Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rêver d’Orient, connaître l’Orient

 | 
Isabelle Gadoin
, 
Marie-Élise Palmier-Chatelain

Première partie. L’Orient : merveille, mythe, mysticisme

L’image de Shéhérazade dans les éditions anglaises des Mille et Une Nuits au xixe siècle

Margaret Sironval

Résumé

Avec Shéhérazade, l’Occident découvre un Orient qui appartient tout entier au rêve, au conte. D’abord parce que les origines du texte demeurent obscures et que les contes des Mille et Une Nuits ne furent connus que très progressivement, à travers tout un feuilleté de textes découverts, d’ajouts, de traductions et d’éditions successives, dont les titres eux-mêmes changèrent au gré des éditeurs, reflétant plus les perceptions occidentales des contes que leur teneur même. Ensuite parce que Shéhérazade, dont le récit cadre lance et justifie l’ensemble des Mille et Une Nuits, est elle-même l’archétype de la conteuse, qui parvient à suspendre indéfiniment la sentence de mort en tenant le roi sanguinaire en haleine. La technique dilatoire du conte devient ainsi apprentissage du désir - désir d’en savoir plus, désir d’entendre l’histoire, mais aussi désir de la femme. La position même de Shéhérazade fluctua aussi au gré du contexte éditorial, entre dangereuse Orientale vengeresse et victime soumise prête à se laisser immoler, telle qu’elle apparaît dans les lectures revues et corrigées par la pruderie de l’Angleterre victorienne. Au fil de ces redéfinitions, la Judith orientale fit place à la chrétienne martyre, et l’Orient se trouva tout simplement assimilé à la pensée occidentale.

Texte intégral

1Les Nuits, venues d’Orient, ont fait partie dès leur apparition de l’orientalisme savant, puis d’une esthétique qualifiée d’exotisme. Mais de quel Orient nous parlent les Mille et Une Nuits ? Laissons la parole à Antoine Galland qui, en 1704, dans la préface au premier volume de sa traduction, dessine un Orient aux contours vastes et indéterminés dont les peuples, connus sous le nom d’Orientaux, sont des Arabes, des Persans, des Turcs et d’autres peuples de l’Asie jusqu’à la Chine. Galland estime enfin que la lecture des Mille et Une Nuits permet de mieux connaître ces peuples orientaux que les récits des voyageurs. Dès lors, la problématique de « connaître et/ou rêver » l’Orient vient d’être posée. Ce vaste Orient peut être connu grâce à la fiction du conte. Les portes des imaginaires sont ouvertes, la connaissance de l’Orient peut passer par ce qu’on lit dans les Mille et Une Nuits.

2En ce début du xviiie siècle, l’orientalisme est érudit. Il produit ce qui est à l’origine de l’actuelle Encyclopédie de l’islam, la Bibliothèque orientale de Barthélémi d’Herbelot (1697), dictionnaire encyclopédique sur ce qu’il faut savoir en matière d’Orient, et qui sera l’une des références de l’Europe dans son approche de l’Orient jusqu’à la fin du xixe siècle. Et puis, il y a l’autre Orient, celui qui sert de décor aux cabinets turcs de Versailles, aux boudoirs de madame de Pompadour et de madame du Barry, à la cour du roi, dans les salons, pour les fêtes galantes, au théâtre, au moment où les douze petits volumes des Nuits font fureur dans l’Europe entière. L’Orient est oriental, il apporte de nouvelles images, de nouveaux rêves, il est exotique, il est lointain, il est mystérieux. L’Orient amuse, distrait, offre des plaisirs nouveaux. Les images mentales sont au travail, avant que ne viennent les premières éditions illustrées des Mille et Une Nuits qui reproduisent ce que l’on a vu de l’Orient à la cour : les costumes, les décors vaguement orientaux, quelques palmiers, quelques palais avec des dômes, quelques turbans à la turque, quelques pierreries, quelques costumes chinois – indistinctement Confucius est mêlé aux contes arabes. Bref l’Orient est celui de l’univers familier des représentations connues alors, celles des turqueries et des chinoiseries.

3Les Mille et Une Nuits d’Antoine Galland proposent la connaissance d’autres nations, d’autres religions. Peu à peu l’assimilation se fait : tout ce qu’on lit dans les Mille et Une Nuits est tenu pour vrai, et la connaissance de l’Orient est rapprochée de la magie des Mille et Une Nuits où l’imaginaire des Lumières va puiser rêves et fantasmes. On parle de vogue orientale. C’est alors que les Mille et Une Nuits commencent leur carrière ininterrompue jusqu’à aujourd’hui. Évoquons les grandes lignes de l’histoire des contes arabes.

  • 1 Pour l’histoire des manuscrits arabes des Mille et Une Nuits et des éditions, voir J. Oestrup, « Al (...)
  • 2 Mss arabes 3609, 3610, 3611, departement des manuscrits orientaux, BNF Paris.
  • 3 E. Lane ed., The Thousand and One Nights
  • 4 J. Payne éd., The Book of the Thousand and One Nights...
  • 5 R. F. Burton éd., A Plain and Literal Translation of the Arabian Night’s Entertainments

4L’histoire du recueil des Mille et Une Nuits1 couvre plus de dix siècles. Cette histoire continue aujourd’hui sous la forme de nouvelles traductions et de nouvelles éditions. Dès l’origine, dans leurs manuscrits, les Mille et Une Nuits, loin d’être un texte figé, portent la marque de nombreuses recompositions. En effet, ces contes ont été plusieurs fois réélaborés : certains sont écrits, d’autres viennent de contes oraux, d’autres encore sont recomposés. Rassemblé une première fois en Irak, autour du xe siècle, le recueil sera ensuite rediffusé, augmenté d’autres contes, puis recollecté en Égypte, autour du xive siècle. Jusqu’à la fin du xviiie siècle seront élaborés de nouveaux manuscrits arabes comprenant les Mille et Une Nuits telles que nous les connaissons actuellement dans leur version complète. Il y a actuellement, dans les bibliothèques européennes, environ soixante-dix manuscrits dont pas un n’a le même nombre de contes, ni toujours les mêmes contes. Ces manuscrits portent des dates différentes qui vont du xvie au xviiie siècle. Le manuscrit le plus ancien qui soit connu est le manuscrit dit de Galland2. Il est syro-égyptien d’origine et sa copie est estimée dater du xive-xve siècle. La traduction de Galland comporte soixante-dix contes répartis de la façon suivante : trente-cinq contes traduits de son manuscrit, auxquels il a ajouté ceux qui lui ont été transmis oralement ou par écrit par son correspondant syrien, le moine maronite Hanna. Les éditions de manuscrits arabes dites de Bûlâq (édité au Caire en 1835) et de Macnaghten (à Calcutta en 1839) comportent environ deux cents grands contes auxquels s’ajoutent d’autres récits, récits imbriqués ou récits brefs, parfois indépendants d’autres contes. Ainsi, les Mille et Une Nuits sont composées d’environ quatre cent cinquante contes. Les grandes traductions européennes de la moitié du xixe siècle se sont appuyées sur ces éditions de manuscrits arabes. Pour l’Angleterre, citons les traductions d’Edward Lane3, John Payne4, et Richard Burton5.

