Version classiqueVersion mobile

De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte

 | 
Frédéric Regard

Présentation des explorateurs étudiés

Texte intégral

Burton, Sir Richard Francis (1821-1890)

1Après des études à Oxford, Burton s’engage dans l’armée quand éclate la première guerre afghane, en 1842. Il s’initie à plusieurs langues et cultures, avant d’être rapatrié en Angleterre (1849), où il rédige plusieurs ouvrages scientifiques sur l’Inde. En 1853, il part pour La Mecque, pèlerinage dont il tire un livre. En 1854, il explore le pays somali, mais doit rentrer en Angleterre suite à une blessure. En 1856, Burton est chargé par la Royal Geographical Society de remonter vers les sources du Nil ; il parvient sur les rives du lac Tanganyika en 1858, exploit qui lui vaut la célébrité. Le reste de sa vie le verra parcourir le pays des Mormons, dans l’Utah, le pays yorouba, le Dahomey, le mont Cameroun, le Congo ou encore le Gabon. Il occupe en outre plusieurs postes consulaires (Amérique du Sud, Syrie, Italie du Nord), qui lui donnent l’occasion de lancer de nombreux chantiers de fouilles.

2Ouvrages principaux : A Personal Narrative of a Pilgrimage to El-Medinah and Mecca, 1856 ; The Lake Regions of Central Africa, 1859 ; Wandering in West Africa, 1863 ; Exploration of the Highlands of Brazil, 1869 ; Two Trips to Gorillaland and the Cataracts of the Congo, 1876 ; The Gold Mines of Midian and Ruined Midianite Cities, 1878.

Chatwin, Bruce (1940-1989)

3Bruce Chatwin est né près de Sheffield dans le Yorkshire. Après des études secondaires à Marlborough School il entre chez Sotheby’s, où il gravit tous les échelons avant de devenir l’un des plus jeunes directeurs de la célèbre maison de ventes, se spécialisant dans les antiquités orientales et dans la peinture impressionniste. Désenchanté par le monde de l’art, il donne sa démission et écrit pour le Sunday Times sur l’art et l’architecture. Au début des années 1970 il part pour la Patagonie, encouragé par le designer Eileen Gray rencontrée à Paris. Sa vie devint alors une suite de périples : du Bénin à l’Australie, ces périples lui inspirèrent des récits de voyage dans lesquels la fiction recontre la réalité.

4Ouvrages principaux : In Patagonia, 1977 ; The Viceroy of Ouidah, 1980 ; On the Black Hill, 1982 ; The Songlines, 1987 ; Utz, 1988 ; What Am I Doing Here ? (recueil d’articles), 1989 ; Anatomy of Restlessness, 1997.

Clapperton, Hugh (1788-1827)

5Né dans le sud-ouest de l’Écosse, modestement instruit, Hugh Clapperton s’engage dans la marine marchande à treize ans, puis dans la marine de guerre ; il prend part à de nombreuses actions militaires. Il séjourne dans la région des Grands Lacs entre 1815 et 1817, explore et cartographie les abords du lac Huron. Recruté par le Colonial Office pour participer à une expédition en Afrique en 1822, il traverse le Sahara pour rejoindre le Bornou et le califat de Sokoto ; la mission vise à mettre en place des liens diplomatiques et commerciaux, et à établir le cours du Niger. À la tête d’une seconde expédition, partie de la baie du Bénin en 1825, Clapperton rallie de nouveau Sokoto, où il meurt en 1827. Ses intuitions concernant le cours du Niger seront vérifiées par son ancien domestique, Richard Lander, en 1830.

6Écrits publiés : Journal of a Second Expedition into the Interior of Africa from the Bight of Benin to Sockatoo, 1829 ; édition augmentée : Hugh Clapperton into the Interior of Africa : Records of the Second Expedition 1825-1827, 2005 ; Difficult and Dangerous Roads : Hugh Clapperton’s Travels in Sahara and Fezzan (1822-1825), 2000.

