Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Quatrième partie. Les ressources et le pouvoir

Chapitre II

Les acteurs et leurs stratégies

Texte intégral

I. Les composantes de la stratégie

1La distinction que nous avons introduite précédemment entre matière et ressource implique des conséquences qu’il faut expliciter. Face à une ressource renouvelable ou à une ressource non renouvelable, les acteurs occupent une position déterminée par le contrôle (propriété ou appropriation) qu’ils exercent sur tout ou partie du processus créateur de la ressource considérée. Rappelons les éléments constitutifs du processus : A (acteur), r (techniques), M (matière), Ρ (ressource). Étant entendu que la ressource Ρ n’est dégagée que lorsqu’il y a. A r M → P. Autrement dit, pour produire une ressource, l’acteur doit appliquer un ensemble de techniques à une matière selon un processus programmé d’une manière cohérente.

  • 1 A : acteur ne contrôlant ni les techniques, ni la matière.
       Ar : acteur contrôlant les techniques.
    (...)

2Dans ces conditions, on se trouve en présence de quatre catégories d’acteurs (que ce soit à grande ou petite échelle) : A, Ar, AM, ArM1. Il est évident que dans la réalité A, r, M et Ρ ne sont pas homogènes, ni qualitativement ni quantitativement. Cela signifie que les acteurs occupent des positions spatio-temporelles différentes, qu’ils disposent de quantités et de qualités différentielles d’énergie et d’information et que par conséquent les rôles qu’ils peuvent jouer sont très variables. Relativement aux techniques r, celles-ci peuvent être ou très perfectionnées ou très rudimentaires. Il en va de même pour la matière et par conséquent pour la ressource.

3Pour l’instant, nous allons négliger ces différences réelles et considérer pour les besoins de notre démonstration que les composantes sont homogènes. Ce qui, finalement, est le cas à petite échelle. En effet, si nous mettons en relation les quatre catégories d’acteurs dans un graphe, nous allons découvrir, dans l’hypothèse d’une coopération parfaite, des situations de transfert. Le graphe indiquera une cinématique possible, autrement dit il s’agira de transferts potentiels (fig. 41).

Image 10000000000004B0000003F0A27E5FE3.jpg

Figure 41

  • 2 Pour les définitions, voir supra, p. 305. [ici note 1]

4Rappelons que ces transferts potentiels n’ont de signification que dans la perspective de nos hypothèses. En effet, les choses seraient assez différentes si les techniques de Ar étaient supérieures à celles de ArM ou si la matière dont dispose ArM était de meilleure qualité et/ou plus abondante que celle dont dispose AM2.

5On a donc affaire à trois types de transferts : transfert de matières premières, transfert de technologies et transfert de ressources ou produits finis ou semi-finis. À cet égard, qu’il s’agisse d’un « modèle » ou d’une situation réelle, ces transferts auront toujours lieu.

6Mais revenons aux acteurs. Ils sont tous situés dans une enveloppe spatio-temporelle et occupent une position absolue et relative sur le globe. Cette remarque banale n’en est pas moins d’une extrême importance car elle est valable à toutes les échelles qu’il s’agisse d’individus, de firmes ou d’États. Tous ces acteurs sont nécessairement « territorialisés ». Dès lors qu’ils sont territorialisés, ils sont confrontés avec les données propres aux territoires dont il a été question plus haut à savoir les maillages, les nœuds et les réseaux. Le graphe « dessine » de par la force des choses un maillage abstrait mais qui rend compte, néanmoins, d’un maillage concret. Chacun des acteurs occupe un point et par rapport au problème considéré, on remarque que ces points n’ont pas la même signification. « A » est un point d’aboutissement et en ce sens, toujours compte tenu des hypothèses, il est en position de demandeur et par conséquent de dominé potentiel si le scénario de coopération parfaite ne fonctionne pas. Il dépend en tout cas de un, deux ou même trois acteurs selon les circonstances. À l’inverse ArM est un offrant absolu, il occupe un point de diffusion, il est un centre de domination potentiel en absolu par rapport à A, relativement par rapport à Ar et à AM. Les deux autres acteurs occupent des positions intermédiaires en ce sens qu’ils peuvent être alternativement en position d’offrant et de demandeur donc de dominant et/ou de dominé potentiels. Le réseau qui résulte de ces rapports ou relations possibles ne tient évidemment pas compte des distances et par conséquent des accessibilités réelles.

