Version classiqueVersion mobile

Montesquieu : une histoire de temps

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

III. De l’Antiquité à L’Esprit des lois : le pouvoir et les savoirs

8. Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête

Note de l’auteur

Article initialement paru dans Montesquieu and the Spirit of Modernity, David Carrithers et Patrick Coleman dir., Oxford, Voltaire Foundation, 2002, p. 49-60. Cet article, antérieur à l’étude magistrale Alexandre des Lumières. Fragments d’histoire européenne (Paris, Gallimard, « Nrf essais », 2012), a été l’occasion de discussions et d’échanges avec l’auteur de celle-ci, Pierre Briant, et s’est éclairé ainsi d’un jour nouveau. Je renvoie à cet ouvrage pour tout ce qui concerne le contexte historiographique et intellectuel qui a permis l’élaboration de l’image « moderne » d’Alexandre, notamment pour prendre la mesure du rôle qu’a joué Montesquieu dans ce processus.

Texte intégral

  • 1 EL, respectivement X, 13 (14) ; XXI, 7 (8) ; X, 14 (13).
  • 2 Voir dans ce volume « Comment écrire l’histoire ? ».

1Le personnage d’Alexandre constitue pour la pensée de Montesquieu comme pour la philosophie des Lumières un pôle majeur de réflexion : héros guerrier, conquérant unique dans l’histoire de l’humanité, dans l’histoire de l’humanité, fondateur d’un empire qui se scinde après lui pour survivre en des royaumes prospères et concurrents, il est au centre d’une légende active depuis l’Antiquité. De César à Charles XII, il est le modèle des généraux ambitieux – mais n’est-il que cela ? Si c’était le cas, il n’aurait guère sa place chez un auteur qui s’intéresse moins à l’histoire des hommes, aux individus d’exception, qu’à celle des peuples et de leurs usages ou institutions – on ne le trouverait pas dans L’Esprit des lois, au cœur de longs chapitres qui lui sont exclusivement consacrés, en deux livres différents : « Alexandre » et « D’Alexandre. Sa conquête », ou qui reviennent insensiblement à lui, comme quand il est question de Charles XII1 ; et on ne penserait pas à lui quand on traite de la modernité de Montesquieu. Il nous a paru qu’en fait, ce conquérant sans égal offre aux yeux du philosophe un modèle original de domination, éloigné du cas athénien comme de l’exemple romain. Pour un esprit qui s’est intéressé au problème de la « monarchie universelle » – pour reprendre une formule traditionnelle à laquelle Montesquieu donne une nouvelle jeunesse dans l’opuscule qu’il publie et détruit immédiatement en 1734 – le Macédonien est celui qui a remodelé le monde, qui l’a ordonné en y faisant régner le commerce, et qui a donné à son empire une forme originale, que l’on pourrait presque dire idéale : de ce fait, Alexandre est moins un conquérant qu’un administrateur parfait, infiniment supérieur aux Athéniens qui l’ont précédé et aux Romains qui l’ont suivi. Il constitue effectivement un modèle : non pas de conquête brutale et éphémère, mais d’organisation d’un empire, car celui-ci est paradoxalement orienté vers un avenir qu’il n’a pas connu, au lieu d’être fondé sur le fait et le droit du plus fort. Et s’il est arrivé à Montesquieu de voir en lui un tyran que tout oppose à la philosophie, comme c’est le cas dans Lysimaque, c’est plus pour lui faire jouer le rôle de faire-valoir de Callisthène, martyr de la liberté, et de son disciple Lysimaque, futur prince et déjà philosophe2.

  • 3 L’ouvrage de Sainte-Croix, Examen critique des anciens historiens d’Alexandre le Grand (Paris, Des (...)
  • 4 D’après Peter Burke, « A survey of the popularity of ancient historians, 1450-1700 », History and (...)
  • 5 Pensées, no 2178.
  • 6 Notamment dans Qu’il faut savoir douter. Éclaircissements sur l’« Histoire de Charles XII » ; voir (...)
  • 7 Pensées, no 2204.
  • 8 Ibid., no 774, repris dans L’Esprit des lois, X, 14 (13).

2Le recueil des Pensées témoigne de ses doutes, ou plutôt de ses choix, alors que c’est seulement en 1770 que l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres devait proposer comme sujet de concours la question des sources relatives à Alexandre3. Montesquieu n’a que mépris pour l’un des historiens les plus lus par les modernes, Quinte-Curce4 : « On ne sait guère quel est le rhéteur qui, sans savoir et sans jugement, promène Alexandre sur une terre qu’il ne connaît pas et qui le couvre de petites fleurs, et qui a écrit sans connaître une seule des sources où il devait puiser5 ». Certes, un Voltaire était loin de se satisfaire de ce qu’il appelle les « fables » de cet historien6 ; mais Montesquieu est beaucoup plus précis et systématique : « J’ai des matériaux prêts pour faire une comparaison d’Arrien et de Quinte-Curce7 ». La comparaison est en faveur d’Arrien, qui lui paraît seul capable de raconter les faits en leur assignant leurs justes causes, alors que le trop célèbre biographe d’Alexandre est de « ceux qui ont voulu faire un roman de son histoire, et qui avaient l’esprit plus gâté que lui8 ». Montesquieu fait alors preuve d’un esprit critique déterminé : Alexandre est trop grand pour un Quinte-Curce.

