Version classiqueVersion mobile

Montesquieu : une histoire de temps

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

II. Entre passé et présent : le temps des Romains

4. De Rome aux Romains, le passé au présent

Texte intégral

  • 1 Voir dans ce volume « Les Romains, quelques siècles plus tard ».

1Le temps de l’histoire chez Montesquieu est d’abord celui qui structure et définit les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence. Et pourtant les Romains ne sont ni véritablement un livre d’histoire au sens actuel du terme, ni même un récit comme on l’exige au xviiie siècle de tout auteur qui entend faire œuvre d’historien ; est-ce à dire que de ce fait sont interdites les deux approches traditionnelles des œuvres littéraires, temps narré, temps de la narration ? Il devient surtout nécessaire de concentrer l’attention sur la manière dont Montesquieu pense le temps, dans la perspective d’une réflexion qui prend l’histoire pour matière, et non pour cadre, en une démarche qui est déjà celle de L’Esprit des lois – non brouillon ou coup d’essai sur la voie du Grand Œuvre1, mais découverte de l’utilité de la démarche historique comme mode de pensée. En effet, il ne s’agit pas pour Montesquieu de raconter après tant d’autres les hauts faits qui scandent l’ascension de Rome et de marquer les étapes navrantes d’un déclin inéluctable, ou de dénoncer les effets destructeurs du temps sur la vertu romaine (lieu commun s’il en fut), mais bien plutôt d’analyser le destin de Rome, de cerner les raisons pour lesquelles une ville si médiocre a duré si longtemps, et une puissance si affaiblie a résisté autant de siècles : Rome, la Roma aeterna, se construit et se détruit contre le temps et les lois communes. C’est pourquoi celui qui en étudie l’évolution n’envisage le passé que pour mieux voir le présent : Rome n’est qu’une extraordinaire matière première, un sujet d’expérimentation que Montesquieu traite moins en historien proprement dit qu’en physicien, observateur attentif des phénomènes dont il faut tirer des lois générales. De ce fait le temps peut n’apparaître que comme un paramètre parmi d’autres, non comme le tissu même de l’œuvre. Mais c’est précisément dans le jeu entre le passé et le présent que Montesquieu ouvre de nouvelles perspectives, en d’étranges chevauchements.

Temps de l’histoire, temps du récit

  • 2 Les seules mentions temporelles précises ne sont pas destinées à reconstituer un cadre chronologiq (...)
  • 3 Au chapitre i, il n’apparaît que dans l’expression : « Romulus et ses successeurs… », et pour avoi (...)
  • 4 Rappelons qu’à l’aune des connaissances de l’époque, les Romains ne présentent guère de défauts, m (...)
  • 5 « La bataille d’Actium se donna […] », chap. xiii. Pour un commentaire détaillé de cette expressio (...)

2La première surprise qu’offrent les Romains, si commodément rangés depuis deux siècles et demi dans la catégorie bibliographique « histoire romaine », est de ne livrer aucune date, ni même aucun repère commode2 : Romulus, le fondateur, n’apparaît comme tel qu’au chapitre x3 ; les héros auxquels nous sommes habitués, les Scipion et les Brutus, les défaites et les victoires dont les noms (Cannes, Zama…) sonnent comme autant de rappels d’une chronologie bien établie dont la réalité effective importe peu ici4, sont quelquefois mentionnés, mais de manière presque exceptionnelle5, alors que tous les livres d’histoire se font un point d’honneur d’offrir régulièrement en manchettes la date Ab Vrbe condita, parfois accompagnée de la datation depuis la création du monde et selon l’ère chrétienne (quand on n’y ajoute pas les olympiades), et d’organiser le récit autour d’actes d’héroïsme qui « font date » – l’expression n’a jamais été plus méritée. Si Montesquieu se passe de dates, c’est que justement tout le monde les connaît, et qu’il importe moins de répéter que de faire réfléchir, sans se laisser imposer un schéma préétabli par une périodisation consacrée par l’usage.

3En effet les moments fatidiques, qui marquent la fin d’une époque et constituent une révolution ou du moins une rupture, sont loin de coïncider avec ceux que la vulgate a déterminés, et que nous avons parfois gardés jusqu’au xxie siècle, et au moins jusqu’au xxe. Le meilleur exemple en est fourni par ce que l’on a appelé depuis « la révolution de 509 » : les Romains révoltés par le viol et le suicide de Lucrèce, sous l’impulsion de Brutus chassent le roi Tarquin et abolissent définitivement la royauté, instaurant le consulat qui donnera toute sa puissance à la République. Or, quoique lui soit reconnu le statut de véritable « révolution », l’événement est noyé dans le chapitre i qui ne s’achève qu’avec la prise de Rome par les Gaulois, tenue justement pour un non-événement (cela « ne lui ôta rien de ses forces […] l’incendie de la Ville ne fut que l’incendie de quelques cabanes de pasteurs »). Quel est le sens de cette banalisation, ou plutôt de cette inversion qui fait clore le chapitre par l’absence de fait marquant, et diminue l’importance d’un changement de régime généralement tenu pour sans exemple ?

