Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie IV. Les conditions d'une double présence

Chapitre 8

Devenir plurielles

Texte intégral

  • 1 Fatima Hassani

On est arabe mais on se sent Français.
Écoutez ! Mon pays, c’est normal, c’est l’Algérie.
J’aime bien y aller, c’est beau, c’est très bien, tout ça,
mais pour vivre là-bas, non !
Je peux vivre ici jusqu’à ce que je parte,
pour de bon.1

  • 2 Comme le résume A. Spire, « l’histoire du traitement de la migration algérienne demeure […] un cas (...)

1En 1962, tout change, et dans le même temps, rien ne change. D’un côté, les structures administratives et associatives chargées de l’accueil des Algériens après 1962 perdurent, mais leur nom est modifié. La Maison de l’Afrique du Nord devient la Maison du travailleur étranger. Les Études sociales et service d’accueil pour les Nord-Africains (ESSANA) se transforment en Association de coopération franco-algérienne du Lyonnais (ACFAL). Les conseillers techniques aux affaires musulmanes (CTAM) se fondent dans un service préfectoral de promotion des migrants. La décolonisation nécessite un toilettage des dénominations trop teintées de colonialisme : les mots « Afrique du Nord » ou « musulmans » disparaissent des titulatures. Toutefois, les hommes restent et, avec eux, les catégories ou techniques de gestion d’origine coloniale2.

2D’un autre côté, des femmes algériennes continuent de venir en France métropolitaine dans les années 1960-1970 et recourent, pour certaines d’entre elles à ces structures d’accueil toujours paternalistes. Pourtant ces femmes ne sont pas les mêmes que celles qui sont venues en France avant l’indépendance. Impression de déjà-vu alors : les Algériennes restent considérées dans leur globalité comme des « femmes musulmanes » alors qu’elles appartiennent, à l’évidence, à différentes générations et à différents âges migratoires.

3De fait, après sept années de guerre et un désengagement progressif, les Algériennes entrées en métropole avant 1962 échappent à toutes ces structures administratives ou associatives chargées d’« adapter » les nouvelles migrantes. Elles ont, quant à elles, à faire face à une série de choix qui induisent autant de déplacements. Le choix d’un pays de résidence – celui pour lequel on s’est battu ou celui où l’on est implanté – suppose un déplacement géographique auquel s’ajoute un déplacement national : les « Françaises musulmanes » deviennent « Algériennes » d’office, en ayant la possibilité ensuite de réintégrer la nationalité française. La vie quotidienne laisse le champ libre à des déplacements sociaux (choix d’un métier, d’un quartier de résidence, d’une école pour les enfants) ou symboliques (lieu d’enterrement). Or, chaque déplacement se situe à l’intersection des motivations personnelles et des cadres juridiques. Les choix peuvent être assumés ou contrariés.

L’Algérie ou la France

  • 3 ADR – 248 W 81 – SAT Lyon sud – Fiche concernant l’état d’esprit et le comportement de la populati (...)

4Une fois l’indépendance algérienne actée, les gestionnaires de la population se posent inévitablement la question du retour des familles en Algérie. Dès le 1er juin 1962, la réponse est nette : « Les familles implantées à Lyon ne désirent nullement retourner en Algérie »3. Sans pouvoir apporter de données chiffrées fiables – les listes nominatives des recensements ne sont pas disponibles à Lyon – il n’en reste pas moins vrai que les Algériennes restent majoritairement en France. Cela ne doit pas occulter de multiples itinéraires après 1962.

  • 4 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Turkia M., 11 janvie (...)

