Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus de textes : composer, mesurer, interpréter

 | 
Émeline Comby
, 
Yannick Mosset
, 
Stéphanie de Carrara

III. Corpus, productions de discours et représentations sociales

Introduction

Émeline Comby

Texte intégral

1Les représentations sociales sont abordées dès les années 1960 en psychologie, puis dans d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Serge Moscovici crée la théorie des représentations mentales, présentant les représentations collectives comme des éléments plus importants que les comportements dans les faits (Vanssay 2003). En effet, notamment dans La psychanalyse, son image, son public (1961), à travers une étude appuyée sur la presse écrite, il ouvre un nouveau champ de la psychologie sociale, appuyé par une analyse de la psychanalyse, à travers le concept de représentations. Dans les années 1980, cette théorie des représentations connaît un véritable essor dans les sciences humaines et sociales : son étude devient digne d’intérêt car elle semble en mesure d’expliquer les interactions sociales. En effet, la représentation

est tenue pour un objet d’étude aussi légitime que cette dernière [la connaissance scientifique] en raison de son importance dans la vie sociale, de l’éclairage qu’elle apporte sur les processus cognitifs et les interactions sociales. (Jodelet 1989, p. 36)

2Elle est même qualifiée de théorie incontournable (Abric 1994). Ce concept de représentations apparaît comme un trait d’union entre différentes sciences sociales : l’histoire des représentations s’affirme après l’histoire des mentalités (Vovelle 2001), quand l’utilisation des représentations en géographie devient de plus en plus courante (André et al. 1989), notamment à travers des géographies dites « sociales » ou « culturelles ».

3Afin d’appréhender ces représentations, deux vecteurs principaux apparaissent : le discours verbal et le signe iconique, les textes et les images. Les discours sont une représentation sociale de la société, une façon d’assigner une ou des identités (Hancock 2008), une manière d’agir directement, une forme de pouvoir et donc une entrée dans le politique (Fairclough 1995). Les discours conditionneraient la réalité et les représentations de la réalité seraient plus déterminantes que le réel lui-même. S’ils catégorisent le monde et le fragmentent, les aborder en sciences humaines et sociales, ce n’est donc pas uniquement se concentrer sur eux, mais bien souvent vouloir appréhender le réel. Ainsi, l’analyse critique de discours considère l’interaction entre textes, pratiques discursives (de production et de consommation) et pratiques sociales (Fairclough 1995). Trois échelles discursives peuvent alors être considérées : celle, micro, du texte (de ses formes et des formes d’analyses qui y sont menées) ; celle, méso, des discours et de leurs relations avec les processus sociaux ; et enfin celle, plus macro, des enjeux sociaux. Concernant les interactions entre représentations sociales et discours écrits, cinq composantes peuvent alors être citées à la lumière des travaux de Norman Fairclough (2010) : a) les discours se situent entre concret (par la matérialité du texte) et abstrait (notamment via les représentations) ; b) les discours comme systèmes relationnels sont propices aux jeux scalaires ; c) les discours comme systèmes en interaction avec d’autres systèmes sont lieux de circulations des idées ou des savoirs ; d) les discours sont des processus sociaux qui construisent le monde ; et e) les discours sont aussi des processus qui reflètent d’autres dimensions du fait social. Ces différentes dimensions semblent fédérer les trois études de cas rassemblées ici.

4Cette partie s’appuie sur le postulat que les discours nourrissent et reflètent les représentations sociales et individuelles. En tant que matrice et miroir, les discours deviennent des terrains pour les sciences humaines et sociales. Cette partie se focalise sur les dires des acteurs à travers des discours préexistants (comme les médias avec le texte de Lise Jacquez et Audrey Arnoult, ou la littérature scientifique à travers la proposition de Konstantinos Delimitsos) et sur les discours sollicités (comme des entretiens dans la contribution d’Yves-François Le Lay et al., ou des questionnaires). Les discours comme construits semblent alors un terrain d’investigation probant, à la recherche des représentations.

