Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte

 | 
Frédéric Regard

« The King’s Servant » : modalités de la rencontre dans Journal of a Second Expedition into the Interior of Africa de Hugh Clapperton (1829)1

Anne-Pascale Bruneau

Texte intégral

  • 1 C’est à l’édition en fac-similé du texte paru en 1829 (Hugh Clapperton, Journal of a Second Expedit (...)
  • 2 Les pages précédant le départ de Badagry, absentes de l’édition de 1829, peuvent désormais être con (...)

1Publié de façon posthume, le texte du journal tenu par l’explorateur écossais Hugh Clapperton, commandant de la Marine britannique, lors de sa seconde expédition en Afrique, débute le 7 décembre 1825 (date de son arrivée à Badagry, dans la baie du Bénin) et finit en mars 1827 à Sokoto (Clapperton y meurt de dysenterie le 13 avril 1827). L’ensemble de cette région est situé dans l’actuel Nigéria, mais la région de Sokoto se trouvait dans la partie centrale de ce que l’on appelait alors le Soudan. Une partie des entrées du journal avait été envoyée en Angleterre par Clapperton au cours de son voyage, et la suite fut rapportée par son domestique, Richard Lander ; bien que destiné dès sa conception à donner lieu, sous une forme remaniée, à une publication, ce journal n’a pas été conçu pour être lu en l’état, et malgré un style simple il se caractérise par une certaine opacité. La mise en forme succincte, sans élaboration de récit, dont il a fait l’objet, lui a conservé son aspect de document brut, tenant du journal de bord. Le texte débute par une note sur l’arrivée dans un village proche de Badagry : « mercredi 7 décembre 1825. – Après avoir passé longtemps à discuter et à boire avec nos amis africains, nous avons réussi à faire partir tous nos bagages et présents ; puis nous nous sommes embarqués dans les pirogues préparées pour nous » (p. 1)2. Les entrées suivantes consignent l’avancée de l’expédition, ainsi que les échanges avec la population.

2Le journal fait en effet de la relation des rencontres anglo-africaines l’un de ses principaux thèmes. Il s’agit d’un mémorandum du parcours de Clapperton, mais aussi d’un cahier où sont consignés les échanges – échanges verbaux, échanges de présents ou de services –, selon des modalités qui se répètent régulièrement. L’analyse des rencontres que fait l’explorateur avant de rejoindre le pays haoussa permet d’établir tout d’abord de quelle manière celles-ci sont à la fois premières et régies par des codes d’échanges préexistants. Il apparaît ensuite que tout en structurant la rencontre, ces codes ne l’épuisent pas. Il importera enfin de se concentrer sur la rhétorique de Clapperton, sur ses effets comme sur ses limites.

  • 3 Voir Hugh Clapperton, Difficult and Dangerous Roads. Hugh Clapperton’s Travels in Sahara and Fezzan (...)
  • 4 Voir Clapperton in Borno : Journals of the Travels in Borno of Lieutenant Hugh Clapperton, RN, from (...)

3Clapperton effectue sa seconde expédition sous l’égide du gouvernement britannique. La mission est financée par le Colonial Office, et son organisation est administrée par l’Amirauté ; elle est la poursuite d’une précédente mission, qui avait mené Clapperton de Tripoli au Bornou, ancien empire de la zone soudanaise, et au califat de Sokoto, entre 1822 et 18253. De retour en Angleterre en juin 1825, il repart en août, après avoir eu un entretien avec le Colonial Secretary, Lord Bathurst, et avoir été reçu avec lui par le roi George IV4. La première mission avait eu pour but d’établir des relations diplomatiques avec le Bornou : la Grande-Bretagne cherchait en effet à développer son commerce avec l’Afrique, et le Bornou jouait alors un rôle de pivot à l’intersection des grandes voies de communication entre Méditerranée et Soudan, et entre Afrique orientale et Afrique occidentale. Cette seconde expédition de Clapperton en Afrique est conçue comme un retour au Bornou, via Sokoto, mais par un itinéraire différent, qui part de la côte sud de l’Afrique occidentale plutôt que de la côte méditerranéenne.

  • 5 Sur la question du cours du Niger, que les Européens partaient « découvrir » alors qu’ils disposaie (...)
  • 6 Clapperton in Borno…, J. Bruce Lockhart éd., ouvr. cité, p. 23.

4Dans le Journal, les objectifs de l’expédition se dessinent à mesure que Clapperton avance et qu’il s’en explique – partiellement – à ses interlocuteurs africains. On peut également se fier aux éléments qui retiennent son attention et sur lesquels il prend des notes : Clapperton s’intéresse tout particulièrement aux ressources géologiques, agricoles ou botaniques, à la faune, à l’histoire des régions traversées ainsi qu’au cours du fleuve Niger. Ses objectifs sont donc à la fois diplomatiques, commerciaux, et scientifiques. Il s’agit en premier lieu d’établir des relations stables avec les populations vivant autour du lac Tchad, le passage par la côte sud d’Afrique occidentale devant permettre de rallier la région plus rapidement qu’en traversant le Sahara, tout en évitant d’être tributaire du pacha de Tripoli. Il s’agit aussi de mettre en place des liens officiels avec l’empire peul de Sokoto, dont le chef, le sultan Mohammed Bello, a accueilli Clapperton lors de son premier séjour dans le Sahara, et d’œuvrer, par la voie de la diplomatie, contre le commerce des esclaves, que la loi britannique interdit depuis 1807. Dans une lettre à George IV confiée à Clapperton, Bello s’est déclaré disposé à mettre fin à l’exportation d’esclaves contre la mise en place de liens commerciaux qui doivent débuter par une livraison d’armes et être matérialisés par l’installation d’un consul et d’un médecin dans certaines villes côtières ; le débarquement dans l’une de ces villes doit donc constituer la première étape du voyage. Un autre objectif important de la mission est de cartographier avec précision le cours du Niger, dont les Européens ne savent toujours pas alors où il se jette5. La première expédition avait convaincu Clapperton et Oudney, l’un de ses compagnons, que, contrairement à une idée anglaise tenace, encore récemment renforcée par la mission de Lyon et Ritchie, le Niger ne coulait pas en direction du lac Tchad pour le traverser et se jeter dans le Nil. Leurs observations, ajoutées aux travaux du géographe écossais James MacQueen, leur avaient donné la conviction que le fleuve se jetait en réalité dans le golfe de Guinée6, intuition vérifié par Richard Lander après la mort de Clapperton. On sait que s’il ne s’est écoulé que deux mois entre le retour de l’explorateur à Londres et un nouveau départ, c’est que Clapperton était pressé de tenir ses engagements auprès de Mohammed Bello, mais aussi de descendre le Niger jusqu’à son embouchure, d’autant qu’il savait que Laing, un explorateur rival, venait d’être envoyé à Tombouctou afin de résoudre le « mystère ».