  • 6 A. Galland, Les Mille et Une Nuits. Contes arabes, traduits en français par Paris, chez la veuve de (...)

5L’histoire imprimée des Mille et Une Nuits commence en France, par la traduction de Galland, publiée en 1704, chez la veuve de Claude Barbin6. Le succès est immédiat : la première édition des Mille et Une Nuits sert de référence à toute l’Europe pour la traduction des contes, en ses différentes langues, entre 1704 et 1840. C’est l’Angleterre qui la première traduit le recueil.

La première édition anglaise des Mille et Une Nuits : une traduction anonyme dite de Grub Street

  • 7 Depuis 1830, Grub Street est devenu Milton Street, voir P. Rogers, Grub Street. Studies in a Subcul (...)

6Les Mille et Une Nuits ont été connues en Angleterre à partir de 1706, dans une traduction anonyme dite de Grub Street. Grub Street désigne un quartier londonien où s’imprimait la littérature grise, la littérature en marge. C’était le lieu où s’installaient les libraires qui cherchaient à échapper à la censure. Grub Street évoque le bas-fond des lettres, c’est là que s’imprime la littérature ordurière et pornographique7, là que se trouve le refuge des poètes poursuivis par les huissiers, des écrivains contestataires, des huguenots. C’est aussi le quartier des filles de joie. Bref, c’est le lieu du vice et du crime. La rue était située dans le quartier de St Giles où se tenait la foire aux « vieux chiffons » (Rag Fair). Grub Street a conquis ses lettres de noblesse grâce à des écrivains célèbres qui y sont nés ou ont habité non loin de là. La correspondance de Swift entre les années 1709 et 1712 y fait plusieurs fois allusion. Defoe a été l’un des plus célèbres citoyens de ce qu’il appelle la « République de Grub Street ». L’auteur de Robinson Crusoé est né à proximité de Grub Street, à Cripplegate où son père était boucher, et il mourut dans une ruelle à quelques mètres de cette même rue. Celle-ci, par boutade, était désignée comme étant The Grub Street Nights’ Entertainments. Grub Street est-elle ainsi appelée pour parodier le titre de la première traduction anonyme des Arabian Nights’ Entertainments publiée dans cette même rue ? Ou encore, inversement, le recueil doit-il à son lieu de publication (The Grub Street Nights’ Entertainments) la variante anglaise du titre du recueil en français ? En effet, le titre français de Mille et Une Nuits. Contes arabes est traduit par Arabian Nights’ Entertainments Consisting of One Thousand and One Stories.

  • 8 Une deuxième édition des Arabian Nights’ Entertainments... de Galland est publiée en 1708.

7À la suite des Arabian Nights de Grub Street, les premières rééditions anglaises apparaissent en 1708, chez le libraire Andrew Bell8. Bell et ses successeurs poursuivent la publication de la traduction anglaise de Galland jusqu’à sa reprise par un groupe d’éditeurs dirigés par W. Taylor. Enfin, vers 1720, les droits de la collection passent entre les mains de Robert Osborne et Thomas Longman. Longman restera durablement, au-delà du xixe siècle, l’éditeur des Mille et Une Nuits.

  • 9 Pour les éditions américaines, voir V. Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux A (...)
  • 10 Homologue anglais du livre bleu, le mot chapbook désigne des petits livres bon marché, distribués p (...)
  • 11 The Arabian Nights’ Entertainments Translated by the Reverend Edward Forster..., 1802.
  • 12 The Arabian Nights’ Entertainments or The Thousand and One Nights, Translated from the French of M. (...)
  • 13 The Arabian Nights’ Entertainments consisting of One Thousand and One Stories Translated by R. Goug (...)
  • 14 Sur les éditeurs Newbery, voir Children’s Literature : an Illustrated History, P. Hunt éd., Oxford, (...)

8À partir de 1728, la diffusion des Mille et Une Nuits de Galland s’étend à toutes les provinces du royaume. Dublin est la première capitale à publier le recueil. Suivent, par ordre chronologique, les villes de Manchester, Edimbourg, Liverpool, Glasgow. Dès la fin du xviiie siècle, le recueil s’exporte vers Halifax, Montréal, Philadelphie, New York et Sydney9, et par le biais des chapbooks10, les Mille et Une Nuits se répandent dans toutes les campagnes du royaume. Quelques traducteurs, presque oubliés aujourd’hui, produisent de nouvelles traductions du français de Galland en anglais, tel le révérend Forster11 en 1802, G. Beaumont en 180812, et le savant anglais R. Gough en 182013. En Angleterre, très rapidement, les Mille et Une Nuits vont connaître un double parcours : les éditions pour adultes et les éditions pour enfants. Le développement de la littérature pour enfants va être entamé par les Newbery14 qui publient en extrait des contes choisis des Mille et Une Nuits, revus et corrigés, dès 1790.

  • 15 M. Sironval, « Shahrâzâd, à l’aube du romantisme », p. 43-59.