  • 3 Cf. supra, Le territoire et le pouvoir. [Dans cette édition, voir : troisième partie, « Le territoi (...)

7Ainsi se constitue, par rapport à la ressource P, une hiérarchisation des acteurs qui surdétermine la hiérarchie territoriale : centralité et périphérie, par exemple. ArM serait central tandis que A serait périphérique, strictement ou non3. Mais la stratégie des acteurs n’en dépend pas moins, dans une large mesure mais non exclusivement, de la composante M ou r sur laquelle ils exercent un contrôle.

  • 4 En tant que théorie explicitée s’entend.

8La matière renouvelable ou non est liée à un territoire dans lequel elle a été repérée, rendue possible ou trouvée, tout simplement. C’est la contrainte de localisation : l’extraction, lato sensu, se réalise en un lieu l, c’est-à-dire que l’acteur qui la contrôle ne peut pas d’abord modifier la position absolue : la transférer signifie consentir d’abord du travail pour l’extraction et ensuite du travail pour le transport. Toute matière est donc soumise à une contrainte spatiale qui pèse aussi pour l’acteur qui veut l’utiliser. D’où le rôle énorme joué par la localisation et la distance. S’il n’est pas possible de modifier la position absolue, il est en revanche possible de modifier la position relative par l’aménagement de la distance en consentant une série de coûts qui nécessitent sous des formes diverses une dépense d’énergie à basse entropie. L’acteur est donc placé devant un calcul de coût : échanger une certaine quantité de matière à basse entropie contre une certaine quantité d’énergie à basse entropie également. En somme l’acteur est soumis au problème de la « prison spatiale » dont la solution est énergétique. Mais il n’existe pas, du moins pas encore, une théorie énergétique de la localisation4. En revanche, si cet acteur est soumis à la contrainte spatiale, il est beaucoup plus libre vis-à-vis de la dimension temporelle. En effet, s’il contrôle M en l et ne peut l’exploiter que là, il peut choisir de l’exploiter au moment qu’il souhaite soit en t, soit en t + i, soit en t + n : contrainte spatiale donc mais liberté temporelle, en revanche. Les acteurs contrôlant M peuvent donc dans leurs stratégies jouer sur le facteur temps dont ils disposent dans une large mesure. Lorsque dans les années 50, l’Iran à la suite de la nationalisation du pétrole s’est heurté aux réactions des grandes compagnies, certains Iraniens ont pensé qu’il fallait oublier que l’Iran avait jamais produit du pétrole. Ils avaient tout simplement omis de prendre en compte le facteur temps. Lorsque des membres de l’Ο.Ρ.Ε.Ρ. décident de diminuer d’un certain pourcentage leur production, ils ne font rien d’autre que jouer sur le même facteur temps. La liberté par rapport au temps n’est toutefois pas absolue. D’une manière générale, et ce dans un contexte pacifique, on dira qu’elle est d’autant plus grande que la matière est plus concentrée en / ou si l’on préfère que la probabilité d’en trouver en li ou ln est plus faible. Dans un contexte où le conflit est possible la liberté temporelle se réduit car d’autres acteurs peuvent chercher à s’emparer de l pour avoir accès à la matière M. On notera que les composantes s’ajoutent les unes aux autres, la stratégie devient toujours plus complexe.

