Version classiqueVersion mobile

Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières

 | 
Philippe Audegean
, 
Christian Del Vento
, 
Pierre Musitelli
, 
et al.

V. Discussions européennes : France, Angleterre, Suisse

C’est en vain que le sang coule

Le philanthrope Jean-Jacques de Sellon (1782-1839), disciple chrétien de Cesare Beccaria

Michel Porret

Texte intégral

  • 1 [J.-J. de Sellon], Un mot sur la proposition de Monsieur J.-J. de Sellon, pour la suppression de l (...)

On peut juger de l’inefficacité de la peine de mort par le grand nombre de meurtres qui se commettent en Europe où cette peine est en vigueur. C’est donc en vain que le sang coule, qu’on donne à l’homme le spectacle hideux de la mort violente de son semblable, qu’on détruit celui que Dieu a fait à son image ; c’est en vain qu’on prive un Chrétien de la chance de racheter son crime par une vie meilleure dans la prison pénitentiaire ; ces exécutions qui habituent la jeunesse à la vue du sang sont en pure perte pour la morale publique, puisqu’elles ne préviennent pas le crime et qu’elles ne rendent pas les hommes meilleurs.1

1Entre commémoration et remémoration, l’année 2014 restera exemplaire des usages scientifiques, médiatiques, institutionnels et mondains de la célébrité de Cesare Beccaria. Sa renommée mondiale de réformateur du droit pénal actualise souvent la critique contemporaine du dysfonctionnement carcéral sous l’État de droit. Ainsi, le grand quotidien économique milanais Il Sole 24 Ore, dans son édition du 23 novembre 2014, évoque la condamnation prononcée par la Cour européenne de Strasbourg contre l’Italie en raison des traitements dégradants et inhumains subis par les personnes incarcérées et devenus coutumiers avec le surpeuplement des prisons de la péninsule : « La patria di Beccaria condannata per violazione dei diritti umani ». Cet usage du philosophe milanais à finalité politique pérennise aujourd’hui le « moment Beccaria » enraciné autour des années 1760.

  • 2 Voir J. M. de Bujanda, avec l’assistance de M. Richter, Index des livres interdits - Index libroru (...)
  • 3 Voir A. Chauveau, F. Hélie, Théorie du code pénal, Bruxelles, Meline, Cans et compagnie, 4 vol., 1 (...)
  • 4 Voir M. Porret, « Voltaire et le droit de punir. Un activiste du moment Beccaria », Revue d’histoi (...)
  • 5 Voir J.-Y. Le Naour, Histoire de l’abolition de la peine de mort. Deux cents ans de combat, Paris, (...)
  • 6 Voir ces quatre contributions majeures à l’histoire de la prison pénale : M. Ignatieff, A Just Mea (...)

2Auteur de plusieurs textes, Cesare Beccaria l’est pourtant d’un seul livre d’importance, best-seller immédiatement traduit dans toutes les langues : Dei delitti e delle pene. Depuis sa publication à Livourne en 1764 sous le couvert de l’anonymat, par sa réception universelle entre éloge et exécration, au fil des rééditions et des contrefaçons, ce mince traité de philosophie criminelle, mis à l’Index librorum prohibitorum par décret du 3 février 17662, ouvre le champ d’une herméneutique pénale toujours vivante. S’y nouent le radicalisme philosophique des Lumières, le réformisme juridique de nature humaniste et utilitaire, ainsi que le positivisme pénal d’après la Révolution. Selon les avocats Adolphe Chauveau et Faustin Hélie, auteurs d’une gigantesque Théorie du code pénal, le projet beccarien reste surtout celui de l’éveilleur moral et social plutôt que celui de la rationalité juridique conciliable avec la légalité des délits et des peines selon le code pénal. Moderne par son aspiration modératrice, l’ouvrage de Beccaria serait en même temps archaïque par sa philosophie pénale anti-absolutiste3. L’ouvrage contribue pourtant à la fabrication socioculturelle du « moment Beccaria ». Via la Révolution, d’une inédite intensité, le débat ininterrompu sur le droit de punir (contentieux, fondements, normes, formes, pratiques), attribut de la souveraineté dans le cadre du contrat social pour une cité juste, soude les Lumières au libéralisme pénal des années 1850. En minant la justice patibulaire qui rassemble dans la pratique suppliciaire tous les ressorts juridiques de l’Europe d’Ancien Régime4, l’œuvre de Beccaria forge la culture politique de l’abolitionnisme. Elle émiette le consensus rétentionniste de la majorité des magistrats, des doctrinaires et des philosophes comme Rousseau ou Kant. Attachés au statu quo de la mort pénale, ceux-ci en prônent pourtant un usage moins suppliciaire, plus modéré, contrairement aux abolitionnistes – Giuseppe Pelli, Beccaria, Brissot, Condorcet5. Cet héritage équivoque, qui inspire les législateurs révolutionnaires, pérennise la « mort pénale » sous le régime de la légalité des délits et des peines du Code pénal (1791, 1810). Avec la montée en puissance de la prison, l’échafaud perd du terrain institutionnel vers 18506.

Inviolabilité de la vie humaine

  • 7 Voir M. Perrot (éd.), L’Impossible Prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, (...)
  • 8 Voir L. Maugué, M. Porret, « Quatre modalités de la peine capitale : les techniques du corps mis à (...)

3À des époques différentes, les usages sociaux de Beccaria forgent la culture politique ou juridique de l’abolitionnisme. Dans la tradition du protestantisme éclairé et du républicanisme genevois, liant le libéralisme de la Restauration aux Lumières, projeté dans une perspective cosmopolite, le dispositif de l’abolitionnisme définitif du philanthrope Jean-Jacques de Sellon en faveur de la « prison laborieuse » est exemplaire d’un usage ardent de Beccaria. Si la Restauration reste le moment propice du réformisme carcéral philanthropique7, il s’inscrit dans le contexte de la montée en force du « système pénitentiaire » contre la « mort pénale », celle du corps à corps patibulaire d’Ancien Régime, celle, mécanique, que généralise la Révolution depuis 1791, avant les déclinaisons électriques et chimiques aux États-Unis dès les années 18808. Après la Toscane du grand-duc Pierre-Léopold, qui abolit la peine capitale en 1786, Genève sera pour Sellon le laboratoire institutionnel de la modération pénale dont rêvait le philosophe milanais.

