Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Notices biographiques

Texte intégral

1Julienne Badri : née en 1924 à Lyon. Elle est scolarisée jusqu’à l’âge de 12 ans et se marie à 16 ans avec Mohamed Riane. Le couple tient un café dans lequel viennent beaucoup d’Algériens. Divorcée, elle se remarie en 1954 avec Mustapha Badri. Ce dernier, après avoir milité au sein du PPA (Parti populaire algérien) dès 1947, devient un des hauts responsables du MNA dans la région lyonnaise et tient un café-garni situé 69 rue Mazenod à Lyon. Ce lieu est considéré par les médias ou les policiers comme « la forteresse » du MNA. Alors que son mari est expulsé en Algérie en 1957, Julienne quitte Lyon et sa région pour fuir les attentats et les menaces. Sa fille aînée dirige alors le garni.

2Aïcha Bahri : née en 1925 dans la région de Tlemcen, elle est connue à Lyon pour avoir été la « passionaria du MNA ». Mariée en 1946 avec Ali Bahri, elle vient à Lyon la même année et s’engage politiquement : dès 1953, elle est arrêtée alors qu’elle vend au marché aux Puces de Villeurbanne le journal clandestin L’Algérie libre. Elle et son mari intègrent le MNA dès ses débuts et ne le quittent plus. Tous deux sont victimes à plusieurs reprises d’attentats qui les laissent à chaque fois blessés. Après l’indépendance, on perd sa trace. Seule une petite mention a pu être retrouvée en 1965 dans les dossiers de demande de réintégration dans la nationalité française : en effet, sa mère, entrée en France en 1957 et résidant chez sa fille, effectue cette démarche.

3Zoulikha B. : née en 1932 à Bordj Bou Arreridj. Son père migre seul en France en 1947 pour travailler à Donzère-Mondragon, puis il fait venir toute la famille, dont Zoulikha, en 1949. Ils résident alors à Montélimar. Zoulikha se marie à 19 ans et demi, en 1954, avec un Algérien. Militante du MNA d’abord, elle rejoint assez tôt, en 1957, le FLN. Son action se concentre sur le transport d’argent ou d’armes en direction de Vienne (Isère) notamment. En 1962, elle retourne en Algérie avec son mari et ses enfants, puis fait le choix de revenir en France.

4Saïda B. : née en 1935 à Bordj Bou Arreridj, elle est la sœur de Zoulikha B. Elle se marie à 18 ans, en 1960, avec Abdallah B., chef de groupe au sein du FLN. Elle est agent de liaison pour ce parti dès 1959 et porte des valises ou des paniers contenant des papiers ou des armes. Elle tape aussi des rapports à la machine. Certaines missions se font en couple. Son mari est arrêté, sans doute dénoncé. Il est interné à Valence, puis à Grenoble et enfin à Lyon (prison Saint-Paul) après avoir été jugé par le TPFA de Lyon en mai 1961. Saïda réside alors à Lyon pour faciliter les visites en prison. En 1962, le couple s’installe définitivement à Montélimar. Elle est aujourd’hui très active dans le milieu associatif de Montélimar.

5Jeannine Belhadj-Merzoug : née en 1931 à Lyon. Elle commence des études de puériculture à Grenoble en 1952. C’est là qu’elle rencontre Mostepha Belhadj-Merzoug, étudiant algérien en mathématiques, qui devient son mari. Tous deux se rendent à Lyon en 1954 : lui poursuit ses études à la faculté de Lyon où il devient secrétaire des étudiants algériens au sein de l’UGEMA, et elle travaille au Vinatier comme puéricultrice. Un mandat d’arrêt est émis contre Mostepha à Constantine. Il est alors emprisonné à Montluc en 1957 puis expulsé vers l’Algérie. Jeannine lutte pour le faire libérer, aidée en cela par le prêtre Albert Carteron et par l’avocate Emma Gounot. Il est libéré en 1959. De retour à Lyon, le couple poursuit son activité militante au sein du FLN. Jeannine fait le taxi pour les membres du FLN, remplit diverses missions et développe surtout une aide sociale en direction des femmes algériennes et de leurs enfants. À l’indépendance, le couple rejoint l’Algérie : Jeannine devient directrice de crèche à Constantine et son mari professeur de mathématiques. Elle garde la nationalité française sur le conseil de son époux. Depuis 1981, elle revient plus souvent en France où elle réside désormais.

