Version classiqueVersion mobile

La République et ses autres

 | 
Sarah Mazouz

Annexes

Discours 2

Discours de Mme Martine Aubry aux Assises de la citoyenneté et de la lutte contre les discriminations

18 mars 2000

Note de l’auteur

Source : [http://vie-publique.fr/documents-vp/aubry18032000.shtml], consulté le 9 janvier 2017.

Texte intégral

1Je suis très heureuse de vous accueillir, toutes et tous, aujourd’hui aux Assises de la citoyenneté et de la lutte contre les discriminations. 
Beaucoup d’entre vous sont venus de loin, de la France tout entière, pour participer à cette journée, que vous devez concevoir d’abord comme la vôtre.

2Nous sommes, en effet, réunis ici pour engager un dialogue franc et sans tabous. Tout au long de la journée, vous allez débattre et réfléchir dans plusieurs ateliers. Je vous encourage dès maintenant à témoigner, à dénoncer, à critiquer et bien sûr à proposer pour que cette journée nous permette, ensemble, de faire un bond décisif en avant.

3Ne laissez pas le décor et l’environnement forcément un peu solennels de cette salle vous inhiber. Et souvenez-vous que l’Arche de la Défense est l’arche de la fraternité. Alors à défaut d’être inspiré par les murs, laissez-vous inspirer par le sens qu’a voulu donner l’architecte à ce monument magnifique.

4Vous incarnez aujourd’hui l’avenir de notre pays. Vous êtes la France de ce début de xxie siècle. Cet avenir, il vous revient d’en dessiner les contours, d’en construire, dans le cadre de la République, les fondations, de lui donner un sens et non de subir demain ce que d’autres en feraient à votre place.

5Cette journée est là pour que nous affirmions ensemble notre détermination, notre choix et notre volonté de donner à la citoyenneté un sens concret et à vos droits une réalité effective.

6La citoyenneté aujourd’hui ne peut pas être réduite à une conception étroite et dépassée de l’intégration. On confond encore trop souvent intégration et assimilation. Être citoyen, ce n’est pourtant pas cela. Ce n’est ni se renier, ni rejeter son origine, sa culture, ses différences. Appartenir à la République française ne peut, ni ne doit signifier l’oubli du passé, la négation du patrimoine culturel dont vous héritez de vos parents, de votre entourage ou parfois d’un pays d’origine.

7Non, être citoyen, c’est adhérer à un socle de valeurs communes et c’est respecter les droits et les devoirs qui structurent et équilibrent la société dans laquelle on vit.

8Cela n’implique donc pas de renoncer à des pans entiers de son identité. Appartenir à une collectivité, respecter ses valeurs et ses règles de vie n’interdit pas les spécificités, les différences, les itinéraires personnels.

9La diversité est une richesse : notre pays s’est historiquement façonné par additions successives de générations d’hommes et de femmes aux origines multiples. Et je suis convaincue que la France n’est jamais aussi forte et respectée que lorsqu’elle permet à chacun d’apporter sa contribution, d’ajouter sa pierre personnelle à notre patrimoine culturel commun.

10D’ailleurs je ne suis pas sûre que le problème fondamental dont nous ayons à parler ensemble soit celui de l’intégration. Regardons notre société telle qu’elle est, et non à travers le prisme des fantasmes et des préjugés.

11Qui fait la mode dans notre pays ? Qui est à l’origine du plus puissant mouvement culturel et musical de ces dernières années en France – je pense au mouvement hip-hop ? Qui produit des modèles culturels qui influencent la jeunesse et la société française tout entières ? Ce sont tout simplement et souvent, des enfants de l’immigration, des jeunes issus des quartiers difficiles, notre jeunesse.

12La difficulté principale rencontrée par ces jeunes que vous représentez, c’est l’insertion économique et sociale, c’est la reconnaissance d’une place dans la société.

