Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Troisième partie. Le territoire et le pouvoir

Chapitre I

Qu’est-ce que le territoire ?

Texte intégral

I. De l’espace au territoire

  • 1 Sur ce sujet, voir Claude Raffestin, Notions et Concepts : les construits en géographie humaine,(...)

1Espace et territoire ne sont pas des termes équivalents. Pour les avoir utilisés indifféremment, les géographes ont introduit dans leurs analyses de remarquables confusions tout en s’interdisant par là même de faire d’utiles et nécessaires distinctions. Nous ne discuterons pas, ici, de savoir si nous avons affaire à des notions ou à des concepts encore que les efforts consentis, ces vingt dernières années, autorisent à penser que l’on passe rapidement pour l’espace et le territoire du statut de notion à celui de concept. Le statut de concept permet une formalisation et/ou une quantification plus précises que le statut de notion1.

  • 2 Henri Lefebvre, De l’État 4. Les contradictions de l’État moderne, U.G.E. Paris 1978, p. 259.

2Il est essentiel de bien comprendre que l’espace est en position d’antériorité par rapport au territoire. Le territoire est généré à partir de l’espace, il est le résultat d’une action conduite par un acteur syntagmatique (acteur réalisant un programme) à quelque niveau que ce soit. En s’appropriant concrètement ou abstraitement (par exemple, par la représentation) un espace, l’acteur « territorialise » l’espace. Lefebvre exprime parfaitement le mécanisme pour passer de l’espace au territoire : « La production d’un espace, le territoire national, espace physique, balisé, modifié, transformé par les réseaux, circuits et flux qui s’y installent : routes, canaux, chemins de fer, circuits commerciaux et bancaires, autoroutes et routes aériennes, etc. »2. Le territoire, dans cette perspective, est un espace dans lequel on a projeté du travail, soit de l’énergie et de l’information, et qui, par conséquent, révèle des relations toutes marquées par le pouvoir. L’espace est la « prison originelle », le territoire est la prison que les hommes se donnent.

3Pour un marxiste, l’espace n’a pas de valeur d’échange mais seulement une valeur d’usage, une utilité. L’espace est donc premier, il est préexistant à toute action. L’espace est en quelque sorte « donné » comme une matière première. Il préexiste à toute action. « Lieu » de possibles, il est la réalité matérielle préexistant à toute connaissance et à toute pratique dont il sera l’objet dès qu’un acteur manifestera une visée intentionnelle à son endroit. Le territoire, évidemment, prend appui sur l’espace mais il n’est pas l’espace. Il est une production à partir de l’espace. Or la production par toutes les relations qu’elle met en jeu s’inscrit dans un champ de pouvoir. Produire une représentation de l’espace est déjà une appropriation, donc une emprise, donc un contrôle même si cela demeure dans les limites d’une connaissance. Tout projet dans l’espace qui s’exprime par une représentation révèle l’image souhaitée d’un territoire, lieu de relations.

  • 3 « Les limites de mon langage signifient les limites de mon monde. »

4Tout projet est sous-tendu par une connaissance et une pratique, c’est-à-dire par des actions et/ou des comportements qui supposent évidemment la possession de codes, de systèmes sémiques. C’est par ces systèmes sémiques que se réalisent les objectivations de l’espace qui sont des processus sociaux. Il faut donc comprendre que l’espace représenté est un rapport et que ses propriétés sont celles mises à jour au travers des codes et systèmes sémiques. Les limites de l’espace sont celles du système sémique mobilisé pour le représenter. On rejoint ici, d’une manière évidente, la pensée de Wittgenstein (« the limits of my language mean the limits of my world »)3. Mais le système sémique lui-même est marqué par toute l’infrastructure, forces de travail et rapports de production, en un mot par les modes de production. Cela revient à dire que la représentation ne touche, dans l’espace, que ce qui est susceptible de correspondre à des « utilités » sociales lato sensu. Ainsi donc, la représentation assure la mise en scène, l’organisation en spectacle de l’emprise originelle du pouvoir. Si la matrice de la représentation actuelle est fournie par le système topographique, toutes sortes d’autres représentations ont eu cours tout au long de l’histoire. Les systèmes de projection d’un lieu, d’un ensemble de lieux n’ont peut-être pas été assez analysés sous l’angle du pouvoir, c’est-à-dire dans la perspective d’une communication sociale assurant la liaison entre visées intentionnelles et réalisations.

5L’image ou modèle, c’est-à-dire toute construction de la réalité, est un instrument de pouvoir et ce depuis les origines de l’homme. Image, guide de l’action, qui a pris les formes les plus diverses. Nous avons même fait de l’image un « objet » en soi et nous avons pris l’habitude, avec le temps, d’agir plus sur les images, simulacres des objets, que sur les objets eux-mêmes. Dès lors, faut-il s’étonner que nous les manipulions, que nous les ayons manipulées et que nous les manipulerons toujours davantage ? On pourrait imaginer d’étudier les systèmes de représentation en liaison avec les classes qui détenaient le pouvoir à travers l’histoire. On découvrirait des choses assez étonnantes qui révéleraient la nature des différentes dominations qui ont pesé sur le monde. Mais tel n’est pas notre propos. Il ne peut pas l’être car cela nous entraînerait trop loin. Cependant, il nous faut nous arrêter quelque peu sur la représentation moderne de l’espace.