6Messaouda Benchaa : née à Bordj Bou Arreridj en 1921 et décédée en 2014. Elle grandit en Algérie et ne va pas à l’école. Mariée par ses parents à l’âge de 18 ans, elle divorce assez rapidement après avoir eu une première fille. Laissant sa fille à sa mère en Algérie, elle part seule en France en 1955 sans même parler le français. Sa rencontre avec un messaliste l’engage dans la guerre : son mari est tué en 1959, presque dans ses bras, lors d’un attentat. Elle cache celui qui a tué son mari et qui devient son nouveau compagnon. Sa vie en France, pendant la guerre, est faite d’itinérance : elle suit son mari, membre de groupe de choc, « tueur 100 % », et habite Lyon, Givors, Condrieu, etc. Elle aide le FLN en transportant des fonds jusqu’à Saint-Étienne, distribue des tracts, nettoie les armes et est témoin de meurtres. Après l’indépendance, elle retourne avec son mari à Tizi Ouzou dans un logement donné par le gouvernement algérien. Finalement, elle rentre à Givors. Elle garde jusqu’à son décès la nationalité algérienne.

7Zohra Benkhelifa : née à Oran en 1937, d’après ses papiers. Elle reçoit en fait la carte d’identité de sa sœur aînée pour accélérer son mariage et sa migration en France. Elle se marie à Oran à l’âge de 14 ans avec un homme de 22 ans de plus qu’elle, grand mutilé de guerre (il a été blessé en Allemagne). Ils arrivent en France en 1951 et vivent à Villeurbanne. Elle est d’abord femme de ménage. Militante en Algérie, chez les scouts musulmans, elle reste militante en France d’abord au MNA puis au FLN. Des réunions ont lieu chez elle. Elle transporte des armes et milite activement : ses missions en scooter lui valent le surnom de « Zohra la vespa ». À partir de 1962, la famille repart en Algérie où elle pense s’installer définitivement mais, avec le décès de son mari, Zohra décide de retourner en France. Elle n’a jamais pris la nationalité française.

8Zoubeida Benyamina : née à Constantine en 1937. Son père est militaire et vient seul en France en 1946. Sa famille le rejoint à Lyon le 19 décembre 1950. Zoubeida se marie en 1956 avec un Algérien rencontré en France, « grâce au foot ». Elle prend conscience de la guerre d’Algérie lors de son mariage quand elle découvre qu’un des membres de l’orchestre est armé. Son mari appartient à l’UGTA. Le couple s’installe à Bron, dans un garni, de novembre 1956 à juillet 1957, date à laquelle naît leur fille. Des réunions ont lieu chez eux. Zoubeida joue le rôle de « facteur » car elle transporte des courriers, des tracts, de l’argent, des armes. Son mari est dénoncé puis conduit au commissariat central de Vauban avant d’être relâché. L’action de Zoubeida se poursuit de 1958 à 1962 et elle appartient à un comité de soutien aux détenus. Sa sœur, surnommée « Felha » et également militante au sein du FLN, est arrêtée puis jugée par le TPFA de Lyon (février 1962) avant d’être acquittée. Zoubeida participe à la manifestation des femmes le 9 novembre 1961 à Lyon. Elle vit l’indépendance comme une effervescence. Elle retourne quelques fois en Algérie mais vit toujours en France. Elle a conservé la nationalité algérienne.