« Conquérir est notre destin »

  • 9 Ibid., no 1987, comme pour les citations suivantes, où ce qui est souligné l’est par moi.
  • 10 Ibid., nos 1982-2003.
  • 11 Encore faut-il tenir compte de ce passage des Pensées (no 1984) qui, nous le verrons, correspond f (...)

3Pourtant il est profondément détestable par certains aspects, ceux-là mêmes qui ont fait sa gloire : son insatiable envie de vaincre, communément appelée « héroïsme » mais que Montesquieu oppose à la conduite du prince « modéré et juste9 », qui pourrait comme l’Auguste de Corneille se dire « maître de [lui] comme de l’univers » ; dont l’héroïsme serait la « modération », c’est-à-dire « la vertu la plus rare », une modération active, en quelque sorte, qui lui fait dédaigner la « passion violente d’acquérir » (c’est nous qui soulignons) dont il est la victime : « Je pardonne à Alexandre et à Charlemagne d’avoir aimé la guerre […]. » Ainsi les signes s’inversent dans ces « Réflexions sur le Prince, qui n’ont pu entrer dans mes Romains, mes Lois et Arsace10 », et la nouvelle échelle de valeurs discrédite Alexandre11, incapable de résister à son désir de vaincre :

  • 12 Ibid., no 1988.

Celui qui a de vastes possessions ne peut plus avoir que de vastes désirs. Alexandre, en qualité de roi de Macédoine, désirait le royaume de Perse ; en qualité de roi de Perse, il désirait tout ce qu’il connaissait de la terre ; quand il vit qu’il en allait être le maître, il envoya des flottes pour lui chercher de nouveaux peuples : maladie étrange, qui augmente par les remèdes mêmes12.

  • 13 Voir notamment Considérations sur les […] Romains, chap. iv (à propos d’Hannibal), 7 (Pompée), et (...)
  • 14 Également sensible dans ce passage du Spicilège (no 422) : « Ces conquérants de l’univers [les Rom (...)

4On pourrait penser qu’il s’agit là d’une variation sur un thème récurrent des Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, la condamnation de la folie de conquérir des territoires nouveaux, en un mouvement d’extension qui n’apporte rien au vainqueur, sinon l’illusion d’un grand pouvoir et un affaiblissement réel13. Il s’agit plutôt de dénoncer un effet d’entraînement irrésistible14, qui relève moins de la politique que de la psychologie : la conquête représentant sa propre fin est justement sans fin ; le conquérant est prisonnier de lui-même, condamné à chercher toujours plus loin ce qu’il porte en lui.

5Ce mouvement sans fin, peut-être pitoyable, n’en relève pas moins d’une éthique disparue aux temps modernes, celle de la gloire, qui s’est effacée devant les bas calculs et l’esprit de commerce :

Les premiers héros étaient bienfaisants […] : Hercule et Thésée.

Dans la suite, ils furent seulement courageux : comme Achille, Ajax, Diomède.

Après cela, ils furent de grands conquérants : comme Philippe et Alexandre.

Enfin, ils devinrent amoureux : comme ceux des romans.

  • 15 Pensées, no 1601.

À présent, je ne sais ce qu’ils sont. Ils ne sont plus si sujets aux caprices de la Fortune. On fait valoir un empire comme un fermier fait valoir la terre : on en tire le plus qu’on peut. Si l’on fait la guerre, elle se fait par commission et seulement pour avoir des terres qui donnent des subsides. Ce qu’on appelait autrefois gloire, lauriers, trophées, triomphes, couronnes, est aujourd’hui de l’argent comptant15.

  • 16 Voir ibid., no 810.
  • 17 Ibid.
  • 18 Voir aussi Pensées, no 575 (sur la « vanité » d’Alexandre, qui conquiert « sans motif, sans utilit (...)

6C’est la fin de la « vaine gloire », « chimérique » et donc sujette aux révolutions16, fausse valeur s’il en fut – d’ailleurs Alexandre et Philippe ne sont-ils pas sur le même plan qu’Hercule, Achille et les héros de romans, et tout aussi fictifs qu’eux ? Ils n’existent que comme personnages, comme êtres de papier ou de parole, non comme êtres historiques ; ils remplissent une fonction dans l’imaginaire de chaque siècle, qui a « son génie particulier17 » et crée donc des héros à son image. Ils sont donc doublement chimériques : créatures d’un âge qui aimait les chimères, et avides d’une gloire vaine18.

Un monde nouveau

  • 19 À noter que Montesquieu ne s’intéresse guère à l’aspect « civilisateur » de la conquête hellénique (...)
  • 20 EL, X, 13 (14). C’est ce qui constitue la différence essentielle avec Charles XII, prisonnier du mo (...)
  • 21 Les éditions posthumes de 1757-1758 modifient considérablement ce chapitre, notamment en intercala (...)

