Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Deuxième partie. La population et le pouvoir

Chapitre II

Langue et pouvoir

Texte intégral

I. Les fonctions du langage

1La langue est, sans aucun doute, l’un des plus puissants moyens d’identité dont dispose une population. C’est pourquoi la langue occupe une place aussi fondamentale dans la culture et qu’elle est par là même un enjeu qui peut donner naissance à de multiples conflits. Pourtant, il convient de la replacer dans le contexte des relations de pouvoir pour en comprendre pleinement la signification.

  • 1 Frédéric Francois, Le langage et ses fonctions : Le Langage Encyclopédie de la Pléiade, Paris 1968, (...)
  • 2 Voir à ce sujet les pages pénétrantes de Luis J. Prieto, Messages et signaux, P.U.F., Paris 1972, p (...)
  • 3 J.-M. Lotman, B.-A. Uspenskij, Tipologia della cultura, Studi Bompiani, Milano 1975, p. 28.
  • 4 Henri Gobard. L’aliénation linguistique, analyse tétraglossique, Flammarion, Paris 1966.

2Notre propos ne sera, en aucune manière, de nature linguistique même si, pour des raisons évidentes, nous devrons recourir aux apports de la linguistique. Il est habituel de trouver sous la plume de beaucoup d’auteurs que la langue est un instrument mais : « il est pour une large part métaphorique de définir la langue comme un instrument. D’abord parce qu’elle a beaucoup plus d’utilisations que n’en a d’ordinaire un instrument »1. Dès lors que l’on parle d’instrument, on peut parler aussi de fonction2. Les fonctions du langage sont multiples et diverses : fonctions de communication, d’organisation du réel et de transmission. En tant qu’instrument, admettons ce terme même s’il n’est pas entièrement satisfaisant, la langue appartient à la culture (le mot est pris ici dans son sens anthropologique) et peut être définie : « l’ensemble de toute l’information non héréditaire et des moyens pour son organisation et sa conservation »3. Dans le sens sémiotique général, la culture est une « langue ». Une langue naturelle appartient à la culture et elle est un instrument qui remplit des fonctions. En tant que telle, la langue est un enjeu et par conséquent elle est au centre de relations qui sont ipso facto marquées par le pouvoir. Si la langue est un enjeu, au même titre qu’une autre ressource, il faut l’analyser dans cette perspective. Cependant il est indispensable alors, de préciser beaucoup mieux la notion de fonction, de telle sorte qu’il soit possible de rendre compte de la place qu’occupe le langage dans la reproduction sociale en tant que système sémique. Henri Gobard procède à une analyse tétra-glossique que nous allons utiliser4. Il a été amené « à distinguer pour une aire culturelle donnée, quatre types de langage, quelle que soit la langue utilisée » :

  1. Un langage vernaculaire, local, parlé spontanément, moins fait pour communiquer que pour communier...,

  2. Un langage véhiculaire, national ou régional, appris par nécessité destiné aux communications à l’échelle des villes,

  3. Un langage référentiaire, lié aux traditions culturelles, orales ou écrites, assurant la continuité des valeurs par une référence systématique aux œuvres du passé,

    • 5 Ibid., p. 34.

    Un langage mythique qui fonctionne comme ultime recours, magie verbale dont on comprend l’incompréhensibilité comme preuve irréfutable du sacré...5.

  • 6 Ibid., p. 38.
  • 7 George Steiner, After Babel, Oxford University Press, New York and London 1975, p. 54.
  • 8 F. Rossi-Landi, Il linguaggio come lavoro e come mercato, Bompiani, 2e édit., Milano 1973, p. 62.
  • 9 Ibid., p. 66.

3Il est évident qu’une seule et même langue peut posséder les quatre fonctions : L (f1 ; f2 ; f3 ; f4), mais il est non moins évident que quatre langues peuvent être porteuses chacune d’une de ces quatre fonctions. À ce sujet, Gobard cite l’exemple du Breton du XVIIIe siècle qui « pouvait parler breton (vernaculaire), communiquer en français (véhiculaire), faire des études en latin (référentiaire), le grec ancien prenant la place du langage mythique »6. À l’opposé, l’Américain du XXe siècle, l’Anglo-Américain assume les quatre fonctions. Est-ce à dire que certaines langues sont supérieures à d’autres ? George Steiner n’hésite pas à écrire: « We have no standard (or only the most conjectural) by which to assert that any human language is intrissically superior to any other, that it survives because it meshes more efficiently than any other with the demands of sensibility and physical existence »7. Ainsi donc, dans la mesure où il n’y a pas de fondement théorique à l’affirmation de la supériorité d’une langue sur les autres, on peut se poser des questions sur l’expression « la langue est un enjeu ». Mais d’un autre côté force est de reconnaître que certaines langues, tel l’anglais par exemple, submergent des espaces énormes et sont d’un usage courant tandis que d’autres reculent et sont d’un usage finalement restreint, limité à des aires relativement petites, tel l’italien. C’est qu’il ne s’agit pas, quoi qu’on en pense, d’un problème linguistique mais il s’agit d’un problème de pouvoir, de relations de pouvoir et de structure de pouvoir. La langue assure la médiation, en tant que système sémique, entre les modes de production et la consommation. Le groupe dominant qui impose son mode de production impose aussi son langage, car la langue aussi est travail. Elle est même pur travail humain. Les mots et les messages n’existent pas dans la nature puisqu’ils sont des produits humains. C’est pourquoi on peut parler de travail humain linguistique8. Il s’agit d’un travail qu’on peut placer sur le même plan que celui utilisé à produire des objets physiques. Le langage est travail humain et les langues en sont l’objectivation nécessaire9.

II. La langue comme ressource

  • 10 Ibid., p. 80.
  • 11 Ibid., p. 81.

4La langue constitue le capital constant de tout travail linguistique ultérieur, c’est-à-dire de toute expression et de toute communication10. Mais ce capital constant demeure une chose morte s’il ne s’y ajoute pas un capital variable constitué par la force de travail linguistique constituée par les hommes qui parlent et entendent cette langue11. De cette analyse, on peut tirer, comme le fait Rossi-Landi une équation qui n’est pas autre chose que la célèbre formule de Marx : c + ν = C dans laquelle « c » est le capital constant, « ν » le capital variable et C le capital linguistique complexe. La langue est donc tout à la fois produit et activité : c + ν rendant compte de l’activité et C rendant compte du produit.

