Version classiqueVersion mobile

Montesquieu : une histoire de temps

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

II. Entre passé et présent : le temps des Romains

5. D’Octave à Auguste : le début de la fin

Note de l’auteur

Article initialement paru sous le titre « L’image d’Auguste dans les Considérations sur les […] Romains », dans Storia e ragione, Alberto Postigliola dir., Naples, Liguori, 1987, p. 159-168.

Texte intégral

1Le personnage d’Auguste apparaît comme central dans les Romains. Il peut même être considéré comme la figure pivot de l’histoire romaine telle que la conçoit Montesquieu, ne serait-ce qu’en raison de sa place au cœur de l’ouvrage : non seulement au chapitre xiii, qui porte son nom, mais dès le chapitre xii où il apparaît sous son nom d’Octave, car il fait partie de ceux qui tirent profit de « l’état de Rome après la mort de César ». Mais c’est aussi, et surtout, ce que montre un projet de préface découvert dans les manuscrits du fonds de La Brède :

  • 1 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Ms 2512, § 2 (OC, t. II, 2000, p. 316).

Je n’avais d’abord pensé qu’à écrire quelques pages sur l’établissement de la monarchie chez les Romains ; mais la grandeur du sujet m’a gagné : j’ai remonté insensiblement aux premiers temps de la République, et j’ai descendu jusqu’à la décadence de l’Empire1.

2La question traitée dans l’ouvrage de 1734 est celle-là même qui parcourra L’Esprit des lois : comment un peuple qui revendique sa liberté depuis cinq siècles peut-il l’abandonner pour se donner un maître ? Plusieurs réponses seront alors données, qui toutes montrent l’habileté d’un homme sans scrupules : Auguste fait tomber les « libelles » sous le coup de la loi de lèse-majesté ; or « rien ne fut plus fatal à la république » (XII, 13) ; encore s’agissait-il d’une mesure manifestement coercitive. Plus subtilement, il adoucit les lois qui permettaient de corriger les mœurs des femmes et de réprimer le luxe : « C’est qu’il fondait une monarchie, et dissolvait une république » (VII, 4). De manière tout aussi machiavélique, ce prince évite le nom qui choquerait les esprits et se garde bien de se faire appeler Romulus comme d’adopter les « manières » d’un roi, si odieuses aux Romains : ainsi Auguste apparaît comme dangereux au plus haut point, car il a parfaitement reconnu qu’une « tyrannie d’opinion », qui « se fait sentir lorsque ceux qui gouvernent établissent des choses qui choquent la manière de penser d’une nation », pouvait lui aliéner les Romains ; il n’établit pas pour autant une « tyrannie réelle, qui consiste dans la violence du gouvernement », comme l’évoque le même chapitre (XIX, 3). C’est dire l’importance d’une telle figure.

3Pourtant rien ne prédisposait Auguste à jouer un tel rôle, ou plutôt à être interprété ainsi, car à l’époque de Montesquieu, on est fort éloigné d’une telle image. Il importe donc de reconstituer, à travers les Considérations sur les […] Romains, ce qui fait à ses yeux du successeur de César une des pires incarnations de l’autorité tyrannique. C’est en le comparant avec ce que les contemporains de Montesquieu, disposant des mêmes sources, voyaient en lui, qu’on cernera la puissante originalité de son analyse.

Un personnage double ?

4Longuement évoqué avec force louanges par Suétone et Dion Cassius, Auguste est présenté par Tacite comme un personnage controversé : aux chapitres ix et x du livre I de ses Annales, l’historien présente en un diptyque les mérites du fondateur de l’Empire, puis les reproches suscités par sa politique autoritaire. Malgré l’équilibre supposé de ce « portrait politique », le lecteur reste sur cette impression défavorable. Au xviiie siècle, on retrouve une semblable opposition, mais l’ordre des arguments a changé : généralement les historiens déplorent, certes, les principaux défauts d’Auguste, accusé de s’être montré particulièrement cruel, d’avoir toujours éprouvé un goût immodéré du pouvoir et d’avoir fait preuve de dissimulation. Mais l’ordre chronologique veut que l’on s’intéresse d’abord à la conquête du pouvoir par Octave pour finir, pour ainsi dire en beauté, avec l’édification de l’Empire. Les noirceurs de cette première période s’effacent devant la grandeur d’un dessein que le recul de dix-huit siècles permet de mieux apprécier, et l’empereur est identifié à l’empire qu’il a fondé. Son rôle sur la scène du monde s’amplifie encore quand on considère que l’Empire romain, en unifiant tant d’hommes, était la condition qui permettait au Christ de répandre ses leçons : la lecture du Discours sur l’histoire universelle de Bossuet se fait encore largement entendre au siècle suivant. Mais quand bien même on ne prendrait pas en compte la dimension chrétienne de l’histoire, en vertu d’un téléologisme latent Auguste est justifié rétrospectivement par une œuvre dont la durée prouve la valeur intrinsèque, œuvre exceptionnelle qui ne pouvait naître que d’un personnage exceptionnel, excessif par ses défauts autant que par ses qualités, qui trouve sur la scène tragique de l’âge classique un rôle à sa mesure.

