Version classiqueVersion mobile

Corpus de textes : composer, mesurer, interpréter

 | 
Émeline Comby
, 
Yannick Mosset
, 
Stéphanie de Carrara

III. Corpus, productions de discours et représentations sociales

De la constitution d’un large corpus au recadrage des outils d’observation. L’exemple de la littérature des « nouveaux experts en sécurité urbaine »

Konstantinos Delimitsos

Texte intégral

1Au terme d’un premier cycle d’études en sociologie de la délinquance en Grèce, l’engagement d’un second en France au milieu des années 2000 a impliqué un travail conséquent d’exploration de la littérature scientifique française autour de la délinquance et de la réaction sociale formelle et informelle que celle-ci suscite. Suivant les instructions et conseils de notre entourage, une des premières lectures que nous avons entreprises fut celle de Violences et insécurité urbaines (Bauer et Raufer 1998). Nous y avons découvert, non sans surprise, une série d’assertions et inférences en nette rupture avec bon nombre d’acquis scientifiques de la sociologie du crime et de la criminologie internationales. Notre étonnement fut d’autant plus grand qu’il s’agit d’un ouvrage signé par des auteurs se revendiquant criminologues et publié dans la collection phare d’une maison d’édition bénéficiant d’une certaine renommée. Après une rapide enquête sur la question, nous nous sommes aperçu que les deux auteurs dudit « Que sais-je ? » ne sont que la figure de proue de tout un groupe d’acteurs qui depuis le tournant du siècle ont fait irruption dans le débat public français autour de la délinquance. S’érigeant en experts en matière de sécurité, alors que la rigueur de leurs travaux reste toujours source de vive polémique dans la communauté académique (Mucchielli 2001 ; Kaminski 2011), ces « nouveaux experts en matière de sécurité urbaine » ont réussi à s’établir sur les sphères étatique et médiatique, tout en s’affichant depuis peu en tête d’un mouvement prônant la constitution de la criminologie en tant que discipline universitaire spécifique (Mucchielli 2010 ; Cario et al. 2012).

2Progressivement, notre stupeur initiale s’est transformée en un vif intérêt scientifique qui a abouti à un projet de recherche de longue haleine, oscillant entre les sociologies de la délinquance, de l’expertise, de l’action publique et de la connaissance. Quant aux axes de recherche, si la question de leur légitimation se posait également, il s’agissait prioritairement de tenter de saisir la portée scientifique des savoirs produits par lesdits acteurs, avant d’en déterminer l’intérêt heuristique ; et cela en focalisant sur la rhétorique, les formes d’argumentation, les schémas articulés, les représentations charriées et les procédés utilisés pour mobiliser des données empiriques. En définitive, la nécessité d’un travail de déconstruction du discours s’est fait sentir. Si l’analyse textuelle a d’emblée été privilégiée comme méthode de travail, la construction d’un terrain susceptible d’en faire l’objet s’est avérée un peu plus compliquée.

Les discours comme terrain : complexité de la construction du corpus

Entre questions de départ et contraintes méthodologiques

3Une des caractéristiques du binôme Bauer-Raufer est la multipositionnalité dont il bénéficie dans les champs étatique, médiatique et (para)scientifique, en occupant des postes parfois à haute responsabilité au sein et à la lisière de nombreuses structures et entités à géométrie et vocation variables (administration, formation, conseil, recherche, expertise…), et cela tant en France qu’à l’étranger. Ils se trouvent de la sorte à l’origine d’une très abondante et bien éparse production intellectuelle, allant des interventions dans la presse générale ou spécialisée, écrite ou électronique, à des ouvrages spécialisés ou « grand public », en passant par une myriade de rapports, études, notes de synthèse et autres documents administratifs, des allocutions à des manifestations diverses et variées, ou encore des auditions par les corps légiférants et exécutifs, et autres décideurs publics ou privés. En extraire un échantillon exploitable pour le besoin de notre étude revenait alors à opérer un tri parmi d’innombrables textes très différents quant à leur format, leurs thématiques, leur registre de langage, le public visé…

