Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus de textes : composer, mesurer, interpréter

 | 
Émeline Comby
, 
Yannick Mosset
, 
Stéphanie de Carrara

II. Les temps du corpus

Les révolutions arabes d’après l’Agence France-Presse. Analyse lexico-chronologique d’un gros corpus de presse

Natacha Souillard, Pierre Ratinaud et Pascal Marchand

Texte intégral

1Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, un jeune tunisien de 26 ans, s’immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid en Tunisie. Les répercussions de cet incident sont à l’origine de l’embrasement de la société tunisienne connu sous le nom de « révolution de jasmin », s’achevant par la fuite du président Zine el Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011. Le 25 janvier 2011, des mouvements de contestation se déclenchent en Égypte, aboutissant, le 11 février 2011, au transfert de pouvoir du président Hosni Moubarak à l’armée égyptienne. Cet événement a été baptisé « la révolution du Nil » ou « révolution du 25 janvier ».

2Surviennent ensuite des mouvements de contestation plus ou moins violents en Libye et en Syrie, et plus épisodiquement au Bahreïn, au Yémen, en Jordanie, en Algérie, au Maroc. Ces événements ont suscité des réactions internationales diplomatiques et militaires de différente nature, puis la relance de la question israélo-palestinienne et de son pendant, celle de la sécurité au Moyen-Orient. L’écho de cette succession d’épisodes contestataires au Maghreb et au Machreq, connue sous l’expression « révolutions arabes », se perd peu à peu dans une guerre civile controversée en Syrie.

3Malgré l’impression d’unité induite par cette expression, l’analyse lexico-chronologique des dépêches AFP, de décembre 2010 à septembre 2011, réalisée avec le logiciel IRaMuTeQ (Ratinaud et Déjean 2009 ; Ratinaud et Marchand 2012) nous permet d’observer que chacun de ces faits n’a pas été traité de façon identique. Il semble que le discours médiatique se soit sans cesse réadapté afin de les intégrer dans un cadre d’interprétation plus global qui serait résumé sous l’appellation « Printemps arabe » ou « révolutions arabes ». C’est cette dynamique de réajustement qui retiendra ici notre attention. En nous penchant sur les mondes lexicaux portés par les classes les plus significatives et leur distribution chronologique, nous tenterons de mettre en évidence les évolutions, voire les ruptures, les plus marquantes, en nous posant essentiellement la question de savoir si le Printemps arabe comme construit médiatique peut être lui-même considéré comme un nouveau cadre d’interprétation. L’objectif de cette étude n’est pas d’analyser le contexte international des événements qui ont secoué le monde arabe de décembre 2010 à nos jours, mais de tenter de cerner, parmi la profusion d’informations, les effets de cadrage médiatique (Moscovici 1961 ; Baylor 1996) qui ont conditionné leur traitement, la perception des événements et son évolution. Par cadre, nous entendons « un ensemble d’idées qui interprète, définit et donne sens aux phénomènes culturels et sociaux » (Baylor 1996). En restituant une information, les médias fournissent des cadres d’interprétation généraux qui permettent au public de lui attribuer une signification (Piccoli et al. 2004). Après présentation du corpus, des méthodes d’analyse et une rapide présentation des conditions de production des dépêches, nous aborderons les différentes phases de réadaptation mises en évidence par la distribution chronologique des mondes lexicaux (Reinert 1986) présents dans le corpus.

Matériel et méthode

Les dépêches AFP, une source essentielle du récit journalistique

4Les glissements lexicaux qui jalonnent les discours sur les révolutions arabes, dont le plus évident est probablement celui qui a fait passer les événements de Tunisie du rang d’émeute à celui de révolution, rendent apparent l’existence d’une grille d’analyse ou d’un cadre d’interprétation dans la production de discours médiatiques, son caractère performatif, mais aussi ses limites (Molotch et Lester 1996).

5Ces limites sont d’autant plus intéressantes que le contexte national du quinquennat de Nicolas Sarkozy a été marqué par le débat sur l’identité nationale (Marchand et Ratinaud 2012) et une omniprésence sur la scène médiatique de la question de l’islam, à côté de l’immigration et de la sécurité. Il en va de même pour la plupart des sociétés arabes, à l’exception peut-être du Qatar, que l’on a tendance à réduire presque exclusivement à la dimension religieuse et, depuis le 11 septembre 2001, sécuritaire (Badie 2011). L’étude d’un tel corpus permet ainsi une relative mise en perspective de cet environnement thématique, comme une trame de fond sur laquelle auraient surgi les révolutions arabes (Macé 2005).

