Version classiqueVersion mobile

Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières

 | 
Philippe Audegean
, 
Christian Del Vento
, 
Pierre Musitelli
, 
et al.

III. Économie et gouvernement

Beccaria fonctionnaire et l’évolution de ses idées

Carlo Capra

Texte intégral

  • 1 Sur les raisons de cette nomination et sur les débuts de ce nouveau cours, voir G. Gaspari, « Nota (...)
  • 2 C. Beccaria, supplique adressée au chancelier Kaunitz, 20-25 septembre 1770, dans Edizione naziona (...)

1Après Pietro Verri, Cesare Beccaria fut le deuxième membre de l’Académie des Coups de poing et du comité de rédaction du Caffè à entrer au service du gouvernement autrichien. Sa nomination au poste de professeur de sciences camérales – ou d’économie et de commerce, ou encore d’économie publique, selon les différentes mentions que comportent ses documents – est décidée à Milan et à Vienne dès le milieu de l’année 1768, avant d’être officiellement notifiée à l’intéressé par le comte de Firmian dans une lettre du 1er novembre 1768, puis de prendre effet le 9 janvier 1769 à l’occasion de la séance inaugurale publique de son cours1. Mais la carrière de fonctionnaire de Beccaria ne commence véritablement que le 29 avril 1771, lorsqu’un décret royal lui confère le titre de conseiller au conseil suprême d’Économie, répondant ainsi à son « désir constant et très ardent […] de [se] consacrer pleinement, ainsi que les connaissances qu’[il s’était] efforcé d’acquérir en matière de politique et d’économie, au service le plus direct et le plus assidu de [sa] très Auguste Maîtresse »2, tout en le gratifiant de 3000 lires d’appointements en plus des 3000 qu’il percevait déjà en tant que professeur.

  • 3 Voir C. A. Vianello, La vita e l’opera di Cesare Beccaria, con scritti e documenti inediti, Milan, (...)
  • 4 Voir C. Capra, « Il Settecento », dans Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, C. Capra, D. Sella (é (...)

2Rares sont les informations dont nous disposons sur les mois qui suivent la prise de fonctions de Beccaria : selon Carlo Antonio Vianello, il est chargé « des études préliminaires pour un nouveau code de lois marchandes » lors de la première séance à laquelle il participe, le 24 mai 17713. Peu de temps après, dans le cadre de la « révolution générale du système » des magistratures lombardes décidée par le gouvernement autrichien à l’occasion de la venue de l’archiduc Ferdinand à Milan en qualité de gouverneur4, le conseil suprême d’Économie est supprimé par décret royal du 23 septembre 1771 : ses attributions sont transférées à une Magistrature camérale royale du duché dont les membres et les procédures sont profondément renouvelés. Outre Gian Rinaldo Carli, président, et Pietro Verri, responsable du département des Finances, Cesare Beccaria fait partie des conseillers, avec 8000 lires de salaire annuel qui s’élèvent ensuite à 10 000 lires. Il s’occupe d’abord de la police des blés (l’annona), de la monnaie, des mines, des poids et des mesures, avant que la mauvaise santé ou les absences de deux collègues de son département (les marquis Francesco Carpani et Antonio Molinari) ne le conduisent à prendre en charge les dossiers qui leur revenaient, relatifs au commerce, aux routes et frontières ou aux usines et manufactures.

3Beccaria reste conseiller dans ce dicastère sous la présidence de Carli, puis de Verri à partir de 1780 jusqu’en mai 1786, lorsqu’une nouvelle restructuration du système gouvernemental lombard décidée par Joseph II aboutit à la substitution de la magistrature camérale par un conseil de gouvernement présidé par le ministre plénipotentiaire Johann Joseph Wilczeck. Ce conseil se compose de sept départements : Beccaria est d’abord nommé dans le troisième, en charge de la police des blés et de la chasse, avant d’être muté à la fin de l’année 1789 dans le deuxième département, dont les prérogatives s’étendent à la santé publique, à la police, aux institutions pénales et à la codification criminelle. À sa mort, le 28 novembre 1794, Beccaria compte vingt-trois ans et demi de carrière dans la fonction publique (en plus de son enseignement aux Écoles palatines), c’est-à-dire plus encore que Pietro Verri, qui s’était retiré en mai 1786 au terme de vingt-deux années de service.

4Au cours des dernières années de sa carrière, plusieurs députations et commissions extraordinaires sont venues s’ajouter à ses fonctions ordinaires : citons notamment sa délégation pendant deux ans (1779-1781) auprès de la magistrature de la Santé, l’obtention en 1782 du titre de premier conservateur de la Société patriotique, sa participation à la commission chargée en 1788 de l’adaptation en Lombardie du Code pénal de Joseph II, puis aux commissions instituées par Léopold II pour réformer le système judiciaire, ses responsabilités dans l’administration du Fonds de religion et celles liées à l’activité de la commission ecclésiastique et des études et, pour finir, une « délégation extraordinaire, conjointement à M. l’Intendant général et à l’assesseur des provisions, le marquis Bossi, concernant la rareté et la cherté du beurre ». Le 9 août 1791, dans un avis (consulta) adressé à la Conférence du gouvernement, Beccaria proteste ainsi contre la « charge additionnelle d’une délégation que l’on souhaitait lui attribuer pour qu’il intervienne également dans la Commission déléguée judiciaire civile » :

  • 5 C. Beccaria, « Commissione giudiziario-politica » (25 juillet 1791), dans Edizione nazionale, XIII (...)

Il se trouve ainsi contraint d’assister à deux sessions de la Magistrature chaque semaine, à deux autres de la susdite Commission criminelle, à une de la Commission ecclésiastique, dont il fait également partie par décret de Sa Majesté ; et tout cela en plus de ses occupations dans un Département des plus surchargés.5