6La cartographie moderne apparaît à la Renaissance. Elle suit donc de près l’émergence de l’État moderne. Elle deviendra très vite un instrument de pouvoir et du « Pouvoir ». Cette cartographie a privilégié une « syntaxe » euclidienne qui n’a certainement pas peu contribué à modeler les comportements du pouvoir. Cette syntaxe est d’une grande efficacité puisqu’elle ne mobilise que trois éléments fondamentaux : la surface ou le plan, la ligne ou la droite et le point ou moment du plan. C’est de la combinaison de ces éléments que résultent les images ou représentations de l’espace. L’efficacité de ce système sémique réside aussi dans le fait qu’il s’agit d’un pur jeu structural qui transcende parfaitement les objets représentés mais qui préserve leurs relations, leurs rapports. Ce pur jeu structural a longtemps satisfait les besoins de représentation et on peut même se demander si aux axiomes du jeu ne correspond pas ou n’a pas correspondu un système non explicité d’axiomes gouvernant l’usage du pouvoir dans l’espace. À la projection sur un espace quelconque E d’un système α il faut faire correspondre la projection d’un système d’intentions de pouvoir qui se moule sur le premier. La délimitation d’un territoire, le contrôle de points, d’îles, de villes, etc. et le tracé de routes, de voies, etc. ne relèvent-ils pas d’une axiomatique euclidienne traduite en termes de relations de pouvoir ? Non seulement, nous sommes tentés de le dire, mais encore nous l’affirmons ! La seule chose qu’il n’est pas immédiatement possible de montrer c’est le système d’axiomes de ces rapports de pouvoir. Pour y parvenir il conviendrait d’analyser depuis la Renaissance les grandes politiques spatiales des États en liaison avec leurs réalisations territoriales. Dans leur volonté d’atteindre la mer, de préserver l’accès à des routes, d’implanter des villes, de faire coïncider une frontière avec une ligne de crêtes ou un fleuve, les États ont modulé leurs politiques selon une axiomatique non dite mais bien présente et bien réelle. Tout simplement, dès que le jeu structural fonctionne, l’action toute coordonnée, toute préparée qu’elle est sur le plan, ne peut avoir le caractère systématique de la géométrie car interviennent alors les données réelles du contexte spatio-temporel. Cela signifie que l’on passe d’une axiomatique pure à une axiomatique commandée par le caractère probabiliste et nécessairement discontinu de l’action.

  • 4 Cf. A. Moles et E. Rohmer, Psychologie de l’espace, Castermann, Paris 1972, p. 8 qui développent un (...)

7Cela peut être montré d’une manière intuitive à travers un exemple formel qui ne sera pas la représentation de l’acteur mais la représentation possible, disons l’une des représentations possibles d’un acteur engagé comme élément dans le système. L’acteur est d’abord situé en un point de l’espace, point à partir duquel il va se représenter l’espace. Le point n’est pas, contrairement à ce qu’il pourrait paraître, privilégié par rapport aux autres éléments surface et ligne. Il ne fournit que l’origine de la représentation : il fournit le support égocentrique de la représentation car celle-ci est toujours une manifestation du moi par rapport au non-moi4, une explicitation de l’intériorité par rapport à l’extériorité.

8Dans cette perspective, nous pouvons donc poser l’acteur en un point et disposer les éléments de sa représentation. Un schéma simple suffira à dégager une image possible. Pour les besoins de la démonstration, nous n’utiliserons que les points, les lignes et les surfaces (fig. 32).

Image 10000000000004B0000002CB3328CA9A.jpg

Figure 32

9Qu’avons-nous dans ce schéma simpliste et pourtant suffisant ? Des points qui peuvent représenter la localisation d’autres acteurs ou de propriétés intéressant A ; des droites qui rejoignent d’autres points et qui délimitent par là même une surface. Là encore peu importe la nature de ces droites qui peuvent être la représentation de choses différentes. Ce qu’il importe de bien comprendre c’est la valeur de ce schéma en tant qu’il est une représentation d’un espace pour l’acteur A. Il est évident que cette représentation n’épuise en aucune manière le contenu de cet espace puisqu’elle n’est que la transcription des visées intentionnelles de A. Dès lors, on se rend compte que cette représentation est égocentrique puisqu’elle serait toute différente, hypothèse vraisemblable, si l’on considérait un autre acteur situé dans une autre portion du plan ci-dessus. La représentation proposée ici est donc un ensemble qui est défini par rapport aux visées d’un acteur. Il ne s’agit donc pas de « l’espace » mais d’un espace construit par l’acteur qui fait communiquer par le truchement d’un système sémique ses intentions et la réalité matérielle. L’espace représenté n’est donc plus l’espace, il est image de l’espace ou mieux territoire vu et/ou vécu. L’espace devenant territoire d’un acteur dès qu’il est pris dans un rapport social de communication.

10La représentation de A suppose une dépense d’énergie pour acquérir de l’information. La représentation résulte d’un travail et à ce titre peut être qualifiée d’énergie informée. Cette énergie informée, comme toutes les autres d’ailleurs, n’est pas stable, elle se modifie et finalement se dégrade. La représentation est un travail de Sisyphe à recommencer sans cesse. Imaginer une représentation stable c’est imaginer l’immobilité, donc la mort ou l’entropisation de l’acteur. Peut-on, dans ce cas, parler de décalage entre l’espace et sa représentation ? Certainement pas dans la perspective que nous avons tracée puisque l’espace n’existe qu’en fonction des visées intentionnelles de l’acteur. Ce qui signifie que s’il y a décalage celui-ci ne peut exister qu’entre l’information qui serait souhaitable dans le système de visée et l’information à disposition. La conséquence de ce décalage se traduit au niveau de l’action : décalage qui signifiera alors une relation de pouvoir dissymétrique puisque les gains escomptés risquent d’être inférieurs aux gains effectivement réalisés eu égard à l’énergie investie dans le processus. Ce n’est qu’après l’action que se vérifie la valeur de l’énergie informée cristallisée dans la représentation.

11Si nous revenons au schéma, nous constatons qu’il est une représentation établie en fonction de visées intentionnelles, qu’en l’occurrence nous ignorons, puisque nous les avons laissées dans le domaine hypothétique. Ainsi, il est impossible de dire, dans ce cas, s’il y a décalage entre information à disposition et information nécessaire pour conduire une action quelconque. Cependant, on remarquera, qu’en se situant du « point de vue » de l’acteur A, l’expression « l’espace est un lieu ou un champ de possibles » prend toute sa valeur. En effet, à partir de cette représentation originelle, l’acteur peut choisir de « construire » plusieurs types de maillages et d’articuler les points, tous ou quelques-uns, en réseaux. Il peut choisir de relier certains points en assurant entre eux la continuité par un système de jonctions ou au contraire d’empêcher que certains points soient reliés entre eux en imaginant un système de disjonctions. Dans notre schéma toujours aussi simpliste, on pourrait donc inscrire autant « d’images territoriales » qu’il y a de visées intentionnelles différentes.

  • 5 Cf. Alberto Mioni, Le trasformasioni territoriali in Italia nella prima Età industriale, Marsilio E (...)