4Né le 20 janvier 1782 et mort le 6 juillet 1839, Jean-Jacques de Sellon est issu d’une famille du refuge huguenot originaire de Nîmes. Obtenant la bourgeoisie de Genève dès 1699, ces migrants confessionnels prennent souche dans l’oligarchie locale par le négoce, les alliances matrimoniales, les charges d’État et l’investissement immobilier. Ils siègent en magistrats cooptés dans les conseils supérieurs de la République de l’Ancien Régime. Jean Sellon, négociant en soie, promu comte d’Empire en 1786 par Joseph II, inaugure la tradition du mécénat familial. Son fils Jean-Jacques est éduqué jusqu’à l’âge de huit ans par le pasteur Wirz, gendre du pédagogue alsacien, piétiste et pestalozzien, Jean-Frédéric Oberlin. Visitant la Toscane de 1790 à 1794 dont la législation éclairée l’aurait frappé, témoin ébloui en 1805 du sacre de Napoléon couronné roi d’Italie dans la cathédrale de Milan, Jean-Jacques de Sellon hérite en 1810 de la colossale fortune paternelle.

  • 9 Pour des éléments biographiques sur le disciple genevois de Beccaria, voir F. Barillà, Le Combat a (...)

5Mécène généreux, propriétaire d’une riche collection de peintures ouverte « patriotiquement » au public, il est nommé chambellan, chevalier de l’ordre de la Réunion et comte d’Empire par Napoléon. Membre du conseil représentatif de Genève (1814-1835) après la période du département du Léman (26 avril 1798-31 décembre 1813), Sellon marque moralement et intellectuellement son neveu Camillo Benso, comte de Cavour (fils de sa sœur Adèle de Sellon, mariée avec Michel de Cavour), ainsi que le fondateur de la Croix-Rouge Henri Dunant9. Ce philanthrope chrétien, ami de Louis Napoléon, adule Jean Calvin. En 1835, pour le jubilé de l’arrivée de Calvin à Genève en 1535, il érige sur la terrasse de son hôtel particulier une pyramide de marbre noire.

  • 10 Voir É. Rivoire, Bibliographie historique de Genève au xviiie siècle, Genève / Paris, Jullien et G (...)
  • 11 J.-J. de Sellon, « Une exécution à Courtelary » [commune suisse, Jura bernois : exécution abominab (...)
  • 12 Voir Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, J.-J. de Sellon (éd.), Genève, A. L. Vignier, 1831 (...)

6Avec un réseau européen de correspondants éclairés (environ huit cents lettres passives de Suisse, France, Italie, Allemagne), Jean-Jacques de Sellon est un infatigable épistolier. Dans la tradition de la « brochuromanie » genevoise qui, depuis 1750, soumet les problèmes du républicanisme (citoyenneté, justice, droit de « représentation », etc.) à la critique de l’opinion publique10, il reste un intarissable polémiste, auteur d’environ cent brochures. S’y ajoute parfois le récit édifiant d’une exécution publique, tiré de la presse pour blâmer la barbarie du régime patibulaire comme inutile « épouvantail » du crime11. Il archive sa propre production intellectuelle avec la publication en 1831 de la « Liste raisonnée des écrits de M. de Sellon » pour saluer le législateur Bentham, dont il publie des extraits du Traité des sophismes politiques dans la traduction d’Étienne Dumont12.

  • 13 Voir J. Bénétruy, L’Atelier de Mirabeau. Quatre proscrits genevois dans la tourmente révolutionnai (...)
  • 14 Voir D. Frey, « La guerre et la paix perpétuelle de l’abbé de Saint-Pierre à Rousseau », Revue des (...)
  • 15 Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, op. cit., p. 4.

7Son libéralisme le rapproche du pasteur Étienne Dumont, membre de l’atelier de Mirabeau au début de la Révolution française puis secrétaire de Jeremy Bentham, artisan politique de la prison modèle de la Tour-Maîtresse à Genève (1825-1862, geôle la plus visitée d’Europe). L’institution punitive ajoute à l’observation panopticale des détenus leur parrainage moral et social13. Militant contre la mort pénale et pour la prison pénitentiaire, il prône l’avènement légaliste de la paix internationale. En 1830, dans l’héritage spirituel et philosophique de l’utopie fédéraliste de l’abbé de Saint-Pierre (Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, 1713, 1717), du pacifisme de Rousseau (Extrait du Projet de paix perpétuelle de M. l’abbé de Saint-Pierre, 1761) et du cosmopolitisme anti-belliqueux de Kant (Projet de paix perpétuelle, 1795), inspiré des London Peace Society et American Peace Society fondées en 1828, il crée la Société de la paix de Genève14. Cosmopolite et réglementariste, cette société éclairée propose d’instaurer l’arbitrage diplomatique, la paix universelle, le désarmement des États et l’armée de milice. Guidé par cette éthique du bien, il fait édifier un autre monument marmoréen pour l’« inviolabilité » de la vie humaine, qui l’obsède en tant que chrétien. Le rôle des « philanthropes véritables », note Sellon en 1831, est de s’élever moralement et intellectuellement contre la « guerre et […] les échafauds »15. La guerre entre les États est aussi atroce que la peine capitale dans la société civile.

Le médaillon de Beccaria

8Abolitionniste fervent, Sellon est hanté par Cesare Beccaria, précurseur de la modernité pénale. Le 12 octobre 1827, il demande au négociant et banquier Jacques Mirabaud, établi à Milan depuis 1814, d’y remettre l’ouvrage de Charles Lucas à Giulio Beccaria (fils unique de Cesare, 1775-1858). Jointe à l’envoi, la laudatio épistolaire affirme que le recul européen de la mort pénale est dû à la circulation du libéralisme beccarien chez les élites politiques et juridiques :

Monsieur !