9La première histoire des Mille et Une Nuits, l’histoire de Shéhérazade, est désignée comme « conte cadre » ou encore « récit cadre »15. Shéhérazade est le personnage capital du récit inaugural : c’est par sa voix qu’un conteur a eu l’idée de tisser une trame de contes destinés à convaincre un roi, trompé par sa femme, de renoncer à faire tuer, chaque matin, son épouse de la nuit. Pour résumer le récit cadre : deux rois qui se revoient après dix ans de séparation s’aperçoivent qu’ils sont trompés par leur épouse. L’aîné décide de quitter les affaires du royaume et de partir comme roi mendiant à travers le monde. Le cadet ne l’entend pas de la sorte, et met une condition à ce départ : ils reviendront s’ils rencontrent quelqu’un de plus malheureux qu’eux. Au bout de trois jours, se reposant au bord de la mer, ils voient sortir de l’eau un génie portant une caisse de verre qu’il vient poser sur le rivage. Il en sort une dame merveilleuse qu’il dit avoir enlevée le jour de ses noces. Le génie s’endort et la dame, apercevant les deux rois, leur fait des signes non équivoques. Ils refusent. Elle les menace de mort s’ils ne répondent pas à son appel : les deux rois préfèrent s’exécuter. La dame leur demande leur anneau et les ajoute à sa collection de bagues, qui représente le nombre de ses amants, maintenant au nombre de cent. Comme convenu, les deux rois rentrent chez eux. L’aîné, furieux de cette aventure, décide pour ne plus être trompé par les femmes de prendre une femme chaque nuit et de la faire tuer au matin. Le royaume se dépeuple. C’est alors que Shéhérazade, la fille du grand vizir, voulant arrêter le massacre, dit à son père qu’elle va se proposer à son tour comme épouse de la nuit. Elle a un plan : elle commence une histoire qu’elle laisse inachevée au matin. Le sultan, voulant entendre la suite, remet toujours au lendemain son exécution, et ainsi pendant mille et une nuits.

Shéhérazade, une figure de rhétorique

10Personnage central du récit introductif des Mille et Une Nuits, la figure de Shéhérazade structure l’ensemble du recueil : si elle ne raconte pas, elle meurt. Le conte cadre explore le thème de l’infidélité, de la trahison et de ses effets catastrophiques qui provoquent un désastre national : toutes les jeunes femmes du royaume sont exécutées les unes après les autres. L’harmonie du couple initialement représentée par le mariage est détruite. Le déséquilibre introduit par la trahison des épouses ravage les relations entre l’homme et la femme. Face à cette situation, le ressentiment du roi Shahriyar prend les formes les plus excessives de la violence, de l’abus de pouvoir, de l’emprisonnement et de la mort. Il faudra l’intervention de Shéhérazade, fille du grand vizir, pour rétablir cette harmonie du couple.

11L’intensité dramatique de ce premier récit commence avec la loi que s’est imposée le roi trompé qui, s’estimant victime d’un déshonneur personnel, tue chaque jour, au petit matin, son épouse de la nuit. La fille du grand vizir, Shéhérazade, imagine un stratagème pour arrêter ce cycle infernal de vengeance et de mort. La relation qu’elle établit entre elle et le roi éveille en lui à la fois désir et plaisir. Il lui faut plaire à Shahriyar, et il lui faut le distraire de son enfermement. Ayant assouvi son désir en cédant aux charmes de Shéhérazade, le roi découvre avec elle d’autres plaisirs. Elle invente des histoires par lesquelles elle doit à la fois séduire, déduire et instruire.

  • 16 Ajoutons que l’histoire est interrompue par Dinarzade, sœur ou servante de la princesse, au gré des (...)

12Telle une figure de rhétorique, Shéhérazade veut convaincre par ses récits racontés jour après jour. Elle fait tout pour y parvenir ; elle manie avec virtuosité l’amplification : ses premiers récits sont des histoires de femmes odieuses, de goules et de mauvaises magiciennes. Elle passionne son discours en excitant l’intérêt, et aussi la pitié et l’indignation. C’est ainsi qu’elle va rendre au sultan des sentiments humains, et réussit à élever le débat. Mais elle y met le prix : chaque nuit, Shéhérazade risque sa vie. Au petit matin, le roi désire autre chose que la mort de cette épouse de la nuit. Il la fera mourir le lendemain : il veut connaître une autre fin, celle de l’histoire commencée, si adroitement interrompue à l’aube par Shéhérazade16. Mais curieusement ce personnage essentiel reste effacé dans les éditions illustrées, sa fonction devient celle de raconteuse d’histoires, et il semble que l’on oublie l’enjeu pour lequel elle raconte.

  • 17 Voir H. Aboul-Hussein et C. Pellat, Chéhérazade, personnage littéraire, Alger, Société nationale d’ (...)

13Shéhérazade est devenue le mythe littéraire du recueil au début du xxe siècle17. Son personnage a inspiré toutes sortes d’adaptations musicales, théâtrales, et filmiques. Mais tel n’a pas toujours été le cas. Dans les premières éditions européennes, le récit cadre a été le plus souvent présenté comme un prétexte introductif à une collection de contes. Or, aux premiers temps des éditions illustrées des Mille et Une Nuits, cette position stratégique, nous dirons dramatique, n’est pas perçue, ou est même évacuée au profit d’une figure féminine plus conventionnelle, et cela à la fois dans le texte et dans l’illustration. Dans le texte arabe et dans les traductions qui s’y rapportent, Shéhérazade apparaît comme productrice de contes, et il n’est pas clairement indiqué qu’elle risque sa vie après chaque histoire racontée.

14Pourquoi sa représentation est-elle quasiment inexistante dans les premières éditions illustrées du recueil ? Pourquoi la figure de Shéhérazade est-elle à ce point effacée dans les éditions illustrées du texte, et comment apparaît-elle plus tard ? L’effacement du personnage tient à plusieurs raisons. Shéhérazade est après tout d’abord une voix, et la voix est une figure irreprésentable. Or les mises en forme imprimées du texte, et le texte lui-même, pourraient avoir contribué notablement à créer un halo d’oubli autour de la représentation de son personnage. Le premier élément serait donc le texte qui la présente et la décrit. Le second est un élément formel : le titre donné au récit cadre dans la table des matières ne prend pas en compte l’histoire de Shéhérazade. Avec le troisième point, particulier à l’édition anglaise des Mille et Une Nuits, ce sont les effets de la traduction du titre français en anglais qui, cette fois, semblent concourir à brouiller l’image de la conteuse. Voyons comment ces différents facteurs ont occulté l’image de Shéhérazade dans les premières représentations du conte cadre.

Dans le texte de Galland et dans sa traduction anglaise

15Dans aucun des manuscrits arabes dont nous disposons, nous n’avons de description physique de Shéhérazade. Contrairement aux héroïnes de l’histoire, Shéhérazade est fonctionnellement belle. Mais elle ne nous est connue que par la description de ses dons, et non par celle de ses qualités physiques. C’est son intelligence et non son corps qui va être le centre de l’action. La séduction physique de Shéhérazade ne joue pas un rôle de premier plan dans ce qu’elle entreprend. Et d’ailleurs la beauté aurait-elle une fonction persuasive sur un roi qui a déjà tué les plus belles jeunes filles de son royaume ? Galland et ses traducteurs la décrivent brièvement comme suit :

  • 18 A. Galland, Les Mille et Une Nuits, Contes arabes, réédition avec présentation et dossier de Jean-P (...)