5Cette intense collaboration avec le gouvernement autrichien de Lombardie dans les secteurs les plus divers pendant presque un quart de siècle est aujourd’hui très richement documentée par les onze volumes (dont l’un se divise en deux tomes) publiés de 1987 à 2009 par Rosalba Canetta dans le cadre de l’Edizione nazionale des œuvres de Beccaria. Ces volumes réunissent plus de 6500 documents, provenant pour la plupart des diverses séries des Atti di governo (Actes de gouvernement) conservés aux Archives d’État de Milan et dans de nombreux fonds d’archives et de bibliothèques en Italie et ailleurs. L’ensemble des documents qui nous sont parvenus – lettres, rapports, avis et notes signés de la main de Beccaria, ou pouvant lui être attribués, même lorsqu’ils se limitent à stipuler l’archivage d’un document ou sa transmission à un autre bureau – ont été reproduits, chacun étant précédé d’une notice relative au dossier auquel il se réfère et enrichi d’un apparat de notes explicatives, sobres et réduites au strict nécessaire. La destruction complète de certains fonds des Archives d’État de Milan lors des bombardements de la Seconde Guerre mondiale et la perte de nombreux manuscrits, provoquée moins par l’incurie des hommes que par l’adoption, à partir du milieu du xviiie siècle, d’un système de classification par sujets imaginé par l’archiviste Luca Peroni, font que l’on ne dispose plus aujourd’hui que d’une partie (moins d’un tiers, selon Canetta) de ce qu’écrivit Beccaria en sa qualité de fonctionnaire du gouvernement des Habsbourg. Il est toutefois certain que les pertes ne concernent pour l’essentiel que les témoignages les plus succincts de son activité, et que les notes et les rapports les plus longs (qui couvrent parfois des dizaines et des dizaines de pages) ont survécu dans une proportion bien supérieure, si bien que les textes dont nous disposons reflètent avec une grande fidélité la variété et la qualité des interventions de Beccaria en tant que conseiller et consultant du gouvernement autrichien.

  • 6 Voir A. Cova, « Beccaria e la questione delle monete », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa(...)

6Pour l’heure, peu de travaux se sont proposé d’exploiter cette mine, que ce soit en se fondant sur des publications plus anciennes ou sur la très riche documentation de l’Edizione nazionale. Parmi les plus importants, citons les articles d’Alberto Cova, d’Alberto Quadrio Curzio et Roberto Scazzieri sur la question monétaire, d’Aldo Carera sur la police des blés, de Rosalba Canetta sur les problèmes de l’agriculture, de Mario Pisani sur le système des récompenses, d’Adriano Cavanna sur la contribution de Beccaria à la codification pénale de Joseph II et de Léopold II, et de Gian Paolo Massetto sur l’ensemble de la production de Beccaria en tant que fonctionnaire6.

7Dans les pages qui suivent, je ne me suis pas proposé de passer en revue tout ou partie des interventions de Beccaria dans les divers secteurs de son activité, ni d’évaluer l’incidence qu’elles ont pu avoir sur l’élaboration de solutions aux problèmes posés ou sur la mise en œuvre des plans de réforme qui lui ont été demandés ou soumis. Il s’agira avant toute chose de cerner, autant que possible, l’évolution de sa pensée et de ses orientations politiques ou idéologiques par rapport aux positions qui avaient été les siennes dans ses années de jeunesse et, surtout, dans Des délits et des peines.

  • 7 C. Beccaria, « Istituzione di nuovi mercati » (16 juillet 1779), dans Edizione nazionale, VII, p.  (...)
  • 8 Voir C. Beccaria, lettre à J. Sperges, 27 juillet 1779, dans Edizione nazionale, V, p. 544-548.

8Cette tâche est rendue pour le moins complexe par le caractère docile de Beccaria et par son adhésion au modèle du serviteur de l’État promu par le gouvernement des Habsbourg – un gouvernement exigeant, attentif, prompt à pointer du doigt toute défaillance, toute imprécision, tout retard, tant du côté milanais (l’archiduc Ferdinand, gouverneur, et les ministres plénipotentiaires Firmian, puis Wilczeck) que du côté de la hiérarchie viennoise (le Département d’Italie, dirigé par le conseiller Sperges, sous la responsabilité du prince de Kaunitz, chancelier, lui-même sous les ordres de l’empereur Joseph II [1780-1790], puis Léopold II [1790-1792], qui voulaient tout connaître et tout décider en personne). Beccaria doit même plus d’une fois affronter la désapprobation de ses supérieurs, notamment en 1779 lorsque son rapport sur l’institution des nouveaux marchés aux céréales essuie les critiques sévères de la Cour en raison du temps écoulé depuis la diffusion du décret royal relatif à la question, mais aussi parce que Beccaria avait inclus dans son rapport Castel Ponzone, siège d’un marché depuis bien longtemps déjà, et qu’il avait omis, contrairement à ce qui lui avait été demandé, l’extension du commerce aux autres denrées. Beccaria se hâte de justifier les lacunes de son travail car, écrit-il, « il est du devoir de quiconque a l’honneur de servir Sa Majesté d’admettre la critique de ses Supérieurs avec docilité et avec une parfaite subordination, mais non point avec indifférence, ce qui serait le signe d’un détachement peu respectueux ». Et il reconnaît un peu plus bas qu’il est « du devoir de celui qui sert de soumettre son opinion aux vouloirs du souverain »7. Jugeant cela insuffisant, il adresse même fin juillet une longue lettre d’excuse à Sperges, dont la double rédaction tourmentée trahit l’inquiétude et la crainte qui étaient les siennes8.

  • 9 Sur ce point et pour les titres des livres vendus, voir M. F. Turchetti, « Libri e “nuove idee”. A (...)
  • 10 Voir F. Pino Pongolini, « Contributo alla biografia di Cesare Beccaria », dans Cesare Beccaria tra (...)
  • 11 C. Beccaria, lettre à André Morellet, novembre-décembre 1771, dans Edizione nazionale, V, p. 320.

9Beccaria, qui ne publie plus rien après 1770, pas même les leçons d’économie qu’il avait promis à Kaunitz de faire paraître, et qui, en 1777, vend pour une somme modique la collection d’ouvrages éclairés qu’il avait constituée à grands frais dans les années 17609, offre à tous égards un cas extrême d’immersion dans les tâches administratives et de soumission à l’autorité gouvernementale. Pour en trouver la cause, on peut alléguer sa faiblesse de caractère notoire, son manque d’une « force d’esprit » si chère à Pietro Verri, ainsi que son besoin de tranquillité, de s’en tenir à des règles sûres, loin des tourments de la création intellectuelle qu’il avait déjà montré, à l’époque des Délits et des peines, ne pas être capable de supporter bien longtemps. Cette tendance est également encouragée par la précarité de sa situation financière jusqu’au début des années 1770 qui, comme l’a montré l’important essai biographique de Francesca Pino10, le met en quête de garanties économiques, et par le choc de sa rupture avec les frères Verri au lendemain de son voyage à Paris de 1766, dont une lettre à Morellet de la fin de l’année 1771 nous offre un écho : « Une misanthropie cruelle s’était emparée de mon âme, écrit-il pour s’excuser de son long silence ; elle n’était pas produite par les amis de France […], mais par ceux d’Italie ; ce faisant, j’ai commencé à négliger tout commerce épistolaire, et une forme d’aversion envers l’écriture m’induisait à garder ce silence ingrat. »11

  • 12 F. Pino Pongolini, « Contributo alla biografia di Cesare Beccaria », op. cit., p. 618.
  • 13 Certains de ces jugements sont cités dans C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », dans Ces (...)
  • 14 Ibid., p. 69.