5Avec l’indépendance, des Algériennes sont déclarées indésirables sur le territoire national. En premier lieu, les prostituées. Ainsi, Turkia M. après avoir été arrêtée et incarcérée à de nombreuses reprises dans les années 1950, est l’objet d’une mesure de rapatriement en 1965. Bien que demeurant à Lyon depuis 13 ans lors de cette nouvelle arrestation, le 11 janvier 1965, elle cumule plusieurs handicaps. D’abord, « l’intéressée est connue pour se livrer notoirement à la prostitution depuis de nombreuses années, et n’exerce aucune activité salariée ». Puis, « elle n’a aucune famille en France ». Ensuite, elle est titulaire d’une carte d’identité algérienne délivrée à Alger le 20 juin 1963. Enfin, elle « n’a souscrit aucune déclaration d’option pour la nationalité française ». Par ailleurs, c’est une ancienne militante du FLN, internée à Montluc après la manifestation du 9 novembre 1961 : « En conséquence, la présence de cette étrangère sur notre territoire ne peut que présenter un danger certain pour l’ordre et la salubrité publique et son rapatriement en Algérie semble devoir s’imposer »4. Sept autres prostituées, interpellées entre 1962 et 1965, sont considérées comme indésirables. La présence de ces femmes sur « notre » territoire est donc non seulement vue comme un danger potentiel mais, plus significativement, comme « n’étant d’aucune utilité ». Toutes cumulent les mêmes quatre problèmes à quoi s’ajoutent parfois des infractions (vol à l’étalage, outrage, rébellion). Toutes sont gardées à vue après leur interpellation en « attendant la décision à intervenir ». Pourtant, certaines de ces Algériennes sont présentes en France de longue date, comme Baya M., arrivée en 1939 ou Fatma M. en France depuis 1945. Ainsi, davantage que la fonction exercée, c’est bien la nationalité qui pèse dans la décision de rapatriement. L’effet 1962 est très net puisque l’analyse nominative des dossiers d’Algériennes ou d’Algériens « expulsés » ou « rapatriés » entre 1950 et 1962 révèle que les femmes ne le sont qu’à partir de 1962. Autrement dit, en devenant Algériennes, elles deviennent expulsables.

  • 5 ADR – 248 W 77 – SAT Lyon nord. Janvier-décembre 1962. Lettre du capitaine Bertrand à M. le préfet (...)
  • 6 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Fettouma T., 29 sept (...)

6Une autre catégorie de femmes algériennes est désormais dans le collimateur des autorités préfectorales : les indigentes. Le cas de Fettouma T. est symptomatique. Alors veuve et âgée de 59 ans, résidant dans une roulotte à Villeurbanne, elle sollicite auprès du Service d’assistance technique un rapatriement gratuit en Algérie le 16 juillet 1962. Le portrait fait d’elle ne laisse guère de doute quant à sa situation sociale : elle est « en quelque sorte une épave handicapée physiquement, vieillie avant l’âge, ne parlant pas un mot de français et incapable de se livrer à un travail quelconque, même celui de femme de ménage. Elle est à la charge de son concubin qui lui-même est âgé de 62 ans et ne vit plus que du produit du ramassage des poubelles ou du nettoyage de greniers et de caves »5. La demande de Fettouma T. est rejetée bien que motivée par son désir de vivre en compagnie de sa sœur à Inkermann et appuyée par le capitaine Bertrand, responsable du SAT. Deux années plus tard, alors que sa situation s’est détériorée – son concubin est décédé – Fettouma T. attire l’attention de la police. Elle cumule désormais les problèmes sociaux (sans aucune référence familiale, sans travail ni domicile fixe) et les infractions (vagabondage, infraction au règlement d’hygiène). Son second portrait n’est guère plus flatteur que le précédent : « Disons que cette femme est dans un état de saleté repoussant, [avec une] tenue indécente et un comportement anarchique, elle accumule des détritus de toutes sortes dans une habitation improvisée faite de tôles et de vieilles caisses »6. De plus, « elle se moque des règlements et des représentants de l’autorité avec un mauvais esprit évident ». Ainsi, gardée à vue, « son expulsion en Algérie paraît devoir être envisagée ». Fettouma T. devient expulsable dès lors qu’elle est considérée comme une nuisance, plus encore que comme un danger. Là encore, aucune indigente n’est rapatriée avant 1962, quelques-unes le sont après. La non-demande d’option pour la nationalité française enclenche les procédures de rapatriement.

  • 7 ADR – 248 W 103 – Circulaire du 12 janvier 1963, rappelée par le ministre de l’Intérieur aux préfe (...)
  • 8 Dans la circulaire du 12 janvier 1963, il est précisé que pour l’application des décisions de rapa (...)