  • 2 François Catrou et Pierre Julien Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, Paris, Rol (...)
  • 3 Jean-Baptiste Crevier, Histoire des empereurs romains depuis Auguste jusqu’à Constantin, Paris, De (...)

5Auguste illustre donc l’éternel conflit de la morale et de la politique, ou encore de la morale et de l’histoire ou de la raison d’État, et qui veut le juger doit le faire en fonction de ses principes en la matière. Le lecteur des révérends pères jésuites Catrou et Rouillé2 n’a pas à balancer : devant ce chef-d’œuvre qu’est l’Empire, il n’est point de reproche mesquin qui tienne ; pour voir le jour, l’Empire avait besoin d’une main aussi ferme. Plus modéré, Crevier ne reconnaît pas à Auguste « de vrais vertus […] mais des actions et des vues louables en soi, et aussi utiles pour l’État qu’elles seraient estimables dans le Prince s’il y eût joint la pureté du motif et la droiture de l’intention3 ». Quelques années plus tard, faussement prudent, Montigny conclut ainsi l’article qu’il lui consacre dans le Supplément de l’Encyclopédie :

  • 4 Supplément à l’Encyclopédie, Paris, Panckoucke, 1776, t. I, p. 701-710, ici p. 710a. On notera que (...)

On nous dispensera de faire ici son éloge et sa censure, ses actions parlent. Il enchaîna par ses propres liens le peuple le plus fier qui fut jamais, et fonda la monarchie la plus vaste, la plus riche, la plus puissante qui eût été avant lui et qui ait subsisté depuis. Cet empire acquit tant de grandeur que les États du Turc n’en sont qu’un faible débris. […] aussi un sage a-t-il dit, en parcourant sa vie, que ce prince n’aurait jamais dû naître, ou ne jamais mourir4.

  • 5 F. Catrou et P.-J. Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, ouvrage cité ci-dessus à (...)
  • 6 René Aubert de Vertot, Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République rom (...)

6Malgré ces réticences, les historiens du début du xviiie siècle semblent vouer à Auguste une admiration certaine. Ils ne vont pas tous jusqu’au finalisme naïf de Catrou et Rouillé : « Quelle marque plus certaine qu’Auguste était né pour commander aux autres hommes que l’ordre nouveau qu’il établit dans tout l’État romain5 ? » Néanmoins ils sont séduits, comme l’abbé de Vertot6, par le prodigieux destin du personnage, par ses qualités d’homme d’État et l’ampleur de sa tâche. Il est bien évident dès lors que Montesquieu, qui refuse le prestige du héros, qui récuse le providentialisme d’un Bossuet, et surtout qui attache tant de prix à la liberté, ne peut concevoir pareille image quand il réfléchit sur l’histoire romaine. Ce n’est pas parce qu’il utilise les mêmes sources que ses précédecesseurs (Tacite, Suétone, Dion Cassius), qu’il se conforme aux principes qui les sous-tendent : la lecture des pages consacrées à Auguste convainc qu’ici, comme en bien d’autres chapitres, Montesquieu a souhaité se démarquer des jugements traditionnels repris en chœur à son époque ; ainsi il élabore une réflexion originale, distincte également de celle qui se fera jour dans L’Esprit des lois, sur le pouvoir absolu et la marche de l’histoire, qui fait apparaître le caractère paradoxal du personnage d’Auguste et surtout le danger qu’il constitue.

  • 7 Ibid., p. 417.
  • 8 J.-B. Crevier et Ch. Rollin, Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Ac (...)