Permettez que je fasse hommage aux descendants de l’excellent Beccaria de l’ouvrage qui a obtenu le prix du concours que j’ai ouvert en faveur de l’abolition de la peine de mort. M. Mirabeau [sic], mon concitoyen, veut bien avoir la bonté de se charger de vous le remettre à son arrivée à Milan qui ne doit pas tarder. C’est au Traité des délits et des peines que la Russie, une partie de l’Allemagne et surtout la belle Toscane ont dû à l’esprit qui domine dans leurs cœurs, c’est cet ouvrage admirable couronné à Berne qui inspirera encore longtemps les écrivains et qui opérera encore des convictions pareilles à celles de Léopold.

Veuillez, Monsieur, agréer l’assurance de mon estime.

Le comte de Sellon, membre du conseil souverain de Genève.

9Le 20 janvier 1828, Giulio Beccaria réplique à Sellon en lui offrant un élégant médaillon du portrait de son père. Il veut ainsi le récompenser comme bienfaiteur de l’humanité sous la vigilance posthume de l’auteur des Délits et des peines :

Monsieur

Par les moyens de M. Manzoni mon neveu à qui Mirabeau [sic] l’avait remis, je viens de recevoir l’intéressant ouvrage sur l’abolition de la peine de mort que vous avez fait l’honneur de m’envoyer. Si les principes qu’on y trouve si bien développés seront en quelque endroit pratiqués, ainsi que je le souhaite, vous aurez une grande part aux bénédictions de l’humanité comme le promoteur de les avoir fait germer et cela doit être une bien douce satisfaction pour votre cœur, satisfactions que mon père a eues et qui l’ont bien dédommagé de beaucoup des regrets que lui a apportés la publication de son traité Des délits et des peines.

Comme je sais que vous désirez d’avoir l’image de mon père, je m’empresse de vous offrir la médaille qui le représente et que par moyen de M. Manzoni vous recevrez de M. Mirabaud.

Veuillez, Monsieur, agréer l’assurance de mon estime.

Giulio Beccaria.

10Le 25 janvier 1828, Sellon remercie à son tour le « descendant de l’illustre Beccaria » pourfendeur de l’obscurantisme judiciaire. Sa lettre élogieuse s’accompagne, en hommage philosophique, d’un exemplaire du rapport concernant le concours sur l’abolition de la peine capitale lancé en 1826 par lui-même à Genève :

Monsieur le Marquis !

Permettez que j’ajoute à l’ouvrage de M. Lucas que vous avez reçu avec bienveillance le rapport du concours ouvert par moi en faveur de l’abolition de la peine de mort. Si quelqu’un a droit à cet hommage c’est sans doute le descendant de l’illustre Beccaria qui le premier osa se lever contre la barbarie de la législation pénale. Rien ne pouvait me faire plus plaisir, M. le marquis, que l’image de votre illustre Père dont la gloire est bien plus solide que celles des conquérants puisqu’il passa sa vie à protéger la vie de ses semblables tandis que ceux-là n’élèvent que des trophées sanglants. J’ai expédié trois exemplaires de mon ouvrage à l’adresse de M. Mirabeau [sic], dont un pour vous monsieur, un pour le célèbre Manzoni digne d’appartenir aux Beccaria par son génie, et un pour M. Mirabeau [sic] lui-même, qui a bien voulu s’acquitter de la commission que j’avais pris la liberté de lui donner pour les descendants de Beccaria.

  • 16 Lettres conservées à la bibliothèque Ambrosiana, Milan, sous la cote Becc. 233 44-10, 11 et 12.

Veuillez, M. le Marquis, croire à ma haute considération.16

  • 17 Voir M. Porret, Le Crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières (...)

11Ces usages épistolaires de Beccaria fabriquent le cosmopolitisme, la supériorité morale et la modernité judiciaire indispensables pour justifier le projet abolitionniste que déploie le philanthrope. Répugné par la guillotine de la Terreur, il ancre sa philosophie abolitionniste dans la tradition du libéralisme pénal de la République de Genève17.

  • 18 Voir M. Porret, « Genève : la question n’est qu’un “sujet de pure théorie” », dans La Torture, de (...)
  • 19 Archives d’État de Genève, Procès criminels, série I, 10832, « Excès scandaleux ».

12Avec l’abrogation de la torture probatoire en 1738, en son ressort urbain et fortifié, Genève est le laboratoire de la modération utilitaire du droit pénal. Qualifiant le crime et motivant la peine, la pratique circonstancielle des procureurs généraux aménage dès la fin des années 1730 le réformisme étatique. En recul séculaire malgré la croissance démographique et celle de la criminalité réprimée, la peine capitale devient marginale : treize condamnés sont pendus entre 1755 et 1786 (dernière exécution sous l’Ancien Régime)18. Déplorant le défaut de travaux publics comme pivot du régime pénal, le procureur général Jean-Robert Tronchin estime en 1760 que la justice patibulaire est intolérable en République : « Nécessaire peut-être dans une monarchie […], chez une nation vive et susceptible de fortes impressions », la peine capitale reste « excessive dans une ville bornée, où les particuliers continuellement sous les yeux des magistrats, peuvent être facilement contenus »19. Si, durant la révolution genevoise de 1794, onze individus sont fusillés sur les trente-sept condamnés à mort, la peine de mort augmente sous le régime français. Entre 1799 et 1813, dans le ressort large du département du Léman et avec la répression directoriale du banditisme et du brigandage, trente-quatre justiciables sont guillotinés à Genève et un condamné est exécuté sur les lieux du crime à Viuz-en-Sallaz (Haute-Savoie). Le régime patibulaire s’effondre dès la Restauration genevoise (1813) : six assassins masculins sont guillotinés jusqu’à l’abolition de mars 1870 sous le régime radical.

Abrogation absolue de la mort pénale

  • 20 Voir Burgy, « Index des auteurs et des collectivités », p. 710.
  • 21 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826 en faveur de l’abolition d (...)