10La deuxième partie de son existence est également marquée par ses secondes noces avec Anna Barbò qui, en plus de lui apporter une riche dot et de se révéler une administratrice avisée de son patrimoine familial, exerce une influence notable, écrit Francesca Pino, sur « le profond revirement, à la fois professionnel, culturel, existentiel, voire religieux »12 de Beccaria. S’il faut bien sûr prendre avec des pincettes les observations malveillantes formulées par Pietro Verri dans sa correspondance avec son frère Alessandro13, impossible en revanche de négliger les jugements exprimés durant l’été 1791 par d’autres témoins de premier plan, tels que le criminaliste Luigi Cremani, son collègue de la commission pour le Code pénal, et le conseiller Emanuele Khevenhüller, à l’occasion du voyage de Léopold II en Lombardie. « Beccaria a de l’esprit et des connaissances, écrit le premier, mais il manque d’activité et d’énergie ; il n’a pas d’avis sur les affaires, il suit celui des autres même lorsqu’il a exprimé le sien » ; le second renchérit : « Malgré son talent et ses grandes connaissances, l’embonpoint de son physique influe sur son moral ; d’un naturel distrait, il n’est doué d’aucune énergie… Il n’a, de ce fait, jamais le courage d’être d’un sentiment contraire à quiconque peut lui faire du bien ou du mal. » L’empereur, qui avait pourtant largement tenu compte des idées de Beccaria dans l’élaboration de son propre code pénal pour la Toscane, résume en ces termes l’impression dominante : « Honnête, habile, fin lettré et exact, mais peu appliqué. Peu travailleur, d’une grande faiblesse. »14

  • 15 Voir C. Beccaria, « Piano per la rifusione delle monete nello Stato di Milano » (9 août 1771), dan (...)
  • 16 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, II, v, § 46, dans Edizione nazionale, III, p. 215 (...)
  • 17 P. Verri, lettre à A. Verri, 8 avril 1772, dans Carteggio di Pietro e Alessandro Verri dal 1766 al (...)
  • 18 C. Beccaria, « Relazione per la provincia d’annona » (11 août 1773), dans Edizione nazionale, VI, (...)
  • 19 C. Beccaria, « Nuovo piano annonario » (28 avril 1781), dans Edizione nazionale, VII, p. 467 et 45 (...)
  • 20 Voir A. Grab, La politica del pane. Le riforme annonarie in Lombardia nell’età teresiana e giusepp (...)

11Si le reproche adressé à Beccaria d’avoir manqué d’application dans l’exercice de ses fonctions paraît peu fondé au regard de la masse de travail dont témoigne la documentation qui nous est parvenue, celui d’avoir conformé ses idées à l’opinion de ses supérieurs est plus crédible. C’est ce qui ressort de la réflexion de Beccaria sur la question monétaire : dès 1771, il s’aligne en effet sur les positions du président Carli et du gouvernement viennois, favorables à la refonte des monnaies en circulation et à la frappe d’une monnaie nationale, alors même qu’il avait défendu la thèse adverse, partagée par Verri, à la fois dans son premier essai de 1762, Del disordine e de’ rimedi delle monete, et dans ses leçons d’économie des années 1770-177115. En ce qui concerne la police des blés, thème auquel Beccaria fonctionnaire consacre sa plus grande attention, il s’était déclaré, dans ses leçons d’économie, partisan de la liberté absolue du commerce des grains, alors définie comme « le meilleur de tous les systèmes que le plus raffiné des politiques puisse imaginer sur la question de la police des blés », mais en exceptant le « cas complexe » d’un pays faiblement étendu, « environné de nations qui manquent absolument de cette denrée »16 et caractérisé par la grande étendue de ses frontières et par la facilité des transports : dans ce cas – qui est clairement celui de la Lombardie autrichienne –, Beccaria conseillait de limiter la liberté absolue d’exportation, principalement par le biais d’un impôt suffisamment élevé. Devenu conseiller de la magistrature camérale en charge de la police des blés et confronté à la forte hausse des prix agricoles dans les années 1772-1775, ainsi qu’aux convictions dirigistes qui prévalent dans les sphères du gouvernement lombard, il abandonne complètement ses idées libérales et physiocratiques pour soutenir la politique d’État traditionnelle fondée sur les contraintes et les prohibitions, « avec une obstination semblable à celle dont pouvait faire preuve le questeur Castiglione », fait méchamment remarquer Pietro Verri dans une lettre à son frère17. Dans un rapport d’août 1773, Beccaria propose un édit « qui, en plus de sa précision et de sa nécessaire clarté, réunirait tout le détail de ces réglementations sur la police des blés qui, sans s’opposer au plan ordonné par Sa Majesté, seraient conformes, autant que possible, à ce que l’expérience des deux derniers siècles semble avoir jugé profitable, du moins en ce qui concerne la sécurité de l’approvisionnement public »18. Dans la seconde moitié des années 1770, sentant le vent tourner, Beccaria revient graduellement à ses premières convictions physiocratiques car, explique-t-il dans un rapport d’avril 1781 sur le nouveau plan concernant la police des blés, « tous ceux qui ont profondément médité et écrit sur cet important sujet [parmi lesquels était dûment cité « celui qui dignement nous préside », c’est-à-dire Pietro Verri et non plus Carli, qui avait pris sa retraite l’année précédente] ont pris position en faveur de la liberté totale en supprimant l’ensemble des contraintes »19. Sa seule réserve concerne l’adoption d’un prix maximum au-delà duquel peut être décrétée une interdiction à l’export. Telle est, par la suite, la solution préconisée par Joseph II dans un édit du 21 janvier 1781 qui, au terme de discussions enflammées sur le montant de ce seuil, acquiert force de loi le 4 avril 1786, sur la base d’un projet rédigé par Lottinger, intendant général des Finances, avec lequel Beccaria manifeste son accord, quoiqu’il ait proposé pour sa part un seuil bien plus élevé20.

  • 21 Voir C. Beccaria, « Regolamento per i boschi comunali » (17 mars 1784), dans Edizione nazionale, V (...)
  • 22 Voir C. Beccaria, « Boschi » (10 décembre 1783), dans Edizione nazionale, VII, p. 872-883.
  • 23 Voir P. Audegean, La Philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir produire, Paris, (...)
  • 24 F. Venturi, « Les Lumières dans l’Europe du xviiie siècle », dans Europe des Lumières. Recherches (...)
  • 25 P. Verri, lettre à A. Verri, 2 janvier 1782, dans Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, op. cit.(...)