4En d’autres termes, il s’agissait d’un exercice soulevant de nombreuses questions d’ordre technique et méthodologique, voire épistémologique. Dans un premier temps s’est posée celle de l’accessibilité partielle du terrain, car une partie finalement inestimable des travaux des « nouveaux experts » voit le jour sous forme de littérature grise. Dans un deuxième temps, se sont posées les questions d’uniformité – à propos, entre autres, des modes de (co)production et de diffusion du matériel étudié –, d’homogénéité – concernant la cohérence interne du discours articulé –, et de représentativité – plutôt difficilement établie quand il s’agit par exemple d’interventions médiatiques dont un inventaire exhaustif relèverait presque de l’impossible. Dans un troisième temps, mais de façon moins pressante, s’est également posée une question technique : le travail envisagé étant celui d’une double analyse, de contenu et de discours, par le recours à des outils informatiques spécialisés, la constitution d’un corpus numérisé, ou tout au moins facilement numérisable, s’est avérée indispensable.

Le fil conducteur : les ouvrages des « nouveaux experts en matière de sécurité urbaine »

5Nous avons revisité notre postulat de départ, à savoir qu’aspirant à se positionner dans le débat public comme experts, spécialistes, et in fine savants, Alain Bauer et Xavier Raufer déploient depuis la fin des années 1990 une stratégie d’acquisition de visibilité et de légitimité qui passe notamment par une riche production livresque. D’allure scientifique, ce travail éditorial s’adresse tant à des acteurs engagés dans le champ de la sécurité (élus, techniciens, acteurs du terrain) qu’au grand public. Si cette littérature est signée pour partie en nom propre et pour une autre en binôme, les deux hommes développent également de nombreuses collaborations avec des tiers. La cristallisation sur le plan bibliographique de ces osmoses peut prendre diverses configurations, allant de la simple contribution en forme d’introduction ou de préambule à la co-écriture intégrale, en passant par la publication d’un ouvrage dans une collection dirigée par un tiers ou l’adresse de remerciements à un tiers en vue d’une contribution quelconque. À l’aune de ces constatations, s’est forgée la thèse d’un regroupement sous la houlette du binôme Bauer-Raufer, du moins au niveau bibliographique, d’un nombre d’auteurs porteurs d’un discours homogène quant à ses traits significatifs. C’est l’ensemble de ces acteurs que l’on entend ici par « nouveaux experts en matière de sécurité urbaine ».

Les avantages escomptés de la construction du terrain…

6Le choix de se servir des ouvrages commercialisés comme fil directeur de la constitution d’un terrain présente de nombreux avantages, en particulier celui de l’accessibilité, sur laquelle il nous semble superflu d’insister. Il en va tout autrement pour la question d’uniformité. Force est de constater à ce propos que le format retenu est celui d’un ouvrage, autrement dit une entité offrant aux auteurs la possibilité d’élaborer librement des raisonnements, d’exposer des arguments, de développer pleinement des inférences et finalement d’énoncer des conclusions en étant relativement affranchis des contraintes de temps et d’espace – ou, pour être plus exact, offrant aux auteurs ici considérés la possibilité de s’exprimer dans un cadre bien moins contraignant que celui des éventuels corpus alternatifs, tels les interventions médiatiques, la littérature grise, les articles… Le souhait d’éviter des formats à caractère potentiellement fragmentaire a également motivé l’exclusion de notre échantillon d’ouvrages collectifs juxtaposant des chapitres élaborés par différents auteurs.

7En outre, la piste des ouvrages commercialisés présente l’avantage notable du décèlement des relations entretenues entre les « nouveaux experts » en sécurité urbaine, délivrant ainsi le chercheur d’une entreprise bien glissante, celle de l’obligation de restituer des réseaux et des liens se tissant souvent dans une opacité notoire. Dans cet esprit, n’ont été retenus comme éléments révélateurs d’une « synergie bibliographique » que des remerciements et / ou des dédicaces adressées à des personnes clairement identifiées, en ignorant celles dont le nom de famille n’apparaît pas (tel que Alain ou Alain B., Xavier ou Xavier R., André-Michel, etc.). Si ce choix expose peut-être le chercheur à un risque de non-exhaustivité du terrain, il offre en même temps une clause de protection non négligeable devant le risque – peut-être plus important – d’incorporation au terrain des ouvrages n’y « appartenant » pas.