13Réseaux épistolaires, brochures innombrables, concours : le dispositif qu’instaure de Sellon contre la culture patibulaire est voltairien. Parmi la centaine de brochures qu’il signe entre le 23 juillet 1819 et le 20 novembre 1838 (ou qui lui sont attribuées), près de trente imprimés contestent l’échafaud parmi d’autres objets de réforme pénale, carcérale et guerrière20. Animant une République des Lettres de l’abolitionnisme universel, le brochurier-compilateur fait feu de tout bois, dans un syncrétisme du christianisme et des Lumières. Sellon rêve de « mettre la législation pénale en harmonie avec L’Esprit du christianisme et les institutions civiles et politiques qui conviennent au degré de civilisation où est arrivée une partie du globe »21.

  • 22 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, Gen (...)
  • 23 J.-J. de Sellon, Lettre du fondateur de la Société de la paix de Genève sur la peine de mort, Genè (...)

14Les épigraphes de ses brochures sont souvent bibliques, comme dans son Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre : « Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais sa conversion et sa vie (Voyez chap. XXXIII du Prophète Ézéchiel au 11e verset). »22 Sur la page de titre de la Lettre du fondateur de la Société de la paix de Genève sur la peine de mort à un conseiller d’État de Berne, publiée à Genève en octobre 1835, le même aphorisme chrétien précède l’injonction utilitariste de Voltaire commentateur de Beccaria : « Un pendu n’est bon à rien. »23 Le christianisme philanthropique cohabite avec les philosophes et les législateurs de la modernité politique. Pourtant, contre la mort pénale, son argument suprême provient du Décalogue (« Non occides ! », « Tu ne tueras point ! », ou encore : « Homicide point ne seras, de fait ni volontairement »), qui instaure l’interdit chrétien de l’homicide. En 1831, dans la « Dédicace » de la brochure intitulée Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, dédiée à tout partisan du régime républicain représentatif, Sellon assène son credo abolitionniste dans le prisme d’une vulgate providentialiste :

  • 24 Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, op. cit., p. 1.

C’est aux amis du gouvernement représentatif, dans quelque région qu’ils soient placés, que je dédie ce cahier, parce que c’est de cette classe d’hommes que j’attends surtout les améliorations que je réclame depuis quelques années ; améliorations qui intéressent le genre humain tout entier, puisque je ne demande pas moins que la reconnaissance formelle et officielle du principe que la vie de l’homme n’appartient qu’à son Créateur, et que lui seul a le droit d’en fixer le terme.24

  • 25 Montesquieu, L’Esprit des lois, R. Derathé (éd.), Paris, Classiques Garnier, vol. 1, 2011, XII, 4, (...)
  • 26 J.-J. de Sellon, De la peine de mort, op. cit., p. 1, 5.

15Montesquieu – pour qui la peine de mort constitue l’ultime « remède de la société malade »25 –, Voltaire (affaires Calas et chevalier de La Barre), Brissot de Warville, William Penn, Jacques Turgot, le grand-duc Pierre-Léopold, John Howard, Gaetano Filangieri, Jeremy Bentham, Beccaria : Sellon suit les républicains partisans éclairés de la modération pénale, du réformisme carcéral, de la perfectibilité législative et de l’utilitarisme pénal. Il récuse les rétentionnistes et les apologistes de la peine capitale en brisant avec Rousseau qui l’inscrit comme pivot sécuritaire du contrat social. Entre évocation de ces figures tutélaires, citation brève ou longue, « extraits d’ouvrages » dans ses brochures, il prône l’« abolition de la peine de mort et sa conversion en prison laborieuse ». Il pense la « substitution du système pénitentiaire au système pénal » patibulaire26.

  • 27 J.-J. de Sellon, Motifs d’un amendement qui doit être proposé par M. de Sellon à la loi qui est ac (...)
  • 28 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, op. (...)

16Son plaidoyer abolitionniste fait parfois écho à celui de François Guizot dans La Peine de mort en matière politique (1822). Avec son épitaphe chrétienne (I Corinthiens, XV, 55 : « Ô sépulcre ! Où es-ta victoire ? / Ô, mort ! Où est ton aiguillon ? »), l’ouvrage appartient aux « livres classiques qui assignent à l’époque dont ils traitent le rôle véritable qu’elle est destinée à jouer », note Sellon pour convaincre, au nom de la civilisation, le législateur genevois de légaliser l’abolition de la mort pénale dans les contentieux de presse27. Aucune circonstance sociale ou politique ne la justifie. Nulle motivation juridique ne la rend tolérable. Son odieuse publicité est une leçon de cruauté sociale, comme l’affirme empiriquement Beccaria dans son traité abolitionniste : « N’admettez-vous pas, Monsieur, que la mort d’un homme quelconque et surtout sa mort violente opérée par la main de son semblable, celle de Louis XVI comme celle du plus obscur berger, est toujours un malheur, ou tout au moins un spectacle dangereux ? » écrit Sellon en 1834 dans le Dialogue sur la peine de mort28.

Le concours de 1826

  • 29 J.-J. de Sellon, Avis, [Genève], héritiers J. J. Paschoud, [1826] (Burgy, 1471). En 1830, un kilo (...)

17Daté de janvier 1826, le placard abolitionniste Avis annonce qu’un « concours est ouvert à Genève en Suisse en faveur de la suppression absolue de la peine de mort ». Le jury est composé de quinze « hommes éclairés », éminents intellectuels et magistrats libéraux de la Restauration genevoise – dont Étienne Dumont, le civiliste Pierre-François Bellot, l’économiste Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi ou encore le juriste libéral Pellegrino Rossi, assassiné à Rome le 15 novembre 1848. Le concours est doté d’une médaille d’or valant « 500 francs de France »29. Soudant encore christianisme et Lumières, l’Avis illustre la philosophie abolitionniste du philanthrope chrétien que marquent la modération anti-suppliciaire, la conviction sécuritaire de la peine perpétuelle et le panoptisme de Bentham. Pour la prévention des crimes de sang, l’efficacité sociale du châtiment réside dans la « durée » plutôt que dans la sévérité corporelle, selon l’hypothèse de Beccaria que suit ici Sellon :

  • 30 J.-J. de Sellon, Avis, op. cit., fol. 1.