7Prostituées et indigentes sont donc susceptibles d’un refoulement après 1962, selon deux méthodes : la procédure d’expulsion vise à éloigner du territoire les éléments dangereux pour l’ordre public quand la procédure de rapatriement vise les personnes sans emploi et sans ressources licites. Ainsi, les Algériennes tombent principalement sous les mesures de rapatriement à l’encontre des ressortissants sans domicile fixe, de ceux qui vivent de la prostitution ou qui, sans emploi, auraient des ressources sans provenance justifiée, et d’autres encore sans emploi en raison de leur état mental ou de leurs tendances alcooliques7. Toutefois, la clarté des circulaires n’empêche pas les dysfonctionnements. D’une part, le ministre de l’Intérieur rappelle encore en 1965 que les ressortissants algériens doivent être traités « avec toute la correction désirable » et que, par conséquent, les fonctionnaires placés sous l’autorité du préfet doivent s’abstenir de tous propos injurieux à leur égard ou à l’égard de leur gouvernement et [doivent cesser] d’utiliser le tutoiement ». Les portraits des Algériennes esquissés par les autorités préfectorales laissent présager du ton des interpellations. D’autre part, le ministre rappelle à intervalles réguliers que, « s’il importe de poursuivre avec fermeté la politique en vigueur visant à éloigner du territoire les éléments dangereux pour l’ordre public au moyen de la procédure d’expulsion et les personnes sans emploi et sans ressources licites par la voie des mesures de rapatriement, il convient d’éviter toute pratique qui pourrait apparaître comme vexatoire à l’égard des ressortissants algériens » et qui, de fait, a été « à l’origine de certaines difficultés sur le plan diplomatique ». L’insuffisance ou l’absence des informations transmises aux autorités consulaires algériennes au sujet des « rapatriés » sont une part de ces « difficultés » diplomatiques. Dès lors, l’inventaire le plus détaillé possible des reproches faits aux Algériennes s’explique par la volonté de contourner un des obstacles humanitaires au rapatriement : la longue durée de résidence8 ; les Algériennes cumulent donc le danger d’apparaître comme une menace à l’ordre public et la « faiblesse » de présenter plusieurs difficultés sociales.

  • 9 Ibid. – Dossier Abdelham K., 23 février 1965.
  • 10 Ibid. – Dossier Hadda C., 22 mars 1965.

8Si la délimitation entre expulsion et rapatriement n’est pas toujours claire dans le cas des prostituées et des indigentes, malgré des tentatives de clarifications régulières, elle l’est encore moins pour une troisième catégorie d’Algériennes : les femmes d’indésirables. Celles-ci sont de deux types : les épouses ou mères d’Algériens aux mœurs discutées, et les épouses de militants nationalistes. Dans le premier cas de figure, on trouve par exemple le couple formé par Abdelham K. et Mebarka H., domicilié à Craponne9. D’après une enquête menée en 1965, le premier « est un fainéant notoire, il s’adonne à la boisson à son domicile et n’a aucun moyen de subsistance » : son séjour en France est donc vu comme « indésirable ». L’enquête s’oriente alors vers la seconde qui, après avoir travaillé à l’hôpital Édouard Herriot puis en usine, « n’a aucune ressource, pension ou retraite » et s’adonnerait occasionnellement, selon ses aveux, à la prostitution. Conformément aux circulaires ministérielles, « n’effectuant aucun travail depuis plus de quatre mois, ne justifiant d’aucune ressource et étant de conduite et moralité douteuses, [la] présence [de Mebarka H.] sur le territoire français peut être considérée comme indésirable. Son expulsion est souhaitable ». Le cas de Hadda C. est encore plus significatif10. Divorcée, elle vit à Saint-Fons en compagnie de ses deux enfants, l’un âgé de vingt ans, l’autre de huit. L’aîné, condamné à trois reprises pour vol, attentats aux mœurs et violences, fait l’objet d’une proposition d’expulsion par le préfet. Mais, « si la mesure d’expulsion était retenue contre son fils, [Hadda] C. et sa fille âgée de huit ans se retrouveraient alors sans ressources et deviendraient une lourde charge pour la collectivité et, à ce moment-là, une mesure de rapatriement s’imposerait immédiatement ». Ainsi, quand la mesure d’expulsion vise l’homme de la famille, la femme subit par contrecoup une mesure de rapatriement. Toutefois, ces cas restent occasionnels.

  • 11 ADR – 248 W 76 – SAT Lyon – chronos départ (1961-1963). Dossier Abdelhadi B. 1er août 1961. Sur le (...)
  • 12 Ibid. – Dossier Ahmed B., 11 mai 1962. Nous soulignons.
  • 13 Ibid. – Dossier Hélima Y., 8 juin 1962. Un autre cas, tout à fait similaire, est celui de Yasmina  (...)

