables » a constitué le mot d’ordre des première et deuxième assemblées tenues à Cooper union les 17 et 20 février derniers1.

2Les idées avancées étaient très anciennes et usées par le temps même pour la femme pratiquante ordinaire qui lit les magazines et se tient au fait du courant de pensée actuel. Le droit de travailler, le droit d’ignorer les modes, le droit de conserver son propre nom, le droit de se syndiquer, le droit de la mère à travailler, tous ces prétendus droits ne parviennent pas à susciter l’enthousiasme car aujourd’hui ils sont tous reconnus par la société et il n’existe ni lois, ni forte opposition à aucun d’entre eux.

3Il est évident qu’elles représentent un mouvement de femmes de la classe moyenne : un écho, mais un écho très faible des suffragettes anglaises. La prise en considération de la liberté de l’ouvrière a été ignorée. On ne s’est pas appesanti sur les problèmes qui affectent la jeune ouvrière qui s’asservit au foyer ou la nourrice qui passe ses jours et ses nuits à prendre soin des bébés des féministes. La liberté que les nouvelles féministes exposent peut seulement être obtenue par un plus grand asservissement de l’ouvrière déjà asservie, et là où se trouve l’esclavage, il ne peut y avoir de liberté. Au lieu de lancer un mouvement en faveur de la liberté de la femme, l’impression qui en est ressortie était qu’elles visaient à combattre les arguments des antisuffragistes conventionnelles.

4Pour celles qui, au cours de ces dernières années, ont été en première ligne pour défendre la liberté de la femme, le nouveau mouvement manque malheureusement de vitalité, de force et de conviction.

5Tout mouvement habité par la peur qui se cache en arrière-plan, la peur de la presse, de l’opinion publique, de nos voisins, ou de l’ennemi, ne peut avoir cet esprit que procure l’absence de toute peur de l’opposition. Ce ne sont pas des droits que les femmes devraient demander, ces droits existent. Au contraire, il s’agit pour vous d’inculquer à la femme le désir de conquérir ces droits.

6Féministes, cessez de vous réfugier derrière la respectabilité morbide et découvrons votre vrai visage !

Notes

1 Il s’agit du Feminist Mass Meeting organisé par le cercle féministe Heterodoxy fondé en 1912 et la Feminist Alliance en février 1914.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search