Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Première partie. D'une problématique à une autre

Chapitre I

Critique de la géographie politique classique

Texte intégral

I. Émergence de la géographie politique

1Paradoxalement, les sciences de l’homme sont d’autant plus tentées d’établir leur généalogie qu’elles sont plus jeunes. Nul ne s’attend à un exposé historique au début d’un ouvrage de physique. En revanche, s’il s’agit de sociologie, de science politique ou de géographie les références à une filiation n’étonneront pas. Les historiens des sciences de l’homme consentent des efforts souvent considérables pour reculer dans le passé les origines de ces disciplines. Tous ces discours historiques ont longtemps eu pour objectif de montrer davantage l’existence d’une continuité que de fonder l’identification de « moments » épistémologiques. La géographie politique n’a pas échappé à cette tradition et elle s’est découvert d’Hérodote à Ratzel une foule d’ancêtres tels Platon, Aristote, Botero, Bodin, Vauban, Montesquieu, Turgot, etc. pour n’en citer que quelques-uns qui, à un titre ou à un autre, ont été appelés à témoigner de l’ancienneté du projet politique en géographie.

  • 1 Cf. Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l’homme, Gallimard, Paris 1972, p. 17.

2Il ne s’agit nullement ici de discréditer ce genre de recherche érudite indispensable à la compréhension d’une genèse mais il nous apparaît plus significatif encore, pour notre propos tout au moins, de dégager les « moments lourds » de l’épistémologie géographique. Nous n’ouvrirons pas un débat pour savoir si une épistémologie de la géographie est possible et pourtant il le faudrait dans la mesure où beaucoup d’épistémologues, à la suite de Piaget, ne reconnaissent pas à la géographie un statut épistémologique. Il est particulièrement révélateur que Piaget ne prenne pas en compte la géographie humaine dans les sciences « nomothétiques »1. C’est d’autant plus étonnant que la géographie, tout autant que l’économie ou la démographie par exemple, avec moins de bonheur peut-être, cherche à dégager des « lois ». Quoi qu’il en soit, nous postulons qu’il y a une possible épistémologie de la géographie en raison même de sa recherche de « lois » quantitatives ou non.

  • 2 Friedrich Ratzel, Politische Geographie, München und Leipzig, 1897.

3Nous sommes encouragés dans cette voie par la géographie politique elle-même véritablement fondée, dans toute son ampleur, par Ratzel en 18972. Tout le projet ratzélien est sous-tendu par une conception nomothétique et il importe peu, à ce stade de l’analyse, de savoir si elle a réussi ou non. L’œuvre de Ratzel est un « moment épistémologique » qu’il s’agisse de son « Anthropogéographie » ou de sa « Politische Geographie ».

  • 3 F. Ratzel, Politische Géographie oder die Geographie der Staaten, des Verkehres und des Krieges,(...)

4Ratzel est à un point de convergence d’un courant de pensée naturaliste et d’un courant de pensée sociologique que l’analyse attentive de ses sources permettrait de révéler. Encore que cela s’avère difficile car Ratzel, quelques notes et remarques mises à part, ne livre pas ou peu de références. Pourtant au fil de son œuvre, il est relativement aisé de découvrir ce qu’il emprunte aux sciences naturelles, à l’ethnographie, à la sociologie mais surtout à l’histoire. Ratzel a très certainement été influencé par des historiens comme Curtius et Mommsen, par des géographes comme Ritter et Reclus mais également par un homme comme Spencer qui lui a fait découvrir la loi du développement reprise plus tard par Darwin. Influencé aussi par la rigueur quasiment mathématique d’un Clausewitz. Le cadre conceptuel de Ratzel est très large et tout autant naturaliste que sociologique mais il serait erroné de lui reprocher d’avoir « naturalisé » la géographie politique comme cela a été fait, parfois. Ratzel, lui-même, a pris ses distances et il a reconnu que la comparaison de l’État avec des organismes hautement développés n’était pas fructueuse (« Der Vergleich des Staates mit hochentwickelten Organismen ist unfruchtbar »)3. En insistant sur l’État, la circulation et la guerre, Ratzel révèle des préoccupations et surtout une perspective socio-politique qui se satisferaient mal d’un simple démarquage des méthodes purement biologiques.

5On peut considérer la seconde édition comme le maître-ouvrage qui a, non seulement orienté et influencé l’école allemande mais encore, de manière différenciée, toutes les autres écoles de géographie. Nous ne voulons pas dire que les auteurs qui ont suivi Ratzel sont ses épigones mais tout simplement que l’œuvre ratzélienne, en posant les bases de la géographie politique, a tracé un cadre dans lequel on peut encore travailler même lorsqu’on s’y oppose comme cela a été le cas dans l’école française. Ratzel a posé toute une série de concepts dont certains ont beaucoup diffusé et d’autres moins. Un rapide survol de l’apport ratzélien s’avère indispensable pour comprendre comment la géographie politique a émergé et comment elle s’est développée par la suite.

6Ratzel est parti de l’idée qu’il existait une liaison étroite entre le sol et l’État. C’est au fond une illustration politique de ce qu’on a appelé le déterminisme qui a eu ses défenseurs et ses détracteurs acharnés. Ce n’est pas le lieu, ici, de reprendre cette vieille querelle qui n’a qu’un intérêt historique. Cependant, il est intéressant de montrer que ce rapport entre sol et État inaugurait une tendance nomothétique dans la géographie que le fameux probabilisme français n’a pas su remplacer. Il n’a pas su dans la mesure où les instruments qu’il aurait dû mobiliser, à savoir ceux de la statistique probabiliste, n’ont pas fait partie de l’arsenal méthodologique de la géographie pendant au moins un demi-siècle.

7L’élément fondateur, formateur de l’État pour Ratzel a été l’enracinement dans le sol de communautés exploitant les potentialités territoriales. L’analyse ratzélienne s’est développée tout à la fois synchroniquement et diachroniquement, d’où le recours à des historiens. Dans l’évolution de l’État, Ratzel a très bien vu le rôle et l’influence que pouvaient jouer les représentations géographiques ainsi que les idées religieuses et nationales. Mais c’est certainement sur les concepts spatiaux que Ratzel a le plus concentré ses efforts et en particulier sur la position qui est l’un des concepts majeurs de la géographie politique. Les frontières également en tant qu’organes périphériques de l’État ont longuement retenu son attention. C’est pourquoi, il a cherché à distinguer la signification des zones de contact, terre-mer par exemple, de mers, de montagnes, de plaines, sans oublier celle des fleuves et des lacs. Il n’a pas pour autant négligé l’étude de la population et de la circulation conçue en tant que mouvement des êtres et des choses.

