Version classiqueVersion mobile

Pour une géographie du pouvoir

 | 
Claude Raffestin

Remarques liminaires

Texte intégral

1Le texte, ici proposé, est une tentative de cristallisation de quelques moments d’une réflexion commencée il y a plusieurs années et non encore close. Le sera-t-elle jamais ? C’est douteux dans la mesure où ces réflexions s’alimentent à un thème inépuisable, le pouvoir. Jouet de la perversité classificatoire, il nous a d’abord fallu ratifier, après beaucoup d’autres, les diverses catégories de la géographie et pendant un temps, nous avons cru illustrer ce qu’il est convenu d’appeler, depuis plus d’un siècle, la géographie politique. Illusion parfaite car la géographie, en tant que science de l’homme, ne se livre pas par « morceau » mais se donne d’un coup, complètement et totalement ; elle est le labyrinthe dans lequel on se perd et dans lequel on se désespère... à moins qu’une Ariane compatissante ne consente à proposer un fil fragile mais suffisamment « réel » pour donner un sens à l’aventure.

  • 1 Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., Paris 1967, p. 145.
  • 2 Paul Claval, Espace et pouvoir, P.U.F., Paris 1978.
  • 3 Claude Raffestin, Mercedes Bresso, Travail, espace, pouvoir, L’Âge d’Homme, Lausanne 1979.

2C’est dans le thème du pouvoir que nous avons cru trouver ce « filguide ». Ce serait trop dire qu’il nous a évité d’errer mais ce serait ingrat de ne pas reconnaître qu’il nous a permis d’errer d’une manière cohérente. Organiser sa réflexion autour du pouvoir n’a évidemment rien de profondément original depuis que les politologues ont substitué ce concept-pilote à celui d’État qui a longtemps « été l’objet privilégié de toute réflexion politique »1. À défaut d’originalité, le géographe peut au moins se prévaloir d’une certaine « nouveauté » dans le cadre de sa discipline, souvent rebelle à l’introduction de notions qui ne sont pas l’objet d’une traduction spatiale immédiate. Encore heureux que l’un des nôtres, et parmi les plus prestigieux, Paul Claval, ait eu le courage de consacrer l’un de ses derniers ouvrages à ce thème du pouvoir2. Nous-même, dans un petit essai, dont le caractère transdisciplinaire n’est pas fait pour susciter beaucoup d’aménité et de sympathie, avons posé, en collaboration, quelques points de repère3.

  • 4 Luis Prieto, Pertinence et pratique, Éditions de Minuit, Paris 1975.

3Mais peut-être, tout a-t-il déjà été dit en confessant imprudemment que le pouvoir n’est pas « l’objet d’une traduction spatiale immédiate » ? Mais cette affirmation est-elle véritablement fondée ? À notre sens, cela dépend complètement de la conception épistémologique que l’on se fait des sciences de l’homme et par conséquent de la géographie humaine. Celle-ci n’est pas la science des lieux ou de l’espace comme le voulait Vidal de la Blache. La géographie humaine consiste à expliciter la connaissance de la connaissance et de la pratique que les hommes ont de cette réalité qui est dénommée « espace ». En cela nous suivons la conception de notre ami Luis Prieto, professeur de linguistique à l’Université de Genève4. Mais alors ? Alors le « paysage » de notre réflexion est passablement modifié. Connaître et pratiquer une réalité matérielle supposent, postulent même, un système de relations à l’intérieur duquel circule le pouvoir puisque celui-ci est consubstantiel à toute relation. La connaissance et la pratique mises en œuvre par tout travail impliquent une forme quelconque de pouvoir à laquelle il n’est pas possible d’échapper.

4Expliciter la connaissance et la pratique que les hommes ont des choses c’est, sans le savoir et sans le vouloir, dénuder le pouvoir que ces mêmes hommes s’attribuent ou tentent de s’attribuer sur les êtres et les choses. Le pouvoir n’est ni une catégorie spatiale ni une catégorie temporelle mais il est présent dans toute « production » qui prend appui dans l’espace et dans le temps. Le pouvoir ne se représente pas aisément mais il est néanmoins déchiffrable. Il nous manque seulement de savoir le faire sinon nous pourrions toujours le lire.

5Écrivant cela, il nous revient en mémoire un tableau de Goya qui, par delà ce qu’il représente, exprime avec une précision terrible l’enchevêtrement complexe de la trame que les relations de pouvoir tissent dans les spectacles les plus anodins. Nous pensons à ce « Don Manuel Osorio de Zuniga » qui met en scène un enfant et ses jouets « vivants ». L’espace du tableau est tout entier signifié par l’enfant vêtu de rouge, l’acteur par excellence, et par les animaux disposés à ses pieds, à droite, à gauche et devant lui. Mais l’espace est tout autant signifié par les relations qu’entretiennent les éléments de cette composition. L’œuvre de Goya est fascinante en tant que métaphore picturale d’un système de pouvoir. L’enfant, certes, domine par sa présence rehaussée de rouge mais il ne domine que parce que toutes les relations passées, présentes et à venir passent par lui. Il tient la cordelette qui entrave l’oiseau placé devant lui et dont les mouvements potentiels sont déterminés par la plus ou moins grande liberté que l’enfant décidera de lui accorder. À la droite de celui-ci, trois chats, dont les têtes occupent les sommets d’un triangle imaginaire, ont le regard rivé sur cet oiseau dans lequel ils découvrent un enjeu offert à leur violence. Violence tapie, prête à bondir mais que la présence de l’enfant interdit. Preuve en est : l’absence de crainte manifestée par l’oiseau qui s’efforce de saisir dans son bec une carte. Du côté gauche de l’enfant une cage contenant d’autres oiseaux, plus petits, exprime le caractère de prison, au second degré, de l’espace construit. Tous ces animaux sont des enjeux pour l’enfant qui les contrôle et qui entretient avec eux des rapports de pouvoir. Pourtant, il suffirait que la convention, qui maintient les chats au repos, cesse pour que la scène s’anime et tourne au drame. L’enfant, aussi, est l’enjeu de ces animaux : il est alternativement contrainte et garantie ; il fait peser sur eux l’ambiguïté de sa volonté. Il est la mesure de l’incertitude et la part du hasard pour eux... et pour lui. Représentation donc d’un équilibre entre une infinité de déséquilibres possibles que nous pouvons imaginer mais non pas vérifier. Les relations de pouvoir s’inscrivent dans une cinématique complexe.