6Les dépêches AFP se sont révélées être le terrain discursif le plus à même de voir émerger et de mettre en évidence les étapes de construction d’un objet médiatique « révolutions arabes », pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ces brèves dépêches dont la taille n’excède que rarement les trente formes lexicales et les objectifs de « rechercher, tant en France [...] qu’à l’étranger, les éléments d’une information complète et objective ; mettre contre paiement cette information à la disposition des usagers » (Ordonnance de 1944), sont une ressource informative pour de nombreux journaux. En effet, l’AFP est la troisième agence d’information mondiale après Reuters et Associated Press. C’est la seule parmi les deux cent quatre-vingt-quatre agences françaises à avoir une visée internationale. C’est aussi le plus grand réseau mondial de couverture de l’information (Laville 2010). Elle n’en est pas moins en rude concurrence avec d’autres agences et d’autres médias, notamment la télévision. La multiplication des sources et la nécessité de fournir une information, un produit spécialisé, décrypté et facilement mobilisable par les clients de l’agence font de ces dépêches une source extrêmement intéressante, car elles obéissent à un souci de rentabilité mais également à un ensemble d’habitudes liées au métier de journaliste et aux compétences qui lui sont propres (Py et Ginet 2004). L’information, mise en forme, doit être vendable. Pour être vendable, elle doit susciter l’intérêt du client et, in fine, du consommateur. Elle doit donc être en adéquation avec ses attentes et facilement exploitable (Laville 2010b ; Kingston et Libbrecht 1997). Ces dépêches présentent aussi l’avantage d’être en langue française, ce qui rend leur traitement et leur analyse envisageable en évacuant les problèmes techniques et analytiques liés à la traduction. Leur compilation sur une période suffisamment large a ainsi permis la constitution d’un échantillon assez représentatif pour l’étude à mener.

7Enfin, toutes les dépêches de l’AFP sont disponibles sur la base de données Factiva qui offre en outre la possibilité d’extraire les données textuelles dans un format directement traitable par le logiciel IRaMuTeQ (Ratinaud et Déjean 2009 ; Ratinaud et Marchand 2012) grâce auquel cette étude a pu être réalisée.

L’élaboration du corpus : choix des mots clés et indicateurs temporels

8Le corpus sur lequel repose cette étude est exclusivement composé des dépêches AFP du mois de décembre 2010 au mois de septembre 2011 (non inclus). Les mots clés choisis pour constituer le corpus sont exclusivement : Tunisie, Égypte, Libye et Syrie. Ces choix ont eu pour conséquence la prise en compte, dans un premier temps, des énoncés non nécessairement en relation avec les révolutions arabes.

9Commencer la constitution de corpus au début du mois de décembre 2010 a permis d’inclure dans l’analyse les discours produits sur les pays concernés par l’étude avant l’immolation par le feu de Mohammed Bouazizi. La clôture du corpus s’est avérée plus délicate dans la mesure où, pour des contraintes liées aux conditions de réalisation de l’étude, il fallait entreprendre l’analyse lexicométrique alors que les révoltes et conflits en Libye, mais surtout en Syrie, étaient toujours en cours. La chute du régime de Mouammar Kadhafi avec la prise de Tripoli par les rebelles (mais non son exécution) nous a semblé être un marqueur suffisamment fort pour délimiter le corpus, fin août 2011.

10La complexité du contexte, la masse de dépêches sélectionnées et les difficultés à saisir ces événements dans leur diversité ont conduit à préférer une analyse statistique du corpus textuel. Appliquée aux discours, cette méthode a permis d’effectuer des regroupements reposant indiscutablement sur une logique quantifiable, explicable et démontrable. Elle permet de voir émerger de la masse des éléments de discours significatifs qu’il aurait été plus délicat d’isoler en recourant à une analyse exclusivement qualitative des discours et de prendre en considération tant les distances que les affinités lexicales, ainsi que leur distribution chronologique.

Présentation du corpus et méthode d’analyse

11Le corpus, constitué de 208 187 dépêches, de 36 occurrences en moyenne, soit 7 562 733 occurrences, a été soumis à une classification hiérarchique descendante (CDH) avec l’algorithme proposé par Max Reinert (1983) et disponible dans le logiciel IRaMuTeQ (Ratinaud et Déjean 2009 ; Ratinaud et Marchand 2012), en conservant 7 840 formes actives. Le résultat a d’abord conduit à une classification en 36 classes terminales. Cette première analyse a mis en évidence un ensemble de problématiques dont certaines n’étaient pas en lien avec l’objet d’étude. Il s’est alors avéré nécessaire de réhomogénéiser, pour cibler l’analyse. L’élimination des classes non pertinentes, c’est-à-dire peu interprétables ou non liées à l’objet d’étude, a conduit à l’obtention de 29 classes. La figure 1 présente le dendogramme de la classification.

Figure 1. Classification hiérarchique descendante du corpus (IRaMuTeQ).

Figure 1. Classification hiérarchique descendante du corpus (IRaMuTeQ).

12A ensuite été projeté, sur un axe chronologique, le chi² de liaison des dates (codées en jours de publication des dépêches) aux classes (voir figure 2). Autrement dit, on a obtenu une classification lexicale distribuée chronologiquement (figures 2, 3 et 4). Il a dès lors été possible de procéder à une lecture chronologique des différentes thématiques extraites par la CDH. Elle a permis, d’une part, la reconstitution de la temporalité attendue, enfin lisible, des événements. D’autre part, elle rendait visible, littéralement, l’adaptation progressive faite de ruptures et de continuités du lexique médiatique au traitement de faits de nature différente, pourtant rassemblés sous la même étiquette « révolutions » ou « Printemps arabe ». Pour faciliter la compréhension, nous avons préféré présenter ici des extraits de cette classification, construits thématiquement, le graphique dans son ensemble n’étant pas lisible. Nous avons également dû sélectionner les thématiques les plus riches et les plus interprétables, afin de synthétiser autant que possible le contenu du corpus. Pour une meilleure lecture chronologique, nous avons ajouté aux graphiques cinq indicateurs temporels, schématisés par des traits noirs verticaux : le 17 décembre 2010, immolation par le feu de Mohammed Bouazizi ; le 25 janvier 2011, début des mouvements de contestation au Caire ; le 15 février 2011, début des mouvements de contestation violemment réprimés en Libye ; le 17 mars 2011, résolution 1973 de l’ONU qui conduit à la création d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye pour protéger la population civile ; et le 9 mai 2011, avec la mise en place d’un embargo par l’Europe contre le régime syrien de Bachar al Assad.