9Mansouria Blaha : née en 1941 à Sidi Bel Abbes. Elle arrive à Toulon en juillet 1948 avec sa mère, ses frères et sœurs, après le décès de son père. Elle poursuit sa scolarité jusqu’à 14 ans à Toulon puis vient à Lyon en 1959, sans connaître personne, seule avec ses enfants. Elle fuit après un mariage arrangé et cherche à travailler à Lyon. De fait, elle poursuit une carrière au sein de l’hôpital Édouard Herriot. Son engagement en faveur du FLN prend corps dès l’âge de 18 ans, quand elle est recrutée par un imam de la Croix-Rousse. Elle transporte des armes dans un couffin, fait le trajet entre la Croix-Rousse et un garni (FLN à partir de 1958) situé 11 rue de la Monnaie. Elle a été témoin des matraquages dans les caves de son quartier, à la Croix-Rousse. Le 9 novembre 1961, elle participe à la manifestation des femmes devant la prison Saint-Paul et est arrêtée par la police. À la libération, elle reste à Lyon où elle réside jusqu’à aujourd’hui et poursuit sa carrière dans le médical, dans le privé car elle n’a pas réintégré la nationalité française.

10Yolande Bouaouni : née à Lyon en 1936 d’un père algérien et d’une mère française. Son père est venu à Lyon en 1916 comme ouvrier. Elle poursuit une scolarité classique jusqu’à l’âge de 14 ans puis effectue deux années d’école Pigier. Elle ne s’est jamais rendue en Algérie avant 1962. Elle intègre le FLN, tape et distribue des tracts, fait des voyages à Paris, à Marseille, sur ordre de celui qui va devenir son mari, Mahmoud Mansouri, un des chefs de la wilaya 3. Elle l’épouse en 1960 alors qu’il est en prison. Son action au sein du FLN est essentiellement sociale : elle crée une colonie pour les enfants algériens et se rend auprès des femmes du bidonville du chemin des Buers à Villeurbanne. Après l’indépendance, elle part en Algérie. Son mari reste un fidèle militant et devient commissaire du parti.

11Zineb Bouaouni : née à Lyon en 1938. Elle est la sœur de Yolande. Elle milite à la JOC (jeunesse ouvrière chrétienne) à l’âge de 17 ans et participe aux réunions avec une réelle envie d’action. Elle travaille ensuite à l’INSA. Militante puis permanente du FLN, elle est inquiétée puis recherchée par la police ce qui l’amène à quitter la France pour l’Allemagne en passant par la Suisse. À Genève, elle suit les cours proposés par le FLN pour les jeunes filles parties de France. Elle rejoint l’Algérie à l’indépendance avec son mari, un ancien responsable de la Fédération de France du FLN.

12Myriama Boudjeda : née en 1926 à Saint-Cloud, elle arrive en France en 1954 où elle rejoint une cousine de sa mère. Elle vient en France parce qu’un mariage d’amour lui a été refusé en Algérie. Résidant entre Lyon et Givors durant ses premières années, elle est ouvrière dans diverses entreprises de la région. Mobilisée par le FLN, elle est dénoncée par son nouveau mari et est, un temps, inquiétée par la police. Elle réside depuis l’indépendance à Lyon et n’a jamais souhaité obtenir la double nationalité.

13Kheira Bounouri : née en 1935 à Mostaganem. Elle va à l’école entre 6 et 9 ans puis travaille avec son père dans la vente de légumes. Elle arrive en France à l’âge de 19 ans, en 1954, après s’être mariée à Mohamed S. (en France depuis 1948-1949). Elle fait partie du FLN sans être une militante et paye sa cotisation. Elle ne participe pas aux réunions mais reçoit chez elle des membres de l’organisation. Son mari, trahi par une voisine, est emprisonné à Saint-Paul au début de l’année 1962. Au moment de l’indépendance, la famille part en Algérie mais revient en France pour s’installer à Vénissieux. Kheira abandonne alors toute activité politique. Elle a acquis récemment la double nationalité.