  • 12 Ibid., p. 81-82.

5C’est au moyen de ce capital complexe que se réalise la communication qui est définie comme : « la production et la circulation de messages dans le champ d’une communauté linguistique »12. On se rend compte que si le capital constant n’est pas l’objet d’un travail fourni par les hommes, la langue devient une langue morte parce qu’il n’y a plus production ni par conséquent circulation de messages. Rappelons que l’activité linguistique, au même titre que n’importe quelle autre, ne se déroule pas en dehors de l’espace ni non plus du temps. Il s’agit surtout, ici, des espaces produits, des territoires, des lieux dans lesquels se réalisent des relations et des temps sociaux, c’est-à-dire des durées et des rythmes propres à ces mêmes relations.

6Aux fonctions évoquées ci-dessus correspondent des lieux et des durées spécifiques. Considérons seulement la situation du vernaculaire et du véhiculaire. L’espace et le temps dont il peut être question à leur sujet sont définis par l’aire et la durée relationnelles. Le ou les langages sont des moyens pour médiatiser des relations politiques, économiques, sociales et/ou culturelles en un lieu donné et pour une durée spécifique. Autrement dit, toute médiation linguistique est sous-tendue par une relation extralinguistique dans laquelle circule le pouvoir consubstantiel de toute relation. Le langage, en tant que système sémique, n’est pas le lieu du pouvoir mais en revanche il manifeste un pouvoir. Il est le moyen de mettre en scène le spectacle du pouvoir. Ceci nous incite à tirer une première conclusion à savoir qu’il n’y a pas de conflits linguistiques au sens habituel du terme mais des conflits plus profonds qui naissent dans la reproduction sociale mais qui s’expriment éventuellement sous forme linguistique. Étant entendu que cela n’enlève rien au caractère nécessaire de la langue et à son rôle dans les relations.

7En considérant les deux premières fonctions du langage, on peut construire l’opposition communion vs communication qu’il est licite de généraliser en valeur d’usage vs valeur d’échange. Il serait erroné de penser que dans la pratique il y a exclusion de l’une au profit de l’autre ; il ne s’agit pas, en effet, d’une opposition de type binaire présence/absence mais d’une opposition de type probabiliste. Selon les lieux et les moments, les probabilités de l’une et de l’autre sont plus ou moins fortes : il s’agit toujours d’une répartition différentielle (fig. 20).

Image 10000000000004B00000039F9084DF0A.jpg

Figure 20

  • 13 Argent contre marchandise et marchandise contre argent augmenté de la plus-value.

8La langue offre simultanément la communication et la communion. En 1, la communication sera maximisée par rapport à la communion alors que ce sera l’inverse en 2. Pour comprendre cette répartition, il faut faire intervenir un autre couple d’oppositions : intériorité/communauté vs extériorité/société. La communauté située dans l’intériorité peut ne pas entretenir de relations ou, au contraire, en entretenir avec la société située dans l’extériorité (fig. 21). Si l’on observe les choses d’un point de vue macro-historique, on peut certainement admettre que l’on est passé en Europe occidentale d’une étape à une autre progressivement du haut Moyen Âge à la période contemporaine. Jusqu’au Xe siècle, les rapports ville-campagne, pour autant qu’on puisse en juger sur la base des informations disponibles, étaient médiocres. Ces rapports ne commenceront à s’intensifier qu’à partir du XIIe-XIIe siècles avec ce qu’on peut appeler la renaissance urbaine. Dès lors, les conditions d’une domination urbaine existent, même si jusqu’au XIVe siècle les relations politiques et économiques ne sont pas franchement dissymétriques entre villes et campagnes. Par la suite la dissymétrie s’accentuera : c’est en fait l’échange inégal. Dès le XVe siècle, les villes deviennent franchement et nettement dominantes. La ville sera le lieu d’extraction de la plus-value par le système du capital commercial exprimée par la célèbre formule de Marx : A — M — A »13. On connaît assez bien aujourd’hui le mécanisme d’extraction de la plus-value et les institutions qui l’encadraient. Les campagnes en seront si conscientes que des révoltes paysannes éclateront à intervalles plus ou moins réguliers.

Image 10000000000004B000000526305B7053.jpg

Figure 21

9Cela signifie que les campagnes, d’une existence concentrée dans l’intériorité, passeront à une existence toujours plus liée à l’extériorité. Ainsi de gré ou de force, les campagnes entretiendront toujours plus de relations avec la ville. La ville fera entrer la campagne dans des circuits plus larges, branchés sur le monde fluide de l’argent, de la monnaie. En imposant le « langage » de la monnaie, la ville impose aussi et presque simultanément son langage, celui d’une société plus large, plus ouverte, celui d’une société différente du langage de la communauté rurale. Au fur et à mesure que les relations politico-économiques avec la ville croîtront, la campagne utilisera toujours plus le langage de la ville. À travers les relations qu’elle domine, la ville impose aussi son langage, celui qui exprime ses techniques. Dès lors, on peut dire que le processus d’éclatement de la langue commence pour la campagne car le langage de la ville n’est pas celui de la communauté paysanne, il est celui d’un ailleurs. Pour le paysan, le langage de la ville c’est le véhiculaire qu’on doit utiliser au-delà d’une certaine distance, au-delà d’un certain rayon. C’est aussi le langage qu’on n’utilisera pas tous les jours mais qu’on utilisera ou qu’on devra comprendre, les jours où le marché se tient à la ville. Ce processus d’éclatement a été lent puisqu’on voit que sous la Révolution française l’abbé Grégoire fera un rapport pour indiquer les moyens à prendre pour extirper les dialectes et imposer le français sur l’ensemble du territoire national par exemple.

10Cette fission linguistique se réalise d’abord par une contraction de l’aire et de la durée d’utilisation de la langue locale qui perd la fonction véhiculaire dans l’intériorité puisqu’il faut utiliser un autre langage, voire une autre langue, dans les rapports avec l’extériorité. Cela signifie que le capital constant n’est plus valable dans les échanges entre intériorité et extériorité autrement dit qu’on ne lui applique plus la même quantité de travail puisqu’en certains lieux et pour une certaine durée on lui substitue un autre langage. Le parler local de la campagne a donc toujours la même valeur d’usage mais sa valeur d’échange diminue. Inversement, c’est le langage de la ville qui se voit élevé au rang de véhiculaire et c’est sur ce capital constant que s’applique la quantité de travail soustraite. En d’autres termes, à la plus-value économique que fait la ville s’ajoute une plus-value en travail linguistique. Comme on l’a dit, la relation linguistique est sous-tendue par une autre relation.

