Version classiqueVersion mobile

Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières

 | 
Philippe Audegean
, 
Christian Del Vento
, 
Pierre Musitelli
, 
et al.

III. Économie et gouvernement

« L’envie prompte et inquiète de se distinguer »

Beccaria et le luxe

Cecilia Carnino

Texte intégral

Le luxe dans le débat italien du xviiie siècle

  • 1 Voir I. Hont, « The Early Enlightenment Debate on Commerce and Luxury », dans The Cambridge Histor (...)
  • 2 Voir L. A. Muratori, Della pubblica felicità oggetto de buoni principi. Trattato, Lucques, s. n., (...)

1C’est vers le milieu du xviiie siècle que la question du luxe s’impose dans le débat italien, avec un temps de retard par rapport à l’Angleterre et à la France1. Il faut attendre la publication, en 1749, de La pubblica felicità de Ludovico Antonio Muratori, qui consacre un paragraphe à ce thème, puis surtout de Della moneta de Ferdinando Galiani, paru anonymement en 1751 et ancré dans le débat européen, pour que les auteurs italiens s’emparent de la question de l’utilité ou du caractère préjudiciable du luxe2. Religion, morale, philosophie, politique, réflexion sociale… : le thème du luxe se développe dans divers champs du savoir avant d’acquérir une place centrale dans le débat économique italien, comme cela avait été le cas ailleurs en Europe après la publication de La Fable des abeilles de Mandeville. De Ferdinando Galiani à Antonio Genovesi, de Pietro Verri à Cesare Beccaria, de Gaetano Filangieri à Giuseppe Maria Galanti, la réflexion sur le luxe mobilise en Italie les penseurs qui tentent de donner une formulation scientifique aux problèmes économiques.

2La réflexion sur ce thème leur offre ainsi une voie privilégiée pour entrer plus directement en contact avec la culture européenne, qui valorise résolument le luxe en tant que facteur de progrès social et de développement de la prospérité nationale, dans le sillage d’une nouvelle dynamique économique qui rend anachronique la conception traditionnelle et figée des besoins naturels. Hume, Melon, Montesquieu et surtout Forbonnais sont les principales références théoriques des auteurs italiens qui, en dépit de positions très diversifiées, proposent une interprétation pleinement positive du luxe.

  • 3 Voir Illuministi italiani, F. Venturi (éd.), Milan / Naples, Ricciardi, 1958-1965, 3 vol. ; J. Rob (...)

3La réflexion sur le luxe permet d’autre part aux écrivains italiens, qui étaient souvent des fonctionnaires et des administrateurs, d’élaborer un nouveau modèle de développement économique fondé sur les aspirations individuelles et sur l’utilité sociale de l’intérêt privé. Elle leur permet ainsi d’aborder des questions politiques cruciales, comme la circulation des richesses, la nécessité d’une plus grande mobilité sociale, la critique des hiérarchies économiques et sociales traditionnelles. Ainsi la question du luxe prend-elle place au cœur de la pensée politique réformiste du xviiie siècle : à partir du moment où le débat économique devient en Italie le principal langage à travers lequel se formulent une critique de la société et une aspiration au changement3, la valorisation du luxe dans le champ de l’économie favorise l’émergence d’un discours politique visant à réformer la société d’Ancien Régime et à remettre en cause les équilibres qui la régissent.

  • 4 Beccaria était reconnu de son vivant comme l’un des plus importants penseurs italiens ayant débatt (...)
  • 5 Cet article développe et approfondit certains points déjà abordés dans le chapitre 4 de mon livre (...)

4Dans cette perspective, les écrits de Beccaria sur le luxe, qui se distinguent par la complexité et la profondeur de leur analyse et qui ont des échos au niveau européen4, sont emblématiques de l’intrication, propre à la pensée réformatrice du marquis lombard, entre analyse économique et revendications politiques5.

Le luxe dans la théorie économique de Beccaria : stimuler le travail et encourager l’investissement agricole

  • 6 Voir [J.-F. Melon], Essai politique sur le commerce, s. l., s. n., 1736, p. 113.
  • 7 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 31, dans Edizione nazionale, III, p. 356.

5Après quelques réflexions importantes formulées en 1764 (puis augmentées en 1766) dans le § xxxii des Délits et des peines, Beccaria consacre au thème du luxe un chapitre de ses Elementi di economia pubblica (IV, 5), publication posthume qui réunit ses cours dispensés aux Écoles palatines de Milan à partir de 1769. Au terme d’un long développement sur le caractère indéfinissable de la notion de luxe, topos des écrits sur le sujet depuis la publication de l’Essai politique sur le commerce de Jean-François Melon6, Beccaria en vient à définir précisément le luxe comme « toute dépense que l’on fait pour que cesse la douleur, qui est une privation du plaisir »7.

  • 8 Sur l’utilitarisme de Beccaria, voir dans le présent volume la contribution de Gianni Francioni, « (...)
  • 9 Voir C.-A. Helvétius, De l’esprit [1758], Paris, Fayard, 1988, II, xxiv, p. 211 : « […] la douleur (...)
  • 10 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 31, dans Edizione nazionale, III, p. 358.