13La rupture discursive la plus évidente est celle qui a fait basculer les événements de Tunisie du statut d’émeute à celui de révolution. C’est ce basculement que nous allons dans un premier temps tenter de saisir. Les classes sur lesquelles nous nous pencherons ici sont les classes : 21, 1, 8, 13, 24, 26, 4 et 5, chronologiquement et thématiquement liées aux événements d’Égypte et de Tunisie, 11, 2, 3, 12, 20, 22, et 29, liées au conflit libyen, 9 et 10 pour la Syrie.

Tunisie et Égypte : des troubles sociaux au « Printemps arabe », de la rue arabe aux citoyens

14Les classes expliquées ci-dessous sont les classes (de haut en bas) 21, 1, 8, 13, 24, 26, 4 et 5. Sur la figure 1, la temporalité se lit de gauche à droite. Le premier marqueur vertical correspond à la date du 17 décembre 2010 (immolation par le feu de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid). Les occurrences les plus significatives de chaque classe sont figurées à gauche. Ces classes constituent le cœur même de la construction médiatique du « Printemps arabe ».

15Ces classes sont surreprésentées dans la même période, c’est-à-dire essentiellement de la fin décembre 2010 à la mi-février 2011. Elles sont principalement liées aux événements tunisien et égyptien. La chronologie permet de mettre en évidence la métamorphose du discours médiatique qui s’est opérée entre le déclenchement des « émeutes » tunisiennes et la « révolution » égyptienne.

Figure 2. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements tunisien et égyptien (IRaMuTeQ).

Figure 2. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements tunisien et égyptien (IRaMuTeQ).

Troubles sociaux, police et lacrymogènes : 3,4 % (classe 5)

16La classe 5 est chronologiquement la première des classes dont la thématique se rapporte aux événements de Tunisie, puis d’Égypte. Les formes lexicales les plus récurrentes sont révélatrices : « police », « lacrymogènes », « affrontements ». Nous savons, grâce au contexte, que la réalité dépeinte dans cette classe se rapporte aux émeutes de Sidi Bouzid étendues ensuite à toute la Tunisie, essentiellement dans les centres urbains, puis aux manifestations en Égypte. Néanmoins nous ne voyons pas apparaître le nom de Mohammed Bouazizi, le jeune homme qui s’était immolé par le feu, comme si ce tragique incident à haute portée symbolique ne faisait pas encore sens. Les formes lexicales nous entraînent au cœur du conflit. Ne subsiste que l’image de manifestations violentes où s’affrontent, traditionnellement, les forces de l’ordre et les manifestants. On ne voit pas non plus apparaître la moindre référence à des slogans ou à des discours, du moins parmi les occurrences les plus significatives. Les manifestants tout autant que les forces de maintien de l’ordre semblent déshumanisés, désincarnés, au profit d’une violence captée dans le vif. Le journaliste enfin envoyé sur le terrain ou enfin témoin, dans le cas des correspondants locaux généralement implantés dans les grandes villes, retrouve une part d’héroïsme (Degand 2011). Pourtant ces scènes de violence n’ont pas de quoi réellement surprendre le lecteur habitué à ce type de cadrage, notamment à la télévision, pour des pays dits du « Sud » tels que la Tunisie.

17Ainsi s’impose peu à peu l’image « d’émeutes sanglantes » en Tunisie (Salingue et Palheta 2011). L’émeute, généralement connotée négativement, n’est pas considérée comme une composante digne d’un répertoire d’action politique. Elle est, au mieux, un révélateur de malaise social. On se souvient à ce titre des « émeutes des banlieues » en 2005. Comme en 2005, ces émeutes finissent par inquiéter : France-soir, dans un sondage posté sur son site le 12 janvier 2011, interroge ses lecteurs : « Êtes-vous inquiets de la situation en Tunisie ? » Les « émeutes sanglantes » ont eu la vie longue puisqu’elles ont servi de cadrage aux événements jusqu’au 14 janvier 2011, date à laquelle Ben Ali quitte la Tunisie. Christophe Barbier, directeur de L’Express, lors du Grand Journal (Canal+) du 14 janvier 2011, alors que les invités ignorent encore le départ de Ben Ali, s’est même risqué à affirmer : « Plutôt Ben Ali que les barbus » ! On peut associer à cette classe 5 la classe 21 qui évoque les annonces d’élection anticipées en Tunisie, puis en Égypte. Elle est donc la réponse politique aux protestations.

La naissance des révolutions : 6,2 % (classe 1)

18La classe 1 est spécifiquement consacrée à l’identification des révolutions arabes, essentiellement, mais non exclusivement, tunisienne et égyptienne. Son apparition est légèrement postérieure à celle de la classe 5, elle est consacrée aux caractéristiques des contestations et aux revendications. Les formes les plus représentatives sont : « révolution », « social », « peuple », « liberté » ou « démocratie ». On remarque très bien que le pic de surreprésentation de cette classe se situe après le départ de Zine el Abidine Ben Ali, ce qui prouve assez bien le considérable réajustement du décryptage et le recadrage opéré par les observateurs. On retrouve dans cette classe un ensemble de réflexions et remarques caractéristiques des révoltes telles qu’elles ont été perçues puis restituées ensuite par la presse. Nous illustrerons ces aspects à l’aide de quelques dépêches tirées du corpus.