13Car être citoyen suppose aussi que la société à laquelle on appartient et dont on épouse les valeurs, tout aussi imparfaite soit-elle par ailleurs, vous reconnaisse. On n’est pas citoyen seul, on l’est avec d’autres, quand on a le sentiment d’appartenir à une même collectivité. Ce sentiment d’appartenance se fonde sur l’égalité des chances et des droits.

14Or, dans notre pays, ce principe républicain d’égalité est trop souvent bafoué.

15Alors oui, des discriminations existent. Nous le savons. L’État ne peut pas être sourd à tous ces témoignages. Ils sont trop nombreux. Ils se ressemblent trop.

16Et je le dis avec force à tous ceux qui feindraient d’ignorer ou de minorer cette réalité. À chaque acte discriminatoire, c’est la République tout entière qui vacille.

17La couleur de peau, un nom, un prénom, parfois une simple adresse, barrent l’accès à un emploi, à un logement, à une boîte de nuit et compliquent aussi, reconnaissons-le, les relations avec certains services publics.

18Combien de fois ai-je entendu des jeunes me raconter la même histoire, celle d’employeurs qui répondent favorablement à un courrier puis ferment subitement leurs portes lorsqu’ils découvrent que le ou la candidate est un peu « basané » ?

19Combien sont-ils ces Français de couleur ou ces résidents étrangers dans notre pays dont l’accès à un appartement leur a été interdit non pas faute de revenus, mais parce qu’ils sont noirs ?

20Combien de fois un jeune a-t-il dû baisser la tête, ressentir du dépit et même de la colère devant une porte qui se ferme devant lui parce qu’il est arabe, gitan, noir, asiatique ou simplement différent ?

21C’est inadmissible.

22La discrimination est une violence.

23Le délit de faciès est une violence.

24Le délit d’adresse est une violence.

25Le refus de reconnaître l’autre au nom de sa différence est une violence.

26C’est cette violence qui ébranle le pacte républicain.

27Et reconnaissons-le, cette violence est d’autant plus insupportable quand elle vient des services publics eux-mêmes ou de certaines administrations. Notre devise républicaine s’affiche aux frontons de toutes les institutions. Il est intolérable que des discriminations et des atteintes aux droits aient lieu au sein même de ce qui devrait être le creuset et le sanctuaire de l’égalité. Et je l’affirme clairement. Il faut exiger la tolérance zéro à l’égard des discriminations dans l’administration ou les services publics. L’exemple doit venir des agents publics. L’exemple doit venir des fonctionnaires. De tous les fonctionnaires.

28Croyez-le bien, nous sommes là aujourd’hui pour parler aussi de cela.

29La République ne peut admettre de tels comportements. C’est contraire à ses valeurs, à son esprit, à sa philosophie.

30Comment dès lors s’étonner du découragement ? Comment s’étonner que certains baissent les bras ? Comment se surprendre encore de voir certains jeunes rouiller sur les bancs ? Comment s’étonner que la citoyenneté ne soit qu’une abstraction, un concept vide pour beaucoup de jeunes ? Comment conserver confiance en soi et dans les institutions quand on a le sentiment, dégradant, d’être humilié ?

31Il faut décloisonner notre société.

32Je suis frappée de voir combien notre société est cloisonnée et repliée sur elle-même. Elle est cloisonnée entre ville et campagne, cloisonnée entre catégories sociales. Cloisonnée entre les âges. Cloisonnée entre quartiers. Cloisonnée parfois entre communautés.

33En France, on se croise, on se frôle, on se devine, on se toise, mais on ne se mélange pas assez, on se rassemble trop rarement.

34Faut-il que la France soit championne du monde pour que les Français se retrouvent ? Le problème c’est que ça n’a lieu qu’une fois tous les quatre ans et que même si j’ai confiance en l’équipe de France, je ne suis pas certaine à 100 % qu’elle conserve son titre.