  • 14 Cf. Rossi-Landi, Ideologia, op. cit., p. 56.

11Il s’agit bien d’une plus-value au sens marxiste du terme puisqu’il s’agit d’une quantité de capital variable qui est soustraite (Δ ν). Non pas d’une plus-value directe comme celle prélevée dans la relation économique mais plus-value indirecte, plus-value de caractère sémique qui manifeste sur le plan de la langue celle faite dans les profondeurs du rapport de production. Au même titre que la ville impose son mode d’échange économique, elle impose son mode d’échange linguistique qui constitue la superstructure de celui-là. Cette plus-value linguistique récupérée par la société urbaine promeut la langue de celle-ci au rang de véhiculaire. La classe dominante s’approprie et contrôle, par ses codes, la production, la circulation et l’interprétation des messages14. En même temps que la ville contrôle la circulation des biens, elle contrôle celle des informations. Que l’on prenne l’analyse sur le plan politique ou sur le plan économique la structure demeurera la même. Dans ces conditions, la communauté située dans l’intériorité connaît une double aliénation : sur le plan économique et sur le plan linguistique. Aliénation qui rend la campagne dépendante économiquement et linguistiquement. C’est alors le recul et la déstructuration du capital constant de la communauté dont la fonction véhiculaire s’amenuise, se dissout jusqu’à la disparition. Mais le mal va plus loin encore puisque dès l’instant où la fonction véhiculaire est captée par le langage de la ville, il est possible de substituer progressivement aux modèles sociaux et culturels de la campagne ceux de la ville. À l’occasion de toutes les relations, l’espace et le temps du vernaculaire se contractent comme une peau de chagrin. Comme nous l’avons dit plus haut, c’est une impitoyable logique qui modifie la langue dominée à travers son enveloppe spatiotemporelle. C’est ainsi que l’écologie du vernaculaire, ou devenu tel, est profondément modifiée.

12C’est assez dire que les cartes linguistiques de nos atlas sont, dans une large mesure, imaginaires. Que signifie, en effet, l’aire de la francophonie ? Peu de choses aujourd’hui puisqu’il faudrait tenir compte des espaces sociaux, internes aux territoires où le français est censé être parlé, et des durées d’utilisation plus les relations dans lesquelles on est engagé. Une véritable cartographie linguistique combinant espace et temps est encore à créer. Nous dirons même que nos cartes linguistiques sont idéologiques dans le sens où elles sont des « mensonges conscients ». Malgré les apparences, il n’y a aucun jugement péjoratif dans cette affirmation. Il ne s’agit que de la conséquence déduite des analyses précédentes.

  • 15 Einar Hangen, The Ecology of Language, Standford, University Press, Standford California 1972, p. 2 (...)

13Face à l’anglais, « langue de la ville », beaucoup de grandes langues nationales jouent le rôle de « langue de la campagne ». Il y a de quoi être saisi d’un complexe obsidional qui commence à émerger comme en témoigne le livre de Gobard et de bien d’autres. On l’a compris, du moins nous l’espérons, l’anglais n’est pas en cause en tant que langue, il ne l’est qu’en tant qu’expression de relations dissymétriques, donc d’inégalité dont l’origine prend naissance dans l’économique et le politique et encore dans le social et le culturel. L’anglais, pour un anglophone, peut remplir les quatre fonctions : l’unité devenant un formidable avantage sur le plan de la puissance de pénétration dans les collectivités. Ce serait un drame que Einar Hangen puisse avoir raison lorsqu’il écrit: « When the day is ripe, we will move beyond the nation, into world government, and with it we will find our way to a world language »15. Toute perte de différences est une perte d’avenir pour des collectivités plus ou moins grandes. Toute perte d’avenir nous approche de l’entropie. Mais « l’entropisation » a-t-elle commencé ? Deux exemples peuvent en montrer les progrès. Nous prendrons le cas de la Suisse alémanique et celui du Québec.

  • 16 Schizoglossie : multiplication des langues dans une communauté qui recourt à plusieurs langages pou (...)
  • 17 Cf. à ce sujet Einar Hangen, op. cit.
  • 18 Gobard, op. cit., p. 242.