19Tout d’abord, ce sont des révolutions, certes, mais de nature incertaine (Ben Jelloun 2011). Tantôt sociales ou populaires, tantôt politiques, les avis divergent. « Le 20/01/2011 : L’Algérie elle-même secouée début janvier par des émeutes sociales a les yeux rivés sur la révolution du jasmin qui a balayé le régime autoritaire de la Tunisie voisine et pourrait faire des émules chez elle. » Si l’Algérie est secouée par des « émeutes sociales », les émeutes sont devenues « révolution de jasmin » après le départ de Ben Ali, en Tunisie. Le problème du statut des révolutions accompagne celui de l’incertitude quant au devenir de ces mouvements, et la persistance du thème de la menace islamiste. Cette dépêche du 30 janvier 2011 rapportant les propos d’une eurodéputée, illustre assez bien la persistance de cette crainte : « Je dis que les régimes autoritaires qui existent ont contenu cette menace islamiste, a ajouté l’eurodéputée. Selon elle, que ce soit en Tunisie ou en Égypte, avant d’être une révolution politique, c’est une révolution sociale qui s’y déroule. »

20Ces révolutions sont en outre susceptibles de se propager (Guidère 2012). Le terme d’émule énoncé ci-dessus renvoie à la théorie des dominos qui introduirait une logique, un effet d’entraînement pour expliquer la succession temporelle de ces mouvements de contestation. Cette théorie est également sous-jacente dans la dépêche suivante du 22 janvier 2011 : « L’opposant historique Moncef Marzouki a affirmé samedi que les tunisiens n’avaient pas l’intention d’exporter leur révolution populaire, une première dans le monde arabe où le soulèvement tunisien a d’importantes répercussions sociales et politiques. » On remarque par ailleurs l’utilisation de la notion de monde arabe, qui renvoie à une représentation homogène des contextes politiques et sociaux des mouvements.

21La troisième caractéristique apparemment spécifique aux révolutions arabes est la thématique du rôle des réseaux sociaux (Guidère 2012). Cette dépêche du 31 janvier 2011 est révélatrice : « Ce qui a le plus favorisé le déclenchement de la révolution en Égypte et en Tunisie, ce sont Facebook et Twitter, affirme Iba Ftiha. Ces réseaux sociaux ont permis aux jeunes de s’organiser loin du regard des autorités. » On retiendra à ce titre que les expressions « e-révolution » ou « révolution 2.0 » servent encore actuellement à qualifier les révolutions arabes, essentiellement tunisienne et égyptienne.

En périphérie, les révoltes oubliées et la naissance de la contre-révolution : 0,6 % (classe 8)

22La classe 8 consacrée à la Jordanie et au Bahreïn complète l’objet « révolutions arabes ». Elle nous donne en effet à voir d’autres épisodes contestataires au Moyen-Orient en janvier et février 2011, celui de la Jordanie, du Bahreïn ou encore du Yémen, ainsi que la stratégie d’apaisement relatif de certains dirigeants, comme l’illustre cette dépêche du 27 janvier 2011 : « Dans certains pays, les dirigeants ont commencé à jeter du lest, comme en Jordanie où le roi Abdallah II a promis d’aller de l’avant dans les réformes politiques et économiques, ou au Yémen où le président Saleh a assuré qu’il ne pensait pas transmettre le pouvoir à son fils. »

23On voit également apparaître l’Arabie Saoudite, discrètement ; elle semble jouer le rôle de coordinateur, comme en témoigne cette dépêche du 24 février 2011 : « Le roi Hamad Ben Issa al Khalifa s’est rendu en Arabie Saoudite voisine pour s’entretenir avec le roi Abdallah, rentré dans son pays après trois mois d’absence, depuis le début de la contestation à Bahreïn. Le 14 février, sept manifestants ont été tués. »

24Les mouvements de contestation au Moyen-Orient n’ont eu ni le même succès, ni la même issue qu’en Tunisie ou en Égypte. Réprimés violemment par l’Arabie Saoudite et le Qatar, notamment au Yémen et au Bahreïn, pays à forte minorité chiite, ces soulèvements sont morts dans l’œuf, condamnés à une absence relative de couverture médiatique, fortement encouragée par l’Arabie Saoudite (Badie 2011).

25Cette classe est très intéressante dans la mesure où elle montre la formation du bloc de la contre-révolution, piloté par l’Arabie Saoudite, avec le soutien des monarchies du Moyen-Orient essentiellement.

Sur la place Tahrir, des manifestants crient « Moubarak dégage » : 3,1 % (classe 4)

26La classe 4 est essentiellement concentrée sur la période allant de la fin janvier à mars 2011. Chronologiquement, elle est clairement associée à l’Égypte. Elle retranscrit majoritairement les manifestations qui eurent lieu pour exiger le départ de Moubarak : « Moubarak dégage » (AFP, dépêche du 30 janvier 2011). L’apparition du Yémen fait référence aux manifestations au cours desquelles les manifestants yéménites ont rebaptisé la place de la Perle à Sanaa en place Tahrir, place de la Libération. Cette classe interpelle tout particulièrement par sa haute portée symbolique : le peuple, la place Tahrir symbole de la « révolution du Nil », une ambiance révolutionnaire digne d’une tragédie grecque, « sang », « martyr », « rassembler », etc. Elle est rythmée, comme en témoignent les verbes d’action scander, brandir, défiler. Elle est aussi sonore : les « chants » sont tout aussi présents. Nous sommes passés dans un autre type de dimension spectaculaire et l’on peut presque toucher « le 89 arabe » (Stora et Plenel 2011).