L’auteur du concours, membre du Conseil Souverain de la République et canton de Genève, ayant proposé à trois sessions différentes la suppression de la peine de mort, désirerait qu’outre les considérations qui militent en faveur de cette suppression dans tous les pays civilisés, les concurrents en présentassent quelques-unes tirées de l’état des mœurs et de la position actuelle de Genève, et qu’ils fassent valoir que l’existence à Genève d’une prison pénitentiaire dans le principe panoptique de Bentham facilite la commutation de la peine de mort en prison perpétuelle pour les grands crimes, dans le nouveau code auquel on travaille. L’auteur du concours a publié une brochure où il expose tous les motifs qui l’ont engagé à le fonder, et il espère que les hommes à talents qui pensent comme lui sur la peine de mort ne seront pas insensibles à la gloire de contribuer par leur éloquence à faire cesser des supplices qui ne sont plus en harmonie avec les mœurs d’un siècle qui réunit éminemment le sentiment religieux aux lumières qui nous ont été léguées par le siècle précédent.30

  • 31 J.-J. de Sellon, Un mot sur la proposition de M. J.-J. de Sellon pour la suppression de la peine d (...)
  • 32 J.-J. de Sellon, Traduction littérale du préambule du code de Léopold, grand-duc de Toscane, en ve (...)
  • 33 Voir dans le présent volume la contribution d’Élisabeth Salvi, « “Adoucir le sort des hommes accab (...)

18Le 21 janvier 1826, afin d’amplifier l’impact moral et l’enjeu institutionnel de ce concours abolitionniste à portée universelle (la mort pénale est « mauvaise pour tout l’univers »), Sellon publie une épaisse brochure in-quarto : Un mot sur la proposition de M. J.-J. de Sellon pour la suppression de la peine de mort31. Il y noue le christianisme (le gibet empêche un « chrétien de racheter son crime par une vie meilleure dans une prison pénitentiaire ») et l’utilitarisme sécuritaire (la perpétuité carcérale déjoue la récidive). Selon une habitude qui se répétera, il y célèbre aussi la modernité politique du souverain toscan qui a supprimé l’échafaud pour éradiquer la criminalité32. À l’instar du Brissot de Warville de la Bibliothèque philosophique33, Sellon y publie trois fragments abolitionnistes : le Traité des délits et des peines de Beccaria (traduction de Morellet, 1766), la Théorie des peines et des récompenses de Jeremy Bentham (version Dumont, 1825), l’Acte relatif aux Lois criminelles de la Louisiane et le Rapport au sénat et à la chambre des représentants réunis en assemblée générale d’Edward Livingston (premier sénateur de Louisiane, rédacteur en 1821 de son Code pénal, partisan de la substitution de la prison à la peine capitale).

19Censurant le passage sur l’équivoque de la mort pénale contre les crimes politiques, Sellon publie trente pages d’extraits abolitionnistes des Délits et des peines. Il annote ces fragments dans le sens de la justice distributrice du bonheur social et des libertés individuelles. Pivot du dispositif abolitionniste, Beccaria incarne l’autorité morale que dresse le philanthrope chrétien contre l’échafaud :

M’étant assuré que la Société [de lecture du Musée] ne possède pas le Traité des délits et des peines de Beccaria, j’ai pensé faire une chose agréable à ceux qui s’occupent de législation criminelle en vous adressant quelques extraits de cet ouvrage, [lesquels] appartiendront à la Société qui est le rendez-vous de toutes les connaissances utiles et agréables, et qui doit tant à votre zèle éclairé.

  • 34 J.-J. de Sellon, Un mot sur la proposition de M. J.-J. de Sellon pour la suppression de la peine d (...)

Si la réputation de cet ouvrage n’était pas aussi grande, je rappellerais qu’à peine avait-il paru, que dans les six mois qui suivirent on épuisa trois éditions, et qu’il fut couronné à Berne en 1763 par la Société typographique [sic pour Société économique] ; à Berne, dis-je, où l’on ne se hâtait certainement pas d’accueillir légèrement les idées nouvelles. Au reste, la meilleure manière de le louer, c’est de le citer, et c’est ce que je vais faire.34

  • 35 Voir F. Lullin de Châteauvieux, « Rapport », dans Ch. Lucas, Du système pénal et du système répres (...)
  • 36 Voir Prospectus de la Société de la morale chrétienne ayant pour objet l’application du christiani (...)
  • 37 Voir Ch. Lucas, Du système pénal et du système répressif en général et sur la peine de mort en par (...)

20Parmi trente et un mémoires anonymes envoyés sous devise au concours de 1826 sur l’« abolition absolue » de la peine de mort, vingt-huit sont jugés recevables. Inefficacité, erreur judiciaire irréparable, contentieux politique et religieux, cas historiques d’abolition, substitution et sécurité pénitentiaires, immoralité sociale du gibet, adoucissement des mœurs : les dissertations suivent les dix conditions imposées pour justifier l’abolition absolue de la mort pénale35. Après délibération, Sellon et son jury, « formé presque en totalité des membres du conseil souverain », couronnent unanimement le texte anonyme de Charles Lucas, père spirituel de la « science pénitentiaire » et inspecteur général des prisons (1830-1865), livré avec une devise attribuée à Salluste sur la modération punitive : Du système pénal et du système répressif en général et sur la peine de mort en particulier. Sous la plume du notable genevois Frédéric Lullin de Châteauvieux, le rapport sur les « opérations du jury » est publié dans les annexes de l’ouvrage édité en 1827 à Paris. Couronné aussi à Paris au terme du concours abolitionniste lancé la même année par la Société de morale chrétienne (fondée le 20 août 1821) pour le bonheur social selon les préceptes égalitaires du christianisme36, Lucas aborde la « totalité du système pénal » inscrit dans la sanction suprême qu’est la prison. La généralisation du système pénitentiaire, selon Lucas, entraînera l’abolition de la peine capitale rêvée par Beccaria37.

Tout meurtre dément l’efficacité de la mort pénale

  • 38 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 6.
  • 39 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, op. (...)

