Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus de textes : composer, mesurer, interpréter

 | 
Émeline Comby
, 
Yannick Mosset
, 
Stéphanie de Carrara

II. Les temps du corpus

Le roman comme source pour les recherches en patrimoine architectural. L’exemple des ambiances des maisons traditionnelles kabyles

Nadia Zidelmal et Azeddine Belakehal

Texte intégral

1Les édifices à valeur patrimoniale sont souvent l’objet d’opérations de préservation dont le souci majeur est de les « garder en vie ». Cependant, il demeure que la nouvelle vie qu’enserrent ces édifices ne renseigne presque en rien sur l’originale, cette dernière relevant de leur identité culturelle et de leur place dans l’histoire du lieu auquel ils appartiennent. Ces édifices sont sauvés de la ruine par des travaux de consolidation et de remise en un état « ancien neuf ». Les dimensions sensorielles y sont rarement recréées et constituent les aspects les moins concernés par les opérations de sauvegarde. D’autre part, et en vue de les adapter à un niveau de confort actuel, ces édifices sont le plus souvent modifiés ou transformés. La notion d’ambiance, et en particulier d’ambiance patrimoniale, permet ainsi de repenser les opérations d’aménagement des édifices que l’on veut préserver.

2La notion d’ambiance renvoie à celle de l’usage, dimension incontournable de l’architecture depuis l’Antiquité. Cependant, elle se focalise sur un aspect particulier de l’usage, à savoir le vécu sensoriel. L’usager est donc considéré comme un être qui appréhende l’espace au moyen de ses sens (Tuan 2006 ; Thibaud 2004 ; Augoyard 1998). Conceptuellement parlant, l’ambiance a quatre dimensions : i) le contexte, ii) l’espace architectural, iii) le stimulus (signal physique), et iv) l’usager par ses perceptions et son comportement (Belakehal 2013 ; Belakehal et al. 2009).

3Or il s’avère que le vécu sensoriel ne fait pas partie des principaux paramètres fondant les choix des intervenants sur les édifices patrimoniaux. Le constat tiré d’une lecture de divers édifices historiques, particulièrement au Maghreb, révèle trois sortes d’anomalies relatives aux ambiances : i) restauration non authentique, ii) reconversion dégradante, et iii) préservation défigurante (Belakehal 2012). Par exemple, dans certaines mosquées restaurées, on constate que les hautes baies du mur de la Quibla sont démunies de leurs écrans ajourés filtrant les rayons solaires et lumineux, ceux-ci étant alors directement dirigés vers les yeux des fidèles. Ces percements se transforment ainsi en véritables sources d’inconfort visuel et altèrent fortement l’ambiance lumineuse du lieu.

4La plupart des édifices à caractère historique, et en particulier les bâtiments cultuels, se voient également dotés d’équipements techniques dont l’objectif est d’assurer une amélioration du confort thermique et lumineux, mais les résultats ne sont pas à la hauteur de l’intention : ces travaux, une fois réalisés, affectent négativement l’esthétique des lieux et changent énormément les ambiances intérieures. En effet, les baies sont occultées pour recevoir des climatiseurs au lieu de fournir vue, air et lumière. Plus remarquable encore est le cas des opérations de préservation qui aboutissent à une défiguration des espaces architecturaux et de leurs ambiances. Face à certains besoins en surface et en lumière naturelle, les patios sont entièrement couverts et les divers percements agrandis sans aucune référence au style architectural en question. Les déformations conséquentes, sur le plan esthétique et ambiantal, sont très importantes.

5Devant cet état de fait, il est particulièrement intéressant de se pencher sur ces ambiances patrimoniales. La présente recherche s’inscrit dans cette perspective en proposant une nouvelle façon d’aborder le patrimoine architectural : il s’agit de prendre en considération, en plus des aspects typiquement objectifs, des aspects multi-sensoriels tels que le toucher, l’ouïe, le goût, la vue et l’odorat. Ces informations participent en effet aux qualités sensorielles des lieux et à leur incidence sur le bien-être, les émotions, voire les comportements. Ces notions sont complexes car elles ne dépendent pas uniquement des propriétés chimiques ou physiques d’un environnement, mais relèvent également du processus de perception et d’évaluation. Ce rapport aux sens est ici étudié à travers un patrimoine architectural algérien, la maison traditionnelle de Kabylie.

