Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Remarques finales

Texte intégral

1S’il est quelqu’un, par excellence, qui ne pourrait et ne devrait jamais conclure c’est bien l’auteur. La forme apparemment paradoxale de cette proposition ne dissimule, néanmoins aucun paradoxe. Comment l’auteur clôturerait-il, sans risque, l’espace des significations qu’il a tenté de construire ? Parvenu à ce point où il abandonne son texte ou plus exactement à ce point où il est abandonné par son texte, ce n’est plus à lui de jouer mais bien à l’autre, le lecteur, de prendre en charge librement, sans recommandation, un livre qui n’est finalement qu’un essai du début à la fin.

2En centrant l’analyse sur le pouvoir, nous pensons avoir proposé la possibilité d’une « autre description » qui peut constituer la condition d’une « autre explication ». Est-ce nouveau ? Ce n’est pas à nous d’en juger ; tout au plus pouvons-nous nous créditer d’une volonté de différence que l’on peut aisément repérer dans l’exposé de la problématique relationnelle dont découlent des hypothèses qui jalonnent, comme autant de repères, nos lignes de recherche.

3Toutes nos hypothèses sont illustrées par des exemples. Cependant, beaucoup ont à subir l’épreuve de la vérification soit par la mesure soit par l’intégration dans des modèles. Ceci dit, ni la mesure, ni la modélisation ne donnent un statut d’intelligibilité supérieur à ce qui n’est pas définitivement pertinent. Tout au plus ils en facilitent la « consommation ».

4Volontairement, nous avons choisi la voie de la conceptualisation pour parvenir à une adéquation entre la problématique et les instruments de recherche. Les quelques tentatives de mesure et de modélisation que nous avons faites ne constituent que des tests pour apprécier l’univocité des concepts. Il nous a semblé qu’il était prématuré de « mesurer » et de « modéliser ».

5Nous pensons avoir ouvert des lignes de recherche que nous nous proposons de reprendre ultérieurement dans une perspective quantitative et formalisée, non pas en « plaquant » des modèles empruntés mais en construisant des modèles simples cohérents avec la problématique relationnelle. Notre premier objectif, pour l’instant, est atteint : fournir les moyens d’appréhender les relations de pouvoir et procurer les concepts pour les saisir dans une enveloppe spatio-temporelle.

6Notre deuxième objectif a été de suivre une conception qui nourrit l’ensemble de ce livre : l’objet de la géographie humaine n’est pas pour nous l’espace mais la pratique et la connaissance que les hommes ont de cette réalité que nous appelons espace. Il paraîtra audacieux, voire présomptueux, en ces temps d’incertitude épistémologique d’assigner un « objet » à la géographie humaine. Peut-être, mais qu’on ne s’y trompe pas, même ceux qui affichent des doutes ne s’en réfèrent pas moins à un objet qui n’est rien d’autre qu’un « démiurge caché » qui leur permet de « penser ». C’est le thème du pouvoir qui nous a contraints à assumer nos convictions puisqu’il ne survient pleinement que dans les relations. Dès lors notre conception nous semble être en harmonie avec la problématique choisie.

7Si nous étions parvenus à faire comprendre que toute relation est toujours marquée par le pouvoir, nous aurions atteint l’idée de départ. Si de surcroît, nous pouvions avoir montré que toute géographie humaine, faite d’une multitude de relations, est, à tous moments, une géographie politique, alors nous serions comblés. La dimension politique n’est jamais absente car elle est constitutive de toute action. Toute géographie humaine est politique mais cette dimension est rarement assumée par le géographe qui veut bien jouer le rôle de témoin mais qui refuse généralement de jouer le rôle d’une instance de recours pour ceux dont la territorialité est menacée, modifiée, voire détruite au nom de finalités dont la nécessité n’est pas pertinente. Le géographe n’est pas un juge et il n’a pas à jouer un rôle normatif, encore moins un rôle de censeur ; il doit expliciter les connaissances et les pratiques qui circulent dans les relations. Il doit fournir les éléments théoriques pour apprécier le caractère symétrique ou dissymétrique de ces relations. Il doit s’interroger sur la nécessité et la pertinence des « ordres » qui encadrent le système population-territoire-ressources dans la perspective de préserver l’autonomie et la durée de ce système.