6Cette définition, qui se distingue nettement de celles de ses contemporains et se nourrit de considérations de nature philosophique et psychologique, prend appui sur la morale utilitariste élaborée dans Des délits et des peines, où le bonheur apparaît comme la finalité essentielle de l’agir humain et où la définition de la vertu et du vice dérive de l’utilité ou de la nocivité des comportements8. Dans le cadre de son analyse des plaisirs et des peines comme moteurs premiers de l’activité économique, Beccaria, influencé par l’empirisme matérialiste d’Helvétius9, envisage le luxe – directement corrélé aux efforts accomplis pour fuir la douleur – comme un puissant stimulant de l’activité et du travail. De la douleur dérivent en effet « l’amour des commodités et l’avidité des sensations agréables, qui flattent et caressent notre existence inactive ». De là naissent « l’envie prompte et inquiète de se distinguer et toutes les bagatelles de la vanité », identifiées avec le luxe, qui poussent les hommes à être « bienveillants et serviables »10.

  • 11 Voir B. de Mandeville, The Fable of the Bees or Private Vices, Publick Benefits, Londres, Roberts, (...)
  • 12 D. Hume, « Du raffinement dans les arts », dans Discours politiques, F. Grandjean (trad.), Mauvezi (...)

7L’insistance sur le lien entre luxe et travail n’a certes rien d’exceptionnel dans la pensée économique de l’époque. L’idée que le luxe soit un élément positif parce qu’il crée du travail en stimulant les dépenses croissantes des classes privilégiées, explicitement formulée par Beccaria dans la Prolusione prononcée le 9 janvier 1767 à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle chaire de sciences camérales, avait été développée par Mandeville dans La Fable des abeilles avant de connaître une large diffusion en Europe, notamment chez Melon, Forbonnais, Hume, Steuart et Genovesi11. Les Political Discourses de Hume ont ainsi profondément influencé la pensée de Beccaria, notamment pour la place accordée à l’analyse psychologique. Dans le deuxième discours, intitulé Of Luxury, republié en 1758 sous le titre Of Refinement in the Arts, le philosophe écossais, qui voit dans le luxe le signe d’un raffinement des sens, envisage tous les plaisirs (y compris le luxe) comme une récompense et une gratification du travail : « Aux époques où l’industrie et les arts sont florissants, les hommes sont pris dans une occupation perpétuelle, et la récompense qu’ils goûtent, autant que les plaisirs qui sont les fruits de leur labeur, est cette occupation elle-même. »12 Beccaria approfondit cette réflexion en s’intéressant aux mobiles psychologiques qui incitent les individus à dépenser et à créer ainsi de nouvelles activités :

  • 13 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 35, dans Edizione nazionale, III, p. 362.

La richesse des États ne naît véritablement que des efforts des individus ; or il faut rétribuer ces efforts ; mais les hommes ne consentent à cette rétribution que si elle leur procure un moyen de jouir de ce qui leur donne une plus grande satisfaction. De plus, l’homme ne consent aux efforts qu’en proportion de l’utilité immédiate qu’il espère en retirer ; or, l’utilité de ces efforts est déterminée par les dépenses des riches, c’est-à-dire par ceux qui possèdent plus que ce qui leur est physiquement nécessaire.13

8Un lien explicite entre travail et richesse se dessine ainsi dans la théorie économique naissante, animée dans la seconde moitié du xviiie siècle par la conviction que c’est le travail et non l’échange qui crée la valeur et la richesse. Dans le même temps, Beccaria n’affirme pas simplement que les dépenses liées au luxe font vivre les pauvres : quelques années avant l’analyse de Smith sur les incitations au travail, il considère le luxe, les élans et les passions comme des éléments positifs de la vie économique et sociale. Faisant de l’utilité le fondement de la morale et de la quête du bonheur et de la satisfaction le ressort de l’action vertueuse, il esquisse le modèle d’une société où toutes les passions, et non pas seulement celles d’un cercle social restreint, sont justifiées et considérées comme la base du développement économique.

  • 14 Voir C. Carnino, Lusso e benessere nell’Italia del Settecento, op. cit., p. 88-96.
  • 15 Sur la théorie de la valeur chez Beccaria, voir T. W. Hutchison, Before Adam Smith. The Emergence (...)
  • 16 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, i, 2, dans Edizione nazionale, III, p. 307.
  • 17 Voir ibid., p. 304-305.
  • 18 Voir P. L. Porta, « Le lezioni di economia di Cesare Beccaria », dans Cesare Beccaria tra Milano e (...)
  • 19 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, I, i, 17, dans Edizione nazionale, III, p. 110.
  • 20 Ibid., p. 109.
  • 21 Ibid., III, i, 3, p. 259.
  • 22 Ibid., IV, v, 32, p. 358.