14La Suisse alémanique est un cas intéressant en ce sens qu’il est complexe. C’est un exemple de schizoglossie puisque le vernaculaire est constitué par des dialectes (il y a pratiquement autant de dialectes qu’il y a de cantons alémaniques)16. Ces dialectes sont les langues de la vie quotidienne : ils sont utilisés dans la vie quotidienne, au sein de la famille, dans la rue, dans les lieux de travail, etc. Le Suisse-Allemand (c’est un abus de terme que d’employer le singulier mais c’est une généralisation néanmoins tolérable) est la langue de la conversation encore qu’il y ait une littérature vivante sinon abondante. L’allemand, en revanche, joue le rôle de véhiculaire pour l’écrit à l’intérieur de l’espace alémanique. Il est aussi pour la culture un référentiaire indiscutable. On peut s’étonner parfois, à l’étranger, de la persistance des dialectes alémaniques mais, en fait, cela manifeste la cohésion de la collectivité suisse-alémanique. C’est indéniablement un puissant moyen d’identité ethnique. Une première remarque s’impose pourtant : la schizoglossie dissimule, cache une schizochorologie et une schizochronie puisque les dialectes et l’allemand se partagent les espaces et les temps d’utilisation. Il y a donc deux types de capital constant pour un seul capital variable ((c + c’) + v). Cela revient à dire que certaines relations n’ont jamais lieu en dialecte, comme d’ailleurs certaines ne se réalisent jamais en allemand. Cela pourrait représenter un appauvrissement dans les deux cas. En fait, l’appauvrissement ne concerne que le dialecte puisque l’allemand est l’objet d’un puissant travail de la part du voisin septentrional. Il est impossible de faire des prévisions dans ce domaine mais on peut se demander si, à long terme, les effets de cette schizoglossie ne risquent pas d’être négatifs17. Le problème de la Suisse alémanique se complique encore par le fait que, cette région, qui concentre avec Zurich et Bâle les centres de décision économique, emploie dans ses relations d’affaires une troisième langue à savoir l’anglais. Pays exportateur par excellence, la Suisse entretient des relations économiques avec le monde entier, et, bien évidemment, elle le fait en anglais. Officieusement, sinon officiellement, la langue des multinationales suisses et des grandes entreprises est l’anglais. Il y a donc même un dédoublement du véhiculaire : l’un à faible rayon, l’allemand, et l’autre à grand rayon, l’anglais. L’espace relationnel alémanique est toujours plus investi par l’anglais qui n’est pas seulement la langue véhiculaire privilégiée par les entreprises mais aussi celle privilégiée par les hautes écoles et les universités. Cela ne signifie pas que l’anglais est parlé dans les entreprises (encore que l’on puisse trouver des exemples) et/ou dans les universités (là aussi des exemples existent) mais cela signifie qu’il y est de plus en plus écrit. Les scientifiques rédigent toujours plus en anglais, quelques-uns ne rédigent même qu’en anglais. L’anglais fait donc une plus-value dans la plupart des grandes relations économiques, politiques, sociales et culturelles. Les espaces concrets et abstraits investis par l’anglais augmentent de même que les durées d’utilisation. Évidemment, à travers ces relations se diffusent les modèles politico-économiques et socio-culturels américains surtout et anglais. Il s’agit d’un mouvement qui a débuté par le « sommet » et qui, pour l’instant ne touche que ce qu’il est convenu d’appeler les élites. Il n’en est pas moins dangereux puisque dans ces conditions l’anglais s’impose en tant que langue à statut élevé. Ainsi progressivement se réalise une aliénation, en fait une auto-aliénation d’autant plus efficace qu’elle est diffuse et incontrôlable. Comme le dit Gobard « la devise des unilinguistes commence à apparaître clairement : “Une Université !” (d’anglo-américain), “Une langue !” (l’anglo-américain) ». « Un chef ! » (l’anglo-américain)18. Cette auto-aliénation révèle parfaitement la finalité productiviste d’une société : c’est la croissance sans avenir. Croissance monstrueuse dont la seule référence est l’uniformité dans laquelle se dissolvent toutes les différences. C’est le triomphe de la communication sur la communion qui apparaîtra bientôt comme un problème para-linguistique ce qu’elle est déjà pour beaucoup. Le vernaculaire ne subsistera que parce qu’on lui reconnaît ou reconnaîtra une fonction dans la reconstitution de la force de travail (psychologique !).

15Le Québec serait-il dans une situation plus réjouissante ? Une première chose est à dire : le français québécois est un vernaculaire comme le français de France devient un vernaculaire. Que les Québécois le veuillent ou non, l’anglais fait une plus-value sur le français à travers les relations économiques, politiques, sociales et culturelles. Plus-value permanente par décollement de capital variable, autrement dit de temps de travail linguistique qui s’exerce sur l’anglais et non pas constamment sur le français. Certes, les Québécois, avec la fameuse loi 101, ont réagi vigoureusement en engageant un processus de « francisation ». Mais nous l’avons dit, ce problème n’est pas un problème linguistique. La preuve, dans le cas du Québec, en est donnée par de nombreuses entreprises qui ont décidé (prétexte évidemment) de se déplacer de Montréal à Toronto en déclarant qu’il ne leur était pas possible de passer d’une langue à l’autre. En fait, ces entreprises ont bien compris que le dessein québécois n’était pas seulement de récupérer l’usage du français mais de récupérer simultanément l’autonomie politique, économique, sociale et culturelle dans la mesure du possible. Dès lors leur déplacement n’est pas à interpréter en termes linguistiques mais en termes économiques et symétriquement la loi 101 n’est pas une loi sur la langue, elle est une loi qui annonce un projet de société : celui d’une société décolonisée. Préserver la langue, qui fait partie en tant que système sémique de la reproduction sociale, c’est marquer, face à la classe dominante, une volonté de se « reprogrammer » en termes nouveaux. Si l’usage du français ou l’usage de l’anglais n’était qu’usage d’un pur instrument comme on s’emploie généralement à le faire croire, alors la loi 101 serait dérisoire. Mais, en réalité, il n’en est rien puisque, par cet instrument complexe qu’est la langue, on s’identifie, on organise le réel, on donne une forme à l’autonomie vers laquelle on tend. C’est pour cela que la loi 101 n’est pas dérisoire : elle est même fondamentale puisqu’elle fournit une base à la volonté d’indépendance qui peut ainsi posséder et contrôler ses moyens d’expression. Les systèmes sémiques assurent, dans la reproduction sociale, la communication entre infrastructure et superstructure. Il est par conséquent évident que la loi 101 n’aura sa pleine signification que si le Québec parvient à maîtriser une partie importante, sinon tout, de l’espace économique. C’est assez dire que le problème linguistique est bien à double face !

III. La langue et les relations de pouvoir

  • 19 Rossi-Landi, op. cit., p. 83.
  • 20 Ibid., p. 83.
  • 21 Ibid., p. 91.

16La totalité des messages qui s’échangent dans une langue donnée constitue une communauté linguistique19. Dans ces conditions, une communauté linguistique apparaît comme un « immenso mercato, nel quale parole, espressioni e messagi circolano come merci »20 (trad. : immense marché dans lequel les mots, les expressions et les messages circulent comme des marchandises). Immédiatement se posent les problèmes relatifs à la circulation de ces « marchandises » linguistiques. Comme les autres produits, ces mots, expressions et messages ont non seulement une valeur d’usage mais aussi une valeur d’échange. Sur le marché linguistique, chaque mot, expression ou message se présente comme valeur d’usage et valeur d’échange. Valeur d’usage en ce sens qu’il faut satisfaire un besoin de communication. Valeur d’échange en ce sens que le mot entre en rapport avec d’autres mots dans la langue21.