  • 4 Cf. sur ce sujet, Samir Amin, L’accumulation à l’échelle mondiale, Éditions Anthropos, Paris 1970.

8Si l’on considère plus précisément quelques-uns des concepts utilisés par Ratzel, on est frappé par leur modernité. Il suffira d’évoquer, pour s’en convaincre, la croissance différentielle, le centre et la périphérie, l’intérieur et l’extérieur, le voisinage, entre autres. Les études contemporaines sur l’allométrie ont donné au concept de croissance différentielle une base mathématique tandis que les économistes, mais pas seulement eux, se sont emparés des concepts de centre et de périphérie4. Sans doute, ces concepts ont-ils été détournés de leur sens premier qui, chez Ratzel, était spatial, mais il n’en demeure pas moins qu’ils ont servi à exprimer des stratégies se réalisant dans l’espace.

  • 5 Georges Burdeau, L’État, Seuil, Paris 1970, p. 13.

9Beaucoup de choses, sinon toutes, sont contenues dans l’œuvre de Ratzel mais elles ont été oubliées... et redécouvertes parfois soixante ans plus tard. La perspective ouverte par Ratzel a été très large et pendant plusieurs décennies le programme de la géographie politique n’a pas été vraiment modifié dans ses profondeurs. On peut même affirmer que l’on s’est contenté d’exploiter la « mine ratzélienne ». Ce qui a pu apparaître nouveau est ce que Ratzel a, volontairement ou involontairement, laissé dans l’ombre. En effet, si on ne prend en compte que les cadres conceptuels, en laissant bien entendu de côté d’une part les transformations intervenues dans le monde depuis le début du XXe siècle et d’autre part les progrès méthodologiques accomplis en géographie politique par l’utilisation du langage logico-mathématique, on découvre que la pensée de la géographie politique actuelle se coule, grosso modo, dans les mêmes moules que celle de Ratzel. Ce qui revient à dire qu’il y a eu, évidemment, un énorme travail de reproduction, actualisé dans les contenus, mais un modeste travail d’invention, c’est-à-dire une médiocre actualisation des formes. Si Ratzel, revenant aujourd’hui, ouvrait les manuels de géographie politique générale, il ne serait guère dépaysé, sinon par quelques formules et indices, car il retrouverait les catégories d’analyse utilisées ou forgées par lui. Ces catégories d’analyse procédant d’ailleurs directement ou indirectement d’un seul et unique concept celui d’État : « Personne n’a jamais vu l’État. Qui pourrait nier cependant qu’il soit une réalité ? »5

  • 6 Définition de J. Freund, citée par Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., Paris 1967, (...)
  • 7 Henri Lefebvre, De l’État, 1, l’État dans le monde moderne, Union Générale d’Éditions, Paris 1976, (...)
  • 8 Ibid., p. 4.

10Ratzel n’a certes pas nié que c’en était une ! Il a même contribué, très largement, à l’affirmer dans le domaine géographique. C’est même la seule réalité, en tant qu’elle est représentative du politique, qu’envisage Ratzel. Mais quel est cet État privilégié par Ratzel ? C’est l’État moderne ou État-nation. Autrement dit, Ratzel ne fait la géographie que de l’une de ces « conformations historiques possibles par laquelle une collectivité affirme son unité politique et accomplit son destin »6. En effet, il ne doit pas y avoir de doute là-dessus : « Qui dit pouvoir ou autorité ne dit pas État »7. Chez Ratzel, tout se déroule comme si l’État était le seul lieu du pouvoir, comme si tout le pouvoir était concentré en lui : « Il faut dissiper la fréquente confusion entre l’État et le pouvoir. Le pouvoir naît très tôt, dès l’histoire qu’il contribue à faire »8. Ainsi Ratzel a-t-il engagé tous ses « héritiers » dans la voie d’une géographie politique qui n’a pris en compte que l’État ou les groupes d’États.

  • 9 Hegel, Principes de la philosophie du droit, Gallimard, Paris 1963, p. 270.
  • 10 Lefebvre, op. cit., p. 7.

11Nous verrons ensuite la signification proprement géographique de ce choix mais, auparavant, il est nécessaire de se demander pourquoi Ratzel a fait ce choix. Ratzel lui-même ne donne aucune explication mais on peut interroger le contexte dans lequel il a baigné. L’Allemagne du XIXe siècle a baigné dans le contexte hégélien. Nous ne saurions dire si Ratzel a adhéré à la conception hégélienne mais ce qui est certain c’est que toute sa géographie politique révèle que « l’État est la réalité en acte de l’Idée morale objective »... Dans la coutume, il a son existence immédiate, dans la conscience de soi, le savoir et l’activité de l’individu, son existence médiate, tandis que celui-ci a, en revanche, sa liberté substantielle en s’attachant à l’État comme à son essence, comme but et comme produit de son activité »9. Le poids du « Zeitgeist » ne doit pas être sous-estimé et Ratzel, en tout cas, dans sa géographie politique, fait écho à la pensée du XIXe qui rationalise l’État. Il donne à l’État sa signification spatiale, il le « théorise » géographiquement. En cela, il n’est d’ailleurs qu’influencé par une longue tradition philosophique qui a trouvé en Hegel son représentant le plus éclatant : « ... chez les premiers théoriciens politiques de l’Europe — chez Hobbes, Spinoza, Rousseau — l’État-nation se distingue encore mal de la Cité-État, parce que le peuple, la nation, l’État se confondent. Alors que Hegel établit entre ces termes un rapport rationnel »10.

12Dès l’instant où l’État = le politique, la catégorie du pouvoir étatique étant supérieure à toutes les autres, l’État peut être la catégorie unique d’analyse. Dire que l’État est la source du pouvoir, la seule, est, nous l’avons montré une confusion mais c’est aussi un discours métonymique. Ou bien l’État détient le pouvoir et il est le seul à le détenir ou bien il est le pouvoir supérieur et il faut faire l’hypothèse de pouvoirs inférieurs qui peuvent interférer avec celui-là.