6En cherchant à restituer le sensible dans les maisons traditionnelles kabyles, nous nous trouvons confrontés à la difficulté de réactiver des ambiances dans des espaces qui ne sont plus utilisés du tout, ou transformés, ou tout simplement vécus d’une manière différente de l’originale. Ainsi, l’observation de ce qui se dit, se transmet et se révèle dans les textes peut constituer une source significative pour mener une lecture objective de ce patrimoine architectural, ce pour quoi l’examen exclusif des objets architecturaux ne saurait suffire. Il s’agit bien d’aller puiser dans les textes, car ces derniers sont les seuls témoignages conservés des ambiances passées.

Les ambiances de la maison traditionnelle kabyle : un corpus de romans

7Le roman nous paraît une source d’informations intéressante, riche et crédible puisqu’il décrit l’expérience ordinaire quotidienne des habitants ; il permet donc de puiser un potentiel de connaissances concernant les ambiances architecturales dans la maison traditionnelle kabyle. Nous avons retenu quatre romans pour rechercher des informations sur le vécu sensoriel : i) Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun (2009), édité pour la première fois en 1950, ii) La Colline oubliée de Mouloud Mammeri (1992), édité pour la première fois en 1952, iii) Histoire de ma vie de Fadhma Aïth Mansour Amrouche (2009), édité pour la première fois en 1968, et iv) Le Bout du tunnel d’Aomar Iddir (2010). Ces sources constituent notre corpus d’étude défini sur la base de deux critères : i) le contenu de ces ouvrages nous raconte des faits déroulés dans les espaces domestiques en question, et ii) les auteurs sont des Kabyles qui ont vécu la maison kabyle durant une période où celle-ci n’avait pas encore subi de transformations, que ce soit sur le plan spatial ou fonctionnel.

Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun (2009)

8Le Fils du pauvre est le premier roman de l’écrivain algérien Mouloud Féraoune. De dimension autobiographique, il retrace l’enfance et l’adolescence de Fouroulou : ce personnage principal du récit représente l’auteur lui-même. Il est simultanément berger, élève studieux, puis instituteur. Mouloud Feraoun décrit la Kabylie avec énormément de détails. On y trouve les mœurs et les coutumes, les personnages, et surtout les habitations et les paysages.

La Colline oubliée de Mouloud Mammeri (1992)

9Ce roman est la chronique d’un village isolé de la Haute Kabylie, Tasga, à l’heure de la Seconde Guerre mondiale. Comme le décrit l’auteur, dans un village gouverné par les valeurs et les coutumes ancestrales, les existences se déroulent au rythme des saisons. Mokrane y est né, y a grandi et y vit tour à tour des douleurs, des espoirs, des vengeances. En racontant le dur quotidien des villageois, Mouloud Mammeri aborde dans ce roman plusieurs aspects de la société kabyle et décrit également le déroulement de la vie quotidienne des habitants, que ce soit à l’intérieur de la maison ou à l’extérieur. Ceci permet de déceler des informations intéressantes concernant les ambiances architecturales.

Histoire de ma vie de Fadhma Aïth Mansour Amrouche (2009)

10Histoire de ma vie est présenté par son éditeur comme le récit d’une vie, « une simple vie, écrite avec limpidité par une grande dame kabyle, [...] où l’on retrouve les travaux et les jours, les naissances, les morts, le froid cruel, la faim, la misère, l’exil, la dureté de cœur, les mœurs brutales d’un pays rude où les malédictions, les meurtres, les vendettas étaient monnaie courante ». Kabyle, chrétienne, femme, et surtout poète, Fadhma Amrouche a vécu l’exil toute sa vie : dès sa naissance en 1883, dans son propre pays, l’Algérie, puis pendant quarante années en Tunisie, enfin en Bretagne jusqu’à sa mort en 1967. Dans ce livre magnifique, elle raconte sa vie de femme et le destin des Kabyles, « tribu plurielle et pourtant singulière, exposée à tous les courants et pourtant irréductible, où s’affrontent sans cesse l’Orient et l’Occident, l’Algérie et la France, la Croix et le Croissant, l’Arabe et le Berbère, la montagne et le Sahara, le Maghreb et l’Afrique ».

