Version classiqueVersion mobile

Rêver d’Orient, connaître l’Orient

 | 
Isabelle Gadoin
, 
Marie-Élise Palmier-Chatelain

Première partie. L’Orient : merveille, mythe, mysticisme

Merveilles et émerveillement : l’Orient des auteurs du Moyen Âge anglais

Marie-Françoise Alamichel

Résumé

Le pays des merveilles. Tel est l’Orient qui apparaît dès le Moyen Âge dans les textes anglais. Car c’est la tradition savante et livresque qui fit d’abord de cet ailleurs lointain et indéfini le lieu de projection du texte biblique – la contrée bien commode où faire exister celui-ci. Le jardin d’Éden, parce qu’aussi magique qu’inaccessible, était nécessairement oriental. Mais ce pays fabuleux, peuplé de tout un bestiaire fantastique, et où venaient littéralement s’incarner la croyance et les images poétiques, était fondamentalement bivalent, territoire fascinant tout autant que repoussant, où l’embarras de richesses et de splendeurs ne pouvait faire oublier toutes les figures démoniaques surgies de la terreur de l’inconnu. Ainsi avant même que l’épopée des croisades ne vienne fixer ces traits contradictoires, l’Orient était le lieu où coexistaient et s’affrontaient les vérités purement spirituelles du bien et du mal.

Texte intégral

  • 1 J. Bidard, « Les animaux et l’Orient », p. 39.
  • 2 C. Lecouteux, Les monstres dans la pensée médiévale européenne, p. 15-34.
  • 3 A. Papahagi, « Homodubii aliaque mirabilia orinetis – merveilles méditerranéennes et tératologie ge (...)
  • 4 C. Lecouteux, Les monstres dans la pensée médiévale européenne, p. 75.
  • 5 A. Crépin et H. Taurinya Dauby, Histoire de la littérature anglaise du Moyen Âge, p. 43.

1En dépit de Marco Polo, l’Orient dans la littérature médiévale anglaise se limite essentiellement au Moyen-Orient. Comme l’a écrit Josseline Bidard, « pour l’homme du Moyen Âge, l’Orient rime avec émerveillement »1. La fascination qu’il procure se manifeste très tôt et, curieusement, il chante à l’imaginaire anglo-saxon. Le codex de Beowulf (manuscrit de l’an 1000) contient, outre le célèbre poème héroïque (viiie siècle), le dernier tiers d’une vie de saint Christophe – ce géant qui porta le Christ sur ses épaules, mais aussi Les Merveilles de l’Orient (viiie siècle) – catalogue inspiré des écrits de Pline ou Solin et de l’Histoire d’Alexandre du pseudo-Callisthène, auteur alexandrin du iiie siècle2 – qui recense vingt-six créatures monstrueuses : des animaux gigantesques, composites, difformes ou fabuleux, des hommes ayant des caractéristiques animales (des têtes de lion, des dents de sanglier, des jambes de chameau, etc.), des hommes sauvages ou hors normes3. Le tout forme, pour reprendre les mots de Claude Lecouteux, « un ensemble de motifs figés, relevant presque exclusivement de la couleur locale – entendue au sens large – et de l’érudition. Ils sont le résultat d’une longue tradition livresque et savante, cléricale de surcroît »4. À ces trois œuvres viennent s’ajouter La Lettre d’Alexandre à Aristote (ixe siècle) et un poème sur Judith (ixe siècle), l’héroïne biblique. « Le responsable de l’assemblage du codex a voulu, de toute évidence, assembler des aventures extraordinaires avec géants et créatures fabuleuses. »5 Le dragon de Beowulf ou les serpents cornus d’Alexandre sont autant d’invitations au voyage, autant de sources d’émerveillement.

  • 6 On se souvient, en particulier, du roi Alfred se désolant que bien peu d’Anglais connaissent encore (...)

2Les œuvres en vieil anglais (c’est-à-dire antérieures au xie siècle) qui évoquent l’Orient sont toutes des traductions. Il ne s’agit donc pas de tradition orale mise par écrit ultérieurement, comme pour les épopées ou les énigmes, mais de l’intérêt particulier d’un milieu d’intellectuels maniant le latin – chose devenue rare au ixe siècle en Angleterre, ce qui explique le nombre de documents en tous genres en langue vernaculaire6. Ces érudits étaient tous des hommes d’Église nourris des mêmes sources livresques, à commencer, cela va de soi, par la Bible. Or, celle-ci s’ouvre avec la Genèse sur la description du Paradis terrestre :

Puis le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé. Le Seigneur Dieu fit germer du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect agréable et aux fruits comestibles, avec, au milieu du jardin, l’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin, et se divisait ensuite en quatre bras. Le nom du premier est Phison : c’est le fleuve qui entoure le pays d’Hévilath, où l’on trouve de l’or. (L’or de ce pays est pur : on y trouve aussi du bedellium et de la pierre d’onyx). Le nom du second fleuve est Géhon : c’est celui qui entoure tout le pays de Cousch. Le nom du troisième est le Tigre : c’est celui qui coule à l’orient de l’Assyrie. Le quatrième fleuve est l’Euphrate. (Genèse, 2 :8-14)

3L’essentiel de la vision, de la conception de l’Orient des Occidentaux des ixe et xe siècles se trouve résumé dans cet extrait : une plaine fertile, inondée de soleil, un jardin des délices, source des fleuves de vie des quatre régions du monde, lieu de beauté et d’opulence où l’or côtoie les pierres précieuses. L’Orient, faute de pouvoir y aller, sera longtemps rêvé, imaginé selon ce modèle essentiel. Et tous ceux qui, d’Isidore de Séville à Jean de Mandeville, chercheront à localiser le paradis terrestre le situeront dans cet Orient fascinant.

  • 7 Les anciens sont nombreux à avoir fait allusion à la légende du phénix, comme Hésiode, Hérodote, Ov (...)
  • 8 M.-F. Alamichel et J. Bidard, Des animaux et des hommes, p. 52.