  • 7 Ibid., p. 26.
  • 8 La lettre, en date du 18 avril 1824, peut être consultée dans D. Denham, H. Clapperton et W. Oudney (...)
  • 9 John Barrow, qui occupa entre 1803 et 1844 le poste de second secrétaire de l’Amirauté, coordonnait (...)

5La mission que commande Clapperton comprend quatre officiers, leurs quatre domestiques, et deux guides et interprètes. Robert Pearce, commandant de la Royal Navy, est engagé en tant que topographe et dessinateur ; Robert Morison, ancien chirurgien, doit prendre un poste de vice-consul et médecin à Sokoto, et Thomas Dickson, le second médecin, est également engagé comme naturaliste7. À l’exception de Richard Lander, son domestique, et de l’un des interprètes, Clapperton perdra un à un tous ses compagnons peu de temps après l’arrivée en Afrique. Il devra lui-même faire face à de fréquentes attaques de paludisme et de dysenterie, avant de succomber. Dès son arrivée en Afrique, la mission se heurte à des obstacles. Clapperton ne trouve pas Raka, le « port » où, comme le stipulait la lettre de Mohammed Bello, les envoyés du sultan devaient venir à sa rencontre8 : cette ville s’avérera être située à plus de deux cents kilomètres de la côte. John Barrow, responsable de la mission à l’Amirauté et auteur de l’introduction de 1829, attribuera cette erreur à une méconnaissance chez Bello de la géographie de son pays (p. xii-xiii)9. Dans l’incapacité d’entrer en communication avec le sultan peul, Clapperton se met en route directement pour Sokoto. L’explorateur n’atteindra jamais sa destination, car il se rend dans la région à une période de troubles extrêmes. Sokoto est désormais en guerre contre le Bornou, et Bello l’empêchera de rejoindre son rival, le cheikh el-Kanemi, sachant que parmi les présents du gouvernement britannique lui étant destinés se trouveront immanquablement des armes et des munitions. Considérant désormais Clapperton comme un espion, Bello confisquera ces présents et le laissera agoniser sans lui porter le moindre secours.

6Les rencontres que fait Clapperton dans ces régions sont parfois difficiles à distinguer les unes des autres, car elles suivent un schéma assez répétitif. Clapperton croise pourtant toutes sortes de gens, libres ou esclaves, sur la route ou dans les villes et villages ; accompagné de porteurs, dont il loue les services auprès des chefs des localités traversées, il est également amené à négocier longuement avec des marchands l’acheminement d’une partie de son chargement par caravane. Ses interlocuteurs privilégiés, ceux dont il s’attache volontiers à transcrire la rencontre sous forme de dialogues, sont des chefs locaux, simples chefs de villages ou « gouverneurs » (p. 71) de grosses villes. Ce sont eux qui lui offrent l’hospitalité à son arrivée et qui pourvoient à ses besoins en nourriture, lui fournissant généralement une escorte jusqu’à la localité suivante. L’explorateur les dédommage par des dons d’étoffes, de rhum, de cauris (coquillages servant de monnaie d’échange), et parfois de coraux. Le journal fait aussi une place importante aux contacts, parfois prolongés, avec les souverains des petits royaumes traversés par Clapperton. Notons que si celui-ci parle l’arabe, l’essentiel de la communication dans les régions non arabophones se fait par l’intermédiaire d’un interprète, parfois de deux simultanément ; l’explorateur se familiarise néanmoins avec le vocabulaire yoruba, et son journal en comprend un lexique élémentaire.

7Ce sont les rencontres avec les petits chefs locaux qui sont le plus soumises à des modalités récurrentes, cela s’expliquant par la conjonction de divers impératifs, notamment le trajet que veut effectuer Clapperton ou les codes régissant l’hospitalité. Elles se déroulent donc toujours selon le même schéma : annonce par un messager de l’arrivée de Clapperton à la porte de la ville ; entrée dans la ville après une attente plus ou moins longue ; réception officielle en présence des dignitaires assemblés ; installation dans une maison qu’on lui attribue (généralement la meilleure) ; don de vivres (bêtes, fruits, légumes), dont Clapperton tient un décompte assez précis. Une ou plusieurs autres rencontres en privé avec le chef peuvent suivre, autour d’un thé offert par Clapperton par exemple, et l’Angleterre constitue alors un sujet de conversation privilégié. Vient ensuite l’organisation du départ : des accompagnateurs fournis par le chef vont servir d’escorte, de messagers et d’interprètes, de porteurs ; des animaux sont éventuellement prêtés. Le départ a lieu le lendemain ou au bout de quelques jours, en fonction de l’état de santé des voyageurs. Les cadeaux offerts par Clapperton, et dont la valeur est relative aux services rendus et à l’importance de l’hôte, sont présentés à des moments variables du séjour, mais souvent pour l’arrivée et pour le départ. Il s’agit de cadeaux officiels transportés dans les bagages, et l’initiative de la répartition a été laissée au seul Clapperton. Le schéma est comparable pour ce qui est des contacts avec les souverains africains, les relations alternant cependant entre le contact direct et le passage par l’entourage du monarque. Chez le roi des Yoruba, par exemple, toutes les questions d’intendance transitent par un eunuque dont il est clair que Clapperton se défie.