Elle avait beaucoup de lecture et une mémoire si prodigieuse que rien ne lui était échappé de tout ce qu’elle avait lu. Elle s’était heureusement appliquée à la philosophie, à la médecine, à l’histoire et aux beaux-arts ; et elle faisait des vers mieux que les poètes les plus célèbres de son temps. Outre cela, elle était pourvue d’une beauté excellente, et une vertu très solide couronnait toutes ces belles qualités.18

16Shéhérazade par ses histoires exploite d’autres formes de désirs – désir d’apprendre et désir de savoir – du roi : qu’arrivera-t-il demain ? Quelle sera la suite de l’histoire ? Comment se terminera-t-elle ? Shéhérazade opère une substitution au désir de vengeance qui tient le roi : elle remplace la variété des femmes de chaque nuit par la variété des contes interrompus à l’aube. Elle tisse ainsi par ses histoires un autre modèle de désir aux variétés infinies. Shéhérazade offre au sultan diverses alternatives de conclusions, brisant ainsi l’ordre qu’il s’est imposé de répéter sa vengeance, et par lequel l’aventure de chaque nuit se termine immanquablement par la mort.

La table des matières

  • 19 Antoine Galland a donné son manuscrit à l’éditeur Barbin sans le titre des contes. Ce dernier a pro (...)

17Dans la table des matières de l’édition française, établie par l’éditeur Barbin19, le conte cadre apparaît sous le titre « L’histoire du génie et de la dame enfermée dans un coffre de verre », et dans la traduction anglaise « The Story of the Genie and the Lady Shut up in a Glasscase ». Le conte cadre étant ainsi désigné, c’est la dame collectionneuse de bagues qui prend la vedette. Ce titre privilégie un autre moment dramatique de l’histoire, non pas celui du roi trompé, mais celui du génie trompé par la jeune femme qui déjoue la surveillance rapprochée de son ravisseur et collectionne les amants. Ce choix correspond au goût des lecteurs du début du xviiie siècle, qui préfèrent illustrer le premier conte du recueil par l’image d’une intrigue amoureuse. Entre les deux situations dramatiques des jeunes femmes, le titre adopté dans la table des matières privilégie celle de la dame enlevée qui use de ses charmes pour se venger de l’emprisonnement imposé par le génie, laissant de côté Shéhérazade et sa propre histoire. La contrainte utilisée sur les deux rois par la dame collectionneuse de bagues et d’amants est préférée à la séduction verbale utilisée par Shéhérazade pour plaire au sultan et sauver sa vie. Ce choix de la dame induit une autre manière de lire le récit et dissimule le projet de Shéhérazade qui est laissée dans l’ombre de sa propre histoire. Elle s’efface devant la dame aux bagues qui sert à identifier tout le récit.

La traduction anglaise du titre français

18Dans l’édition princeps de Galland, le livre est intitulé Mille et Une Nuits. Contes arabes, dont la traduction anglaise serait - et sera quelques années plus tard - The One Thousand and One Nights. Arabian Tales. Cependant, le traducteur anglais anonyme, on l’a dit, traduit le titre français par Arabian Nights’ Entertainments Consisting of One Thousand and One Stories. Cette version anglaise instaure d’emblée une confusion entre le nombre de nuits et le nombre de contes. En soulignant le nombre d’histoires au détriment du nombre de nuits, ce titre déplace l’intérêt du lecteur sur le grand nombre d’histoires racontées par Shéhérazade, effaçant sensiblement les termes de son drame, ce jeu du temps avec lequel elle est aux prises, jour après jour. En évacuant la notion de temps alloué à Shéhérazade, la traduction anglaise écarte également la notion de suspens liée à l’histoire qu’elle raconte chaque nuit, et qu’elle doit laisser inachevée à l’aube. Rappelons encore que pour conserver la vie, Shéhérazade doit interrompre ses récits à l’aube, et nuit après nuit, afin que le sultan remette la suite au lendemain. Elle gagne ainsi du temps durant mille et une nuits, jusqu’à ce que son royal époux renonce à son ordre cruel.

L’image de Shéhérazade

  • 20 Harrison, le propriétaire du Novelist’s Magazine, employa Stothard, alors âgé de quinze ans, pour f (...)
  • 21 The Arabian Nights’ Entertainments, Coonsisting of One Thousand and One Stories, illustré par Thoma (...)
  • 22 The Arabian Nights’ Entertainments Translated by the Reverend Edward Forster with Engravings from P (...)

19Sachant que par principe, l’illustrateur met en image le titre du récit, c’est bien entendu la dame enfermée dans le coffre de verre qui occupe le devant de la scène dans les livres illustrés, et cela aussi bien dans l’édition française que dans l’édition anglaise. Les premières illustrations du conte apparaissent simultanément en France et en Angleterre, en 1785. En Angleterre, les Arabian Nights sont publiées par Harrison et illustrées par Thomas Stothard (1755-1834)20 dans le Novelist’s Magazine. Singulièrement, l’illustration de la dame aux bagues par Stothard ne figure pas dans l’édition de 1785. Nous la retrouvons plus tard, en 1826, dans la réédition des Arabian Nights imprimée par Dove, à Londres21 (voir illustration 1, en fin d’article). La première illustration anglaise du récit cadre publiée est celle du dessinateur Robert Smirke qui, dans une édition de 1802, illustre la dame aux bagues22. Les éditions et rééditions illustrées qui se succèdent reprennent ce même thème quand elles mettent en image le conte cadre. Dans l’ensemble, sauf exception, les éditions françaises et anglaises n’illustrent pas Shéhérazade avant 1840. À partir de 1840, l’édition romantique ouvre à pleines pages ses images aux contes des Mille et Une Nuits. Shéhérazade enfin apparaît présentant sa propre histoire.

20C’est un tournant pour les illustrations des Mille et Une Nuits qui mettent un soin particulier à créer un cadre oriental. Cette période marque l’image d’une pierre blanche, c’est le moment où l’illustration des Mille et Une Nuits s’orientalise. Depuis le début du xixe siècle, les recherches sur les sources des Nuits font florès, les études scientifiques sur l’Orient se multiplient à partir des campagnes d’Égypte. Or cet orientalisme de la connaissance de l’Orient va nourrir l’autre, celui de l’imaginaire des Mille et Une Nuits qui se constitue par les voyages d’écrivains, de poètes, de musiciens qui attestent que ce qu’ils ont vu est bien l’Orient des Mille et Une Nuits. Mais l’esprit du voyage a changé de nature. Plus que le voyage, c’est le voyageur qui intéresse : ce qu’il a vu, comment il a vu, ses impressions. Le voyage devient une expression de soi. Le voyageur est le héros du voyage, héros mythique parfois. C’est son autobiographie, ses notations de voyage qui témoignent d’une réalité, et cette réalité, quelle est-elle ? celle de son propre regard, celle de son imaginaire.