8Toujours sur la problématique d’uniformité du terrain, on ne saurait faire l’économie de la question du contenu : le choix final ne concerne que des ouvrages des « nouveaux experts » en sécurité urbaine publiés entre 1998 (année de la première apparition bibliographique commune du binôme Bauer et Raufer) et 2011 (notre étude ayant commencé au début de l’année 2012), et traitant de la réalité criminelle en France en se penchant sur des thématiques telles que la délinquance, l’insécurité, les violences urbaines, la réaction sociale… et en excluant le terrorisme, la cybercriminalité et la recherche « stratégique ». Parallèlement, comme notre intérêt s’est porté sur les ouvrages à destination du grand public, ont été écartés des rapports commandités par des décideurs politiques (rapports parlementaires ou au Premier ministre, etc.) et rendus publics par le biais d’une publication papier commercialisée. Il en est allé de même concernant des publications portant sur la « cartographie » de la criminalité française. Enfin, en ce qui concerne les ouvrages ayant fait l’objet de plusieurs éditions mises à jour, n’en a été retenue que la première.

9Outre la question d’uniformité, à savoir le « regroupement sous la houlette du binôme Bauer-Raufer, du moins au niveau bibliographique, des auteurs porteurs d’un discours homogène quant à ses traits significatifs », se dégagent également des questionnements concernant l’homogénéité du terrain et appelant à des éclaircissements en vue de sa délimitation. D’une part, s’y voit suggérée l’existence d’un groupe plus ou moins structuré, et cela pas nécessairement dans le sens d’une hiérarchie et / ou d’une division interne du travail, mais certainement dans le sens d’une appartenance au groupe qui s’inscrirait dans le temps. La formule « discours homogène » comporte une notion de convergence des regards acquise et forgée par l’expérience partagée d’un effort commun qui irait au-delà d’une coopération momentanée ou avec un seul des « nouveaux experts ». En d’autres termes, la question s’est posée de savoir comment éviter l’écueil de la classification erronée d’une personne au groupe en question, sur l’unique motif d’une seule association bibliographique qui pourrait somme toute être exceptionnelle dans le sens littéraire du terme. Dans ce cadre, nous avons pris le soin d’écarter de notre terrain les auteurs dont les liens avec le groupe des « nouveaux experts » se constituaient d’une collaboration unique avec une seule personne du groupe et / ou sur un seul projet. En d’autres termes, ne font partie du groupe des « nouveaux experts » en sécurité urbaine que les auteurs pouvant justifier d’un double attachement : une collaboration avec au moins deux autres auteurs différents et à au moins deux occasions différentes.

10D’autre part, le deuxième questionnement touchant à l’homogénéité du terrain surgit du terme expert. Le terme était initialement repris du vocable utilisé par ces personnes elles-mêmes pour se désigner au moment de leur irruption dans l’arène publique française : dans une tribune libre marquant leur première apparition commune, les deux auteurs invitent l’Institution à s’ouvrir à des partenaires nouveaux, des « experts venus du privé et des entreprises spécialisées » (Bauer et Raufer 1997). Nous avons par la suite retenu la définition célèbre de l’expertise proposée par Jacques Theys et Bernard Kalaora (1991) qui remarquent que la détention d’une connaissance « ne revêt […] valeur d’expertise que dans la mesure où elle s’articule à un processus décisionnel et c’est précisément cette articulation qui lui confère valeur d’expertise ». C’est ainsi que, dans une perspective de cohésion des discours, nous avons décidé d’évacuer les auteurs à propos desquels nous ne disposons d’aucun élément montrant qu’ils aient jamais exercé des fonctions d’expert, c’est-à-dire d’un individu qui, reconnu comme détenteur d’un savoir spécifique, est appelé par un décideur public à participer à un processus décisionnel en y apportant ce savoir. C’est au terme du cheminement exposé ci-dessus que nous avons été en mesure d’identifier à la fois les auteurs constituant le groupe des « nouveaux experts » en sécurité urbaine et leurs « synergies bibliographiques » (figure).