21Engager le « législateur à commuer la peine capitale en prison laborieuse » : ce motif correctif, que Beccaria déploie avec la thématique utilitaire des travaux forcés, soutient la « cause de l’abolition absolue » prônée par Sellon. À l’interdit chrétien du « Non occides ! », il ajoute la thèse classique de l’inefficacité répressive de la mort pénale qui en prouve l’inanité sociale. Contrairement à l’utilité générale du système pénitentiaire, qui « réforme » l’homo criminalis, l’« inefficacité de la peine de mort est une vérité qui doit pénétrer dans les coins les plus obscurs de l’entendement humain »38. La vérité de la thèse abolitionniste est une donnée historique. Depuis 1786 en Toscane, la suppression de la peine capitale raréfie les crimes au lieu de les augmenter : « [Ce] résultat – souligne empiriquement Sellon –, constaté par tous les historiens, les voyageurs et par les Archives de la Toscane, mérite bien […] d’influencer la législation pénale de tous les pays civilisés […]. »39

  • 40 J.-J. de Sellon, Lettre du Fondateur de la Société de la paix de Genève sur la peine de mort, op. (...)

22Si la suppression des supplices capitaux « adoucit les mœurs », dans une perspective beccarienne à laquelle adhère le « profond publiciste » Jeremy Bentham, le maintien des « peines irréparables » comme la mort « rend le peuple plus cruel »40. En outre, selon les statistiques, dans les pays rétentionnistes comme la Belgique, la Prusse, l’Angleterre et la France, la « diminution très sensible des exécutions » n’a pas augmenté le nombre des crimes capitaux. En conséquence, le lien préventif entre la peine capitale et la criminalité est idéologique, voire imaginaire. Le gibet n’assure pas la sécurité des individus et des biens. Pourtant garant politique de l’ordre public, l’échafaud ne sert qu’à légitimer les apologistes de la mort pénale. Aveugles sur son inefficacité dissuasive, ceux-ci sont muets devant sa morbidité sociale :

  • 41 Ibid., p. 4.

Comment les partisans de la peine de mort ne sont-ils pas frappés d’une idée : que chaque meurtre donne un démenti à l’efficacité de la sanglante tragédie dont ils provoquent et multiplient les représentations aux dépens des mœurs publiques, toujours altérées par l’horrible avidité avec laquelle la foule se précipite pour jouir des dernières palpitations du corps mutilé d’une créature humaine.41

  • 42 Voir J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 143-145

23D’inspiration benthamienne, tiré du livre de Charles Lucas, le « Tableau comparatif et philosophique du système pénitentiaire et de celui de l’échafaud » que publie Sellon en 1827 montre en vingt-sept points la suprématie définitive de la prison sur la mort pénale – du point de vue moral, graduel, remédiable, « compensatif et réparateur », préventif contre la récidive, expiatoire mais empli d’espérance, d’adoucissement des mœurs et socialement exemplaire. Avilissante, engendrant l’impunité, répugnante à motiver, irréparable, couronnant la vindicte du sang versé, destructrice de l’individu et du remords, non réparatrice, spirituellement immorale, étouffant l’espérance, usurpatrice du pouvoir divin sur l’existence des hommes, la peine de mort est inférieure aux valeurs modernes que vise un droit de punir éthiquement acceptable et socialement utile. L’économie carcérale permet la réconciliation sociale et l’amendement du criminel, l’échafaud n’est que force brutale qui anéantit sans perspective correctrice42.

24À Genève, Charles Lucas, père du système pénitentiaire français, est devenu grâce à Sellon le Beccaria du xixe siècle, même si le Milanais, partisan des travaux forcés, n’est pas un théoricien du carcéral alors quasi inexistant. Le plaidoyer utilitaire de Charles Lucas pour le système pénitentiaire pourrait avoir eu une influence aussi forte que celui, abolitionniste, de Beccaria en 1764. Les deux textes s’inscrivent dans le même processus de perfectibilité pénale vers la modération, la prévention individuelle et la correction pénale avec le système pénitentiaire du travail et de la détention modulée selon la gravité du crime jugé. D’après Sellon, adossé aux autorités de Beccaria, de Bentham, de Filangieri mais aussi de Servan, l’abolition absolue de la peine capitale doit devenir un principe universel qui passera de manière inexorable dans les mœurs de toutes les nations chrétiennes et éclairées comme la Toscane. L’« effroi salutaire » supposé de l’échafaud est nul car il n’arrête aucun criminel déterminé.

*

25Réseaux épistolaires, brochures, lettres ouvertes, compilations : de forme voltairienne, la culture beccarienne de l’abolitionnisme chrétien du protestant Jean-Jacques de Sellon culmine, on l’a vu, lors du concours de 1826 sur la suppression définitive de la mort pénale en faveur de la prison. Polémiste passionné, il forge un libéralisme qu’inspire le républicanisme de la Restauration genevoise dans le prisme de la modération pénale venue de la Toscane des Lumières :

  • 43 Ibid., p. 1-2.

Un séjour assez prolongé en Italie m’a prouvé que l’abolition de la peine de mort en Toscane avait eu des effets très heureux, signalés par le Souverain lui-même qui, après un assez long essai de cette suppression, la déclara Loi de L’État […]. Ce séjour m’a permis de comparer la profonde sécurité dont on jouissait en Toscane avec les inquiétudes qu’éprouvaient les voyageurs en parcourant le midi de l’Italie, où la peine de mort était fréquemment appliquée ; depuis lors, tout ce que j’ai vu, tout ce que j’ai lu, n’a fait que fortifier en moi l’opinion que la peine de mort est inefficace […].43

  • 44 Voir J.-J. de Sellon, Lettres et discours en faveur du principe de l’inviolabilité de la vie de l’ (...)
  • 45 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 178.

26Ces deux foyers de civilisation illustrent le processus du progrès moral et institutionnel attaché à l’inviolabilité de la vie humaine comme valeur démocratique des régimes représentatifs et comme principe universel de civilisation44. À lire Sellon, qui conditionne le succès du régime pénitentiaire selon Charles Lucas à la défaite de l’échafaud, l’abolition universelle de la mort pénale pour des « motifs religieux et moraux » pacifierait les États en éteignant les crimes de sang45. Pétrie de christianisme, d’utilitarisme et de libéralisme, brisant avec Rousseau pour qui la peine de mort est le revers obligatoire du contrat social, la culture abolitionniste qu’il propose pérennise au xixe siècle l’humanisme de Beccaria. Inviolabilité de la vie humaine : la société sans échafaud que prône le philanthrope éclairé pour adoucir les relations sociales annonce la paix universelle qu’il prêche pour pacifier les relations internationales.