12À nouveau pourtant, il y aura entre l’image territoriale projetée et le territoire réel, un décalage. D’abord parce qu’aucune image n’est jamais transcrite telle quelle à partir du plan, mais ceci est banal, ensuite, et cela l’est moins, parce qu’il n’y a pas qu’un seul acteur. En effet, si on introduit un second acteur A’ dans le schéma, il y aura une autre représentation même si les visées sont congruentes. S’institue alors une relation entre A et A’, relation de pouvoir à n’en pas douter. Un exemple peut parfaitement illustrer cette situation, celui des projets de construction des chemins de fer en Italie. Entre 1845-46 et 1961, cinq projets ou cinq images du réseau ferré ont été formulés. Ils révèlent des visées intentionnelles congruentes mais néanmoins différentes. Finalement, le réseau réel n’est aucun de ceux projetés, mais il résulte du jeu multilatéral des multiples acteurs en cause5. Qu’il s’agisse des maillages, des nœuds ou des réseaux, les illustrations abondent pour comprendre la construction territoriale.

13Il n’en demeure pas moins que les acteurs révèlent, quand ils agissent, une sorte d’axiomatique sous-jacente. Tout semble se passer comme si les actions se déduisaient les unes des autres. Quelques exemples de cette possible axiomatique peuvent être énoncés, encore que, en matière de pouvoir, à notre connaissance, aucun effort n’ait été tenté dans ce domaine. On pourrait énoncer les axiomes suivants :

  1. Toute surface est maillable,

  2. Ce maillage n’est pas unique,

  3. On peut établir au moins un chemin entre deux points de cette surface,

  4. Ce chemin n’est pas unique,

  5. Entre trois points de cette surface, on peut établir au moins un réseau.

  • 6 Nous prendrons toujours le terme de maille dans le sens de division territoriale.

14On remarquera, d’autre part, que leur formulation est très voisine de celle d’axiomes de la géométrie euclidienne sauf qu’il ne s’agit pas d’une géométrisation de l’action, mais bien plutôt d’une action qui cherche à se représenter géométriquement. Ce qui n’est pas la même chose. Nous verrons dans le système territorial qu’effectivement le pouvoir maille les surfaces pour délimiter des champs opératoires6. Ces maillages ne sont pas uniques, il en existe de différentes sortes selon la nature même des actions envisagées. Des remarques analogues, sinon identiques pourraient être faites pour les nœuds et les réseaux. Encore une fois, l’axiomatique du pouvoir en matière territoriale n’est pas un démarquage d’une autre axiomatique géométrique, elle est un prolongement qui doit compter avec l’hétérogénéité des conditions réelles dans lesquelles elle se manifeste.

  • 7 Cf. Georges Nicolas, L’axiomatisation de la géographie : 1. L’axiome chorologique, thèse à paraître

15Il ne s’agit pas d’une axiomatique fermée, bien au contraire, et ce d’autant plus que les acteurs ont des comportements qui relèvent des probabilités. Enfin et aussi parce que tout axiome est sous-tendu par une psycho-sociologie et une idéologie7. Toute axiomatique est historique et pour la signifier, il faut construire ou reconstruire le contexte socio-historique dans lequel elle prend naissance et dont elle procède.

  • 8 Il ne s’agit nullement de formules mathématiques mais simplement d’un essai de formalisation d’un p (...)

16Qu’est-ce alors que le territoire ? Nous allons le montrer dans le paragraphe suivant, mais auparavant, il convient peut-être de formaliser les réflexions qui précèdent. Nous sommes partis de E, un donné qui ne prend de valeur qu’à travers une représentation. D’où A α E, soit une représentation sur laquelle il y a travail, production en d’autres termes. C’est-à-dire A r (A α E). Cette formule rend compte du territoire en tant qu’il est produit : Τ → A r (A α E). La consommation pour l’usager étant une fonction de A r (A α E)8. Cela intéresse la territorialité dont il sera question plus tard. Avant d’aborder cette importante question qui intéresse l’ensemble des relations entretenues avec le territoire, il convient de montrer comment s’élabore, comment se produit le système territorial.

II. Le système territorial

  • 9 Jean Gottmann, The Significance of Territory, The University Press of Virginia, Charlottesville 197 (...)

17Nous présenterons d’abord les différents éléments du système territorial auxquels nous consacrerons, ensuite, à chacun d’eux, un chapitre spécifique. À partir d’une représentation, les acteurs vont procéder à la partition des surfaces, à l’implantation de nœuds et à la construction de réseaux. C’est ce qu’on pourrait appeler « l’essentiel visible » des pratiques spatiales. Encore que mailles, nœuds et réseaux ne sont pas toujours directement observables. Ils peuvent purement et simplement relever de décisions. Même non discernables ils ont une existence avec laquelle il faut compter puisqu’ils interviennent dans les stratégies. Mais si nous nous en tenons au territoire concret, ces actes vont se traduire par des « observables ». De l’Antiquité à nos jours, ceci est parfaitement repérable: « Civilized people seem to have early aspired to universality, but they have always partitioned space among them carefully to set themselves apart from their neighbours »9. Encore que cette remarque est restrictive puisqu’il ne s’agit pas seulement de séparer mais de différencier. Toute pratique spatiale induite par un système d’actions ou de comportements, même embryonnaire, se traduit par une « production territoriale » qui fait intervenir maillage, nœud et réseau. Il est intéressant de relever à cet égard, qu’aucune société, si élémentaire soit-elle, n’échappe à la nécessité d’organiser le champ opératoire de son action.

  • 10 Cf. Edward W. Soja, The Political Organization of Space; Association of American Geographers, Washi (...)
  • 11 On sait l’usage, voire l’abus, qui est fait du concept de distance, concept-pilote, concept-fondate (...)

18Les individus ou les groupes occupent des points dans l’espace et se distribuent selon des modèles qui peuvent être aléatoires, réguliers ou concentrés. Ce sont, en partie, des réponses possibles au facteur distance et à son complément l’accessibilité10. La distance pouvant être appréhendée en termes purement spatiaux (distance physique ou géographique), temporels, psychologiques ou économiques11. La distance intéresse l’interaction entre les différents lieux. Interaction politique, économique, sociale et culturelle qui résulte de jeux d’offres et de demandes émanant des individus et/ou des groupes. Cela conduit à des systèmes de maillages, de nœuds et de réseaux qui s’impriment dans l’espace et constituent en quelque sorte le territoire. Non seulement, il se réalise une différenciation fonctionnelle, mais encore une différenciation commandée par le principe hiérarchique qui contribue à ordonner le territoire selon l’importance accordée par les individus et/ou les groupes à leurs diverses actions.

  • 12 Cf. Edward W. Soja, op. cit.
  • 13 Cf. Umberto Eco, La structure…, op. cit. [Umberto Eco, La structure absente, Mercure de France, Par (...)