9L’acteur qui contrôle r est placé dans une situation complètement différente car le contrôle de l’ensemble r est beaucoup plus souple vis-à-vis de l’espace. S’il est vrai que r est d’abord élaboré en un lieu l son transfert en un lieu li est beaucoup plus facile que pour une matière. Ce transfert implique, certes, un coût mais sans commune mesure avec le transfert de la matière. Assez rapidement si telle est la volonté de l’acteur, l’ensemble r peut être transféré en li, ln, etc. Par définition une technique peut être plus aisément ubiquiste qu’une matière quelconque. On est donc dans une situation inverse de celle de la matière en ce sens que r est relativement libre vis-à-vis de l’espace en raison de sa plus grande capacité de diffusion, donc de transfert. Là encore, il ne faut pas exagérer la mobilité spatiale de r. Elle est d’autant moins mobile qu’elle est plus complexe et qu’elle est plus lourde. Former de nouveaux acteurs à une technique demande du temps et des structures d’accueil qui, si elles n’existent pas, doivent être créées. Il y a alors une indéniable contrainte temporelle qui s’accroît si l’on tient compte du progrès technologique. Selon la nature du système technologique, c’est le temps qui peut devenir à son tour une « prison ». Si l’acteur dispose d’une technique qui évolue rapidement, il devra la diffuser spatialement pour en tirer avantage. Cela sera moins nécessaire si la technique évolue lentement. Il est difficile de se protéger contre la diffusion de certaines techniques simples car on interdit mal à l’information de franchir les frontières. C’est déjà plus aisé pour les techniques complexes.

10On voit donc que les acteurs qui disposent soit de M soit de r chercheront à maximiser soit le temps soit l’espace dans leurs stratégies respectives. Les acteurs qui disposent des deux, comme ArM, chercheront à optimaliser l’enveloppe spatio-temporelle, en contrôlant le marché sur lequel s’écoule la ressource qu’ils produisent. Leur but consiste à diffuser leur ressource partout le plus longtemps possible. Évidemment si un acteur ArM concentre tout à la fois la technique et la matière, il dispose d’un monopole ou d’un quasi-monopole mondial. Il n’en existe pas et, pratiquement, toutes les stratégies sont au mieux oligopolistiques.

11La puissance économique anglaise jusqu’à l’aube du XXe siècle a été fondée sur le contrôle des techniques et sur la possibilité d’avoir accès aux matières dans les territoires coloniaux. Les puissances coloniales française, italienne, allemande entre autres, ont suivi, avec plus ou moins de bonheur des stratégies analogues. Ces stratégies ont sauté, soit par la perte des colonies, soit par le phénomène généralisé de décolonisation après la Seconde Guerre mondiale. À la différence des États européens colonialistes dont le système rM était disloqué par la distance, les États-Unis ont créé une puissance fondée sur un système rM contenu à l’intérieur de leur territoire. En ce sens l’U.R.S.S. est dans une situation analogue sinon comparable à celle des États-Unis.

12Les anciennes puissances coloniales ont pourtant réussi à poursuivre partiellement leur ancienne stratégie en acquérant les matières nécessaires à des coûts faibles tout en vendant leurs ressources finies à des coûts élevés. C’est le fameux problème de la dégradation des termes de l’échange caractéristique des pays producteurs de matières premières. Ceux-ci ont cherché à réagir par des accords entre producteurs pour maintenir les prix et par l’importation des techniques leur permettant d’entrer dans le processus de création des ressources.

  • 5 Sur ce sujet, cf. Helge Hveem, Structure du pouvoir économique : Revue Tiers Monde, t. XVII, n° 66, (...)