4La démarche est d’autant plus surprenante qu’on s’attendrait à voir Montesquieu privilégier des facteurs politiques. En fait le temps de l’histoire vécue (res gestae) ne modèle pas le temps de l’histoire qui s’écrit (res scriptae) ; c’est cette dernière qui impose sa lecture et recompose une temporalité, au nom d’une philosophie de l’histoire qui privilégie la longue durée, les mouvements de fond, dont les événements dits « historiques » ne sont que l’écume. Mais surtout, le dessein de l’ouvrage ne consiste pas à narrer l’histoire romaine, mais à en dégager matière à réflexion ; il importe avant tout de briser le cadre temporel pour faire apparaître d’autres perspectives.

5En effet la composition de la première moitié de l’ouvrage se caractérise par une alternance irrégulière de chapitres « dynamiques », qui avancent dans le cours du temps, couvrant une période bien déterminée (de - 753 à - 390 pour le chapitre i, de - 390 à - 202 pour le chapitre iv, le premier tiers du iie siècle pour le chapitre v, de - 110 à - 63 pour le chapitre vii), tout en entremêlant l’énoncé des faits et leur analyse, et de chapitres qui constituent autant de pauses si l’on considère le fil chronologique, mais qui n’en sont pas pour autant d’importance secondaire puisqu’ils approfondissent les « causes » qui constituent la matière même de l’ouvrage : les chapitres ii, « De l’art de la guerre chez les Romains », iii, « Comment les Romains purent s’agrandir », vi, « De la conduite que les Romains tinrent pour soumettre tous les peuples », viii, « Des divisions qui furent toujours dans la Ville », et ix, « Deux causes de la perte de Rome ».

6Mais il n’en est pas de même dans une seconde partie, à partir du chapitre x, autrement dit de la fin de la République : pour signifier la décadence de l’Empire romain, les chapitres se succèdent en s’enchaînant chronologiquement. On en retire l’impression que l’ascension de Rome a besoin d’être expliquée, alors que le mouvement inverse parle de lui-même ; tout n’avait-il d’ailleurs pas été dit au chapitre ix, « Deux causes de la perte de Rome » ? Et une fois explicitée la crise de mars -44 à octobre -42 sur laquelle se concentre le chapitre xii (de la mort de César à la mort des conjurés, Brutus et Cassius, lors des batailles de Philippes, ce qui ouvre la voie au principat d’Auguste), que reste-t-il à apprendre ? Les guerres civiles ne peuvent se solder que par l’avènement d’un pouvoir fort, qui enclenche le mouvement inéluctable de la décadence de la Rome latine, celle de l’empire d’Occident, dont il n’est plus besoin que de constater les effets et d’expliquer les modalités.

7Les trois derniers chapitres (xxi, « Désordres de l’empire d’Orient », xxii, « Faiblesse de l’empire d’Orient », et xxiii, « Raison de la durée de l’empire d’Orient. Sa destruction ») relèvent d’une autre logique. Ils disent sur trois modes différents l’affaiblissement continu durant neuf siècles de la nouvelle Rome fondée par Constantin, depuis le règne malheureux de Justinien (mort en 565) jusqu’à la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 : le chapitre xxi évoque les pressions extérieures et les divisions intérieures, le xxiie se concentre sur un facteur déjà mentionné dans le précédent, l’influence catastrophique de la religion chrétienne, le xxiiie développe les causes particulières qui retardent une chute inéluctable. À la fois dynamiques et réflexifs, ils entremêlent constats et explications, mais la dominante est évidemment plus thématique que chronologique. Ces neuf siècles, que signifient-ils ? Durer, est-ce vivre ou survivre ? L’interminable déclin de l’empire d’Orient témoigne que le temps ne fait rien à l’affaire, qu’il ne prouve rien, ou plutôt qu’il faut l’envisager autrement.

De Rome aux Romains

  • 6 Sur Vertot et l’historiographie des révolutions, voir Jean-Marie Goulemot, Le règne de l’histoire. (...)
  • 7 René Aubert de Vertot, Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République rom (...)
  • 8 Ibid., p. 5 et 11.
  • 9 Désignée plusieurs fois par des périphrases (la capitale du monde, cette ville naissante), Rome ap (...)
  • 10 À cet égard, l’incipit du livre I (« Un prince […] jeta les premiers fondements de la capitale du (...)