Le Bout du tunnel d’Aomar Iddir (2010)

11Le Bout du tunnel raconte, à travers le quotidien de la famille de Vakhlish Oumalou, les durs moments vécus par les villageois de Tagrourt à Larbaâ Nath Irathen, sous l’occupation francaise. L’autobiographie de l’auteur est dressée avec comme fil conducteur Lamara, fils de Vakhlish, dont le rêve n’était autre que d’intégrer l’école française malgré les préjugés culturels prégnants dans le village. Aomar Iddir s’est servi de deux périodes de l’année, celle des vacances prenant largement le pas sur celle de la scolarité, pour élaborer un portrait détaillé sur la forme architecturale de l’habitat traditionnel, la distribution des espaces, la répartition des tâches entre les occupants, leurs perceptions et leurs comportements.

L’analyse de contenu comme méthode d’investigation

12Selon Roger Mucchielli (1998, p. 23), « analyser le contenu (d’un document ou d’une communication), c’est rechercher les informations qui s’y trouvent, dégager le sens ou les sens de ce qui est présenté, formuler et classer tout ce que “contient” ce document ou cette communication ». Pour Laurence Bardin, l’analyse de contenu est définie comme étant

un ensemble de techniques d’analyse des communications visant par des procédures systématiques et objectives de description du contenu des messages, à obtenir des indicateurs (quantitatifs ou non) permettant l’inférence de connaissances relatives aux conditions de production / réception de ces messages. (Bardin 1977, p. 42-43)

13On regroupe donc sous le terme d’analyse de contenu un ensemble de techniques, applicables à des supports d’information divers (en général des discours, mais aussi des documents graphiques, photographiques, cinématographiques...), qui visent à extraire et à traiter ces informations en vue de les interpréter.

14Suite à l’examen de différentes recherches antérieures (Oueslati-Hammami 2010 ; Belakehal et Farhi 2008 ; Joanne 2003 ; Kowaltowski et al. 2003), l’analyse de contenu appliquée en architecture et en urbanisme s’avère intéressante. En effet, elle permet d’analyser certains aspects de l’espace architectural qui dépassent les dimensions objectives et visuelles, à savoir celles qui sont relatives aux perceptions et aux représentations. Par ailleurs, il ressort que l’analyse catégorielle thématique semble la plus appropriée pour notre cas d’étude.

15Pour mener à bien notre analyse, nous avons procédé par les étapes suivantes (Bardin 1977 ; Mucchielli 1998) : i) constitution du corpus de textes, ii) définition des unités d’enregistrement au moyen d’une lettre en majuscule pour indiquer l’ouvrage et d’un chiffre pour la succession des citations dans le roman (par exemple A18 pour la citation 18 figurant dans le premier roman analysé, Le Fils du pauvre), iii) analyse des unités, iv) catégorisation, puis v) calcul des occurrences et enfin vi) présentation et interprétation des résultats (tableau 1).

16Les catégories sont des regroupements d’unités d’enregistrement effectués selon des caractéristiques déterminées. La règle qui préside au regroupement est la suivante : toute unité d’enregistrement doit trouver sa place dans une catégorie ; de même une unité d’enregistrement ne peut figurer que dans une et une seule catégorie. On peut ainsi construire des catégories et sous-catégories.

17Une fois que les unités d’enregistrement sont définies et classées en catégories, on complète ce processus par une opération à caractère quantitatif. Il s’agit du dénombrement des occurrences. Le tout se termine par la description et l’analyse des résultats obtenus en les resituant par rapport aux objectifs recherchés, et ce pour tenter de répondre aux questionnements de départ.

Tableau 1. Le parallèle entre la procédure théorique de l’analyse de contenu catégorielle thématique et son application au corpus d’étude de la présente recherche.