9S’il était déjà largement admis à Milan que le luxe stimulait efficacement l’ardeur au travail14, Beccaria approfondit toutefois cette analyse en l’associant étroitement à une réflexion sur la valeur. Pour l’économiste milanais, la valeur dépend de l’« utilité » et de la « rareté »15. De cette prémisse, il déduit un théorème selon lequel « la valeur d’une chose diminue avec l’accroissement du nombre des vendeurs » et croît « avec l’augmentation du nombre des acheteurs »16. L’analyse des coûts de production, dont dépend la compétitivité du système économique, devient alors fondamentale17. Cette conception dynamique de la concurrence et la conviction que l’économie lombarde doit diminuer les coûts de production en augmentant la productivité du travail pour être compétitive sur le plan international18 conduisent Beccaria à insister notamment sur la nécessité de stimuler « la plus grande proportion possible de travail utile »19 : tel est pour lui le « principe fondateur de toute l’économie politique »20. Cependant, ce n’est plus la catégorie des biens de luxe qui occupe le cœur du mécanisme poussant à accroître « l’effort et le travail », mais celle des « biens de commodité », c’est-à-dire le type de biens le plus répandu dans la société. Ces « biens de commodité » se trouvent en effet davantage « à la portée des classes inférieures » et peuvent par là même stimuler « l’industrie »21. Selon Beccaria, l’utilité politique doit conduire à privilégier non pas le « luxe d’actions, c’est-à-dire moral et politique », qui consiste en services à la personne, mais le « luxe économique », qui consiste en produits de marché, en raison de ses effets indirects, au premier rang desquels figure l’accroissement de la population22.

10Outre ce rôle fondamental consistant à stimuler l’ardeur au travail, Beccaria attribue au luxe une autre fonction essentielle : dans son modèle économique, la diffusion du luxe doit également permettre de résorber le surcroît de main-d’œuvre du secteur agricole et la rendre productive afin de relancer l’économie lombarde.

  • 23 Voir F. Venturi, Settecento riformatore, V. L’Italia dei Lumi (1746-1790), 1. La rivoluzione di Co (...)
  • 24 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, I, ii, 21-22, dans Edizione nazionale, III, p. 11 (...)

11Accordant une importance centrale au secteur primaire – qu’il ne met en évidence, en partie sous l’influence de la pensée physiocratique, qu’à partir des Elementi di economia pubblica, alors qu’il avait souligné dans sa Prolusione l’apport essentiel de l’industrie23 –, Beccaria estime qu’il est possible de tirer des profits suffisants de l’agriculture en réduisant le coût du travail ou en augmentant la productivité. Les spécificités du commerce international et l’exigence sans cesse plus forte d’améliorer la compétitivité imposent cependant d’écarter la première solution et de miser sur un accroissement de la productivité. Ce choix s’accompagne d’une diminution des besoins en main-d’œuvre, qui se trouve cependant compensée par la création de nouveaux emplois dans le secteur des manufactures de luxe. Le luxe, en absorbant la main-d’œuvre excédentaire du secteur agricole, favorise ainsi la croissance de la population ou l’expansion de nouvelles manufactures, ce qui, dans un cas comme dans l’autre, contribue à améliorer la production agricole, selon le postulat d’une étroite complémentarité entre agriculture et industrie24.

  • 25 Voir M. Albertone, C. Carnino, « “Lusso d’ostentazione” e “lusso di comodo”. Tra economia e politi (...)
  • 26 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, III, iii, 28, dans Edizione nazionale, III, p. 290.
  • 27 Voir P. Verri, « Elementi del commercio » [1764], dans Il Caffè (1764-1766), G. Francioni, S. Roma (...)
  • 28 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 35, dans Edizione nazionale, III, p. 362.
  • 29 Voir A. Moioli, « L’economia lombarda verso la maturità dell’equilibrio agricolo-commerciale duran (...)

12La réflexion de Beccaria sur le lien entre luxe et travail permet donc de constater l’attention particulière qu’il accorde aux retombées de l’expansion du luxe sur le secteur agricole, ainsi que son intérêt plus spécifique pour la relation entre luxe et agriculture et pour une évaluation des effets du luxe sur les dépenses des propriétaires terriens, désormais placés au cœur de l’économie25. Dans le chapitre 3 de la troisième partie des Elementi di economia pubblica, intitulé « Della preferenza e distribuzione delle diverse arti e manifatture » (« De la préférence et de la distribution des différents arts et manufactures »), Beccaria souligne en outre clairement la nécessité de préférer le luxe des propriétaires terriens, défini comme plus utile « car fondé sur une reproduction limitée, constante et périodique », au « luxe des manufacturiers et des commerçants », qui conduit le plus souvent à un « anéantissement » de la richesse26. C’est dans cette perspective qu’il faut signaler une autre fonction économique fondamentale que Beccaria attribue au luxe. Reprenant un thème abordé quelques années plus tôt par Pietro Verri dans les « Elementi del commercio », où l’accroissement des rendements du secteur agricole était interprété comme la principale conséquence de la diffusion du luxe dans l’ensemble de la société27, Beccaria considère le luxe comme l’une des principales sources d’encouragement qui poussent les propriétaires fonciers à investir pour tirer des profits leur permettant d’acheter de nouveaux biens de luxe. Il en tire une critique sévère des lois somptuaires et de leurs effets néfastes en matière agricole, dans la mesure où les propriétaires, privés de la possibilité de « reconvertir » les profits tirés de l’agriculture, renoncent alors à leurs projets d’investissements28. Beccaria parvient de la sorte à établir un lien de causalité directe entre les dépenses de la classe stérile et l’augmentation des investissements agricoles, dans un contexte où les problèmes liés au développement de l’agriculture tendent à acquérir une place centrale dans le débat sur les réformes économiques, dès lors qu’il devient acquis que ce développement est la condition nécessaire du renforcement de l’économie nationale et l’unique solution pour soutenir la relance des industries et du commerce29.