4Le beau poème de 677 vers du ixe siècle, Le Phénix, reprend toutes ces caractéristiques. Le poète latin Lactance avait composé Carmen de Ave Phoenice au ive siècle en se fondant sur la légende arabo-égyptienne du phénix – oiseau mythique qui renaît de ses cendres7. Le poème vieil anglais repose sur ce texte latin de 170 vers pour sa première partie (v. 1-380) dans laquelle on trouve une description du phénix, de son territoire paradisiaque, de sa mort par le feu et de sa résurrection. La seconde partie est une addition originale du poète vieil anglais et consiste en une interprétation chrétienne de l’histoire du phénix. Notre auteur anonyme voit en l’oiseau une allégorie du Christ, mais aussi de tout homme ressuscité. Il n’en reste pas moins que c’est la description du domaine merveilleux du phénix, au début du poème, qui reste célèbre. Ce pays gorgé de lumière et de soleil tranche, en effet, avec les sombres paysages nordiques que nous offre d’habitude la littérature vieil anglaise. Tout comme le jardin d’Éden, le territoire du phénix se situe dans un Orient indéfini, un ailleurs lointain et inconnu. Le poème s’ouvre avec le vers suivant : « J’ai entendu dire qu’il y a, loin d’ici, en Orient, le plus noble des pays – célèbre parmi les hommes. »8

5Le simple fait d’utiliser le terme d’Orient est suffisant pour planter le décor et faire surgir les images traditionnelles : on ne sera donc pas étonné de voir dépeint un territoire verdoyant aux nombreuses sources et rivières, aux parfums délicieux et aux chants ravissants :

Magnifique est toute cette plaine merveilleusement dotée des plus délicieux parfums de la terre. […] Cette forêt est habitée par un oiseau à la beauté hors du commun, aux puissantes ailes et qui porte le nom de « phénix ». Il lui revient d’observer le cours du soleil, de s’approcher du flambeau céleste, gemme éclatante, de guetter avec impatience le moment où le plus noble des astres pointe derrière la mer gelée, lumière venue de l’est. […] Alors l’oiseau, au vol puissant, transporté de joie, altier dans sa robe de plumes, regarde avec empressement l’océan, par-delà les flots sous le ciel jusqu’à ce que la lampe du ciel, depuis l’est, s’élève en glissant au-dessus de la vaste mer. Comme le noble volatile, superbe, est un habitué des ruisseaux là où ils sourdent, la créature glorieuse se baigne douze fois dans le torrent avant l’arrivée du flambeau, cette torche céleste. […] Puis après s’être amusée dans l’eau, galvanisée, elle s’envole pour un grand arbre depuis lequel elle peut le plus aisément suivre le trajet parcouru sur les routes de l’est lorsque le cierge du firmament, lampe de lumière, brille d’un vif éclat au-dessus de la mer agitée. Le pays est embelli, le monde paré lorsque, surplombant la surface de l’océan, le joyau de gloire, la première des étoiles illumine la terre d’un bout à l’autre du monde. (Ibid., p. 52-53)

6Le poète utilise aussi un procédé rhétorique devenu caractéristique des évocations du paradis, celui des descriptions négatives, particulièrement propices à l’évasion. L’Orient paradisiaque, en réalité, est avant tout le contraire de la terre – souvent inhospitalière – des hommes :

C’est une plaine splendide. Les forêts vertes s’étendent loin sous le firmament. Ni la pluie, ni la neige, ni un coup de gel, ni la chaleur du feu, ni une averse de grêle, ni une pluie de givre, ni l’ardeur du soleil, ni le froid incessant, ni une saison torride, ni des ondées hivernales ne viennent causer du mal : la plaine reste parfaite, sans blessure. Ce majestueux pays est tout en fleurs. Là-bas, il n’y a pas de montagne, de mont escarpé, pas de falaise qui se dresse, imposante, comme chez nous, pas de vallées, de vallons, de ravins, de collines, de hauteurs, il n’y a pas la moindre parcelle de terrain accidenté. Cette noble plaine prospère sous les cieux, ses enchantements sont à profusion. (Ibid., p. 52)

7Quatre cents ans plus tard, l’adaptateur de Floire & Blanchefleur (1151) (Florys & Blancheflour adapté en anglais vers 1250) a toujours le jardin d’Éden comme modèle lorsqu’il évoque le verger au pied de la tour où Blancheflour est retenue prisonnière en plein Babylone – c’est-à-dire Babylone la Mineure, voisine du Caire, où se trouve la résidence du sultan d’Égypte :

  • 9 Florys and Blauncheflour dans Of Love and Chivalry, an Anthology of Middle English Romance, J. Fell (...)

C’est le plus beau [verger] au monde,
On y entend le chant de nombreux oiseaux,
On peut y vivre très vieux.
Tout autour du verger court un mur
Dont la moindre pierre est du cristal
Et qui est réalisé avec le plus grand soin.
La fontaine est très précieuse,
Elle est alimentée d’eau du Paradis.
Au sol, les graviers sont des pierres précieuses. (v. 608-617)9

8Tout au long du Moyen Âge, l’Orient est associé à la magie du paradis terrestre. C’est pourquoi Plaisir, le propriétaire du jardin d’amour du Roman de la Rose (œuvre française du xiiie siècle mais que Chaucer traduisit en partie), a fait venir les arbres « des terres sarrasines » ou que dans The Alliterative Morte Arthure (xive siècle) lorsque Gawain aperçoit un homme armé qui attend au bord d’une rivière, qu’il s’approche, engage le combat et blesse son adversaire, le païen Priamus, ce dernier sort une petite fiole qui contient un liquide qui nourrit et soigne. Et le païen d’expliquer :

  • 10 V. Krishna éd., The Alliterative Morte Arthure. Notre traduction.

Elle est remplie du parfum des quatre sources magiques
Qui, lors de grandes pluies, s’échappe du Paradis
Et donne naissance aux fruits abondants qui nous nourrissent.
(v. 2705-2707)10

  • 11 En Angleterre médiévale, il fallut attendre Wycliff et le xive siècle pour avoir une traduction com (...)

9Mais chacun sait que le paradis est devenu inaccessible depuis le péché originel et s’il est naturel que l’attrait de l’Orient vienne de sa (relative) proximité, il serait vain d’espérer autre chose que d’en connaître un lointain reflet. Cependant, dans la mentalité médiévale, il était clair qu’un jour cet Orient deviendrait réalité pour tous – ou, plus exactement, pour tous les élus de Dieu, appelés à voir la Jérusalem Nouvelle. Le Moyen Âge était fasciné par la Genèse et l’Apocalypse, les débuts et la fin de ce monde créé11.

  • 12 M. Mentré, Création et Apocalypse. Histoire d’un regard humain sur le divin, p. 15.

L’essentiel du travail de l’imaginaire, au Moyen Âge, fut de faire se rejoindre, en une cohérence sublime, la Création et la Révélation. Celles-ci sont vues comme deux réalités symétriques, ou plutôt deux volets d’une même réalité : l’idée d’un début du temps implique celle de la fin des temps, même un nouveau début du temps.12

10Saint Jean évoque un ciel nouveau, une terre nouvelle, la Jérusalem nouvelle qui descend du ciel :

La muraille était construite en jaspe, et la ville était d’or, pur comme du cristal ; les soubassements du mur de la ville étaient diaprés de toutes sortes de pierres précieuses : le premier de jaspe, le deuxième de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude, le cinquième de sardonyx, le sixième de cornaline, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d’hyacinthe, le douzième d’améthyste. Chacune des douze portes était faite d’une seule perle ; l’avenue de la ville était d’or, pur, comme du verre transparent. (Apocalypse, 21 :18-21)

11Les auteurs médiévaux qui cherchent à évoquer l’Orient ont tous en mémoire cette vision suprême de l’Apocalypse qui vient s’ajouter à celle du jardin d’Éden, et tous d’insister sur les richesses et la splendeur, le raffinement dans les détails, le luxe des pierres précieuses et de l’or.