13Une constatation s’impose pourtant et elle est d’importance : la situation de ceux qui contrôlent r est plus favorable que celle de ceux qui contrôlent M. En effet, r n’implique pas que les technologies stricto sensu mais aussi toutes les techniques de commercialisation et de distribution. À travers les grandes compagnies, souvent multinationales, les occidentaux possèdent et contrôlent le know how et le management. Ce fait est assez révélateur du caractère relationnel de la ressource et il n’a pas échappé aux firmes et aux États. Alors qu’avant la Seconde Guerre mondiale les acteurs s’efforçaient d’être de la forme ArM, aujourd’hui avec l’émergence des nouvelles nations productrices, souvent, des matières premières, les pays développés ont opté pour la forme Ar. De plus en plus, se font face deux types d’acteurs qui suivent deux types de stratégie. Les acteurs Ar représentés par des multinationales des pays développés accentuent leurs efforts de diversification et de complexification des techniques de manière à s’assurer une avance qui renforce leur contrôle indirect sur les ressources. Les acteurs AM qui, avec le temps, ont récupéré le contrôle de leurs matières premières par rachat ou nationalisation ont constaté qu’il fallait se regrouper pour faire face aux Ar. Ainsi sont nées toutes sortes d’accords du type O.P.E.P. Pourtant, pour que ces accords réussissent partiellement ou totalement, il faut que certaines conditions soient remplies5. Politiquement, il faut une certaine homogénéité des pays producteurs sur les plans idéologique, culturo-ethnique et politique. Économiquement, il ne faut pas que le revenu de ces pays dépende par trop de la matière première qu’ils produisent et surtout il ne faut pas qu’il y ait un bien de substitution. Par ailleurs, il faut une concentration suffisante pour que les pays producteurs contrôlent une part majoritaire de cette matière dans le monde. Ces conditions étant rarement remplies, les accords ne fonctionnent pas, en règle générale, d’une manière satisfaisante. C’est pourquoi les acteurs du type Ar continuent à jouer un rôle prépondérant. Leur domination détermine des relations dissymétriques avec les acteurs du type AM. On est alors bien loin du scénario de coopération qui, par définition, devrait être caractérisé par des relations symétriques. C’est une relation de domination corrigée, ici et là, par des mécanismes d’aide internationaux, bi- ou multi-latéraux.

14Une des solutions à ce problème réside dans le transfert de r ou transfert de technologies. Nous allons analyser un exemple ancien de transfert, celui du Japon et un exemple récent celui des multinationales.

II. Le Japon et le transfert de technologie

  • 6 Cf. Masaru Saito, Introduction of foreign technology in the industrialization process: The developi (...)

15L’expérience japonaise de la révolution industrielle remonte à la seconde moitié du XIXe, c’est-à-dire au moment de la Restauration du Meiji en 1868. Le succès du Japon est d’avoir su introduire la technologie étrangère du XIXe siècle6.

16Saito pose le problème à partir de ce qu’il appelle la « N-R relation », soit Ν (technological needs) et R (transfer resources). Quand de nouveaux besoins nationaux apparaissent, il y a une forte orientation vers l’innovation et sa diffusion. S’il se fait, cas du Japon, que le pays n’est pas équipé pour procurer cette technologie, il faut chercher à l’importer. Mais ce transfert a très peu de chance d’être positif si le pays ne possède pas une main-d’œuvre de haut niveau. Dès lors, il faut une véritable convergence entre les besoins et la volonté de transfert technologique. Saito a dégagé, pour le Japon, une série de phases à l’intérieur desquelles s’incrivent les différents transferts technologiques.

  1. 1868-1883 : construction d’une nation moderne.

  2. 1884-1900 : industrialisation et développement de la technologie militaire.

  3. 1901-1914 : développement de l’industrie chimique et des industries lourdes.

  4. 1915-1928 : rattrapage des nations les plus avancées.

  5. 1929-1945 : rationalisation et recherche de biens de substitution.

  6. 1945-1953 : reconstruction économique.

  7. 1954- : taux de croissance économique élevé.

17On remarquera que le processus a débuté par la transformation des institutions ce qui est aussi une forme de « transfert technologique ». Encore fallait-il, ce qui semble avoir été le cas selon Saito, que le peuple japonais donne son consensus à ces transformations. Saito ne donnant pas d’explication sur ce consensus, nous l’accepterons mais avec beaucoup de réserves car on n’ignore pas le prix payé par la paysannerie japonaise dans ce processus.

  • 7 Cette relation est celle qui s’établit entre des besoins technologiques et les transferts nécessair (...)
  • 8 Saito, op. cit., p. 170.

18À l’origine, la fameuse N-R relation a été sous le contrôle et la direction du gouvernement7. Celui-ci a introduit la science et la technologie empruntées aux pays les plus développés et, ensuite, les a transférées, après qu’elles aient été maîtrisées, au secteur privé8. Il est significatif de mettre en évidence que le Japon, immédiatement après son ouverture au monde moderne, s’est empressé d’introduire des technologies relatives à la circulation et à la communication. C’est significatif car c’est une stratégie d’État moderne qui pour affirmer et maintenir son pouvoir crée des réseaux qui s’inscrivent dans une stratégie à petite échelle qui s’accompagne du développement des constructions navales et de chemins de fer. À cela s’ajoutent les secteurs de l’énergie, de la chimie inorganique, des mines et des filatures.