8Les scènes que décrit Clapperton jusqu’à son arrivée en pays haoussa sont des scènes de première rencontre. L’explorateur ne connaît pas cette région d’Afrique, et la plupart de ses interlocuteurs n’ont jamais vu d’hommes blancs :

Le chef était préparé à nous recevoir : c’était un beau jeune homme courtois, qui se nommait Lorokékri. On est venu en foule pour nous voir, et lorsque nous avons exprimé le désir de partir sans délai, Lorokékri nous a priés de rester toute la journée, parce que ni lui ni les autres habitants n’avaient jamais vu d’hommes blancs, et qu’il souhaitait nous donner quelque chose à manger. (p. 7)

9Clapperton fait donc part de l’insatiable curiosité qu’il suscite :

De tous côtés, sur les hauteurs, sur les rochers et se pressant le long de la route, les habitants s’étaient assemblés par milliers ; les femmes nous accueillaient en levant les mains en l’air et en chantant en chœur ; les hommes en nous saluant à leur manière ordinaire, et en faisant toutes sortes de démonstrations de joie. (p. 24)

La grande cour de quelque cent soixante mètres carrés dans laquelle nous sommes logés est constamment remplie de milliers de gens qu’il est impossible de faire partir ; un groupe succède à un autre, tant ils sont curieux de nous voir, et tous restent là, à nous contempler bouche béante. (p. 26)

10Pour sa part, Clapperton observe ses hôtes attentivement, notant par exemple des formes assez extrêmes de prosternement devant les chefs, mais il s’étonne rarement de ce qu’il voit.

11Si l’étonnement et la curiosité que l’explorateur suscite chez les Africains sont bien la marque d’un premier contact, il est manifeste pourtant que certains codes d’échange sont déjà en place, dus à la présence d’Européens qui, installés de longue date sur la côte, commercent avec l’intérieur. La plupart des habitants des régions traversées par Clapperton n’ont jamais eu de contacts avec les Européens, les contrées demeurent non répertoriées par les cartographes britanniques, et pourtant le terrain de la rencontre n’est pas vierge. Les individus se découvrent, mais cette découverte s’inscrit dans un cadre préexistant, lié à une économie anglo-africaine que la rencontre contribue encore à développer. Le parcours de Clapperton est ainsi jalonné d’indices qui signalent l’existence de ces contacts commerciaux antérieurs. À intervalles réguliers, il s’arrête sur la présence d’objets de fabrication anglaise importés du Dahomey (articles de poterie, plats de cuivre, étains, étoffes de laine et de coton), qu’il retrouve non seulement près de la côte, mais aussi à distance de celle-ci :

Il m’a fait apporter […] une cruche en faïence pour me la montrer ; elle était de fabrication anglaise, le vieux Tobie Philpot y était représenté tenant à la main une chope emplie de bière. (p. 68)

Le gouverneur de la ville est venu en grand apparat […]. Il avait un turban par-dessus un calot européen, était drapé de cotonnades de Manchester ; le reste de son habillement était en toile du pays. (p. 71)

12Du reste, Clapperton est lui-même accompagné sur une partie de son trajet par un négociant britannique établi à Badagry, Mr Houtson, qui lui sert de guide tout en menant ses propres affaires. On retrouve ici une marque des rapports étroits unissant exploration et commerce. C’est ainsi qu’il arrive à Clapperton de signaler à de futurs lecteurs ce que tel ou tel peuple appréciera en guise de présents :

Les habitants de Wawa prendraient des verroteries en échange de toutes les productions de leur pays ; et aussi des anneaux de laiton pour les bras et pour les jambes ; des plats d’étain, de cuivre, de laiton et de faïence ; des cotonnades de Manchester de couleurs gaies et du calicot. (p. 95)

13Le fonctionnement du don comme moyen de paiement était bien connu du Colonial Office, et les explorateurs transportaient quantité de marchandises qui devaient servir à la fois de monnaie d’échange et de présents officiels. Ces dons étaient donc attendus, à telle enseigne que certains des hôtes de Clapperton tentent à plusieurs reprises de faire monter les enchères. Pour autant, les rôles de l’explorateur et du négociant demeurent distincts ; ce que transporte Clapperton n’est pas à vendre, mais lui sert à négocier son passage.

14Notons enfin le désir manifeste de soustraire l’interprétation de telles rencontres à une grille de lecture prédéterminée qui aurait mis en scène le choc entre le civilisé et le barbare. Le ton du journal est généralement mesuré, empreint d’une distance légèrement ironique vis-à-vis de l’auteur comme de ses interlocuteurs, et donne l’impression d’un désir d’objectivité. En général, Clapperton évoque l’autre avec respect. Bien qu’il réprouve certaines pratiques africaines, il se montre surtout soucieux de mettre en avant des marqueurs de civilité et de civilisation :

Les habitants paraissent civils et industrieux : leur nombre peut aller de 8 000 à 10 000. Ils montrent un grand penchant pour la sculpture […]. Ici, chez les Yoruba, le chien est traité avec des égards, c’est le compagnon de l’homme […]. Dans aucun des autres pays d’Afrique où je suis allé cet animal fidèle n’est traité avec la plus simple humanité. (p. 13)

15Tout en faisant remarquer que les habitants de la ville préparent un raid pour rapporter des esclaves à un navire brésilien qui vient d’accoster à Badagry, il note « un degré de subordination et de gouvernement régulier dont on n’aurait pu supposer l’existence parmi des hommes regardés jusqu’ici comme des barbares » (p. 13). Si Clapperton tient à détacher les populations avec lesquelles il entre en contact d’une grille de lecture qui serait dominée par la hantise du primitif, c’est manifestement en raison de l’abomination en laquelle le public britannique tient la pratique encore courante du commerce des esclaves. Sans s’interdire tout jugement moral vis-à-vis des Africains qu’il rencontre, il se montre donc soucieux de rapporter ses critiques à des individus ou à des communautés clairement identifiés, et à des circonstances précises. Il fait aussi remarquer que l’humanité et la barbarie sont finalement dépendantes des conditions de vie des individus :

Mon domestique, un fardeau sur la tête, était obligé de conduire le bœuf fatigué ; et moi, avec un autre domestique, je faisais hâter le pas à cet animal ; mais il fallait le battre sans cesse, ce qui, dans un pays comme le nôtre, renommé pour sa grande humanité, aurait paru extrêmement cruel ; mais ici, en Afrique, un homme fera bien des choses contre lesquelles son humanité se révolterait dans notre patrie plus heureuse. (p. 182)