35Trouvons donc autre chose pour nous rassembler. Peut-être faut-il commencer par apprendre à se connaître et à se respecter les uns et autres ? Peut-être faut-il surtout commencer par faire appliquer la loi, la même pour tous, et faire respecter les droits fondamentaux ?

36Il faut donc agir, avec force et détermination, pour rendre effective, palpable, concrète, l’égalité d’accès aux droits. La lutte contre les discriminations est l’affaire de tous. Elle concerne tous les citoyens : chacun, à son niveau, dans son quartier, son entreprise, dans tous les moments de la vie quotidienne peut faire reculer les discriminations.

37Déjà, beaucoup d’associations se mobilisent, dénoncent et font condamner les discriminations les plus flagrantes. Des syndicats portent aussi cette volonté dans l’entreprise. Leur travail est précieux et nous montre le chemin.

38Dans cette lutte sans relâche, l’État ne veut pas être en reste. Nous avons déjà un bilan.

39Avec Lionel Jospin et l’ensemble du gouvernement, nous avons choisi d’enrayer les logiques du racisme et de briser la loi du silence. Le 11 mai 1999, j’ai réuni les organisations patronales et syndicales au ministère de l’Emploi et de la Solidarité pour engager la mobilisation de tous les acteurs économiques et sociaux en faveur de la lutte contre les discriminations dans les entreprises.

40Dans le même temps, combattre efficacement le mal, c’est d’abord le connaître. C’est pourquoi nous avons créé un observatoire indépendant pour mieux analyser les discriminations et faire des propositions pour les faire disparaître.

41Surtout, ce combat nécessite des actes : c’est pourquoi, dès mon arrivée au ministère, j’ai engagé des actions de sensibilisation et de formation de tous les agents du service public de l’emploi (ANPE, AFPA, services déconcentrés du ministère) susceptibles d’être en contact avec des pratiques discriminatoires.

42Sans doute reste-t-il dans ce domaine des progrès à faire. Et bien cela tombe bien, car nous sommes réunis ici aujourd’hui pour identifier ces progrès à réaliser et dire comment nous allons les réaliser ensemble.

43Enfin, je vous rappelle l’ensemble de la politique conduite depuis juin 1997 en matière de lutte contre le chômage et d’accès de tous aux droits fondamentaux, à la santé, avec la CMU (Couverture maladie universelle) par exemple, au logement, à la culture et aux loisirs qui constitue la meilleure réponse.

44Ces politiques de droit commun permettent concrètement à des jeunes de toutes catégories sociales et de toutes origines de retrouver le chemin de l’emploi, je pense ici aux emplois jeunes, dont 15 % sont occupés par des jeunes des quartiers, au programme TRACE (Trajet d’accès à l’emploi) sans oublier le parrainage qui, cette année, concernera 45 000 jeunes.

45La politique de la ville est aussi un outil important d’accès à la citoyenneté et de lutte contre les discriminations. Aujourd’hui, de nombreux quartiers sont frappés du sceau de l’exclusion sociale et souffrent d’une réputation stigmatisée.

46Nous ne pouvons pas nous résigner à promettre à nos concitoyens dans ces quartiers une vie meilleure à la seule condition qu’ils les quittent. Ces quartiers doivent être mieux intégrés à la ville, leur population mieux insérée et tout particulièrement les jeunes. C’est, selon moi, la cohésion sociale de tout notre pays qui en dépend.

47J’en viens à ma conclusion.

48Il faut avoir le courage de regarder le racisme et les discriminations en face pour mieux les combattre. Se voiler les yeux, ne rien faire, c’est en quelque sorte laisser les fondements de la République être rongés progressivement par la ségrégation et le communautarisme.

49Le but de cette journée est de parler de tout cela. Ayons à cœur de nous débarrasser de tous les préjugés. Cherchons ensemble à inscrire nos pas dans la même direction.

50François Mitterrand disait : « Derrière chaque volonté, il y a un chemin. »

51La volonté de combattre les discriminations, nous la partageons. Je vous propose que nous marchions ensemble.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search