Les implications politiques du luxe : distribution des richesses et critique de l’aristocratie héréditaire

13Le thème du luxe revêt également une importance centrale dans la pensée politique de Beccaria. À partir de son analyse économique, ce dernier bâtit en effet un discours politique complexe qui, d’une part, revendique une plus juste distribution des richesses et qui, d’autre part, formule de vives critiques contre la société d’Ancien Régime, assorties de propositions de réforme de l’aristocratie héréditaire, en établissant une distinction entre luxe positif et luxe négatif, ou plus précisément entre « luxe de commodité » et « luxe d’ostentation ». La convergence entre économie et politique s’en trouve ainsi renforcée.

  • 30 Voir A. Burgio, « Entre droit et politique », dans Figures italiennes de la rationalité, C. Menass (...)
  • 31 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxxii, p. 261.
  • 32 Ibid., p. 259.

14Dans Des délits et des peines – où l’idéal du « bonheur le plus grand partagé par le plus grand nombre » était lié à l’objectif d’une égalisation progressive des conditions30 –, Beccaria appréhendait déjà le luxe comme l’instrument d’une meilleure circulation des richesses. Quoiqu’il ait le grave inconvénient de « commence[r] dans un petit nombre et se termine[r] dans un petit nombre »31, le luxe constitue en effet, dans les sociétés sclérosées par les privilèges, « un remède nécessaire à l’inégalité, qui croît avec les progrès d’une nation, puisque sans lui les richesses se concentreraient en une seule main »32.

  • 33 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, III, i, 3, dans Edizione nazionale, III, p. 260.
  • 34 Voir J.-F. Melon, Essai politique sur le commerce, op. cit., p. 123-124 ; [L.-J. Plumard de Dangeu (...)
  • 35 Voir C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », dans Cesare Beccaria. La pratica dei lumi, op (...)

15Beccaria approfondit sa réflexion dans les Elementi di economia en discernant à nouveau dans le luxe, c’est-à-dire dans les dépenses en biens d’ostentation de la part des groupes sociaux privilégiés, un antidote au partage trop inégal des richesses : l’industrie du luxe constitue « un supplément et un correctif aux mauvaises lois, qui concentrent tous les biens entre peu de mains et laissent les autres dans la misère et le besoin de toute chose »33. Cependant, l’économiste lombard ne se contente pas de mettre simplement l’accent sur la façon dont le luxe, par l’entremise des dépenses des plus fortunés, favorise la circulation des richesses, thème déjà abordé par Melon dans son Essai politique puis reformulé par Plumard de Dangeul dans ses Remarques sur les avantages et les désavantages de la France et de la Grande-Bretagne ainsi que par Helvétius dans De l’esprit34. Il aborde en effet plus directement le problème des inégalités entre individus, ainsi que la question de la propriété qui est alors au cœur du débat en Lombardie. C’est justement au cours des années 1760-1770 que la discussion autour de la primogéniture et des fidéicommis, qui avait connu son apogée à l’époque de Muratori et de Pompeo Neri, irrigue le débat sur les testaments et, de façon plus générale, la réflexion naissante sur la propriété privée et sur la nécessité d’aplanir tout ce qui fait encore obstacle, en Lombardie, à une plus grande mobilité économique35.

  • 36 Voir Montesquieu, L’Esprit des lois, R. Derathé (éd.), Paris, Classiques Garnier, vol. 1, 2011, VI (...)
  • 37 Voir P. Audegean, La Philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir produire, Paris, (...)
  • 38 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 32-33, dans Edizione nazionale, III, p. 356-359

16Fondées sur l’institution de la propriété privée, les monarchies modernes restent caractérisées, aux yeux de Beccaria, par l’inégalité économique, dont le luxe offre la preuve la plus évidente. Toutefois, comme l’avait remarqué Montesquieu dans L’Esprit des lois36, puis Helvétius dans L’Esprit, le luxe, qui augmente en proportion du partage inégal des richesses, n’est pas la cause de cette excessive disparité des conditions, mais sa conséquence. L’économiste lombard retient également de l’ouvrage d’Helvétius le lien explicite entre la question du luxe et celle de la propriété agraire. Mais, à l’inverse de ce dernier, selon lequel l’extrême concentration des terres aux mains d’un petit nombre liée à une forte augmentation du luxe doit conduire à l’irrémédiable décadence des campagnes et à l’accroissement des inégalités entre les individus, Beccaria voit dans le luxe un puissant facteur de redistribution des terres et des richesses, selon le postulat de l’aspiration naturelle des hommes au bien-être individuel. Mais ce qui doit permettre cette redistribution, ce ne sont pas tant les dépenses des couches privilégiées que les pertes de propriété provoquées par l’excès des dépenses de luxe au regard du patrimoine disponible. Beccaria fait ici référence aux « grandes familles » qui concentraient les terres et les richesses et dilapidaient leur fortune en biens de luxe sans investir dans la terre : la « ruine » de ces familles devait amorcer un processus de circulation de la propriété. Une plus juste distribution de la propriété – sans rien d’extrême toutefois – entraîne ainsi une diminution bénéfique du luxe, dès lors qu’on le considère comme directement proportionnel à la richesse37, et elle doit surtout se traduire par un accroissement des investissements fonciers. De cette façon, non seulement la « valeur » de la production augmentera, mais elle s’accompagnera d’un nivellement des conditions38.