Cook, James (1728-1779)

7Né en 1728 dans le Yorkshire, James Cook étudie les mathématiques avant d’entrer dans la Royal Navy où son talent de navigateur est rapidement reconnu. La première expédition de Cook, à bord de l’Endeavour, débute en 1768. Soutenue par le roi, l’Amirauté, la Royal Society et les fonds personnels de Sir Joseph Banks, c’est l’expédition scientifique la mieux équipée et la plus nombreuse jamais entreprise par l’Angleterre. Cook découvre et annexe pour la Grande-Bretagne la Nouvelle-Zélande et l’Australie, et acquiert le statut de héros national. Après une seconde expédition, entre 1772 et 1775, Cook est nommé directeur du Greenwich Hospital. Il envisage de prendre sa retraite en tant que navigateur avant de se porter volontaire pour diriger une nouvelle expédition dans le Pacifique afin de régler la question d’un hypothétique passage du Nord-Ouest. Cette quête se solde par un échec, mais Cook découvre en revanche Hawaï, où il meurt dans une bataille l’opposant à des indigènes.

8Écrits publiés : J.C. Beaglehole éd., The Journals of Captain James Cook on His Voyages of Discovery, 1955.

Drake, Francis (environ 1543-1596)

9Né dans le Devon, Francis Drake est élevé dans la famille de marins de son cousin John Hawkins. Il prend la mer très tôt comme simple matelot puis participe au trafic d’esclaves lors de nombreuses expéditions commerciales aux Antilles (1562-1569). En 1573, lors d’une expédition au Panama, Drake grimpe au sommet d’un arbre d’où il observe simultanément océan Atlantique et Pacifique. Il fait alors le vœu de naviguer sur cette mer inconnue des Anglais. Drake est en effet le premier Anglais à faire le tour du monde lors du « fameux voyage » de 1577-1580, au cours duquel il prend possession de terres californiennes au nom d’Elisabeth. À son retour, les cales de ses navires lestées des trésors volés aux Espagnols, il est anobli par la souveraine sur le pont de la Golden Hinde (1581). En 1587, il mène avec succès un raid contre les forces espagnoles à Cadix et il participe à la victoire des Anglais contre l’Invincible Armada en 1588. D’abord salué comme un héros national, navigateur hors pair et champion de l’Empire britannique, Drake apparaît désormais comme une figure controversée, l’historiographie récente mettant en avant les zones d’ombres de la carrière d’un pirate intrigant et arriviste.

10Récits des principales expéditions : The Famous Voyage, dans Principall Navigations, Voiages and Discoveries of the English Nation, R. Hakluyt, 1589 ; The World Encompassed by Sir Francis Drake, 1628 ; Sir Francis Drake Revived, P. Nichols, 1626 (expédition de 1572-1573).

Franklin, John (1786-1847)

11Né dans le Lincolnshire, John Franklin, après une première expérience dans la marine marchande à douze ans, devient membre de la Royal Navy à quatorze ans. C’est l’époque des guerres napoléoniennes, et son navire prend part à la bataille de Trafalgar. En 1818, Franklin prend la tête de la première expédition visant à explorer les rivages polaires depuis la terre plutôt que la mer, afin de localiser le passage du Nord-Ouest au nord du Canada ; malgré son échec et les pertes humaines, Franklin est fêté en héros à son retour en Angleterre pour avoir survécu au désert des glaces. Une deuxième expédition lui vaut d’être anobli par la reine Victoria. Après une incursion en Australie, où il sert comme gouverneur de Tasmanie (1836-1843) et fait preuve d’une grande humanité envers les forçats, il se laisse attirer à nouveau par la quête du passage du Nord-Ouest. En 1845, on lui confie malgré son âge le commandement d’une nouvelle expédition à la pointe de la technologie de l’époque. Les deux bateaux, l’Erebus et la Terror, quittent l’Angleterre le 19 mai 1845 pour disparaître dans les glaces, déclenchant un débat sans fin sur la destinée de l’expédition.

12Écrits publiés : Narrative of a Journey to the Shores of the Polar Sea, in the Years 1819, 1820, 1821 and 1822, 1823 ; Narrative of a Second Expedition to the Shores of the Polar Sea, in the Years 1825-1827, 1828.