  • 9 Saito, op. cit., p. 173.

19Tout cela ne s’est pas réalisé sans une militarisation de l’économie qui a naturellement atteint son sommet avec la Seconde Guerre mondiale qui, d’ailleurs, a isolé le Japon et lui a fait prendre entre 30 et 40 ans de retard9. Retard très efficacement comblé à partir des années 50 comme le montre le panorama économique actuel du Japon.

20Saito a dégagé ce qu’on pourrait appeler les éléments caractéristiques de la stratégie japonaise durant les dernières cent années :

  1. Les industries ont été choisies en fonction des besoins nationaux et des ressources utilisables nécessaires.

  2. Le progrès technologique a été interconnecté avec les nécessités militaires en raison de l’aide apportée par le gouvernement.

  3. Le transfert technologique a raccourci la période de modernisation.

  4. Le transfert a été massif pendant les débuts de l’industrialisation.

  5. La croissance des nouveautés technologiques a été rapide avant la Première Guerre.

  6. Le transfert a été adapté au système technique japonais et à l’environnement industriel.

21On n’oubliera pas qu’avec le transfert technologique, le Japon a aussi dû transférer le système social et le système de valeurs. L’efficacité a été à ce prix. Nous ne croyons pas qu’il soit possible de citer en exemple la stratégie japonaise pour la période contemporaine car si elle a été, en large partie, un succès c’est surtout parce qu’elle a été mise en place à une époque proche des grandes innovations européennes et américaines. D’autre part, le transfert s’est réalisé sur une longue période avec une aide massive de l’État et un encadrement très fort de celui-ci. Les pays contemporains ne peuvent concevoir une stratégie s’étendant sur un siècle, cela serait irréaliste et absurde d’autant plus que le contexte a totalement changé. Aujourd’hui ce sont les firmes multinationales qui assurent ou n’assurent pas le transfert technologique.

III. Les multinationales et le transfert technologique

  • 10 Charles-Albert Michallet, Transfert de technologie, firmes multinationales et internationalisation (...)
  • 11 Ibid., p. 163.
  • 12 Ibid., p. 163.

22En matière de technologie, ce sont les firmes multinationales qui centralisent la production des connaissances et qui assurent la circulation interne et externe de cette information10. L’essentiel des activités de recherche et de développement est effectué dans les pays d’origine des multinationales : le 80 % est financé par les multinationales et le 94 % de la recherche est effectué aux États-Unis11. Le 6 % restant est effectué dans les pays très industrialisés. C’est typiquement la stratégie des acteurs Ar que nous avons précédemment décrite. C’est une stratégie de l’information qui permet de préserver le contrôle réel sur les ressources. Cette information, pourtant, circule dans l’espace et en ce sens on peut parler de transfert mais le plus souvent il s’agit d’un transfert interne à l’espace des firmes. Le réseau de circulation de cette information n’est pas public, il est privé. Les flux d’information technologique relient la maison-mère aux filiales12. Ceci ne signifie pas que des recherches ne se font pas dans des centres secondaires mais seul le centre principal en connaît la finalité et par conséquent peut les utiliser efficacement.

23L’information mise à contribution par les multinationales offre la possibilité d’un stockage aisé et d’une mobilisation très rapide des connaissances nécessaires à la prise de décision. C’est une stratégie qui se conçoit, s’élabore et s’épanouit dans des « territoires abstraits » ceux justement des firmes.