7Toutefois cet Alexandre que l’on découvre aux détours des Pensées n’est pas l’Alexandre de L’Esprit des lois. Montesquieu n’envisage pas alors le héros inquiet et insatiable, mais celui qui transforme ses conquêtes successives en empire, et dont la première qualité est la prudence19. Autrement dit l’opposé de cet appétit de territoires qui masque l’impuissance, de cette fuite en avant dont nous avons dit qu’elle était largement dénoncée dans les Romains. Ses conquêtes sont méthodiques, et ne doivent rien au hasard : « et s’il est vrai que la victoire lui donna tout, il fit aussi tout pour se procurer la victoire20 ». Au fur et à mesure qu’il avance, il assure ses arrières, d’abord en Macédoine puis en Grèce, tout en veillant soigneusement à unir peuple vainqueur et peuple vaincu21, rendant ainsi sa progression plus sûre.

  • 22 Pensées, no 1714.
  • 23 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii. Voir dans le présent volume « La biche des Palus-Mé (...)

8Son principal mérite aux yeux de Montesquieu n’est cependant pas d’avoir remporté une succession de victoires : les succès militaires ne sanctionnent qu’une stratégie, voire des qualités particulières aux chefs de guerre. S’il mérite de rester dans l’histoire, c’est pour avoir révélé le monde à lui-même, en ouvrant à l’Occident la porte de l’Orient22. Montesquieu est particulièrement sensible, on le sait, à l’ouverture de ces passages qui déterminent les grandes découvertes, comme celle que firent deux jeunes Scythes à la poursuite d’une biche, lorsqu’ils franchirent les Palus-Méotides que leur nation croyait être la borne du monde23. Quand tant d’autres, comme Voltaire, privilégient la découverte du Nouveau Monde par des voies maritimes, c’est-à-dire l’invention d’une terre que l’on n’avait jamais soupçonnée dans une immensité qui aurait dû décourager toute tentative, Montesquieu se plaît à revenir sur les raisons, parfois aléatoires mais aussi philosophiques, qui empêchent les communications entre des peuples qui auraient dû se connaître mutuellement plus tôt, raisons silencieuses qui font des empires des entités fermées sur elles-mêmes :

  • 24 Pensées, no 1887.

Chaque grande nation se regardait presque comme la seule : les Chinois croyaient que leur empire était le monde ; les Romains se croyaient les monarques de l’univers ; l’impénétrable continent de l’Afrique, celui de l’Amérique, formaient toute la terre pour ses conquérants24.

  • 25 Ibid., no 1713 : « Le czar Pierre Ier a joint la mer Noire à la mer Caspienne, par un canal qui va (...)

9Il ne s’agit plus de percer l’immensité de manière aventureuse, mais de créer des liens entre des hommes qui se tournent le dos et s’ignorent délibérément25, car leur manière de penser les empêche d’imaginer d’autres hommes et, a fortiori, de les découvrir. Plutôt que de faire surgir du néant, il faut créer ou révéler des rapports, mais aussi faire apparaître des contradictions, ou des absurdités, ou des obstacles qui sont moins physiques ou géographiques que mentaux :

  • 26 EL, XXI, 7 (8).

Comment donc les Grecs furent-ils les premiers qui firent par le midi le commerce des Indes ? Comment les Perses ne l’avaient-ils pas fait auparavant ? Que leur servaient des mers qui étaient si proches d’eux, des mers qui baignaient leur empire26 ?

  • 27 Ibid.
  • 28 « Il était reçu, avant l’expédition d’Alexandre, que la partie méridionale de l’Inde était inhabit (...)
  • 29 EL, XIV, 4.
  • 30 En cela les diadoques et les épigones suivirent son exemple : « Il fallut donc découvrir la mer Ro (...)

10Les Perses, tentés de manière éphémère par l’exploration des contrées méridionales de leur empire, avaient abandonné la maîtrise des régions côtières : « D’ailleurs les Perses n’étaient pas navigateurs, et leur religion même leur ôtait toute idée de commerce maritime27 ». « Religion », mais aussi « tradition »28. Alexandre est donc avant tout l’instigateur d’une véritable révolution dans la manière de concevoir le monde. Il fallait d’ailleurs l’intrusion d’un Grec, issu d’un pays où le climat tempéré favorise l’initiative et l’activité, pour bouleverser les manières de penser et de vivre d’un peuple d’Orient, incapable « d’aucune action, d’aucun effort, d’aucune contention29 », qui ne pouvait former qu’un empire immense et faible30.

  • 31 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii : « D’abord des corps innombrables de Huns passèrent (...)
  • 32 Ibid., chap. xvi.
  • 33 Ibid., chap. xiii.