  • 39 Voir C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », op. cit. ; R. Pasta, « Per una rilettura de I (...)

17Entre le luxe et la distribution de la propriété s’établit ainsi une relation à double sens : le luxe contribue à une meilleure distribution de la propriété et donc des richesses, tandis que cette dernière garantit en retour une contraction du luxe. La réflexion s’oriente ainsi vers une critique plus large de la concentration de la propriété, expression même des particularismes et des privilèges contre lesquels se mobilise l’action des rédacteurs du périodique Il Caffè et qui apparaissent, dans la Lombardie des années 1760, comme un frein puissant au développement économique et à l’instauration d’une plus grande justice sociale39. On voit ainsi émerger, dans le débat économique autour de la question du luxe, un langage politique particulièrement bien structuré qui ne se borne pas à la revendication un peu vague d’une plus grande circulation des richesses, mais élabore une réflexion plus radicale sur la concentration de la propriété, dans un contexte où l’on prend conscience du nivellement que peut entraîner la consommation des produits de luxe.

  • 40 Voir Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxiv, p. 217.
  • 41 Voir Montesquieu, L’Esprit des lois, op. cit., VII, 5, p. 110-111.
  • 42 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxxii, p. 261.

18On trouve aussi, en marge de cette approche globalement positive du luxe perçu comme l’instrument d’une meilleure distribution de la propriété et des richesses et comme la manifestation du bien-être personnel fondé sur la consommation des biens du marché, l’idée d’un luxe improductif lié à l’ostentation et servant à justifier la domination sociale. Dans Des délits et des peines, après avoir rapidement évoqué ce sujet dans le paragraphe consacré aux oisifs40, Beccaria détaille l’opposition entre luxe positif et luxe négatif dans le § xxxii sur le suicide. Il y établit une distinction fondamentale entre « luxe d’ostentation » et « luxe de commodité », au sein d’un discours plus complexe sur la population et le despotisme fortement influencé par le livre VII de L’Esprit des lois41. Les pays où les hommes sont rares et où l’industrie est moindre sont pour Beccaria caractérisés par le « luxe d’ostentation », tout à la fois conséquence et instrument du despotisme. Ce luxe, qui consiste principalement en « révérences », « services », « marques de distinction » et de « soumission », autrement dit fondé sur les symboles de la magnificence et non sur les biens du marché, augmente « l’opinion de dépendance » du « fort » sur le « faible »42. En revanche, dans les pays fortement peuplés, c’est-à-dire pour lui dans les monarchies modernes, se développe un luxe « de commodité » fondé sur les biens du marché et capable de s’opposer au despotisme.

  • 43 Voir D. Roche, Histoire des choses banales : naissance de la consommation dans les sociétés tradit (...)
  • 44 [F. Véron de Forbonnais], Considérations sur les finances d’Espagne, Dresde, s. n., 1753, p. 44 et (...)
  • 45 F. Véron de Forbonnais, « Commerce », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des (...)

19On peut discerner un écho de l’analyse de Forbonnais dans cette distinction qui, du point de vue terminologique et conceptuel, est formulée de façon originale et précoce dans Des délits et des peines – distinction souvent citée aujourd’hui dans le débat historiographique pour mettre en évidence la rupture qui, avec l’apparition d’une nouvelle sensibilité et de nouveaux idéaux, se manifeste au tournant des années 1760 et 1770 dans la pensée du luxe43. Dans ses Considérations sur les finances d’Espagne, l’économiste français estime en effet que le luxe positif, issu d’un développement économique progressif, découle des activités productives et qu’il peut circuler dans la société. Plus tard, dans ses Éléments du commerce, il opère une distinction entre « commodités » et « luxe »44 qui développe des idées exposées en 1753 dans l’article « Commerce » de l’Encyclopédie, où il avait postulé une première distinction fondamentale entre commodité et luxe, ce dernier étant défini comme « une suite de la comparaison des commodités superflues dont jouissent quelques particuliers »45.

  • 46 Voir Correspondance littéraire, philosophique et critique adressée à un souverain d’Allemagne […] (...)
  • 47 [J.-F. de Saint-Lambert], Essai sur le luxe, s. l., s. n., 1764, p. 64. L’article « Luxe » de l’En (...)
  • 48 La distinction entre « luxe de commodité » et « luxe d’ostentation » est reprise par exemple par P (...)

20D’un côté, Beccaria choisit ainsi de se situer dans le cadre théorique fixé par Forbonnais. De l’autre, il va cependant au-delà de la réflexion de l’économiste français – et dépasse également la pensée de ceux qui, de Voltaire à Diderot, s’étaient bornés à distinguer de façon très générale un luxe positif et un luxe négatif – en explicitant parfaitement la signification et l’opposition du luxe de « commodité » et du luxe « d’ostentation ». Quelques mois avant la parution des Délits et des peines, dans son Essai sur le luxe – commenté avec sévérité dès mars 1764 par la Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et Diderot46 –, Saint-Lambert avait distingué trois genres de luxe : le luxe de « représentation », le luxe de « commodité » et le luxe de « fantaisie »47. Mais alors que ce dernier se contentait d’énumérer les différents genres de luxe, Beccaria jette au contraire les bases d’une analyse qui allait connaître une large diffusion48, notamment grâce à la traduction française de son ouvrage par Morellet.