21Ce qui se passe pour les Mille et Une Nuits de la période romantique est étroitement lié à ce nouvel esprit du voyage. Les deux grands traducteurs anglais du xixe siècle, Edward Lane et Richard Burton, qui tous deux ont voyagé et séjourné en Orient, doublent leur traduction d’un appareil de notes extrêmement abondant. En outre, ces notes sont inscrites dans le mouvement naissant de l’anthropologie et de l’ethnologie. L’information sur les mœurs et coutumes des pays d’Orient apparaît très documentée et prise directement à la source. Les contes des Mille et Une Nuits sont le support de cet Orient « réel » mais exotisé à outrance, notamment dans les illustrations de ces traductions. Les Mille et Une Nuits comme texte de fiction et comme récit du réel sont mises à contribution pour révéler non pas un Orient, mais des « Orients » personnels. C’est le moment où Shéhérazade apparaît dans les images du livre, et tout se passe comme si sa présence nous invitait à « rêver l’Orient ».

  • 23 William Harvey (1796-1866) fut apprenti de Thomas Bewick. Il travailla essentiellement la gravure s (...)

22Son arrivée en image est essentiellement marquée par les traductions anglaises faites d’après les éditions de manuscrits arabes, traductions complètes qui comprennent tous les contes que nous connaissons aujourd’hui. Tout d’abord, la traduction d’Edward Lane, The Thousand and One Nights, Commonly Called in England The Arabian Nights’ Entertainments [...] Illustrated by many hundred Engravings on Wood, from the Original Designs of William Harvey23. Scrupuleusement, Harvey reproduit l’architecture et les costumes décrits par Lane. La traduction anglaise de Lane est désignée par les critiques comme un journal en images de l’Orient (A pictorial Journal of Lane’s travels in the East). L’aspect documentaire des trois volumes des Thousand and One Nights de Lane, enrichis de notes abondantes, apparaît plus intéressant que les histoires elles-mêmes. Dans les illustrations du récit cadre par Harvey, Shéhérazade fait une entrée discrète dans un frontispice en trois parties, reproduisant l’architecture islamique d’un dôme sous lequel elle occupe le centre d’un sofa entre Dinarzade et le sultan. Chaque séquence du récit cadre est illustrée, soulignant par la minutie des costumes et des décors l’orientalisme de la période.

  • 24 « Either I shall die, and be a ransom for one of the daughters of the Muslims, or I shall live and (...)

23Du côté du texte, la traduction du récit cadre est conforme au texte arabe, mais Lane cependant fait une exception dont il s’explique. Il modifie le passage dans lequel Shéhérazade s’engage à se présenter au sultan comme épouse de la nuit et dit : « Soit je meurs, en servant de rançon contre la fille d’un musulman ; soit j’ai la vie sauve, et grâce à moi elles seront libérées. »24 Lane estime que son original arabe laissait paraître que Shéhérazade pourrait envisager de tuer le roi, et le traducteur motive dans une note la modification qu’il a introduite en ces termes :

  • 25 Notre traduction. Voir la nouvelle édition d’Edward Lane, Londres, Chatto and Windus, 1883, p. 35, (...)

Ici je m’éloigne légèrement du texte original, qui fait dire à Shéhérazade : « Soit je meurs, en servant de rançon contre la fille d’un musulman ; soit j’ai la vie sauve, et grâce à moi elles seront libérées. » Sur ce point, comme l’a noté le sheikh Mohammad Eiyad en marge du texte, « Il semblerait qu’elle ait conçu quelque stratagème pour l’empêcher de se remarier s’il décidait de la tuer – sans quoi le simple fait de la tuer n’aurait pu servir à sauver les autres jeunes filles ».25

  • 26 John Payne, autre grand traducteur anglais dont la traduction n’est pas illustrée, fait le même cho (...)

24Ce choix du traducteur anglais fait varier sensiblement la représentation de Shéhérazade : la courageuse jeune femme déterminée à sauver sa vie et celle des autres jeunes femmes de son royaume en racontant des histoires devient dans la traduction de Lane une victime volontaire prête à se sacrifier pour sauver ses semblables et désirant fortement être noble et martyre. Lane privilégie une image de la féminité de Shéhérazade en accord avec l’image victorienne de cette féminité. Selon ces conventions, Shéhérazade paraît plus acceptable en victime volontaire, sans plan bien précis26. Cette traduction portera ses fruits : quelques années plus tard, l’image de Shéhérazade sera conforme à cette version du texte.

  • 27 Dalziel’s Illustrated Arabian Nights’ Entertainments..., 1864-1865.
  • 28 Au sujet des dessinateurs et graveurs romantiques et néoclassiques du mouvement préraphaélite, auqu (...)

25L’édition des Arabian Nights’ Entertainments par les frères Dalziel27 est un exemple d’illustration de l’école romantique anglaise28. William Harvey supervise les illustrations qui portent les noms de dessinateurs et de graveurs de talent : Arthur Boyd Houghton, Sir John Tenniel, John Everett Millais, Georges John Pinwell, John Dawson Watson et les frères Dalziel se partagent les illustrations des contes ; celle de la dame aux bagues notamment est un chef-d’œuvre d’interprétation et de gravure de John Tenniel. C’est Thomas Dalziel qui illustre d’autres passages du récit cadre. Il nous offre deux Shéhérazade. La première figure en frontispice du livre, qui apparaît comme l’image victorienne même de la féminité. La jeune femme, à genoux aux pieds du roi, semble attendre de lui son indulgence ou encore, qui sait, sa condamnation. Sous l’image, la légende commente The sultan pardons Sheherazade (voir illustration 2). Pourquoi Shéhérazade doit-elle être pardonnée ? De quoi est coupable cette Shéhérazade victorienne ? Shéhérazade doit-elle être coupable de quelque chose ? La question est posée, et cette représentation semble mettre en doute l’innocence de Shéhérazade. Certes, on pourrait voir aussi dans cette image l’illustration de l’heureuse conclusion du cycle des contes, celle où le sultan renonce enfin à son vœu de vengeance au bout de ces fameuses mille et une nuits. Mais ainsi placée en frontispice, l’image suggère la culpabilité possible de Shéhérazade. La polysémie de l’image qui s’exerce sous le regard du lecteur décidera de l’interprétation qui sera retenue. Or la confusion entre Shéhérazade et les épouses infidèles, déjà initiée avec les précédentes illustrations de la dame collectionneuse d’amants et de bagues, se met en place avec cette représentation un peu ambiguë de cette Shéhérazade victorienne. Un phénomène identique se produit, comme nous l’avons observé, avec la réécriture du texte du récit cadre dans la littérature pour enfants. Quelques pages après l’illustration de cette Shéhérazade, Dalziel illustre le fameux trio du roi, Dinarzade et Shéhérazade, qui occupe le centre de la gravure dans la position de conteuse. L’ensemble est dans la plus pure tradition de la peinture orientaliste. Dans cette scène, Shéhérazade est une jeune femme orientale qui ressemble davantage à une diseuse de bonne aventure qu’à une jeune princesse qui risque sa vie.