11De ce fait la brièveté de l’empire d’Alexandre ne joue pas contre lui : il est d’abord une ouverture, matérielle tout autant qu’intellectuelle, un passage – ce qui rend possibles des changements durables, voire irréversibles. C’est lui qui a permis la « circulation » des peuples – notion capitale pour Montesquieu, qui privilégie les flux et reflux de population, ou plus exactement les mouvements cycliques qui assurent l’équilibre du monde. Alors que la voie ouverte par la biche des Palus-Méotides n’a permis que des invasions, les peuples s’engouffrant dans la brèche ainsi pratiquée dans l’Empire romain31, ou que l’établissement d’un limes par un empire fort comme celui de Charlemagne ne fait que retarder une « inondation » inéluctable des nations « repoussées dans le Nord32 » mais irrésistiblement attirées par l’Europe du sud, l’institution d’un empire à la dimension du monde permet l’apparition de mouvements continus qui se compensent mutuellement, comme on le verra plus tard dans l’Empire romain : « C’était une circulation des hommes de tout l’univers : Rome les recevait esclaves et les renvoyait Romains33 ». Il faudrait évidemment étudier ce que cette image doit aux sciences de la vie, ou à la tendance générale du xviiie siècle à préférer le mouvement à une immobilité perçue comme une stagnation. Ce qui importe ici, c’est de voir qu’elle permet d’intégrer un personnage quasi fabuleux, et en tout cas essentiellement héroïque, à la thématique du commerce qui lui est fondamentalement opposée, comme on l’a vu plus haut.

  • 34 EL, XXI, 7 (8).
  • 35 Ibid.
  • 36 EL, XX, 5 : « Le commerce […] parcourt la terre, fuit d’où il est opprimé, se repose où on le lais (...)
  • 37 Ibid.

12C’est à ce titre en effet que l’on retrouve Alexandre au livre XXI de L’Esprit des lois, où l’apparente contradiction est nettement posée : « faut-il conquérir un pays pour y négocier34 ?  » On pourrait ajouter : « Conquiert-on un pays pour y négocier ? » Quand il découvre la richesse de l’Inde méridionale, Alexandre se tourne vers elle, signe qu’en fait il ne conquiert pas pour le simple plaisir de conquérir (sinon il serait allé toujours plus loin vers l’Orient), mais pour établir des relations durables entre les nations et renforcer leur prospérité, en créant des comptoirs : « Pour lors il forma le dessein d’unir les Indes avec l’Occident par un commerce maritime, comme il les avait unis par des colonies qu’il avait établies dans les terres35 ». Son rôle est d’autant plus intéressant que le commerce, qui est l’image même de la vie36, subit moins que d’autres activités l’influence du climat et du terrain ; il est même ce qui transforme le visage de la terre et révèle la puissance d’action de l’homme sur le monde : « il règne aujourd’hui où l’on ne voyait que des déserts, des mers et des rochers ; là où il régnait, il n’y a que des déserts37 ». Alexandre a donc bien changé la face du monde.

Le bâtisseur d’empire

  • 38 Voir ci-dessus, note 21.
  • 39 Montesquieu doit cependant reconnaître que le plan suivi par les Romains dans l’établissement de l (...)
  • 40 EL, X, 13 (14).
  • 41 Ibid., XXIII, 19, « Dépopulation de l’univers » ; XXIII, 20, « Que les Romains furent dans la néce (...)
  • 42 EL, X, 13 (14) ; souligné par moi, comme pour les citations suivantes.
  • 43 Voir aussi le passage déjà cité : « Pour lors il forma le dessein d’unir les Indes avec l’Occident (...)
  • 44 Sur Alexandrie, voir Pensées, no 243 (« le plus grand projet qui ait jamais été conçu, c’est la fo (...)

13Il faut ici le comparer aux autres conquérants, et d’abord aux Romains, avec lesquels le parallèle est traditionnel. Sur ce point Montesquieu a manifestement changé d’avis, entre la préface abandonnée des Romains38 et la rédaction définitive de L’Esprit des lois, et plus encore les corrections postérieures à 1748. La première souligne la supériorité d’un empire méthodiquement construit et durable : « Car si l’on comparait l’empire d’Alexandre avec celui des Romains ce serait comparer l’ouvrage d’un jour à celui de plusieurs siècles, le jeu de la fortune au chef-d’œuvre de la sagesse et de la conduite39 » ; la seconde insiste sur la nature particulière d’une domination dont les effets se firent ressentir pendant des siècles : « Les Romains conquirent tout pour tout détruire : il voulut tout conquérir pour tout conserver40 ». On sait qu’à ses yeux la conséquence de la pax romana fut l’affaiblissement démographique41 : la « circulation des hommes de tout l’univers » n’a plus au temps de L’Esprit des lois l’efficacité qui lui était supposée au temps des Romains. Au contraire, « l’expédition » d’Alexandre (le terme désigne généralement des incursions militaires) se caractérise paradoxalement par une volonté d’abolir les distances et les distinctions et de créer des liens durables : « il ne songea qu’à unir les deux nations42 » grecque et perse, notamment en supprimant toute différence entre le vainqueur et le vaincu (« Rien n’affermit plus une conquête que l’union qui se fait des deux peuples par les mariages »), ou en fondant des colonies grecques en Perse (il « cherchait à unir les deux peuples »), destinées à « ciment[er] […] toutes les parties du nouvel empire ». Le lexique est le même au livre XXI, pour décrire les conquêtes suivantes, celle de l’Égypte et de l’Inde, et la découverte des voies maritimes des mers du Sud43 ; et Alexandrie, aux portes de l’Égypte (ad Ægyptum), devait devenir « une clé pour l’ouvrir », même si son dessein réel était de faire de Babylone le relais essentiel, et sans doute le point de convergence des routes commerciales44.