Notes

1 [J.-J. de Sellon], Un mot sur la proposition de Monsieur J.-J. de Sellon, pour la suppression de la peine de mort, suivi des points principaux qui doivent être traités dans le concours et de quelques fragments sur ce sujet, Genève, Le Double, 1826, p. 12. Les brochures que publie Sellon sont répertoriées par Étienne Burgy dans sa somme bibliographique : Les Sources imprimées de la Restauration genevoise. 31 décembre 1813-8 octobre 1846. Catalogue chronologique, Genève, SHAG, 1998, 1481. Ce catalogue sera dorénavant indiqué par l’abréviation Burgy.

2 Voir J. M. de Bujanda, avec l’assistance de M. Richter, Index des livres interdits - Index librorum prohibitorum, Montréal / Genève, Médiaspaul / Droz, 2002, p. 116.

3 Voir A. Chauveau, F. Hélie, Théorie du code pénal, Bruxelles, Meline, Cans et compagnie, 4 vol., 1843-1845 (en 1872, la cinquième édition en sept volumes atteint près de 3800 pages). Plus largement, voir M. Porret, « Le moment Beccaria », dans Cesare Beccaria. La controverse pénale xviiie-xxie siècle, M. Porret, É. Salvi (éd.), Rennes, PUR, 2015, p. 15-38.

4 Voir M. Porret, « Voltaire et le droit de punir. Un activiste du moment Beccaria », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 63-3, 2016, p. 88-109.

5 Voir J.-Y. Le Naour, Histoire de l’abolition de la peine de mort. Deux cents ans de combat, Paris, Perrin, 2001, p. 15-44 ; M. Porret, « Maintenir mais modérer la mort comme peine au temps des Lumières », dans Le Droit de punir du siècle des Lumières à nos jours, F. Chauvaud (éd.), Rennes, PUR, 2012, p. 27-40.

6 Voir ces quatre contributions majeures à l’histoire de la prison pénale : M. Ignatieff, A Just Measure of Pain. The Penitentiary in the Industrial Revolution, 1750-1850, Londres, The Macmillan Press, 1978 ; N. Morris, D. J. Rothman (éd.), The Oxford History of the Prison. The Practice of Punishment in Western Society, New York / Oxford, Oxford University Press, 1995 ; J.-G. Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990 ; R. Roth, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale. L’exemple de la prison de Genève (1825-1862), Genève, Droz, 1981.

7 Voir M. Perrot (éd.), L’Impossible Prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Seuil, 1980.

8 Voir L. Maugué, M. Porret, « Quatre modalités de la peine capitale : les techniques du corps mis à mort », dans La Mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, J.-P. Alline, M. Soula (éd.), Rennes, PUR, 2015, p. 139-154.

9 Pour des éléments biographiques sur le disciple genevois de Beccaria, voir F. Barillà, Le Combat abolitionniste de Jean-Jacques de Sellon (1782-1839) : brochures et réseau épistolaire, mémoire de maîtrise en histoire moderne, dactylogramme, 122 p., sous la direction de M. Porret, Université de Genève, Faculté des lettres, 2013 (non déposé en bibliothèque) ; I. Rens, K.-G. Giesen, « Jean-Jacques de Sellon, pacifiste et précurseur de “l’esprit de Genève” », Revue suisse d’histoire, 1985, p. 261-287 ; B. Luginbühl, Im Kampf gegen die Todesstrafe : Jean-Jacques comte de Sellon (1782-1839), ein Plädoyer für die Unantastbarkeit des menschlichen Lebens, Zurich, Schulthess, 2000 ; M. Rudloff-Azzi, « Le musée historique de “La Fenêtre” : Jean-Jacques de Sellon ou l’art au service d’une éducation patriotique », Genava, 53, 2005, p. 173-220.

10 Voir É. Rivoire, Bibliographie historique de Genève au xviiie siècle, Genève / Paris, Jullien et Georg-Picard, 2 vol., 1897 (inventaire raisonné des 6218 imprimés officiels et privés édités à Genève entre 1700 et 1798, dont près de 6000 depuis 1738 : édits, règlements, rôles électifs, pamphlets, brochures, etc.). Voir par exemple M. Porret, « Au lendemain de “l’affaire Rousseau”. La “Justice pervertie” ou les représentations de la justice patricienne chez quelques publicistes de Genève. 1770-1773 », dans Regards sur la Révolution genevoise 1792-1798, B. Baczko, L. Binz (éd.), Genève, SHAG, 1992, p. 121-150.

11 J.-J. de Sellon, « Une exécution à Courtelary » [commune suisse, Jura bernois : exécution abominable d’un condamné « régénéré » par la détention préventive], dans De la peine de mort, de la Société de la paix de Genève et de quelques autres objets d’intérêt général, suivi du récit d’une exécution, Genève, Ch. Gruaz, 1835, p. 7-14 (Burgy, 2917).

12 Voir Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, J.-J. de Sellon (éd.), Genève, A. L. Vignier, 1831, p. 7-14, 32-46 (Burgy, 2149).

13 Voir J. Bénétruy, L’Atelier de Mirabeau. Quatre proscrits genevois dans la tourmente révolutionnaire, Genève / Paris, Jullien / Picard, 1962 ; R. Roth, Pratique pénitentiaire et théories sociales, op. cit.

14 Voir D. Frey, « La guerre et la paix perpétuelle de l’abbé de Saint-Pierre à Rousseau », Revue des sciences religieuses, 86, 4, 2012, p. 455-473 ; G. Mützenberg, « Jean-Jacques de Sellon : une société de la paix en 1830 », Librarium : Zeitschrift der Schweizerischen Bibliophilen-Gesellschaft, 1992, 2, p. 108-132.