8Si l’on compare les Romains de Montesquieu au best-seller du xviiie siècle, dont le succès perdure jusqu’au milieu du xixe, l’Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine de l’abbé de Vertot (1719), la différence est éclatante6 : selon Vertot, le développement de Rome se réduit à une idée-force, « l’amour de la liberté », qui fait chasser les rois, établir les consuls, donner des pouvoirs croissants aux tribuns du peuple, ainsi que l’énonce d’emblée le discours préliminaire. Mais auparavant les « premiers habitants » de ce « camp de soldats », aventuriers trop heureux de trouver un asile, n’ont rien de plus pressé que de « donner quelque forme au gouvernement. Leur principal objet fut de concilier la liberté avec l’empire ; et pour y parvenir, ils établirent une espèce de monarchie mixte […]7 ». Une fois qu’ils ont inventé ce régime admirable et sont ainsi sortis du chaos primitif, ils parachèvent leur propre création en élisant Romulus pour leur premier roi ; et Rome sort tout armée du crâne de Romulus, « reconnu en même temps pour le chef de la religion, le souverain magistrat de la ville, et le général-né de l’État, […] occupé d’un aussi grand dessein que celui de fonder un État […]8 ». Autrement dit, chez Vertot ce sont les Romains qui font Rome9, et Rome ne fait que réaliser ce que pensent et veulent les Romains, et d’abord le premier d’entre eux10 ; elle n’est à l’origine qu’une construction abstraite dans l’esprit de quelques-uns, livrée aux vicissitudes du réel – le temps lui permet de se réaliser à travers une petite bourgade du Latium, de se dégrader ou de se reconstituer sous une autre forme, comme après la chute de la monarchie.

  • 11 À noter que c’est seulement dans l’édition de 1748 que Montesquieu évoque les édifices publics qui (...)
  • 12 Respectivement chapitres iv et i.
  • 13 Respectivement chapitres i, iv et iii.

9Rien de cela chez Montesquieu. Dans le chapitre initial, il n’est guère question que de Rome et fort peu des Romains : la ville, informe d’abord, sans rues ni bâtiments d’importance11, est première ; « Romulus et ses successeurs » puis les consuls, tous avides de se distinguer, ne sont que des instruments au service d’une puissance qui s’affirme toujours sous le nom de Rome, tandis que celui des Romains est réservé aux opérations guerrières ou aux tractations qui s’ensuivent. Les grandes décisions d’ordre politique sont l’apanage de Rome, qui « ayant chassé les rois établit des consuls annuels », ou du « peuple », qui renverse la monarchie ; aux Romains les moyens de réaliser les conquêtes ou le partage du butin, l’emploi des armes et la conduite des guerres. Les Romains, « ambitieux par orgueil », guerroient avec « opiniâtreté12 » ou saisissent des occasions, alors que Rome, « faisant toujours des efforts, et trouvant toujours des obstacles, faisait sentir sa puissance sans pouvoir l’étendre », ou bien était « un prodige de constance », ou encore « fut sauvée par la force de son institution13 ».

  • 14 Cf. EL, III, 1 : « Il y a cette différence entre la nature du gouvernement et son principe, que sa (...)
  • 15 Voir Georges Benrekassa, La politique et sa mémoire. Le politique et l’historique dans la pensée d (...)
  • 16 Voir Jean Ehrard, « “Rome enfin que je hais… ?” », Storia e ragione, Alberto Postigliola dir., Nap (...)

10Opposition du concret et de l’abstrait ? du particulier et du général ? de l’individu et du politique, du citoyen et de l’État ? Tout cela peut-être mais aussi, et sans doute davantage, union de la nature et du principe14, ou encore correspondance muette et nécessaire de l’essence15 et du devenir, qui charge Rome de valeur positive, laissant aux Romains dévastateurs du monde le soin d’exercer une « sagesse cynique » voire « féroce », « guidée par une mauvaise foi de principe » – autant de caractérisations hautement péjoratives qui constituent l’incarnation historique, et donc temporelle, de Rome, ou lui donnent les moyens de se réaliser16. Ou encore l’avers et le revers d’une médaille.

  • 17 Voir aussi Pensées, no 1483 : « Établissement de la puissance de Rome, c’est-à-dire de la plus lon (...)
  • 18 Rome à ses débuts pouvait à chaque instant rester ou redevenir une petite ville du Latium, et chaq (...)
  • 19 C’est ce qui différencie essentiellement les Romains des Gaulois (chap. iv) et des Grecs (chap. iv(...)

11Il ne faut cependant pas forcer l’opposition car on trouvera aussi, en guise de contre-exemples, des formulations négatives appliquées à Rome : « […] Rome toujours plus terrible acheva de détruire tous les rois qui restaient encore17 » (chap. xi). On se bornera donc à constater que Rome est loin de se réduire aux Romains, que Rome est toujours première, et à examiner plutôt un autre aspect de cette distinction, qui permet de concilier deux aspects contradictoires de la temporalité : une fois qu’elle a choisi sa voie en décidant de s’arracher à la médiocrité, au chapitre i18, Rome devient Romaaeterna. Les Romains changent, Rome demeure. C’est précisément parce qu’ils montrent une extraordinaire capacité d’adaptation, de perfectionnement (qu’il s’agisse de choisir des armes nouvelles ou de se doter d’institutions efficaces19), que Rome triomphe continuellement et se métamorphose en restant identique à elle-même.

  • 20 Souligné par moi.