14Ouarda D. : née en 1934 à Alger. Non scolarisée, elle apprend la couture et la broderie, activités qu’elle doit interrompre à cause de son asthme. En Algérie, elle est la voisine de Messali Hadj et joue avec sa fille Djanina. Son père arrive en France avant sa famille qui le rejoint en 1949 : ils s’installent à Vénissieux. Ouarda se marie à l’âge de 17 ans et réside alors à Parilly. Elle est une militante active du MNA pendant toute la guerre. Elle loge des militants, facilite des réunions de cadres, soigne les blessés, transporte des armes, des tracts, de l’argent. Son premier mari est assassiné par le FLN en 1956, son second mari est également assassiné, en janvier 1962. Menacée, sa famille essaye de la marier avec un cadre du FLN, ce qui la pousse à rompre tous les liens avec sa famille demeurée FLN. Après la guerre elle retourne temporairement en Algérie mais ne s’y installe pas car ses 13 enfants sont nés en France. Elle a opté en 1962 pour la nationalité algérienne.

15Djamila Djeffal : née en 1941 à Sétif, elle arrive en France en 1948. Après avoir fréquenté l’école primaire en Algérie, elle poursuit sa scolarité jusqu’à 16 ans à Vienne (Isère). Son père, propriétaire du Café des gourmets, est régulièrement arrêté et interné pendant la guerre d’Algérie. Djamila milite au sein du FLN avec sa sœur Saliha. Elle s’occupe plus précisément du soutien aux familles des détenus. Elle quitte la France en décembre 1959, rejoint Lausanne où un passeport tunisien lui est remis, puis la Tunisie où elle intègre l’ALN : elle s’occupe alors des réfugiés algériens sur la frontière tunisienne jusqu’à l’indépendance. Elle rentre en Algérie en 1962 alors qu’une partie de sa famille reste à Vienne et passe deux diplômes, l’un d’aide-soignante, l’autre d’infirmière ce qui lui permet d’ouvrir sa propre clinique. Elle milite longtemps encore après l’indépendance au sein de la JFLN (Jeunesse du FLN).

16Zohra Dilmi : née en 1926 à Relizane. Elle travaille chez des colons et se marie en 1947. Son mari part en Corse pour travailler mais n’y reste pas. Il fait venir sa femme en France et la famille s’installe à Lyon, montée de la Grande-Côte. Le mari est un militant du FLN : il ramasse de l’argent et distribue des tracts (souvent cachés dans le cartable des enfants.). Zohra cache également les armes dans le charbon. En 1959, son mari est arrêté et emprisonné. Après l’indépendance, elle abandonne les activités politiques, fait le choix d’une résidence en France et ne réintègre pas la nationalité française.

17Marie-Josèphe Gin (née Bonnet) : née en 1936 à Serrières-de-Briord (Ain), dans une famille catholique très politisée. La maison familiale accueille de nombreux étudiants dont Laïd Mecheri (étudiant en médecine). À partir de 1955, Marie-Josèphe étudie à Lyon où elle entre au MLP (Mouvement de libération du peuple) et y rencontre Michel Gin. Dans l’année qui suit leur mariage (fin 1957), le couple accepte d’héberger Mahmoud Mansouri, chef de la wilaya 3, à la demande de deux Français soutiens du FLN, eux-mêmes membres du MLP (Paule Bertry et Maurice Chomat). Elle est arrêtée avec son mari et passe un mois à la prison Montluc (en avril 1959). Libérée suite à un non-lieu, elle continue d’œuvrer pour le FLN, d’abord pendant l’incarcération de son mari, en rencontrant régulièrement des femmes de détenus algériennes, puis après qu’il a lui même été libéré de prison en se rendant en Suisse et en transportant des écrits. Après l’indépendance, elle poursuit une carrière au sein de l’Éducation nationale et se rend en Algérie en 1981 pour revoir la famille Mecheri.

18Lamria Hamidat : née en 1938 à Sétif. Elle est mariée à l’âge de 15 ans et demi avec un Algérien de 30 ans, déjà installé en France. Son mari est messaliste avant de rejoindre le FLN. Elle porte des enveloppes d’argent pour le FLN, accueille des réunions chez elle. Son mari est arrêté par le commissaire Chaboud et emprisonné à Saint-Paul avant d’être transféré au camp du Larzac. Cet emprisonnement la conduit à trouver un travail comme agent d’entretien dans les écoles. Elle participe à la manifestation du 9 novembre 1961 durant laquelle elle est arrêtée. Quand son mari sort de prison, elle divorce et part chez sa mère à Givors. Elle travaille alors dans un hôpital, d’abord à Grange Blanche puis à Saint-Genis. En 1968, elle retourne en Algérie et s’y rend ensuite régulièrement deux fois par an. Elle a opté pour la nationalité algérienne.