12Il serait intéressant de suivre les interventions de Beccaria sur d’autres aspects de la vie économique lombarde, comme la question des rizières, par exemple, dont l’expansion à proximité de zones habitées était considérée comme une menace pour la santé publique, ou encore le problème de la tutelle des forêts. Le règlement en la matière, promulgué le 9 mai 1784 à partir d’une ébauche de la magistrature camérale datée du 17 mars 178421, suit en grande partie ses propositions présentées le 10 décembre 178322. Dans l’un et l’autre cas, Beccaria s’efforce de compenser les droits de propriété (et les usages collectifs traditionnels) par des mesures de sauvegarde et de contrôle de l’intérêt public. Le développement de l’activité minière exigé par Vienne était étroitement corrélé à la disponibilité de bois à brûler et Beccaria travaille beaucoup à ce sujet avec l’aide de l’éminent minéralogiste Ermenegildo Pini, dans le but de contribuer au développement du secteur sidérurgique lombard, gravement déficitaire. L’adoption d’une politique de subventions et de récompenses, qui n’est pas sans lien avec le court paragraphe xliv des Délits et des peines intitulé « Récompenses » et avec les arguments développés dans la dernière partie des leçons d’économie, est surtout destinée à l’activité minière et manufacturière. Il est aisé de retrouver dans ces interventions, ainsi que dans bien d’autres, la persistance d’une conception de l’État comme promoteur du bonheur public à laquelle adhère Beccaria depuis sa « conversion » à la philosophie des Lumières et qu’a faite sienne la monarchie autrichienne. Il convient toutefois de souligner une différence : tandis que le point de vue de Beccaria était, à l’époque des Délits, extérieur à l’ordre juridique et politico-social en vigueur, dont il attaquait frontalement les fondements théoriques23, le fonctionnaire donne à présent l’impression de se sentir partie prenante de cet ordre, dont il se contente de discuter les aspects précis que le gouvernement lui demande de réformer, et se montre enclin à modifier ses propositions selon les instructions qui émanent des sommets de sa hiérarchie. Comme l’écrit Franco Venturi, les rapports entre les souverains et les intellectuels correspondent de moins en moins, à partir de l’automne 1771, au modèle du philosophe conseiller des princes et « tendent à ressembler à ceux du technicien avec son patron »24. Pietro Verri lui-même, qui, dans les années 1770, prend nettement ses distances vis-à-vis de la bureaucratisation et de la centralisation alors mises en œuvre, remarque non sans résignation, dans une lettre à son frère du 2 janvier 1782 : « [L’empereur] a observé par lui-même, il a conçu ses plans, et les ministres ne sont que de simples exécutants. »25

  • 26 Voir C. Beccaria, « Riforma dei pesi e delle misure » (25 janvier 1780), dans Edizione nazionale, (...)
  • 27 Voir ibid., p. 269-270.
  • 28 Voir C. Beccaria, « Censimento della popolazione » (8 juin et 10 août 1789), dans Edizione naziona (...)
  • 29 C. Beccaria, « Piano per le condotte mediche e chirurgiche forensi » (5 octobre 1784), dans Edizio (...)
  • 30 Voir ibid., p. 165-169.

13Un autre élément de continuité dans l’approche des différents problèmes dont le conseiller Beccaria doit s’occuper réside dans sa propension à l’analyse statistique et quantitative, dont il avait déjà donné la preuve dans son pamphlet de 1762 sur les monnaies, ainsi que dans sa « Tentative d’analyse sur la contrebande » publiée dans les colonnes du Caffè. Outre ses interventions déjà citées sur la question monétaire, on en trouve par exemple des traces importantes dans son rapport de janvier 1780 sur l’unification des mesures de longueur, rédigé en collaboration avec son frère, Annibale Beccaria, et Paolo Risi26, et où il faut remarquer entre autres une annonce claire du système métrique décimal qui sera adopté à la fin du siècle par le gouvernement révolutionnaire français27 ; mais aussi dans le vote et dans l’avis de juin et août 1789 relatifs aux recensements de la population lombarde28 ; ou encore dans le « Piano per le condotte mediche e chirurgiche forensi » rédigé en octobre 1784 par Beccaria en remplacement d’un collègue absent et animé d’un vif sentiment de compassion pour les souffrances et les privations des pauvres gens, une catégorie qui, « s’agissant des campagnes », comprend presque toute la population29 : pour eux, pour les paysans, il revendique non seulement la gratuité des soins médicaux et obstétriques, mais aussi, entre les lignes, une plus grande participation aux décisions de la communauté30.

  • 31 G. Armani, « Introduzione », dans C. Beccaria, Dei delitti e delle pene. Consulte criminali, Milan (...)
  • 32 Voir G. Folena, L’italiano in Europa. Esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983

14On pourrait faire d’autres considérations sur le style des avis et des rapports de Beccaria, décrit par Giuseppe Armani comme « un style “moyen” qui contraste de façon évidente avec le style passionné, enflammé, plein d’images suggestives, de ses œuvres de création »31 ; ou sur la teneur de la langue, riche en lombardismes et en termes techniques, analysée avec brio par Gianfranco Folena32. Mais dans les limites restreintes de cet exposé, je tiens plutôt à évoquer au moins deux grandes thématiques qui dépassent les simples questions pratiques auxquelles le fonctionnaire Beccaria a dû se mesurer. La première, comme cela est inévitable s’agissant de l’auteur des Délits et des peines, est celle de la justice pénale, la seconde peut être définie au sens large comme le problème des inégalités sociales.

15Comme on y a fait allusion, c’est seulement dans la dernière phase de sa carrière que Beccaria renoue avec les problèmes de la criminalité et du droit pénal, au moment où, dans sa volonté rationalisatrice et centralisatrice, Joseph II décide de s’occuper de ce secteur alors que Marie-Thérèse l’avait laissé intact.

16On peut déjà observer certains éléments de nouveauté par rapport à son traité de jeunesse dans ses « Brèves réflexions » sur les « délits politiques » rédigées, selon Sergio Romagnoli, en 1791, mais qui, selon l’Edizione nazionale, datent en réalité de 1787, comme cela semble en effet plus plausible. Dans ce texte adressé au ministre plénipotentiaire Wilczeck, qui avait sollicité l’avis de Beccaria à propos du Code pénal de Joseph II envoyé peu de temps auparavant à Milan par Kaunitz, l’auteur des Délits et des peines ramène la distinction entre délits criminels et délits politiques à celle qu’il avait lui-même établie dans son livre en employant des termes proches :

  • 33 C. Beccaria, « Brevi riflessioni intorno al Codice generale sopra i delitti e le pene per ciò che (...)