12Certes il ne s’agit pas là encore de poser de manière simpliste Rome telle une image immobile dans le ciel des idées ; au contraire, elle est pur dynamisme : « Elle a soutenu une petite, une médiocre, une grande fortune, avec la même supériorité, et n’a point eu de prospérités dont elle n’ait profité, ni de malheurs dont elle ne se soit servie » (chap. xi). Sa chute est même inscrite dans sa nature : elle « était faite pour s’agrandir20 » (ibid.), mais pas pour être grande, pour maintenir sa puissance, et le déclin succède immédiatement à l’ascension. Mais là encore les Romains réalisent ce qui relève de cette essence : le titre du chapitre ix évoque « Deux causes de la perte de Rome » et définit pour cela les rapports entre la cité et les citoyens, c’est-à-dire entre les institutions et « le peuple de Rome » d’une part, entre la capitale et l’Empire de l’autre, et il dénonce justement leur inadéquation. Le chapitre suivant (« De la corruption des Romains ») met l’accent sur les comportements, collectifs ou individuels, qui l’illustrent ou l’actualisent.

  • 21 Cela correspond aussi, dans l’ordre du législatif, à l’écart entre les « lois bonnes », qui permet (...)

13Et surtout ce qui met fin à l’agrandissement continu et donc à la prospérité de Rome, ce n’est pas l’usure du temps (ce que peut vouloir dire aussi le terme corruption), c’est un écart croissant entre Rome et les Romains : « Pour lors Rome ne fut plus cette ville dont le peuple n’avait eu qu’un même esprit […] on ne vit plus Rome des mêmes yeux, on n’eut plus le même amour de la patrie, et les sentiments romains ne furent plus » (chap. ix)21. La différence avec Vertot est toujours aussi manifeste : l’historien des Révolutions ne fait pas allusion à d’autres faits, à d’autres comportements que ceux qu’évoque Montesquieu (corruption de la justice, de l’administration des provinces, des élections, goût immodéré du luxe), mais il les met sur le compte d’un changement purement psychologique de la part des hommes, devenus tout à coup avides de richesses : en cela Vertot est fidèle à toute l’historiographie antique et classique, qui fait de la recherche des causes psychologiques des événements son principal moteur. Tandis que Montesquieu désigne une cause plus générale : « Ce fut uniquement la grandeur de la république qui fit le mal » en modifiant l’échelle des « tumultes populaires », devenus « guerres civiles » (ibid.). Quand Rome n’est plus dans Rome, ou plutôt quand elle ne recouvre plus exactement cette autre entité que constituent les Romains, dispersés à travers le monde, elle est perdue – et dès lors Montesquieu parlera plus volontiers de « la République » et surtout de « l’Empire » – la forme politique permettant de désigner la périodisation historique. Rome est dès lors entrée dans l’histoire, et la distinction entre essence et devenir n’a désormais plus lieu d’être. Tant qu’elle n’existait que comme pure tension, comme mouvement d’expansion, Rome devait être distinguée de ses moyens d’action ; mais ayant conquis le monde, elle ne pouvait plus subsister en tant que telle : « Elle perdit sa liberté parce qu’elle acheva trop vite son ouvrage » – c’est sur ces mots que s’achève le chapitre ix.

  • 22 Tel est bien le sens que lui a donné notamment le xixe siècle, qui en a fait un livre canonique, o (...)
  • 23 Lettre à Lady Hervey du 28 septembre 1733, Correspondance II, lettre 376 ; souligné par moi.

14Cependant le titre même de l’ouvrage désigne les Romains, et non Rome – c’est donc bien sur le devenir historique que veut insister Montesquieu. On peut dès lors se demander si cette « grandeur », que le lecteur a tendance à prendre en son sens figuré comme l’expression d’un certain prestige forçant l’admiration ou du moins le respect (en lui donnant pour synonymes « splendeur », « majesté », ou « supériorité »)22, ne devrait pas être envisagée aussi sous son aspect le plus matériel, comme incite à le penser une première formulation du titre, livrée par la correspondance de Montesquieu : en septembre 1733 il parle des « Considérations sur les causes de l’agrandissement des Romains et de leur décadence23 ». Et s’il est question de la « grandeur de la république » ou de la « grandeur de l’empire », comme au chapitre xv, il ne s’agit que de la taille de l’État. Rome est grande, car son grandiose projet, aux dimensions de l’univers, se développe de siècle en siècle. Les Romains n’ont de grandeur, matérielle et contingente, que celle de leur territoire.

D’hier à aujourd’hui : la raison des choses

  • 24 Préface manuscrite autographe des Romains, publiée pour la première fois en 2000 (OC, t. II, p. 31 (...)
  • 25 Ce que laisserait penser la rédaction des Réflexions sur la monarchie universelle, contemporaine d (...)
  • 26 « […] mais la République ayant des chefs qui changeaient tous les ans et qui cherchaient à signale (...)