  • 45 EL, X, 13 (14).
  • 46 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii. Le déséquilibre ne fera que s’accroître, mais dans (...)
  • 47 EL, XXI, 10-12 (14-16).
  • 48 Ibid., XXI, 7.

14Le principe d’Alexandre est donc de favoriser le commerce, dont il fait le ressort de son empire : la puissance lui paraît indissociable de la prospérité45 – ce en quoi il est infiniment plus « moderne » que les Romains, incapables de faire autre chose qu’attirer les richesses de tous les peuples conquis et créer un déséquilibre irréparable entre l’Orient et l’Occident46, ou que les Espagnols, qui s’appauvrissaient au fur et à mesure qu’ils retiraient des Indes occidentales l’or et l’argent. Les Romains sont parfaitement étrangers au commerce, et préfèrent le laisser à d’autres plutôt que de le pratiquer eux-mêmes47. Les Grecs eux-mêmes avant Alexandre n’ont pas montré l’exemple d’un véritable dynamisme en la matière : Athènes était « plus attentive à étendre son empire maritime qu’à en jouir », et « son négoce fut presque borné à la Grèce et au Pont-Euxin, d’où elle tira sa subsistance48 ». Aucune vision au-delà de son horizon – mais il est vrai que d’autres cités montraient plus d’ambition et que les Grecs surent à la fois étendre leurs colonies et faire de leurs petites villes le centre du monde, grâce au prestige de la religion, des jeux et surtout des arts.

  • 49 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii.

15Le coup de génie d’Alexandre, qui lui permet de dépasser tout ce qu’avaient fait les Grecs avant lui et tout ce que devaient faire les Romains, à la tête d’un empire autrement plus durable que le sien, a été de déplacer le centre de gravité du monde. En effet le Macédonien n’a jamais cherché à imposer une capitale qui eût pour seul mérite de flatter sa vanité. Rome, tant qu’elle est capitale, apparaît comme le centre d’une véritable toile d’araignée où toutes les richesses vont se perdre, et la translation malheureuse à Constantinople du siège de l’Empire doit tout aux motifs puérils de Constantin, incapable de la moindre vision politique49. En revanche Alexandre, qui a tôt fait de perdre de vue son point de départ, Pella en Macédoine, ne se soucie même pas de faire de la ville d’Égypte qui porte son nom un véritable centre :

Il ne songeait point à un commerce dont la découverte de la mer des Indes pouvait seule lui faire naître la pensée.

  • 50 EL, XXI, 7 (8).

Il paraît même qu’après cette découverte il n’eut aucune vue nouvelle sur Alexandrie50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Voir par exemple Voltaire, Essai sur les mœurs, chap. 88, cité par K. E. Christodoulou, « Alexandr (...)

16La conquête de l’Arabie ne le décide pas non plus à faire de ce pays le siège de son empire51 : tout indique qu’il préfère Babylone, en vertu d’un choix qui tient à des considérations stratégiques et surtout commerciales. C’est dire que le conquérant, au lieu d’imprimer sa marque à une ville qui lui devrait tout et transmettrait aux générations suivantes le nom de son fondateur (ainsi qu’on lui en accorde traditionnellement le mérite52), est prêt à s’effacer devant le vieil Empire mésopotamien, ou à en tirer parti.

Régner

  • 53 EL, X, 13 (14). La différence se fait sentir aussi dans la manière dont il laisse aux peuples de Pe (...)
  • 54 Ce qui témoigne aussi d’une notable évolution par rapport à ce qu’il écrivait dans les Romains (ch (...)
  • 55 EL, XXIX, 18, comme pour la citation suivante.

17Le même sens de ses intérêts réels l’incite à adopter un nouveau droit des gens après la conquête perse, de façon à favoriser l’union entre vainqueur et vaincu, comme on l’a vu plus haut. Il apparaît ainsi comme l’antithèse des Romains, tant il est soucieux de respecter le droit, la religion, les mœurs des vaincus, y compris « les traditions anciennes et tous les monuments de la gloire ou de la vanité des peuples53 » : sur le plan politique il préfigure ainsi la sage conduite des Francs envers les Gaulois, telle qu’elle est analysée aux livres XXVIII et XXX de L’Esprit des lois54, mais il offre aussi l’image d’un conquérant respectueux des manières de penser d’autrui, poussant la tolérance jusqu’à pratiquer lui-même les cérémonies des religions étrangères, et refusant les idées trop faciles d’uniformité « qui frappent infailliblement les petits [esprits] » : « lorsque les citoyens suivent les lois, qu’importe qu’ils suivent la même55 ? ».