Il me semble que, si l’on doit faire une distinction entre ces deux délits, il faut entendre le délit criminel comme celui dont le caractère est tel qu’il tend directement à la destruction du lien social, s’il n’est pas puni et réprimé ; et que, par délit politique, on peut entendre la transgression ou la faute qui, en rendant la société imparfaite, ne tend qu’indirectement à sa destruction.33

17De cette distinction découle le traitement différent que la législation doit prévoir pour ces deux sortes de délits :

  • 34 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 478-479.

[…] dans les délits criminels, on doit avoir en vue l’exemple plus que la correction de l’individu ; au contraire, dans les délits politiques, on doit principalement avoir en vue la correction plutôt que l’exemple, bien que dans ces deux sortes de délits on doive veiller aux deux.34

  • 35 Des délits et des peines (Fontana-Tabet, 2015), § i, p. 72.
  • 36 Voir M. G. di Renzo Villata, « Giuristi, cultura giuridica e idee di riforma nell’età di Beccaria  (...)
  • 37 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 479.
  • 38 Ibid., p. 481.
  • 39 Ibid., p. 481-482.

18Or, dans Des délits et des peines, la correction du coupable ne figurait pas parmi les finalités des peines, conçues comme indemnisation du dommage causé à la société par le coupable et comme « motifs sensibles » aptes à dissuader « l’esprit despotique de chaque homme » des « usurpations privées » auxquelles la nature est encline35. On peut penser que l’idée de l’amendement du coupable a été introduite dans les « Brèves réflexions » sous l’influence de la pensée pénale postérieure à 1764, en particulier celle de l’ami et du collaborateur de Beccaria, Paolo Risi, auteur en 1766 d’un petit ouvrage de droit criminel rédigé en latin, puis traduit en français en 1768 sous le titre Observations sur des matières de jurisprudence criminelle36. Mais il est tout aussi plausible que cette innovation relève d’une atténuation plus générale, chez le Beccaria de la maturité, des aspects les plus radicaux de son petit livre de jeunesse. Le fait que prévale la finalité rééducative dans la punition des délits politiques, qui sont « plutôt des fautes et des transgressions que de véritables délits », a en effet pour conséquence que leurs peines « doivent être mesurées de façon à ce que l’exemple ne nuise pas à la correction » : ces peines « doivent donc être très différentes des premières [celles des délits criminels], beaucoup plus douces, moins durables, et ne doivent autant que possible pas être infamantes étant donné que, une fois produite l’infamie, tout espoir de correction s’évanouit »37. D’où le refus des peines dures prévues au chapitre 10 du code pour de telles infractions, comme « le châtiment du bâton, l’exposition à la berline, l’arrestation, les travaux publics à la chaîne, l’expulsion d’un lieu déterminé ». « Cet argument a d’autant plus de force, poursuit Beccaria, que la berline et les bastonnades sont prescrites sans aucune distinction de personnes »38 ; or, s’il est juste de prescrire la même peine aux nobles et aux plébéiens dans le cas des délits criminels, puisque « les personnes d’une condition plus élevée se dégradent elles-mêmes en commettant de semblables délits […], qui supposent généralement beaucoup de malice et de scélératesse », en revanche, dans les délits politiques, « qui ne tendent pas directement à détruire la société et n’offensent pas le droit naturel, qui sont de simples fautes et non des dols […], on doit avoir de très nombreux égards à la condition des personnes, car le bâton qui peut corriger un faquin avilit et anéantit un noble, un honnête commerçant et toute personne civile, et plonge toute leur famille dans la plus sombre ignominie ». La distance entre ces propositions et l’esprit égalitaire des Délits est évidente. Elle n’est pas annulée par la considération selon laquelle les effets différents produits par les châtiments infamants sur des personnes de différentes conditions sociales rendent la peine « non plus proportionnée aux délits, mais bien plus grande » dans le cas de personnes nobles ou civiles de naissance, ou encore par la crainte exprimée par Beccaria que la terreur et la consternation causées par une telle loi punitive puissent provoquer sinon des « séditions et des tumultes », du moins « une émigration insensible et peut-être même rapide »39.

  • 40 Des délits et des peines (Fontana-Tabet, 2015), § xxxi, p. 170, 171, 173.

19La dernière partie de ces réflexions concerne les délits sexuels : là aussi, on enregistre des reculs par rapport aux considérations contenues dans Des délits et des peines, en particulier en ce qui concerne l’adultère. Évoqué parmi les « délits difficiles à prouver », il se distinguait des autres dans la mesure où, né d’un « besoin antérieur à la société et même fondateur de celle-ci », il est d’une certaine façon impossible à réprimer, surtout si l’on considère le caractère des règles régissant les mariages dans les classes supérieures : « Là où ils sont régis par des préjugés héréditaires, là où ils sont arrangés ou dissous par la puissance domestique, la galanterie en rompt secrètement les liens en dépit de la morale courante, dont la fonction est de déclamer contre les effets en pardonnant les causes. » La conclusion de l’ensemble du discours était que « l’on ne peut appeler véritablement juste (ce qui veut dire nécessaire) le châtiment d’un délit, tant que la loi n’a pas utilisé le meilleur moyen possible pour le prévenir dans les circonstances déterminées d’une nation »40. Dans les « Brèves réflexions » de 1787, Beccaria commente ainsi l’inclusion de l’adultère parmi les délits politiques dans le code de Joseph II :

Je dois faire remarquer à ce propos que l’importance de maintenir la pureté du lien matrimonial, qui est une sorte de propriété réciproque et qui est la base à laquelle se réfèrent la paix des familles, l’éducation des enfants, les mœurs et les relations sociales et les droits de succession, pourrait peut-être mériter de faire figurer un tel délit parmi les délits criminels. Mais quand bien même on estimerait préférable de l’inclure parmi les délits politiques, il semble qu’il convienne de distinguer l’adultère de l’homme de l’adultère de la femme, puisque celle-ci peut donner à un père des enfants qui ne sont pas de lui.

  • 41 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 486-487.

20L’homme, poursuit Beccaria en revenant à la théorie de la peine comme dédommagement de la société, « en se mêlant à une femme libre, ne peut causer à la société le même dommage, et ne peut par conséquent mériter la même peine ». La prohibition de la prostitution semble en revanche trop rigoureuse à Beccaria, « car on ne peut éviter ce mal dans les villes très peuplées sans courir le risque que l’ardente jeunesse ne coure contaminer les lits conjugaux »41.

  • 42 A. Cavanna, La codificazione penale, op. cit., p. 73.