19Fatima Hassani : née en 1926 à Ouled Adouane (près de Sétif). Elle arrive en France en 1952 avec un mari choisi par ses parents alors qu’elle a 14 ans. Le couple habite à Lyon, montée de la Grande-Côte. Fatima est mobilisée par le FLN en cachette de son mari : ses missions consistent en transports de mitraillettes, de courriers dans la région, notamment à Saint-Étienne. En 1962, elle opte pour la nationalité algérienne et réside en France.

20Fatma Malagouen : née à Saint-Cloud en 1942. Sa famille vient en France en 1949 et habite quelque temps à la Croix-Rousse à Lyon. Elle quitte l’école à 14 ans et s’occupe de ses frères et sœurs. Elle s’engage pour le FLN et fait partie d’un groupe de choc en 1957-1958. Elle est mariée de force à un responsable du FLN ce qui la pousse à fuir à Paris où elle reste une année avant de revenir à Lyon. Elle reprend son action militante, notamment, après 1962, au sein de l’Amicale des femmes algériennes. Elle est une des fondatrices de l’association des femmes de Bron, très active dans les années 1990. Elle a acquis la double nationalité.

21Habiba Megnaoua : née en 1932 à Constantine, elle arrive en France en 1954 comme étudiante. Elle vient avec son mari : tous deux étudient trois ans à l’université de Montpellier. Instituteurs, ils débutent en Lozère puis enseignent à Montrottier (Rhône) et enfin, à partir de 1959, à Courzieu. Parallèlement à ses activités d’institutrice, Habiba développe une activité sociale en direction des femmes algériennes. À la fin de la guerre d’Algérie, en juillet 1962, elle participe à l’organisation d’une colonie de vacances pour les enfants des familles du FLN. En 1965, elle s’installe à Bordeaux où son mari est consul pendant 11 ans. Ils développent ensuite une vie professionnelle au sein de diverses ambassades à travers le monde. Habiba a toujours refusé de prendre la double nationalité.

22Louisette Mekaouche : née à Lyon en 1938 de parents algériens. La famille est installée montée de la Grande-Côte à Lyon et ouvre un restaurant rue Duguesclin. Les parents se séparent en 1950. Louisette poursuit sa scolarité à Lyon et reçoit, à la maison, une éducation nationaliste. Dès 1957, elle s’engage au sein FLN et devient militante sous le nom de Myriam. Elle envoie des mandats aux détenus, transporte des armes, milite avec ses frères à l’UDMA, vend des journaux. Elle se fait arrêter deux fois. Inculpée d’atteinte à l’intégrité du territoire national le jour de Noël 1959, elle est relâchée du fait de son jeune âge. Elle en profite pour fuir, à Voiron, d’abord, puis à Paris (rue Gay Lussac) sous une fausse identité, en Suisse encore où elle intègre les cours pour jeunes filles du FLN. Enfin, elle se rend à Tunis où elle s’occupe des dossiers de négociations. Arrivée en Algérie pour l’indépendance, elle travaille au journal El Moudjahid. Elle devient ensuite attachée de presse au cabinet du Président, s’occupe des journalistes, mais aussi de SOS femmes en détresse.