  • 56 La question était alors controversée.
  • 57 EL, X, 13 (14).

18On arrive ainsi au paradoxe d’un empereur devenu « le premier citoyen de chaque ville », alors que quelques siècles plus tard, dans le monde romain, impitoyable pour les nations asservies, l’empereur semble être parfois au-dessus des lois qu’il fait et défait56. Et quand il est traditionnel de célébrer la démesure d’Alexandre, de vanter ses qualités héroïques, on trouve aussi en lui un administrateur prudent et modéré – modeste pour les petites choses (« Fallait-il régler sa maison, c’était un Macédonien »), grand quand il doit jouer son rôle d’empereur, mais aussi un homme de par ses faiblesses mêmes : « de sorte qu’il fallut le plaindre, et qu’il n’était plus possible de le haïr57 ».

  • 58 Si l’on excepte l’article no 546 des Pensées, qui envisage la gloire d’Aristote, non la réputation (...)
  • 59 EL, X, 13 (14) et Pensées, no 99.

19Étonnant portrait de ce conquérant en qui il faut voir plutôt la figure d’un prince idéal, à qui le pouvoir n’a pas fait perdre la raison et qui a même trouvé dans ses victoires successives de nouveaux moyens de développer sa sagesse. Ce pouvoir sans limite fondé sur la vaillance militaire, il l’exerce avec la modération qu’on peut attendre d’un disciple d’Aristote – mais Montesquieu est quasiment silencieux sur ce dernier point58. La preuve de son infinie supériorité – celle qui le distinguera toujours de César, un autre de ses émules – est la consternation qui saisit les esprits à sa mort, le vide qu’il laisse tout à coup dans le monde59. Cas unique dans l’histoire d’un pouvoir absolu parfaitement contrôlé, et peut-être cas unique chez Montesquieu d’une véritable fascination. Dès le ive siècle avant Jésus-Christ, un prince avait compris comment adapter son pouvoir aux circonstances, aux peuples, comment tirer profit de ses victoires et assurer un pouvoir qu’il aurait pu exercer pendant des années, comment se faire aimer des nations qu’il dominait. Alexandre donnait alors l’exemple d’un monarque que les temps modernes auraient tant de mal à faire naître, et créait un empire à nul autre pareil.

*

20Tel est le paradoxe de la modernité chez Montesquieu : elle surgit du fond de l’Antiquité, incitant les lecteurs d’aujourd’hui comme ceux d’hier à remettre en cause l’idée d’un progrès de la politique, appuyée sur l’histoire. Et si la monarchie n’a plus rien à nous dire aujourd’hui, ne peut-on inférer de l’éphémère mais complète réussite du Macédonien un programme de gouvernement qui montre une parfaite domination des contraintes physiques, morales, politiques, du pouvoir, et une intelligence inégalée de leurs implications ?

Notes

1 EL, respectivement X, 13 (14) ; XXI, 7 (8) ; X, 14 (13).

2 Voir dans ce volume « Comment écrire l’histoire ? ».

3 L’ouvrage de Sainte-Croix, Examen critique des anciens historiens d’Alexandre le Grand (Paris, Dessain junior, 1775), reçut le prix en 1772 (celui-ci n’ayant pas été décerné en 1770, la question avait été remise au concours).

4 D’après Peter Burke, « A survey of the popularity of ancient historians, 1450-1700 », History and Theory, no 5, 1966, p. 135-152, il y eut entre 1650 et 1699 soixante-dix-neuf éditions de Quinte-Curce.

5 Pensées, no 2178.

6 Notamment dans Qu’il faut savoir douter. Éclaircissements sur l’« Histoire de Charles XII » ; voir Kyriaki E. Christodoulou, « Alexandre le Grand chez Voltaire », Voltaire et ses combats, Ulla Kölving et Christiane Mervaud dir., Oxford, Voltaire Foundation, 1997, p. 1423-1434, ici p. 1431.

7 Pensées, no 2204.

8 Ibid., no 774, repris dans L’Esprit des lois, X, 14 (13).

9 Ibid., no 1987, comme pour les citations suivantes, où ce qui est souligné l’est par moi.

10 Ibid., nos 1982-2003.

11 Encore faut-il tenir compte de ce passage des Pensées (no 1984) qui, nous le verrons, correspond fort bien en fait à Alexandre : « Un parfait monarque est celui qui, juste envers ses sujets, juste encore envers ses voisins, forcé quelquefois d’avoir des ennemis, cesse de leur être redoutable sitôt qu’il les a vaincus ».

12 Ibid., no 1988.

13 Voir notamment Considérations sur les […] Romains, chap. iv (à propos d’Hannibal), 7 (Pompée), et 20 (Justinien). C’est ce que l’on trouve effectivement quelques lignes plus loin (Pensées, no 1991).