8Ratzel, sans le vouloir et sans le savoir, a donné les bases d’une « géographie du totalitarisme » parce qu’il n’a tenu compte que d’une échelle, celle de l’État. Notre troisième objectif a été de récupérer les autres échelles à travers les relations de pouvoir. Celles-ci sont inévitables mais leur analyse peut contribuer à empêcher la réification qui prend des dimensions inquiétantes dans les politiques démographiques, dans le procès territorial et dans les stratégies économiques relatives aux ressources. L’enjeu de la géographie politique c’est l’homme, en tant que membre d’une collectivité, dans son existence quotidienne. C’est donc une « géographie de l’autonomie » qui est en cause. Il ne s’agit pas de privilégier l’individu mais de permettre à celui-ci de conserver son identité et sa différence dans la collectivité à laquelle il appartient. Pour cela, il doit pouvoir disposer des instruments théoriques qui lui permettent d’analyser les relations de pouvoir qui caractérisent le corps social dont il est membre.

9Qu’il s’agisse des rapports avec les hommes, avec les territoires ou avec les ressources, il y a toujours création de règles et de normes dont la finalité est d’augmenter l’efficacité du contrôle et de la gestion des êtres et des choses. Cette efficacité peut être un moyen d’accroître l’autonomie du groupe mais elle peut aussi n’être qu’un moyen d’accroître l’autonomie de sous-ensembles de ce groupe. Dès lors, il y a apparition de phénomènes de dominance qui sont présentés comme nécessaires par rapport à la survie du groupe. Dans la plupart des cas, il n’en est rien ; c’est une manière de naturaliser, par processus métonymique, l’emprise de telle ou telle organisation. La géographie politique, en tant que révélatrice du pouvoir, peut contribuer à mettre en question ce processus de naturalisation et contribuer à dégager son caractère non nécessaire.

10Pour y parvenir, la géographie politique ne doit pas être détachée des choses quotidiennes mais au contraire être constamment face à la « production-du-monde » qui nous inonde et nous submerge. Cette confrontation incessante est le seul moyen de faire la jonction entre connaissance et connaissance scientifique. Cette dernière ne se fonde que sur l’autre et surtout elle ne se vérifie que par l’autre. La dichotomie entre connaissance et connaissance scientifique n’a de signification que sur le plan méthodologique. Pour le reste, la seconde ne vit que de la première. Les impulsions de la connaissance scientifique proviennent de la connaissance du monde. C’est pourquoi la géographie, comme n’importe quelle autre science de l’homme, doit sans cesse retourner vers les êtres et les choses. À cet égard, la géographie doit savoir être « immédiate », elle doit savoir se pencher sur les « faits divers » comme on dit en langage journalistique. Le fait banal, sans importance, devient d’une extrême signification lorsqu’il se répète avec une certaine fréquence car il renseigne sur les structures ou sur les changements de structure. La répétition impose son ordre, même celle de l’intolérable. Une géographie politique immédiate se doit de traquer ces faits pour dénoncer les relations de pouvoir qui s’instaurent et modifient à la longue la société dans laquelle ils se produisent. C’est en ce sens que le géographe est une instance de recours et que sa discipline, en fournissant des moyens théoriques d’analyse, saura si elle est autre chose qu’un procès-verbal.

11Les faits du monde, lutte des minorités, trafic des ressources, marginalisation, terrorisme, etc., sont autant de relations de pouvoir qui relèvent d’une géographie immédiate. Si nous ne savons pas les analyser ou si nous refusons de le faire alors la connaissance scientifique que nous prétendons élaborer n’en est pas une. Elle est tout au plus l’enregistrement de ce qui arrive, de ce qui se passe, sans gain d’intelligibilité et sans accroissement d’information régulatrice. L’analyse géographique du pouvoir qui puise dans les sciences de l’homme ses concepts fondamentaux doit affronter ce qu’il est convenu d’appeler « l’actualité » apparemment incohérente et incompréhensible. Si elle ne le fait pas, elle ne peut exister comme connaissance scientifique vivante.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search