19Ces systèmes de maillages, de nœuds et de réseaux organisés hiérarchiquement permettent d’assurer le contrôle sur ce qui peut être distribué, alloué et/ou possédé. Ils permettent encore d’imposer et de maintenir un ou plusieurs ordres. Ils permettent enfin de réaliser l’intégration et la cohésion des territoires12. Ces systèmes constituent l’enveloppe dans laquelle prennent naissance les relations de pouvoir. Maillages, nœuds et réseaux peuvent être différents d’une société à l’autre, fort différents même, mais ils sont toujours présents. Qu’ils soient formés à partir du principe de propriété individuelle ou collective, on les retrouve dans toutes les pratiques spatiales. Si nous insistons sur ce fait, c’est parce que nous sommes en présence, sans nul doute, « d’universaux » ou d’invariants proprement géographiques. Nous ne les avons pas suffisamment mobilisés et mis à contribution, pas suffisamment analysés et disséqués pour comprendre la nature des visées intentionnelles des groupes sociaux. Avec les maillages, les nœuds et les réseaux, nous avons trois sous-ensembles structurels qui sous-tendent la pratique spatiale. Ensembles structurels apparemment protéiformes mais qui sont en fait des images possibles d’une structure de base. Bien sûr, mais comme dirait Eco, cela nous renvoie à une autre structure et finalement nous ne touchons pas les vraies structures13. Pour sortir du cercle infernal dans lequel Eco nous enferme, on peut considérer le problème en distinguant le déroulement du processus du point de vue externe.

20La structure maillages-nœuds-réseaux est extériorisée par un groupe. Elle est le spectacle d’une autre structure intériorisée. Celle-ci étant, hypothèse pure, peut-être bio-sociale. Mais le seul fait que pour tout groupe cet ensemble structurel se manifeste, indique bien, qu’indépendamment des formes qu’il peut prendre, il est repérable dans le passage de l’intériorité à l’extériorité. On peut toujours constater sa présence même si on ne peut expliquer son origine ou ses racines dans l’homme et/ou dans le groupe.

  • 14 Soja, op. cit.

21Dès lors, il est possible de construire une matrice qui rend compte de cet ensemble structurel qui prend, une fois extériorisé, un grand nombre sinon une infinité d’images. Il est essentiel de bien faire la distinction entre « image » d’une part et « structure » d’autre part. L’image étant la forme que prend la structure manipulée par un système de visées intentionnelles et d’actions. Les différents modèles urbains, les différents modèles de lieux centraux et les modèles de distribution de densités ne sont qu’une seule et même structure commandée par des visées et des actions différentes qui donnent des images variées de villes et de réseaux urbains, par exemple14 (tableau 1).

Tableau 1 LE SYSTÈME TERRITORIAL

Image 10000000000005740000023CDD02A8D6.jpg

22Ce tableau du système territorial résume la production territoriale. Il ne l’explique évidemment pas puisque pour cela il faut faire intervenir les principes ou codes qui assurent, à travers les systèmes sémiques, la communication entre les modes de production et l’espace.

23Les « images » territoriales révèlent les rapports de production et par conséquent les relations de pouvoir, et c’est en les décryptant qu’on parvient à la structure profonde. De l’État à l’individu, en passant par toutes les organisations petites ou grandes, on trouve des acteurs syntagmatiques qui « produisent » du territoire. En effet, l’État est sans cesse en train d’organiser le territoire national à travers de nouveaux découpages, de nouvelles implantations et de nouvelles liaisons. Il en est de même pour les firmes ou autres organisations pour lesquelles le système précédent constitue un ensemble de facteurs favorables et contraignants. Il en va de même pour l’individu qui se construit une maison, ou plus modestement encore pour celui qui aménage un appartement. À des degrés divers, à des moments différents et en des lieux variés, nous sommes tous des acteurs syntagmatiques qui produisons du « territoire ». Cette production de territoire s’inscrit parfaitement dans le champ du pouvoir de notre problématique relationnelle. Nous combinons tous de l’énergie et de l’information que nous structurons avec des codes en fonction d’objectifs. Nous élaborons tous des stratégies de production qui se heurtent à d’autres stratégies dans diverses relations de pouvoir.

24Lorsque le géographe est confronté avec un système territorial, il découvre une production déjà élaborée, déjà réalisée. Production susceptible de changements, mais suffisamment fixe pourtant pour être analysée. Mais toute analyse suppose un langage. Sans langage, pas de lecture possible, pas d’interprétation et donc pas de connaissance sur la pratique qui a produit le territoire.

25Nous allons considérer séparément les trois sous-ensembles structurels mis en évidence dans le tableau et tenter de dégager des principes de lecture. Au sens le plus général du terme, tout maillage implique la notion de limite. Là encore, on découvre que la notion de limite est une des composantes générales de toute pratique, et pas seulement spatiale. Il serait aisé de montrer que l’image de la notion de limite est quasiment universelle dans tous les ordres de pratiques et de connaissances. Définir, caractériser, distinguer, classer, décider, agir, impliquent la notion de limite : il faut délimiter. L’histoire de la notion de limite serait passionnante... et vraisemblablement épuisante car au-delà des possibilités d’un seul homme. Parler de territoire, c’est implicitement faire référence à la notion de limite, qui même si elle n’est pas tracée, cas fréquent, exprime la relation qu’entretient un groupe avec une portion d’espace. L’action de ce groupe génère immédiatement la délimitation. Si tel n’était pas le cas, l’action se dissoudrait purement et simplement. L’action étant toujours commandée par un objectif, celui-ci est aussi délimitation par rapport à d’autres objectifs possibles. Le problème de l’échelle étant bien entendu réservé.