6Ce livre s’est attaché à cette cinématique du pouvoir et sa structure exige quelques commentaires pour en faciliter l’intelligence. Prenant appui sur la géographie politique classique telle qu’elle a été illustrée depuis Ratzel, nous en avons fait la critique : critiquer n’est pas détruire mais dégager une identité. La géographie politique classique est, en fait, une géographie de l’État qu’il fallait dépasser en proposant une problématique relationnelle dont le pouvoir est la clé ; dans toute relation circule le pouvoir qui n’est ni possédé, ni acquis mais purement et simplement exercé.

7Exercé par qui ? Par des acteurs issus de cette population qui a été analysée avant le territoire. Priorité qu’on ne manquera pas de nous reprocher car elle rompt une tradition bien établie en géographie politique. Mais pourquoi la population en premier lieu ? Parce qu’elle est la source du pouvoir, le fondement même du pouvoir, par sa capacité d’innovation liée à son potentiel de travail ; c’est donc par elle que passent toutes les relations. Comme l’enfant de Goya elle est marquée du signe de l’ambiguïté en tant qu’acteur et enjeu simultanément. C’est à travers elle que tout le reste prend un sens et se charge de significations multiples, c’est par elle que les choses sont cohérentes, contradictoires ou paradoxales.

8Le territoire, objet de la troisième partie, ne saurait être autre chose que le produit des acteurs. Ceux-ci produisent le territoire en partant de cette réalité première donnée qu’est l’espace. Il y a donc un « procès » du territoire à l’occasion duquel se manifestent toutes sortes de relations de pouvoir qui se traduisent par des maillages, des réseaux et des centralités dont la permanence est variable mais qui constituent des invariants en tant que catégories obligées. Le territoire est aussi produit « consommé », ou si l’on préfère vécu par ceux-là même qui, sans avoir participé à son élaboration, l’utilisent comme moyen. C’est alors tout le problème de la territorialité qui fait irruption, permettant de vérifier le caractère symétrique ou dissymétrique des relations de pouvoir. La territorialité reflète très sûrement le pouvoir qui se donne à consommer à travers ses « produits ».

9Dans une dernière partie, la quatrième, nous avons analysé les ressources non pas en tant que matières à acquérir ou à posséder, qu’elles ne sont pas, mais en tant que prétextes donnant naissance à des pratiques et à des stratégies. Une ressource n’est pas une chose, elle est une relation dont la réussite fait émerger des propriétés nécessaires à la satisfaction de besoins. Mais ce n’est pas une relation stable ; elle apparaît mais disparaît aussi. Toute ressource est en devenir, toute ressource est un enjeu dynamique. Notre approche heurtera quelques habitudes ; ce n’est que la conséquence d’une conceptualisation qui cherche à être cohérente dans la perspective de la problématique relationnelle.

10Nous n’avons pas voulu collectionner des informations ou des faits mais proposer un cheminement pour échapper justement au maquis des données et notations éparses non encadrées dans un système de propositions fondamentales. En ce sens, notre essai est théorique et se veut tel. Certaines de nos hypothèses sont encore à vérifier et appellent la discussion ; notre réflexion, nous l’avons dit, n’est pas achevée. En ce sens, nous n’avons pas fait un manuel ; il pourrait éventuellement s’agir d’un anti-manuel car il pose beaucoup de questions et propose des axes de réflexion. C’est, par delà le temps, un vieux rêve d’étudiant que nous avons essayé de réaliser. Nous aurions souhaité plus de livres qui questionnaient que de livres qui répondaient. C’est par les questions, et non par les réponses, que l’on prend la mesure de la connaissance.

11Écrire un livre est une opération solitaire mais cela suppose néanmoins un réseau d’amitiés multiples. C’est pourquoi nous tenons à remercier très sincèrement Danielle Jolimay qui s’est chargée avec sa compétence et son amabilité coutumières de la frappe du texte. Merci à Jacques Cocquio qui a su donner aux croquis un style graphique parfaitement en harmonie avec le caractère d’essai de cet ouvrage. Merci à Antoine Bailly, Henri Bertrand et Jean-Bernard Racine qui ont relu le manuscrit nous faisant profiter de leurs remarques et de leurs suggestions toujours pertinentes et documentées. Merci enfin à Mercedes Bresso qui, non seulement, a relu d’une manière critique le manuscrit mais qui, encore, ne nous a pas ménagé son aide vigilante lorsque nous buttions contre des difficultés.

Notes

1 Georges Balandier, Anthropologie politique, P.U.F., Paris 1967, p. 145.

2 Paul Claval, Espace et pouvoir, P.U.F., Paris 1978.

3 Claude Raffestin, Mercedes Bresso, Travail, espace, pouvoir, L’Âge d’Homme, Lausanne 1979.

4 Luis Prieto, Pertinence et pratique, Éditions de Minuit, Paris 1975.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search