23Bariza Mehdaoui : née à Souk Ahras en 1939. Elle va à l’école en Algérie jusqu’à 13 ans. Elle rejoint un de ses frères en France en 1956 et devient ouvrière d’usine en 1959 quand son mari, Chabane Gherbi, un des chefs de la wilaya 3, est emprisonné. Elle poursuit diverses missions pour le FLN : le transport d’argent, certes, mais aussi des « missions sérieuses » comme le transport d’une arme qu’elle remet à un membre d’un groupe de choc à proximité du lieu d’un attentat. Elle manifeste devant la prison Saint-Paul le 9 novembre 1961 et est arrêtée par la police. En 1962, elle participe un temps aux associations chargées d’aider les Algériens (dont l’ESSANA/ACFAL). À l’indépendance, elle rejoint l’Algérie avec son mari et devient secrétaire de direction à la Sonatrac jusqu’à sa retraite.

24Akila Mezidi : née en 1944 à Béjaïa. Elle vient en France rejoindre une partie de sa famille en 1955 et réside à la Croix-Rousse. Sa scolarité entamée en Algérie se poursuit à Lyon, jusqu’à une classe préparatoire pour obtenir un métier à la chambre de commerce de Londres. Elle est mariée en 1961 à l’âge de 17 ans et suit son mari à Paris. Elle participe alors aux manifestations du 17 octobre 1961. De retour à Lyon à l’indépendance, elle ouvre une épicerie à la Croix-Rousse dans laquelle elle développe également une activité sociale auprès des migrants algériens. Sa réputation lui vaut d’être nommée coordinatrice régionale de l’Amicale des femmes algériennes en 1969, poste qu’elle occupe jusqu’en 1972. Son action auprès des Algériennes consiste en une assistance sociale diverse (santé, alphabétisation en français, aide administrative, etc.).

25Tassadit Rahmouni : née en 1943 à Draâ El Mizan, elle entre en France avec sa famille en 1950 et réside d’abord à La Grand’Croix puis à Lorette. Elle poursuit sa scolarité dans les deux villes et travaille à la Croix-Rouge de Rive-de-Gier après ses études. Mobilisée dans le FLN, son action serait motivée par l’assassinat d’un membre de sa famille par les messalistes. Elle est la cousine de Ouarda D., militante du MNA. Ses activités sont essentiellement celles d’une agent de liaison. Arrêtée le 25 janvier 1961 et jugée par le tribunal pour enfants de Vienne, elle est incarcérée à la prison Montluc jusqu’au 19 septembre 1961. Elle quitte alors la région pour rejoindre la Tunisie et le GPRA. Après l’indépendance, elle s’installe à Sétif et se marie avec un ancien membre de groupe de choc du FLN interné également à Montluc. Elle est décédée en 2008.

26Claudie Touili : née à La-Chapelle-en-Vercors. Elle commence sa scolarité à Chambéry puis se rend à Lyon pour intégrer une Hypokhâgne et une Khâgne. Durant ses deux années de classes préparatoires (de 1957 à 1959), elle se politise grâce à ses professeurs au lycée Édouard Herriot, Jeannette Colombel et Andrée Rosary, aux conférences sur l’Algérie (notamment celles de Pierre Vidal-Naquet sur la torture), grâce aussi à la fréquentation d’étudiants algériens. L’un d’entre eux devient son mari à sa sortie de Khâgne. Elle fait partie de la jeunesse étudiante catholique (JEC). Au sein d’un groupe de trois amies, elle est chargée de recevoir les responsables du FLN, de faciliter leur hébergement, de transporter du courrier. À l’indépendance, elle part en Algérie où elle enseigne dans un lycée franco-algérien puis à l’Office universitaire français jusqu’au début des années 1990.

27Raymonde Tronel : née en 1931 à Chambéry. Elle étudie la philosophie jusqu’en licence à l’université de Lyon de 1950 à 1953. Bibliothécaire bénévole à la Maison des étudiants catholiques, elle rencontre un étudiant algérien en médecine, Laïd Mecheri, qui devient son époux le 20 novembre 1954. Quelques jours après la soutenance de thèse de Laïd, Raymonde quitte la France avec lui pour rejoindre l’ALN sur la frontière tunisienne où elle s’occupe des réfugiés algériens. Après l’indépendance, le couple s’installe en Algérie où il réside jusqu’à aujourd’hui : Laïd a poursuivi une carrière de médecin et Raymonde une carrière de professeure.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540