5Cette partie fait le choix de mêler différents regards disciplinaires sur le lien établi entre discours et représentations sociales : l’analyse des discours alimente des hypothèses sur les représentations individuelles et sociales de grands enjeux contemporains, à l’interface entre quantitatif et qualitatif. En effet, conformément aux souhaits de Jacques Jenny (2004), les deux approches (« quanti / quali ») sont poreuses et s’alimentent. Les travaux proposés offrent des regards réflexifs sur cet entremêlement. Enfin, un panorama de différentes utilisations de logiciels permet de mieux comprendre les intérêts et les limites de chacun.

6L’article proposé par Yves-François Le Lay, Serge Heiden, Luc Merchez et Bénédicte Pincemin se fonde sur une approche croisée (entre géographie, informatique et linguistique) d’entretiens oraux retranscrits avec Transcriber. Il analyse les discours portés par des pêcheurs français du lac Léman sur leur activité professionnelle : ce corpus présente l’originalité d’être presque clos, puisque la population concernée a été entièrement contactée. Interdisciplinaire, il est l’une des premières illustrations recensées d’une passerelle créée entre un logiciel d’analyse de données textuelles (TXM) et un système d’information géographique qui permet la production d’une cartographie spatiale très fine des discours. Il propose une réflexion sur le vécu, les représentations et l’imaginaire du métier de pêcheur, notamment entre les enjeux économiques d’un système productif et la patrimonialisation de cette pratique.

7La contribution proposée par Lise Jacquez et Audrey Arnoult s’inscrit dans une approche de science politique en comparant des discours de presse (recueillis sur les bases de données Factiva et Lexis Nexis) et la construction de différents problèmes publics. Ce questionnement leur permet de mettre en parallèle des discours sur deux thématiques qui semblent au premier abord très différentes (les expulsions de sans-papiers et les troubles liés à l’adolescence), tout en développant des réflexions communes sur la configuration générale d’un problème public et ses transformations dans les discours journalistiques. Leur raisonnement s’appuie sur une analyse de contenu menée avec Modalisa, donnant corps aux intérêts et aux inconvénients d’une telle analyse.

8Enfin, le chapitre mené par Konstantinos Delimitsos propose une lecture de la littérature produite par ceux qui sont qualifiés de « nouveaux experts en sécurité ». Sociologue, il propose des critères nécessaires à la constitution d’un corpus à partir d’écrits épars considérés comme scientifiques : le corpus est alors vu comme un terrain, qui, une fois construit, sous-entend une numérisation et un traitement. Rassembler ces discours lui permet de mettre au premier plan le rôle joué par le champ lexical de la guerre, derrière une image de discours qualifiés de savants.

Bibliographie

Abric Jean-Claude, 1994, Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses universitaires de France, 256 p.

André Yves et al., 1989, Représenter l’espace. L’imaginaire spatial à l’école, Paris, Economica, 227 p.

Fairclough Norman, 1995, Media Discourse, Londres, Hodder Education, 224 p.

—, 2010, Critical Discourse Analysis : The Critical Study of Language, New York, Longman, 592 p.

Hancock Claire, 2008, « Décoloniser les représentations : esquisse d’une géographie culturelle de nos “Autres” », Annales de géographie, vol. 660-661, nº 2, p. 116-128.

Jenny Jacques, 2004, « Quanti / Quali = distinction artificielle, fallacieuse et stérile ! », communication au 1er Congrès de l’Association française de sociologie à Villetaneuse.

Jodelet Denise, 1989, Les représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France, 424 p.

Moscovici Serge, 1961, La psychanalyse, son image et son public : étude sur la représentation sociale de la psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France, 680 p.

Vovelle Michel, 2001, « Des mentalités aux représentations », Sociétés et représentations, vol. 12, nº 2, p. 15-28.

Vanssay Bernadette de, 2003, « Les représentations de l’eau », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement. En ligne : [http://vertigo.revues.org/1959] (consulté le 30 octobre 2013).

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site