  • 22 Lingua e Politica, A cura di R. Corsetti, Officina edizioni Roma 1976, p. 11. Il s’agit d’une citat (...)
  • 23 Gaetano Berruto, Monica Berretta, Lezioni di sociolinguistica e linguistica applicata, Liguori Edit (...)
  • 24 Lingua e politica, op. cit., p. 8.
  • 25 Roland Breton, Géographie des langues, P.U.F., Paris 1976, p. 16.
  • 26 Michel de Certeau, La culture au pluriel, U.G.E., Paris 1974, p. 61.

17Ce problème de la valeur nous amène au problème de l’échange, de la communication en un mot de la relation. La relation de communication, au même titre que d’autres relations, peut être parfaitement dissymétrique : « Quando il povero saprà dominare la parole... la tirannia del farmacista del comiziante e del fattore sarà spezzata22 (trad. : quand le pauvre saura dominer les mots... la tyrannie du pharmacien, de celui qui prononce un discours à un comice, d’un auteur sera brisée). Cette remarque de don Milani n’est évidemment pas à prendre au pied de la lettre car elle véhicule un idéalisme naïf. Pourtant, elle exprime bien, sur le plan des relations interindividuelles la part non négligeable des rapports de force qui s’établissent par le langage et dont celui-ci est le lieu sinon la cause. Le langage est un instrument de pouvoir au même titre qu’un autre, non pas qu’il puisse faire l’objet d’une appropriation privée mais il peut être manipulé avec plus ou moins d’efficacité. Mais en quoi cette efficacité peut-elle avoir une signification ? C’est que la langue est un mode d’agir, elle est un mode d’action sur l’Autre23. Chaque langue est un instrument d’action sociale et à ce titre elle occupe une place tout à fait particulière dans le champ du pouvoir. Une oppression linguistique est donc possible, une oppression au moyen de la langue. Oppression qui survient chaque fois qu’un groupe se voit imposer une langue différente de sa langue maternelle24. Dans ce cas deux modèles d’oppression sont envisageables : l’un intéressant l’intériorité d’une unité nationale et l’autre intéressant l’extériorité. Le premier, bien connu, est celui qui ressortit au laminage des situations dialectales ou patoisantes au profit d’une langue dont la caractéristique « est la tendance à être fixée, normalisée, “standardisée”, “consolidée” d’être proposée en modèle supra-local par élection de formes choisies dans le champ des variations dialectales de l’aire linguistique »25. Autrement dit pour reprendre la terminologie de Rossi-Landi, il y a élaboration d’un capital constant standard qui finit par se substituer à tous les autres qui progressivement s’éteignent. À cet égard, la Révolution française de 1789 a été une formidable machine à laminer les capitaux constants des différentes régions au profit du seul capital constant appelé « français ». On peut rappeler à ce sujet l’enquête lancée par l’abbé Grégoire, curé d’Embermesnil, en août 1790 et qui aboutit à son rapport de Prairial an II : sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française26. C’est le code de l’homogénéisation et celui de la hiérarchisation qui l’emportent. La stratégie étant de réaliser une aire où prédomine un, et un seul, capital constant. Nous ne pouvons que constater les faits, cela n’aurait aucun sens de porter un jugement qui nécessairement ne peut être que de valeur. Cependant, on peut chercher à représenter ce que signifierait l’existence dans une aire donnée de dialectes différents sans le secours d’un medium commun (fig. 22).

Image 10000000000004B0000003E3A591A5A2.jpg

Figure 22

18Les choses se passeraient comme si l’aire était cloisonnée en trois parties et il en résulte que si on fait la somme des relations on en a 9 contre 36 si on avait un capital constant unique. Le volume des relations n’est pas une fin en soi ou tout au moins n’est pas la seule finalité de la communication mais il est utile d’en tenir compte. Cette situation est moins théorique qu’on pourrait le penser : sans l’italien un Sarde et un Sicilien ne pourraient avoir aucune communication, aucune relation à moins que le Sarde n’apprenne le sicilien ou vice versa. On a donc la situation suivante : il y a une relation binaire réflexive pour un Sarde et un Sicilien à l’intérieur de leur communauté respective et l’utilisation d’un capital constant-relais pour communiquer entre eux (fig. 23).

Image 10000000000004B0000003B7D8599ED4.jpg

Figure 23

  • 27 Michel de Certeau, op. cit., p. 180.
  • 28 Ibid., p. 170.

19Il y a élargissement de l’aire d’action grâce à l’idiome commun et il y a multiplication des relations possibles. Cependant, il y a l’autre face du problème. L’intégration des différentes aires dialectales par la promotion d’une langue unique fait naturellement croître les possibilités de contrôle et de gestion d’une organisation centrale sur les collectivités périphériques. Dès lors, il est possible d’envisager la création d’émetteurs centraux d’information et de contrôler l’information qui circule. Tout savoir, tout voir, voilà l’objectif de toute organisation. La langue unique peut y aider. C’est en tout cas une des conditions pour y parvenir. Par ailleurs, si la distribution et la récolte de l’information sont centralisées, il y a économie de moyens donc d’énergie mais en même temps il y a marginalisation ou élimination de l’information qui ne passe pas par les canaux autorisés. Le pouvoir de l’organisation croît au fur et à mesure qu’il y a diminution des modèles culturels à disposition mais en même temps décroît le pouvoir des collectivités dont les modèles disparaissent. Il existe une relation de tension constante entre l’organisation centrale qui dispense des messages « officiels » et les organisations périphériques qui tentent d’émettre des messages spécifiques. Relation dissymétrique car le modèle officiel cherche à déstructurer les modèles particuliers qui constituent souvent dans l’optique de l’organisation centrale une contre-culture qui s’oppose à l’idéologie de l’homogène. Une hiérarchie s’institue entre l’organisation centrale et les organisations périphériques : le champ du pouvoir progressivement restreint l’espace des organisations périphériques. Reprendre le pouvoir, c’est regagner l’espace perdu d’où les mouvements régionalistes qui tentent dans des efforts, parfois désespérés, de ressaisir la maîtrise et l’utilisation de leur langue : « Il est caractéristique, à cet égard, que ces mouvements de minorités naissent dans les régions qui ont été exploitées par des sociétés majoritaires : par exemple le sud de l’Italie, le Québec, l’Occitanie ont fourni à l’Italie du Nord, à la France centrale ou nordique, au Québec anglais, des hommes et des richesses qui ont permis l’installation de pouvoirs centraux »27. Par la redécouverte de leur langue, ces mouvements se présentent d’abord négativement en ce sens qu’ils ne peuvent se poser qu’en s’opposant. La réinsertion dans un circuit social d’une langue en tant qu’instrument au sens plein du terme ne peut s’accompagner que d’une autonomie sur d’autres plans. La langue ne peut se remettre à « fonctionner » que si la périphérie ou les périphéries retrouvent une signification en face du centre, sinon « la revendication culturelle apparaît comme un reste et une compensation »28. Le contrôle de l’instrument linguistique sans le contrôle de certains autres instruments n’a pas de signification.