26La littérature pour enfants apporte à son tour sa contribution à ce détournement du personnage et participe pour le moins à cette image transformée de la conteuse. Vers la fin du règne de Victoria, de nombreuses éditions des Mille et Une Nuits sont publiées pour les enfants. Le plus souvent, le conte cadre est supprimé. Cette fois, l’image de Shéhérazade est confondue avec celle des épouses infidèles et celle de la dame aux bagues. Dans une édition de 1893, l’introduction de Helen Marion Burnside reflète clairement cette confusion des personnages. Elle écrit :

  • 29 Voir Arabian Nights, Arranged by Helen Marion Burnside..., p. 5. Notre traduction.

Une certaine reine, épouse d’un sultan de Perse, ayant déplu à son mari, il ordonna qu’elle soit exécutée un matin, et il en fixa le jour. Pour sauver sa vie, cette reine, qui était aussi intelligente qu’accomplie, et qui avait le don de narrer d’envoûtantes histoires, élabora le stratagème suivant.29

27Dans cette réécriture de l’histoire, la coupable de trahison est la conteuse : Shéhérazade raconte parce qu’elle a quelque chose à se faire pardonner. Le retournement est accompli : ce n’est plus la première épouse du roi qui est coupable de l’avoir trompé, mais Shéhérazade elle-même.

  • 30 Traduction de Burton, A Plain and Literal Translation of the Arabian Night’s Entertainments...
  • 31 Ibid., p. 15, note 1 : « Probably she proposed to “Judith” the King. These learned and clever young (...)

28Dans la traduction des One Thousand and One Nights de Richard Burton30, le traducteur utilise à d’autres fins la personnalité de la conteuse. Comme le traducteur anglais Edward Lane l’avait fait précédemment, Burton suppose que Shéhérazade pourrait avoir l’idée de tuer le roi. Mais il ne change pas la traduction du texte arabe, et ne transforme pas la conteuse en jeune femme noble et martyre. À l’inverse, il la présente en vierge vengeresse, en assortissant sa traduction d’une de ses notes anthropo-ethnologiques dont il a le talent. Cette note assez laconique revient à déformer dans un autre sens le projet et l’image même de Shéhérazade. Voici ce qu’écrit Burton : « Elle proposa sans doute de faire subir au roi le sort que Judith avait réservé à Holopherne – car ces jeunes orientales intelligentes et instruites sont fort dangereuses. »31 Cet Orient dessiné par Burton est peuplé de jeunes femmes intelligentes et dangereuses, et la Shéhérazade que nous livre le traducteur anglais est maintenant assimilée à Judith, meurtrière d’Holopherne. Certes, Shéhérazade retrouve ici son innocence, mais cette présentation nous éloigne malgré tout du projet de la conteuse : convaincre son royal auditeur par tous les artifices de l’histoire racontée. En outre, la traduction de Burton, illustrée par son ami Albert Letchford, ne représente pas Shéhérazade, mais reprend la tradition illustrée du récit cadre dans une version burtonienne de la dame aux bagues.

  • 32 Rimski-Korsakov s’était inspiré de la traduction de Galland pour composer sa suite musicale. Mais M (...)
  • 33 C. Spencer, Leon Bakst and the Ballets Russes, Londres, Academy Editions, 1995.

29L’expression de ces détournements se retrouve sur scène, dans l’opéra Shéhérazade mis en musique par Nicolaï Rimski-Korsakov, et représenté par les ballets russes32, à Londres, en 1908. Dans le livret d’opéra écrit par Michel-Georges Michel, Shéhérazade devient la seule coupable, elle se tue au dernier tableau où la mise en scène de Léon Bakst n’épargne rien pour donner au drame un aspect de violence sanguinaire33. Décors et costumes déclinent toutes les gammes du rouge ; sur scène brille le sang des femmes et des esclaves égorgés. Au cours de l’acte final, Shéhérazade reconnaît sa culpabilité, s’enfonce un poignard dans la poitrine, et meurt dans un flot de soies et de paillettes.

30Le projet initial de Shéhérazade visait à sauver sa vie, celle des autres jeunes femmes du royaume et à redonner au roi sa figure humaine. L’enjeu et l’engagement de Shéhérazade intéressaient le destin collectif des jeunes femmes du royaume. Or dans ces transformations, Shéhérazade, devenue l’accusée, cherche à sauver sa propre vie. L’enjeu pour lequel elle raconte s’est individualisé : il s’agit maintenant de préserver une vie, la sienne. Dans ces exemples d’illustrations et de textes, on ne comprend plus pourquoi Shéhérazade raconte des histoires, on oublie que chaque nuit, elle joue sa vie contre un récit. Si elle charme le roi par ses contes, c’est parce qu’elle est elle-même coupable, et qu’elle a quelque chose à se faire pardonner. La boucle est bouclée, Shéhérazade lentement, au fil des textes et des illustrations qui en furent données, a été confondue avec la dame aux bagues collectionneuse d’amants. Shéhérazade est un mythe, mais on voit combien son personnage féminin a eu de mal à s’imposer, pris entre les images d’une jeune victorienne noble et martyre et celle d’une Judith orientale. L’illustration du livre accompagne ce propos, et nous raconte en image les péripéties de ce parcours oriental et occidental de Shéhérazade qui illustre un Orient imaginé, un Orient qui nous permet d’analyser les fantasmes de l’Occident.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires (classement chronologique)

GALLAND A. éd., The Arabian Nights’ Entertainments, Consisting of One Thou-sand and One Stories, Translated into French from the Arabian MSS. by M. Galland, of the Royal Academy, and now Done into English, Londres, imprimé pour Andrew Bell, à Cross Keys and Bible in Cornhill, 1706.