7Le caractère d’Auguste présente un certain nombre de contradictions, que tous les commentateurs ont soulignées. Un des traits les plus remarquables est sa lâcheté. Catrou et Rouillé, tout à leur héros, ne la dissimulent pas, mais en minimisent les conséquences. L’abbé de Vertot la mentionne, car il y trouve matière à un contraste du plus bel effet avec « un génie élevé, hardi, audacieux, capable de former les plus grands projets7 » en d’autres domaines. Crevier, continuateur de Rollin, ne peut croire à cette réputation qui rend difficilement explicables les victoires d’Octave dans la guerre civile ; il en attribue l’origine à la propagande d’Antoine8. Montesquieu ne saurait chercher une excuse de cet ordre : il est peu soucieux de grandir Auguste ; il n’entend pas non plus reprendre tout uniment un thème aussi commun. Il insiste donc sur cet aspect au lieu de le sous-estimer et inverse la valeur de ce défaut pour en faire, non une qualité, mais une des raisons qui ont permis à Auguste d’accéder au pouvoir. Ainsi l’aberration peut relever du rationnel :

Je crois qu’Octave est le seul de tous les capitaines romains qui ait gagné l’affection des soldats en leur donnant sans cesse des marques d’une lâcheté naturelle. Dans ces temps-là les soldats faisaient plus de cas de la libéralité de leur général que de sa valeur ; peut-être même que ce fut un bonheur pour lui de n’avoir eu aucune des qualités qui pouvaient lui procurer l’empire, et que cela même l’y porta : on le craignit moins. Il n’est pas impossible que les choses qui le déshonorèrent le plus aient été celles qui le servirent le mieux ; s’il avait d’abord montré une grande âme, tout le monde se serait méfié de lui. (chap. xiii)

8L’exemple est révélateur d’une méthode : au lieu d’être répétée comme lieu commun ou encore d’être esquivée ou minimisée, la contradiction devient un paradoxe, mis en valeur par les formes superlatives et intensives qui scandent ce passage, même si elles sont contrebalancées par de prudentes modalisations ; et le paradoxe retient l’attention : il mérite explication, il faut en donner les raisons. De l’exception, voire de l’aberration, on peut tirer sinon une règle, du moins un principe justificatif général appliqué à un cas particulier.

  • 9 Louis Moreri, « Auguste », Le grand dictionnaire historique, Lyon, Jean Girin et Barthélemy Rivièr (...)

9Autre thème bien connu, celui que Moreri exploite ainsi : « Sitôt qu’il fut paisible possesseur de la souveraineté, tous ses vices semblèrent changés en vertus9. » Crevier remarque également combien la conduite d’Auguste diffère de celle d’Octave. Chez Montesquieu, cette idée est présente, mais elle reste implicite ; si elle n’est pas soulignée davantage, c’est que pour Montesquieu, elle est parfaitement claire : autant Octave paraît passif, voire inexistant – c’est là, on l’a déjà vu, son habileté principale –, autant Auguste occupe le devant de la scène. L’exigence de concision propre aux Romains explique le procédé tout autant que le souci de renouvellement du lieu commun. Mais surtout l’originalité de Montesquieu consiste à transposer sur le plan de l’action l’opposition entre Octave et Auguste qui jusque-là semblait seulement morale.

Un personnage simple

  • 10 F. Catrou et P.-J. Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, ouvrage cité ci-dessus à (...)
  • 11 Comparer avec ibid., p. 684 et suiv.

10Ainsi Octave, fils adoptif de César et par conséquent son héritier, doit à Agrippa sa victoire sur Sextus Pompée et à Cicéron ses premiers succès politiques (chap. xii et xiii). Semblant laisser parler les faits, Montesquieu se contente de les relever, alors que les autres historiens les interprètent de façon variée, à moins qu’ils ne les négligent purement et simplement. Aussi trouve-t-on chez Catrou et Rouillé : « Qu’importe après tout qu’il ait toujours vaincu par autrui ? En fut-il moins le maître de l’univers10 ? » Mais dans les Romains, les silences sont aussi lourds de sens : la bataille d’Actium « se donna » – la forme pronominale est commode et la banalité comme la rapidité de l’expression s’opposent à l’emphase avec laquelle la plupart des historiens décrivent ce moment décisif pour l’histoire romaine, ce combat de Titans où s’affrontent deux mondes. Octave en semble même absent : on n’y voit paraître qu’Antoine et Cléopâtre (chap. xiii)11. En revanche, le nom d’Auguste revient sans cesse dans le chapitre xiii : c’est lui qui pense, décide et réalise, c’est lui qui, de réforme en réforme, modifie profondément les structures de l’État, c’est lui qui fait l’histoire romaine.