15Rome et les Romains n’en fascinent pas moins Montesquieu à part égale puisque, on l’a dit, ils constituent les deux faces de la même médaille. Mais est-ce essentiellement parce que la conquête romaine est « une chose qui n’a point d’exemple dans les histoires et qui selon toutes les apparences n’en aura jamais24 » ? Une aberration historique, un hapax ? Les Considérations sur les […] Romains auraient alors pour justification contradictoire de réduire l’exception (puisqu’on la rend compréhensible) et d’en souligner la singularité irréductible (puisqu’on y prête attention). Ce serait oublier que si Montesquieu touche à l’histoire, ce n’est pas de manière désintéressée. La grande question qu’il se pose est en effet celle-ci : l’expérience romaine peut-elle se renouveler25 ? Et même si on exclut cette possibilité, du moins sous une forme aussi simpliste, il reste d’autres questions : qu’est-ce que la puissance de Rome et les moyens mis en œuvre par les Romains ont à nous apprendre ? Autrement dit, il s’agit d’effacer la spécificité romaine pour ne plus voir jouer que les mécanismes, tirer la loi générale de la poussière des événements. Reconnaître que l’héroïsme est la règle, sans s’attarder sur les hauts faits qui le prouvent26. Et voir que de la conduite des Romains, sortie de son contexte, peuvent se tirer de multiples leçons : le passé est ce qui permet de comprendre le présent, non selon une concordance des temps qui jouerait sur des ressemblances pour affirmer une identité révélatrice, en un usage savant de l’anachronisme délibéré, mais afin de définir des lois qui s’appliquent dans des espaces et des temps différents.

  • 27 Voir Catherine Volpilhac-Auger, « Brutus au carrefour des genres. À quoi sert Brutus ? », Bruto il (...)
  • 28 On peut là encore faire jouer la comparaison avec Vertot ; le serment de Brutus occupe chez lui pl (...)

16Dans cette perspective, les causes d’ordre psychologique ne disparaissent pas, loin de là : « […] comme les hommes ont eu dans tous les temps les mêmes passions, les occasions qui produisent les grands changements sont différentes, mais les causes sont toujours les mêmes », affirme le chapitre i. Ce passage souvent cité, qui évoque la révolte des Romains contre la monarchie après la mort de Lucrèce, pourrait faire croire que Montesquieu rejoint l’historiographie traditionnelle, représentée par Vertot, si nous ne savions que Rome ne se réduit pas aux Romains, encore moins à quelques héros ; en réalité, il ne fait qu’admettre comme un facteur parmi bien d’autres la psychologie des foules – ce qui en soi est déjà remarquable, car celles-ci sont généralement présentées par ses contemporains comme aisément manipulables par quelque chef habile (c’est même à cela que se reconnaît l’habileté) ou comme irresponsables et incontrôlables, sous l’emprise d’une folie meurtrière27. Montesquieu montre au contraire que la conduite étonnamment mûre des Romains du vie siècle joue un rôle décisif dans le destin de Rome, sans qu’il soit besoin de faire appel à quelque meneur d’hommes comme Brutus28.

  • 29 Voir la préface de L’Esprit des lois : « Quand j’ai été rappelé à l’Antiquité, j’ai cherché à en p (...)

17Montesquieu ne se contente pas de réaffirmer le grand postulat classique de la nature humaine : si les hommes sont toujours identiques, ce n’est pas seulement de par leurs passions, mais aussi parce que leurs moyens d’action sont les mêmes. Il importe dès lors de distinguer soigneusement les conditions dans lesquelles ils agissent, « la différence des situations », sinon « nous croirions, en lisant l’histoire ancienne, voir d’autres hommes que nous » (chap. iii). Montesquieu rétablit donc très vite une perspective historique afin de ne pas mésestimer les modernes, qui souffrent généralement de la comparaison avec les héros que l’Antiquité fournit à profusion. La « prodigieuse fortune » des Romains est devenue impossible dans l’Europe moderne, mais pas parce qu’elle manque d’hommes comme les Romains : les structures sociales (sur lesquelles repose l’armée) interdisent à une petite nation de devenir l’égale des grandes, tout comme la multiplication des moyens de communication rend désormais infiniment plus difficiles les conspirations et les révolutions (fin du chap. xxi). Insister sur les différences entre hier et aujourd’hui revient alors en fait à justifier la comparaison : ce sont des conditions objectives, analysables, qui font la différence des temps ; une fois celles-ci déterminées, on peut rechercher « l’esprit » des cas considérés29.

  • 30 En revanche cette réflexion, proche des Réflexions sur la monarchie universelle (19-20), quoiqu’em (...)
  • 31 Voir EL, préface, § 3.