  • 13 En particulier par Julius Valerius aux environs de 340.
  • 14 M.-M. Dubois, La littérature anglaise du Moyen Âge, p. 47.

12Les Anglo-Saxons découvrirent le faste oriental par l’intermédiaire du personnage d’Alexandre le Grand. Un roman grec alexandrin des environs de 200 après Jésus -Christ a été faussement attribué à Callisthène. Ce texte fut plusieurs fois traduit et étoffé en latin13. Il comporte un certain nombre de lettres qu’Alexandre aurait écrites à son maître Aristote et à sa mère Olympia. Au ixe siècle, une Lettre d’Alexandre à Aristote fabriquée à partir des informations fabuleuses du roman fut mise en circulation. Le succès fut immense et la lettre fut reproduite dans tout l’Occident. La version la plus ancienne en langue vulgaire est celle en west saxon teinté d’anglien (xe siècle). « Elle prouve quel intérêt prenaient les Anglo-Saxons à la connaissance des pays exotiques, même si cette connaissance n’était que fiction. »14 Le texte est essentiellement descriptif. On y voit l’émerveillement du conquérant devant toutes sortes d’animaux, éléphants, fauves, chameaux et autres bêtes pour lesquelles le traducteur avoue ne pas avoir d’équivalent en anglais. Une grande part est consacrée aux détails des paysages et à la végétation. La géographie est surprenante : après avoir vaincu le roi de Perse, Alexandre entre en Inde où il traverse successivement des forêts, de vastes vallées, des déserts étouffants et des régions enneigées. À la fin du voyage, il atteint l’Éthiopie. Le plus beau et éclatant spectacle qui s’offre aux yeux des Grecs est le palais de Porus, roi des Indes, au luxe éblouissant :

  • 15 A. Orchard, Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of the Beowulf-Manuscript, appendice II b  (...)

Et nous découvrîmes alors sa grand’salle et ses appartements royaux. Il y avait de très grandes, solides et puissantes colonnes d’or ; elles étaient énormes et immenses et nous en avons compté quatre cents. Les murs aussi étaient d’or, recouverts de plaques d’or de l’épaisseur d’un doigt. Lorsque, poussés par l’envie de voir ces choses plus dans les détails, nous repartîmes, je vis des grappes de raisin d’or, grosses et fermes, dont les branches pendaient des colonnes. Je fus stupéfait de voir cela. Les feuilles de vigne étaient en or, les vrilles et fruits étaient en cristal et en émeraudes tandis que des joyaux pendaient du cristal. Ses chambres et autres pièces étaient toutes richement décorées de pierres précieuses, de gemmes de toutes sortes et d’escarboucles. À l’extérieur, elles étaient d’un ivoire splendide à la blancheur remarquable. Elles étaient soutenues par des cyprès et des lauriers à l’extérieur et des tuteurs d’or tressé à l’intérieur. Il y avait des quantités incalculables d’or dedans et dehors, en très grand nombre et de toutes sortes. Et de nombreux plats précieux, des coupes de cristal et des carafes d’or furent rassemblés là. Nous ne trouvâmes que rarement quoi que ce soit en argent.15

  • 16 Troilus and Criseyde dans The Riverside Chaucer, L. D. Benson éd., p. 506. Notre traduction.
  • 17 P. O. E. Gradon éd., Cynewulf’s Elene.

13Tout au long du Moyen Âge anglais, l’or, les pierres précieuses, le cristal sont des constantes dans les descriptions des palais et villes orientales. La demeure de Criseyde dans Troilus & Criseyde de Chaucer est d’inspiration orientale : on voit Criseyde assise « sur un banc / de jaspe couvert d’un coussin brodé de fils d’or »16. Elle se promène dans son jardin intérieur tandis que Pandare s’entretient avec Troilus près de la fontaine du jardin du palais. Peu importe aux auditeurs, lecteurs et même aux auteurs que cela corresponde ou non à la réalité. Chose surprenante, les gens du Moyen Âge n’accordaient que peu d’importance aux résultats de leurs observations. Les seuls ouvrages scientifiques dont ils tiraient leur savoir et leurs certitudes, et dont les affirmations leur semblaient irréfutables, incontestables, étaient – nous l’avons vu – la Bible et les écrits des Autorités. Ils ne se fiaient pas au témoignage de leurs sens, jugés par trop imparfaits et trompeurs. Le monde sensible n’était qu’illusions et mensonges. Dans ces conditions, l’observation n’avait de valeur que dans la mesure où elle venait corroborer les dires des Anciens. Oser mettre en doute la vérité de leurs assertions au nom de l’observation était impensable. Nul besoin, par conséquent, d’être allé en Terre sainte pour évoquer la découverte de la Vraie Croix par sainte Hélène. Dans la première moitié du ixe siècle, Cynewulf fonde son poème de 1 321 vers sur la version latine de la vie de Judas – devenu saint Quiriace – que l’on trouve dans les Acta Sanctorum. Il s’en détache rarement sauf pour germaniser certains passages qui prennent toutes les caractéristiques de la poésie héroïque anglo-saxonne. Avec cette touche d’anachronisme typique du Moyen Âge, les Romains deviennent de véritables guerriers germaniques comparés au loup et aux oiseaux de proie, et tous voués à la mort. De même, le voyage maritime qui conduit Elene en Terre sainte évoque la mer déchaînée et glaciale des paysages nordiques : les vaisseaux sont des destriers des mers, des navires au col d’écume qui filent sur la mer et ses vagues, hâtés par le vent (v. 225-245)17.

  • 18 Je reprends ici le titre de la traduction française du livre de Margery Kempe par L. Magdinier, Une (...)
  • 19 R. Maisonneuve, « Margery Kempe », p. 172. Voir aussi R. Maisonneuve, « Margery Kempe et les tradit (...)