11L’opposition est donc parfaitement claire. Et comme elle ne porte que sur des faits, Montesquieu n’a pas à reprendre le poncif qui transforme un Octave mesquin et cruel en un Auguste magnanime, et surtout souverain. Ainsi Montesquieu part d’une idée généralement admise, tenue pour irrécusable, à la différence de la précédente ; mais dans ce cas aussi, il la systématise, il épuise le lieu commun pour faire ressortir ce qui lui apparaît comme une évidence méconnue : comment un homme dépourvu de qualités particulièrement remarquables a-t-il pu parvenir au pouvoir ? N’y a-t-il pas dans cette ascension un vice fondamental ?

12Cette prise de position est d’autant plus importante qu’elle permet à Montesquieu de revivifier un autre thème fondamental devenu banal, complémentaire du précédent dans la mesure où il semble le contredire : la détermination avec laquelle Octave poursuit son but, la conquête du pouvoir suprême. Tous les historiens y voient le contrepoint des faiblesses d’Octave, et de ce fait lui accordent une place majeure. C’est même un morceau de choix pour les auteurs qui, comme Catrou et Rouillé, y voient la marque d’une supériorité naturelle, ou pour un Crevier soucieux d’étudier les causes des événements et qui ne peut laisser dépendre du seul jeu des hasards l’ascension et la réussite d’Octave. Montesquieu reprend ce point de vue dans le même chapitre xiii, à une page de distance, où il a recours à deux expressions similaires : « Voilà la clef de toute la vie d’Auguste », et : « Je me détermine par toute la vie d’Auguste ».

  • 12 La formule apparaît, comme on l’a signalé, dans l’article « Auguste » du Supplément de l’Encyclopé (...)

13Que le prince proposé à l’admiration des lecteurs soit ici facilement percé à jour est déjà significatif. Mais surtout il est avéré que la métamorphose d’Octave en Auguste est en réalité le fait de la servilité, évoquée au détour d’une parenthèse qui est bien à l’image des procédés du nouvel empereur : l’essentiel ne réside guère dans ce qui apparaît au premier plan, mais dans ce qui clôt la période et reste dans l’oreille, et dans le temps – « Auguste (c’est le nom que la flatterie donne à Octave) établit l’ordre, c’est-à-dire une servitude durable12 ». Ainsi, s’il y a continuité d’Octave à Auguste, l’individu n’a pas changé ; d’ordinaire, le prestige d’Auguste rejaillit sur Octave ; sous la plume apparemment impassible de Montesquieu, c’est le mouvement inverse qui s’impose : Auguste reste un intrigant lâche et sournois, qui portait dans le sénat une cuirasse sous sa robe et songea « à établir le gouvernement le plus capable de plaire qui fût possible sans choquer ses intérêts ». Le jugement moral que Montesquieu refusait de prononcer dans la mesure où il aurait pu être favorable à Auguste n’est donc pas absent.

14Il apparaît plus nettement si l’on s’intéresse au principe même qui instaure cette continuité ; on s’aperçoit qu’il ne s’agit d’autre chose que de l’aspiration au pouvoir absolu : « Toutes les actions d’Auguste, tous ses règlements, tendaient visiblement à l’établissement de la monarchie. » Déjà César Auguste perçait sous Octave. Ce que l’avènement d’Auguste apporte de nouveau, c’est seulement la révélation pleine et entière de ses ambitions, que l’incapacité d’Octave et son hypocrisie avaient jusque-là dissimulées. Et s’il arrive à ses fins, s’il devient dès lors le seul acteur sur la scène romaine, il ne faut pas en chercher la raison en lui-même, mais dans les circonstances qui l’ont favorisé et dans la faiblesse de ses partenaires, incapables de tenir leur rôle.

Le « rusé tyran »

  • 13 Catrou et Rouillé développaient avec complaisance un thème traditionnel depuis l’Antiquité, la pro (...)

