Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le lycée professionnel : relégué et avant-gardiste ?

 | 
Hélène Buisson-Fenet
, 
Olivier Rey

Le point de vue des praticiens

La voie professionnelle, une voix qui n’arrive pas à se faire entendre

Jean-Pascal Kaplinsky

Texte intégral

1Depuis la création du CAP après la Première Guerre mondiale jusqu’à la rénovation de 2009, la voie professionnelle a connu une évolution qui la rapproche progressivement de la voie générale et technologique. Elle recouvre aujourd’hui un cursus équivalent au baccalauréat général et technologique, tant dans la forme (3 ans de formation pour accéder au bac) que dans ses structures (pédagogie de projet, langues vivantes étrangères, passerelles, accompagnement personnalisé, etc.). Elle offre souvent une formation qualifiante en adéquation avec le monde économique, gage d’une insertion rapide vers des métiers qui recrutent. Certains parcours sont évolutifs et permettent des poursuites d’études vers l’enseignement supérieur ou des changements de voie à tout moment du cursus (par les dispositifs-passerelles). Pourtant, ces possibilités sont méconnues du grand public et la plupart des jeunes collégiens appréhendent de s’aventurer dans un univers qu’ils considèrent comme celui des adultes. Les spécificités de la voie professionnelle sont toujours si importantes que les observateurs ont également du mal à avoir une vision nette de ce qui s’y fait.

2Avant d’aborder quelques points saillants de la réforme de ces dernières années, il est donc nécessaire de souligner la diversité qui caractérise nos filières professionnelles, diversité que j’illustrerai au travers de la filière mécanique.

Une grande diversité de formations et de métiers préparés

3Il y a aujourd’hui plus de 200 CAP, 90 spécialités de baccalauréat, ainsi que des brevets de techniciens moins connus mais auxquels sont attachés les professionnels, 150 BTS et plus de 2 000 licences professionnelles. Comme inspecteur de l’Éducation nationale dans le domaine des sciences et techniques industrielles, mon champ de compétences comprend une douzaine de filières, avec par conséquent une grande variété de référentiels professionnels à connaître. Cela va du CAP « armurerie » au baccalauréat « fonderie », en passant par les métiers des industries graphiques !

4Une caractéristique majeure de la voie professionnelle, c’est d’être en effet une mosaïque, une boule à facettes composée de nombreuses et différentes formations. Ce qui est vrai pour une filière ne l’est pas forcément pour les autres. Certaines ont par exemple un taux d’attractivité très important. En ce moment le CAP « pâtissier » suscite ainsi un certain engouement, lié à la nouvelle place prise par la culture gastronomique dans la société. En revanche, d’autres filières éprouvent des difficultés à recruter et motiver les élèves, à l’image du bac pro « agent de propreté et d’hygiène ».

5Après un bac pro, un tiers des élèves travaillera dans la filière où il a été formé. La formation reçue permet en effet aux élèves d’être polyvalents grâce à des compétences d’adaptabilité qu’ils ont réussis à développer. La diversité de la voie professionnelle réside également dans le profil des métiers préparés. On peut identifier les métiers de l’artisanat pour lesquels on cherche à former au « geste technique », au savoir-faire d’un métier qui en fait sa singularité. Il y a également les métiers industriels pour lesquels la priorité est d’assurer des fonctions, suivre des protocoles ou des conduites de machines, en intégrant les contraintes techniques, technologiques et réglementaires. Il y a encore les métiers proches de l’art, où il faut concrétiser dans un environnement (celui du tailleur de pierre, la vannerie, l’ébénisterie, la ferronnerie d’art, etc.) un concept, une vision créative. À côté, il y a aussi les métiers du secteur des services (métiers du tertiaire, carrières sanitaires et sociales, etc.).

6En tant qu’inspecteur responsable des filières de la mécanique, je déplore que ce secteur porteur d’emplois peine à susciter l’intérêt des adolescents. Les causes de cette désaffection sont multiples. L’une d’entre elles tient probablement à l’évolution de la culture chez l’adolescent d’aujourd’hui. L’important en effet est le « style » (physique, idéologique, vestimentaire, etc.) qui lui permet d’être reconnu par un groupe de pairs, qui le rassure sur ses « bons choix ». Son activité extrascolaire s’organise par ailleurs autour d’écrans (téléviseur, console de jeux, smartphone), qui participent à son éducation, mais à une éducation de l’instant. Subissant l’influence des médias, il rejette également les valeurs très concrètes de l’économie d’une société basée sur la production, la distribution, l’échange et la consommation de biens et de services, valeurs partagées par les industries mécaniques. Dans la réforme du collège, on peut espérer que l’éducation aux médias tentera d’activer la prise en compte d’une diversité culturelle.