14Arrivèrent pourtant les croisades dont l’une des conséquences fut la prise de conscience par l’Occident de sa propre civilisation au contact des mondes byzantin et musulman, plus développés et plus cultivés. Mais les traditions livresques continuèrent à être transmises de siècle en siècle avec une constance surprenante. Elles se modifiaient selon la nature des ouvrages, encyclopédies ou romans, s’enrichirent à mesure qu’on découvrit les littératures grecques et arabes, et les récits des croisés réveillèrent l’imagination et le goût de l’exotisme. Au point de rencontre de la littérature savante et du roman se trouvent les relations de voyage. Les voyageurs du Moyen Âge racontent ce qu’ils ont vu tout comme ce qu’ils n’ont pas vu, tirant de la littérature savante de quoi pimenter leurs récits. Décrire le monde répond alors à plusieurs objectifs : il y a tout d’abord une préoccupation géographique et cosmographique, mais aussi politique et économique, qui nourrit la curiosité et l’ambition. En second lieu, les Occidentaux souhaitent faire une recension de la création, contempler l’œuvre divine. En Terre sainte, en particulier, le choix de cette région pour l’Incarnation doit être médité car rien de ce que Dieu accomplit n’est dénué de signification. À l’époque médiévale, en effet, tout est signe, tout est image, tout est symbole, les textes ont pour vocation d’instruire l’auditoire – leur valeur esthétique, s’ils en ont une, vient de surcroît. Enfin, il ne faut pas oublier, en troisième lieu, un désir évident d’évangéliser. Les récits de voyageurs, pèlerins ou croisés, sont malheureusement quasi inexistants en anglais. On peut toutefois citer le guide de pèlerinage The Stations of Jerusalem ou les Itineraries du chanoine William Wey qui se rendit à Jérusalem en 1458 et 1462. Nous possédons aussi le témoignage d’une mystique considérée comme une hystérique, voire une mystificatrice par bon nombre de ses contemporains, Margery Kempe, qui se rendit en Terre sainte aux alentours de 1413 donc bien après les dernières croisades. Cette « aventurière de la foi »18 manifestait « son amour du Christ, sa douleur de le voir outragé, par des cris, des sanglots, des gestes et contorsions qui ont un sens prophétique et entendent étonner, éveiller, frapper, ouvrir un chemin de conversion. […] Sa figure évoque celle des “fols en Christ” de la tradition de l’Orient chrétien »19. Malheureusement son récit se contente d’énumérer les lieux saints qu’elle visita sans donner la moindre description. Elle ne rapporte aucun fait de civilisation, aucun élément sur les coutumes, la nourriture, les costumes ou la végétation. Les seuls détails concernent ses difficultés à se déplacer : ses déplacements à dos d’âne, l’aide d’un autochtone (un « sarrasin ») pour gravir le mont de la Quarantaine, la gentillesse des guides (à nouveau appelés « sarrasins ») car tous les pèlerins qui parcouraient la Terre sainte le faisaient sous escorte musulmane. Rien donc de comparable à ce que l’on trouve en moyen français ou en latin. Rien à voir, par exemple, avec la célèbre Historia Orientalis de Jacques de Vitry (xiiie siècle) qui dessine avec précision le tracé du Royaume latin d’outremer avec ses points les plus importants.

  • 20 M. G. Grossel, « Des chemins orientés : la description dans l’Histoire Orientalis de Jacques de Vit (...)

Ramla à la haute muraille garnie de tours, Caïpha et Tibériade au bord de la mer de Galilée, Assur et Césarée qui ne dispose d’aucun mouillage mais est fort prospère, car ses eaux courantes irriguent jardins et pâturages, Acre et son port fameux, Beryte débordant de vignobles et de vergers, Sidon aux champs fertiles. Du côté de l’Orient, vers la Syrie on rencontre les gros châteaux des croisés : Montréal protecteur d’une contrée qui produit en abondance du grain, du vin et de l’huile où il fait bon respirer un air très sain, ou Scandalion qui domine un paysage plein de sources, etc., etc.20

  • 21 Pour le récit de la croisade de Richard Cœur de Lion, Raoul de Coggeshall († 1228) recueillit dans (...)

15Jacques de Vitry note tout : climat, cataclysmes naturels, hydrographie, faune et flore, personnages historiques (avec en particulier un portrait au vitriol de Saladin !). On peut aussi penser à La Fleur des histoires de la terre d’Orient de Hayton, neveu du roi Héthoum Ier d’Arménie, qui se retira dans un monastère à Chypre en 1305. Son récit est celui d’un homme instruit et cultivé qui connaît bien l’Orient et qui fait un réel travail d’historien pour l’époque. Ou encore au Voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte d’un frère mineur irlandais qui effectua un voyage d’Irlande en Égypte en 1323-1324. Curieux de tout, s’enthousiasmant facilement, Symon Semeonis témoigne d’une grande culture, mais aussi d’un profond désir de croire au merveilleux. Pour avoir le point de vue anglais sur l’Orient des croisés, il faut se tourner vers les chroniqueurs Plantagenêt. Ambroise écrivait en français, mais était normand, et fut le témoin oculaire des grands événements de la troisième croisade à laquelle participèrent Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion. Les autres chroniqueurs étaient tous anglais, dépendaient des récits d’autrui et écrivaient en latin21. L’ensemble de ces chroniques forme un témoignage incomparable sur les motivations et convictions des croisés. Car bien peu nous est dit sur l’Orient et ses merveilles. Le souci des auteurs est double : décrire les faits d’armes des Anglais, en particulier souligner la bravoure de Richard, et montrer l’indignité des hommes, les croisés en tête, à l’égard de Dieu. Les textes sont donc teintés d’une objectivité inattendue car les chroniqueurs font principalement ressortir les égarements des princes qui ne respectent pas la volonté de Dieu ou ses lois. Saladin et ses hommes ne les intéressent qu’indirectement et sont généralement désignés par des termes neutres : les ennemis, les Sarrasins, les Turcs, les Thraces, les gentils et surtout les païens. Saladin est appelé « le prince de l’armée des païens », parfois « le sultan ». Il arrive parfois, mais rarement, que les chroniqueurs se laissent aller et parlent des « perfides sarrasins », de cette « race odieuse », de cette « engeance maudite » ou de la « chiennaille enfermée dans Acre ». Mais, en réalité, les Occidentaux sont bien davantage critiqués. L’échec de la croisade est attribué à Philippe Auguste et les chroniqueurs n’ont pas de mots assez forts pour désigner sa traîtrise, son manque de courage, sa jalousie suscitée par l’admiration des soldats pour le roi Richard :

  • 22 M. Brossard -Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, p. 158. Bien entendu nos chroniqueurs cherc (...)

Mais la gloire de Richard commençait à torturer le roi de France et il cachait mal les brûlures qui ravageaient son cœur : il le voyait bien en effet, il était largement inférieur à Richard pour les forces et les richesses tandis que son rival au contraire se distinguait orgueilleusement par l’importance de ses forces et de ses richesses et par l’éclat de ses succès.22

16La mésentente personnelle entre les deux hommes rejaillit sur leurs troupes : « le roi de France et son armée tenaient en piètre estime le roi d’Angleterre et son armée, et vice versa » (p. 134) et Guillaume de Neubourg de conclure : « les affaires des Chrétiens ne connurent pas grand succès puisqu’il n’y avait entre les Chrétiens qui les menaient ni sincérité ni bonne entente » (p. 162). Les chroniques rappellent par quelques détails réalistes, quelques remarques passagères que les événements avaient lieu loin de France et d’Angleterre : la ville de Saint-Jean-d’Acre est entourée de vignes et d’arbres fruitiers, Saladin cherche à diviser les croisés en envoyant au duc de Bourgogne cinq chameaux chargés d’or, d’argent et de vêtements de soie, Richard campe en dehors de Jaffa car « il ne pouvait pas rester dans la ville à cause de la puanteur des cadavres, car les païens qui avaient tué des Chrétiens avaient déposé des cadavres de porcs près de leurs corps mutilés pour les outrager » (p. 199). Ambroise précise également que :

Les Turcs ont un avantage par lequel ils nous nuisent beaucoup, les Chrétiens ont de lourdes armures, et les Sarrasins n’ont d’autres armes qu’un arc, une masse, une épée ou un javelot acéré et un léger couteau ; et quand on les poursuit, ils ont des chevaux qui n’ont pas de pareils au monde, qui semblent voler comme des hirondelles. On a beau poursuivre le Turc, on ne peut l’atteindre. (p. 150)

  • 23 V. 10 032 du Brut de Lawamon (composé entre 1180 et 1216).