9Moins rares sont les cas d’épouses de nationalistes. Avant 1962, les épouses sont vues comme la panacée pour calmer le nationalisme des hommes. Ainsi, quand Abdelhadi B. entreprend en août 1961 les formalités en vue de faire venir son épouse en métropole, il fait l’objet d’une enquête, laquelle révèle qu’il est « fiché Z » avec la mention « à surveiller »11. Cela n’empêche pas un avis favorable émis par les autorités : « Il est certain que la présence de sa famille l’incitera à mener une vie régulière et à s’écarter de toute activité politique sur notre territoire, au demeurant, à de rares exceptions près, c’est là l’état d’esprit de tous les travailleurs algériens installés avec leurs femmes et leurs enfants en métropole, qui se consacrent en priorité au bien être et à la sécurité de leur foyer. » A contrario, si les femmes ne sont pas encouragées avant le cessez-le-feu du 19 mars 1962 à rejoindre leurs maris en Algérie quand celui-ci a été expulsé, leur situation change ensuite. Quand le 11 mai 1962, les services de la préfecture se penchent sur le cas d’une famille en difficulté de par l’emprisonnement puis l’expulsion du chef de famille, via le camp de Thol, la formule est explicite : « Bien que le mari ait milité dans le FLN, il nous paraît souhaitable de faire rapatrier rapidement à destination de Lavayssière, département de Tlemcen, cette famille privée de tous les moyens d’existence et menacée de se trouver sans abri lors de la prochaine démolition du taudis »12. Autre exemple, quand Hélima Y. demande, le 8 juin 1962, à rejoindre son mari en Algérie, lequel fut impliqué dans un attentat terroriste, incarcéré, puis expulsé en Algérie : « Cette femme, sans moyen d’existence, est indésirable en métropole eu égard à l’activité anti-nationale de son mari. Ne pouvant, dans ces conditions, bénéficier d’un rapatriement gratuit par l’une des voies administratives habituelles, il serait souhaitable de lui attribuer un secours de 125 NF destiné à l’aider à couvrir partiellement les frais de son retour en Algérie »13. L’image des épouses de nationalistes bascule donc en 1962 : elles deviennent indésirables.

10Malgré ces cas de figure, les Algériennes rapatriées ou expulsées restent peu nombreuses : une trentaine de cas est relevée dans les archives. D’ailleurs, en 1965, le ministre de l’Intérieur fait remarquer au préfet du Rhône, après examen de la statistique des mesures de rapatriement de ressortissants algériens sans emploi, que le nombre de décisions prises est faible par rapport aux indications numériques de la rubrique « sans emploi et oisif » du département. De fait, « il est apparu nécessaire d’accélérer sensiblement le rythme de ces rapatriements » et une politique des quotas est introduite : il est prévu 150 rapatriements entre février et mars 1965. Ces mesures, tous sexes confondus, valident l’idée que les Algériennes sont majoritairement restées à Lyon.

  • 14 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Elkhalia A., 4 juill (...)
  • 15 ADR – 248 W 77 – SAT Lyon nord – Dossier Abdelkrim M., 12 avril 1962.
  • 16 Ibid. – Dossier Zohra L., 12 mars 1963.
  • 17 ADR – 248 W 78 – SAT Lyon nord – Dossier Mebarka Y., 31 janvier 1963.

11Malgré tout, certaines décident de retourner en Algérie : soit parce que leurs conditions de vie en métropole empirent, soit parce qu’elles décident de rejoindre leurs maris quand ceux-ci sont expulsés au moment de l’indépendance. Bien que peu nombreuses (cinq), quelques Algériennes entament ainsi d’elles-mêmes une procédure de rapatriement gratuit, du fait d’une difficile adaptation à la vie métropolitaine. Hormis le cas précoce (1957) d’une Algérienne qui sollicite une aide pour rejoindre sa résidence familiale à Nemours car le climat lyonnais « lui est défavorable »14, les quatre autres sont frappées par la maladie et/ou le veuvage et souhaitent, après 1962, retourner en Algérie. Ainsi, Akila B., jeune veuve de 22 ans, entame pour elle et ses deux enfants une procédure de rapatriement sitôt son mari décédé. Elle souffre de plus d’une « grave et longue affection pulmonaire »15. De même, Zohra L. « se trouve dans un état voisin de la misère causé par la perte de son mari […] et l’abandon par son fils ». Bien que résidant à Lyon depuis 1950 dans un logement de fonction, pourvue d’une activité salariée (nettoyage des classes d’une institution libre), et ayant scolarisé sa fille, son veuvage et sa maladie la poussent à solliciter un rapatriement en Algérie16. Elle est d’ailleurs encouragée par le capitaine Bertrand qui considère que « l’intéressée ne peut que constituer un poids mort à la charge permanente de la communauté française ». D’ailleurs, dans certains cas, le désir n’est pas partagé par l’ensemble de la famille. Ainsi quand Mebarka Y., âgée de 65 ans, décide de solliciter un rapatriement une fois son logement frappé de démolition, sa fille en décide autrement, au grand dam du capitaine Bertrand : « J’aurais d’ailleurs voulu que toute cette famille soit rapatriée vers l’Algérie mais l’épouse G., malgré ses mauvaises conditions d’existence ne veut pas quitter Lyon »17.