13La géographie politique de Ratzel est en fait une géographie de l’État et elle véhicule implicitement une conception totalitaire, celle d’un État tout puissant. Sans le savoir et peut-être aussi sans le vouloir, Ratzel a fait la géographie de « l’État totalitaire », l’adjectif étant pris ici dans le sens de ce qui embrasse une totalité et non pas dans le sens politique actuel. Mais qu’on ne s’y trompe pas, si Ratzel ne connaissait pas encore l’État totalitaire, au sens actuel du terme, il en possédait l’idée et en fait, par sa géographie, il a rendu visible l’État dans son décor spatial. C’est vrai que l’État ne se voit pas mais c’est vrai aussi que l’État se donne en spectacle par toutes sortes de manifestations spatiales, de la capitale à la frontière en passant par les maillages intérieurs hiérarchisés et les réseaux de circulation. L’État peut se lire géographiquement et Ratzel a donné des catégories pour le décrypter : centre vs périphérie, intérieur vs extérieur, supérieur vs inférieur, etc. La géopolitique qui, elle, est réellement une géographie de l’État totalitaire (Italie, Allemagne, U.R.S.S.) n’a eu qu’à puiser dans le corpus des concepts ratzéliens pour trouver les instruments de son élaboration.

14Seul existe le pouvoir de l’État. C’est tellement évident que Ratzel ne fait allusion, en matière de conflit, de choc entre deux ou plusieurs pouvoirs, qu’à la guerre entre États. Les autres formes de conflit telles que les révolutions, par exemple, qui mettent en cause l’État dans son intériorité n’ont pas de place dans son système. L’idéologie sous-jacente est bien celle de l’État triomphant, du pouvoir étatique.

15Toutes les écoles géographiques française, anglaise, italienne et américaine qui, à la suite de l’école allemande, ont fait de la géographie politique ont, en fait, ratifié ces présupposés philosophiques et idéologiques en ce sens qu’elles n’ont nullement mis en cause l’équation État = pouvoir.

16Quelle est la signification géographique du point de vue de la « connaissance scientifique » de cette situation ? Tout d’abord en ne considérant que l’État, comme c’est le cas dans la géographie politique générale, on ne dispose que d’un niveau d’analyse spatial, celui limité par des frontières. Certes, on peut aussi disposer d’une hiérarchie de niveaux ceux-là même que l’État a créés pour organiser, contrôler et gérer son territoire et sa population mais, avec le caractère de plus en plus intégrateur et englobant de l’État ces niveaux apparaissent surtout comme des relais spatiaux pour diffuser le pouvoir étatique plutôt que comme des niveaux articulés d’exercice de pouvoirs inférieurs. Autrement dit l’échelle est donnée par l’État. C’est en quelque sorte une géographie unidimensionnelle ce qui n’est pas acceptable dans la mesure où il existe de multiples pouvoirs se manifestant dans des stratégies régionales ou locales. Ensuite, le pouvoir étatique est traité comme un fait évident qui n’a pas besoin d’explicitation puisqu’il se retrouve dans des cristallisations spatiales qui manifestent suffisamment son action. C’est évidemment inférer une chose non identifiée à partir des signes qu’elle laisse ici et là. Enfin, il y a une rupture entre la dynamique qu’on peut prêter à ce pouvoir étatique et les formes qu’on peut observer dans le champ opératoire d’un territoire. Nous voulons dire que les systèmes de flux divers qui contribuent, à l’origine du pouvoir étatique, à élaborer ces formes ne sont pas véritablement décrits et expliqués. Les choses ont-elles changé depuis Ratzel ? A-t-on davantage affaire à une géographie politique ou est-on encore dans une géographie de l’État. C’est ce que nous allons tenter de voir.

II. Géographie politique ou géographie de l’État ?

  • 11 Maurice Duverger, Introduction à la politique, Gallimard, Paris 1964, p. 16.
  • 12 Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., coll. S.U.P., Paris 1967, p. 28-59.

17Une véritable géographie ne peut être qu’une géographie du ou des pouvoirs. L’expression de géographie du pouvoir est, à notre sens, bien préférable et dorénavant nous n’utiliserons que celle-là. Si l’on dit, à la suite de Lefebvre, qu’il n’y a de pouvoir que politique, cela signifie, compte tenu de ce qui précède, que le politique n’est pas tout entier réfugié dans l’État. En effet, si le politique atteint sa forme la plus achevée dans l’État, cela n’implique pas qu’il ne caractérise pas également d’autres communautés : « En étudiant de façon comparative le pouvoir dans toutes les collectivités, on peut découvrir les différences entre le pouvoir dans l’État et le pouvoir dans les autres communautés »11. Pour une discussion du politique nous renvoyons à Balandier12. Nous admettrons qu’il y a pouvoir politique dès l’instant où une organisation lutte contre l’entropie qui la menace de désordre. Cette définition inspirée par Balandier nous fait découvrir que le pouvoir politique est congruent à toute forme d’organisation. Or la géographie politique, au sens strict du terme, devrait prendre en considération les organisations qui se développent dans une enveloppe spatio-temporelle qu’elles contribuent à organiser ou... à désorganiser.

  • 13 Cf. Otto Maull, Politische Geographie, Berlin 1925 et S.-B. Jones, A unified field theory of politi (...)
  • 14 Cf. Alexander Supan, Leitlinien der allgemeinen polilischen Geographie, Berlin und Leipzig 1922, et (...)
  • 15 Arthur Dix, Politische Geographie, Weitpolitisches Handbuch, München und Berlin 1922.
  • 16 Julien Benda, La trahison des clercs, J.-J. Pauvert, Paris 1965, p. 24.

18D’une manière générale, l’école allemande a accentué les tendances manifestées par Ratzel et révélé certaines dimensions latentes chez cet auteur. Que l’on prenne Maull ou Supan, il n’y a pas d’hésitation à avoir sur le fait qu’on se trouve en face d’une géographie de l’État bien plus qu’en face d’une géographie politique qui ferait place à des formes de pouvoir politique autres que celles dérivées directement de l’État. Maull, très systématique, est allé jusqu’à l’élaboration d’une morphologie des États, tout en mettant en évidence le processus vital de création étatique. Cela constitue une chaîne « logique » d’inspiration biologique qui rappelle, à certains égards, ce que Jones a tenté, quelques décennies après, avec sa Unified Field Theory13. Fidèle au déterminisme, Maull cherchera à formuler des lois : dépendance causale de l’homme et de la nature, loi de variabilité des relations entre la nature et l’être humain, loi du développement, loi de l’unité des effets géographiques. On notera, au passage, que le déterminisme de Maull n’est pas absolu, il est relativisé ne serait-ce que par la loi de variabilité des relations entre l’homme et la nature. Maull a clos une époque indiscutablement marquée, dans la géographie allemande, par des efforts théoriques sérieux. Supan et Dix sont dans cette lignée. Le premier s’attachera même à la quantification dont les résultats s’attireront l’ironie d’Ancel14. Tandis que le second s’inscrit déjà dans une perspective géopolitique15. Avec la géopolitique, dont le terme est dû à Rudolf Kjellen, se prépare la mondialisation de l’État. La première guerre mondiale n’est pas étrangère à ce contrôle total par l’État. Un homme comme Julien Benda avait parfaitement pressenti et analysé ce qui se tramait : « La guerre politique impliquant la guerre des cultures, cela est proprement une invention de notre temps et qui lui assure une place insigne dans l’histoire morale de l’humanité »16. Cette remarque écrite en 1927 montre assez que l’État est en train d’occuper toute la place disponible.