24La circulation externe de l’information, celle qui intéresse la sortie hors de l’espace des multinationales en direction des « territoires concrets » des économies d’accueil, existe mais elle est d’un genre très particulier. Le plus souvent, il s’agit d’une technologie nécessaire à l’utilisation du produit. C’est en quelque sorte un « savoir-manier » le produit qui est transféré mais non pas un « savoir-faire » le produit. Il est de l’intérêt de la firme, évidemment, de vulgariser le « savoir-manier », tandis que le « savoir-faire » demeure privatisé. L’information du « savoir-faire » est la base du pouvoir des multinationales, elles n’ont donc aucun intérêt à délocaliser l’innovation et dans ces conditions la circulation interne reste prépondérante et prédominante par rapport à la circulation externe.

  • 13 Michallet, op. cit., p. 168.

25Selon Michallet, il ne faut voir en cela aucun machiavélisme et sur ce point nous sommes d’accord avec lui. En effet, deux facteurs expliquent cette stratégie : internationalisation de la production et taux de profit. Il s’agit d’ailleurs d’une stratégie d’économie industrielle développée non d’économie du Tiers Monde : « Dans un système où la transmission désintéressée des connaissances constitue un assez bon moyen de se faire éliminer, il est assez normal que les firmes privilégient les formes de transfert qui passent par l’échange marchand »13. Là encore, nous sommes d’accord avec Michallet mais à l’intérieur du système stratégique dont il est question ici. On est là en présence de relations dissymétriques qui sont la conséquence de l’inégal développement du savoir. Dans ce contexte de domination que signifie l’aide aux pays du Tiers Monde ? Cette question restera sans réponse comme d’ailleurs est restée sans suite la résolution de l’Assemblée générale de l’O.N.U. de mai 1974 qui déclarait que le « transfert des techniques était l’un des points les plus importants ».

  • 14 Pierre F. Gonod, Matériaux pour de nouvelles politiques : Revue Tiers Monde, t. XVII, n° 65, janv.- (...)

26Tant que les rapports seront marqués du sceau de la domination, les transferts technologiques seront biaisés. Comment parvenir à un nouvel ordre technologique selon la formule empruntée à Maximo Halty ? On peut distinguer trois types de technologie : la technologie aliénée, cédée en vertu d’un accord particulier, c’est de l’information non libre, secrète, cristallisée d’une manière complexe dans les produits, capitalisée dans les biens intermédiaires et les biens de capital, la technologie socialisée disponible et accessible sans restriction, c’est l’information libre et enfin la technologie « incarnée », connaissance de base, savoir-faire assimilé par les hommes14.

27La variable technologique a un caractère multidimensionnel car elle affecte le taux de croissance, l’emploi, la répartition des revenus, la balance des paiements et l’environnement, entre autres. Le problème, on s’en doute, porte sur la question du choix entre technique impliquant beaucoup de capital, à l’instar de celles occidentales très sophistiquées, et celles impliquant beaucoup de main-d’œuvre. Ce choix fondamental pour l’élaboration d’une stratégie débouche sur la thèse de Schumacher relative à la technologie intermédiaire médiatisée par l’État et les Universités. On sait que la Chine souvent évoquée à propos des technologies intermédiaires, s’en éloigne, aujourd’hui, considérant, sans doute, que le chemin vers la puissance est trop lent par cette voie. Les récents accords passés avec le Japon indiquent un changement, voire un bouleversement, de la politique industrielle.

  • 15 Ibid., p. 25.
  • 16 Ibid., p. 26.
  • 17 Ibid.

28C’est pourquoi on a imaginé le concept de technologie combinée15. On propose des solutions différenciées qui imposent une désagrégation du processus technique : les technologies principales portent sur les techniques à capital intensif tandis que les technologies secondaires mettent l’accent sur les techniques à main-d’œuvre intensive16. C’est ce que certains ont appelé l’ouverture du paquet technologique : d’un côté les technologies médullaires qui définissent le processus et de l’autre les technologies périphériques17.

29On retrouve ici, symétriquement au territoire, cette idée de centralité et de marginalité. Les technologies pouvant servir à définir, voire à surdéterminer les territoires. Les États-Unis par leurs technologies à forte intensité en capital occupent sur le quadrillage mondial une position centrale, au même titre que l’Allemagne, le Japon et sans doute l’U.R.S.S. Que faire dans les zones marginales ou périphériques ? On peut susciter la compétition des vendeurs et n’acheter que ce qui est strictement nécessaire ou encore substituer le plus possible des composants techniques nationaux. Cette politique est appliquée en Inde pour la sidérurgie et en Argentine pour l’industrie atomique.