Figure. Les liens bibliographiques entre les « nouveaux experts en sécurité urbaine ».

Figure. Les liens bibliographiques entre les « nouveaux experts en sécurité urbaine ».

11Quant à la dernière des exigences méthodologiques à respecter concernant la constitution d’un corpus, celle de représentativité, elle s’est trouvée plus que remplie : il en est finalement question d’exhaustivité du terrain. Plus précisément, s’agissant de littérature grand public commercialisée par les « nouveaux experts » en sécurité urbaine se penchant sur la délinquance en France entre 1998 et 2012, un échantillonnage s’est rapidement avéré sans objet, car les outils informatiques dont le chercheur dispose aujourd’hui permettent largement d’opérer une analyse textuelle sur l’ensemble des vingt-quatre ouvrages finalement retenus (tableau 1).

Tableau 1. La littérature des « nouveaux experts » en sécurité urbaine.

Code Auteur(s) Année Titre Éditeur
O1 A. Bauer 2010 À la recherche de la criminologie. Une enquête CNRS éditions
O2 A. Bauer 2011 Criminologie plurielle. Une introduction générale à la criminologie Presses universitaires de France (PUF)
O3 A. Bauer et F. Freynet 2008 Vidéosurveillance et vidéoprotection PUF
O4 A. Bauer et F. Freynet 2009 Les études de sureté et de sécurité publique PUF
O5 A. Bauer et E. Perez 2009 Les 100 mots de la police et du crime, PUF
O6 A. Bauer et X. Raufer 1998 Violences et insécurité urbaines PUF
O7 A. Bauer et X. Raufer 2009 La face noire de la mondialisation CNRS éditions
O8 A. Bauer, X. Raufer et C. Soullez 2006 Violences et insécurité urbaines PUF
O9 A. Bauer, C. Rizk et C. Soullez 2010 Statistiques criminelles et enquêtes de victimation PUF
O10 A. Bauer et C. Soullez 2007 Violences et insécurité urbaines PUF
O11 A. Bauer et C. Soullez 2009 Les fichiers de police et de gendarmerie PUF
O12 A. Bauer et C. Soullez 2011 Les politiques publiques de sécurité PUF
O13 A. Bauer et A.-M. Ventre 2001 Les polices en France : sécurité publique et opérateurs privés. Le débat, les chiffres PUF
O14 R. Bousquet 1998 Insécurité. Nouveaux risques. Les quartiers de tous les dangers L’Harmattan
O15 R. Bousquet 1999 Insécurité. Nouveaux enjeux. L’expertise et les propositions policières L’Harmattan
O16 R. Bousquet 2002 Insécurité. Sortir de l’impasse LPM
O17 R. Bousquet et E. Lenoir 2009 La prévention de la délinquance PUF
O18 X. Raufer 2002 L’explosion criminelle. Les réponses Valmonde et Cie
O19 X. Raufer et S. Quéré 2002 Le crime organisé PUF
O20 L. Rudolph et C. Soullez 2000 La police en France Milan
O21 L. Rudolph et C. Soullez 2002 Insécurité. La vérité J.-C. Lattès
O22 L. Rudolph et C. Soullez 2007 Les stratégies de la sécurité 2002-2007. Avec 150 propositions pour aller plus loin PUF
O23 C. Soullez 2001 Lexique de la sécurité PUF
O24 C. Soullez 2000 Les violences urbaines Milan

…et sa plus-value inattendue

12Pour conclure sur la phase de construction du terrain, un point mérite d’être fait rapidement sur la façon dont celle-ci a servi à alimenter en hypothèses la problématique de départ, à étoffer la grille de lecture mobilisée pour le recueil des données et à enrichir en conséquence notre étude. Dans un premier temps, l’établissement de la liste des ouvrages retenus a permis de découvrir que, pour la majeure partie, la littérature analysée est publiée par des maisons d’édition jouissant d’une certaine renommée ; il est question de 17 ouvrages sur 24 (71 % de notre terrain) publiés aux Presses universitaires de France ou chez CNRS éditions. Cette prise de conscience a eu des répercussions importantes sur l’axe de recherche portant sur la question de la légitimation, la nouvelle hypothèse avancée étant que l’étiquette de ces maisons d’édition conférerait une allure de scientificité à ces ouvrages, et par extension à leurs auteurs. Dans un deuxième temps, le dressage de la liste de ces derniers a mis en évidence une surreprésentation des acteurs issus du syndicalisme policier, et plus particulièrement du Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la police nationale ; il est question des 3 auteurs sur 8 (37,5 % des auteurs retenus) ayant contribué à 9 ouvrages sur 24 (37,5 % de notre terrain) (tableau 2).