16L’accueil réservé à Clapperton est surtout lié à son statut, c’est-à-dire à l’aspect diplomatique de sa mission : il se présente à tous comme l’émissaire du roi d’Angleterre, se désignant comme son « serviteur » ou comme son « messager ». C’est ce qui lui vaut d’être reçu cordialement par les souverains des royaumes dans lesquels il pénètre, d’être à peu près assuré de l’hospitalité de leurs vassaux, voire d’être fêté par certaines communautés comme un messager de paix, venu mettre fin aux guerres qui ravagent le territoire yoruba :

En effet, il court un bruit qui paraît nous avoir précédés partout, c’est que nous sommes chargés de rétablir la paix partout où la guerre règne, et de faire du bien à tous les pays où nous passons. C’est ce que nous a dit le gouverneur de la ville, et il a ajouté qu’il espérait que nous mettrions fin à la guerre avec les Nupès et les Fellatah, ainsi qu’à la rébellion des esclaves du Haoussa, qui se sont soulevés contre le roi des Yoruba. Après que nous nous sommes serré la main, il a passé la sienne sur la tête de ses chefs, comme pour leur communiquer la bénédiction d’un homme blanc. (p. 24-25)

17En tant qu’Européen, bénéficiant en outre du statut de « serviteur » et de « messager » du roi d’Angleterre, Clapperton jouit ainsi d’une aura certaine. Son autorité auprès des puissants est indéniable : lorsqu’il parvient aux portes de Katunga, la capitale yoruba du royaume d’Oyo, et annonce qu’il refusera tout prosternement devant le souverain, aucune objection ne lui est faite (p. 36). Il n’est pas rare non plus qu’on lui prête des pouvoirs de guérisseur ; il transporte effectivement des médicaments, probablement ceux des médecins qui l’accompagnaient, et il lui arrive de prescrire des remèdes. S’il en escompte surtout un effet placebo, il ne refuse pas le rôle qu’on s’attend à le voir jouer :

Parmi les gens qui sont venus me regarder, il y avait une femme dont le visage, le cou, le sein droit et une partie du bras droit étaient couverts d’une croûte semblable à celle que l’on voit sur une personne très malade de la variole. […] Elle a envoyé chercher des ignames et me les a offerts, car, disait-elle, mon regard lui ferait du bien. (p. 96-97)

18Une dimension « magique » peut être à l’œuvre dans ces scènes de première rencontre, non seulement parce que l’on attribue parfois à Clapperton des pouvoirs spécifiques, mais aussi parce que la rencontre met en jeu, de part et d’autre, le déploiement d’effets dont le but est d’impressionner et de séduire. Ainsi, la réception généralement donnée par les chefs locaux repose sur une mise en scène soulignant l’éminence de ces derniers, éminence dont Clapperton veille toutefois à signifier qu’elle n’atteint pas la sienne :

Ce n’est qu’au bout d’une heure que le chef s’est montré, ce qu’il a fait, cependant, somptueusement vêtu d’une grande chemise de soie jaune, et coiffé d’un bonnet de velours rouge : il tenait dans une main une espèce de cravache montée et garnie en argent et ornée de verroteries, et dans l’autre, un grelot d’enfant en argent qu’il agitait en parlant ; il était assis sur un grand coussin de cuir posé sur une natte couverte de drap écarlate. J’allais m’asseoir sur ce drap, mais les dames l’ont tiré sans la moindre cérémonie de dessous moi, et je me suis accroupi sur la natte. Les femmes ont chanté en chœur et très bien ; les tambours se tenaient à une distance plus grande ; tout l’espace devant la maison était couvert de monde. Il y avait aussi des courtisans qui venaient rendre leurs devoirs à leur maître, conformément à l’étiquette, avançant et reculant par trois fois. Nous avons serré la main du chef. (p. 10-11)

19On voit que Clapperton est prompt à démystifier l’apparat du chef local, pointant volontiers l’accessoire infantile. Dans un cadre moins cérémonieux, les effets de mise en scène peuvent toutefois produire sur lui une forte impression. Yarro, le « sultan » (p. 65) de Kiama, est celui de ses hôtes qui réussit à l’étonner à chaque rencontre. Cela commence dès l’envoi de ses hommes au-devant de Clapperton :

Au point du jour, est arrivée une escorte de guerriers envoyés par le chef de Kiama ; leurs chevaux étaient magnifiques […]. C’était une troupe de coquins méprisables et sans frein ; car dès qu’ils m’ont eu fait les compliments de leur maître, ils ont commencé à piller les chèvres et les poules du village […]. J’ai donné en secret au chef du village une brasse de drap bleu et deux couteaux.
En quittant Socka, j’étais maintenant accompagné de cette escorte, qui formait une troupe aussi belle et d’un aspect aussi farouche que j’en aie jamais vu. Ils m’avaient apporté une selle, mais Richard et Pascoe n’en avaient pas, et nos petites juments yoruba offraient un misérable contraste avec le superbe cortège de nos gardiens ; je me suis consolé en pensant que je n’avais pas pillé le village. (p. 65)

20L’apparence de Yarro, qui, lorsqu’il lui rend visite, est accompagné d’une cinquantaine d’hommes en armes et de six esclaves nues, ne le laisse pas indifférent :

