Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le lycée professionnel : relégué et avant-gardiste ?

 | 
Hélène Buisson-Fenet
, 
Olivier Rey

Réagir ensemble

Synthèse des débats

Olivier Rey et Hélène Buisson-Fenet

Texte intégral

1Plusieurs participants sont revenus sur les évolutions qu’a connues le lycée professionnel, qui expliquent la dualité des regards : entre relégation et avant-garde.

2Xavier Sido a rappelé que dès 1967 et la suppression de la sélection à l’entrée de ses filières, le lycée professionnel est devenu en partie une voie d’accueil pour les jeunes qui devaient désormais poursuivre leur scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, alors qu’ils quittaient auparavant l’école dès 14 ans. Le lycée professionnel a constitué l’un des vecteurs de la massification de l’enseignement secondaire, ce qui a pu nourrir la caricature d’une « garderie » pour élèves en échec. À partir des années 1970, une partie de ses formations a subi les effets directs ou indirects de la désindustrialisation consécutive aux chocs pétroliers. Les représentations sociales ont changé : le modèle idéal est devenu l’ingénieur au détriment d’autres métiers identifiés comme plus « manuels ».

3Aujourd’hui, le lycée professionnel semble à la fois méconnu et redouté. Présidente d’une association de parents d’élèves, Véronique Le Coarer a ainsi témoigné de nombreux recours des parents inquiets contre les propositions d’orientation en voie professionnelle, alors même que de nombreux jeunes s’épanouissent dans ces filières.

4Cette voie est tout aussi méconnue par les autres enseignants du secondaire. Nicole Bouin, qui a enseigné en lycée professionnel, relevait ainsi que les professeurs de collège et certains inspecteurs ont une vision négative et souvent inexacte de ce qui s’y passe. Pour certains, on ne peut pas « condamner » un « bon » élève à aller en lycée professionnel ! Le mépris du professionnel par des enseignants en amont du lycée professionnel est d’autant plus inacceptable, s’indignait le délégué régional de l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville), que le collège éloigne un grand nombre d’élèves de la culture scolaire. Le lycée professionnel est trop souvent coincé entre les voies générales et les voies d’accès à l’apprentissage (CFA) qui sont sélectives. Il conviendrait aussi de valoriser des voies d’excellence dans l’enseignement supérieur à un niveau BTS par exemple, et pas seulement au niveau master.

5À ce sujet, Sabine Coste, chargée d’étude et de recherche, rappelait l’expérience pédagogique innovante de l’IUT de Grenoble, qui proposait des dispositifs d’accueil de bacheliers professionnels adaptés tout en leur permettant des parcours de réussite dans des filières de l’enseignement supérieur (IUT, licence professionnelle, école d’ingénieurs, etc.). Cet exemple montrait que si certaines filières professionnelles sont axées sur la réparation de parcours difficiles voire « cassés », d’autres visent des formes d’excellence. Cette diversité est amplifiée par certaines inégalités territoriales : toutes les régions ne se sont pas investies de la même façon pour financer les équipements, souvent coûteux, des filières professionnelles.

6Sur les trente dernières années, le lycée professionnel, relevait Jean-Yves Langanay, responsable de l’animation du Collectif des associations partenaires de l’école publique, a incontestablement été un laboratoire d’innovation pédagogique sur de nombreux sujets qui sont aujourd’hui à l’agenda du reste du système éducatif en matière d’évaluation, de pluridisciplinarité, de démarche de projet, etc.

7Il n’en reste pas moins que la vie en lycée professionnel n’est pas toujours simple, de l’avis même des acteurs de ce lycée. La complexité de l’organisation des plannings de stages depuis la dernière réforme représente une contrainte douloureusement vécue. Certaines classes sont surchargées, l’évolution des publics est parfois préoccupante, avec des classes qui sont moins mixtes qu’avant, et par exemple des phénomènes de harcèlement des jeunes filles en fonction de leur tenue vestimentaire. Des climats de violence grandissants et insupportables pour les enseignants ont été évoqués, même si certains jugeaient que cela a toujours existé ou que ce n’est hélas pas un monopole de la voie professionnelle. Face aux problèmes sociaux et humains dans les établissements, on a tendance à trop se reposer sur la passion de l’engagement personnel et gratuit des enseignants. Il faudrait également penser de façon plus globale et systémique, envisager des leviers économiques, politiques et administratifs pour revaloriser la voie professionnelle.

8On peut aussi se demander si la spécificité du lycée professionnel ne tend pas à s’amoindrir. La réforme de la voie professionnelle a renforcé l’alignement du bac professionnel sur les autres bac et la propension des élèves à la poursuite d’études, malgré les difficultés rencontrées dans l’enseignement supérieur.

9Les élèves qui entrent en lycée professionnel sont aussi de plus en plus jeunes remarquait Irène Martin, proviseure de lycée professionnel, ce qui nécessite une certaine adaptation. En revanche, la diversité des publics est une richesse à préserver. Il est ainsi appréciable d’accueillir dans le même établissement des jeunes en formation initiale et des adultes en formation continue (GRETA) qui travaillent ensemble autour des mêmes équipements.

10Du côté des personnels, le recrutement des personnels enseignants en lycée professionnel passait souvent par les concours internes il y a quelques années, ce qui produisait des parcours atypiques. Maintenant, cela passe beaucoup plus par les concours externes, a noté Maryse Lopez, et les nouveaux enseignants en lettres-histoire, par exemple, ont la plupart du temps un master 2 et sont souvent des étudiants d’histoire au parcours proche des professeurs de l’enseignement général.

11Une particularité de la voie professionnelle qui suscite de nombreux débats réside justement dans son articulation avec la carte des formations professionnelles et l’évolution de ses diplômes. De nombreuses critiques se sont ainsi exprimées, notamment à travers le récent rapport du CNESCO, envers les filières tertiaires, dont les perspectives d’insertion professionnelle seraient considérées trop médiocres. Ne faut-il pas mieux prendre en compte le travail de reconstruction de la personne et l’ouverture de nouveaux parcours, auxquels contribuent les filières du tertiaire, même si les jeunes ne trouvent finalement pas d’emploi dans le secteur initialement visé ? C’est la question qu’a posée Christel Touraille, professeure de lycée professionnel et formatrice, qui a participé à une enquête sur le nouveau bac « gestion-administration ». Par ailleurs, l’évolution de ce nouveau bac (qui remplace les anciennes mentions « secrétariat » et « comptabilité ») témoigne de la capacité de renouvellement de la filière, avec par exemple l’introduction de la didactique professionnelle autour du simulateur d’activités administratives, de nouvelles modalités de co-animation entre les professeurs disciplinaires et les enseignants du domaine professionnel et, plus largement, une assez grande transdisciplinarité.

12Éric Verdier a remarqué la réforme récente de ce diplôme alors que les alertes sur la filière bureautique remontent au début des années 1990. Il y a donc une nécessité de revoir le rythme de réexamen des diplômes et de réfléchir sur la gestion de la carte des formations au niveau régional, car certaines semblent « inertes » malgré des problèmes patents. Si le lycée professionnel est un réceptacle de tensions économiques et sociales dont il n’est pas forcément à l’origine, cela ne dispense pas d’une réflexion sur certains problèmes propres au système scolaire français, comme l’absence de régulation de l’accès en lycée professionnel alors que de nombreux autres pays vérifient certains prérequis pour entrer dans la voie professionnelle.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540