  • 17 Martin Schwind, Allgemeine Staatengeographie, Berlin, New-York 1972.

19Il est évident qu’avec l’avènement de la géopolitique on a pleinement affaire à une science de l’État conçu comme un organisme géographique en constant mouvement. C’est le jeu à somme nulle des États du XXe siècle qui commence. Dans les années 30, une série d’auteurs, sous la direction de Karl Haushofer, ont élaboré la pensée géographique de l’État nazi, utilisable par tout État totalitaire. La géopolitique apparaît dès lors comme une sorte de géographie appliquée à l’État. Comment s’étonner ensuite du désintérêt de certaines écoles pour la géographie politique considérée dans ces conditions comme mal famée ? Frappée ainsi d’indignité la géographie politique est longtemps demeurée stagnante. Encore que celle qui était en cause n’était justement pas, à notre sens, une véritable géographie politique mais une géographie de l’État. La tradition allemande, après avoir été rompue, s’est renouée et l’un des derniers ouvrages de Schwind a le mérite de se présenter pour ce qu’il est une « géographie de l’État »17.

  • 18 Camille Vallaux, Le sol et l’État, Paris 1911, p. 20.
  • 19 Ibid., p. 395.

20L’école française s’est, en grande partie, créée par réaction contre la précédente. D’autre part, elle est plus discrète dans ses manifestations. Sans doute est-ce aussi parce que Vidal de la Blache, en cette matière, n’a donné que des articles et des notes éparses. Le courant vidalien, en relativisant le rapport homme-sol, a ouvert une crise dans la pensée géographique. La première victime de cette crise a peut-être été Camille Vallaux que l’on sent gêné après avoir rejeté le déterminisme : « Pour qu’elle (la géographie politique) soit légitime, il suffit que l’empreinte des agents naturels se retrouve, sinon toujours, au moins de temps à autre, sinon profonde, du moins discernable, au cours du développement historique et de l’évolution des États »18. Est-il possible d’être plus mal à l’aise scientifiquement parlant ? Vallaux, dont on a peut-être trop vite oublié les apports originaux, concluera son ouvrage sur la constatation qu’il est malaisé de découvrir entre le sol et l’État des liens de causalité et d’interpénétration pourvus de ce caractère de nécessité dont ne peut se passer aucune science19. Si la crise, ouverte par Vidal, qui a débouché sur ce qu’on a appelé ensuite le possibilisme, avait pu s’appuyer sur le concept de probabilité comme elle le postulait implicitement la géographie aurait connu un autre destin... Il n’en fut rien. En fait, l’école française tout en ayant, à juste titre, rejeté le déterminisme globalement en a conservé, néanmoins, l’idée de nécessité qui n’est pas probabiliste. Il a manqué les instruments de reconstruction pour agir après la crise. Il y aurait un livre entier à faire sur le déterminisme résiduel de l’école française qu’on peut même encore observer aujourd’hui.

21Jean Brunhes, dans sa géographie de l’histoire, a, en partie, échappé au cadre contraignant de l’État. De même Albert Demangeon et Émile-Félix Gautier dans leurs œuvres touchant au phénomène colonial, entre autres. André Siegfried, dans un cadre différent et à la suite d’une tradition inaugurée par Alexis de Tocqueville, illustrera davantage le pouvoir politique, tel que nous l’avons défini, que celui de l’État.

  • 20 Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie, Paris 1952, p. 56.
  • 21 Jacques Ancel, Géopolitique, Paris 1936 et Géographie des frontières, Paris 1938.
  • 22 Cf. les pages consacrées à la géographie politique par Gottmann dans l’Encyclopédie de la Pléiade, (...)

22L’un des rares auteurs à avoir tenté de théoriser la géographie politique est Jacques Ancel que Gottman condamne sévèrement et injustement : « encore ne saurait-on qualifier de doctrine un essai malheureux de compromis entre les méthodes françaises et allemandes »20. Jugement d’autant plus injuste qu’Ancel lui-même a stigmatisé les errements de la géopolitique allemande. Tout entier dans la tradition possibiliste, Ancel a accompli un travail non négligeable en matière de frontières21. Que ses travaux aient vieilli ne fait aucun doute mais ils n’en ont pas moins marqué un moment de la géographie politique française. Après la seconde guerre mondiale, seul Gottman a donné des travaux en géographie politique qui ont peut-être plus marqué les historiens et les politologues que les géographes. Gottman a été au croisement d’influences françaises et anglo-saxonnes. Si bien que l’on retrouve dans ses travaux cette combinaison d’histoire, de science politique et de géographie. On lui a fait gloire d’avoir attiré l’attention en géographie politique sur l’iconographie et la circulation. En fait, cela provient en ligne directe de Ratzel et il a eu le mérite de le redécouvrir. Mais Gottmann s’est approché de la géographie politique : « Il n’est de politique que là où peut s’exercer l’action des hommes vivant en société »22. Mais l’idée de pouvoir n’est pas explicitée sinon pour l’État.

  • 23 Isaiah Bowman, Le monde nouveau. Paris 1928, p. 1.
  • 24 Cf. Derwent Whittlesey, The Earth and the State, New-York 1939.