  • 49 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxiv, p. 217.
  • 50 A. Longo, « Osservazioni su i fedecommessi », dans Il Caffè (1764-1766), op. cit., p. 115-132, tra (...)

21La valeur de sa contribution tient à la formulation du problème du luxe en termes politiques. Beccaria établit en effet une relation explicite entre le luxe d’ostentation (négatif) et la noblesse traditionnelle, « qui ne contribue à la société ni par le travail, ni par la richesse »49 et qui fait un usage improductif de ses ressources, puisqu’elle se contente d’exhiber sa richesse en fonction de son degré de distinction sociale, ce qui est cause de stagnation économique. Cette critique de la noblesse traditionnelle fait écho aux attaques lancées dans les pages du Caffè en cette même année 1764 par Alfonso Longo, dans son article contre les fidéicommis50, au moment où les rédacteurs du périodique mettent au point un vaste projet de réforme de la noblesse. La cible de cette invective, dans laquelle il faut lire un refus plus général des modèles culturels et comportementaux des générations passées, non moins qu’une lutte concrète contre les institutions juridiques destinées à garantir et à protéger la propriété nobiliaire, est une élite sociale bien précise – une élite dont on attend qu’elle soit moins oisive, plus cultivée, plus soucieuse de l’intérêt général, selon un programme de relégitimation des classes dirigeantes fondé sur leurs compétences et leur utilité sociale.

  • 51 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 33, dans Edizione nazionale, III, p. 359.

22La portée politique de la critique du luxe est plus explicite encore dans les Elementi di economia pubblica. Par « luxe d’ostentation », Beccaria entend ici les services à la personne tels que l’emploi de domestiques, tandis que le « luxe de commodité » désigne la consommation « productive » et « opérative » des biens du marché. Or, il ne reconnaît de véritable utilité économique qu’à cette seconde forme, fondée sur la production de biens destinés « à la commodité et à l’usage de tous » et importante pour ses effets indirects sur la population51. La dénonciation de la noblesse traditionnelle par l’entremise de la critique du « luxe d’ostentation » s’associe à la mise au point d’un langage efficace pour légitimer un nouveau « type » de propriétaire au regard de son utilité publique, après que la réforme des réglementations municipales et provinciales promue par Pompeo Neri en 1755 avait mis en lumière un lien nouveau entre capacité d’initiative économique et responsabilités politiques et administratives. Beccaria établit en effet une corrélation directe entre le luxe positif (« luxe de commodité ») et le propriétaire terrien qui, actif dans la gestion de son domaine, est capable d’investir dans des terres pour dégager un bénéfice destiné à lui procurer bien-être et plaisir individuel, en opposition avec le propriétaire absentéiste qui dilapide sa rente en luxe de pure ostentation.

23Pensée philosophique et raisonnement économique se trouvent ainsi étroitement associés dans une éthique eudémoniste et hédoniste qui hérite de l’empirisme de Condillac. Besoins, désirs et aspiration à une vie meilleure sont les éléments moteurs du développement économique, fruit au premier chef des investissements réalisés dans le secteur agricole. L’accent n’est pas mis sur l’assouvissement des désirs en tant que tel, mais sur le processus créatif et dynamique qui engage l’individu à acquérir les biens qu’il désire. Dans le cadre d’une pensée qui attribue à la vertu un contenu strictement utilitaire, l’aspiration au bonheur et au bien-être individuel constitue la base du développement économique de la société, par le jeu d’un élan mécanique qui, poussant l’individu à réaliser ses désirs grâce à la créativité et au travail, est capable par là même de concilier intérêt personnel et bonheur public. Dans cette perspective, le dynamisme économique d’une nouvelle classe de propriétaires, stimulés par le désir de se procurer plaisir et bien-être et enclins à créer du travail et à développer la production nationale, fait contrepoids aux dommages provoqués par les groupes nobiliaires inactifs qui restent persuadés que leur richesse sera préservée par les institutions garantes de la propriété, selon un schéma de pensée propre à la noblesse traditionnelle.

24La réflexion de Beccaria revêt ainsi une dimension politique complexe, dont il convient d’examiner les spécificités et les multiples nuances, non moins que les liens qu’elle entretient avec les revendications politiques et sociales de l’Académie des Coups de poing. Cette forte dimension politique permet en outre de souligner la façon dont le thème du luxe offre un biais nouveau pour étudier la culture économique, politique et philosophique de Beccaria. En effet, non seulement sa réflexion sur le luxe propose un éclairage nouveau sur sa théorie économique, mais elle permet aussi de cerner l’apport du débat italien à la pensée européenne et de comprendre également la façon dont il fait de cette question économique le vecteur d’une critique radicale des équilibres de la société d’Ancien Régime. Ce thème permet enfin de retracer, dans une perspective particulière, les diverses influences et traditions (italiennes et européennes) qui irriguent sa réflexion et informent sa conceptualisation, pour faire émerger certains traits spécifiques de sa pensée et mieux comprendre l’interaction entre ses diverses composantes, économiques, politiques, sociales et philosophiques.