14 Également sensible dans ce passage du Spicilège (no 422) : « Ces conquérants de l’univers [les Romains et Alexandre] n’ont jamais eu un dessein formé de conquérir l’univers. Ils n’ont supposé le dessein qu’après coup. Alexandre ne songeait pas non plus à conquérir l’Asie, son dessein n’était que de soulager les colonies grecques de l’Asie mineure, comme avait fait Agésilas et les autres capitaines grecs. »

15 Pensées, no 1601.

16 Voir ibid., no 810.

17 Ibid.

18 Voir aussi Pensées, no 575 (sur la « vanité » d’Alexandre, qui conquiert « sans motif, sans utilité », comme tous ces prétendus héros seulement soucieux de « ravager la terre ») et no 1523 (sur la coutume de se faire adorer comme un dieu), mais aussi no 1608 : au temps d’Alexandre, « on s’était un peu guéri de ce goût pour le merveilleux » qui caractérisait les conquérants des « premiers siècles » (Sémiramis, Ninus…).

19 À noter que Montesquieu ne s’intéresse guère à l’aspect « civilisateur » de la conquête hellénique, contrairement à Voltaire, qui fait du « siècle de Philippe et d’Alexandre » le premier des quatre « grands siècles » de l’histoire de l’humanité, avant Rome sous César et Auguste, la Florence des Médicis et la France de Louis XIV, ces « âges heureux […] où les arts ont été perfectionnés et qui […] sont l’exemple de la postérité » (Le Siècle de Louis XIV, 1751, chap. i). Mais c’est au prix, il est vrai, de certaines approximations, qui permettent de rapprocher Alexandre de Périclès ou de Phidias : voir K. E. Christodoulou, « Alexandre le Grand chez Voltaire », article cité ci-dessus à la note 6, p. 1429. C’est seulement dans les éditions posthumes de 1757-1758 que l’on trouve une mention toute voltairienne, à propos d’un heureux effet de la conquête, le « triomphe qu’[Alexandre] remporta sur la superstition » en adoucissant les mœurs des Bactriens (EL, X, 5). Dans l’édition de 1748, il disait cependant déjà qu’Alexandre « voulait que les bords de cette mer [la Perse méridionale] ne fussent habités que par des nations civilisées » (XXI, 8) – mais sans évoquer la « civilisation » autrement que par l’interdiction faite aux Ichtyophages de manger du poisson.

20 EL, X, 13 (14). C’est ce qui constitue la différence essentielle avec Charles XII, prisonnier du modèle « alexandrin » qu’il s’est lui-même donné, mais qui est loin d’en avoir les qualités : voir EL, X, 14 (13).

21 Les éditions posthumes de 1757-1758 modifient considérablement ce chapitre, notamment en intercalant trois paragraphes qui détaillent la tactique d’Alexandre et de ses généraux, son « industrie » avec les Perses, c’est-à-dire en fait sa stratégie, et examinent avec précision les conséquences de chacune des grandes batailles qu’il remporte. L’équilibre du chapitre n’est pas modifié, puisqu’en 1757-1758, trois autres paragraphes viennent ensuite étoffer la description de l’administration de l’Empire, mais il est évident que l’intérêt de Montesquieu pour l’histoire d’Alexandre s’est développé après 1748, vraisemblablement à la lecture d’Arrien, auquel se réfèrent sept notes introduites en 1757-1758. Dans la préface qu’il comptait donner aux Romains puis qu’il abandonna (préface jusque-là inédite : voir OC, t. II, p. 6-9 et 315-317, et dans ce volume, l’introduction, ainsi que les articles « De Rome aux Romains, le passé au présent », « D’hier à aujourd’hui : la raison des choses »), Montesquieu ne prêtait pas grande attention aux hauts faits du Macédonien : « Il y a peu de peuples qui n’aient coûté autant d’efforts aux Romains que les Perses à Alexandre et quelque chose que ce prince ait fait au passage du Granique, à Arbelles, à Issus, on ne peut le préférer à la plupart des capitaines romains. ¶ Le succès fut grand mais la guerre fut très petite ; on y conquit un État faible par lui-même et qui ne fut défendu ni par la science militaire ni par le courage ni par la prudence. »

22 Pensées, no 1714.

23 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii. Voir dans le présent volume « La biche des Palus-Méotides ».

24 Pensées, no 1887.

25 Ibid., no 1713 : « Le czar Pierre Ier a joint la mer Noire à la mer Caspienne, par un canal qui va du Tanaïs au Volga. Mais il faudrait joindre des nations à des nations, et non pas des déserts à des déserts ». Voir dans le présent volume « De l’Antiquité à Pierre le Grand : la mer Caspienne vue de France au xviiie siècle ».

26 EL, XXI, 7 (8).

27 Ibid.

28 « Il était reçu, avant l’expédition d’Alexandre, que la partie méridionale de l’Inde était inhabitable […] » (ibid.) ; souligné par moi.

29 EL, XIV, 4.

30 En cela les diadoques et les épigones suivirent son exemple : « Il fallut donc découvrir la mer Rouge une seconde fois, et l’Océan une seconde fois ; et cette découverte appartint à la curiosité des rois grecs » (EL, XXI, 7 [9]). La domination d’un peuple oriental avait fait perdre « les connaissances que l’on avait acquises » (ibid.).

