Version classiqueVersion mobile

La République et ses autres

 | 
Sarah Mazouz

Remerciements

À la mémoire de Héjer

Texte intégral

« All is in the not done »
William Burroughs, « Last Words »,
The New Yorker

1Avant d’être un livre, cette recherche a été une thèse soutenue à l’EHESS. Mes premiers remerciements vont donc à mon directeur, Didier Fassin, qui a toujours su accompagner les différentes étapes de ce travail avec subtilité et bienveillance. Je remercie également les membres du jury qui ont accepté de lire et de discuter ce travail. Leurs commentaires et critiques, pendant la soutenance et après, m’ont donné l’envie de reprendre ce manuscrit. Et si, bien sûr, je suis la seule responsable du résultat, le travail de remaniement du texte leur doit beaucoup.

2Ma profonde reconnaissance va aussi aux personnes qui m’ont donné de leur temps et ont accepté de répondre à mes questions alors qu’elles pouvaient être intrusives ou les amener à revivre des situations désagréables et anxiogènes. Le récit de leurs expériences constitue la principale richesse de ce travail.

3Derrière l’apparent exercice solitaire, la recherche est une entreprise collective. Je voudrais ici exprimer toute ma gratitude aux institutions et aux personnes qui ont rendu possibles la conduite de cette enquête puis la rédaction de cet ouvrage : le Laboratoire de sciences sociales ENS-EHESS, où j’ai été initiée à la discipline – et plus particulièrement Christian Baudelot, qui m’a soutenue avec chaleur et enthousiasme, ainsi qu’Éric Fassin pour son appui amical et intellectuel ; l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (CNRS, INSERM, EHESS et Paris 13) où, doctorante, j’ai bénéficié d’un environnement bienveillant et stimulant ; les membres des programmes ANR « Les nouvelles frontières de la société française » et ECOS-Nord « Les nouvelles configurations des inégalités sociales. Discriminations raciales et recompositions identitaires en Colombie et en France », en particulier Angela Facundo Navia et Mara Viveros Vigoya pour la générosité de leur accueil à Bogotá ; l’équipe du séminaire « Politiques antidiscriminatoires » au CERI (Sciences Po), et en premier lieu Daniel Sabbagh pour son amitié, sa disponibilité et sa forte rigueur intellectuelle ; enfin, à Berlin, le Centre Marc Bloch et l’Institut für europäische Ethnologie de l’université Humboldt où j’ai eu le plaisir de travailler aux côtés de Regina Römhild. Mes remerciements vont également à Estelle Girard pour son aide lors de la rédaction du synopsis, à Nicolas Fischer qui m’a orientée vers ENS Éditions et à Camille Hamidi pour le soutien qu’elle a apporté à ce qui n’était alors qu’un projet. Je voudrais aussi remercier l’équipe d’ENS Éditions pour la confiance qu’elle m’a accordée et le suivi qu’elle a assuré pendant tout le processus d’édition. Le remaniement du texte doit beaucoup aux critiques toujours précieuses de Lise Gaignard et de Sébastien Roux. Merci aussi à Éléonore Lépinard pour les discussions sur les paradoxes du républicanisme et de l’universalisme.

4Mes pensées et ma profonde reconnaissance vont enfin à ma famille – en particulier à mes parents, Héjer et Essaied – et à mes ami.e.s. Certain.e.s ont été déjà mentionné.e.s, mais la liste est trop longue pour pouvoir tou.te.s les citer : leur soutien et leur affection ont contribué bien plus qu’elles et ils ne peuvent l’imaginer à l’existence de ce livre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search