7La mécanique est aussi victime de décalages avec certaines représentations sociales dominantes. L’image de l’ouvrier dont le vêtement de travail est imbibé d’huile perdure. La réalité professionnelle est tout autre, mais elle n’est pas véhiculée par les médias car elle n’accroche pas les adolescents.

8Le secteur de la mécanique est immergé dans les technologies innovantes, avec des machines multi-axes pilotées par ordinateurs, qui produisent des pièces tridimensionnelles, et qui sont supervisées par des techniciens, dans des environnements qui s’apparentent à des laboratoires de création plus qu’à des ateliers de production. Les machines-outils performantes (environ 120 000 euros chacune) permettent de développer les compétences de demain. La responsabilité donnée aux élèves que nous formons, bien loin de l’image de « mauvais élèves », demande une intelligence concrète adaptée aux besoins de nos filières ! Ces compétences professionnelles appellent donc un certain bagage de connaissances fondamentales pour permettre l’actualisation des technologies nouvelles. L’évolution de carrière, souhaitée par tous, représente l’enjeu de la formation tout au long de la vie. Les carrières de la mécanique sont celles qui évoluent le plus, du fait de la responsabilité accrue des employés, avec des possibilités de promotion remarquables mais méconnues.

9La plupart des employeurs de la filière mécanique font d’ailleurs partie des secteurs de pointe de l’économie française : l’aéronautique, l’énergie, la robotique, voire les nanotechnologies. Les perspectives de recrutement sont élevées, avec plus de 100 000 emplois par an à l’horizon 2020 dans les industries de la métallurgie, dont 40 000 dans la seule mécanique. Près de la moitié de ces embauches s’adressent à des jeunes.

10Pourtant, le taux d’attractivité de la filière mécanique est encore assez faible, les élèves ne la demandant pas souvent en premier vœu. D’ailleurs, dans l’ensemble de la filière professionnelle, seuls 51 % des élèves ont obtenu leur premier vœu à l’issue des procédures d’orientation : il nous faut mieux informer, rassurer et accompagner les élèves pour renforcer leur motivation et éviter le décrochage.

La réforme de 2009 et les défis d’une plus grande autonomie pédagogique

11La réforme de 2009 s’inscrit dans une évolution qui a conduit la voie professionnelle à converger avec l’ensemble de l’enseignement secondaire, jusqu’à proposer un bac pro en trois ans, de même durée que le bac général et technologique. Avec la rénovation de la voie professionnelle, il s’agissait donc d’élever le niveau de qualification des élèves, pour mieux le faire correspondre aux mutations professionnelles qui se dessinent. Pour cela, le bagage initial des élèves, ancré sur le socle commun, doit nécessairement pouvoir évoluer.

12Le corps d’inspection de l’académie de Lyon avait réalisé en 2013 un bilan d’étape sur la rénovation de la voie professionnelle, à partir de visites dans 16 établissements, dont les principales analyses restent largement pertinentes. À l’issue de ces premières années de réforme de la voie professionnelle, on a en effet pu constater des dispositifs qui fonctionnent correctement, mais aussi des points de vigilance et des points perfectibles. Un des principes de la réforme résidait dans l’accroissement de l’autonomie pédagogique des enseignants et des établissements, grâce aux souplesses données dans la répartition et l’utilisation des moyens horaires. La réforme a incontestablement permis aux enseignants d’explorer des chemins pédagogiques nouveaux. La mise en place des conseils pédagogiques leur a confié des responsabilités importantes pour mettre en œuvre leur travail pédagogique en commun. Prix de l’autonomie accordée, les organisations mises en place dans les différentes académies varient largement et ne facilitent pas la lisibilité des dispositifs utilisés dans la voie professionnelle.

13Le passage au bac en trois ans et les nouvelles modalités de certaines épreuves d’examen complexes et chronophages (les contrôles en cours de formation ou CCF) ont généré en revanche quelques tensions. L’enseignement général lié à la spécialité a suscité, dans ce contexte, de nombreuses interrogations portant sur son évaluation, mais non sur son lien même avec la spécialité.

14La rénovation a également parfois altéré la pédagogie de projet, largement utilisée dans la voie professionnelle. D’une part, le principe d’autonomie privilégié par la réforme a supprimé la ligne spécifique dans la dotation horaire qui formalisait les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP). D’autre part, dans un contexte où la préparation du bac en trois ans a semblé induire des programmes beaucoup plus exigeants, les projets sont apparus comme une démarche trop complexe face aux urgences disciplinaires.