  • 29 Pierre Schaeffer, op. cit., p. 256-257.

20Comment le « centre » parvient-il à imposer « sa langue » ? À l’intérieur d’une unité territoriale, il peut disposer de la force politique et des ressources économiques et/ou représenter la majorité de la population. Dès lors pour accéder à cette force et à ces ressources, il est assez évident qu’une des premières conditions est d’assimiler la langue de ceux qui détiennent les enjeux en question. L’alternative n’est naturellement pas aussi simple dans tous les cas mais néanmoins certains exemples plaident en faveur de cette thèse, simpliste seulement en apparence. N’est-ce pas le cas du Québec où les francophones sont en moyenne moins payés que les anglophones pour des fonctions similaires ou encore qu’ils ne puissent pas accéder à tel ou tel statut professionnel ? Les majorités linguistiques ou les minorités parlant la « langue officielle » s’emparent des administrations publiques ou privées en contrôlant les postes-clés. De cette appropriation peuvent naître des conflits qui, malgré les apparences, ne sont pas de vrais conflits linguistiques mais purement et simplement des conflits politiques à couleur et à prétexte linguistiques. Le conflit Wallons-Flamands n’est pas un conflit linguistique, il est fondamentalement un conflit d’intérêts. Les vrais conflits linguistiques sont extrêmes. Ce sont ceux dans lesquels un groupe cherche à en priver un autre de l’usage de sa langue ; ce sont ceux dans lesquels on tente de substituer une identité linguistique à une autre et par conséquent à substituer une culture à une autre. C’est ce qui s’est fait avec les dialectes où les langues dites « secondaires » dans beaucoup de pays. À cet égard, on pourrait reprendre une idée intuitive mais non dénuée d’intérêt, celle de Pierre Schaeffer qui consiste à établir une relation entre pouvoir et communication : P.C. = constante29. Ce qui revient à dire qu’à communication nulle correspond un pouvoir infini et réciproquement. Ce que Schaeffer exprime par un graphique dont l’intérêt réside surtout dans la visualisation de l’idée (fig. 24).

Image 10000000000004B00000044CD81B72C4.jpg

Figure 24

21Il ne s’agit que d’une visualisation car il est impossible de quantifier sérieusement cette relation. Cependant, si l’on reprend le problème des entités territoriales caractérisées par plusieurs capitaux constants linguistiques, on découvre que, en l’absence d’une centralisation et d’une hiérarchisation, la communication est beaucoup plus diversifiée sinon quantitativement plus abondante. Elle est qualitativement plus riche puisque procédant de modèles d’analyse différents. Dans ces conditions le pouvoir d’un centre ne peut pas se manifester et par conséquent le pouvoir d’un centre sur les autres est faible. En revanche lorsque la communication est conditionnée par un seul capital constant elle peut être très abondante quantitativement mais très médiocre qualitativement. C’est dans ce sens que la constante de Schaeffer nous semble intéressante. N’est-ce pas le vieux problème de la Tour de Babel ? La « confusion » est source de richesse dans cette perspective mais aussi obstacle au pouvoir centralisé. La transparence de l’unité est source d’uniformité mais aussi favorable au pouvoir centralisé.

22Le problème ne se pose pas qu’à l’intérieur d’un État, il se pose aussi dans la relation dialectique intériorité-extériorité. C’est tout le problème posé par le phénomène colonial qui s’est traduit sur le strict plan linguistique par l’extension des aires linguistiques indo-européennes : le portugais, l’espagnol, l’anglais, le français et le russe pour ne citer que les exemples les plus significatifs se sont répandus et se sont imposés dans des aires plus ou moins vastes réduisant les langues autochtones à un rang inférieur en limitant leur usage à des espaces concrets et abstraits de plus en plus petits. C’est le phénomène de la langue dominante imposée par un groupe dominant. Dans les exemples précités, c’est le groupe des colonisateurs qui a progressivement imposé l’usage de sa langue et souvent aussi, sinon toujours, sa culture. Dans ce cas, il y a création d’un « centre » nouveau avec lequel la communication ne peut s’opérer qu’en utilisant une langue spécifique. On peut imaginer les schémas suivants représentant deux situations : l’une avant l’introduction d’une langue dominante et l’autre après l’introduction d’une langue dominante.

  • 30 Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Payot, Paris 1974, p (...)
  • 31 Ibid., p. 217.
  • 32 Ibid., p. 218.
  • 33 Ibid., p. 220.

23Le centre et la périphérie n’utilisent pas dans leurs relations réflexives le même langage. On notera que ce centre durant la période coloniale représente le système institutionnalisé de la puissance dominante. Autrement dit tout ne passe pas, tant s’en faut, par la langue importée mais l’essentiel des ordres et des injonctions passe par elle. Plus surprenant est la conservation de la langue des colonialistes après l’indépendance, du moins dans quelques cas. L’exemple du français en Afrique est très illustrant : « Francophonie. L’idée est lancée en 1964 par quelques chefs d’État africains (L. Senghor, H. Bourguiba)30… En fait, les pays qui se proclament francophones n’ont que très peu de choses en commun sinon « la langue de leurs “élites” »31. La francophonie peut même être une sorte d’imposture car il n’y a rien de commun entre le Québécois qui défend sa langue et l’Africain qui subit le français : « Dans un cas lutte de libération linguistique, dans l’autre cas prolongation d’une oppression linguistique »32. D’après Calvet, le pourcentage des Africains de l’ouest parlant français se situe entre 5 et 10 % ce qui place le français loin derrière les langues locales33. En fait, la francophonie se réfugie dans les discours officiels et dans l’élaboration des lois et des décrets. L’espace de la francophonie est un espace abstrait en ce sens que les flux de communication codés et décodés en français n’intéressent pas la vie quotidienne immédiate mais intéressent surtout certains domaines de la vie publique. Ceci s’explique aussi par le fait que le français investit surtout l’espace écrit. Il n’est pas absent, bien sûr, de l’oralité mais celle-ci est également investie par les langues locales au niveau des mass-media et en particulier de la radio.