15Examinons de plus près les facteurs favorables dont Auguste a bénéficié, tels que les expose d’abord le chapitre xii des Romains : parmi le peuple, les désordres suscités par Antoine à la mort de César (deux pages consacrées aux mesures prises immédiatement après sa mort et aux détails de ses funérailles, alors que plus de vingt siècles en occupent moins de deux cents) et un autre « accident » dû à la superstition, l’apparition d’une comète, confirmée par la croyance populaire en une vengeance céleste. L’armée apparaît au chapitre xiii : les soldats sont « sans esprit de parti » car ils sont cupides – d’ailleurs les provinces elles-même ont le souci de leur sécurité et de leur prospérité. Les partisans et les débiteurs d’Antoine le trahissent, comme Cléopâtre qui, pour Montesquieu, présente au plus haut point les défauts de son sexe13. Ce sont donc l’intérêt particulier, la soumission à la loi du plus fort et la superstition qui ont valu à Octave ses succès décisifs.

16Si l’on précise le rôle d’Octave – car Montesquieu est bien obligé de lui reconnaître une certaine part de responsabilité –, on s’aperçoit qu’il s’est surtout imposé dans l’esprit des gens en analysant parfaitement les motifs qui les faisaient agir : il « gagn[e] » les soldats, les siens comme ceux de Lépide, qu’il sait intéressés ; il se concilie le vaniteux Cicéron par des flatteries ; il « humilie » Lépide, ce personnage sans envergure, et rabaisse le Sénat qui s’était cru « au-dessus de ses affaires » ; ce sont d’ailleurs ses seules manifestations brutales d’autorité. Si l’on ajoute que ses principaux adversaires d’envergure, Brutus et Cassius, « se tuèrent avec une précipitation qui n’est pas excusable », laissant « abandonnée » la république, et qu’Antoine fut perdu par ses « extravagances », force est de constater qu’Auguste ne s’est jamais imposé face à une personnalité digne de ce nom (chap. xii).

  • 14 Au xviie siècle, Auguste suscite l’admiration de certains tacitistes qui voient en lui le modèle d (...)

17Ainsi, quand tous les commentateurs insistent sur la « prudence » de ce prince et la supériorité de son « génie »14, Montesquieu laisse voir qu’il ne doit sa réussite qu’à l’héritage de César, mais surtout aux faiblesses collectives et individuelles, et non plus seulement à sa propre ambition, ou au désir de pouvoir dont l’homme est toujours plus avide « à mesure qu’il en a davantage », car il « ne désire tout que parce qu’il possède beaucoup » (chap. xi). D’autre part, superstition, lâcheté, intérêt, ne sont pas des vices réservés au peuple romain, qui a eu ainsi le maître qu’il méritait. Ces victoires sans gloire, Auguste les a remportées en tablant sur la faiblesse humaine ; il a de la sorte accéléré le processus qu’il avait parfaitement identifié : il l’a exploité à son profit. La tyrannie est donc loin d’être affaire d’institutions ; elle est aussi l’expression d’un certain cynisme, né d’une conscience claire des défauts humains : la tyrannie est aussi une attitude morale.

18L’œuvre politique et administrative d’Auguste lui vaut-elle plus de respect de la part de Montesquieu ? D’ordinaire, ce sujet constitue le véritable morceau de bravoure des historiens, qui admirent à la fois la cohérence et l’ampleur de ses desseins : des postes à la justice, tout est créé ou réformé dans un même souci d’unification et d’efficacité. Payant lui-même de sa personne, l’empereur est au centre de tout. Peu importe qu’Auguste agisse ainsi dans l’intention d’assurer sa propre grandeur, comme l’affirme Crevier, puisqu’il veille ainsi au bien public.

  • 15 Il faut remarquer que Montesquieu ne fait pas mention du culte impérial instauré par Auguste, qui (...)

19Des vingt chapitres (xxx-xlix) que Suétone consacrait aux mesures prises par Auguste, Montesquieu ne retient que celles qui sont d’ordre militaire ; elles constituent les lignes de force du chapitre xiii, sur lesquelles viennent se greffer les explications et les commentaires indispensables. Auguste a mené une politique de paix, car il était jaloux des éventuels succès de ses généraux, et inquiet à l’idée qu’une armée ne devienne trop puissante en se rendant nécessaire : les restrictions apportées aux affranchissements et à l’octroi du droit de cité ne sont que les conséquences directes de cette politique. Simultanément, il renforce la présence militaire à Rome et aux frontières de l’Empire, disperse les vétérans pour éviter qu’ils ne fournissent des renforts à une sédition. Enfin, il donne à la marine des établissements fixes. Auguste, qui redoute les soldats – nous retrouvons là une preuve de la lâcheté qui caractérisait déjà Octave – a besoin d’eux pour étendre son pouvoir sur Rome et l’Empire15.