  Étapes de l’analyse Application au cas d’étude
1 Choix du corpus  Quatre romans d’auteurs kabyles
2 Définition des unités d’enregistrements Une unité d’enregistrement correspond à une situation d’ambiance (un ou plusieurs stimuli)
3 Analyse des unités d’enregistrements (Stimuli, canal sensoriel, activité et composante spatiale)
4 Classement par catégories Composante spatiale source d’ambiances
5 Calcul des occurrences Une occurrence = un stimulus
6 Résultats et interprétation Par ouvrage, ambiance et composante spatiale

18Dans notre cas, il s’avère que les unités d’enregistrement peuvent évoquer une ambiance distincte, ou plusieurs ambiances entremêlées selon des formes manifestes et / ou latentes. Ainsi, un unique stimulus thermique se présente sous forme manifeste (A18, « Nana entre frileuse et se dirige vers nous, près du foyer », Feraoun 2009, p. 111) tandis que plusieurs stimuli se présentent ensemble sous forme latente et manifeste à la fois (A1, « Le parquet bien damé est recouvert d’une couche de chaux polie, luisante et jaunâtre qui donne une impression rustique », Feraoun 2009, p. 19). Ainsi, en termes d’analyse de contenu, chaque unité d’enregistrement peut évoquer un sous-thème ou plusieurs à la fois (tableau 1). Ces sous-thèmes correspondent tout simplement aux stimuli. Ce sont ces derniers qui seront comptabilisés une fois classés en catégories. Le critère retenu pour la classification en catégories des énoncés (unités d’enregistrement) est la structure spatiale. Toutes celles qui abordent des ambiances dont la composante spatiale est la même sont regroupées dans une même catégorie, quel que soit le type d’ambiance ou le canal sensoriel stimulé.

Un exemple d’analyse : Histoire de ma vie de Fadhma Nath Mansour Amrouche (2009)

19La période qui nous intéresse dans ce roman est celle que l’auteure a passée auprès de sa mère, à Tizi-Hibel, dans cette petite maison traditionnelle dont les habitants (sa mère et ses frères) étaient des membres très impliqués dans les pratiques quotidiennes. Fadhma Nath Mansour parle du vécu de sa famille avec beaucoup de détails. Elle fait une description de la maison, de son mobilier, des activités qui s’y déroulaient, des joies et des tristesses, du travail artisanal et agricole, des récoltes, des bêtes avec lesquelles ils cohabitaient, des délicieux plats traditionnels préparés par sa mère…

Définition des unités d’enregistrement

20La lecture de ce roman nous a permis d’extraire plusieurs citations témoignant des perceptions et du vécu sensoriel de la maison traditionnelle kabyle. Ces dernières sont subdivisées en unités exprimant chacune une situation d’ambiance, telle cette description du sol constituant l’unité C13 : « Le sol en était fait de chaux grasse, en couches épaisses, lissée avec des cailloux ; pendant des jours, des femmes avaient frotté le parterre afin qu’il n’y reste pas de rugosité ; on pouvait s’y mirer tant cela brillait » (Amrouche 2009, p. 57).

21Dans un autre passage, elle décrit deux éléments de la maison kabyle, addkwane (sorte d’étagère d’environ cinquante centimètres de large, construite en général sur toute la longueur du mur pignon amont), et s’rir (banquette située contre le mur de façade, disposant parfois de vides en dessous). Dans sa description, elle révèle plusieurs indicateurs d’ambiances visuelles, thermiques, sonores et olfactives, comme l’unité C15 : « Sous les étagères, étaient creusées de petites niches qui servaient à mettre dans l’une des jarres d’eau, dans l’autre les petits agneaux et les cabris » (ibid., p. 57).

22Elle parle aussi des récoltes qui sont déposées sur le sol en attendant le tri. Celles-ci peuvent stimuler la vision, l’odorat, l’ouïe et le toucher. Ceci est exprimé dans l’unité C25 : « La récolte de blé était rentrée ; tout un coin de la pièce était plein d’orge et de blé mélangés » (ibid., p. 58). La fraîcheur de l’eau et les odeurs de cuisson sont abordées dans l’unité C33 en ces mots : « Ce jour-là, nous allâmes de bonne heure à la fontaine et les jarres d’eau furent remplies jusqu’aux bords, et les cruches maintenues pleines... Notre viande était mise à cuire » (ibid., p. 61). Dans ce passage (unité C40), elle apporte des indicateurs concernant l’ambiance visuelle : « Pour toute lumière, nous avions une lampe fumeuse, pendue à un pieu au-dessus de l’âtre, contre le mur » (ibid., p. 62).