26Délimiter c’est donc momentanément isoler ou abstraire ou encore et aussi manifester un pouvoir dans une aire précise. Le dessin d’une maille ou d’un ensemble de mailles est la conséquence d’un rapport à l’espace et par conséquent la forme la plus élémentaire de la production de territoire. Il est évident qu’on peut mailler une surface d’une infinité de manières. En réalité, tel n’est pas le cas, car le système de visées et d’actions est toujours guidé par une série de principes qui révèlent un ordre, hiérarchique ou non. Le maillage territorial peut comporter des niveaux. Ces niveaux sont déterminés par les fonctions qui doivent se réaliser dans chacune de ces mailles. Selon l’importance et la nature des fonctions laissées à chaque niveau, on pourra parler de centralisations ou de décentralisations. À cet égard, la finesse du maillage est ambiguë si l’on ne tient pas compte des objectifs. En effet, un maillage à plusieurs niveaux peut avoir pour objectif d’assurer le fonctionnement optimal d’un ensemble d’activités pour la population, ou peut avoir pour objectif d’assurer le contrôle optimal de la population. Il convient pour ces raisons d’être très prudent dans l’interprétation. Il faut distinguer le maillage voulu du maillage subi par le groupe. Le maillage « voulu » est celui qui tente d’optimaliser le champ opératoire du groupe, tandis que le maillage « subi » est celui qui tente de maximiser le contrôle sur le groupe. La limite n’a donc pas du tout la même signification dans l’un ou l’autre cas. Dans les deux cas, le maillage est pourtant la projection d’un système de limites ou de frontières plus ou moins fonctionnalisées (nous reviendrons sur cette question). Le maillage est toujours une grille du pouvoir ou d’un pouvoir. L’échelle du maillage détermine l’échelle des pouvoirs. Il y a les pouvoirs qui peuvent intervenir à toutes les échelles et ceux qui sont limités à des échelles données. Finalement, le maillage exprime l’aire d’exercice des pouvoirs ou l’aire de capacité des pouvoirs.

  • 15 C’est particulièrement typique dans la plaine de France.

27Ceci nous amène à considérer les limites non seulement du point de vue linéaire mais également du point de vue zonal. La perception apprise des limites conduit souvent à privilégier la ligne par rapport à la zone et l’expérience que nous avons des frontières contribue beaucoup à cette manière de voir. En fait, beaucoup de limites sont zonales dans la mesure où l’aire délimitée n’est pas nécessairement le siège d’une souveraineté rigidement fixée mais le siège d’une activité économique ou culturelle qui ne s’épuise pas brusquement dans le territoire mais progressivement. C’est assez dire que les maillages se superposent, se coupent et se recoupent sans cesse. Que l’on songe par exemple, au maillage agricole : les parcelles de culture, mailles fonctionnelles, ne correspondent pas nécessairement, même rarement, aux parcelles en tant qu’expression de la propriété15. À un niveau plus élevé, les régions administratives ne coïncident pas avec les régions économiques ou seulement rarement.

28Tout projet d’un acteur syntagmatique se réalise dans plusieurs mailles à la fois même quand il ne le soupçonne pas. C’est même fréquemment source de contraintes et de contradictions qui biaisent son action.

  • 16 Cf. A. Bailly et Ch. Varacca, Lieux centraux et comportements commerciaux : études des niveaux infé (...)
  • 17 Toschi, Appunti…, op. cit.[ Umberto Toschi, Appunti di geografìa politica, Roma 1958.]

29Les maillages d’origine politique, ceux créés par l’État, ont, en général, une permanence plus grande que ceux résultant d’une action des acteurs employés dans la réalisation d’un programme : les limites politiques et administratives sont relativement stables, les limites économiques sont beaucoup moins stables, elles sont beaucoup plus dynamiques puisqu’elles s’adaptent aux changements de structures et de conjoncture16. Encore que les aires de distribution ou de collectage de firmes monopolistiques ou oligopolistiques généralement inconnues du public peuvent avoir une grande permanence. Cependant, la grande différence entre maille politique et maille économique réside dans le fait que la première résulte d’une décision d’un pouvoir ratifié, légitimé, tandis que la seconde résulte d’un pouvoir de fait. Par ailleurs, les maillages politiques ne s’effacent pas, ne se gomment pas aussi aisément que les maillages économiques. On peut retrouver des portions de frontières communales devenues frontières nationales. L’Église de Rome a récupéré, en Europe, une partie du maillage de l’Empire romain, les départements français n’ont pas totalement oblitéré les limites des provinces de l’Ancien Régime. Le maillage politique se transmet et s’hérite beaucoup plus aisément que le maillage économique car il est l’expression d’un état de droit, de souverainetés, plus que d’actions continues comme dans le domaine économique. Les transformations se font par subdivisions ou regroupements. Il serait intéressant, on ne l’a pas encore fait, de chercher à saisir les rapports entre dimension et nature du pouvoir. La dimension d’une maille n’est jamais, ou rarement, aléatoire. Elle cristallise tout un ensemble de facteurs dont les uns sont physiques et les autres humains : économiques, politiques, sociaux et/ou culturels. Les essais de Toschi qui allaient dans ce sens n’ont pas été poursuivis17. Généralement, c’est a posteriori que l’on se pose des questions en cette matière. C’est ainsi que l’on a pu dire que les régions de programme, en France, n’étaient pas opératoires car trop petites. La volonté de construire des régions d’égale grandeur n’est pas nécessairement rationnelle ni non plus pertinente. L’histoire nous a légué des communes fort dissemblables dans leurs dimensions et l’on sait aujourd’hui que les raisons en sont profondes.

  • 18 Cf. Abraham A. Moles et Élisabeth Romer, op. cit.

30Ces mailles ne sont pas homogènes ni non plus uniformes. Elles accueillent (outre évidemment la population) d’autres éléments qui manifestent l’organisation territoriale : ce sont les points ou les nodosités territoriales ou encore ce qui peut être qualifié de repère. Dans ces ensembles de points, qui sont autant de localisations, qui regroupent des individus et des groupes, s’élabore toute l’existence, qu’il s’agisse des villages, des villes, des capitales ou des métropoles géantes. On notera que la géographie, pendant longtemps, n’a guère su traiter ces nœuds spatiaux, ces nodosités qui pouvaient modifier non seulement l’image mais la situation des mailles dans lesquelles elles étaient inscrites. C’est sans doute que le point, par essence, ne se prête bien qu’à des analyses de répartition et de hiérarchisation surtout. Certes, le point peut être étudié en soi, mais alors on sacrifie à une description statique. Si l’on s’en tient aux exemples énoncés ci-dessus, villages, villes, etc. on découvre que l’on a affaire à des lieux de rassemblement, à des lieux de pouvoir, c’est-à-dire à des centres. Nous l’avons montré, tout acteur se voit et se représente comme un centre18. Le point est en quelque sorte l’expression de tout ego individuel ou collectif. Lieux de pouvoirs mais aussi lieux de référence dont la position se détermine d’une manière absolue ou d’une manière relative. Autant dire qu’en tant que lieux de pouvoir, les points se définissent mieux en termes relatifs qu’en termes absolus. Ce qu’il importe de savoir, c’est où se situe l’Autre, celui qui peut nous nuire ou nous aider, celui qui possède ou ne possède pas telle chose, celui qui a accès ou n’a pas accès à telle ressource, etc. Les points symbolisent la position des acteurs.