27La rue arabe serait devenue société civile (Badie 2011), en quinze jours... La transmutation est à présent complète, nous sommes bel et bien passés des émeutes aux révolutions. L’Égypte est le point d’orgue de ce récit révolutionnaire, dans lequel le peuple, les manifestants deviennent acteurs à part entière.

28La classe 13, consacrée à la chute du président égyptien Hosni Moubarak, complète la classe 4 en déplaçant la focalisation du récit de la rue aux ministères avec la réponse des acteurs politiques aux manifestants.

29Comment expliquer cette transmutation du regard médiatique sur les événements de Tunisie et d’Égypte ? Le scandale des « vacances des ministres » et le faux-pas diplomatique de Michèle Alliot-Marie permettent de cerner ce qui a pu faire évoluer le discours.

Le départ de Ben Ali, l’avènement d’une révolution... et d’un dictateur ? 4,8 % (classe 24)

30La classe 24 retrace le départ de Ben Ali et son revers de fortune. On voit également émerger un historique de la révolte, avec l’évocation (enfin) de l’immolation de Mohammed Bouazizi, parmi les segments de texte significatifs, comme si l’on s’efforçait d’établir un lien de causalité entre les mouvements de protestation qui ont secoué la Tunisie après le suicide de Mohammed Bouazizi et le départ du président Zine Abidine Ben Ali. La chute de ce dernier, survenue le 14 janvier 2011, a finalement surpris dans un premier temps certains observateurs qui ne s’y attendaient pas. Puis, l’accident survenu, on en tire les conséquences. Les ministres des Affaires étrangères se détournent de lui : par exemple en France, un gel des avoirs du président déchu est décidé fin janvier. Les révélations sur la corruption du régime sont portées sur le devant de la scène médiatique. Cette classe est essentiellement concentrée de la mi-janvier, départ de la Tunisie de Ben Ali, à la fin janvier. L’attention des médias se focalise désormais sur l’Égypte et sur l’interprétation des récents événements. Elle connaît cependant un rebondissement en juin, avec le procès de l’ex-président devenu entre-temps dictateur.

31En parallèle à la mi-janvier, avec la fuite de Ben Ali qui, rappelons-le, survient deux jours après que la ministre des Affaires étrangères a proposé l’expertise sécuritaire de la France au régime tunisien, éclate en France le scandale des vacances des ministres, qui aboutit à la démission de Michèle Alliot-Marie le 27 février 2011. C’est tout l’objet de la classe 26.

Le scandale des vacances des ministres : 5,1 % (classe 26)

32La polémique éclate principalement après le départ du président tunisien, avec les révélations lancées par Le Canard enchaîné, le 2 février 2011, sur les vacances de Michèle Alliot-Marie en Tunisie. S’ensuit une inculpation de François Fillon pour ses vacances en Égypte, et c’est presque toute la classe politique qui se trouve empêtrée dans des révélations embarrassantes sur leurs relations cordiales avec les dirigeants tunisien et égyptien, devenus démocratiquement infréquentables. L’objectif pour la presse semble avoir été de dénoncer une corruption bien-pensante, assumée, commune aux politiques français et aux dictateurs déchus. En effet, dans les dépêches, l’accent semble être mis sur la corruption et le faste des vacances plutôt que sur la proposition de coopération en matière sécuritaire de Michèle Alliot-Marie, qui serait la conséquence des liens entre la ministre et le président déchu. Ce scandale a été construit, rétrospectivement, après la chute de Ben Ali. Le passage de l’image des dictatures comme rempart contre l’islamisme à l’héroïsation des manifestants s’est opéré très tardivement. Le discrédit des dirigeants français a permis simultanément de justifier et de corroborer le discrédit des présidents tunisiens et égyptiens. Ce scandale survient à point, pour effacer l’erreur d’interprétation initiale des événements de Tunisie. Il est ainsi tout à fait révélateur du changement de cadre d’interprétation. La part importante de cette classe dans le corpus encourage cette hypothèse (5,1 %, à elle seule). Michèle Alliot-Marie, bien maladroite, aurait servi de bouc émissaire à un ensemble de professionnels de l’information et de la politique, pour leur aveuglement sur ce qui se produisait en Tunisie. Ainsi, le 2 février 2011, une dépêche rapporte les propos du député Jean-Marc Ayrault : « Le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault, a estimé mercredi auprès de l’AFP que Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères, s’était totalement disqualifiée avec son voyage en Tunisie et qu’elle n’avait donc plus sa place au gouvernement. » Cette maladresse diplomatique a contribué à discréditer à nouveau la classe politique au pouvoir et a même servi de référence pour des slogans politiques locaux à l’occasion des présidentielles de 2012. Ainsi a-t-on vu fleurir sur les tracts politiques « le printemps français » et le slogan « Sarkozy dégage ». Les révolutions arabes seraient-elles à leur tour devenues un modèle d’interprétation ? Une fois le décor des révolutions posé, le discours et les événements décrits connaissent un nouveau tournant avec la rébellion libyenne.