Tableau 2. Les « nouveaux experts » en sécurité urbaine. L’ordre de présentation correspond au degré d’implication de chaque auteur dans l’activité du groupe tel qu’objectivé par l’agrégat des ouvrages signés et de toutes formes des synergies bibliographiques confondues.

Noms Principales fonctions et statuts
Alain Bauer Professeur de criminologie appliquée au CNAM, ancien président de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), consultant en sécurité privée.
Xavier Raufer Journaliste, écrivain, chargé de cours au département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines, Université Paris II Panthéon-Assas.
Christophe Soullez Chef de département de l’ONDRP à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).
Richard Bousquet Ancien commissaire divisionnaire de la police nationale, ancien membre de la direction du Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la police nationale (SCHFPN).
André Michel Ventre Commissaire divisionnaire de la police nationale, ancien secrétaire général du SCHFPN et ancien président de l’INHESJ.
Luc Rudolph Contrôleur général de la Police nationale, ancien secrétaire général du SCHFPN.
Stéphane Quéré Chercheur au département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines, Université Paris II Panthéon-Assas.

13Suite à cette découverte plutôt inattendue, la question s’est posée de savoir dans quelle mesure, derrière l’image de la réalité criminelle, finalement très obscure, dépeinte par les « nouveaux experts », se cacheraient des revendications corporatistes dont la « satisfaction est la conséquence mécanique de la situation qu’ils décrivent » (Bonelli 2008).

Un exemple d’analyse de discours : la métaphore de la guerre

14Lors des lectures exploratoires, nous avons détecté dans la littérature des « nouveaux experts » en sécurité urbaine une référence plus ou moins régulière à des tropismes à consonance militaire. Parallèlement, nous avons constaté, dans certains des ouvrages examinés, la formulation explicite d’une thèse postulant qu’à l’origine des turbulences secouant de temps à autre les quartiers (im)populaires de l’Hexagone (Boucher 2003), se trouverait « une véritable guerre qui est déclarée à la police » (Bousquet 2002, p. 91). C’est ainsi qu’une des hypothèses de départ de notre étude est que, privilégiant la métaphore de la guerre comme prisme de lecture de la déviance juvénile, les auteurs ici considérés véhiculent un discours au substrat manichéen, réduisant un phénomène aussi complexe que la délinquance à un simple affrontement, une « guerre » entre bien et mal, entre santé et maladie, entre la « France républicaine et paisible » et ses présumés détracteurs, des « délinquants toujours plus jeunes, toujours plus violents, toujours plus récidivistes » (Bauer et Raufer, 1997, p. 4).

15Tester la validité de cette hypothèse revenait avant tout à s’intéresser de près au degré et à la régularité du vocabulaire guerrier dans notre corpus. Un travail d’analyse de discours en trois stades a été alors envisagé : il s’agissait dans un premier temps de dresser l’inventaire des locutions à consonance guerrière sur l’intégralité du terrain, dans un deuxième temps de procéder à un recensement des occurrences de ces locutions afin d’être en mesure d’opérer dans un troisième temps une estimation de récurrence desdites locutions. Un inventaire de quelques locutions à caractère belliqueux dans la littérature des « nouveaux experts » en sécurité urbaine est proposé par ordre alphabétique : (s’)approprier (un territoire), armement lourd, assaut, avant-postes, bataille, belliqueux, cité interdite, combat, commando, déserter, embuscade, ennemi, en première ligne, expédition, exterritorialité, fantassin, front, guérilla urbaine, guerre, guet-apens, insurrection, intrus, intifada, logistique, opération militaire, pacification, paix, pénétrer (dans un territoire), reconquête (d’un territoire), rétablissement de la paix publique, rétorsion, riposte, sanctuarisation (d’un territoire), schémas tactiques, sécession (d’un territoire), terrain abandonné ou perdu, territoire autonome, toits de tours tenus par les jeunes, tranchée(s) et zone de non-droit. Ce travail informatisé présuppose la construction d’un terrain susceptible d’en faire l’objet.