  • 19 C’est le cas de l’autoroute blanche (Chamonix-Genève) et cela sera, sans doute, aussi le cas pour l (...)

31Mais ces acteurs ne se font pas face, ils agissent et par conséquent ils cherchent à entretenir des relations, à assurer des fonctions, à s’influencer, à se contrôler, à s’interdire, à se permettre, à s’éloigner ou à se rapprocher, et dès lors à créer entre eux des réseaux. Un réseau est un système de lignes qui dessine des trames. Un réseau peut être abstrait ou concret, invisible ou visible. L’idée première est de considérer le réseau comme assurant la communication mais le réseau que dessinent les limites et les frontières n’assure pas, par nature, la communication. Il est un réseau de disjonction. Mais même un réseau de communications peut tout à la fois assurer ce pour quoi il a été conçu et empêcher d’autres communications. Combien de villes ont été coupées en deux, sectionnées par des réseaux de communication routiers ou ferroviaires. L’ambivalence surgit à des échelles différentes. Ce qui peut être vu comme communication à petite échelle peut être vu comme perte de communication à grande échelle. C’est ce qu’on peut observer dans le cas des autoroutes qui ruinent souvent le trafic de passage des petites villes19.

32Ceci est particulièrement vrai des réseaux concrets : réseaux routiers, ferroviaires, navigables. Ces réseaux qui se traduisent par des infrastructures dans le territoire partent et/ou relient toujours des points précis spécifiques. C’est l’expression même de la hiérarchie des points. Si l’on suit la formation du réseau ferroviaire français, on note qu’aux alentours de 1845, les points privilégiés sont Paris avec des liaisons vers le Nord et vers Orléans et Tours, Lyon avec des liaisons vers Saint-Étienne, Nîmes avec des liaisons vers Montpellier et Sète. De plus, ces trois ensembles de points se situent tous sur un axe Nord-Sud. On pourrait parler d’un « axe central ». Ce sont les réseaux qui assurent le contrôle de l’espace et le contrôle dans l’espace. Entre une série de points, il n’y a pas une infinité de possibilités, mais que l’on songe qu’avec trois points, on a déjà 8 possibilités (fig. 33).

Image 10000000000004B00000020A3C7675C5.jpg

Figure 33

  • 20 Cf. P. Haggett, Andrew D. Cliff, Alan Frey, Location Models, Edward Arnold, London 1977, qui donnen (...)

33Pour 4 points, on a 64 alternatives, et pour 6, 32 768 ! C’est assez dire que les stratégies des acteurs sont nombreuses20. Disons qu’à l’échelle humaine, elles sont pratiquement infinies. Mais en fait, en raison de ressources disponibles, il s’agit d’un ensemble fini.

34Tout réseau est une image du pouvoir ou plus exactement du pouvoir du ou des acteurs dominants. L’exemple ferroviaire français est évidemment bien classique. Et il l’est même jusqu’à la caricature. Sans doute, mais il ne s’en est pas moins répété pour d’autres réseaux concrets. Tout réseau révèle, au même titre que les maillages et l’implantation des points, une certaine maîtrise de l’espace, en fait une maîtrise de l’enveloppe spatio-temporelle. Effectivement, il faut introduire le temps pour des raisons évoquées précédemment mais aussi à cause des réseaux abstraits dont les sommets peuvent être concrets et visibles, mais pas les arcs reliant ces points : réseaux de radio et de télévision, réseaux bancaires, etc.

  • 21 Sur ce sujet, voir H.-A. Innis, The Bias of Communication, University of Toronto Press 1951.

35Quoi qu’il en soit, les organisations sont fortement influencées par les réseaux de communications et on peut prétendre que les changements de réseau conduisent à des modifications sensibles dans l’assiette sociale du groupe21. Le système est tout autant un moyen qu’une fin. En tant que moyen, il dénote un territoire, une organisation territoriale, mais en tant que fin, il connote une idéologie de l’organisation. Il est donc tout à la fois ou alternativement moyen et but des stratégies. Toute combinaison territoriale cristallise de l’énergie et de l’information structurées par des codes. En tant qu’objectif, le système territorial peut être déchiffré à partir des combinaisons stratégiques faites par les acteurs. En tant que moyen, il peut être déchiffré au travers des gains et des coûts qu’il entraîne pour les acteurs. Le système territorial est donc produit et moyen de production. Ceci nous amène à aborder le troisième volet de ce chapitre, à savoir, le problème de la territorialité qui est l’un des plus négligés dans la géographie.

III. La territorialité

36Dans la perspective qui est la nôtre, la territorialité prend une valeur tout à fait particulière puisqu’elle reflète la multidimensionnalité du vécu territorial par les membres d’une collectivité, par les sociétés en général. Les hommes « vivent » tout à la fois le procès territorial et le produit territorial à travers un système de relations existentielles et/ou productivistes. Qu’il s’agisse de relations existentielles ou productivistes, toutes sont des relations de pouvoir en ce sens qu’il y a interaction entre des acteurs qui cherchent à modifier et les rapports avec la nature et les rapports sociaux. Les acteurs, sans le vouloir et sans le savoir, s’auto-modifient aussi. Le pouvoir est inévitable ; il n’est pas non plus innocent ; finalement, il n’est pas possible d’entretenir impunément une quelconque relation sans en être marqué.

  • 22 Cf. Antoine Bailly, La perception de l’espace urbain, les concepts, les méthodes d’étude, leur util (...)

37L’identification de la notion de territorialité pose des problèmes. L’histoire de cette notion est à faire22. Et ce d’autant plus qu’elle nous vient directement des naturalistes qui se sont préoccupés de territorialité animale et non de territorialité humaine. Bien qu’entrevue il y a trois siècles environ, cette notion n’a été véritablement explicitée par les naturalistes qu’en 1920 par exemple par H.-E. Howard qui l’a définie : « comme la conduite caractéristique adoptée par un organisme pour prendre possession d’un territoire et le défendre contre les membres de sa propre espèce ». Beaucoup d’auteurs après lui, parmi lesquels John B. Calhoun, Karl von Frisch, H. Hediger, Konrad Lorenz, ont remarquablement développé cette idée de territorialité animale.

  • 23 On consultera Françoise Choay, L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Seuil, Paris 1965.