Yarro en personne est venu me rendre visite. Il montait un superbe cheval rouan, et était accompagné d’une troupe de cavaliers et de fantassins tous armés, et de six jeunes filles esclaves, qui avaient pour tout vêtement une bande étroite de toile nouée autour de la tête, dont les bouts flottaient à six pouces de distance par derrière ; chacune portait à la main droite un léger javelot. Yarro était drapé d’un damassé de soie rouge et portait des bottes. Il est descendu de cheval, et est entré dans ma maison, accompagné par les six jeunes filles, qui ont déposé leur javelot, et se sont enveloppé les hanches d’un pagne bleu avant de passer la porte. Yarro, s’étant assis, s’est informé de la santé du roi des Yoruba ; je lui ai répondu qu’il se portait très bien à mon départ. Je lui ai dit que le roi d’Angleterre m’envoyait visiter le Bornou, que j’étais le serviteur du roi d’Angleterre et que j’espérais qu’il m’aiderait à poursuivre mon voyage ; et que j’avais l’intention de lui faire un présent convenable. J’ai ajouté qu’il me fallait trente-six hommes pour porter mon bagage et deux chevaux pour mes domestiques, et que je désirais rester ici aussi peu de temps que possible, parce que, la saison des pluies approchant, celles-ci risquaient de m’empêcher d’avancer. […] Quand il est sorti, je l’ai accompagné jusqu’à la porte. Il a enfourché son cheval, les jeunes filles se sont déshabillées ; puis cette cavalcade, la plus extraordinaire que j’aie jamais vue, s’en est allée. (p. 66-67)

21De son côté, Clapperton sait susciter l’émerveillement grâce aux présents qu’il offre : « J’ai promis [au roi des Yoruba] trente fusils avec de la poudre et des balles. Sur quoi il est sorti en dansant, a fait un faux pas et est tombé, mais il a bientôt été ramassé par ses femmes » (p. 45). Lorsqu’il reçoit ses armes, Yarro laisse éclater sa joie :

En apercevant le sabre, il n’a pu cacher sa joie ; il l’a tiré du fourreau et, le brandissant de part et d’autre de sa tête, il s’est écrié : « Ya batouri ! Ya batouri ! » (« Oh mon seigneur blanc ! Oh mon seigneur blanc ! ») Certainement, jamais je n’ai vu personne aussi satisfait d’un cadeau. Ses yeux étincelaient de joie ; il m’a serré la main à peu près une douzaine de fois. (p. 67)

22Tel était bien l’effet escompté par le Colonial Office. Outre les présents à valeur marchande immédiate, comme les matières précieuses (or, coraux), les médicaments et le rhum, les articles prévus par l’Amirauté au titre des cadeaux officiels comptaient principalement des objets manufacturés (armes à feu, montres, loupes, parapluies, épingles, verroterie, étoffes) témoignant d’un savoir-faire industriel et technologique qui ne pouvait que remplir d’émerveillement les populations africaines.

  • 10 Voir l’analyse du luxe proposée par Thorstein Veblen dans The Theory of the Leisure Class, New York (...)

23Le décalage entre le coût de production de ces objets dans un pays industrialisé et leur valeur symbolique dans un contexte africain est manifeste. Par-delà l’utilité évidente de certains produits, c’est leur capacité de conférer un prestige accru à leur détenteur qui en fait ce que l’on pourrait nommer des « objets de luxe », c’est-à-dire des objets de consommation ostentatoire (« conspicuous consumption », selon la formule bien connue de Veblen10). Le don officiel est un instrument de séduction, et Clapperton le sait qui, dans une sorte de mise en abyme de la fonction ostentatoire, souligne l’importance de la mise en scène : « j’ai eu soin préalablement de montrer tous ces objets sous leur jour le plus avantageux, précaution qu’il ne faut jamais négliger en Afrique » (p. 81). Or, le prestige du donneur lui-même croît également en proportion de la valeur symbolique de l’objet. Par-delà les avantages immédiats que peut en espérer Clapperton, c’est la Grande-Bretagne qui doit en tirer gloire : ces objets ont pour fonction métonymique de la représenter, comme l’attestent les portraits de George IV et de la famille royale glissés parmi les cadeaux. Clapperton précise bien à ses hôtes que ces présents leur viennent du roi d’Angleterre.

24Que penser à l’inverse du don que fait à Clapperton le sultan de Kiama lorsque, deux jours après l’arrivée de l’explorateur, le chef africain lui propose subitement d’épouser sa fille ?

Je me suis d’abord rendu chez Yarro […]. Sa femme et sa fille sont entrées : la première vieille et laide, la seconde âgée à peu près de vingt-cinq ans, ce qui, dans ce pays, est avoir passé le méridien de la vie. Quand elles ont eu rendu leurs devoirs à Yarro, à la manière yoruba, je leur ai donné une brasse de drap rouge et une de bleu, des ciseaux et des aiguilles, de la verroterie, et de la soie. Yarro m’a demandé si je voulais prendre sa fille pour femme. J’ai répondu « oui » après l’avoir grandement remercié de mon présent. (p. 70)

25La transaction, qui tient du simple échange de marchandises, signale néanmoins l’obligation du destinataire. Le journal n’est guère explicite sur la suite, car on lit seulement que Clapperton reprend la route quelques jours plus tard, et la jeune femme n’est plus mentionnée.

26Même s’il se montre assez respectueux de ses hôtes africains, et même si ces derniers sont parfois puissants et qu’il dépend d’eux pour sa survie, la rencontre a lieu dans un contexte fondamentalement inégalitaire, favorable à l’explorateur. Les seuls personnages qui réussissent à lui en imposer ou à l’émouvoir sont des individus capables de s’affranchir de ce rapport. Yarro le séduit par sa démesure, le sultan de Boussa et son épouse favorite par le couple qu’ils forment ; un chasseur rencontré dans la forêt l’impressionne par son allure fière et « indépendante » (p. 78), un musicien ambulant par un physique un peu rogue qui, lorsqu’il chante, lui donne un air « sublime » (p. 87). Certains hôtes l’émeuvent en lui donnant des marques très fortes d’hospitalité, comme le chef de Guari, qui lui prête ses hommes pour l’escorter jusqu’au territoire de ses propres ennemis, ou comme celui de Djannah qui lui fait don d’une provision de rhum à distribuer sur son chemin, « afin que nous puissions en verser un coup à tout son monde, ce qui nous procurerait un bon renom dans le pays » (p. 14). En de telles occasions, les remerciements de l’explorateur peuvent impliquer davantage sa personne privée que sa personne publique. L’objet d’échange qui incarne le mieux cette générosité personnelle est le gibier qu’il chasse et dont il fait don à ses hôtes. Le texte signale l’occurrence de ce don plus libre, moins attendu du destinataire, par la satisfaction exprimée d’avoir fait plaisir. « Il était bien content », « ils étaient bien contents » sont les expressions qui reviennent. Enfin, la description émerveillée que fait Clapperton des esclaves nues de Yarro, qui transcendent littéralement leur condition, est une image qui pourrait être prise comme métaphore de l’Afrique séductrice, conquise et pourtant libre, qu’il semble entrevoir à travers ces rencontres marquantes :