23C’est dans ce potentiel de connaissance offert par le roman que nous avons puisé pour conduire cette recherche sur le vécu sensoriel de l’espace domestique kabyle traditionnel. Parmi les ouvrages du corpus, c’est celui-ci qui nous a permis de relever le plus grand nombre de citations, organisées en cinquante-quatre unités d’enregistrement. Ces dernières ont été analysées, classées par catégories, puis soumises au calcul des occurrences.

Les catégories

24L’analyse de cet ouvrage met en évidence vingt catégories se rapportant à des éléments architectoniques de la maison, ou bien tout simplement à du mobilier : le sol, les murs, le toit, l’étable, le foyer, la porte, les ouvertures, ikufan (jarres carrées), la soupente, taqqaât (espace de séjour), tadekkwant (banquette), adekkwane (étagère), s’rir (banquette), la lampe à pétrole, le moulin à bras, le métier à tisser, le peigne à laine, la quenouille, la jarre et la cruche d’eau, les poteries, la corbeille de figues et de raisins, la barre horizontale, le berceau de bébé, la cour et l’espace extérieur (tableau 2).

Tableau 2. Fragment d’un tableau montrant le classement des unités d’enregistrement par catégorie et calcul des occurrences.

Espace Unité Ambiances perçues par F. N. M. Amrouche Total
Visuel Thermique Lumineux Sonore Olfactif Tactile
CM CL CM CL CM CL CM CL CM CL CM CL
Le sol C13 01 01 - 01 01 - - 01 - - 01 01
C25 01 - - 01 - 01 - 02 - 01 - 01
C32 01 - - 01 - 01 - 02 - 01 - 01
C42 02 - - 01 - 01 - 02 01 01 01
05 01 - 04 01 03 - 07 01 03 01 04 30
Murs C15 01 01 - - - - 01 - 01 01 - -
C16 - 02 - 01 - 01 - 01 - - - 02
C17 02 02 - 01 01 01 - 01 01 - - 02
C18 01 02 - 01 - 01 - 01 - - - 02
04 07 - 02 01 03 01 03 02 01 - 06 40
Le toit C9 02 - - 01 - 01 - 03 - - - -
C10 01 - - - - - - - - - 01 -
C11 01 - - - - - - - - - - -
04 - - 01 - 01 - 03 - - 01 - 10
Addaynine
(étable)
C2 02 01 - 01 - - 01 06 02 02 01 -
C4 - 03 - 01 - - - 08 02 - 02
C8 01 01 - 01 - - - 08 01 02 01 -
C22 - 01 - 01 - - - 06 - 02 - -
C23 - 01 - 01 - - - 06 - 02 - -
C46 01 - 01 - - 01 06 01 02 01 -
C53 01 01 - 01 - - 01 06 01 02 01 -
05 08 07 - - 03 40 05 14 04 02 88
Le foyer C34 01 01 01 01 - 01 - 02 02 01 - 01
C36 01 01 01 01 - 01 - 02 02 01 - 01
C38 01 01 01 01 - 01 - 02 - 02 - 01
C39 01 01 01 01 - 01 01 03 - 02 - 01
C43 03 - 01 - 02 - 02 - 01 03 - 01
C44 02 01 03 01 - 01 02 02 04 01 - 01
C45 02 01 02 01 - 01 - 02 01 01 01 01
C48 02 01 01 - - 01 01 02 - 01 - 01
C49 - 01 01 - - 01 - 03 - 01 - 01
C51 02 01 01 01 - 01 - 03 03 01 - 01
C54 01 01 01 - - 01 - 03 01 01 01 01
16 10 14 07 02 10 06 24 14 15 02 11 131
La porte C1 01 - 01 01 01 - - 01 - - - - -
C37 - 01 - 02 - 01 02 01 - - - - -
01 01 01 03 01 01 02 01 - - - - 11
Ouvertures
carrées
C12 02 01 - 01 - 01 - 01 - - - - 06

La quantification (calcul des occurrences)

25Le roman de Fadhma Nath Mansour est très révélateur des ambiances patrimoniales de l’habitat traditionnel kabyle. Celles-ci sont multiples et la plus grande partie d’entre elles sont sonores (123 occurrences). Elles sont suivies par les ambiances visuelles (115 occurrences), puis olfactives (86 occurrences), et enfin par les ambiances tactiles, thermiques et lumineuses avec respectivement 59, 52 et 33 occurrences.