17Les croisés souffrent de la chaleur, Philippe Auguste, d’ailleurs, « alléguant la gêne que lui causait la chaleur et affirmant devant tous qu’il ne pouvait supporter le climat de ce pays, décida de regagner sa patrie » (p. 161). Et pour qui est habitué aux invectives adressées aux païens par les légendaires chevaliers de la Table Ronde qui partent au combat en s’exclamant « Crist heome a-ualle » (Jésus-Christ anéantis-les !)23, c’est avec surprise que l’on découvre que les croisés sont jugés avec plus de sévérité que leurs ennemis :

  • 24 M. Brossard -Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, p. 212-213.

De jour en jour, on voyait fondre l’armée du roi en Terre Promise ; et outre ceux qui périssaient par l’épée, il y avait tous les milliers d’hommes que faisait mourir chaque mois le trop brusque passage du froid intense de la nuit à la chaleur de la journée. […] Chez l’adversaire, la force des gentils se développait largement : le malheur des Chrétiens accroissait leur audace ; leur armée, à date fixe, recevait le renfort de troupes fraîches ; le climat était leur élément ; la région leur patrie ; l’effort leur santé ; la sobriété leur remède. Chez les nôtres, à l’inverse, ce qui tournait au profit des adversaires était adverse. […] Le peuple des Français et des Anglais mangeaient ensemble tout ce qu’il y avait, tant qu’il y avait de l’argent, tous les jours somptueusement et, avec le respect que je dois aux Français, à s’en donner la nausée quant au peuple anglais, perpétuant la vieille coutume de son pays, même quand sonnait la trompette et quand résonnait le clairon, avec la dévotion voulue, il avait la bouche ouverte pour nettoyer le fond des calices.
Les marchands de la province qui apportaient des victuailles au camp s’émerveillaient de cette merveille insolite et pouvaient à peine en croire leurs yeux : un seul peuple, qui plus est, un peuple peu nombreux, absorbait trois fois plus de pain et cent fois plus de vin que ce dont se nourrissaient plusieurs peuples de gentils et, qui plus est, innombrables.24

18Il ne faut, toutefois, pas faire de contresens sur l’objectif de Richard de Devizes dans ce passage. Certes, il reconnaît des qualités à l’ennemi mais son souci est avant tout d’expliquer que l’échec des croisés (ils ne reprirent pas Jérusalem) est une punition divine pour leurs erreurs multiples : la gloutonnerie, par exemple, n’est-elle pas un des péchés capitaux ? Par conséquent, ce qui sonne vrai, ce qui est teinté d’objectivité est, en réalité, fortement orienté, et n’est autre qu’une leçon de morale : c’est parce que les Anglais et les Français se sont mal comportés que Jérusalem ne leur a pas été accordée. Et Devizes de conclure : « … sur ces gens qui l’avaient quelque peu mérité, la main de Dieu s’abattit. »

  • 25 On trouve la même histoire dans le Décaméron et La Manékyne de Philippe de Rémy (1230).

19Il en va tout autrement dans les romans : le genre requiert un champion dont on pourra chanter les qualités morales et les belles manières. Les héros ont très peu d’individualité, ils sont physiquement interchangeables s’ils appartiennent à la même catégorie. Et du point de vue du caractère, ils sont en général définis par des adjectifs de nature ou des superlatifs. Ils sont tous « le plus grand », « le plus noble », « le plus valeureux ». Inversement, dans ce monde manichéen, l’ennemi est toujours le plus malveillant, le plus détestable. Le Sarrasin devient, par définition, avant même d’être entré en scène, violent, intolérant, félon, infidèle à Dieu et à la chevalerie. Il ne peut être question de lui accorder la moindre qualité car elle viendrait, en ricochet, ternir la réputation du héros. Les clichés orientalistes s’installent donc : le Sarrasin étant différent, physiquement et surtout spirituellement, il était facile à diaboliser et est perçu comme l’Autre, l’Ennemi, l’allié des forces du Mal. Et comme, à l’époque, l’habit faisait le moine, le méchant devait être monstrueux. C’est pourquoi dans le roman Octavian (milieu du xive siècle), le sultan fait attaquer Paris par son géant Aragonour. Constance, promise au sultan de Syrie, dans le « Conte de l’Homme de Loi » des Contes de Canterbury de Chaucer25 se lamente ainsi au matin de son mariage : « Hélas ! Je dois partir pour la Barbarie. » Pendant ce temps, la mère du sultan complote :

  • 26 G. Chaucer, Les Contes de Canterbury, trad. A. Crépin, p. 159-160.

La mère du Sultan, source de mille vices,
S’est aperçue du projet de son fils
De renoncer aux sacrifices d’antan.
Elle convoqua en hâte ses conseillers
[…]
Elle s’installa sur son trône et leur dit :
« Messeigneurs, vous n’êtes pas sans savoir
La décision de mon fils d’abandonner
Les saints commandements de notre Coran
[…]
Que gagnerions-nous à cette nouvelle loi
Sinon l’esclavage en plus du remords,
En attendant d’être jetés en Enfer
Pour avoir renié la foi en Mahomet ?
Nous ferons semblant de nous convertir. »
[…]
« Un peu d’eau froide ne peut nous faire de mal
Et je donnerai de telles festivités
Que j’endormirai les soupçons du Sultan. »
[…]
O toi, sultane, racine de méchanceté,
Virago, seconde Sémiramis,
Serpent caché sous une forme de femme,
Semblable au serpent prisonnier de l’Enfer,
Femme trompeuse ! Tout ce qui peut détruire
Innocence et vertu, ta perversité
Le fait grouiller en toi, vrai nid de vices.26

20Le jour du banquet, le sultan et tous les chrétiens sont massacrés. « La vieille Sultane, maudite sorcière, / Fut, avec ses amis, l’auteur du crime. » (p. 162) Constance est jetée dans une barque sans gouvernail, on lui crie « Bon vent et de faire voile / Loin de Syrie et cap sur l’Italie » (p. 163). Le roman Richard Coer de Lyon (tout début du xive siècle) rappelle les chansons de geste par sa virulence. Lorsque les troupes de Saladin sont repoussées, le narrateur exulte :

  • 27 K. Brunner éd., Richard Coer de Lyon. Notre traduction.