Leur silhouette légère, la vivacité de leurs yeux et l’aisance avec laquelle elles semblaient voler plutôt que marcher sur la terre, les faisaient apparaître comme des êtres au-dessus des mortels quand elles s’avançaient lestement à côté du cheval de Yarro, qui le faisait galoper, caracoler et se cabrer. (p. 72)

27Ces moments véritablement « épiphaniques », où Clapperton a la révélation soudaine d’une Afrique spirituelle, abolissant les règles préétablies d’un espace marchand, ne sont toutefois guère nombreux. Le journal n’enregistre que rarement ces instants où Clapperton ne se trouve pas absorbé dans une fonction de représentation officielle. Cela tient sans doute, d’une part, au caractère semi-public du journal, qui doit servir les intérêts supérieurs de la nation (c’est d’ailleurs pourquoi Clapperton tente de récupérer le journal du dernier voyage de Mungo Park, à Boussa, où son illustre prédécesseur avait perdu la vie en janvier 1806), et d’autre part, au rôle fondamental de ce statut pour la réussite de la mission, voire pour la simple survie de Clapperton. Le texte est parsemé d’allusions au « service public » pour lequel il œuvre. C’est de son savoir-faire diplomatique que dépend l’avancée de l’explorateur, et c’est lorsqu’il le perd à Sokoto, malade et exaspéré par Bello (qu’il traite ouvertement de voleur depuis que celui-ci a intercepté les présents destinés au cheikh du Bornou), que l’échec de sa mission est patent.

  • 11 À ce sujet, voir Dan Sperber et Deirdre Wilson, Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Bl (...)

28Si la rhétorique diplomatique de Clapperton repose sur des échanges codés de présents, elle repose aussi sur l’emploi de signifiants, comme « amitié », « messager », « serviteur », dont le sens dépend toujours étroitement d’un contexte culturel et bien évidemment de l’environnement cognitif des locuteurs11. Ainsi, on pourrait soupçonner Clapperton d’opportunisme lorsqu’il ne cherche pas à détromper les chefs yoruba qui le croient venu pour apaiser la rébellion des esclaves haoussa :

L’opinion que je vais pour conclure la paix entre les esclaves du Haoussa et le roi fait des progrès. Ces esclaves sont révoltés depuis deux ans et occupent Ilori, grande ville éloignée seulement de deux journées de Katunga. Il est évident que les Yoruba ont peur de ces révoltés. Ils disent qu’ils ont beaucoup de chevaux et ont été rejoints par un grand nombre de Fellatah. J’ai dit à ces gens que si le roi devenait l’ami du roi d’Angleterre, celui-ci enverrait tout ce dont il aurait besoin ; que si les navires pouvaient remonter le Quorra [Niger], la guerre cesserait immédiatement. (p. 28)

29En réalité, l’entretien avec le roi yoruba montre qu’il y a chez Clapperton la mise en œuvre consciente d’une stratégie diplomatique :

Nous nous sommes d’abord informés de sa santé. Je lui ai dit ensuite que j’étais le serviteur du roi d’Angleterre ; que mon souverain m’avait envoyé pour le prier d’accepter le présent qui était ici devant moi ; que nous avions entendu citer son nom, en Angleterre, comme celui d’un grand roi ; que maintenant nous reconnaissions la vérité de ce rapport […]. (p. 38)

30Clapperton ajoute que le roi d’Angleterre « serait heureux de faire de lui son ami, et que tout ce dont le roi des Yoruba pouvait avoir besoin lui serait envoyé d’Angleterre par l’un des vaisseaux du roi qui viendraient à Badagry » (p. 39). Lorsque son interlocuteur, après lui avoir parlé avec émotion des ravages causés à son pays par la rébellion des esclaves haoussa que soutiennent les Fellatah, lui demande l’aide de l’Angleterre contre ses ennemis – c’est-à-dire contre le sultan Bello –, Clapperton passe immédiatement à la cérémonie des cadeaux. Ce n’est qu’ensuite qu’il explique à son hôte où le mène sa mission, transmettant par la même occasion le message d’amitié du roi d’Angleterre et soulignant que ce dernier lui demande son appui pour permettre à son « serviteur » de poursuivre sa route :

Je lui ai répondu que j’étais un serviteur du roi d’Angleterre, que je devais aller partout où il lui plaisait de m’envoyer, et que, dût-il m’en coûter la vie, je devais avancer ; que je n’avais rien à voir avec aucun des deux partis, ni avec leurs guerres ; que tout ce que je demandais était de pouvoir traverser le Quorra pour entrer en pays nupe, et que j’espérais qu’il ne me refuserait pas le passage. (p. 40)

  • 12 Ibid., p. 39.

31Clapperton transpose donc sa situation particulière dans les termes d’une autre culture, mais exploite l’écart qui subsiste entre les deux contextes. Il sous-entend la possibilité d’une relation d’égal à égal entre les deux souverains (tout en mettant l’accent sur la fabuleuse richesse du monarque britannique). En se présentant comme le « serviteur » ou le « messager » du roi d’Angleterre, Clapperton ne ment pas véritablement, si l’on considère à la fois son sens élevé du service public, et le fait qu’il est bien porteur de missives signées par George IV, adressées à Mohammed Bello comme au cheikh el-Kanemi, mais il est certain qu’il exploite l’absence de ce qui compte vraiment pour une communication réussie, c’est-à-dire un « environnement cognitif mutuel »12. Car la proximité qu’entretient avec son souverain le serviteur ou le messager d’un roi d’Afrique occidentale n’est en rien comparable avec l’appareil d’État qui sous-tend la mission de Clapperton, et les lettres de ce dernier ont beau porter la signature du roi, elles ont selon toute vraisemblance été rédigées par les services de Lord Bathurst. Si l’explorateur représente le roi d’Angleterre comme étant l’égal de son interlocuteur africain, le récit dans lequel il insère ce dialogue consigne le sentiment réel de Clapperton, beaucoup moins respectueux : il a en face de lui un « roitelet d’Afrique » (p. 38), dont il a remarqué qu’il porte sur la tête pour le recevoir dans sa capitale « quelque chose qui imitait une couronne européenne, en carton recouvert de coton bleu ; c’était probablement l’ouvrage d’un Européen, et on le lui avait envoyé de la côte » (p. 37). C’est ce même roi qui lui demandera de faire venir pour lui d’Angleterre une couronne de métal.