12Aussi peu nombreuses sont les femmes qui décident de partir combattre en Algérie à la fin de la guerre, et d’y rester une fois l’indépendance acquise. Comme on l’a vu précédemment (voir page 254), Tassadit Rahmouni et les deux sœurs Djeffal rejoignent la frontière tunisienne pour s’engager soit au sein du GPRA soit comme infirmières dans les rangs de l’ALN. Ces choix sont solitaires puisque la majeure partie de leurs familles reste en métropole. Après l’indépendance, ces militantes participent à la construction de la nouvelle Algérie. Pour Djamila Djeffal, « c’était un choix de ne pas revenir à Vienne », mais une grande partie de sa famille y demeure toujours. Quant à Louisette Mekaouche, partie en 1959 en Suisse puis au Maroc, elle retourne à Lyon voir sa mère et ses frères entre le cessez-le-feu et la déclaration d’indépendance, puis embarque avec sa famille pour assister aux cérémonies du 5 juillet 1962 à Alger. Ce sont des cas exceptionnels : seule une dizaine de femmes, ayant fait le choix de quitter la France pour combattre en Algérie et y demeurer après 1962, ont pu être dénombrées.

  • 18 ADR – 248 W 104 – Rapatriements en Algérie à titre gratuit des familles dont le chef de famille a (...)

13D’autres femmes sont résolues à suivre leurs maris expulsés. Le 15 février 1962, à la demande du ministère de l’Intérieur, une enquête est menée par le conseiller technique pour les affaires musulmanes de la préfecture du Rhône auprès des « familles de Français musulmans refoulés dans leur douar d’origine par arrêté ministériel »18 et, sur quatre familles rencontrées, seule une femme est repartie presque immédiatement en Algérie rejoindre son mari, sans que ses raisons soient connues. Une autre, « longtemps hésitante », se décide à rejoindre son mari plus tard, pour motif médical : Mme M. est atteinte d’une grave affection cardiaque, elle est âgée, et elle a la garde de ses petits enfants alors que toute sa famille est en Algérie. Les deux autres femmes se refusent à quitter Lyon. L’enquête de terrain révèle que ce sont essentiellement les épouses d’Algériens les plus impliqués dans la Fédération de France du FLN qui suivent leurs maris expulsés en Algérie. Pour Bariza Mehdaoui, épouse du chef de la wilaya 3 Mohamed Gherbi, le choix est simple : « Mon projet, c’était le projet de mon mari. Là où il allait, je le suivais. » Le couple se rend donc à Constantine sitôt l’indépendance acquise. Pour Houria Birèche, épouse d’un condamné à mort, le choix est tout aussi évident : « Mon mari était interdit de séjour à Chambéry. Il est venu clandestinement, les gendarmes l’ont arrêté et expulsé vers l’Algérie. Alors, on a fait nos bagages et on est rentrés. Pourtant, on avait rien à Sétif, pas de maison, pas d’argent, rien. » D’ailleurs, les frères et sœurs d’Houria Birèche restent à Chambéry, tandis qu’elle décide de suivre son mari. Tous les condamnés à mort ont été retrouvés en Algérie lors de l’enquête de terrain et confirment le retour des quelques épouses de militants.

  • 19 P. Daum, Ni valise ni cercueil. Les Pieds-Noirs restés en Algérie après l’indépendance, Paris, Act (...)
  • 20 C. Simon, Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1 (...)