26Parmi les composantes spatiales les plus génératrices d’ambiances, on trouve en premier le foyer, qui enregistre 131 occurrences, dont 30 sont sonores, 29 olfactives, 26 visuelles, 21 thermiques, 13 tactiles et 12 lumineuses. L’étable enregistre quant à elle 88 occurrences, dont 43 sont sonores, 19 olfactives et 13 visuelles. Ensuite viennent les murs (occurrences visuelles et tactiles) et les ikufan (occurrences visuelles), puis la jarre d’eau (occurrences olfactives et tactiles), les ouvertures (occurrences visuelles, lumineuses et sonores) et le matériel de tissage (occurrences visuelles, sonores et tactiles).

Les générateurs d’ambiances révélées par le corpus

27L’analyse des quatre romans constituant le corpus d’étude de cette recherche a permis de dégager plusieurs composants de l’espace domestique générateurs d’ambiances spécifiques à la maison traditionnelle kabyle. Dans l’ensemble des ouvrages, le foyer est l’élément le plus abordé. Feraoun et Iddir le perçoivent principalement comme stimulateur sensoriel visuel et sonore, alors que pour Mammeri et Amrouche, il est surtout générateur d’ambiances sonores, olfactives et thermiques. L’étable est également une importante source d’ambiance selon les textes. Elle est très abordée chez Amrouche qui la perçoit comme une source d’ambiances visuelles, sonores et olfactives. Pour Feraoun et Iddir, il s’agit surtout d’ambiances sonores. Il faut noter que le composant « étable » n’est pas abordé par Mammeri.

28Le métier à tisser est très présent dans le roman de Feraoun, moins dans ceux d’Amrouche et d’Iddir, et il n’apparaît pas dans celui de Mammeri. Cet objet stimule les sens visuel et auditif. Les murs sont très présents dans l’ouvrage d’Amrouche ; ils contribuent selon elle au façonnement de l’univers visuel et tactile de la maison kabyle. Ils sont également présents dans celui de Feraoun qui les perçoit comme générateurs d’ambiances visuelles. Ils sont très rares chez Mammeri et absents chez Iddir.

29Le sol est abordé dans tous les ouvrages, mais surtout chez Amrouche qui le perçoit comme source d’ambiances visuelles et sonores. Pour Feraoun, le sol stimule surtout le sens visuel. La porte est citée par tous les écrivains, excepté par Feraoun. Elle est perçue en général comme la source d’ambiances lumineuses. Néanmoins, Mammeri la perçoit également comme génératrice d’ambiances, mais sonores. La jarre d’eau est principalement abordée par Amrouche et perçue comme source d’ambiances olfactives et tactiles. Les ikufan sont très abordés par Amrouche et sont perçus comme une importante source d’ambiances essentiellement visuelles et olfactives dans la maison kabyle.

30Par ailleurs, l’analyse de contenu montre que chez trois auteurs, Feraoun, Amrouche et Iddir, les registres de la vue et de l’audition semblent dominer quantitativement les autres facultés sensorielles. Le sens olfactif reste toutefois proche. La vue reste dominante dans la perception de Mammeri, mais celui-ci semble être plus sensible à l’ambiance thermique. La perception du lumineux et du tactile est sous-représentée chez tous les écrivains.

31Afin d’étudier l’univers sensoriel et ambiantal de notre espace patrimonial, il apparaît nécessaire d’assembler les différentes données concernant les perceptions des auteurs sur lesquels nous avons travaillé. Pour ce faire, les résultats obtenus suite au calcul des occurrences dans chaque ouvrage, ont été additionnés. Cela donne pour chaque composante spatiale les occurrences concernant chaque type d’ambiance, ainsi que le total. On obtient également, pour chaque type d’ambiance, les différents taux liés à chaque composante spatiale (figures 1 et 2).

Figure 1. Les ambiances visuelles dans la maison traditionnelle kabyle et leurs sources de provenance (CM= contenu manifeste, CL= contenu latent).

Figure 1. Les ambiances visuelles dans la maison traditionnelle kabyle et leurs sources de provenance (CM= contenu manifeste, CL= contenu latent).

Figure 2. Les ambiances engendrées par la composante spatiale du foyer (l’kanoune).

Figure 2. Les ambiances engendrées par la composante spatiale du foyer (l’kanoune).