Le feuilleton libyen : l’internationalisation des révolutions arabes

33Les classes présentées sur la figure 3 représentent au total 22 % du corpus analysé. Le fil de dépêches se rapportant à la Libye, extrêmement fourni, suit les étapes du conflit au jour le jour, voir heure par heure, à l’instar des fils d’actualités sur les chaînes télévisées d’information, comme un feuilleton que l’on prendrait l’habitude de regarder. L’AFP n’a pas perdu une miette du conflit, pourtant plus éloigné de la France que la Tunisie. Il n’est plus question de passer à côté des révolutions, d’autant que l’enjeu libyen est sensiblement différent, comme nous le verrons par la suite. Nous ne détaillerons pas toutes les classes mais insisterons sur les traits les plus significatifs de cette épopée médiatique. Nous aurions pu également inclure à cet ensemble les classes 14 et 15, constituées essentiellement de commentaires et d’observations diplomatiques, toutes deux associées à la Libye. La Libye est dans tous les esprits et pour quelques temps : les classes les plus connectées aux épisodes guerriers s’étendent de début mars à fin août 2011.

3. Les classes 11, 2, 3, 12, 20, 22 et 29.

3. Les classes 11, 2, 3, 12, 20, 22 et 29.

« No fight, no story » (Tannen 1998) : le retour du journalisme de guerre (classes 2, 3, 11 et 12)

34L’épisode libyen, emprunt désormais de l’aura des révoltes qui l’ont précédé, débute à la mi-février 2011. Si l’on peut déceler quelques points communs, il n’en est pas moins traité d’une manière très différente de ce que l’on a pu voir avec la Tunisie puis l’Égypte. Nous pouvons ainsi observer une absence significative du lexique de la classe 2 sur les périodes antérieures. Nous assistons bien à une nouvelle métamorphose ou réadaptation du récit médiatique. Du côté des acteurs, tout d’abord, plus de « manifestants » comme en Égypte, mais des « rebelles » ou des « insurgés » (classe 2) puis, ponctuellement, des « mercenaires » (classe 3). Entre le manifestant et le rebelle, une différence de taille : l’usage des armes par les contestataires, cet élément est la cause la plus évidente au changement de dénomination. Nous ne sommes plus dans le cadre ni d’émeutes, ni de manifestations, mais d’une rébellion armée.

  • 1 Voir un article de Vincent Hugeux publié dans L’Express le 27 octobre 2011, « Libye : quand Paris (...)

35La mise en scène est ainsi tout autre ; par ailleurs, on peut se demander si les correspondants locaux n’ont pas joué des connotations fantaisistes, voire cinématographiques, que pouvaient avoir ces quelques dénominations. Le concept d’effet domino, mis en avant par la presse et certains commentateurs, joue ici un rôle crucial puisqu’il est la clé d’intégration de ce conflit dans l’objet « révolution arabe ». De cette empathie et du fiasco de l’implication de la France en Tunisie, dépend la légitimité de l’intervention précipitée en Libye. La guerre en Libye, lointaine, exotique, est indéniablement une occasion pour la France de redorer son blason et d’éliminer un ex-allié, Mouammar Kadhafi, témoin gênant des accointances passées1, dans un contexte géopolitique en mutation. Le mercenaire contribue quant à lui à légitimer l’intervention pour défendre les rebelles, qui se battent pour les droits de l’homme, pour des valeurs et non pour de l’argent.

36De plus, cette rébellion est politiquement organisée. En effet, en Libye, contrairement à la Tunisie et à l’Égypte, un interlocuteur est identifiable, le CNT (Conseil national de transition). La communauté internationale le reconnaît peu à peu comme le seul organe politique représentatif en Libye, reléguant ainsi le colonel Kadhafi au rang d’usurpateur et légitimant le soutien militaire. Le contexte de retranscription et sa localisation confèrent pour leur part au récit médiatique une dimension guerrière plus traditionnelle, dans laquelle le journaliste devient journaliste de guerre, au cœur du conflit. Il donne à voir le conflit jour après jour, voire heure après heure, comme un véritable feuilleton.

37À ce titre, la petite classe 11 (0,6 %) complète assez bien le tableau. Elle est consacrée au destin dans la guerre de la ville de Ras Lanouf, site pétrolier stratégiquement important. Cette dépêche du 8 mars 2011 montre clairement l’angle d’approche privilégié en Libye : « Dès l’aube, des habitants avaient fui Ras Lanouf, poste avancé de la rébellion dans l’est, à 300 km au sud-ouest de Benghazi, par crainte des combats qui avaient déjà chassé les insurgés de Ben Jawad à une quarantaine de kilomètres plus à l’ouest. » On note que la temporalité est très précise, tout comme la localisation. La situation délicate des civils est également évoquée, quinze jours avant que l’ONU n’adopte la résolution 1973.

Le conflit libyen, un enjeu international : 7 % (classes 20 et 22)

38Les deux classes illustrent le rôle de deux instances de régulation internationale, l’ONU et l’OTAN, dans le conflit libyen. Chronologiquement, elles se sur-expriment très clairement sur la même temporalité. La résolution 1973 de l’ONU, du 17 mars 2011, autorise la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne au-dessous de la Libye pour protéger les civils, mais pas l’intervention militaire. L’OTAN s’engouffre, la France en tête, dans la brèche ouverte par cette résolution de l’ONU.