23Les Anglais et les Américains ont manifesté un intérêt tout particulier à la géographie politique. Les Américains continuent d’ailleurs à le faire activement. Faut-il voir là l’effet de l’emprise et de la domination que l’Angleterre exerçait sur le monde au détour du XXe siècle et que les États-Unis ont exercé plus tard ? Quoi qu’il en soit, M.-J. Mackinder, dès 1904, tenta de systématiser sur des cartes à petite échelle une vision géohistorique du pouvoir ou plus exactement de la puissance dans le monde. Il y a eu, et il y a encore, une indéniable tentation planétaire dans l’explication en géographie politique. On connaît la formule synthétique de Mackinder : « celui qui tient le World Island (Europe, Asie, Afrique) commande le monde ». Ces visions annonciatrices de la géopolitique, malgré leur caractère pré-scientifique en ce sens qu’elles ne s’appuient pas sur des concepts explicités, n’en ont pas moins séduit. À cet égard, il faut noter aussi la tentation des explications monistes à la Huntington qui a cherché à décrire les mouvements politiques à partir des grandes pulsations climatiques. Contredit, il accentuera le rôle de l’hérédité... À l’opposé, des hommes comme Bowman auront une conception plus souple, sinon plus juste. Bowman a été guidé par l’opinion que : « les qualités et les réactions mentales de l’homme changent peu »23. Il est aisé de comprendre, dans ces conditions, que la philosophie de l’histoire sous-jacente implique que certains grands phénomènes se répéteront. Par ailleurs Bowman a ouvert la veine inépuisable des world political pattern... Whittlesey n’hésitera pas à s’engager dans cette voie, sacrifiant même à la géopolitique et proclamant, par exemple, qu’il est « naturel pour l’État italien d’aspirer à l’hégémonie méditerranéenne »24. Les États-Unis ont d’ailleurs eu quelques représentants en matière de géopolitique tels Spykman et Strausz-Hupé. Ils ont contribué à développer certains schémas de politique étrangère pour les États-Unis. Boggs et Hartshorne ont illustré des tendances plus humanistes mais toujours foncièrement tournées vers l’État. Boggs comme Hartshorne ont beaucoup enrichi la géographie des frontières soit par des mises au point, soit par des typologies. Hartshorne est l’auteur d’une théorie fonctionnelle dans laquelle il identifie, par rapport à l’État, la « raison d’être » de celui-ci et les forces centrifuges et centripètes qui peuvent respectivement mettre en cause son existence ou renforcer sa cohésion.

  • 25 Umberto Toschi, Appunti di geografìa politica, Roma 1958.

24La géographie italienne pour clore ce rapide survol n’a pas manqué, non plus, d’illustrer l’État en tant que seule source du pouvoir politique. Toschi y a sacrifié après tant d’autres25.

  • 26 Cf. Lefebvre, op. cit.

25D’une manière très générale, quelques rares exceptions mises à part, la géographie politique au XXe siècle a été une géographie de l’État. Une géographie politique unidimensionnelle en quelque sorte qui n’a voulu voir dans le politique qu’une expression de l’État. En réalité, le politique a pénétré toute la société et si l’État est triomphant, il n’en reste pas moins qu’il est le lieu de conflits et d’oppositions, en un mot de relations de pouvoir qui pour être dissymétriques n’en sont pas moins présentes et réelles. Mais la géographie de l’État a gommé ces conflits alors qu’ils existent à tous les niveaux relationnels qui postulent une géographie politique multidimensionnelle. Cette géographie de l’État a été un facteur d’ordre en privilégiant le conçu par rapport au vécu. Seule une analyse relationnelle est en mesure de dépasser cette dichotomie conçu-vécu26.

26La géographie de l’État a été construite à partir d’un langage, d’un système de signes, d’un code qui procède de l’État. Quels sont ces signes ? Quel est le langage qui a été employé pour décrire géographiquement le fait étatique ?

III. Le langage de la géographie de l’État

  • 27 V. sur ce problème H. Lefebvre, De l’État, 3, Le mode de production étatique, Union Générale d’Édit (...)
  • 28 V. Norman J.-G. Pounds, Political Geography, MacGraw-Hill Book Company, New-York 1972, p. 12.
  • 29 Richard Muir, Modern Political Geography, MacMillan Press Ltd, London 1975, p. 79.

27L’État dont il s’agit, c’est l’État-nation, celui-là même que la coupure politique de la Révolution française a fait émerger27. Finalement, il s’agit donc d’un phénomène récent qui n’a pas plus de deux siècles. Mais tous les États ne sont pas des États-nations. Et même si l’État est considéré comme l’expression politique de la nation, c’est bien d’abord l’État en tant qu’être politique qui est défini28. S’il est un fait sur lequel les géographes réalisent un consensus c’est bien sur celui de la définition de l’État : « L’État existe lorsqu’une population installée sur un territoire exerce sa propre souveraineté »29. Trois signes sont donc mobilisés pour caractériser l’État : la population, le territoire et l’autorité. Toute la géographie de l’État dérive de cette triade.

  • 30 Sur ce problème des codes, v. Umberto Eco, La structure absente, Mercure de France, Paris 1972, p.  (...)

28Considérons d’abord, selon une tradition que nous ne suivrons pas par la suite et dont nous nous expliquerons, le territoire. Relativement au territoire, nous nous trouvons en présence de deux types de codes : des codes syntaxiques et des codes sémantiques30. Le code syntaxique est constitué par une série d’articulations telles que la dimension, la forme et la position pour ne considérer, pour le moment, que celles-ci. Elles obéissent à la logique structurale d’une combinatoire qui permet de dénoter la morphologie générale du territoire. Mais l’observation empirique ayant longtemps prévalu sur la construction théorique en géographie, la portée des codes syntaxiques n’a jamais été perçue ni non plus réellement exploitée dans la géographie politique classique. Et pourtant, si l’on cherche à déterminer l’action politique des différents États au cours de l’histoire, force est d’admettre que les stratégies sont soulignées par l’un ou l’autre de ces éléments syntaxiques. Ce n’est que la scansion d’une politique qui peut faire croire à la poursuite d’un système cohérent. L’Angleterre, jusqu’à la seconde guerre mondiale, a placé au centre de sa stratégie générale la position. La Russie, à partir de Pierre le Grand, a également eu cette préoccupation. Alors que d’autres États, par exemple le Brésil, au XIXe siècle pendant ce siècle de disputes frontalières, ont été fortement marqués par la préoccupation de la dimension.

  • 31 Eco, op. cit., p. 293.
  • 32 Sur le problème de la forme, cf. Claude Raffestin et Claude Tricot, Réflexions sur les formes : Cah (...)