21Comme on l’a dit, Beccaria est intégré dans la commission instituée par Joseph II le 3 octobre 1787 pour adapter le code général des délits et des peines aux conditions de la Lombardie autrichienne. Mais les travaux de cette commission, retardés par l’ordre d’harmoniser « l’adaptation italienne du code autrichien avec le nouveau règlement de la procédure criminelle promulgué à Vienne en juin 1788 », sont inachevés à la mort de l’empereur. Son successeur, Léopold II, décide dès l’été 1790 de répondre aux aspirations des juristes lombards, qui demandaient un code entièrement nouveau réalisant « un compromis entre une tradition juridique tenace et inaltérable et les principes universels du droit naturel et de la raison »42. Une première commission « pour l’amendement du système judiciaire » dans son ensemble, instituée en février 1791, laisse la place en juin suivant à deux organismes séparés, l’un pour la réforme du domaine civil, l’autre pour la « réforme de la magistrature criminelle ». Aux côtés de Beccaria siègent entre autres l’ex-sénateur Pietro Morosini (président) et deux juristes influencés par les idées des Lumières, Paolo Risi et Francesco Gallarati Scotti. Les discussions au sein de cette commission et l’élaboration du nouveau projet de code pénal, déjà à un stade très avancé à la fin de 1792, mais interrompu par le climat de réaction et de chasse aux sorcières instauré par la succession au trône impérial de François II et par le début de la guerre contre la France révolutionnaire, ont été étudiées de façon exemplaire par Adriano Cavanna. Celui-ci s’est notamment efforcé d’évaluer, malgré l’insuffisance de la documentation, l’influence exercée sur ces travaux par Beccaria.

  • 43 Ibid., p. 175-176.
  • 44 C. Beccaria, « Avis au sujet de la  peine de mort », dans Des délits et des peines, P. Audegean (t (...)
  • 45 A. Cavanna, La codificazione penale, op. cit., p. 200.

22Ce dernier, disent les procès-verbaux de la commission, ne joue pas un rôle de premier plan, peut-être par fatigue ou parce que, « plein de doutes et d’incertitudes, extrêmement peu confiant dans ses propres lumières », comme il s’était décrit lui-même dans le « Nuovo piano delle monete » de 1778, « il préférait céder le pas à d’autres, à Risi, à Gallarati Scotti, à Morosini lui-même ». N’avait-il pas d’ailleurs reconnu, à la fin des « Brèves réflexions » sur le code de Joseph II, « n’être plus depuis longtemps versé dans les matières criminelles, dont il [lui avait] toujours manqué la pratique… »43 ? Il ne fait cependant pas de doute que, dans le « Voto » exprimant la position minoritaire sur la peine de mort, qu’il signe avec Risi et Gallarati Scotti le 24 janvier 1792, sont en partie réaffirmées, sur un ton plus sobre et plus apaisé, les motivations données bien auparavant, en 1764, contre son application extensive : la peine de mort n’est pas juste, parce qu’elle n’est pas nécessaire, les travaux forcés étant plus efficaces comme instrument de dissuasion ; en outre, et il s’agit là d’un argument nouveau, bien plus convaincant que le recours au contrat social, elle est irréparable et donc inadaptée à « l’inévitable imperfection des preuves humaines »44. Si, sur ce point, la minorité doit enregistrer une défaite, il ne fait cependant pas de doute que, dans son ensemble, le projet fait largement place aux idées réformatrices et en premier lieu, comme l’affirme Cavanna, « au principe de la légalité des peines, qui interdit de compléter la loi par des sources extérieures et impose au juge l’observance rigoureuse de la loi pénale » : ce principe en révèle « l’inspiration fondamentale, celle de liquider totalement le système pluraliste de l’Ancien Régime en matière criminelle »45.

  • 46 Sur l’implication de Beccaria dans les questions relatives à la crise de l’industrie de la soie, v (...)
  • 47 C. Beccaria, « Attività del Dipartimento III nel 1786 » (31 mars 1787), dans Edizione nazionale, I (...)
  • 48 Voir C. Beccaria, « Vaiolo e rosolia in Lombardia » (1er mars 1790), dans Edizione nazionale, XII, (...)

23Nombreuses, et relatives à d’autres secteurs, sont les pages et les prises de position qui nous montrent un Beccaria resté fidèle aux idées réformatrices et humanitaires, dans la mesure où celles-ci étaient devenues des éléments constitutifs de l’action du gouvernement dans les dernières années du règne de Marie-Thérèse et durant la décennie de Joseph II. Nous l’avons constaté dans le « Piano per le condotte mediche » de 1784. Nous le voyons, à la fin du règne de Joseph II, dans son opposition aux mesures purement répressives prises à l’encontre des tisserands de Côme restés sans emploi et dans son effort pour leur trouver, en collaboration avec les autorités locales (Beccaria se rend à deux reprises en mission à Côme), des emplois alternatifs dans l’attente que l’industrie de la soie sorte de la grave crise qui la touche46 ; et plus généralement dans sa conviction que, pour maintenir la discipline dans les lieux de travail, « les lois coercitives qui blessent directement les ouvriers et rendent servile et odieux l’exercice de la profession ne sont pas nécessaires »47. Nous le constatons aussi dans sa prise de position en faveur de la vaccination contre la variole48, dans ses efforts pour rendre moins dures les conditions de vie des détenus dans la maison de force de Pizzighettone et dans la maison de correction de Milan, ou dans sa volonté de ne pas exclure les paysans des bénéfices de la chasse.

  • 49 Voir S. Cuccia, La Lombardia alla fine dell’Ancien Régime, Florence, La Nuova Italia, 1972, p. 59.
  • 50 Voir C. Beccaria, « Affari di Sanità » (31 mars 1794), dans Edizione nazionale, XVI, p. 249.
  • 51 Voir C. Beccaria, « Panizzazione » (23 août 1790), dans Edizione nazionale, XII, p. 489-493 ; « Af (...)
  • 52 C. Beccaria, « Ufficio di Polizia » (23 août 1790), dans Edizione nazionale, XII, p. 482-486.