38Dans les sciences de l’homme, elle a été, soit directement soit indirectement abordée par ceux qui, de près ou de loin, ont touché aux relations avec l’espace ou le territoire. Cependant, les efforts ont été beaucoup moins grands pour identifier précisément la territorialité humaine23.

  • 24 Edward Hall, La dimension cachée, Seuil, Paris.
  • 25 Soja op. cit., p. 19 ; (un phénomène de comportement associé à l’organisation de l’espace en sphère (...)
  • 26 Ibid., p. 19.
  • 27 René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, Paris 1961, p. 15 et s.

39Les tentatives de Hall sont significatives, mais sa proxémie débouche sur une territorialité « situationiste » qui n’est pas aisément transposable à petite échelle dans les analyses macro-géographiques24. Dans la tradition américaine, la territorialité est définie: « a behavioral phenomena associated with the organization of space into spheres of influence or clearly demonstrated territories which are made distinction and considered at least partially exclusive by their occupants or definers »25. Comme le dit Soja lui-même, ce qui est le plus géographique c’est un modèle de relations spatiales déterminées par des inclusions ou des exclusions. L’élément essentiel, nous semble-t-il, à retenir c’est la relation à l’altérité. L’autre étant non seulement l’espace modelé mais aussi les individus et/ou les groupes s’y insérant. Lorsque Soja écrit que l’une des illustrations les plus claires de la notion de territorialité peut être trouvée dans l’idée occidentale de la propriété privée, nous sommes prêts à le suivre, mais il faut néanmoins se souvenir que le fait de délimiter des parcelles, de les marquer, de les entourer n’est pas une relation simple avec le territoire mais bien davantage26. C’est une relation triangulaire comme dirait René Girard27. Relation triangulaire en ce sens que la relation avec le territoire est une relation qui médiatise ensuite les rapports avec les hommes, avec les autres (fig. 34).

Image 10000000000004B000000310695584D0.jpg

Figure 34

  • 28 La territorialité étant la « somme » des relations entretenues par un sujet avec son environnement. (...)

40Nous croyons qu’il est possible de définir une territorialité sensu lato qui procède d’une problématique relationnelle. À cet effet, nous proposerons une expression simple pouvant l’exprimer : H r E. H, étant l’individu, le sujet, en tant qu’il appartient à une collectivité, r étant une relation particulière définie par une forme et un contenu et nécessitant des médiats et E étant l’extériorité c’est-à-dire une « topie », un lieu, mais aussi un espace abstrait tel qu’un système institutionnel, politique ou culturel par exemple. Mais la vie est tissée de relations et dès lors la territorialité peut être définie comme un ensemble de relations prenant naissance dans un système tri-dimensionnel société-espace-temps en vue d’atteindre la plus grande autonomie possible compatible avec les ressources du système. Dès lors, la territorialité peut s’exprimer ainsi : Τ → Σ H r E28. Mais cette territorialité est dynamique puisque les éléments qui la constituent H r E sont susceptibles de variations dans le temps. Il est utile de dire, à cet égard, que les variations qui peuvent affecter chacun des éléments n’obéissent pas aux mêmes échelles de temps. Cette territorialité résume en quelque sorte la manière dont les sociétés satisfont, à un moment donné, pour un lieu donné, pour une charge démographique donnée et un ensemble d’outils donné leurs besoins en énergie et en information. Les relations qui la constituent peuvent être symétriques ou dissymétriques, c’est-à-dire caractérisées par des gains et des coûts équivalents ou non. À l’opposé l’une de l’autre, on aura une territorialité stable et une territorialité instable. Dans la première, aucun des éléments ne subit de changements sensibles dans le long terme alors que dans la seconde, tous les éléments subissent des changements dans le long terme. Entre ces deux situations extrêmes on aura les autres cas dans lesquels un ou deux des éléments peuvent changer alors que le ou les autres restent stables.

41Qu’on ne s’y trompe pas : tout réside dans la relation conçue comme processus d’échange et/ou de communication. Processus qui nécessite de l’énergie et de l’information, processus qui permet aux acteurs de satisfaire leurs besoins, c’est-à-dire de leur procurer un gain, mais aussi un coût. Si gains et coûts s’équilibrent, les relations sont symétriques, si tel n’est pas le cas, elles sont dissymétriques.

  • 29 On pourra se reporter à Soja, op. cit., qui discute fort bien le problème.

42La territorialité apparaît donc comme constituée de relations médiatisées, symétriques ou dissymétriques avec l’extériorité. Il est urgent de sortir des analogies animales pour traiter de la territorialité humaine29.

43La territorialité s’inscrit dans le cadre de la production, de l’échange et de la consommation des choses. Ce serait faire renaître un déterminisme sans intérêt que de concevoir la territorialité comme un simple lien avec l’espace. C’est toujours un rapport, même s’il est différé, avec les autres acteurs.

44Toute production du système territorial détermine ou conditionne une consommation de celui-ci. Maillages, nodosités et réseaux créent des voisinages, des accès, des convergences, mais aussi des disjonctions, des ruptures et des éloignements que doivent assumer les individus et les groupes. Chaque système territorial secrète sa propre territorialité que vivent les individus et les sociétés. La territorialité se manifeste à toutes les échelles spatiales et sociales, elle est consubstantielle de tous les rapports et on pourrait dire qu’elle est en quelque sorte la « face vécue » de la « face agie » du pouvoir.

  • 30 Soja, op. cit., p. 34.

45À ce sujet, il est intéressant de reprendre ce que dit Soja de la territorialité qui, selon lui, serait composée de trois éléments : sens de l’identité spatiale, sens de l’exclusivité, compartimentage de l’interaction humaine dans l’espace30. On se rend compte que l’identité, si elle ne peut être mise en cause, n’a guère de cohérence en dehors de la conception « imaginaire » d’un groupe saisi à travers un échantillon d’individus. L’exclusivité complète l’identité et quant à l’interaction, elle relève d’un autre niveau, comparativement aux deux premiers, et est peut-être la plus significative en termes relationnels. L’inconvénient de la méthode de Soja, c’est qu’elle mêle du subjectif et du non-subjectif et qu’elle gomme les situations de classes. Si les économistes tendent toujours à homogénéiser l’espace, les géographes homogénéisent à leur tour la société. C’est pourquoi, nous pensons que l’analyse de la territorialité n’est possible qu’à travers la saisie de relations réelles replacées dans leur contexte socio-historique et spatio-temporel.