29Mais paradoxalement, la géographie politique classique a été plus incitée à dire que tel État, territorialement parlant, était petit, compact et maritime ou grand, allongé et péninsulaire alors qu’il aurait été plus significatif de montrer ou de chercher à montrer quelle articulation était retenue dans la stratégie territoriale pendant une période donnée. L’utilisation de codes sémantiques du type : territoire grand, maritime et fragmenté est fréquente. Ces codes sémantiques ont un caractère statique qui n’est, certes, pas sans intérêt mais qui dissimule la ou les stratégies qui ont conduit à ce résultat. La combinatoire d’une stratégie n’est pas donnée d’un coup, elle est séquentielle. Finalement ces codes sémantiques sont des types de messages qui « n’établissent pas des possibilités génératives mais des schémas tout faits, non des formes ouvertes qui suscitent la parole mais des formes sclérosées... »31. Ainsi à partir du code syntaxique, on peut décrire un très grand nombre de territoires dont certains ne sont pas observables. Quel intérêt alors ? Certainement pas au niveau de la description puisqu’il serait difficile de décrire ce qui n’existe pas. Mais le problème est ailleurs. Les possibilités génératives du code syntaxique sont parfaitement adéquates pour suivre la genèse d’une stratégie territoriale qui n’intègre pas simultanément plusieurs objectifs. Une stratégie peut d’abord réaliser une séquence dont le but est d’atteindre une position déterminée et ensuite dans la deuxième ou la troisième séquence viser la dimension par exemple. Ceci pour dire qu’un mauvais usage des codes syntaxiques a été fait, alors qu’ils étaient parfaitement explicités et donc parfaitement utilisables. Au lieu d’une utilisation et d’une exploitation, qui les auraient poussés à leurs limites extrêmes à travers le concept de stratégie, on a procédé à une transposition mathématico-statique. On s’est efforcé de quantifier les formes, les dimensions et également les positions relatives. On y est parvenu sans trop d’effort encore que l’on ait, dans la plupart des cas, pris le problème de cette quantification dans une perspective géométrique simple et non pas d’un point de vue synthétique intégrant les enjeux habituels du pouvoir à savoir non seulement le territoire mais encore la population et les ressources32. Pourtant, le seul fait que la quantification se soit révélée possible aurait dû rendre attentif à l’intérêt de ces codes syntaxiques puisque c’était la preuve que l’on touchait des éléments de première articulation. En réalité, la quantification a introduit, dans ce cas, des précisions... inutiles ou superflues, sinon du point de vue de la problématique morphologique qui a longtemps régné sans partage. C’est une illusion de penser que le passage du qualitatif au quantitatif fait faire un saut positif en direction de l’intelligibilité lorsque la problématique demeure identique. Le seul gain possible est un gain en cohérence. Ce n’est pas négligeable, bien au contraire, mais c’est insuffisant.

  • 33 André Glucksmann, Le discours de la guerre, Union Générale d’Éditions, Paris 1974, p. 73.
  • 34 Glucksmann, op. cit., p. 76.

30Co-extensifs d’un savoir-voir « géométrique », ces codes syntaxiques, peu significatifs en eux-mêmes et c’est là leur intérêt initial qui n’a pas été perçu, auraient permis de dénoter, s’ils avaient été judicieusement utilisés, en liaison avec la conception stratégique propre de chaque État, la théorie et la pratique des différentes politiques territoriales. La perception territoriale du prince n’est pas géographique au sens où l’on accorde à ce terme une valeur concrète celle du « terrain », elle est géométrique comment pourrait-il en être autrement ?, puisqu’il s’agit de posséder une image ou un modèle à partir de laquelle ou duquel s’élabore une action : « Armé de sa théorie, il semblerait que le stratège n’ait plus qu’à se tourner vers le “terrain”, les données concrètes de son calcul relevant de l’observation pure. Absolument pas ; la forme théorique détermine également — a priori — les repères essentiels qui permettent d’organiser les mouvements sur le terrain »33. Le « stratège » ne voit pas le terrain, plus même, il ne doit pas le voir autrement que conceptualisé sinon il n’agirait pas. C’est la distance qu’il prend qui rend son action possible et dès lors cette distance seule crée « l’espace » : « L’espace stratégique n’est pas une réalité empirique... »34. Il est, en fait, créé par le concept d’action qui peut être la guerre mais qui peut être aussi n’importe quel type d’organisation, de distribution, de maillage ou de découpage. Le stratège ne voit pas le terrain mais il en voit sa représentation. C’est pourquoi, ces éléments du code syntaxique que sont la dimension, la forme et la position demeurent essentiels dans le langage du territoire mais ils doivent être repris comme plan d’expression d’une sémiologie connotative.

  • 35 Sur ce sujet voir Muir, op. cit., p. 36-39.

31Appartiennent aussi au langage de la géographie politique, les « core areas » révélatrices de la problématique morpho-fonctionnelle. La « core area » est la cellule à partir de laquelle l’État se serait développé. La « core area » n’existe pas toujours. Beaucoup d’États ne sont pas construits à partir de cette cellule primitive. Quoi qu’il en soit le concept est utile et il a été développé dans des typologies qui relèvent de codes sémantiques mettant l’accent soit sur l’espace (« core area » centrale, périphérique ou excentrique, externe), soit sur le temps, soit sur leur dimension35.

32Les capitales et les frontières qui relèvent aussi, telles qu’elles ont été conçues, de codes sémantiques constituent des articulations du langage de la géographie de l’État. On pourrait dire que les capitales sont des points-clés, au même titre que les « core areas » sont des régions-clés. Mais au même titre que les frontières qui ont donné lieu à de multiples classifications, elles expriment des conformations, des produits de relations qui n’apparaissent pas autrement, dans la problématique morpho-fonctionnelle, que comme des résultats qui masquent souvent les rapports de force, donc les relations de pouvoir, qui les ont fait naître. D’autre part, elles ne concernent que l’État alors qu’elles sont susceptibles d’une utilisation plus large, c’est-à-dire chaque fois qu’il y a une relation de pouvoir. Qu’on l’admette ou non, les Noirs américains possèdent des « core areas » dans l’État américain, ce sont les cœurs de beaucoup de villes d’où partent des actions politiques, des revendications, des révoltes, etc. Autrement dit, tous ces signes, qui n’ont servi qu’à exprimer les formes et les fonctions de l’État, pourraient être repris dans une problématique relationnelle et étendus à toutes les relations de pouvoir politique dans lesquelles l’État n’est pas absent, n’est jamais absent mais qui peut ne jouer que le rôle d’un référentiel.

33En fin de compte, les codes évoqués jusqu’ici s’inscrivent dans la perspective de rendre compte de la puissance potentielle de l’État. On l’a vu, les signes géométriques révèlent des préoccupations stratégiques dont l’objectif est la puissance. Pourtant ces signes qui constituent un « discours » ne sont que l’image de la puissance. Image possible construite à partir d’éléments dont la combinaison forme des classes d’indices qui seront ou non en corrélation avec des classes d’actions effectivement réalisées. Au fond, la géographie dans ce cas ne produit que des indices, qui ont une probabilité plus ou moins forte d’être en correspondance avec des stratégies réelles.