LANE E. éd., The Thousand and One Nights, Commonly Called in England The Arabian Nights’ Entertainments, a New Translation from the Arabic with Copious Notes by Edward Lane, Illustrated by many hundred Engravings on Wood, from the Original Designs of William Harvey, 3 volumes, Londres, Charles Knight and Comp. Roy., 1839-1841.

PAYNE J. éd., The Book of the Thousand and One Nights : Now First Completely Done into English Proses and Verses, from the Original Arabic by John Payne, 9 volumes, Londres, imprimé par la Villon Society par souscription privée, et diffusion privée, 1882-1884.

BURTON R. éd., A Plain and Literal Translation of the Arabian Nightfs Entertainments Now Entituled The Book of The Thousand Nights and a Night, with Introduction, Explanatory Notes on the MManners and Customs of Moslem Men and a Terminal Essay upon the History of the Nights by Richard F. Burton. Supplemental Nights to the Book of The Thousand Nights and a Night, with Notes Anthropological and Explanatory, Bénarès - Londres, imprimé par la Kamashastra Society par souscription privée seulement, 16 volumes, 1885-1888.

Versions illustrées (chronologiquement)

The Arabian Nights’ Entertainment Translated by the Reverend Edward Forster with Engravings from Pictures by Robert Smirke, 5 volumes, Londres, William Miller, 1802.

The Arabian Nights’ Entertainments or The Thousand and One Nights, Transla-ted from the French of M. Galland by G. S. Beaumont, Illustrated by Craig, 4 volumes, Londres, Ballintine and Law - Duke Street, 1808.

The Arabian Nights’ Entertainments Consisting of One Thousand and One Stories Translated by R. Gough, 3 volumes, Londres, F. C. Rivington and Cie, Longman, Hurst, Rees, etc., 1820.

The Arabian Nights’ Entertainments, Consisting of One Thousand and One Stories, illustrated by Thomas Stothard, 3 volumes, Londres, J. F. Dove (Dove’s English classics), 1826.

Dalziel’s Illustrated Arabian Nights’ Entertainments... 8 illustrations by Tenniel, 87 by A. B. Houghton, 89 by T. Dalziel, others by Millais, G. J. Pinwell, T. Morten, J. D. Watson, E. Dalziel all engraved on wood by the Dalziels. First issued in weekly parts, later issued in 2 volumes, October 1864 (dated 1865), Londres, Ward - Lock and Tyler, 1864-1865.

Arabian Nights, Arranged by Helen Marion Burnside, Illustrated by W. and F. Brun-dage and J. Willis Grey, Londres, Tuck and Sons, 1893.

Sources secondaires

GOURNAY J.-F., L’appel du Proche-Orient. Richard Francis Burton et son temps, 1821-1890, Paris, Didier-Érudition, 1983.

Richard F. Burton : ambre et lumière de l’Orient, Paris, Desclée de Brouwer, 1991.

MALTI-DOUGLAS F., Woman’s Body, Woman’s Word. Gender and Discourse in Arabo-Islamic Writing, Princeton, Princeton University Press, 1992.

SALLIS E., Sheherazade through the Looking Glass, the Metamorphosis of the Thousand and One Nights, Cambridge, Curzon Press, 1999.

SIRONVAL M., « Shahrâzâd à l’aube du romantisme », Romantisme, no 78, Le conte et l’image, 1992, p. 43-61.

Album Mille et Une Nuits, Paris, Gallimard, 2005.

— « The image of Sheherazade in French and English éditions of the Thousand and One Nights (Eighteenth-nineteenth centuries) », The Arabian Nights and Orientalism, Perspectives from East and West, Y. Yamanaka et T. Nishio éd., introduction de Robert Irwin, Londres, I. B. Tauris, 2006, p. 219-245.

Annexes

1. La dame aux bagues, gravure d’après un dessin de Robert Smirke, dans The Arabian Nights in Five Volumes, Translated by The Reverend Edward Forster, with Engravings, from Pictures by Robert Smirke, William Miller, Londres, 1802.

2. The Sultan pardons Sheherazade, illustration de la scène du récit cadre par Arthur Boyd Houghton dans Dalziel’s Illustrated Arabian Night’s Entertainments, 1864-1965.

Notes

1 Pour l’histoire des manuscrits arabes des Mille et Une Nuits et des éditions, voir J. Oestrup, « Alf layla wa layla », Encyclopédie de l’islam, ire édition, Leiden, Brill, 1960-2008, p. 255-259. Article repris par E. Littmann, dans la deuxième édition de l’encyclopédie, p. 369-375. Voir aussi V Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes dans l’Europe chrétienne de 1810 à 1885, 12 volumes, Liège, Vaillant-Carmanne, 1892-1922. Les Mille et Une Nuits, vol. IV-VII (1900-1903).

2 Mss arabes 3609, 3610, 3611, departement des manuscrits orientaux, BNF Paris.

3 E. Lane ed., The Thousand and One Nights

4 J. Payne éd., The Book of the Thousand and One Nights...

5 R. F. Burton éd., A Plain and Literal Translation of the Arabian Night’s Entertainments

6 A. Galland, Les Mille et Une Nuits. Contes arabes, traduits en français par Paris, chez la veuve de Claude Barbin, au Palais, sur le second Perron de la Sainte-Chapelle, t. I à IV 1704, et t. V à XII, 1705-1717. Sur Claude Barbin, voir G. E. Reed, Claude Barbin. Libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genève, Droz, 1974.

7 Depuis 1830, Grub Street est devenu Milton Street, voir P. Rogers, Grub Street. Studies in a Subculture, Londres, Methuen, 1972, p. 353. Voir aussi E. Eisenstein, Grub Street Abroad, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 136 et suiv.

8 Une deuxième édition des Arabian Nights’ Entertainments... de Galland est publiée en 1708.

9 Pour les éditions américaines, voir V. Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes., ouvr. cité, vol. IV, rubrique no 222F, p. 79 et suiv.

10 Homologue anglais du livre bleu, le mot chapbook désigne des petits livres bon marché, distribués par des chapmen ou colporteurs. Voir à ce sujet V. E. Neuburg, The Penny Histories. A Study of Chapbooks for Young Readers over Two Centuries, Illustrated with Fac-similes of Seven Chapbooks, Londres, Oxford University Press, 1968. Voir aussi G. Duval, Littérature de colportage et imaginaire collectif en Angleterre à l’époque des Dicey (1720 - v. 1800), Talence, Presses universitaires de Bordeaux, 1991.