Keate, George (1729-1797)

13À la différence d’autres auteurs figurant dans ce volume, George Keate n’est pas un explorateur ; c’est un homme de lettres, qui a composé son Account of the Pelew Islands à partir d’entretiens avec Henry Wilson, capitaine de l’Antelope, un navire appartenant à l’East India Company qui a fait naufrage dans les Palaos en 1783. Peu de choses sont connues de Wilson. Keate, en revanche, qui naît dans une famille aisée et mène la vie d’un gentleman, a connu la notoriété de son vivant grâce à des talents exercés dans de multiples domaines. Écrivain, il est l’auteur d’une histoire de Genève, d’un roman sentimental inspiré de Sterne, et d’une production poétique copieuse ; peintre, il expose régulièrement à la Royal Academy ; il est aussi naturaliste et archéologue. C’est toutefois par son Account of the Pelew Islands qu’il demeurera célèbre.

14Ouvrages principaux : A Short Account of the Ancient History, Present Government and Laws of the Republic of Geneva, 1761 ; Sketches from Nature Taken and Coloured in a Journey to Margate, 1779 ; Poetical Works, 1781 ; The Distressed Poet, 1787 ; An Account of the Pelew Islands, 1788.

Tylor, Sir Edward Burnett (1832-1917)

15Fils d’une famille de quakers n’ayant pas accès à l’université, réservée aux anglicans, Tylor est un autodidacte. Suite à la rencontre fortuite d’un correligionaire archéologue, à Cuba en 1856, il entame avec lui une exploration du pays toltèque au Mexique, périple de six mois dont il tire son premier ouvrage, souvent plus proche du récit d’exploration que de l’essai d’anthropologie. Il établit sa réputation de scientifique avec ses Recherches sur le début de l’histoire de l’homme (1865), puis avec son grand ouvrage fondateur sur la culture primitive (1871). En 1896, Tylor devient le premier professeur d’anthropologie à l’université d’Oxford.

16Ouvrages principaux : Anahuac ; or, Mexico and the Mexicans, Ancient and Modern, 1861 ; Researches into the Early History of Mankind and the Development of Civilization, 1865 ; Primitive Culture : Researches into the Development of Mythology, Philosophy, Religion, Language, Art and Custom, 1871 ; Anthropology, an Introduction to the Study of Man and Civilization, 1881.

Whymper, Edward (1840-1911)

17Fils de graveur, Whymper quitte l’école à quatorze ans et devient apprenti ; ses talents lui promettent un avenir de bon graveur, mais sans gloire. En 1860, Longman, l’éditeur londonien, l’envoie sur le continent pour y faire des esquisses des grands sommets des Alpes ; Whymper, qui était déjà un bon marcheur, se découvrira une âme d’alpiniste. Dès lors, chaque été, il quittera son atelier de gravure pour gravir nombre de sommets encore inexplorés : le Pelvoux, le Grand Tournalin, la Pointe des Écrins, la Dent Blanche, les Grandes Jorasses, l’Aiguille Verte et surtout le Cervin. Ses talents seront vite reconnus et il deviendra membre respecté du très fermé Alpine Club de Londres. En 1865, après sept tentatives avortées, il réussit enfin l’ascension du Cervin, une première, mais celle-ci se termine par une tragédie : cinq membres de la cordée de huit se tuent lors de la descente, la corde s’étant rompue. Un procès s’ensuivra et Whymper abandonnera l’escalade alpine pour se tourner vers le pôle Nord, puis les Andes (ascension du Chimborazo : 6 267 m) et le Canada (ascension du mont Whymper et de Stanley Park en 1901). Ses expéditions au pôle Nord en 1867 et 1872 contribueront à l’exploration de l’Arctique ; ses ascensions dans les Andes lui permettront d’étudier le mal de montagne et d’améliorer le baromètre anéroïde. À la fin de sa vie, il reviendra dans les Alpes et sera enterré à Chamonix.

18Ouvrages principaux : Scrambles amongst the Alps in the Years 1860-1869, 1871 ; Travels Amongst the Great Andes of the Equator, 1892.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search