18C’est alors qu’on peut tirer des lois générales, comme celle-ci : « Ces grandes flottes, non plus que les grandes armées de terre, n’ont guère jamais réussi » (chap. xx). Vérité d’expérience ici inspirée par l’empereur byzantin Léon Ier, mais derrière lequel s’inscrit le souvenir de l’Invincible Armada, et sans doute bien d’autres – on notera tout de même que la formule reste prudente : après tout, d’autres expéditions peuvent réussir30. Mais le ton est parfois plus catégorique, et c’est le futur qui marque la certitude : « c’est une erreur de croire qu’il y ait dans le monde une autorité humaine à tous les égards despotique : il n’y en a jamais eu, et il n’y en aura jamais » (chap. xxii) ; quant à l’Empire ottoman, « il subsistera longtemps », bien qu’il soit « à présent à peu près dans le même degré de faiblesse où était autrefois celui des Grecs » (chap. xxiii). Assurance de qui a retiré du spectacle des choses humaines la conviction que les hommes ne sont pas uniquement conduits par leurs fantaisies31, mais attitude dangereuse de celui qui prétend se fonder sur l’analyse historique pour prédire l’avenir…

  • 32 Lettres persanes, Lettre 18.
  • 33 Rappelons que le traité de Sèvres intervient exactement cent quatre-vingt dix-neuf ans après la pr (...)
  • 34 C’est la question initiale du chapitre xxiii.

19D’autant que Montesquieu semble entrer en contradiction avec lui-même, puisque dans les Lettres persanes il affirme de cet empire qu’« avant deux siècles [il] sera le théâtre des triomphes de quelque conquérant32 ». Il survivra presque deux siècles encore33 ; mais sa fin est inscrite en lui, comme l’était celle de l’empire d’Orient qui met huit siècles à s’effondrer, au point qu’« il est naturel de se demander comment il a pu subsister si longtemps34 » ; les Turcs quant à eux devront leur survie aux intérêts bien compris des « trois puissances commerçantes de l’Europe », cause externe analogue à celles que constituaient les disputes pour le califat et les divisions des Arabes en Perse, si bénéfiques à l’Empire chrétien ; mais les Turcs ne bénéficient pas de ces circonstances particulières que sont le secret du feu grégeois, arme absolue, et la prospérité commerciale, qui soutiennent Constantinople envers et contre tout. Et quand l’Europe s’embrasera, l’Empire turc disparaîtra dans le bûcher.

  • 35 Le texte rend certainement un autre son peu après sa deuxième édition (juillet 1748), quand la Fra (...)

20Dès lors l’opposition entre passé et présent a-t-elle vraiment du sens ? Si le passé permet de comprendre le présent, le présent ou le passé très proche qu’il englobe permettent de comprendre le passé. La différence entre une armée « fanatique » et une armée « bigote », c’est-à-dire entre les Arabes et les Byzantins (chap. xxii), est parfaitement illustrée par l’opposition entre l’armée de Cromwell et celle des Irlandais ou des Écossais ; de même l’absurdité de certains griefs de lèse-majesté sous Tibère disparaît quand on les rapporte au comportement des partisans du roi d’Angleterre Jacques II et de ses descendants, à qui l’on interdit de « boire à la santé d’une certaine personne » (chap. xiv). Les Romains sont-ils dès lors « d’autres hommes que nous » ? Des modernes peuvent l’emporter en grandeur, comme celui pour qui Montesquieu a si peu d’admiration d’ordinaire, car il a offert refuge et protection à Jacques II, alors qu’Antiochus avait choisi la voie honteuse en acceptant de livrer Hannibal à la paix d’Apamée, autrement dit « le traité le plus infâme qu’un grand prince ait jamais fait », et qu’il refuse d’abandonner son petit-fils après avoir accepté qu’il devienne roi d’Espagne35 :

  • 36 Montesquieu ajoute ici en note qu’il s’agit de Louis XIV.

Je ne sache rien de si magnanime que la résolution que prit un monarque qui a régné de nos jours36, de s’ensevelir plutôt sous les débris du trône que d’accepter des propositions qu’un roi ne doit pas entendre ; il avait l’âme trop fière pour descendre plus bas que ses malheurs ne l’avaient mis, et il savait bien que le courage peut raffermir une couronne, et que l’infamie ne le fait jamais. (chap. v)

  • 37 Cette note, à la fin du chapitre xii, figurait dans la première émission de la première édition d’ (...)

21C’est encore l’Angleterre qui offre le rapprochement le plus frappant, car c’est celui qu’interdit la censure, du moins jusqu’à la dernière édition revue par Montesquieu, celle de 1755, dans un passage où il tente de comprendre « cette coutume si générale des Romains de se donner la mort ». Deux monarques n’auraient-il pas dû se suicider ? « Si Charles Ier, si Jacques II avaient vécu dans une religion qui leur eût permis de se tuer, ils n’auraient pas eu à soutenir, l’un une telle mort, l’autre une telle vie37 ». Le suicide, depuis le geste de Roxane en 1721 jusqu’à ce rétablissement tardif du texte en 1755, est toujours pour Montesquieu un droit inaliénable : des Romains aux Européens du xviiie siècle, la dignité humaine et la liberté sont les mêmes.