La préparation du terrain : constitution d’un corpus numérique

16Il a alors fallu intervenir sur le corpus de façon à le rendre perméable à une analyse textuelle informatisée à visée lexicométrique. En d’autres termes, l’objectif a été de transformer un corpus papier en corpus électronique. Pour y arriver, nous avons déployé une procédure balisée par la transformation successive du format de notre terrain. Dans un premier temps, ce dernier a été manuellement numérisé à l’aide d’un scanneur délivrant un par un les différents ouvrages sous format PDF. Disposant à l’issue de ce travail d’une version numérique de chaque ouvrage sous format PDF, nous avons par la suite traité la version numérique de chaque ouvrage séparément à l’aide du logiciel de reconnaissance optique de caractères ou OCR (Optical Character Recognition) ABBYY Finereader Express Edition for Mac, afin de les convertir au format RTF. Au terme de cette procédure, nous disposions des vingt-quatre livres constituant notre terrain en version numérique sous format RTF. Ces fichiers RTF ont été par la suite lancés et aussitôt enregistrés sous format texte brut (en « .txt »), format ouvrant la voie à un traitement lexicométrique informatisé. Pour ce traitement, nous avons eu recours au logiciel AntConc 3.2.4m (Macintosh OS X) 2011, un concordancier développé et proposé en accès libre par le professeur Laurence Anthony. AntConc permet notamment d’opérer des recherches dans un corpus constitué des textes bruts, balisés ou annotés, sous format TXT, HTML ou encore XML, d’un mot – ou d’une portion d’un mot – accompagné de son contexte afin, entre autres, d’en énumérer les occurrences.

17Il n’en reste pas moins que lors des premiers essais, un problème de compatibilité du codage a fait surface, AntConc ne parvenant pas à une lecture optimale des fichiers en question. Suite à une série de tests manuels, nous sommes parvenu à identifier une procédure minimisant ce dysfonctionnement, sans pour autant l’écarter complètement. Au moment de l’enregistrement du fichier RTF en version TXT, nous choisissons le codage de texte UTF-8 unicode 5.0 en choisissant parallèlement l’option « autoriser le remplacement de caractères ». Le même choix de codage est par la suite opéré lors du lancement d’AntConc. Si cette procédure assure une compatibilité assez satisfaisante pour envisager une analyse rigoureuse de notre corpus, il n’en reste pas moins qu’il ne s’agit pas d’une compatibilité absolue, ce qui se traduit par une lecture finalement partielle des fichiers TXT par AntConc.

Méthode : l’analyse par la « page-type »

18Par la suite, et en vue d’une analyse lexicométrique, le besoin s’est fait sentir d’introduire une unité de mesure qui permettrait de mieux appréhender la régularité du vocabulaire belliqueux, et les modes de répartition du langage à caractère belliqueux entre les différents ouvrages et auteurs. Comme nous travaillons sur un corpus constitué entièrement de livres, le choix de la page comme unité de mesure est apparu d’emblée comme suffisamment cohérent. Or la problématique de l’uniformité du terrain a aussitôt ressurgi, cette fois sous un nouvel angle, celui de la géométrie variable dont font preuve les différents ouvrages considérés, géométrie variable quant à la dimension des pages, la police et la taille des caractères.