Et nombreux sont les chiens païens
Qui mordent la poussière et grincent des dents
Il suffisait de repérer le sang au sol
Pour savoir où Richard se trouvait.
Il fit couler sang et cervelles en grand nombre,
Fit exploser les entrailles de plus d’un cheval.
[…]
Les Sarrasins n’osaient plus rester
[…]
Ils s’enfuirent comme des chevreuils poursuivis,
Et par peur du roi Richard
Se jetèrent au bas de la falaise
[…]
Soixante mille Sarrasins, de loi païenne,
Furent tués là.
Et seulement deux cents Chrétiens,
Que Jésus -Christ soit béni pour cela !27
(v. 5073-5078, 5088, 5092-5094, 5111-5114)

  • 28 Dans la réalité, les choses étaient différentes : après la fin de la longue ignorance des textes ar (...)

21Le musulman – systématiquement appelé païen – repousse par sa simple différence, sa non-appartenance au peuple des chrétiens. Dans les romans28, aucun Occidental n’éprouve le moindre intérêt, la moindre curiosité pour ce qui dépayse, pour les habitudes, décors ou milieux surprenants. Il faut dire que ceux qui écrivent sont presque tous clercs et cherchent à édifier ainsi qu’à affirmer la supériorité du christianisme. De plus, la société médiévale repose sur l’idée d’un ordre immuable. Refuser sa place, bouleverser la hiérarchie, introduire des changements, ne peut conduire, aux yeux des auteurs, qu’au désordre – image par excellence du chaos et de l’enfer. L’inconnu, au Moyen Âge, fait toujours peur.

  • 29 Éléments repris de J. Dor, « L’altérité de l’orientalisme de La Légende des femmes vertueuses de Ch (...)
  • 30 Il remonte à un récit grec (perdu) du iiie siècle de notre ère. Les versions en langue vernaculaire (...)

22Par ailleurs, les païens sont d’autant plus représentés comme l’incarnation du Mal qu’ils peuvent revêtir le visage de la séduction29. L’islam se confond vite avec licences amoureuse et sexuelle. Le luxe décrit dérive, en effet, aisément vers la luxuriance et la luxure. À une époque où l’Église s’efforçait d’imposer le modèle du couple conjugal monogame et indissoluble, on avait soin d’associer l’islam à tous les dérèglements et débauches. Très tôt, la littérature hagiographique, en latin avec Aldhelm (viie/viiie siècles) et en vieil anglais avec Aelfric (xe siècle), avait donné en modèle les martyrs des premiers siècles chrétiens. Sainte Agnès est la plus célèbre des vierges conduites au bordel suite à son refus de renier sa toute nouvelle foi. À Alexandrie, saint Athanasius est maltraité par des schismatiques qui l’accusent de nécromancie auprès de l’empereur puis font venir une prostituée pour dénoncer sa soi-disant immoralité. Il ne faut pas oublier que les vies de saints étaient un des genres les plus répandus à l’époque médiévale. Les romans véhiculent les mêmes clichés. L’émir dans Florys & Blancheflour choisit quarante épouses tous les ans. Dans le tout premier roman de la littérature anglaise, Apollonius de Tyr, qui date du xie siècle30, la fille d’Apollonius est enlevée par des pirates qui la vendent à un bordel. Elle distrait les hommes par ses dons musicaux. Plusieurs romans développent le topos de la princesse musulmane amoureuse qui succombe au seul récit des hauts faits d’un chevalier chrétien. Elle trahit à la fois père et patrie, aide l’ennemi en allant jusqu’à tuer les siens. C’est ce qui se passe avec Marsabelle dans Octavian qui révèle au chrétien Florent le secret du destrier de son père tout en ajoutant :

Elle dit : « Afin que tu puisses m’épouser
J’accepterais de renoncer tous ceux de ma race païenne
Comme si je ne les avais jamais vus. » (v. 1459-1461)

  • 31 En réalité, l’épisode n’est pas une invention de l’auteur de Richard Coer de Lyon. Il provient d’un (...)

23Toutefois, comme il en va souvent avec les textes du Moyen Âge, d’autres œuvres – ou même certains épisodes au sein même des textes qui viennent d’être cités – contredisent cette image peu flatteuse. Ainsi l’émir de Florys & Blancheflour finit-il par être ému par la fidélité et le sacrifice mutuel des deux héros. Il adoube alors lui-même le jeune Florys et conduit les deux amoureux à une église pour qu’ils puissent être mariés. Rien, cependant, n’est tiré du thème du païen vertueux, ni des différences de croyances religieuses entre Florys, prince musulman d’Espagne, et Blancheflour, esclave chrétienne. L’amour qui doit tout vaincre, l’amour passion, est l’unique pôle d’intérêt, la seule valeur soulignée. Le roman Richard Coer de Lyon est particulièrement déroutant. Le grand roi est, en effet, présenté non pas comme le fils d’Aliénor mais comme celui d’une princesse orientale démoniaque. Henry II, ayant accepté de se marier, ne veut épouser que la plus ravissante femme vivante. Des messagers partent à la recherche de la belle et rencontrent un bateau dans lequel se trouvent le roi d’Antioche et sa fille qui, justement, se rendaient en Angleterre suite à un rêve prémonitoire du roi. Le vaisseau est blanc comme le lait, le mât en ivoire, les voiles et les cordes en soie. La jeune fille, Cassodorien, est lumineuse, comme le soleil à travers le verre. Henry II l’épouse aussitôt mais au cours de la messe, lors de l’élévation, la mariée s’évanouit. Elle explique alors qu’elle ne doit jamais assister au sacrement de l’Eucharistie. Le roi et la reine ont trois enfants, Richard, Jean et Topyas. Tout va bien jusqu’au jour où un comte veut savoir pourquoi la reine ne peut supporter la vue du saint sacrement. Lors de la messe suivante, on cherche à empêcher la reine de quitter l’église au moment crucial. Elle s’empare alors de sa fille Topyas et du prince Jean, et, telle une sorcière sur son balai, s’élève dans les airs et s’échappe par le toit. Jean tombe et se casse une jambe. La reine et sa fille disparaissent à jamais. Le message est clair : la belle Cassodorien était de la race de Satan car seuls les démons ne peuvent supporter les sacrements de Dieu. Mais pourquoi avoir repris cette vieille légende, pourquoi donner une telle mère au grand roi Richard pour, ensuite, ne pas exploiter l’épisode – celui-ci n’ayant aucune incidence sur le reste de l’histoire ?31 Dans le roman Sir Gowther (xive siècle), version anglaise de la légende de Robert le Diable, Gowther est le fils d’un chevalier-démon et seule la pénitence le délivrera de son hérédité diabolique. Et on ne peut même pas dire que les célèbres épisodes où Richard est guéri de la fièvre après qu’on lui a servi un sarrasin rôti, jeune et bien gras, et où, pire encore, le roi donne en festin à ses ennemis les têtes bouillies de leurs compagnons morts au combat, soient des signes évidents de son héritage démoniaque, car le narrateur relate ces passages pour souligner la perspicacité et l’astuce du roi, et que les païens ne méritaient pas meilleur sort. On reste perplexe : le plus grand roi anglais est donc né d’une diablesse mais reste le plus grand défenseur de la chrétienté, l’honneur est alors sauf !