24Que ce soit dans la perspective de l’intériorité ou dans celle de l’extériorité, il n’y a pas de différence fondamentale au niveau des mécanismes et c’est ce que nous allons tenter de montrer. Dans tous les cas, la langue est un instrument de pouvoir et le pouvoir peut s’actualiser dans la langue puisque des communautés entières peuvent être tributaires d’une langue dominante pour leur accès au champ culturel moderne. C’est-à-dire qu’une langue A peut s’imposer dans certains rapports entre Β et C ou C et D.

25Considérons pour faciliter l’analyse de ce problème trois communautés représentées par le « graphe discret » ou « graphe sans arc » (fig. 25).

Image 10000000000004B000000297087F1E34.jpg

Figure 25

26Admettons que ces trois communautés sont dans un même territoire relevant d’une même autorité politique. De ce fait, il découle que ces collectivités doivent entretenir une série de rapports entre elles, autrement dit qu’elles doivent communiquer. Si elles utilisent des langues différentes respectivement pour a, b et c, a’, b’ et c’, on aura au niveau de la communication pour chacune d’elles un « graphe unité » (fig. 26).

Image 10000000000004B00000030A6F33C85D.jpg

Figure 26

27Ce dernier graphe représente ce qu’on pourrait appeler la communication intra-communautaire et non pas la communication intercommunautaire nécessaire au fonctionnement du système entier. La communication totale ne peut être rendue que par un graphe complet (fig. 27).

Image 10000000000004B00000044FED797999.jpg

Figure 27

28Pour que ce graphe complet se réalise, il faut réaliser un certain nombre de conditions qui sont autant d’alternatives. Ou bien, le trilinguisme est réalisé, c’est-à-dire que a utilise a’ dans ses rapports avec b et c mais est capable de décoder les messages de b et c codés en b’ et c’. Étant entendu qu’il en va de même pour b et c dans leurs relations respectives avec a. C’est évidemment un cas idéal qui suppose la mise en place d’une infrastructure éducative pour l’acquisition de b’ et c’ en a, de a’ et c’ en b et de a’ et b’ en c. C’est évidemment une solution « idéale » dans la mesure où elle réalise une communication complète sans faire violence à aucune des communautés linguistiques mais c’est une solution coûteuse et pratiquement irréalisable dans les faits. Il y a une grande distance entre la réalité et l’idéologie. C’est le cas de la Suisse où dans les rapports entre communautés linguistiques au niveau officiel, à Berne par exemple, chacun devrait être en mesure de comprendre l’allemand, le français et l’italien tout en s’exprimant dans sa langue maternelle. Ce n’est en fait le cas que pour un très petit nombre de personnes, à savoir une élite, ayant acquis le maniement des trois langues. En réalité, il est nécessaire de créer une structure de commutation pour passer d’une langue à l’autre et assurer la transmission des messages. On peut imaginer un autre modèle plus réaliste qui consiste à privilégier soit a’, soit b’, soit c’ pour les besoins de la communication inter-communautaire. À nouveau toutes sortes de problèmes se posent : faut-il faire un choix de nature quantitative, c’est-à-dire privilégier la langue parlée par le plus grand nombre, ou un choix qualitatif, c’est-à-dire donner la préférence à la langue considérée comme la mieux adaptée à un certain état de communication ?

29Il s’agit bien d’une relation de pouvoir entre les représentés et le ou les représentants, c’est-à-dire l’organisation centrale. Si l’on fait l’hypothèse qu’il n’y a aucun conflit entre les collectivités d’une part et les collectivités et le pouvoir central d’autre part, on peut admettre que le problème est de minimiser la dépense d’énergie pour communiquer et par conséquent de maximiser l’information. Dès lors, on peut admettre de privilégier une seule langue a’, b’ ou c’ pour les relations avec l’organisation centrale et les relations intercommunautaires de manière à éviter les processus de double codage et décodage requis par la traduction. S’il est évident que cette stratégie est souhaitable du point de vue du pouvoir central qui dans ce cas ratifie dans les faits et la forme une hiérarchisation, elle place les autres langues dans une position secondaire puisqu’elles ne seront plus utilisées que pour des échanges intracommunautaires, ce qui naturellement aura des effets à long terme dans le domaine social, culturel, politique et économique. La langue choisie verra son espace s’agrandir tandis que celui des autres aura tendance à se restreindre. C’est-à-dire qu’on s’acheminera peu à peu vers une situation monolinguistique de fait sinon formellement. Autrement dit, la communauté favorisée par le choix de sa propre langue est destinée à prendre une position prédominante par rapport aux autres, tout au moins pendant une période suffisamment longue. Le gain en quantité d’information se paie par une marginalisation des autres langues. Les autres communautés peuvent dès lors déclencher une résistance qui peut se traduire par des situations conflictuelles.