Notes

1 Voir I. Hont, « The Early Enlightenment Debate on Commerce and Luxury », dans The Cambridge History of Eighteenth-century Political Thought, M. Goldie, R. Wokler (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, vol. 1, 2006, p. 379-418.

2 Voir L. A. Muratori, Della pubblica felicità oggetto de buoni principi. Trattato, Lucques, s. n., 1749, p. 267 ; [F. Galiani], Della moneta libri cinque, Naples, Raimondi, 1750 [1751].

3 Voir Illuministi italiani, F. Venturi (éd.), Milan / Naples, Ricciardi, 1958-1965, 3 vol. ; J. Robertson, The Case for the Enlightenment : Scotland and Naples 1680-1760, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

4 Beccaria était reconnu de son vivant comme l’un des plus importants penseurs italiens ayant débattu de la question du luxe. Voir par exemple la lettre que lui adressa en 1771 Domenico Ciaraldi, l’un des grands noms de la culture religieuse napolitaine, auteur en 1769 d’une Dissertazione morale politica sul problema del lusso, dans laquelle il se proposait de « réfléchir […] à cet intéressant problème de savoir si le luxe est profitable ou nuisible aux sociétés civiles » (D. Ciaraldi, lettre à C. Beccaria, 26 février 1771, dans Edizione nazionale, V, p. 240-241).

5 Cet article développe et approfondit certains points déjà abordés dans le chapitre 4 de mon livre Lusso e benessere nell’Italia del Settecento, Milan, FrancoAngeli, 2014.

6 Voir [J.-F. Melon], Essai politique sur le commerce, s. l., s. n., 1736, p. 113.

7 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 31, dans Edizione nazionale, III, p. 356.

8 Sur l’utilitarisme de Beccaria, voir dans le présent volume la contribution de Gianni Francioni, « Beccaria, philosophe utilitariste ».

9 Voir C.-A. Helvétius, De l’esprit [1758], Paris, Fayard, 1988, II, xxiv, p. 211 : « […] la douleur et le plaisir sont les seuls moteurs de l’univers moral […]. » Beccaria reconnaît explicitement sa dette à l’égard de l’ouvrage d’Helvétius dans sa célèbre lettre à André Morellet du 26 janvier 1766, dans Edizione nazionale, IV, p. 222.

10 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 31, dans Edizione nazionale, III, p. 358.

11 Voir B. de Mandeville, The Fable of the Bees or Private Vices, Publick Benefits, Londres, Roberts, 1723, p. 108 ; J.-F. Melon, Essai politique, op. cit., p. 123-124 ; [F. Véron de Forbonnais], Élémens du commerce, Paris, Briasson, vol. 2, 1754, p. 293 ; J. Steuart, An Inquiry into the Principles of Political Oeconomy [1770], Chicago, University of Chicago Press, 1966, p. 318 ; A. Genovesi, Elementi del commercio [1757-1758], dans Delle lezioni di commercio, o sia di economia civile con Elementi del commercio, M. L. Perna (éd.), Naples, Istituto Italiano per gli Studi Filosofici, 2005, p. 98.

12 D. Hume, « Du raffinement dans les arts », dans Discours politiques, F. Grandjean (trad.), Mauvezin, TER, 1993, p. 25.

13 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 35, dans Edizione nazionale, III, p. 362.

14 Voir C. Carnino, Lusso e benessere nell’Italia del Settecento, op. cit., p. 88-96.

15 Sur la théorie de la valeur chez Beccaria, voir T. W. Hutchison, Before Adam Smith. The Emergence of Political Economy 1662-1776, Oxford, Blackwell, 1988, p. 300 et suiv.

16 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, i, 2, dans Edizione nazionale, III, p. 307.

17 Voir ibid., p. 304-305.

18 Voir P. L. Porta, « Le lezioni di economia di Cesare Beccaria », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, op. cit., p. 356-370. Sur la théorie économique de Beccaria, voir également R. Scazzieri, « L’illuminismo delle riforme civili : divisione del lavoro, commercio, produzione e ricchezza », dans L’illuminismo delle riforme civili : il contributo degli economisti lombardi, P. L. Porta, R. Scazzieri (éd.), Milan, Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, 2014, p. 13-38.

19 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, I, i, 17, dans Edizione nazionale, III, p. 110.

20 Ibid., p. 109.

21 Ibid., III, i, 3, p. 259.

22 Ibid., IV, v, 32, p. 358.

23 Voir F. Venturi, Settecento riformatore, V. L’Italia dei Lumi (1746-1790), 1. La rivoluzione di Corsica. Le grandi carestie degli anni sessanta. La Lombardia delle riforme, Turin, Einaudi, 1987, p. 469.

24 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, I, ii, 21-22, dans Edizione nazionale, III, p. 112-113.

25 Voir M. Albertone, C. Carnino, « “Lusso d’ostentazione” e “lusso di comodo”. Tra economia e politica : un linguaggio di riforma della società nella Milano del Caffè », dans L’illuminismo delle riforme civili, op. cit., p. 69-105.

26 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, III, iii, 28, dans Edizione nazionale, III, p. 290.

27 Voir P. Verri, « Elementi del commercio » [1764], dans Il Caffè (1764-1766), G. Francioni, S. Romagnoli (éd.), Turin, Bollati Boringhieri, 1993, p. 33-36.