34Dans l’analyse de la population, le langage utilisé est également composé de certains signes spécifiques : nombre, distribution, structure, composition pour ne citer que les plus représentatifs. On remarquera qu’ils sont caractéristiques d’un point de vue cohérent par rapport à ceux du territoire en ce sens que la population est saisie comme une ressource. Ces signes servent à identifier et à caractériser la population en tant que facteur de la puissance. Dans la géographie de l’État, la population perd sa signification propre, c’est-à-dire qu’elle est conçue et non pas vécue. Elle n’a de signification qu’à travers le procès de l’État. Sa signification dérive de la finalité de l’État. De fait, on remarquera que les signes utilisés permettent bien davantage de définir et d’exprimer un potentiel qu’une identification différenciée.

  • 36 Harm J. de Blij, Systematic Political Geography, sd Edition, John Wiley & Sons Inc., New-York 1973, (...)
  • 37 Harm J. de Blij, op. cit., p. 45. (Nous pouvons suggérer un modèle, l’État qui a seulement un « cœu (...)
  • 38 Par exemple, supposons trois pays ayant la même densité D qui pourraient avoir respectivement des i (...)

35Le nombre exprime une idée voisine de la dimension et donc corrélative de la puissance. D’ailleurs de leur combinaison résulte un « nombre pur » intégrable dans toute stratégie : la densité. On pourrait croire que la densité exprime la distribution mais tel n’est pas le cas même si une certaine géographie nous y a habitués. C’est vrai que la densité exprime une distribution... mais c’est toujours la même ! Cela n’a rien d’original et cette constatation a été faite par beaucoup d’auteurs : « But again, there is what we might call the danger of the average »36. Ce qui est plus étrange c’est la manière que propose de Blij pour sortir de cette difficulté: « We might suggest a model; the state that has only one “heart”, other things being equal, enjoys a greater degree of internal unity than a state that possesses several such foci »37. Il serait plus simple d’adjoindre à chaque densité un indice de concentration qui donnerait une image plus fidèle de la distribution38. Dans ce cas la quantification augmente non seulement la cohérence mais encore elle est utile et significative.

  • 39 Cf. à cet égard les déclarations d’Alfred Sauvy et de Michel Debré.

36La structure démographique, quant à elle, exprime une idée proche de celle de la position. Elle l’est dans l’exacte mesure où les répartitions par âge et par sexe expriment une « position » démographique qui dénote la situation de cette « ressource » qu’est la population. De même que pour le territoire, la stratégie de l’État connote la structure démographique à partir de ses finalités. D’une manière quelque peu caricaturale, on peut dire qu’une pyramide à large base connote des stratégies à « avenir ouvert » tandis que des pyramides à base « étranglée » connotent des stratégies à « avenir fermé ». La généralisation est moins excessive qu’on pourrait le penser. La France, par exemple, ces dernières années s’inquiète, tout au moins est-ce le cas dans certains milieux gouvernementaux, de la chute du taux de natalité qui met en cause le taux de reproduction39. Ces craintes se retrouvent à un niveau plus élevé encore quand on constate la diminution relative de la proportion du groupe blanc par rapport au groupe jaune ou noir. Vieille crainte, vieille histoire, certes, mais qui semble toujours d’actualité !

  • 40 Voir Muir, op. cit., p. 95.

37La composition de la population qu’elle soit envisagée des points de vue ethnique, linguistique ou religieux est abordée le plus souvent à travers la catégorie homogénéité vs hétérogénéité. L’homogénéité étant perçue comme une condition favorable à la survie de l’État alors que l’hétérogénéité est une condition plus défavorable. Autrement dit, la stratégie de l’État vise l’homogénéité et c’est pourquoi des indices de différenciation ont été mis au point40. Il s’agit bien d’une « lecture étatique ». L’État cherchant à unifier, à rendre identique par tous les moyens. L’État craint les différences et par conséquent ne veut voir qu’une face des choses.

38Le langage de l’autorité, de la souveraineté n’est pas moins révélateur. Il y a d’abord l’origine de cette autorité : procède-t-elle d’un consensus démocratique ou non ? Cette autorité est-elle centralisée ou non ? Donne-t-elle naissance à un État unitaire ou fédéral ? Même si certaines conditions géographiques postulent plutôt l’un que l’autre, c’est presque toujours dans l’évolution historique que se cherchent les explications. La raison en est simple : le caractère unitaire de la France et le caractère fédéral de la Suisse se sont acquis et formés au cours d’une évolution qui s’étale sur plusieurs siècles. D’ailleurs, sur ce point précis, l’approche historique et l’approche fonctionnelle d’un Hartshorne convergent en ce sens que la seconde a besoin de la première pour apprécier le degré de cohésion d’un État quelconque.

39Au terme de cette analyse rapide du langage utilisé, il convient de préciser que nous n’avons nullement eu l’intention de dégager tous les codes en usage, tant s’en faut, mais seulement celle de dégager certains mécanismes de codification de la géostructure considérée du point de vue politique et plus précisément du point de vue politique de l’État. Il nous est apparu que la procédure de description de la géographie politique était orientée avant tout vers l’État. Pratiquement, tout le langage a été forgé et organisé en fonction de l’État et cela depuis Ratzel. Autrement dit, il y a eu inversion de la démarche. L’État, même si il est la plus achevée et la plus encombrante des formes politiques, n’est pas la seule. Si le langage avait été créé pour rendre compte du pouvoir politique et des relations qu’il noue dans l’espace et dans le temps, l’État aurait eu certes une place privilégiée mais il n’aurait pas occupé toute la place. C’est sans doute une des raisons pour laquelle la « géographie politique », en fait la géographie de l’État, est demeurée marginale et peu intégrée dans le corpus géographique. Au lieu de s’intéresser à toute organisation douée de pouvoir politique susceptible de s’inscrire dans l’espace, la géographie politique n’a vu, et par conséquent n’a fait l’analyse que d’une forme d’organisation, celle de l’État. Cependant, les signes utilisés sont récupérables dans une analyse multidimensionnelle du pouvoir et nous tenterons de le montrer. Nous avons vu que cette conception unidimensionnelle paradoxale sur le plan géographique ne l’était pas sur le plan philosophique. Depuis Hegel, en effet, l’État a rempli tout l’horizon de l’existence politique. Pour échapper à ce paradoxe, il faut une autre problématique qui tente de rendre intelligibles non pas seulement les formes investies de pouvoir mais les relations qui déterminent les formes. À la problématique morpho-fonctionnelle, il faut, sinon substituer, du moins ajouter une problématique relationnelle dont les résultats, s’il y en a, seront connotatifs de ceux issus de la première. Quand nous disons « ajouter » on pourrait croire qu’il s’agit d’une évolution linéaire. En fait, il n’en est rien puisque la problématique relationnelle aurait dû précéder la problématique morpho-fonctionnelle, elle aurait dû se situer en amont.