32Le recours à des sources textuelles pour l’étude et la restitution des ambiances patrimoniales architecturales de la maison kabyle a été le moteur de cette étude. En ce qui concerne la recherche des indicateurs décrivant le rapport sensoriel de l’usager avec son espace, ce procédé s’est révélé positif puisqu’il nous a permis de prendre connaissance, en plus des aspects visuels de ce patrimoine, d’autres aspects plutôt dynamiques qui relèvent du vécu et des perceptions des usagers. Chose qui renforce l’identité de ces lieux et qui contribue à en faire une restauration authentique.

33En effet, l’analyse de contenu de quatre romans d’auteurs originaires de Kabylie et ayant vécu dans l’espace patrimonial en question a révélé une multitude d’ambiances caractérisant jadis la maison kabyle. Celles-ci sont principalement visuelles et sonores, puis olfactives et thermiques, et enfin tactiles et lumineuses. Par ailleurs, cette étude a mis en évidence plusieurs composantes spatiales génératrices de ces ambiances, dont le foyer, l’étable, les murs, le sol, la porte, le métier à tisser et les ikufan.

Bibliographie

Augoyard Jean-François, 1998, « Éléments pour une théorie des ambiances architecturales et urbaines », Les cahiers de la recherche architecturale, nº 42-43, p. 7-23.

Amrouche Fadhma Aïth Mansour, 2009, Histoire de ma vie, Tizi-Ouzou, Mehdi, 224 p.

Bardin Laurence, 2003, L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France, 296 p.

Belakehal Azeddine, 2013, « De la notion d’ambiances », Courrier du savoirscientifique et technique, nº 16, p. 49 -54.

—, 2012, « Les ambiances patrimoniales. Problèmes et méthodes », Actes du 2e Congrès international sur les ambiances, 19-22 septembre, Montréal, Réseau international Ambiances, p. 505-510.

Belakehal Azeddine, Bennadji Amar et TabetAoul Kheira, 2009, « Towards an occupant based conceptual model. Case of the natural luminous ambience », Actes de PLEA’2009Conférence, Québec, Presses de l’Université de Laval, p. 275-280.

Belakehal Azeddine et Farhi Abdallah, 2008, « Les ambiances environnementales de la médina : le patrimoine oublié », Actes de la conférence internationale « La médina : un tissu urbain à sauvegarder », p. 78-84. En ligne : [https://fr.scribd.com/doc/74991712/La-medina-tissu-urbain-a-sauvegarder-Tlemcen-conference-internationale-sur-la-medina-13-14mai2008] (consulté le 19 juillet 2016).

Feraoun Mouloud, 2009, Le Fils du pauvre, Béjaia, Talantikit, 236 p.

Iddir Aomar, 2010, Le Bout du tunnel, Tizi-Ouzou, Éditions El Amel, 302 p.

Joanne Pascal, 2003, L’espace sensible du monastère cistercien aux origines : essai de caractérisation des ambiances architecturales, thèse de doctorat de l’Université de Nantes, 355 p.

Kowaltowski Doris C. C. K. et al., 2006, « Quality of life and sustainability issues as seen by the population of low-income housing in the region of Campinas, Brazil », Habitat international, vol. 30, nº 4, p. 1100-1114.

Mammeri Mouloud, 1992, La Colline oubliée, Paris, Gallimard, 224 p.

Mucchielli Roger, 1998, L’analyse de contenu. Des documents et des communications, Paris, ESF, 223 p.

Oueslati-Hammami Imen, 2010, Les centralités du grand Tunis. Acteurs, représentations et pratiques urbaines, thèse de doctorat de l’Université Toulouse-Le Mirail, 640 p.

Thibaud Jean-Paul, 2004, « Une approche pragmatique des ambiances urbaines », Ambiances en débats, P. Amphoux, G. Chelkoff et J.-P. Thibaud éd., Grenoble, À la Croisée, p. 145-158.

Tuan Yi-Fu, 2006, Espace et lieu. La perspective de l’expérience, Dijon, Infolio, 219 p.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les ambiances visuelles dans la maison traditionnelle kabyle et leurs sources de provenance (CM= contenu manifeste, CL= contenu latent).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 2. Les ambiances engendrées par la composante spatiale du foyer (l’kanoune).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site