19À l’aune de ce constat, un travail d’estimation uniforme du volume de chaque ouvrage a été entrepris par le biais d’une « traduction » de leur taille en termes de « page-type ». Or, cela a nécessité l’élaboration en amont d’une telle « page-type » qui servirait comme unité de mesure. Pour y parvenir, nous nous sommes appuyés sur le guide de rédaction de thèses proposé par le ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche (2007), suivant les instructions duquel (texte justifié, police de bonne lisibilité et de taille 12, marge de 2,5 cm à gauche et à droite, 1,5 cm en haut, 2 cm en bas, interligne simple) nous avons élaboré sous format .doc une « page-type » que nous avons par la suite remplie avec plusieurs textes, avant d’observer qu’elle rassemblait en moyenne 4 500 caractères. Successivement, le nombre de caractères de chaque ouvrage a été divisé par la moyenne de la « page-type ». Par la suite, le nombre de pages types de chaque ouvrage ainsi dégagé a été, à son tour, divisé par le nombre d’occurrences des énoncés à caractère belliqueux identifiés dans ce même ouvrage : en résulte une quantification de la récurrence de ces derniers que nous pouvons considérer comme « lisible » (tableau 3).

Ouvrage Occurrences / pages types   Ouvrage Occurrences / pages type
O1 -   13 1 / 29
O2 1 / 4,9   14 1 / 1,3
O3 1 / 22   15 1 / 5,7
O4 1 / 10,5   16 1 / 2,7
O5 1 / 20,5   17 1 / 16,9
O6 1 / 1,07   18 1 / 0,75
O7 1 / 0,72   19 1 / 1,1
O8 1 / 2,9   20 1 / 26
O9 1 / 24,5   21 1 / 4,1
O10 1 / 2,3   22 1 / 6,3
O11 1 / 21   23 1 / 3,5
O12 1 / 15,7   24 1 / 1,6

Tableau 3. Récurrence des locutions à caractère belliqueux dans la littérature des « nouveaux experts » en sécurité urbaine.

Des résultats qui viennent confirmer les hypothèses

20Quant aux résultats globaux, nous avons identifié 512 occurrences d’un vocable militaire sur 1 653 pages types, c’est-à-dire une occurrence toutes les 3,2 pages types. Ce constat nous permet de postuler la validité de notre hypothèse de départ, à savoir l’existence significative d’un substrat discursif guerrier dans les publications qui nous intéressent. D’autant plus que si l’on écarte de notre échantillon les ouvrages spécialisés, non généralistes, c’est-à-dire des documents traitant non pas de la délinquance en générale mais des aspects particuliers de la réaction sociale (ouvrages O1, O2, O3, O4, O9, O11, O12, O13, O17, O20, O22 : voir tableau 1), le ratio en question se réajuste à une occurrence guerrière toutes les 2,1 pages types (17 ouvrages contenant 468 occurrences sur 1 001 pages types).

21Or, outre la validation de l’hypothèse de départ, ces résultats nous ont également permis d’en poser des nouvelles et d’approfondir de la sorte encore plus notre objet de recherche. Et cela, en mettant en exergue des différences non négligeables entre, d’un côté, des ouvrages considérés séparément – dont les valeurs extrêmes s’étendent d’une occurrence toutes les 0,75 pages types (O18) à aucune occurrence (O1) –, et de l’autre, plusieurs ouvrages regroupés à partir de différents critères. À titre indicatif, la comparaison entre les ouvrages publiés jusqu’à l’année 2002 et ceux publiés à partir de l’année 2003 (respectivement O6, O13, O14, O15, O16, O18, O19, O20, O21, O23, O24, et O1, O2, O3, O4, O5, O7, O8, O9, O10, O11, O12, O17, O22) révèle une importante raréfaction du vocable belliciste, sa récurrence passant d’une occurrence toutes les 2,3 pages types à une occurrence toutes les 6 pages types. L’année 2003 marquant notamment la prise de fonctions par certains des plus illustres des « nouveaux experts » au sein de l’Observatoire national de la délinquance qui venait alors de voir le jour, la question se pose de savoir dans quelle mesure cette « institutionnalisation » aurait influé un discours bien moins dénonciateur et alarmant ; en d’autres termes, un discours ayant plus rarement recours à la métaphore de la guerre.