  • 13 Sur de telles problématiques, voir Marcel Mauss, « Essai sur le don : forme et raison de l’échange (...)

32Lors de la première expédition au Soudan, il semble que l’environnement cognitif des potentats locaux ait été plus en phase avec celui de l’explorateur. Si les Soudanais se montraient sensibles au danger qu’il y aurait eu à braver le roi d’Angleterre en n’offrant pas leur protection à Clapperton, il semblait aussi qu’ils ne se laissaient guère prendre au discours d’amitié égalitaire, car pour des raisons historiques ils étaient sans doute plus au fait des ambitions coloniales de la Grande-Bretagne. Or, à y regarder de plus près, il n’est pas sûr non plus que les souverains des régions subéquatoriales croient tout à fait à ce discours. Le roi des Yoruba se montre en effet assez habile lorsqu’il retient Clapperton pendant de longues semaines, au risque de l’exposer plus tard à la saison des pluies. En maintenant l’explorateur dans un état de dépendance, tant pour le ravitaillement que pour l’aide logistique nécessaire à la poursuite de l’expédition, le roi parvient même à retourner la situation et à faire de Clapperton son obligé ; en exigeant une quantité croissante de cadeaux, il augmente la valeur de son aide13 ; et en reprenant à son propre compte la rhétorique de l’explorateur, expliquant qu’il ne peut prendre le risque d’exposer le « serviteur » du roi d’Angleterre au danger lié à la traversée de régions instables, le chef africain « décontextualise » et « recontextualise » un énoncé qu’il met finalement au service de ses propres desseins. De même, Clapperton note une certaine habileté rhétorique, insistant notamment sur la réticence du roi à fournir des informations sur le fleuve Niger, mettant l’accent sur sa promptitude à changer de sujet lorsque la question est abordée :

De fait, il semble exister tant chez le roi que chez les habitants de cette ville une répugnance extrême à dire la moindre chose sur ce sujet ; je ne puis en deviner la raison. (p. 42)

Il dit tantôt que [le Niger] a son embouchure dans la mer entre Ijebu et Bénin, et tantôt qu’il passe à Bénin. (p. 46)

33Déjà au cours de la précédente expédition au Soudan, le sultan Bello, après avoir esquissé une première carte dans le sable sur laquelle le Niger coulait en direction du golfe de Guinée, s’était semble-t-il ravisé et avait veillé à ce qu’une carte « rectifiée », selon laquelle le fleuve aboutissait en Égypte, parvienne à Clapperton. Il l’avait également empêché de gagner le fleuve, pourtant proche, pour en descendre le cours. Manifestement, certains des hôtes de Clapperton perçoivent sa visite comme une mission de reconnaissance lourde de menaces. Le gouverneur de Wawa par exemple s’enquiert si Clapperton sera suivi par d’autres Britanniques : « Il a alors commencé à me demander si des Anglais allaient venir dans le pays » (p. 90). On peut entendre dans cette question l’expression d’une certaine inquiétude, même si Clapperton ne l’interprète pas, ou choisit de ne pas l’interpréter dans ce sens : « Oui, lui ai-je dit, si vous les traitez aussi bien que vous m’avez traité : un médecin est en route en ce moment même pour me rejoindre depuis le Dahomey ». Dans cette région où Mungo Park, qu’ils viennent d’évoquer, a été assassiné, Clapperton peut difficilement être perçu autrement que comme annonçant l’arrivée imminente d’autres Européens. Parvenu à Sokoto, l’officier britannique sera même renvoyé sans ménagement au sens réel de sa mission lorsque le sultan Bello lui fera part d’une lettre reçue de l’entourage du cheikh el-Kanemi :

Il m’a dit […] qu’on l’y engageait à dire que j’étais un espion, et à ne pas me permettre d’aller au-delà de Sokoto ; qu’on lui faisait entendre qu’il vaudrait mieux que je meure, car les Anglais avaient pris possession de l’Inde en y entrant d’abord un à un, puis deux à deux, jusqu’à ce qu’ils fussent assez forts pour s’emparer de tout le pays. C’est ainsi qu’a fini notre entretien. (p. 199)

  • 14 Voir Mungo Park, Travels in the Interior of Africa, Londres, Cassell, 1893 [1815], t. 1, p. 3.

34Si le statut dont se prévaut Clapperton lui confère le plus souvent une sorte d’immunité diplomatique, il peut donc à l’inverse l’exposer à des dangers bien réels. Le journal mentionne, sans toutefois s’y arrêter, plusieurs menaces ou tentatives d’assassinat, comme celles que lui communique par un messager le sultan de Boussa : « on m’engageait à ne manger aucun plat qui viendrait de l’ouest et qui serait envoyé par les parentes de Majiya à Tabria, parce que ces gens voulaient me faire périr par le poison » (p. 134). Puisque l’on sait que Clapperton avait lu les journaux de Mungo Park, faisant état de menaces de mort le visant en amont du fleuve Gambie14, avec l’issue funeste que l’on connaît, on mesure l’impact de ces messages, et l’on saisit la fragilité du statut de l’explorateur, que ses stratégies rhétoriques ne protégeaient jamais d’un brusque retournement de situation.