40La géographie humaine s’est constituée, entre autres, sur le principe de différenciation spatiale à partir duquel certains tentent aujourd’hui de construire une axiomatique. La géographie politique conçue comme la géographie des relations de pouvoir pourrait être fondée sur les principes de symétrie et de dissymétrie dans les rapports entre organisations. Ce n’est qu’ensuite qu’il serait possible de construire une morphologie politique. La difficulté d’une telle entreprise réside dans le fait qu’une problématique relationnelle est difficile à élaborer d’une part et que le pouvoir est encore plus difficile à identifier d’autre part, en supposant même qu’il puisse jamais l’être. L’entreprise est donc, par avance, vouée à l’échec ! Oui si l’on n’a pas le courage de proposer un schéma, plutôt qu’un modèle analytique, non si l’on prend ce risque. C’est bien ce risque que nous allons prendre et pour plusieurs raisons. D’abord par simple goût de l’aventure intellectuelle, autrement dit par refus de reproduire, de répéter inlassablement ; ensuite pour tenter de montrer que la relation, pourtant souvent évoquée en géographie, n’a pas été véritablement exploitée en tant que concept ; enfin pour essayer de dégager plus clairement ce rôle du pouvoir qui se manifeste dans toutes les actions humaines.

Notes

1 Cf. Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l’homme, Gallimard, Paris 1972, p. 17.

2 Friedrich Ratzel, Politische Geographie, München und Leipzig, 1897.

3 F. Ratzel, Politische Géographie oder die Geographie der Staaten, des Verkehres und des Krieges, München und Berlin, 2e édition, 1903, p. 13.

4 Cf. sur ce sujet, Samir Amin, L’accumulation à l’échelle mondiale, Éditions Anthropos, Paris 1970.

5 Georges Burdeau, L’État, Seuil, Paris 1970, p. 13.

6 Définition de J. Freund, citée par Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., Paris 1967, p. 145.

7 Henri Lefebvre, De l’État, 1, l’État dans le monde moderne, Union Générale d’Éditions, Paris 1976, p. 4.

8 Ibid., p. 4.

9 Hegel, Principes de la philosophie du droit, Gallimard, Paris 1963, p. 270.

10 Lefebvre, op. cit., p. 7.

11 Maurice Duverger, Introduction à la politique, Gallimard, Paris 1964, p. 16.

12 Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., coll. S.U.P., Paris 1967, p. 28-59.

13 Cf. Otto Maull, Politische Geographie, Berlin 1925 et S.-B. Jones, A unified field theory of political geography: Annals of the Association of American geographers, vol. 44, 1954.

14 Cf. Alexander Supan, Leitlinien der allgemeinen polilischen Geographie, Berlin und Leipzig 1922, et Jacques Ancel, Géopolitique, Paris 1936, p. 88.

15 Arthur Dix, Politische Geographie, Weitpolitisches Handbuch, München und Berlin 1922.

16 Julien Benda, La trahison des clercs, J.-J. Pauvert, Paris 1965, p. 24.

17 Martin Schwind, Allgemeine Staatengeographie, Berlin, New-York 1972.

18 Camille Vallaux, Le sol et l’État, Paris 1911, p. 20.

19 Ibid., p. 395.

20 Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie, Paris 1952, p. 56.

21 Jacques Ancel, Géopolitique, Paris 1936 et Géographie des frontières, Paris 1938.

22 Cf. les pages consacrées à la géographie politique par Gottmann dans l’Encyclopédie de la Pléiade, Géographie générale, Paris 1966, p. 1749-1765.

23 Isaiah Bowman, Le monde nouveau. Paris 1928, p. 1.

24 Cf. Derwent Whittlesey, The Earth and the State, New-York 1939.

25 Umberto Toschi, Appunti di geografìa politica, Roma 1958.

26 Cf. Lefebvre, op. cit.

27 V. sur ce problème H. Lefebvre, De l’État, 3, Le mode de production étatique, Union Générale d’Éditions, Paris 1977, p. 50.

28 V. Norman J.-G. Pounds, Political Geography, MacGraw-Hill Book Company, New-York 1972, p. 12.

29 Richard Muir, Modern Political Geography, MacMillan Press Ltd, London 1975, p. 79.

30 Sur ce problème des codes, v. Umberto Eco, La structure absente, Mercure de France, Paris 1972, p. 292 et notre article, Peut-on parler de codes dans les sciences humaines et particulièrement en géographie ? : L’Espace géographique, n° 3, 1976, p. 183-188. Les codes syntaxiques constituent les conditions structurales de la dénotation tandis que les codes sémantiques combinent les précédents pour dénoter les fonctions.

31 Eco, op. cit., p. 293.

32 Sur le problème de la forme, cf. Claude Raffestin et Claude Tricot, Réflexions sur les formes : Cahiers de géographie de Besançon, n° 12, 1975, p. 33-45.

33 André Glucksmann, Le discours de la guerre, Union Générale d’Éditions, Paris 1974, p. 73.

34 Glucksmann, op. cit., p. 76.

35 Sur ce sujet voir Muir, op. cit., p. 36-39.

36 Harm J. de Blij, Systematic Political Geography, sd Edition, John Wiley & Sons Inc., New-York 1973, p. 43. (Mais de nouveau, il y a ce que nous pouvons appeler le danger de la moyenne).

37 Harm J. de Blij, op. cit., p. 45. (Nous pouvons suggérer un modèle, l’État qui a seulement un « cœur », toutes choses égales par ailleurs, jouit d’un plus grand degré d’unité que l’État qui en possède plusieurs).

38 Par exemple, supposons trois pays ayant la même densité D qui pourraient avoir respectivement des indices de 0,3, 0,5 ou 0,8.

39 Cf. à cet égard les déclarations d’Alfred Sauvy et de Michel Debré.

40 Voir Muir, op. cit., p. 95.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search