39Ces deux classes peuvent être confrontées à la classe 29 consacrée à l’énergie, essentiellement au prix du baril de pétrole et à l’influence des conflits sur les fluctuations de son cours. Cette classe, assez conséquente (5 %) se sur-exprime sur la même période que les classes 20 et 22, bien qu’elle ait tendance, contrairement à ces dernières, à se poursuivre. Le pétrole semble ainsi être un fil de compréhension transversal mais particulièrement mobilisé à l’occasion des événements égyptien et libyen. Nous attirons ici l’attention sur leur répartition chronologique : le graphique ci-dessus est très éloquent (figure 2). La question énergétique tout comme la question sécuritaire sont les portes d’entrée de la communauté internationale dans les révolutions et leur raison de se repositionner géostratégiquement, comme Alain Juppé le déclarait lors de son discours à l’Institut du monde arabe du 16 avril 2011 : « Aujourd’hui, c’est toute notre politique à l’égard du monde arabe que nous devons repenser. »

La Syrie : droits de l’homme et ingérence humanitaire : 7 % (classes 9 et 10)

40Avec la Syrie, c’est un nouveau cap qui est franchi : les révolutions prennent résolument le tournant des droits de l’homme, adossés cette fois à un traitement humanitaire des événements (figure 4).

Figure 4. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements en Syrie (IRaMuTeQ).

Figure 4. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements en Syrie (IRaMuTeQ).

41Dans la classe 9, on retrouve ainsi de manière significative les formes lexicales suivantes : « militant », « homme », « droit », « tuer », « OSDH (Observatoire syrien des droits de l’homme) ». Nous ne sommes projetés ni dans des émeutes, ni dans des manifestations, ni dans des combats, mais dans la contestation. Le caractère quasi unilatéral des violences est d’ailleurs mis en avant. Les acteurs changent également de visage : on voit surtout se détacher l’image du civil, du militant pour les droits de l’homme et une organisation bien particulière, l’Observatoire syrien des droits de l’homme. L’OSDH semble assurer le rôle de porte-parole chargé d’attirer l’attention des médias, notamment occidentaux, sur la situation en Syrie ; elle mobilise ainsi le registre des droits de l’homme, qui dans ce cas de figure s’accompagne de la question de l’ingérence humanitaire. Bien que les lecteurs occidentaux et la communauté internationale aient été sensibilisés à la question syrienne, l’aide internationale ne vient pas, hormis un embargo décidé par l’Europe le 9 mai 2011. Les enjeux géostratégiques ne sont pas les mêmes, on craint une escalade de violence internationale car la Chine, la Russie et l’Iran s’opposent à toute intervention. C’est à nouveau la sécurité internationale et ici, tout particulièrement, celle d’Israël, qui est à prendre très sérieusement en considération.

42Quoi qu’il en soit, cet épisode au traitement plus classique, opposant les figures de victimes civiles à celle du tyran, Bachar al Assad, fait basculer la lutte pour la dignité et la justice sociale très présente dans les dépêches relatives aux révolutions tunisienne et surtout égyptienne, dans la dimension de l’assistance humanitaire internationale, inhérente à tout conflit militaire international. Ce basculement se fait probablement au détriment de la demande de reconnaissance politique et sociale des contestataires.

43La classe 17 (2,5 %), non représentée sur les graphiques ci-dessus, peut enrichir cette approche. Elle est en effet consacrée à l’île de Lampedusa, escale européenne des migrants en Europe. Cette petite île est régulièrement la scène de drames et replace, à l’occasion d’un nouveau naufrage sur ses côtes, la question de l’immigration sur le tapis des médias européens. Les révoltes ont généré des vagues de migrations, dont les plus significatives sont chronologiquement liées à la Tunisie, à la Libye puis à la Syrie. Toute la classe 17 est consacrée à ces flux migratoires, aux portes de l’Europe, comme l’illustre cette dépêche du 7 mai 2011 : « Des centaines de réfugiés fuyant la Libye et voyageant à bord de deux bateaux ont débarqué sur l’île de Lampedusa (Italie) samedi, ont annoncé les gardes-côtes de l’île où des milliers de Libyens sont déjà arrivés au cours des dernières semaines. »

44L’immigration est ainsi abordée, soit comme un drame humanitaire, soit comme une menace pour l’Europe. Il est probable que ce facteur puisse également expliquer la réémergence progressive du thème de l’assistance humanitaire en Syrie. Avec la Libye et la Syrie, on réintègre au cadre médiatique des révolutions arabes des problématiques plus traditionnelles.

*

45Les révolutions arabes sont-elles devenues un nouveau cadre d’interprétation ? L’approche lexico-chronologique permet de mettre à jour les transformations opérées dans le traitement lexical et, dans une certaine mesure, narratif des révolutions arabes par les journalistes de l’AFP. Elle permet également d’appréhender les thématiques transversales, les ajouts et les spécificités de traitement de certains événements. En effet, nous avons pu constater que la grille d’analyse initialement mobilisée par les journalistes pour comprendre le mouvement tunisien s’est avérée totalement inefficace. Plutôt que de donner sens aux mouvements, elle a induit les observateurs en erreur. L’actualisation nécessaire de cette grille n’a été possible qu’à l’issue d’un inversement dans l’ordre de la légitimité : il n’était plus légitime de défendre les chefs d’État tunisien et égyptien, nous avions affaire à un mouvement de contestation légitime contre la tyrannie de dictateurs alliés des démocraties occidentales. Il s’en suit que les interlocuteurs politiques précédemment impliqués dans le mouvement, défendant les intérêts des chefs d’État devenus tyrans, ont été parallèlement plongés dans le discrédit. Ce court moment de redéfinition a permis la création d’un nouveau modèle d’interprétation potentiellement mobilisable pour décrypter des événements jugés similaires, dans un espace géographique perçu comme ayant des caractéristiques culturelles communes. Toutefois, certaines classes, notamment celle associée à l’énergie, sont récurrentes. Les changements de perspective précédemment évoqués n’ont pas effacé certaines problématiques antérieurement présentes. Elles se sont incorporées au nouveau cadre d’interprétation.