24Dans l’opposition qui se dessine en 1790 entre un « parti de Wilczeck », fidèle à l’héritage de Joseph II, et un « parti de l’archiduc » Ferdinand, favorable à un retour au passé et à une revanche des forces locales49, Beccaria se situe nettement du côté du premier, se montrant pour une fois capable de faire des choix à contre-courant. Il reste néanmoins étranger à l’évolution constitutionnaliste et philo-révolutionnaire de Pietro Verri. Remarquons en passant que, tout au long de son activité d’administrateur, Beccaria ne se réfère qu’une seule fois à la Révolution française, lorsqu’il fait allusion en 1794 à la « guerre dans laquelle une nation dévoyée a entraîné les plus grandes puissances européennes »50. Sa défense de l’ordre impérial contre le rétablissement des tarifs maximums et de la législation imposant un régime de contrôle dans le domaine de la police des blés, ainsi que contre les prétentions des congrégations municipales de s’approprier la juridiction du secteur sanitaire ou contre les velléités de rétablissement des corporations et des arts et métiers51, culmine dans son apologie de l’action de l’Office de police créé en 1787 face aux âpres critiques dont il avait été la cible, aussi bien de la part des forces conservatrices que de la part des novateurs comme Pietro Verri. « Nul ne pourra en vérité soutenir que, par le passé, il n’y avait pas de plus grands désordres, en particulier des assassinats et des vols surtout dans la ville de Milan » ; « Aux portes de la ville, il n’y avait par le passé personne qui veillait, comme le font aujourd’hui les gardes de la police pour savoir quels sont les étrangers qui entrent et sortent de la ville » ; la paix dans les familles et entre les citoyens est aujourd’hui garantie « grâce à l’action des commissaires répartis dans les six quartiers de la ville », les rondes nocturnes fonctionnent mieux qu’avant, même si elles ne sont pas assez nombreuses, les oisifs et les petits malfaiteurs sont opportunément ratissés pour être enrôlés de force dans l’armée ; les plaintes pour abus sont sans fondement, comme peut l’attester « le conseiller du Département II, le marquis Beccaria », chargé de la révision des protocoles de l’Office de police52.

25À cette vision d’un ordre garanti par la vigilance de la police correspond, dans le nouveau plan pour la chasse présenté par Beccaria à la magistrature camérale en janvier 1789, celle d’un monde rural pacifié et respectueux des hiérarchies naturelles entre propriétaires et paysans, nobles et plébéiens. À la question de savoir s’il est juste de conserver aux nobles le privilège de chasser sans licence, Beccaria répond ainsi, en invoquant implicitement l’autorité de Montesquieu :

En faveur des nobles plaide le fait qu’ils possèdent déjà pacifiquement ce privilège, en leur faveur plaide le fait que c’est là une des rares prérogatives dont jouit la noblesse à la différence des autres classes, et que le fait de leur conserver ce privilège peut amener des riches qui ne sont pas nobles à se faire inscrire dans cette classe, dont le renouvellement, à cause de la disparition des grandes familles, est jugé nécessaire à la prospérité future de la monarchie par les hommes politiques les plus éclairés.

  • 53 C. Beccaria, « Nuovo piano della caccia » (19 janvier 1789), dans Edizione nazionale, XI, p. 38-40

26Mais puisque l’acquisition de la licence est « une contribution facultative et fondée sur le pur divertissement » et puisque « les maximes du souverain se souffrent aucune exemption », que les nobles aussi payent, qu’ils payent même plus que les autres, mais qu’ils soient tout de même distingués par des privilèges qui leur sont propres, comme celui d’entrer dans les lieux réservés au prince, de porter la baïonnette et d’y mener le compagnon de leur choix53.

27Nous sommes bien loin du radicalisme égalitaire des Délits et des peines et même de certaines affirmations antinobiliaires de Joseph II, pour ne rien dire du pamphlet publié en ce même mois de janvier 1789, Qu’est-ce que le Tiers-État ? Mais nous sommes tout de même à l’intérieur d’un ensemble de valeurs éclairées, parcouru d’idées humanitaires et sensible aux raisons de l’équité sociale et à la garantie des droits individuels. De la critique révolutionnaire du système social à une forme d’absolutisme éclairé : tel est, pourrait-on dire, le chemin parcouru par Beccaria, un chemin opposé à celui parcouru par son ami et rival Pietro Verri.

Notes

1 Sur les raisons de cette nomination et sur les débuts de ce nouveau cours, voir G. Gaspari, « Nota al testo », dans Edizione nazionale, III, p. 631-704.

2 C. Beccaria, supplique adressée au chancelier Kaunitz, 20-25 septembre 1770, dans Edizione nazionale, V, p. 191. Beccaria avait déjà présenté sa candidature à un tel emploi dès la création du Conseil, comme il ressort d’une lettre de Carli à Firmian (Vienne, 19 octobre 1765) ; il la présente à nouveau après la mort prématurée du jeune conseiller Angelo Maria Meraviglia Mantegazza en février 1766 : voir Edizione nazionale, IV, p. 263, note 6.

3 Voir C. A. Vianello, La vita e l’opera di Cesare Beccaria, con scritti e documenti inediti, Milan, Ceschina, 1938, p. 112. Ces propos semblent confirmés par Beccaria dans « Riflessioni intorno al Piano delle leggi cambiali » (été 1771), dans Edizione nazionale, VI, p. 70-75.

4 Voir C. Capra, « Il Settecento », dans Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, C. Capra, D. Sella (éd.), Turin, UTET, 1984, p. 429-431. Je renvoie plus largement à cet ouvrage pour l’histoire politico-institutionnelle de la Lombardie autrichienne.

5 C. Beccaria, « Commissione giudiziario-politica » (25 juillet 1791), dans Edizione nazionale, XIII, p. 306.

6 Voir A. Cova, « Beccaria e la questione delle monete », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, Milan / Rome / Bari, Cariplo / Laterza, 1990, p. 407-424 ; A. Quadrio Curzio, R. Scazzieri, « Dall’economia politica al governo dell’economia : riflessioni sul contributo di Cesare Beccaria e Pietro Verri sulla teoria e pratica della moneta », dans Saggi di politica economica in onore di Federico Caffè, N. Acocella, G. Rey, M. Tiberi (éd.), Milan, FrancoAngeli, vol. 2, 1992, p. 141-181 ; « La teoria monetaria e l’illuminismo lombardo », dans L’illuminismo delle riforme civili : il contributo degli economisti lombardi, P. L. Porta, R. Scazzieri (éd.), Milan, Istituto Lombardo di scienze e lettere, 2014, p. 193-240 ; A. Carera, « Cesare Beccaria, magistrato in “provincia d’annona” », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, op. cit., p. 425-467 ; R. Canetta, « Questioni agricole milanesi in alcuni scritti inediti di Cesare Beccaria », dans Aspetti di vita agricola lombarda (secoli XVI-XIX), M. Romani (éd.), Milan, Vita e Pensiero, 1973, p. 3-183 ; M. Pisani, « Beccaria e la politica dei premi », Archivio storico lombardo, CXL, 2014, p. 51-70 ; A. Cavanna, La codificazione penale in Italia. Le origini lombarde, Milan, Giuffrè, 1976, p. 151-176 et passim ; G. P. Massetto, « Beccaria tra diritto penale ed economia politica », dans L’illuminismo delle riforme civili : il contributo degli illuministi lombardi, op. cit., p. 295-402. Bien plus discutables sont en revanches les pages consacrées à Beccaria « fonctionnaire et homme d’État » dans C. Scognamiglio Pasini, L’arte della ricchezza. Cesare Beccaria economista, Milan, Mondadori Università, 2014, p. 177-246.