11 The Arabian Nights’ Entertainments Translated by the Reverend Edward Forster..., 1802.

12 The Arabian Nights’ Entertainments or The Thousand and One Nights, Translated from the French of M. Galland by G. S. Beaumont..., 1808.

13 The Arabian Nights’ Entertainments consisting of One Thousand and One Stories Translated by R. Gough, 1820.

14 Sur les éditeurs Newbery, voir Children’s Literature : an Illustrated History, P. Hunt éd., Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 36-40. John Newbery est considéré comme le premier éditeur anglais à avoir organisé la diffusion du livre pour enfants en Angleterre ; il publia également les œuvres d’Olivier Goldsmith, de Tobias Smolett, de Christopher Smart. Il fonda différentes revues, parmi elles, le Lilliputian Magazine, le Gentleman’s Magazine. Après sa mort en 1767, sa nièce Elisabeth Newbery étendit le domaine de ses publications vers le livre d’enseignement.

15 M. Sironval, « Shahrâzâd, à l’aube du romantisme », p. 43-59.

16 Ajoutons que l’histoire est interrompue par Dinarzade, sœur ou servante de la princesse, au gré des manuscrits, laquelle est chargée de suspendre le récit de Shéhérazade à l’aube, en disant : « Ma sœur, si vous ne dormez pas, en attendant le jour, je vous supplie de me raconter un de ces contes agréables que vous savez. Hélas ! Ce sera peut-être la dernière fois que j’aurai ce plaisir. » Ce procédé d’interruption des contes par Dinarzade ayant fatigué le lecteur, Galland accepta de renoncer à cette répétition. De ce fait, le conte cadre eut tendance à fonctionner indépendamment et à devenir un conte parmi les autres contes. Cette suppression eut également pour effet de masquer le procédé de conte imbriqué, supprimant ainsi l’intérêt « d’un conte ou la vie ». Le recueil se constitua comme une succession d’histoires, renouant quelquefois les fils pour rappeler l’emboîtement souvent abandonné.

17 Voir H. Aboul-Hussein et C. Pellat, Chéhérazade, personnage littéraire, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion, 1981. Voir aussi M. J. al-Musawi, Sheherazade in England : Ninteenth Century English Criticism of Arabian Nights, Washington, Three Continents, 1981.

18 A. Galland, Les Mille et Une Nuits, Contes arabes, réédition avec présentation et dossier de Jean-Paul Sermain et Aboubakr Chraïbi, 3 volumes, Paris, Flammarion, 2004, p. 35.

19 Antoine Galland a donné son manuscrit à l’éditeur Barbin sans le titre des contes. Ce dernier a probablement établi la table des matières en accord avec Galland.

20 Harrison, le propriétaire du Novelist’s Magazine, employa Stothard, alors âgé de quinze ans, pour faire une série de gravures, et notamment pour illustrer les Mille et Une Nuits. Au sujet des œuvres de Stothard, voir A. C. Coxhead, Thomas Stothard, an Illustrated Monograph, Londres, A. H. Bullen, 1906.

21 The Arabian Nights’ Entertainments, Coonsisting of One Thousand and One Stories, illustré par Thomas Stothard, 1826.

22 The Arabian Nights’ Entertainments Translated by the Reverend Edward Forster with Engravings from Pictures by Robert Smirke, 1802.

23 William Harvey (1796-1866) fut apprenti de Thomas Bewick. Il travailla essentiellement la gravure sur bois et sur cuivre. En 1840, il fut le principal dessinateur pour les livres publiés par Charles Knight.

24 « Either I shall die, and be a ransom for one of the daughters of the Muslims, or I shall live and be the cause oftheir deliverance from him. »

25 Notre traduction. Voir la nouvelle édition d’Edward Lane, Londres, Chatto and Windus, 1883, p. 35, note 29 : « I here deviate a little from my original, in which Sheherazade is made to say, “Either I shall live, or I shall be a ransom for the daughters of the Muslims, and the cause of their deliverance from him”. Upon this, the Sheykh Mohammad Eiyad has remarked, in a marginal note, “It would seem that she had contrived some stratagem to prevent his marrying again if he determined to kill her : otherwise, the mere kitting her would not be a means of rescuing the others maidens”. »

26 John Payne, autre grand traducteur anglais dont la traduction n’est pas illustrée, fait le même choix de traduction dans The Book of the Thousand and One Nights..., 1882-1884.

27 Dalziel’s Illustrated Arabian Nights’ Entertainments..., 1864-1865.

28 Au sujet des dessinateurs et graveurs romantiques et néoclassiques du mouvement préraphaélite, auquel appartenaient quelques illustrateurs de l’édition des frères Dalziel, tels William Holman Hunt et John Everett Millais, voir R. Lister, British Romantic Painting, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

29 Voir Arabian Nights, Arranged by Helen Marion Burnside..., p. 5. Notre traduction.

30 Traduction de Burton, A Plain and Literal Translation of the Arabian Night’s Entertainments...

31 Ibid., p. 15, note 1 : « Probably she proposed to “Judith” the King. These learned and clever young ladies are very dangerous in the East. »

32 Rimski-Korsakov s’était inspiré de la traduction de Galland pour composer sa suite musicale. Mais Michel-Georges Michel écrivit spécialement un livret pour accompagner le ballet de Serge de Diaghilev. Les poèmes racontent l’histoire de la première épouse du roi Shahriyar et de ses servantes dans le palais gardé par des esclaves noirs. Les quatre chants sont intitulés : I. La tristesse du Sultan. II. Le triomphe des nègres. III. Le massacre des favorites. IV. La mort de Shéhérazade.

33 C. Spencer, Leon Bakst and the Ballets Russes, Londres, Academy Editions, 1995.

Table des illustrations

Légende 1. La dame aux bagues, gravure d’après un dessin de Robert Smirke, dans The Arabian Nights in Five Volumes, Translated by The Reverend Edward Forster, with Engravings, from Pictures by Robert Smirke, William Miller, Londres, 1802.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/764/img-1.jpg
Fichier image/, 1,8M
Légende 2. The Sultan pardons Sheherazade, illustration de la scène du récit cadre par Arthur Boyd Houghton dans Dalziel’s Illustrated Arabian Night’s Entertainments, 1864-1965.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/764/img-2.jpg
Fichier image/, 2,2M

Auteur

Margaret Sironval, CNRS

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540