15 Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, op. cit., p. 4.

16 Lettres conservées à la bibliothèque Ambrosiana, Milan, sous la cote Becc. 233 44-10, 11 et 12.

17 Voir M. Porret, Le Crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières selon les réquisitoires des procureurs généraux de Genève, Genève, Droz, 1995, « Index général », p. 535-555 ; M. Porret et al., La Chaîne du pénal. Crimes et châtiments dans la République de Genève sous l’Ancien Régime, Genève, Georg, 2010.

18 Voir M. Porret, « Genève : la question n’est qu’un “sujet de pure théorie” », dans La Torture, de quels droits ? Une pratique de pouvoir xvie-xxie siècle, N. Campagna, L. Delia, B. Garnot (éd.), Paris, Imago, 2014, p. 141-156.

19 Archives d’État de Genève, Procès criminels, série I, 10832, « Excès scandaleux ».

20 Voir Burgy, « Index des auteurs et des collectivités », p. 710.

21 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826 en faveur de l’abolition de la peine de mort à l’un de ses honorables collègues du conseil souverain, Genève, Labor, 1827, p. iii (Burgy, 1669). L’abbé Philippe-Louis Gérard (1731-1813), auteur du roman épistolaire Le Comte de Valmont ou les Égarements de la raison (1774-1776), publie en 1803 à Paris L’Esprit du christianisme, précédé d’un précis de ses preuves et suivi d’un plan de sa conduite, qui déploie une apologie éclairée contre le fanatisme intégriste en renvoyant dès son titre à Montesquieu.

22 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, Genève, J. D. Jarry, 1834, page de titre (Burgy, 2526).

23 J.-J. de Sellon, Lettre du fondateur de la Société de la paix de Genève sur la peine de mort, Genève, Vignier, 1835, page de titre (brochure non répertoriée par Burgy). Voir Voltaire, Commentaire sur le livre Des délits et des peines, dans Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, vol. 61A, 2012, chap. 10, p. 115 : « On a dit il y a longtemps qu’un homme pendu n’est bon à rien, et que les supplices inventés pour le bien de la société doivent être utiles à cette société. »

24 Fragments des ouvrages de Jérémie Bentham, op. cit., p. 1.

25 Montesquieu, L’Esprit des lois, R. Derathé (éd.), Paris, Classiques Garnier, vol. 1, 2011, XII, 4, p. 205.

26 J.-J. de Sellon, De la peine de mort, op. cit., p. 1, 5.

27 J.-J. de Sellon, Motifs d’un amendement qui doit être proposé par M. de Sellon à la loi qui est actuellement en discussion, [Genève], Paschoud, [1827], p. 3 (Burgy, 1622).

28 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, op. cit., p. 13.

29 J.-J. de Sellon, Avis, [Genève], héritiers J. J. Paschoud, [1826] (Burgy, 1471). En 1830, un kilo de pain à Paris coûte 0,30 franc.

30 J.-J. de Sellon, Avis, op. cit., fol. 1.

31 J.-J. de Sellon, Un mot sur la proposition de M. J.-J. de Sellon pour la suppression de la peine de mort, suivi des points principaux qui doivent être traités dans le concours et de quelques fragments sur ce sujet, Genève, Le Double, 1826 (Burgy, 1481).

32 J.-J. de Sellon, Traduction littérale du préambule du code de Léopold, grand-duc de Toscane, en vertu duquel il a aboli la peine de mort dans ses États, accompagnée de quelques notes de M. de Sellon, Genève, Gruaz, 1831 (non répertorié par Burgy).

33 Voir dans le présent volume la contribution d’Élisabeth Salvi, « “Adoucir le sort des hommes accablés par l’oppression légale”. La réception de Beccaria dans la Bibliothèque philosophique (1782-1785) ».

34 J.-J. de Sellon, Un mot sur la proposition de M. J.-J. de Sellon pour la suppression de la peine de mort, op. cit., p. 31-32.

35 Voir F. Lullin de Châteauvieux, « Rapport », dans Ch. Lucas, Du système pénal et du système répressif en général, Paris, Ch. Béchet, 1827, p. 411-422.

36 Voir Prospectus de la Société de la morale chrétienne ayant pour objet l’application du christianisme aux relations sociales, Paris, 1821.

37 Voir Ch. Lucas, Du système pénal et du système répressif en général et sur la peine de mort en particulier, op. cit. ; Du système pénitentiaire en Europe et aux États-Unis, Paris, Bossange, Ch. Béchet, 1828, p. 1. ; R. Bérenger, Notice sur la vie et les travaux de M. Charles Lucas (1803-1889), Paris, Firmin-Didot, 1892.

38 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 6.

39 J.-J. de Sellon, Dialogue sur la peine de mort, sur le système pénitentiaire et sur la guerre, op. cit., p. 7.

40 J.-J. de Sellon, Lettre du Fondateur de la Société de la paix de Genève sur la peine de mort, op. cit., p. 3, 4, 9.

41 Ibid., p. 4.

42 Voir J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 143-145.

43 Ibid., p. 1-2.

44 Voir J.-J. de Sellon, Lettres et discours en faveur du principe de l’inviolabilité de la vie de l’homme publiés par le fondateur du concours ouvert à Genève, en faveur de l’abolition de la peine de mort, avec une lettre de Charles Lucas à Sellon contre l’« affreux spectacle des meurtres humains » mis en scène au nom de la loi sur les places publiques, Genève, Lador, 1828 (Burgy, 1715) ; Résumé des efforts tentés par le Comte de Sellon, fondateur de la Société de la paix de Genève, pour introduire dans les codes nationaux et dans les lois internationales le principe de l’inviolabilité de la vie de l’homme, suivi de deux programmes destinés à servir cette cause (en lui procurant des défenseurs habiles parmi les concurrents qui aspirent aux prix promis par ces deux programmes et de quelques réflexions sur les progrès journaliers qu’elle fait dans le monde civilisé, Genève, Gruaz, 1836 (Burgy, 3000).

45 J.-J. de Sellon, Lettre de l’auteur du concours ouvert à Genève en 1826, op. cit., p. 178.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search