31 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii : « D’abord des corps innombrables de Huns passèrent et, rencontrant les Goths les premiers, ils les chassèrent devant eux. Il semblait que les nations se précipitassent les unes sur les autres et que l’Asie, pour peser sur l’Europe, eût acquis un nouveau poids. »

32 Ibid., chap. xvi.

33 Ibid., chap. xiii.

34 EL, XXI, 7 (8).

35 Ibid.

36 EL, XX, 5 : « Le commerce […] parcourt la terre, fuit d’où il est opprimé, se repose où on le laisse respirer ».

37 Ibid.

38 Voir ci-dessus, note 21.

39 Montesquieu doit cependant reconnaître que le plan suivi par les Romains dans l’établissement de leurs colonies fut beaucoup plus efficace que celui d’Alexandre : voir « Dossier de L’Esprit des lois » (chapitres rejetés), OC, t. IV, p. 763-783, notamment p. 777-778 : « Alexandre établit des colonies dans ses conquêtes, les Romains en établirent aussi, mais Alexandre conquit en un jour et fit ses colonies en un jour. Les Romains conquirent peu à peu et firent aussi leurs colonies peu à peu. Ceux-ci n’envoyèrent du peuple dans une colonie nouvelle que lorsqu’ils eurent réparé l’épuisement causé par une première. » Il dénonce ensuite l’affaiblissement de la Grèce dû à la dépopulation causée par ces colonies, ainsi que leur faiblesse face aux populations autochtones (chapitres transcrits en 1741-1742). Mais il remarque alors lui-même qu’il confond « colonies de commerce », ou comptoirs, et « colonies de conservation ».

40 EL, X, 13 (14).

41 Ibid., XXIII, 19, « Dépopulation de l’univers » ; XXIII, 20, « Que les Romains furent dans la nécessité de faire des lois pour la propagation de l’espèce », et chapitres suivants, notamment XXIII, 23, « De l’état de l’univers après la destruction des Romains ». À noter que sur ce point, la pensée de Montesquieu a considérablement évolué, puisque dans les Lettres persanes (1721), il affirmait que les institutions romaines (du moins sous la République) favorisaient le renouvellement de la population et son expansion (Lettres 111 et 113). Dans L’Esprit des lois il est plus sensible à la situation des provinces, et à l’état « violent » qui caractérise l’expansion de leur domination : « Les Romains, en détruisant tous les peuples, se détruisaient eux-mêmes » (XXIII, 20).

42 EL, X, 13 (14) ; souligné par moi, comme pour les citations suivantes.

43 Voir aussi le passage déjà cité : « Pour lors il forma le dessein d’unir les Indes avec l’Occident par un commerce maritime, comme il les avait unis par des colonies qu’il avait établies dans les terres » (ibid., XXI, 7 [8]). Le même vocabulaire est appliqué aux Romains, mais avec une tonalité toute différente : « la faiblesse des peuples et la tyrannie du commandement unirent toutes les parties de ce corps immense » (XXI, 11 [15]).

44 Sur Alexandrie, voir Pensées, no 243 (« le plus grand projet qui ait jamais été conçu, c’est la fondation d’Alexandrie par Alexandre ») ; et Considérations sur les […] Romains, chap. iv, sur le rôle de cette ville dans le déclin de Carthage, sous les rois Lagides.

45 EL, X, 13 (14).

46 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii. Le déséquilibre ne fera que s’accroître, mais dans l’autre sens, lorsque le siège de l’Empire sera passé de Rome à Constantinople : alors l’Italie devient un désert surchargé de tributs (ibid.).

47 EL, XXI, 10-12 (14-16).

48 Ibid., XXI, 7.

49 Considérations sur les […] Romains, chap. xvii.

50 EL, XXI, 7 (8).

51 Ibid.

52 Voir par exemple Voltaire, Essai sur les mœurs, chap. 88, cité par K. E. Christodoulou, « Alexandre le Grand chez Voltaire », article cité ci-dessus à la note 6, p. 1429.

53 EL, X, 13 (14). La différence se fait sentir aussi dans la manière dont il laisse aux peuples de Perse leurs rois et leurs gouverneurs – pour ne pas les accabler, alors que les Romains laissaient aux nations leurs princes ut haberent instrumenta servitutis et reges, « pour avoir même des rois comme instruments de servitude » (Tacite, Agricola, XIV, cité dans L’Esprit des lois, X, 17).

54 Ce qui témoigne aussi d’une notable évolution par rapport à ce qu’il écrivait dans les Romains (chap. xviii), « cette différence accablante entre une nation noble et une nation roturière », c’est-à-dire entre les Francs et les Gaulois, conformément à la vision qu’en avait Boulainvilliers.

55 EL, XXIX, 18, comme pour la citation suivante.

56 La question était alors controversée.

57 EL, X, 13 (14).

58 Si l’on excepte l’article no 546 des Pensées, qui envisage la gloire d’Aristote, non la réputation ou l’éducation d’Alexandre.

59 EL, X, 13 (14) et Pensées, no 99.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search