24Il ne faudrait, toutefois, pas s’imaginer que la littérature médiévale soit restée en dehors de tout débat moral. Suite aux croisades,

  • 32 A. Sancery, « Chaucer et les païens », p. 52.

le monde chrétien s’était posé le problème de la place des Infidèles dans le dessein de Dieu. Ceux qui avaient vécu avant l’ère chrétienne (les antiqui) ne pouvaient être tenus responsables de leur non-croyance, mais qu’en était-il pour les autres, les moderni ? Or la réussite fracassante du monde musulman, les découvertes de Marco Polo et d’autres comme Jacob d’Ancôme qui font prendre conscience de l’existence de civilisations fort anciennes, païennes et néanmoins prospères à l’est de l’Europe […] « interpelle » les chrétiens.32

  • 33 J. Wycliff, De fide catholica, cité par P. Sénac, L’Occident médiéval face à l’islam. L’image de l’ (...)
  • 34 A. Sancery, « Chaucer et les païens », p. 55.

25En Angleterre, la crise religieuse des xive et xve siècles génère une réflexion nouvelle sur l’Église. Pour le réformateur John Wycliff, l’islam est une secte et quiconque, même un sarrasin, a droit au salut : « Ceux qui, au moment de la mort, dans l’islam comme dans d’autres sectes, s’en remettent au Seigneur Jésus -Christ seront jugés en tant que fidèles chrétiens. »33 Le théologien Robert Holcot (1290-1349) affirme que « Dieu, dans son immense bonté, n’a pas pu refuser sa Grâce Salvatrice à des hommes, ses créatures, qui observaient de toutes leurs forces la loi qui était la leur »34. Chaucer est un écrivain, pas un théologien. Nous avons vu son « Conte de l’Homme de Loi » qui montre les Orientaux sous leur plus mauvais aspect. Mais le poète a équilibré ses Contes de Canterbury avec le « Conte du Chevalier » qui met en scène des païens plus nobles et plus vertueux que bien des chrétiens : le duc Thésée est un glorieux seigneur, bon et juste. Les deux prétendants à la main d’Émilie sont valeureux, loyaux, généreux. Mais au-dessus d’eux, les dieux qui les gouvernent se moquent d’eux, rient de leurs souffrances et contrecarrent tous leurs projets. Si les païens peuvent être nobles, leurs dieux, eux, sont détestables.

26L’Orient que les hommes du Moyen Âge ne savent situer avec précision est un univers lointain, inconnu, mystérieux mais très présent. Il a pour fonction première d’ouvrir à la rêverie, de laisser place à l’imagination. Ce voyage vers l’ailleurs permet de s’éloigner et d’atteindre des régions où les aventures, qui ne pouvaient pas surgir dans un monde plus familier, se manifestent. Tous les romans ont besoin d’une contrée estrange pour que les aventures puissent exister : les rivages éclatants de l’Orient font aussi bien l’affaire que les forêts celtiques. Dans l’un comme dans l’autre peuvent se passer des histoires extraordinaires, inquiétantes ou prodigieuses car l’un comme l’autre sont des ailleurs lointains sans emprise sur la réalité. On peut donc accepter que Florys et Blancheflour défient l’autorité parentale, que Richard soit le fils d’une princesse d’Antioche ou que Florent soit amoureux d’une belle sarrasine : l’Orient est suffisamment loin pour n’être qu’un Autre Monde.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

BLAKE N. F. éd., The Phoenix, Manchester, University Press, 1964. Traduction française M.-F. Alamichel, Des animaux et des hommes, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

BROSSARD-DANDRÉ M. et BESSON G., Richard Cœur de Lion, Paris, Christian Bourgois (10/18), 1989. Donne en traduction de longs extraits de :

Ambroise, Estoire de la guerre sainte.

Guillaume de Neubourg, Historia rerum Anglicarum.

Raoul de Coggeshall, Chronicon Anglicanum.

Raoul de Diceto, Imagines historiarum.

Richard de Devizes, De rebus gestis Ricardi Primi.

Roger de Hoveden, Chronica.

BRUNNER K. éd., Richard Coer de Lyon, Vienne, Leipzig, 1913.

CHAUCER G., The Canterbury Tales, dans The Riverside Chaucer, L. D. Benson éd., Oxford, Oxford University Press, 1987. Traduction française A. Crépin, Les Contes de Canterbury, Paris, Gallimard, 2000.

Troilus & Criseyde, dans The Riverside Chaucer, L. D. Benson éd., Oxford, Oxford University Press, 1987.

Florys and Blauncheflour, dans Of Love and Chivalry. An Anthology of Middle English Romance, J. Fellows éd., Londres, J. M. Dent & Sons, 1993.

GRADON P. O. E. éd., Cynewulf’s Elene, Londres, Methuen’s Old English Library, 1958.

KRISHNA V. éd., The Alliterative Morte Arthure, New York, Burt Franklin, 1976.

LAWAMON, Brut, G. L. Brook et R. F. Leslie éd., Londres - New York - Toronto, Oxford University Press (The Early English Text Society), 1963-1978. Traduction française M.-F. Alamichel, De Wace à Lawamon, Paris, AMAES, 1995.

Octavian, dans Six Middle English Romances, M. Mills éd., Londres, J. M. Dent & Sons, 1992.

ORCHARD A., Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of the Beowulf-Manuscript, appendice II b : « The letter of Alexander to Aristotle », trad. A. Orchard, Cambridge, D. S. Brewer, 1995.

La sainte Bible, traduction des moines de Maredsous, Braine-le-Comte – Maredsous, Éditions Zech - Éditions Maredsous, 1950.

Sir Gowther, dans Six Middle English Romances, M. Mills éd., Londres, J. M. Dent & Sons, 1992.

Sources secondaires

ALAMICHEL M.-F. et BIDARD J., Des animaux et des hommes, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1998.

BIDARD J. « Les animaux et l’Orient », Angleterre et Orient au Moyen Âge, A. Crépin éd., Paris, AMAES, 2002, p. 39-50.

BROUGHTON B. B., The Legends of King Richard I Cœur de Lion. A Study of Sources and Variations to the year 1600, La Haye - Paris, Mouton & Co, 1966.

CRÉPIN A. et TAURINYA DAUBY H., Histoire de la littérature anglaise du Moyen Âge, Paris, Nathan, 1993.

DOR J., « L’altérité de l’Orientalisme de La Légende des femmes vertueuses de Chaucer », Angleterre et Orient au Moyen Âge, A. Crépin éd., Paris, AMAES, p. 65-78.

DUBOIS M.-M., La littérature anglaise du Moyen Âge, Paris, PUF, 1962.

GROSSEL M. G., « Des chemins orientés : la description dans l’Histoire Orientalis de Jacques de Vitry », Médiévales, no 24, 2002, p. 42.

LECOUTEUX Claude, Les monstres dans la pensée médiévale européenne, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1993-1995.

MAGDINIER L. Une aventurière de la foi au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1989.