28 Voir C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 35, dans Edizione nazionale, III, p. 362.

29 Voir A. Moioli, « L’economia lombarda verso la maturità dell’equilibrio agricolo-commerciale durante l’età delle riforme », dans Cesare Beccaria tra Milano e l’Europa, op. cit., p. 329-355.

30 Voir A. Burgio, « Entre droit et politique », dans Figures italiennes de la rationalité, C. Menasseyre, A. Tosel (éd.), Paris, Kimé, 1997, p. 375-395 ; « L’idea di uguaglianza tra diritto e politica nel Dei delitti e delle pene », dans Cesare Beccaria. La pratica dei lumi, V. Ferrone, G. Francioni (éd.), Florence, Olschki, 2000, p. 79-98.

31 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxxii, p. 261.

32 Ibid., p. 259.

33 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, III, i, 3, dans Edizione nazionale, III, p. 260.

34 Voir J.-F. Melon, Essai politique sur le commerce, op. cit., p. 123-124 ; [L.-J. Plumard de Dangeul], Remarques sur les avantages et les désavantages de la France et de la Grande-Bretagne, Amsterdam, Changuion, 1754, p. 52-53 ; C.-A. Helvétius, De l’esprit, op. cit., I, iii, p. 31-32.

35 Voir C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », dans Cesare Beccaria. La pratica dei lumi, op. cit., p. 63-78.

36 Voir Montesquieu, L’Esprit des lois, R. Derathé (éd.), Paris, Classiques Garnier, vol. 1, 2011, VII, 1, p. 105.

37 Voir P. Audegean, La Philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir produire, Paris, Vrin, 2010, p. 236.

38 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 32-33, dans Edizione nazionale, III, p. 356-359.

39 Voir C. Capra, « Il gruppo del Caffè e le riforme », op. cit. ; R. Pasta, « Per una rilettura de Il Caffè (1764-1766) », Rivista storica italiana, CXII (1995), p. 840-874.

40 Voir Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxiv, p. 217.

41 Voir Montesquieu, L’Esprit des lois, op. cit., VII, 5, p. 110-111.

42 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxxii, p. 261.

43 Voir D. Roche, Histoire des choses banales : naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (xviie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1997 ; P. Perrot, Le Luxe. Une richesse entre faste et confort. xviiie-xixe siècle, Paris, Seuil, 1995.

44 [F. Véron de Forbonnais], Considérations sur les finances d’Espagne, Dresde, s. n., 1753, p. 44 et 171-172 ; Élémens du commerce, op. cit., t. II, p. 300.

45 F. Véron de Forbonnais, « Commerce », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, D’Alembert, D. Diderot (éd.), Paris, Briasson, vol. 3, 1755, p. 696. L’analyse de Forbonnais marque une rupture dans la réflexion sur le luxe. Jusqu’alors prévalait en effet l’idée d’une continuité entre la notion de luxe et celle de commodité, associées et souvent confondues dans la description de l’évolution historique des besoins. Voir A. Goudar, Les Intérêts de la France mal entendus, dans les branches de l’agriculture, de la population, des finances, du commerce, de la marine, et de l’industrie, Amsterdam, J. Schreuder et P. Mortier le jeune, 1756, p. 228 ; G.-F. Coyer, Bagatelles morales et dissertations, Londres, Knoch et Eslinger, 1759 ; H. Lacombe de Prezel, Les Progrès du commerce, Amsterdam, Lottin, 1760, p. 184.

46 Voir Correspondance littéraire, philosophique et critique adressée à un souverain d’Allemagne […] par le baron de Grimm et par Diderot, Paris, Michaud-Chéron, vol. 4, 1813, I, p. 51-52.

47 [J.-F. de Saint-Lambert], Essai sur le luxe, s. l., s. n., 1764, p. 64. L’article « Luxe » de l’Encyclopédie, qui reprend en grande partie l’Essai de 1764, permet néanmoins à la pensée de Saint-Lambert de connaître une certaine diffusion en Europe (voir J.-F. de Saint-Lambert, « Luxe », dans Encyclopédie, op. cit., vol. 9, 1765, p. 763-771). La notion de « luxe de commodités » est ensuite reprise par Condillac en 1776 dans Le Commerce et le Gouvernement, où elle est mise en relation avec le « luxe de magnificence » et le « luxe de frivolités » (voir É. Bonnot de Condillac, Le Commerce et le Gouvernement, considérés relativement l’un à l’autre, Amsterdam, Jombert et Cellot, 1776, p. 307).

48 La distinction entre « luxe de commodité » et « luxe d’ostentation » est reprise par exemple par Pietro Verri dans ses Meditazioni sulla economia politica de 1771 : voir Della economia politica, dans Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, III. I « Discorsi » e altri scritti degli anni settanta, G. Panizza (éd.), Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2004, § vi, p. 318.

49 Des délits et des peines (Audegean, 2009), § xxiv, p. 217.

50 A. Longo, « Osservazioni su i fedecommessi », dans Il Caffè (1764-1766), op. cit., p. 115-132, traduction partielle, « Observations sur les fidéicommis », dans Le Café. 1764-1766, R. Abbrugiati (éd.), Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1997, p. 211-216.

51 C. Beccaria, Elementi di economia pubblica, IV, v, 33, dans Edizione nazionale, III, p. 359.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search