7 C. Beccaria, « Istituzione di nuovi mercati » (16 juillet 1779), dans Edizione nazionale, VII, p. 123-124.

8 Voir C. Beccaria, lettre à J. Sperges, 27 juillet 1779, dans Edizione nazionale, V, p. 544-548.

9 Sur ce point et pour les titres des livres vendus, voir M. F. Turchetti, « Libri e “nuove idee”. Appunti sulla biblioteca illuministica di Cesare Beccaria », Archivio storico lombardo, CXXXIX, 2013, p. 183-236.

10 Voir F. Pino Pongolini, « Contributo alla biografia di Cesare Beccaria », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, op. cit., p. 587-633.

11 C. Beccaria, lettre à André Morellet, novembre-décembre 1771, dans Edizione nazionale, V, p. 320.

12 F. Pino Pongolini, « Contributo alla biografia di Cesare Beccaria », op. cit., p. 618.

13 Certains de ces jugements sont cités dans C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », dans Cesare Beccaria. La pratica dei Lumi, V. Ferrone, G. Francioni (éd.), Florence, Olschki, 2000, p. 67-68.

14 Ibid., p. 69.

15 Voir C. Beccaria, « Piano per la rifusione delle monete nello Stato di Milano » (9 août 1771), dans Edizione nazionale, VI, p. 26-64. Sur la question, outre les travaux de Cova et de Quadrio Curzio précédemment cités, voir G. Bognetti, Governo dell’economia e teoria della politica economica, dans L’illuminismo delle riforme civili, op. cit., p. 137-170, notamment p. 168 : « Les explications fournies [par Beccaria sur son changement d’opinion] ne semblent pas particulièrement convaincantes et ne font aucune référence à sa précédente prise de position ; on peut donc soupçonner que ce changement ait été principalement induit par le fait qu’il ne souhaitait pas s’opposer aux préférences exprimées par Vienne. »

16 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, II, v, § 46, dans Edizione nazionale, III, p. 215 et 212.

17 P. Verri, lettre à A. Verri, 8 avril 1772, dans Carteggio di Pietro e Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. Greppi et al. (éd.), Milan, Cogliati, vol. 5, 1926, p. 51.

18 C. Beccaria, « Relazione per la provincia d’annona » (11 août 1773), dans Edizione nazionale, VI, p. 278.

19 C. Beccaria, « Nuovo piano annonario » (28 avril 1781), dans Edizione nazionale, VII, p. 467 et 456.

20 Voir A. Grab, La politica del pane. Le riforme annonarie in Lombardia nell’età teresiana e giuseppina, Milan, FrancoAngeli, 1986, p. 162-179.

21 Voir C. Beccaria, « Regolamento per i boschi comunali » (17 mars 1784), dans Edizione nazionale, VIII, p. 21-27.

22 Voir C. Beccaria, « Boschi » (10 décembre 1783), dans Edizione nazionale, VII, p. 872-883.

23 Voir P. Audegean, La Philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir produire, Paris, Vrin, 2010, p. 24 et suiv.

24 F. Venturi, « Les Lumières dans l’Europe du xviiie siècle », dans Europe des Lumières. Recherches sur le xviiie siècle, trad. F. Braudel, Paris-La Haye, Mouton, 1971, p. 23.

25 P. Verri, lettre à A. Verri, 2 janvier 1782, dans Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, op. cit., Milan, Giuffrè, vol. 12, 1942, p. 153.

26 Voir C. Beccaria, « Riforma dei pesi e delle misure » (25 janvier 1780), dans Edizione nazionale, VII, p. 252-310.

27 Voir ibid., p. 269-270.

28 Voir C. Beccaria, « Censimento della popolazione » (8 juin et 10 août 1789), dans Edizione nazionale, XI, p. 366-395.

29 C. Beccaria, « Piano per le condotte mediche e chirurgiche forensi » (5 octobre 1784), dans Edizione nazionale, VII, p. 170.

30 Voir ibid., p. 165-169.

31 G. Armani, « Introduzione », dans C. Beccaria, Dei delitti e delle pene. Consulte criminali, Milan, Garzanti, 1982, p. xv.

32 Voir G. Folena, L’italiano in Europa. Esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983.

33 C. Beccaria, « Brevi riflessioni intorno al Codice generale sopra i delitti e le pene per ciò che riguarda i delitti politici » (juin 1787), dans Edizione nazionale, IX, p. 478. Voir Des délits et des peines (Fontana-Tabet, 2015), § viii, p. 93-94.

34 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 478-479.

35 Des délits et des peines (Fontana-Tabet, 2015), § i, p. 72.

36 Voir M. G. di Renzo Villata, « Giuristi, cultura giuridica e idee di riforma nell’età di Beccaria », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, op. cit., p. 244-247.

37 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 479.

38 Ibid., p. 481.

39 Ibid., p. 481-482.

40 Des délits et des peines (Fontana-Tabet, 2015), § xxxi, p. 170, 171, 173.

41 C. Beccaria, « Brevi riflessioni », dans Edizione nazionale, IX, p. 486-487.

42 A. Cavanna, La codificazione penale, op. cit., p. 73.

43 Ibid., p. 175-176.

44 C. Beccaria, « Avis au sujet de la  peine de mort », dans Des délits et des peines, P. Audegean (trad.), Paris, Payot & Rivages, 2014, p. 205.

45 A. Cavanna, La codificazione penale, op. cit., p. 200.

46 Sur l’implication de Beccaria dans les questions relatives à la crise de l’industrie de la soie, voir l’étude bien documentée de F. Cartocci, Cesare Beccaria e l’industria serica comasca, Côme, Alessandro Dominioni, 2014.

47 C. Beccaria, « Attività del Dipartimento III nel 1786 » (31 mars 1787), dans Edizione nazionale, IX, p. 237.

48 Voir C. Beccaria, « Vaiolo e rosolia in Lombardia » (1er mars 1790), dans Edizione nazionale, XII, p. 183.

49 Voir S. Cuccia, La Lombardia alla fine dell’Ancien Régime, Florence, La Nuova Italia, 1972, p. 59.

50 Voir C. Beccaria, « Affari di Sanità » (31 mars 1794), dans Edizione nazionale, XVI, p. 249.

51 Voir C. Beccaria, « Panizzazione » (23 août 1790), dans Edizione nazionale, XII, p. 489-493 ; « Affari di Sanità », dans Edizione nazionale, XVI, p. 234-250.

52 C. Beccaria, « Ufficio di Polizia » (23 août 1790), dans Edizione nazionale, XII, p. 482-486.

53 C. Beccaria, « Nuovo piano della caccia » (19 janvier 1789), dans Edizione nazionale, XI, p. 38-40.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search