30Le système des langues officielles augmente, sans aucun doute, la dépense en énergie mais elle a le mérite de préserver l’identité linguistique des autres communautés et dans une large mesure d’éviter les conflits. D’autre part, cette stratégie intègre le code du pluralisme garant de l’autonomie des différentes collectivités. On voit qu’ainsi en tout cas deux modèles de relation sont possibles. L’un qui tend à appauvrir le système en diversité, qui est représentée par différentes langues, mais à l’enrichir en information et l’autre qui préserve la diversité mais consomme plus d’énergie, donc de ressources. Dans le premier modèle, le pouvoir se traduit par une intégration plus grande et par de plus larges possibilités de diffusion d’éléments culturels spécifiques. Dans le second modèle, il y a équilibre entre les communautés, moindre intégration et moindre diffusion d’éléments uniques. La confrontation est possible contrairement au premier modèle qui ne la favorise pas puisqu’il impose ses propres normes. Dans le premier cas, on peut parler d’une relation dissymétrique, tandis que dans le second on peut parler d’une relation symétrique. C’est alors un problème philosophique que de savoir si l’un est préférable à l’autre dans l’hypothèse où les ressources sont disponibles pour permettre celui qui est apparemment le plus coûteux. Tout pouvoir à composante informationnelle cherchera bien évidemment à faire triompher l’idée d’une seule langue de communication car cela simplifie ses relations. Si l’on veut tout savoir une seule langue est préférable. Quelques exemples à partir des mass-media sont faciles à choisir : radio ou télévision. Il faut multiplier les émetteurs si l’on conserve plusieurs langues, alors qu’un seul émetteur est requis s’il n’y a qu’une langue. Mais le problème n’intéresse pas que l’État, il intéresse aussi les autres organisations. Ainsi les entreprises peuvent imposer l’usage d’une seule langue. On a d’ailleurs des exemples nombreux d’entreprises non anglo-saxonnes qui ont définitivement privilégié l’anglais dans leurs relations. L’impérialisme de l’anglais est un sûr moyen de pouvoir à beaucoup de niveaux. Les multinationales ont depuis longtemps privilégié l’anglais dans leurs rapports avec leurs succursales et entre elles. Nécessité, bien sûr, mais moyen aussi de faire passer de cette manière tout un ensemble d’informations qui modèlent, structurent les esprits et les collectivités. L’impérialisme de la culture anglo-saxonne est d’abord un impérialisme de la langue anglaise comme autrefois cela a été le cas avec le français. À cet égard, quelques remarques s’imposent.

  • 34 Voir à ce sujet Benjamin Lee Whorf, Linguistique et anthropologie, Gonthier, Paris 1969.

31Une langue détermine un modèle de représentation de « l’univers »34. Autrement dit, privilégier une langue c’est imposer un modèle de représentation unique et c’est par là même homogénéiser le système d’information. Il faut bien distinguer ici information et communication. Autrement dit, il faut distinguer contenu et processus. Considérons le contenu. Réaliser une information homogène, c’est-à-dire obéissant à des structurations identiques, c’est posséder un pouvoir considérable, pouvoir potentiel d’abord mais pouvoir qui peut être actualisé ensuite. Les dangers de la manipulation deviennent alors extrêmement grands. L’idéal étant de concevoir des modèles uniques à forte capacité de diffusion et de pénétration. C’est en cela que résident les inquiétudes qu’on peut avoir en face d’une seule langue. Toute homogénéisation à ce niveau-là permet la concentration et la centralisation et par conséquent renforce les possibilités de contrôle et de domination. Toute perte de diversité se traduit aussi par une perte d’autonomie.

32À cet égard, et ce sera là notre conclusion, la langue est exemplaire car elle fournit un modèle d’analyse pour toutes les autres propriétés qualitatives de la population. La résistance à travers la langue se retrouve posée dans les mêmes termes dans la religion et l’ethnie ou la race. Toute tentative d’élimination des différences est grosse d’un pouvoir oppresseur qui cherche à réaliser dans l’espace et dans le temps un champ d’action pour se déployer. Tout pouvoir qui s’instaure unifie, centralise, concentre, homogénéise, lamine, écrase de manière à ne travailler qu’une masse isotropique. Le pouvoir se nourrit d’isotropie. L’anisotropie offre des résistances. Dans toute politique d’intégration et d’unification, il y a une volonté d’effacer les différences. Pourquoi ? Parce que les résistances s’accrochent à ces différences qui sont autant d’obstacles au déploiement d’un pouvoir total. Pouvoir total et différences sont incompatibles. Pourtant les différences existent et leur suppression n’a aucun fondement théorique sinon éventuellement un fondement pratique. C’est la « naturalisation » du concept d’unité.

Notes

1 Frédéric Francois, Le langage et ses fonctions : Le Langage Encyclopédie de la Pléiade, Paris 1968, p. 8.

2 Voir à ce sujet les pages pénétrantes de Luis J. Prieto, Messages et signaux, P.U.F., Paris 1972, p. 5-10.

3 J.-M. Lotman, B.-A. Uspenskij, Tipologia della cultura, Studi Bompiani, Milano 1975, p. 28.

4 Henri Gobard. L’aliénation linguistique, analyse tétraglossique, Flammarion, Paris 1966.

5 Ibid., p. 34.

6 Ibid., p. 38.

7 George Steiner, After Babel, Oxford University Press, New York and London 1975, p. 54.

8 F. Rossi-Landi, Il linguaggio come lavoro e come mercato, Bompiani, 2e édit., Milano 1973, p. 62.

9 Ibid., p. 66.

10 Ibid., p. 80.

11 Ibid., p. 81.

12 Ibid., p. 81-82.

13 Argent contre marchandise et marchandise contre argent augmenté de la plus-value.

14 Cf. Rossi-Landi, Ideologia, op. cit., p. 56.

15 Einar Hangen, The Ecology of Language, Standford, University Press, Standford California 1972, p. 264. (quand les temps seront mûrs, nous dépasserons le cadre de la Nation pour atteindre un gouvernement mondial et nous trouverons alors une langue mondiale).

16 Schizoglossie : multiplication des langues dans une communauté qui recourt à plusieurs langages pour communiquer selon les lieux et les moments.

17 Cf. à ce sujet Einar Hangen, op. cit.

18 Gobard, op. cit., p. 242.

19 Rossi-Landi, op. cit., p. 83.

20 Ibid., p. 83.

21 Ibid., p. 91.

22 Lingua e Politica, A cura di R. Corsetti, Officina edizioni Roma 1976, p. 11. Il s’agit d’une citation de don Lorenzo Milani.

23 Gaetano Berruto, Monica Berretta, Lezioni di sociolinguistica e linguistica applicata, Liguori Editore, Napoli 1977, p. 93.

24 Lingua e politica, op. cit., p. 8.

25 Roland Breton, Géographie des langues, P.U.F., Paris 1976, p. 16.

26 Michel de Certeau, La culture au pluriel, U.G.E., Paris 1974, p. 61.

27 Michel de Certeau, op. cit., p. 180.

28 Ibid., p. 170.

29 Pierre Schaeffer, op. cit., p. 256-257.

30 Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Payot, Paris 1974, p. 216.

31 Ibid., p. 217.

32 Ibid., p. 218.

33 Ibid., p. 220.

34 Voir à ce sujet Benjamin Lee Whorf, Linguistique et anthropologie, Gonthier, Paris 1969.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search