*

22Pour conclure, nous nous proposons de revenir sur certaines complications et limites que la mobilisation des outils informatisés peut entraîner. Nous avons vu que, une fois leur inventaire dressé, un quadrillage électronique des éléments composant le terrain a été opéré pour recenser les occurrences de chacun des termes retenus. Or, cette opération a rapidement mis en exergue la grande difficulté éprouvée par le chercheur quand il s’agissait de se prononcer sur l’éventuelle appartenance à une quelconque matrice langagière d’un terme, dans la mesure où celui-ci se voit observé extrait de son contexte. Voici un exemple fort éloquent tiré de notre terrain, le terme guerre : dans la phrase « la France rurale d’avant-guerre » (Bousquet 1999, p.180), ce terme ne pourrait aucunement être considéré comme tropisme lexical relevant d’une matrice langagière belliciste. Il en va tout autrement pour la phrase « la guerre des piscines a fait rage tout l’été dernier » (Bousquet 2002, p.122), et cela d’autant plus que le terme guerre se voit ici mobilisé sans guillemets. Or le logiciel informatique comptabilisant les occurrences dudit terme, non doté d’un regard qualitatif, en comptera simplement 1+1= 2 occurrences, altérant considérablement la qualité de l’observation.

23Il en ressort que la nature du travail engagé oblige le chercheur à ne pas se contenter d’un simple recensement informatique en faisant l’économie d’un tri manuel et qualitatif destiné à écarter des éléments discursifs sans intérêt qui risquent de compromettre la qualité de l’observation. C’est d’ailleurs un des motifs du choix du logiciel AntConc, dont un des avantages majeurs est précisément qu’il permet de coupler le regroupement et la comptabilisation des termes recherchés par leur consultation en un clin d’œil. Observant les termes qui l’intéressent non pas isolés, mais accompagnés de leur contexte – à savoir entourés par les mots, voire les phrases entières qui les précèdent et les suivent –, le chercheur est bien plus à même de se prononcer sur l’usage qui leur est réservé et sur leurs éventuelles implications discursives. En définitive, notre expérience révèle que les instruments d’observation informatisés dont dispose le chercheur en sociologie aujourd’hui n’échappent pas à la règle des instruments d’observation « classiques » et dont la construction, l’inspection et le réajustement par le chercheur lui-même sont une tâche qui s’étend à l’infini ; une tâche que le chercheur ne saurait aucunement négliger.

Bibliographie

Bauer Alain et Raufer Xavier, 1997, « Insécurité intérieure et défense nationale », Le Figaro, 27 novembre 1997, p. 2.

—, 1998, Violences et insécurité urbaines, Paris, Presses universitaires de France, 128 p.

Bonelli Laurent, 2008, La France a peur. Une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, La Découverte, 418 p.

Boucher Manuel, 2003, « Turbulences, contrôle et régulation sociale. Des modèles sécuritaires et démocratiques dans des quartiers impopulaires », Déviance et société, vol. 27, p. 161-182.

Bousquet Richard, 1998, Insécurité. Nouveaux enjeux. L’expertise et les propositions policières, Paris, L’Harmattan, 350 p.

—, 2002, Insécurité : sortir de l’impasse, Paris, LPM, 378 p.

Cario Robert, Herzog-Evans Martine et Villerbu Loïc, 2012, « L’émergence indispensable de la criminologie à l’université », Le Monde. En ligne : [http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/21/l-emergence-indispensable-de-la-criminologie-a-l-universite_1672835_3232.html] (consulté le 23 avril 2013).

Kaminski Dan, 2011, « Criminologie plurielle et pourtant singulière », Revue de sciences criminelle et de droit comparé, nº 2, p. 475-485.

Ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Recherche, 2007, Guide pour la rédaction et la présentation des thèses à l’usage des doctorants, 23 p. En ligne : [http://lts.univ-lorraine.fr/?contentId=7198] (consulté le 28 mai 2013).

Mucchielli Laurent, 2001, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 142 p.

—, 2010, « Vers une criminologie d’État en France ? Institutions, acteurs et doctrines d’une nouvelle science policière », Politix, vol. 1, nº 89, p. 195-214.

Theys Jacques et Kalaora Bernard, 1991, La terre outragée, Paris, Autrement, 272 p.

Table des illustrations

Titre Figure. Les liens bibliographiques entre les « nouveaux experts en sécurité urbaine ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search