  • 18 Gonod, op. cit., p. 32.
  • 19 Gonod, op. cit., p. 36 et 37.

30Chaque pays choisit donc sa formule stratégique en fonction d’un nombre élevé de considérations : « l’articulation entre l’économie, la politique et la technologie peut être réalisée par le recours à des régions technologiques »18. Par ces régions, il s’agit de structurer l’action sectorielle. Lorsque le transfert n’est pas possible parce que l’acteur qui détient l’information se refuse à la fournir, il y a la possibilité de développer un programme local de recherche et de développement. Cela suppose évidemment une aide internationale. On peut citer plusieurs exemples : le cas bolivien du poil de « llama », le cas vénézuélien des catalyseurs pour le raffinage du pétrole19.

31Quoi qu’il en soit le problème du transfert technologique est fondamentalement politique. Il illustre parfaitement la lutte pour l’information et l’utilisation de celle-ci pour contrôler et dominer les territoires occupés par des acteurs AM. Pour cette raison, les technologies intermédiaires prennent toute leur valeur pour les acteurs de la forme AM. Quelles stratégies peut-on développer à partir de ces technologies intermédiaires ?

IV. Les stratégies des technologies intermédiaires

  • 20 Emprunté à R. Kumar cité par A. Marques Dos Santos, Concept d’une technologie intermédiaire : Revue (...)
  • 21 A.-M. Dos Santos, op. cit., p. 74.

32Par la technologie intermédiaire, l’objectif est de créer des outils peu coûteux faisant appel à beaucoup de main-d’œuvre et à des services susceptibles d’augmenter la capacité productive d’une communauté, tout en minimisant les déplacements des individus20. La technologie intermédiaire se situe entre les techniques ancestrales et les techniques sophistiquées. Pour qu’elles présentent un intérêt pour les acteurs AM, elles doivent être peu coûteuses : 100 dollars de capital par poste de travail créé. Elles doivent d’autre part servir à mobiliser des matières locales qui permettront de produire des articles destinés à la consommation domestique. Cela ne signifie pas que les biens créés n’alimenteront pas un marché d’exportation mais ce n’est pas là le premier objectif visé. D’autre part, ces techniques doivent être créatrices d’emplois et de pôles de développement. Ces techniques ne sont pourtant pas des remèdes miracle. Leurs avantages sont les suivants21 :

  1. Simplicité et facilité d’amorce à un bas niveau technologique.

  2. Moindre coût des équipements et possibilité de réduire l’échelle de production.

  3. Possibilité d’utiliser des équipements démodés (pour l’Europe) immédiatement.

  4. Mobilisation de beaucoup de main-d’œuvre et création d’emplois.

  5. Technologie plus aisément assimilable qui ne provoque pas de trop grands bouleversements sociaux.

  • 22 Dos Santos, op. cit., p. 78.

33Surtout ce qu’il faut noter dans la technologie intermédiaire c’est la possibilité qu’elle donne de se soustraire aux relations de pouvoir dissymétriques avec les acteurs Ar des pays développés. Ceci ne parvient pas, toutefois, à éliminer la méfiance des pays du Tiers Monde qui ont très vite le sentiment d’utiliser une technique au rabais. Pourtant, c’est un chemin possible pour parvenir à la technologie appropriée dont le père est Schumacher22. L’Inde a été l’un des premiers pays à adopter cette doctrine, la Chine, également, avec un indéniable succès. Mais ces exemples sont-ils transposables ? On peut, selon les cas, en douter.