15Du côté des élèves, au contraire, c’est quand les projets apparaissent comme une démarche visant à montrer une réalisation ou une habileté vers l’extérieur qu’ils sont appréciés, alors qu’ils n’apparaissent que comme un surcroît de travail fastidieux s’ils ne sont vus que comme un exercice disciplinaire de plus.

16Une des principales mesures pédagogiques de la réforme était la mise en place de l’accompagnement personnalisé, à raison de 2h30 hebdomadaires en moyenne par élève, qu’il appartenait à chaque établissement d’organiser en fonction de ses priorités. L’accompagnement personnalisé a été introduit pour mieux s’adapter aux profils des jeunes : jeunes en difficulté scolaire dans un domaine ou en risque de décrochage, élèves qui s’ennuient parce qu’ils trouvent que « Cela ne va pas assez vite », adolescents qui manquent de certaines compétences d’expression orale ou écrite, lycéens en manque d’information sur les filières ou d’aide pour trouver un stage, etc. Il s’agissait donc d’utiliser ce créneau pour trouver des réponses adaptées à la diversité des situations, en privilégiant un pilotage autonome au niveau de l’établissement. On a ainsi pu voir dans les établissements des modules correspondant à ces différents profils. L’accompagnement personnalisé a, dans certains cas, été utilisé pour dédoubler systématiquement des classes, ce qui est un moyen de dévoyer le dispositif.

17Le décrochage scolaire a constitué une préoccupation importante de ces dernières années, tout particulièrement dans le contexte des lycées professionnels. De nombreux efforts ont été menés sur cette question et la prévention du décrochage s’est bien développée. L’accueil des élèves qui arrivent des collèges demande néanmoins à être encore substantiellement amélioré, car on ne prend sans doute pas la mesure de l’accompagnement nécessaire de ces élèves qui changent complètement d’environnement en arrivant dans ces lycées.

18On attendait aussi beaucoup de la mise en place de passerelles permettant d’aller d’un établissement et d’une filière à l’autre. Force est de constater que ces passerelles sont encore pour l’instant restées formelles : les rendre effectives demande un suivi et un accompagnement de l’élève qui aille plus loin que la simple ouverture d’un droit à changer de formation.

19Enfin, le volume important de 22 semaines de formation en milieu professionnel représente une difficulté certaine dans l’organisation des cursus, mais aussi dans l’intégration pédagogique de ces stages et dans l’accueil des élèves en entreprise. Outre les inévitables problèmes d’ajustement, il y a certainement pour les jeunes un enjeu d’égalité face aux réseaux professionnels, qui les empêche de bénéficier au mieux de ces périodes de formation.

 

20Dans une conjoncture difficile, les métiers porteurs d’emploi doivent susciter des vocations vers un avenir prometteur. Une meilleure compréhension du monde économique et professionnel doit être favorisée, ainsi qu’une connaissance aussi précoce que possible de la diversité des métiers et des formations. C’est un des objectifs que s’est fixé le « parcours avenir » que prône l’actuelle réforme du collège. Un parcours professionnel se construit étape par étape. Les compétences s’ajoutent et s’étoffent en fonction des filières que les jeunes suivent (CAP, bac pro, BTS, licence professionnelle). Cette progression est rassurante et permet à des jeunes d’accéder à des connaissances suivant leur rythme d’acquisition, ce qui ne signifie pas que ces connaissances sont allégées ou réduites ! Par ses particularismes (méthodes pédagogiques inductives et individualisées), la voie professionnelle permet de gravir les différents échelons afin d’évoluer dans un métier. L’élève ou l’apprenti peut interrompre momentanément son parcours pour se poser, s’orienter vers des priorités qui lui sont propres. Il pourra reprendre à tout moment son projet professionnel grâce à une formation tout au long de sa vie. Les choix concrets et réalistes que la voie professionnelle lui a fait prendre permettent une réactivité et une adaptation d’une grande efficacité. Cet avantage est trop souvent méconnu. À leur arrivée dans l’entreprise, souvent embauchés pour un métier de base, les jeunes auront en général l’opportunité de tester de multiples déclinaisons de leur métier. Souvent ce métier peut être considéré comme un étrier qui permet de « monter » dans les compétences et de diriger sa carrière au mieux de ses aspirations.

Auteur

Inspecteur de l’Éducation nationale en sciences et techniques industrielles, académie de Lyon

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site