35C’est pourquoi il importe toujours de mettre en perspective le récit de Clapperton. Témoignage porté sur certaines des modalités de la rencontre anglo-africaine, le journal ne nous donne accès qu’à un point de vue, et l’on ne peut, à partir de ce document, formuler que des hypothèses sur les représentations que se font de la même rencontre les autres parties impliquées. L’une de ces représentations nous est transmise par Clapperton lui-même, lorsqu’il résume un spectacle de pantomime donné à son intention au cours de célébrations officielles à Katunga. Caricaturant l’homme blanc en Afrique, qu’il représentait comme malingre, douillet, transi de froid, et passant son temps à priser du tabac et à se frotter les mains, le spectacle s’intitulait « Le diable blanc ». Le choix du titre est saisissant et semble porteur d’une menace hors de proportion avec l’apparence chétive et ridicule du protagoniste, si ce n’est que, par le jeu de ses mains, celui-ci est peut-être censé exprimer toute sa cupidité. Tout à la fois pauvre diable et diabolique, vulnérable et rapace, le Blanc se voyait ainsi rabaissé, tandis que Clapperton était invité à marquer son approbation du spectacle.

36Or, les menaces n’étaient pas seulement théoriques. Elles mettaient même en jeu des intérêts matériels fort complexes. Richard Lander, qui rapporta à Londres le journal de Clapperton avant de repartir explorer le delta du Niger avec son frère John – la gloire d’avoir résolu l’« énigme » leur revenant finalement –, mourut assassiné lors de son troisième voyage dans la région. Alors qu’il remontait le fleuve sur des bateaux affrétés par des marchands de Liverpool pour établir des postes de commerce dans l’intérieur des terres, il fut tué par des Africains jouant le rôle d’intermédiaires dans les transactions commerciales entre les Européens de la côte et les habitants de l’intérieur, activité menacée par l’établissement de postes qui auraient été tenus directement par des Européens. L’acte semble contenir toute l’ambivalence qui peut transparaître, dans un texte comme le journal de Clapperton, quant à l’accueil devant être réservé à l’extension du commerce avec les Européens. Il met en lumière la diversité des intérêts que les Africains pouvaient avoir à commercer avec ces derniers, et nous renvoie à la difficulté d’interpréter les relations dépeintes dans le Journal of a Second Expedition, au danger qu’il y aurait à les soumettre à des schémas interprétatifs trop univoques. Le texte de Clapperton nous donne une image assez complexe du rôle de l’explorateur, de la qualité officielle de sa mission, et du parcours qu’il négocie constamment entre invention et code, découverte et reconnaissance.

Notes

1 C’est à l’édition en fac-similé du texte paru en 1829 (Hugh Clapperton, Journal of a Second Expedition into the Interior of Africa from the Bight of Benin to Soccatoo, Londres, Frank Cass, 1966) qu’il est fait référence ici, et c’est à elle que renvoie la pagination donnée entre parenthèses après les citations. Le Journal de Clapperton a été traduit en français l’année de sa parution en Angleterre : Hugh Clapperton, Second voyage dans l’intérieur de l’Afrique : depuis le Golfe de Bénin jusqu’à Sackatou en 1825-1827, traduction J.-B. Eyriès et Ph. de La Renaudière, Paris, Arthus Bertrand, 1829. Les passages cités ici en français s’appuient sur cette traduction, révisée par nos soins. Une nouvelle édition du journal est parue en 2005 : Hugh Clapperton into the Interior of Africa : Records of the Second Expedition, 1825-1827, Jamie Bruce Lockhart et Paul E. Lovejoy éd., Leiden, Brill, 2005. Le texte est notamment augmenté des pages rédigées depuis le départ d’Angleterre, et d’entrées complétant le séjour de Clapperton en pays haoussa. Conçu comme un ouvrage de référence pour l’étude de l’histoire de l’Afrique occidentale, ce livre comporte une introduction remarquablement documentée et de nombreux appendices.

2 Les pages précédant le départ de Badagry, absentes de l’édition de 1829, peuvent désormais être consultées dans l’édition de Bruce Lockhart et Lovejoy, ouvr. cité, p. 79-103.

3 Voir Hugh Clapperton, Difficult and Dangerous Roads. Hugh Clapperton’s Travels in Sahara and Fezzan 1822-1825, Jamie Bruce Lockhart et John Wright éd., Londres, Sickle Moon Books, 2000.

4 Voir Clapperton in Borno : Journals of the Travels in Borno of Lieutenant Hugh Clapperton, RN, from January 1823 to September 1824, J. Bruce Lockhart éd., Cologne, Rüdiger Köppe, 1996, p. 221.

5 Sur la question du cours du Niger, que les Européens partaient « découvrir » alors qu’ils disposaient d’informations de source arabe à ce sujet depuis les années 1780, voir l’introduction de Bruce Lockhart et Lovejoy à la nouvelle édition du journal, p. 7-12.

6 Clapperton in Borno…, J. Bruce Lockhart éd., ouvr. cité, p. 23.

7 Ibid., p. 26.

8 La lettre, en date du 18 avril 1824, peut être consultée dans D. Denham, H. Clapperton et W. Oudney, Narrative of Travels and Discoveries in Northern and Central Africa in the Years 1822, 1823 and 1824, Londres, John Murray, 1826, p. 140-141, et dans la traduction française de cet ouvrage (D. Denham, H. Clapperton, W. Oudney, Voyages et découvertes dans le Nord et dans les parties centrales de l’Afrique, t. 3, traduction J.-B. Eyries et Ph. de La Renaudière, Paris, Arthus Bertrand, 1826, p. 168).

9 John Barrow, qui occupa entre 1803 et 1844 le poste de second secrétaire de l’Amirauté, coordonnait les missions britanniques d’exploration de l’intérieur de l’Afrique qui furent lancées à la fin des guerres napoléoniennes.

10 Voir l’analyse du luxe proposée par Thorstein Veblen dans The Theory of the Leisure Class, New York, Macmillan, 1899.

11 À ce sujet, voir Dan Sperber et Deirdre Wilson, Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, deuxième édition, 1995, p. 38-46.

12 Ibid., p. 39.

13 Sur de telles problématiques, voir Marcel Mauss, « Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » (1923-1924), Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1995 [1950].

14 Voir Mungo Park, Travels in the Interior of Africa, Londres, Cassell, 1893 [1815], t. 1, p. 3.

Auteur

Anne-Pascale Bruneau, Université de Paris 10 – Nanterre

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540