34Toujours est-il qu’on peut se demander si le problème n’est pas néanmoins mal posé. Mal posé tant par les pays développés que par les autres. En effet, lorsque Boumédiène à Alger, en 1975, déclarait qu’il ne saurait y avoir d’industrie pour sous-développés et d’industrie pour développés, il posait le problème non pas en termes de biens nécessaires et de travail utile mais en termes de pouvoir. Les pays qui disposent des technologies avancées tiennent à les valoriser mais aussi à en faire des conditions de leur puissance. Les pays qui n’en disposent pas et qui cherchent à les acquérir ne souhaitent pas obtenir des technologies qui ne sont pas de vraies sources de puissance au sens politique du terme. L’enjeu est de taille puisque dans l’immédiat, les acteurs Ar et AM se font face dans une situation déséquilibrée en faveur des premiers mais pour combien de temps encore ? Dans ce cas, la satisfaction des besoins sociaux passe après celle des besoins politiques de puissance. L’exemple de la technologie intermédiaire est à cet égard éclairant car cette technologie ne satisfait aucun des acteurs en présence. C’est bien la preuve qu’il s’agit d’un problème de pouvoir : les pays développés ne peuvent conserver leur puissance que par le contrôle quasi total du marché technologique et les sous-développés ne peuvent pas concurrencer efficacement les premiers.

35Comment rompre ce cadre diabolique dans lequel se moulent toutes les relations ? Certainement pas par un changement de comportement volontaire mais par un changement sous la pression des conditions fondamentales qui déterminent l’accès à l’énergie.

  • 23 Il est évident que les technologies liées à l’informatique économisent, en revanche, beaucoup d’éne (...)

36Les technologies de production avancées sont dévoreuses d’énergie qui est justement la ressource qui commence à faire sérieusement défaut23. De deux choses l’une : ou bien les pays développés se mettent à économiser l’énergie ou bien ils modifient leurs technologies. Les technologies intermédiaires sont justement celles qui dépensent le moins d’énergie fossile et le plus d’énergie humaine. Ce contexte devrait faire retrouver les besoins sociaux qui pourraient bien, pour les uns et les autres, supplanter les besoins politiques purs. La coopération peut-elle remplacer la compétition, les relations symétriques peuvent-elles se substituer aux relations dissymétriques dans les stratégies ? Question énorme qui ne peut trouver de réponse que dans la perspective d’une coopération pour la survie.

Notes

1 A : acteur ne contrôlant ni les techniques, ni la matière.
   Ar : acteur contrôlant les techniques.
   AM : acteur contrôlant la matière.
   ArM : acteur contrôlant les techniques et la matière.

2 Pour les définitions, voir supra, p. 305. [ici note 1]

3 Cf. supra, Le territoire et le pouvoir. [Dans cette édition, voir : troisième partie, « Le territoire et le pouvoir »]

4 En tant que théorie explicitée s’entend.

5 Sur ce sujet, cf. Helge Hveem, Structure du pouvoir économique : Revue Tiers Monde, t. XVII, n° 66, avril-juin 1976.

6 Cf. Masaru Saito, Introduction of foreign technology in the industrialization process: The developing economies, vol. XIII, june 1975, n° 2, p. 168-186.

7 Cette relation est celle qui s’établit entre des besoins technologiques et les transferts nécessaires pour y répondre.

8 Saito, op. cit., p. 170.

9 Saito, op. cit., p. 173.

10 Charles-Albert Michallet, Transfert de technologie, firmes multinationales et internationalisation de la production : Revue Tiers Monde, n° 65, p. 162.

11 Ibid., p. 163.

12 Ibid., p. 163.

13 Michallet, op. cit., p. 168.

14 Pierre F. Gonod, Matériaux pour de nouvelles politiques : Revue Tiers Monde, t. XVII, n° 65, janv.-mars 1976, p. 19.

15 Ibid., p. 25.

16 Ibid., p. 26.

17 Ibid.

18 Gonod, op. cit., p. 32.

19 Gonod, op. cit., p. 36 et 37.

20 Emprunté à R. Kumar cité par A. Marques Dos Santos, Concept d’une technologie intermédiaire : Revue Tiers Monde, n° 65, p. 67.

21 A.-M. Dos Santos, op. cit., p. 74.

22 Dos Santos, op. cit., p. 78.

23 Il est évident que les technologies liées à l’informatique économisent, en revanche, beaucoup d’énergie pour le « transport » de l’information.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search