  • 16 Lettres persanes, Lettre 99.

20Les mesures judiciaires et politiques qu’il a prises n’apparaissent qu’accidentellement, au cours du chapitre xiv : « Auguste avait ôté au peuple la puissance de faire des lois et celle de juger les crimes publics ; mais il avait laissé, ou du moins avait paru lui laisser celle d’élire des magistrats. Tibère […] lui ôta encore ce privilège. » En tout état de cause, Montesquieu ne les retient pas parmi celles qui définissent le principat d’Auguste ; pour lui, ce régime est avant tout une dictature militaire. Si l’Empire est resté aussi stable, ce n’est donc pas parce que les postes étaient efficaces et la justice particulièrement bien organisée, mais parce que dans les monarchies, « l’avantage est ordinairement du côté du prince, qui est à la tête des armées16 ». L’empire d’Auguste est peut-être né de considérations de haute politique ; celles-ci n’en ont pas moins été dictées à l’origine par un pouvoir qui ne veut rien voir lui échapper. À l’époque où « un prince dans le monde […] travaille depuis quinze ans à abolir dans ses États le gouvernement civil pour y établir le gouvernement militaire », le personnage d’Auguste paraît étrangement présent, préfigurant le « Roi-Sergent », Frédéric-Guillaume Ier.

  • 17 Tacite, Annales, VI, 11. Ni Suétone, ni Dion Cassius ne font état de ces troubles.

21Cela ne signifie pas pour autant que Montesquieu méconnaisse l’œuvre réformatrice d’Auguste ; il est même attentif à certaines de ses qualités : il voit en lui un calculateur remarquable, froid, presque inhumain, si différent d’Antoine dont Montesquieu évoque les « extravagances » (chap. xiii), inaccessible à la séduction de Cléopâtre, car tourné tout entier vers sa propre grandeur, néanmoins toujours extrêmement lucide et attentif au réel. Montesquieu le présente même parfois comme plus retors qu’il n’apparaît ailleurs : « Sous prétexte de quelques tumultes arrivés dans les élections, Auguste mit dans la Ville un gouverneur et des garnisons » (ibid.) ; or Tacite, sa seule source en l’occurrence, ne parle que de l’institution d’un préfet de la ville, et surtout la justifie par la nécessité de réprimer les esclaves et les citoyens les plus dangereux17.

  • 18 Lettres persanes, Lettre 76.
  • 19 Ibid.
  • 20 « C’était une circulation des hommes de tout l’univers. Rome les recevait esclaves et les renvoyai (...)

22Parfois même, semble-t-il, dans certaines pages des Romains, perce l’admiration du connaisseur : au lieu de « toucher aux lois d’une main tremblante18 », Auguste les réforme sans trace d’hésitation, corrigeant les abus causés par la distribution des terres aux vétérans, assurant la sécurité des convois maritimes et la facilité des communications ; il n’a rien à voir avec ces « hommes bornés que le hasard a mis à la tête des autres, et qui n’ont presque consulté que leurs préjugés et leurs fantaisies19 ». Certes, il est plus facile d’asservir que de préserver l’équilibre d’une république ; mais Auguste n’en est pas moins conscient du jeu subtil des lois, des rapports complexes qui les unissent. Il a compris que la poursuite d’une politique de conquêtes risquait de lui nuire ainsi qu’à l’Empire ; mais il ne s’en tient pas là : « Ces trois choses étaient très liées ensemble : dès qu’il n’y avait plus de guerres, il ne fallait plus de bourgeoisie nouvelle, ni d’affranchissements » (chap. xiii). Ce faisant, Auguste manque à une tradition séculaire qui avait assuré la grandeur du peuple romain, du moins tant qu’elle ne vivait que de la guerre20, mais il a senti que cette évolution était devenue nécessaire.

  • 21 Voir dans ce volume « De Rome aux Romains, le passé au présent ».