MAISONNEUVE R., « Margery Kempe », Patrimoine littéraire européen, J. C. Polet éd., Bruxelles, De Boeck-Larcier, 1995, p. 172-175.

MAISONNEUVE R. éd., « Margery Kempe et les traditions orientale et occidentale du fou de Dieu », L’Œil visionnaire. L’univers symbolique des voyants chrétiens, Aubard, Éditions Présence, 1992.

MENTRÉ M., Création et Apocalypse. Histoire d’un regard humain sur le divin, Paris, Œil, 1984.

ORCHARD A., Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of the Beowulf-Manuscript, Cambridge, D. S. Brewer, 1995.

PAPAHAGI A., « Homodubii aliaque mirabilia orinetis – merveilles méditerranéennes et tératologie germanique », Angleterre et Orient au Moyen Âge, A. Crépin éd., Paris, AMAES, 2002, p. 9-27.

SANCERYA., « Chaucer et les païens », Angleterre et Orient au Moyen Âge, A. Crépin éd., Paris, AMAES, 2002, p. 51-64.

SÉNAC P., L’Occident médiéval face à l’islam. L’image de l’Autre, Paris, Flammarion, 2000.

Notes

1 J. Bidard, « Les animaux et l’Orient », p. 39.

2 C. Lecouteux, Les monstres dans la pensée médiévale européenne, p. 15-34.

3 A. Papahagi, « Homodubii aliaque mirabilia orinetis – merveilles méditerranéennes et tératologie germanique », p. 9-27.

4 C. Lecouteux, Les monstres dans la pensée médiévale européenne, p. 75.

5 A. Crépin et H. Taurinya Dauby, Histoire de la littérature anglaise du Moyen Âge, p. 43.

6 On se souvient, en particulier, du roi Alfred se désolant que bien peu d’Anglais connaissent encore le latin. Voir sa préface à sa traduction de la Cura Pastoralis de Grégoire (H. Sweet éd., Early English Texts, 1871-1872).

7 Les anciens sont nombreux à avoir fait allusion à la légende du phénix, comme Hésiode, Hérodote, Ovide ou Pline l’ancien qui cite Marcus Manilius et Cornélius Valérianus.

8 M.-F. Alamichel et J. Bidard, Des animaux et des hommes, p. 52.

9 Florys and Blauncheflour dans Of Love and Chivalry, an Anthology of Middle English Romance, J. Fellows éd., p. 59. Notre traduction.

10 V. Krishna éd., The Alliterative Morte Arthure. Notre traduction.

11 En Angleterre médiévale, il fallut attendre Wycliff et le xive siècle pour avoir une traduction complète de la Bible en anglais. Ceux qui lisaient le latin avaient à leur disposition la Vulgate de saint Jérôme.

12 M. Mentré, Création et Apocalypse. Histoire d’un regard humain sur le divin, p. 15.

13 En particulier par Julius Valerius aux environs de 340.

14 M.-M. Dubois, La littérature anglaise du Moyen Âge, p. 47.

15 A. Orchard, Pride and Prodigies. Studies in the Monsters of the Beowulf-Manuscript, appendice II b : « The letter of Alexander to Aristotle. Old English text », p. 228. Notre traduction.

16 Troilus and Criseyde dans The Riverside Chaucer, L. D. Benson éd., p. 506. Notre traduction.

17 P. O. E. Gradon éd., Cynewulf’s Elene.

18 Je reprends ici le titre de la traduction française du livre de Margery Kempe par L. Magdinier, Une aventurière de la foi au Moyen Âge.

19 R. Maisonneuve, « Margery Kempe », p. 172. Voir aussi R. Maisonneuve, « Margery Kempe et les traditions orientale et occidentale du fou de Dieu ».

20 M. G. Grossel, « Des chemins orientés : la description dans l’Histoire Orientalis de Jacques de Vitry », p. 42.

21 Pour le récit de la croisade de Richard Cœur de Lion, Raoul de Coggeshall († 1228) recueillit dans sa Chronicon Anglicanum les témoignages de témoins directs et reprit la traduction latine de l’Estoire de la guerre sainte d’Ambroise. Le récit de Richard de Devizes, De rebus gestis Ricardi Primi, bien informé, prend parfois des allures de reportage. Voir aussi Raoul de Diceto, doyen de Saint-Paul à partir de 1180, Imagines historiarum ; Benoît de Peterborough, qui ordonna la copie des Gesta Henrici II et Ricardi I attribuées à Richard Fitz-Nigel, trésorier d’Henry II ; Roger de Hoveden, Chronica ; Guillaume de Neubourg, chanoine augustinien, Historia rerum Anglicarum. Voir M. Brossard-Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion.

22 M. Brossard -Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, p. 158. Bien entendu nos chroniqueurs cherchent également à flatter leur propre souverain.

23 V. 10 032 du Brut de Lawamon (composé entre 1180 et 1216).

24 M. Brossard -Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, p. 212-213.

25 On trouve la même histoire dans le Décaméron et La Manékyne de Philippe de Rémy (1230).

26 G. Chaucer, Les Contes de Canterbury, trad. A. Crépin, p. 159-160.

27 K. Brunner éd., Richard Coer de Lyon. Notre traduction.

28 Dans la réalité, les choses étaient différentes : après la fin de la longue ignorance des textes arabes, les hommes du xive siècle ont été très intéressés par les traités scientifiques. Chaucer, par exemple, a écrit un traité sur l’astrolabe adapté de Messahala (Traité sur l’Astolabe, dans les Œuvres complètes de Chaucer).

29 Éléments repris de J. Dor, « L’altérité de l’orientalisme de La Légende des femmes vertueuses de Chaucer », p. 65-78.

30 Il remonte à un récit grec (perdu) du iiie siècle de notre ère. Les versions en langue vernaculaire découlent d’une version latine du ve-vie siècle.

31 En réalité, l’épisode n’est pas une invention de l’auteur de Richard Coer de Lyon. Il provient d’une légende concernant un ancêtre de Richard, Fulk Nerra, comte d’Anjou. Giraud le Cambrien (1146-1223) fut le premier à associer Richard à la légende. Après avoir résumé cette dernière, Giraud ajoute : « Le roi Richard racontait souvent cette histoire, disant qu’il ne fallait pas s’étonner si, issus d’une telle origine, les fils ne cessaient de combattre leurs parents et de se combattre entre eux : en effet tous venaient du diable et retourneraient au diable. Comment une race porteuse de fruits ou de vertus aurait-elle pu naître d’une souche si totalement corrompue ? » M. Brossard -Dandré et G. Besson, Richard Cœur de Lion, p. 28. Voir B. B. Broughton, The Legends of King Richard I Cœur de Lion

32 A. Sancery, « Chaucer et les païens », p. 52.

33 J. Wycliff, De fide catholica, cité par P. Sénac, L’Occident médiéval face à l’islam. L’image de l’autre, p. 142.

34 A. Sancery, « Chaucer et les païens », p. 55.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search