46Le découpage en classes lexicales et leur répartition sur un axe chronologique permettent de donner sens à cette profusion de dépêches, et de distancier son regard face à l’actualité. En permanence plongés dans l’immédiateté des événements, il est parfois difficile de prendre du recul face à notre propre réception et à la masse d’informations. L’approche lexico-chronologique est à ce titre un outil d’une grande efficacité pour l’analyse des corpus de presse, y compris les gros corpus.

47Cela dit, l’anonymat des dépêches et la non-précision de l’implantation géographique des correspondants ne nous permettent pas d’appréhender avec précision le contexte de production des dépêches. On ne peut pas non plus mesurer avec précision quels types de dépêche et quels mondes lexicaux ont été les plus récurrents dans les journaux français. Une étude lexico-chronologique comparative d’un corpus constitué cette fois-ci d’articles de presse, et non plus simplement de dépêches, enrichirait cette approche initiale. La question de l’impact de ce traitement médiatique sur les représentations du ou des publics reste quant à elle entière.

Bibliographie

Badie Bertrand, 2011, « Printemps arabe : un commencement », Études, vol. 7, p. 7-18.

Baylor Tim, 1996, « Media framing of movement protest : the case of American Indian protest », Social Science Journal, vol. 33, nº 3, p. 241-255.

BenJelloun Tahar, 2011, L’étincelle, révoltes dans les pays arabes, Paris, Gallimard, 128 p.

Degand Amandine, 2011, « De Tunis au Caire : médias et révolutions », La Newsletter de l’ORM, nº 19, 5 p.

Guidère Mathieu, 2012, « Histoire immédiate du “printemps arabe” », Le Débat, vol. 1, nº 168, p. 129-145.

Kingston Meredith et Libbrecht Liz, 1997, « Construction of an event. Coverage of Ireland by Agence France-Presse », Réseaux, vol. 5, nº 1, p. 27-48.

Laville Camille, 2010a, « L’AFP, une agence d’avenir ? » En ligne : [http://www.inaglobal.fr/presse/article/lafp-une-agence-davenir] (consulté le 2 février 2015).

—, 2010b, Les transformations du journalisme de 1945 à 2010 : le cas des correspondants étrangers de l’AFP, Bruxelles, De Boeck / Ina éditions, 224 p.

Macé Éric, 2005, « Les faits divers de “violence urbaine”, effets d’agenda et de cadrage journalistique », Les cahiers du journalisme, nº 14, p. 188-201.

Marchand Pascal et Ratinaud Pierre, 2012, Être français aujourd’hui. Les mots de l’identité nationale, Paris, Les liens qui libèrent, 300 p.

Molotch Harvey et Lester Marylin, 1996, « Informer : une conduite délibérée de l’usage stratégique des événements », Réseaux, vol. 14, nº 75, p. 23-41.

Moscovici Serge, 1961, La psychanalyse, son image, son public, Paris, Presses universitaires de France, 512 p.

Piccoli Norma de et al., 2004, « Entre faits et opinions : une analyse psychosociale de la presse quotidienne », Psychologie sociale des médias, P. Marchand éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 203-232.

Py Jacques et Ginet Anne, 2004, « Cognition sociale et journalisme : existe-t-il des scripts spécifiques aux journalistes ? », Psychologie sociale des médias, P. Marchand éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 125-141.

Ratinaud Pierre et Dejean Sébastien, 2009, « IRaMuTeQ : implémentation de la méthode ALCESTE d’analyse de texte dans un logiciel libre », communication à la Modélisation appliquée aux sciences humaines et sociales (MASHS 2009), Université de Toulouse.

Ratinaud Pierre et Marchand Pascal, 2012, « Application de la méthode ALCESTE à de “gros” corpus et stabilité des “mondes lexicaux” : analyse du “CableGate” avec IRaMuTeQ », Actes des 11e Journées internationales d’analyse statistique des données textuelles, p. 835–844.

Salingue Julien et Palheta Ugo, 2011, « Tunisie : mots et maux de l’information en continu ». En ligne : [acrimed.org/article3518] (consulté le 23 février 2015).

Stora Benjamin et Plenel Edwy, 2011, Le 89 arabe. Réflexions sur les révolutions en cours, Paris, Stock, 175 p.

Tannen Deborah, 1998, The Argument Culture : Changing the Way We Argue and Debate, Londres, Vertigo, 336 p.

Notes

1 Voir un article de Vincent Hugeux publié dans L’Express le 27 octobre 2011, « Libye : quand Paris suivait Kadhafi ».

Table des illustrations

Titre Figure 1. Classification hiérarchique descendante du corpus (IRaMuTeQ).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 2. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements tunisien et égyptien (IRaMuTeQ).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre 3. Les classes 11, 2, 3, 12, 20, 22 et 29.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 4. Répartition chronologique des classes consacrées aux événements en Syrie (IRaMuTeQ).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site