23Auguste a montré ainsi qu’il possédait certaines lumières, et une pénétration dont bien peu d’hommes sont capables. Il n’est pas étonnant que Montesquieu s’intéresse plus à lui qu’à Romulus, à peine évoqué dans les Romains21. D’ailleurs, de tous les rois de Rome, Tarquin le Superbe est le seul dont Montesquieu analyse le caractère et la conduite, car il avait prévu son « malheur » (chap. i), et tenté de s’en garantir. Moins heureux devant l’histoire, donc décrié par les historiens malgré ses qualités, dernier représentant d’une monarchie qu’il contribue à faire disparaître, Tarquin semble d’abord l’antithèse d’Auguste, « rusé tyran [qui] conduit […] doucement [les Romains] à la servitude » (chap. xiii). Il mérite pourtant plus que Romulus, ce fondateur presque inexistant dont Rome semble avoir si peu besoin pour naître, d’être rapproché du fondateur de l’Empire, qui lui donne sa physionomie propre, que la flatterie proclame « père de la patrie » et qui voulut se faire appeler « nouveau Romulus ». Tarquin a la lucidité, mais non l’habileté qui caractérisent Auguste et qui, aux yeux de Montesquieu, ont fait de celui-ci le plus dangereux des despotes, grand connaisseur de l’âme humaine et des mécanismes des lois, bénéficiant de l’expérience et de l’exemple malheureux de son prédécesseur, César, pour mieux instaurer une servitude définitive. Ainsi Auguste peut apparaître comme un esprit éclairé, mais à rebours : il démontre l’efficacité de ses lumières en les pervertissant.

  • 22 Voir dans ce volume « De Rome aux Romains, le passé au présent ».

24Enfin, n’est-il pas paradoxal que Montesquieu fasse d’Auguste un personnage beaucoup plus riche que tous les héros de la République ? Ceux-ci ont peu de consistance, peut-être parce qu’ils agissent avec foi et naïveté et qu’ils sont l’émanation d’un peuple : ils n’apparaissent pas comme des individualités remarquables ; et s’ils sont grands, c’est justement que leur héroïsme est subordonné aux intérêts de Rome, donc qu’il s’efface au profit de la collectivité22. Sur tous ces points, Auguste s’oppose radicalement à eux : sa supériorité consiste d’abord à comprendre comment l’intérêt général peut servir son intérêt particulier, et à agir en conséquence. Mais surtout il a conscience de son rôle historique ; la dialectique des lois générales de l’histoire et de la volonté particulière ne s’est jamais mieux incarnée qu’en lui. Il représente donc individuellement, par ses qualités ou plutôt son absence de qualités, politiquement, par l’utilisation de ses lumières, et historiquement, le pire danger possible pour un État, mais aussi pour tous les penseurs politiques, tant il est fascinant.

*

  • 23 Jean Ehrard, préface aux Romains, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 20.

25Quelles leçons le xviiie siècle peut-il tirer d’un pareil portrait et d’un pareil tableau ? Louis XIV, cet « esprit au-dessous du médiocre » s’il faut en croire Saint-Simon, n’est pas tout à fait arrivé à ses fins ; son successeur peut donner l’impression de mieux réussir : « Il faut lire les Romains comme une dénonciation du despotisme menaçant, et surtout comme une méditation sur les conditions concrètes de la liberté23 ». En tout cas, l’avertissement est donné : si la médiocrité n’est pas un obstacle pour qui veut accéder au pouvoir suprême, à plus forte raison pour qui le détient déjà, elle n’est pas incompatible avec une parfaite maîtrise des facteurs humains, qui s’exerce avec une habileté redoutable, insensible, sitôt qu’elle ne trouve plus d’obstacle. L’ampleur même des réformes peut bien ne cacher qu’une idée directrice, accroître la force armée qui constitue le fondement du régime. Néanmoins il se trouvera toujours des sujets, mais aussi des commentateurs politiques ou des historiens, dix-sept ou dix-huit siècles après, pour se féliciter d’une telle évolution et saluer l’empire augustéen comme la victoire de l’ordre et l’expression de la raison confirmée par l’histoire. En refusant de souscrire aux idées reçues, Montesquieu ne cède pas à une coquetterie d’écrivain, il dénonce avec adresse un mirage qui jouit toujours d’une faveur inquiétante, amplifiée par le recul historique. L’originalité de sa démarche est donc radicale : pour un lecteur averti des Romains, Auguste ou ses épigones ne pourront plus jamais apparaître comme les fondateurs bienveillants d’un pouvoir fort ; l’on se méfiera désormais de ceux qui en introduisent subrepticement les germes – lorsque l’on s’en aperçoit, comme on le fait sous Tibère, il est trop tard, et le despotisme s’est installé. Il faut lire les Romains avant qu’il ne soit trop tard.