*

22On pourrait multiplier les exemples de ces va-et-vient, mais est-il encore besoin de montrer que Montesquieu n’est prisonnier ni du passé, ni du présent, et qu’il ne s’agit pas simplement pour lui de prouver que l’homme est le même partout et sous tous les climats ? Durant les vingt-trois chapitres des Romains, tout en suivant le fil d’une chronologie de vingt-trois siècles, il expérimente une nouvelle démarche historique qui consiste à dégager l’esprit des faits ; et s’il s’intéresse aux Romains, c’est qu’ils présentent l’exemple idéal de la continuité et de la diversité : ils ont connu tous les régimes politiques, la prospérité la plus insolente et la disgrâce irrémédiable. Pour ce faire, il est amené à distinguer les conquérants romains et une autre entité, Rome ou l’esprit de conquête, dont les Romains ne sont que les moyens. Mais ces moyens eux-mêmes doivent être replacés dans leur époque pour en être mieux extraits, abstraits. C’est donc le même mouvement que l’on trouve deux fois à l’œuvre, dans la distinction d’une Rome essentielle qui doit son existence aux Romains, et dans l’examen des faits du passé romain qui complètent ou fondent des théories générales. Dans les deux cas Montesquieu est au cœur de l’histoire, et en même temps s’en détache complètement : il ne la pratique que pour la dépasser et n’affirme le temps que pour le nier. Ses contemporains n’entonnent bien souvent le récit du passé que pour y projeter les préoccupations de leurs contemporains et le modeler à leur image ; Montesquieu choisit le passé pour accéder à la compréhension du monde contemporain et découvrir des modèles applicables à toutes choses humaines. Le temps des Romains pouvait seul faire de lui l’auteur de L’Esprit des lois.

Notes

1 Voir dans ce volume « Les Romains, quelques siècles plus tard ».

2 Les seules mentions temporelles précises ne sont pas destinées à reconstituer un cadre chronologique, mais à suggérer une durée relative : le siège de Véies dure dix ans (chap. i), l’Empire latin à Constantinople soixante (chap. xxiii), en cent soixante ans se succèdent soixante-dix « César » (chap. xvi).

3 Au chapitre i, il n’apparaît que dans l’expression : « Romulus et ses successeurs… », et pour avoir eu l’idée d’emprunter le bouclier des Argiens.

4 Rappelons qu’à l’aune des connaissances de l’époque, les Romains ne présentent guère de défauts, même sur les premiers siècles de Rome : c’est plus tard, grâce à l’argumentation de Louis de Beaufort, dans sa Dissertation sur l’incertitude des premiers siècles de Rome (1738), que la chronologie traditionnelle de la royauté sera remise en cause – encore cette démonstration ne sera-t-elle vraiment prise en compte qu’au xixe siècle : voir OC, t. II, 2000, p. 23 ; et dans ce volume l’article « Les Romains, quelques siècles plus tard », note 43.

5 « La bataille d’Actium se donna […] », chap. xiii. Pour un commentaire détaillé de cette expression, voir le chapitre suivant.

6 Sur Vertot et l’historiographie des révolutions, voir Jean-Marie Goulemot, Le règne de l’histoire. Discours historique et révolutions, xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1996, p. 147 et suiv.

7 René Aubert de Vertot, Histoire des révolutions arrivées dans le gouvernement de la République romaine, t. I, livre I, p. 5 (je cite l’édition de 1727 ; Montesquieu possédait une collection composite : Paris, François Barois [Barrois], 1720 pour les tomes I et II, Barois, 1727 pour le tome III ; voir Bibliothèque virtuelle Montesquieu, no 2886). L’ouvrage, inscrit dans le Catalogue manuscrit avant 1732, n’a pu être acquis que par Montesquieu lui-même : il fait partie des lectures que Montesquieu a dû s’imposer avant de rédiger les Romains.

8 Ibid., p. 5 et 11.

9 Désignée plusieurs fois par des périphrases (la capitale du monde, cette ville naissante), Rome apparaît très peu sous ce nom dans les premières pages, presque chaque fois au génitif : « Romulus, le fondateur de Rome », « Romulus même voulut être le premier augure de Rome », « un dénombrement de tous les citoyens de Rome » (ibid., p. 5, 8, 10), deux fois en position de sujet, la première pour être définie matériellement (et péjorativement) : « Rome dans son origine était moins une ville qu’un camp de soldats » (p. 4), la seconde comme entité géographique, donc matérielle : « Rome, bâtie sur un fonds étranger […] n’avait qu’un territoire fort borné » (p. 11).

10 À cet égard, l’incipit du livre I (« Un prince […] jeta les premiers fondements de la capitale du monde ») et le sommaire détaillé de ce livre (essentiellement rapporté à sa personne) sont significatifs.

11 À noter que c’est seulement dans l’édition de 1748 que Montesquieu évoque les édifices publics qui font sa grandeur : « on commençait déjà à bâtir la Ville éternelle ».

12 Respectivement chapitres iv et i.

13 Respectivement chapitres i, iv et iii.

14 Cf. EL, III, 1 : « Il y a cette différence entre la nature du gouvernement et son principe, que sa nature est ce qui le fait être tel, et son principe ce qui le fait agir. »

15 Voir Georges Benrekassa, La politique et sa mémoire. Le politique et l’historique dans la pensée des Lumières, Paris, Payot, 1983, p. 59.