  • 31 Renée Rochefort, Le travail en Sicile, P.U.F., Paris 1961, p. 325.

46La territorialité d’un Sicilien, par exemple, est bien constituée par l’ensemble de ce qu’il vit quotidiennement : relations au travail, au non-travail, à la famille, à la femme, à l’autorité politique, etc. Pourtant, il n’est pas possible de comprendre cette territorialité si l’on ne tient pas compte de ce qui l’a construite, des lieux où elle se déroule et des rythmes qu’elle implique. Il y a la part interne, le noyau dur en quelque sorte, de la territorialité et la part externe, celle imposée par les acteurs non siciliens. La territorialité sicilienne est une longue lutte pour préserver une identité, pour préserver une différence, mais c’est une lutte épuisante contre le Nord de l’Italie. Le pouvoir piémontais n’a pas oblitéré l’identité sicilienne, il n’a pas non plus sensiblement modifié les relations ancestrales mais en revanche il a bloqué l’évolution de la territorialité et en même temps il a été modifié par cette relation épuisante. Si le Nord a imposé une relation dissymétrique à la Sicile sur le plan économique, la Sicile, en revanche a imposé au Nord une relation conflictuelle sur le plan politique. La relation Italie-Sicile est l’histoire du choc de deux territorialités contradictoires, caractérisées respectivement par une rationalité économique capitaliste et une rationalité politique « féodale ». Renée Rochefort, mieux que personne, a exprimé cette confrontation qui s’est traduite par de multiples blocages : « La Sicile reste pour les Milanais et les Piémontais une terre étrange dont on revient avec des récits colorés, noirs ou roses, qui sentent l’idylle ou le film policier »31.

  • 32 Ibid., p. 326.

47Avec la rationalité économique du Nord il y a rupture technique, psychologique et sociologique : « La naissance de nouveaux pôles de développement siciliens sous le contrôle et avec l’aide de l’économie dominante de l’Italie septentrionale laisse ainsi l’économie sicilienne gravement inarticulée pour ne pas dire plus désarticulée que jamais »32.

  • 33 Ibid., p. 330.

48Mais le Nord est en rupture avec la rationalité politique de la Sicile dont une bourgeoisie qui provient de la terre (et, pour une certaine part, par promotion mafieuse)33, est porteuse.

49La territorialité sicilienne est profondément dissymétrique et profondément conflictuelle. Les relations aux êtres, aux choses et aux territoires qui la composent sont presque toujours traversées par la violence, forme extrême et brutale du pouvoir.

50On peut se demander si la territorialité ne serait pas en mesure de favoriser un système d’analyse ternaire qui romprait avec la tradition du système bipolaire classique homme-environnement.

Notes

1 Sur ce sujet, voir Claude Raffestin, Notions et Concepts : les construits en géographie humaine, Géopoint, Lyon 1978.

2 Henri Lefebvre, De l’État 4. Les contradictions de l’État moderne, U.G.E. Paris 1978, p. 259.

3 « Les limites de mon langage signifient les limites de mon monde. »

4 Cf. A. Moles et E. Rohmer, Psychologie de l’espace, Castermann, Paris 1972, p. 8 qui développent une « philosophie de la centralité ».

5 Cf. Alberto Mioni, Le trasformasioni territoriali in Italia nella prima Età industriale, Marsilio Editori, Venezia 1978 (prima edizione 1976).

6 Nous prendrons toujours le terme de maille dans le sens de division territoriale.

7 Cf. Georges Nicolas, L’axiomatisation de la géographie : 1. L’axiome chorologique, thèse à paraître.

8 Il ne s’agit nullement de formules mathématiques mais simplement d’un essai de formalisation d’un processus.

9 Jean Gottmann, The Significance of Territory, The University Press of Virginia, Charlottesville 1973, p. 1. (les peuples civilisés semblent avoir aspiré très tôt à l’universalité ; mais ils ont divisé soigneusement l’espace de manière à se distinguer de leurs voisins).

10 Cf. Edward W. Soja, The Political Organization of Space; Association of American Geographers, Washington D. C. 1971.

11 On sait l’usage, voire l’abus, qui est fait du concept de distance, concept-pilote, concept-fondateur de toutes les typologies.

12 Cf. Edward W. Soja, op. cit.

13 Cf. Umberto Eco, La structure…, op. cit. [Umberto Eco, La structure absente, Mercure de France, Paris 1972]

14 Soja, op. cit.

15 C’est particulièrement typique dans la plaine de France.

16 Cf. A. Bailly et Ch. Varacca, Lieux centraux et comportements commerciaux : études des niveaux inférieurs de la hiérarchie : Éléments de géographie comtoise, Paris 1975, p. 191-220.

17 Toschi, Appunti…, op. cit.[ Umberto Toschi, Appunti di geografìa politica, Roma 1958.]

18 Cf. Abraham A. Moles et Élisabeth Romer, op. cit.

19 C’est le cas de l’autoroute blanche (Chamonix-Genève) et cela sera, sans doute, aussi le cas pour l’autoroute de la Leventina, au Tessin.

20 Cf. P. Haggett, Andrew D. Cliff, Alan Frey, Location Models, Edward Arnold, London 1977, qui donnent la formule suivante pour le calcul des possibilités : 2 {1/2 n(n-1)}, p. 77, t. 1.

21 Sur ce sujet, voir H.-A. Innis, The Bias of Communication, University of Toronto Press 1951.

22 Cf. Antoine Bailly, La perception de l’espace urbain, les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisation dans la recherche géographique, Lille 1980, p. 83-125.

23 On consultera Françoise Choay, L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Seuil, Paris 1965.

24 Edward Hall, La dimension cachée, Seuil, Paris.

25 Soja op. cit., p. 19 ; (un phénomène de comportement associé à l’organisation de l’espace en sphères d’influence ou de territoire distincts considérés au moins partiellement exclusifs pour leurs occupants, ou ceux qui le définissent).

26 Ibid., p. 19.

27 René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, Paris 1961, p. 15 et s.

28 La territorialité étant la « somme » des relations entretenues par un sujet avec son environnement. Ceci dit, il ne s’agit pas d’une somme au sens mathématique mais d’une totalité de relations bio-sociales en interaction.

29 On pourra se reporter à Soja, op. cit., qui discute fort bien le problème.

30 Soja, op. cit., p. 34.

31 Renée Rochefort, Le travail en Sicile, P.U.F., Paris 1961, p. 325.

32 Ibid., p. 326.

33 Ibid., p. 330.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search