Notes

1 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Ms 2512, § 2 (OC, t. II, 2000, p. 316).

2 François Catrou et Pierre Julien Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, Paris, Rollin, Delespine et Coignard, 1725-1748, 21 t. in-4o, t. XIX, p. 640 et suiv. J’ai choisi cette œuvre, d’intérêt médiocre, car elle est rigoureusement contemporaine des Romains et a connu une large diffusion : la comparaison a souvent été faite, explicitement ou non, entre cette monumentale histoire et le mince volume in-octavo des Romains.

3 Jean-Baptiste Crevier, Histoire des empereurs romains depuis Auguste jusqu’à Constantin, Paris, Desaint et Saillant, 1749-1755, 12 t. in-12, t. I, livre III, p. 490. C’est également Crevier qui rédige les derniers livres de l’Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium de Charles Rollin (Paris, 1738-1748, 16 t.), dont les trois derniers évoquent le futur Auguste.

4 Supplément à l’Encyclopédie, Paris, Panckoucke, 1776, t. I, p. 701-710, ici p. 710a. On notera que l’article commence par une expression empruntée aux Romains (voir ci-après) : « tel fut le nom que la flatterie donna dans la suite à Caius Octavius. »

5 F. Catrou et P.-J. Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, ouvrage cité ci-dessus à la note 2, p. 643.

6 René Aubert de Vertot, Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine [1719], Paris, Barois, 1727, livre XIV ; édition de 1727 (celle que possédait Montesquieu pour cette période de l’histoire romaine : voir dans ce volume « De Rome aux Romains, le passé au présent », note 7), p. 415 et suiv.

7 Ibid., p. 417.

8 J.-B. Crevier et Ch. Rollin, Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, ouvrage cité ci-dessus à la note 3, t. XV, p. 501.

9 Louis Moreri, « Auguste », Le grand dictionnaire historique, Lyon, Jean Girin et Barthélemy Rivière, 1674.

10 F. Catrou et P.-J. Rouillé, Histoire romaine depuis la fondation de Rome, ouvrage cité ci-dessus à la note 2, p. 640.

11 Comparer avec ibid., p. 684 et suiv.

12 La formule apparaît, comme on l’a signalé, dans l’article « Auguste » du Supplément de l’Encyclopédie, mais aussi dans les articles « Triumvirat » et « Empire romain » de l’Encyclopédie elle-même, sous la plume de cet excellent lecteur et ami de Montesquieu qu’est Jaucourt (voir Catherine Volpilhac-Auger, « Pénélope devant la Toile : les Considérations sur les Romains de Montesquieu lues par l’Encyclopédie, puis par l’Encyclopédie électronique », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, nos 31-32, 2002, p. 177-187).

13 Catrou et Rouillé développaient avec complaisance un thème traditionnel depuis l’Antiquité, la propagande d’Auguste ayant imposé une grille de lecture morale à son opposition au couple formé par Antoine et Cléopâtre.

14 Au xviie siècle, Auguste suscite l’admiration de certains tacitistes qui voient en lui le modèle de l’autorité politique. Montesquieu, qui connaissait bien leurs œuvres, n’en tire aucun enseignement important : voir Catherine Volpilhac-Auger, Tacite et Montesquieu, Oxford, Voltaire Foundation, « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century », 1985, p. 24-26 et 120-121.

15 Il faut remarquer que Montesquieu ne fait pas mention du culte impérial instauré par Auguste, qui représentait un facteur non négligeable de soumission à l’État. La Dissertation sur la politique des Romains dans la religion (1716) n’y accordait pas davantage d’importance, alors que son objet était de traiter de la manière dont les Romains instrumentalisent la religion pour renforcer la soumission du peuple à l’État.

16 Lettres persanes, Lettre 99.

17 Tacite, Annales, VI, 11. Ni Suétone, ni Dion Cassius ne font état de ces troubles.

18 Lettres persanes, Lettre 76.

19 Ibid.

20 « C’était une circulation des hommes de tout l’univers. Rome les recevait esclaves et les renvoyait Romains » (chap. xiii).

21 Voir dans ce volume « De Rome aux Romains, le passé au présent ».

22 Voir dans ce volume « De Rome aux Romains, le passé au présent ».

23 Jean Ehrard, préface aux Romains, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 20.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search