16 Voir Jean Ehrard, « “Rome enfin que je hais… ?” », Storia e ragione, Alberto Postigliola dir., Naples, Liguori, 1987, p. 23-32. Au risque de faire boiter l’alexandrin et au péril de l’euphonie, il faudrait sans doute dire plutôt : « Romains enfin que je hais… »

17 Voir aussi Pensées, no 1483 : « Établissement de la puissance de Rome, c’est-à-dire de la plus longue conjuration qui ait jamais été faite contre l’univers ».

18 Rome à ses débuts pouvait à chaque instant rester ou redevenir une petite ville du Latium, et chaque fois elle choisit la voie de l’agrandissement. Le chapitre i présente plusieurs de ces « moments-carrefours » : le règne de Numa, « très propre à laisser Rome dans sa médiocrité », la mort de Lucrèce et la révolution qui s’ensuit (« Il devait arriver de deux choses l’une : ou que Rome changerait son gouvernement, ou qu’elle resterait une petite et pauvre monarchie »).

19 C’est ce qui différencie essentiellement les Romains des Gaulois (chap. iv) et des Grecs (chap. iv et v).

20 Souligné par moi.

21 Cela correspond aussi, dans l’ordre du législatif, à l’écart entre les « lois bonnes », qui permettent l’expansion d’un État, et les « lois convenables », qui lui permettent de conserver sa puissance (chap. ix) : celles-ci répondent à une situation nouvelle et constituent un mode d’adaptation ; elles ne sont donc « que » provisoirement bonnes – mais en fait infiniment meilleures.

22 Tel est bien le sens que lui a donné notamment le xixe siècle, qui en a fait un livre canonique, ou du moins classique au sens scolaire du terme, destiné à célébrer les vertus des Romains (voir dans ce volume « Les Romains, quelques siècles plus tard »).

23 Lettre à Lady Hervey du 28 septembre 1733, Correspondance II, lettre 376 ; souligné par moi.

24 Préface manuscrite autographe des Romains, publiée pour la première fois en 2000 (OC, t. II, p. 315-316).

25 Ce que laisserait penser la rédaction des Réflexions sur la monarchie universelle, contemporaine de celle des Romains (ibid.).

26 « […] mais la République ayant des chefs qui changeaient tous les ans et qui cherchaient à signaler leur magistrature pour en obtenir de nouvelles, il n’y avait pas un moment de perdu pour l’ambition » (chap. i).

27 Voir Catherine Volpilhac-Auger, « Brutus au carrefour des genres. À quoi sert Brutus ? », Bruto il Maggiore nella letteratura francese et dintorni, Franco Piva dir., Fasano, Schena, 2002, p. 157-171.

28 On peut là encore faire jouer la comparaison avec Vertot ; le serment de Brutus occupe chez lui plus de place que le soulèvement lui-même, évoqué en deux phrases sobres, complétées par une mention révélatrice : « Le Sénat pour engager le peuple plus étroitement dans la révolte, et pour le rendre plus irréconciliable avec les Tarquins, souffrit qu’il pillât les meubles du palais » (Histoire des révolutions…, édition citée ci-dessus à la note 7, p. 53). Le peuple apparaît comme gouverné par des passions généreuses (la « pitié » pour Lucrèce et la « haine des tyrans »), mais aussi comme bassement intéressé ; il suffit de le savoir pour arriver à le gouverner.

29 Voir la préface de L’Esprit des lois : « Quand j’ai été rappelé à l’Antiquité, j’ai cherché à en prendre l’esprit, pour ne pas regarder comme semblables des cas réellement différents, et ne pas manquer les différences de ceux qui paraissent semblables. »

30 En revanche cette réflexion, proche des Réflexions sur la monarchie universelle (19-20), quoiqu’empreinte de la même prudence, ne souffre guère de contradiction, car elle est plus fondée sur le raisonnement que sur l’observation : « Les princes des grands États ont ordinairement peu de pays voisins qui puissent être l’objet de leur ambition » (chap. xvi).

31 Voir EL, préface, § 3.

32 Lettres persanes, Lettre 18.

33 Rappelons que le traité de Sèvres intervient exactement cent quatre-vingt dix-neuf ans après la première publication des Lettres persanes.

34 C’est la question initiale du chapitre xxiii.

35 Le texte rend certainement un autre son peu après sa deuxième édition (juillet 1748), quand la France, pour signer la paix d’Aix-la-Chapelle à l’automne 1748, retire sa protection au Prince Régent, Charles Édouard Stuart, petit-fils de Jacques II.

36 Montesquieu ajoute ici en note qu’il s’agit de Louis XIV.

37 Cette note, à la fin du chapitre xii, figurait dans la première émission de la première édition d’Amsterdam ; elle est supprimée à partir de la seconde émission (qui est aussi destinée au marché français), et bien évidemment dans les différentes éditions françaises, du moins avant celle que publient Barrois et Guillyn en 1755 (voir Catherine Volpilhac-Auger, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions, 2011, p. 172-176).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search