14Entre les 200 000 pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance19 et les quelques dizaines de milliers de pieds-rouges qui rejoignent la jeune Algérie dans le cadre de la coopération20, se trouvent des métropolitaines qui rejoignent leurs maris. Hormis le cas de Raymonde Tronel, partie dès 1960 rejoindre la frontière tunisienne avec son mari Laïd Mecheri (médecin dans l’ALN) et qui décide de rester en Algérie après l’indépendance, les autres quittent la France en 1962. Pour Claudie Touili « il a fallu rentrer tout de suite alors qu’on avait des nouvelles très alarmistes d’Algérie. Nous sommes arrivés fin septembre, début octobre 1962 ». Elle retrouve en Algérie ses compagnes de lutte, Ghislaine V. et Odile O., parties plus tôt « pour aider immédiatement à mettre l’Algérie sur les pieds ». En effet, comme le rappelle Odile O., « on est parties tout de suite à Alger avec Ghislaine, le 1er août 1962. On est parties avec les étudiants de l’UNEF qui avaient organisé pendant l’été 1962 des cours de rattrapage pour les étudiants algériens qui n’avaient pas pu passer leurs examens en juin. On faisait des cours d’été, moi je faisais des cours de droit. Ils ont passé leurs examens en octobre. Donc on est parties dans ce cadre et puis, après, on m’a proposé de travailler là-bas. J’ai décidé de rester. Les choses se font naturellement ». Pour Jeannine Belhadj-Merzoug, le départ s’explique par son statut matrimonial : « On est partis tout de suite à Constantine, en août 1962. Stopha est revenu, il a pris le lit de Kérim, la commode, la vaisselle, il a tout liquidé. C’était voulu, d’ailleurs on avait prévu que les enfants seraient musulmans, du moins, ils portaient un prénom musulman. » Mustapha Belhadj avait été responsable de la propagande FLN dans la région lyonnaise. Zineb Bouaouni quitte Lyon en compagnie d’Amor Ghezali, un ancien cadre de la Fédération de France, pour rejoindre Aïn Béïda, quand sa sœur Yolande Mansouri quitte la région en compagnie de Mahmoud Mansouri, ancien chef de la wilaya 3, pour rejoindre Alger.

  • 21 C. Touili, Esquisse pour une autobiographie, inédit, p. 24.
  • 22 A. Memmi, Agar, Paris, Gallimard, 1984.

15Toutes entament une carrière en Algérie. Certaines sont enseignantes comme Claudie Touili (d’abord à l’école normale de Bouzareah, puis au lycée franco-musulman de Ben Aknoun, enfin à l’office de l’université française), Raymonde Tronel (lycée franco-musulman) et Odile O. (école supérieure de commerce d’Alger, office de la recherche scientifique). D’autres sont directrices de crèche comme Jeannine Belhadj-Merzoug, ou employées un temps à la Sonelgaz, comme Zineb Bouaouni. Les parcours se recroisent ensuite, puisque toutes reviennent un temps en France dans les années 1990, lors de la « décennie noire ». Pour certaines, comme Jeannine Belhadj-Merzoug, c’est la mort du conjoint qui motive ce retour en France (« Qu’est-ce que j’allais faire alors à Alger ? »), pour les autres ce sont les événements politiques. Plusieurs de leurs enfants sont venus faire leurs études en France et certains d’entre eux s’y sont ensuite installés. Entre les départs et les retours, l’intégration n’a pas toujours été facile. Dans son journal, Claudie Touili note à la date du 3 octobre 1962, jour de son départ vers l’Algérie : « C’est maintenant qu’il faudra me battre »21. De même, Jeannine Belhadj-Merzoug, comme les autres métropolitaines d’ailleurs, souligne qu’elle n’a jamais voulu apprendre l’arabe. Les difficultés de ces amours dites « mixtes » en Afrique du Nord ont pour écho littéraire le roman Agar d’Albert Memmi, livre dans lequel une Française et un Tunisien se rendent en Tunisie, et se font souffrir mutuellement22.

16Ces parcours accidentés renseignent sur le dilemme que pose l’indépendance pour de nombreuses Algériennes qui ont combattu dans les rangs du FLN ou du MNA en métropole et qui hésitent sur leur avenir entre 1961 et 1963.

  • 23 ADR – 248 W 76 – SAT Lyon nord – Dossier Mahmoud B., 28 décembre 1961.
  • 24 Ibid. – Dossier Ammar F., 14 février 1961.
  • 25 ADR – 248 W 80 – SAT Lyon sud – Dossier Khadra B., le 7 août 1961.

17Quelques Algériennes manifestent ouvertement leur désir de rester en métropole. Ainsi, Mahmoud B., demeurant à Constantine, ayant pour objectif de faire rapatrier sa fille Mennouba, résidant à Villeurbanne, entre en contact avec l’officier des Affaires algériennes, chef de la section administrative urbaine (SAU) de Rummel, afin que celui-ci négocie ce rapatriement avec le capitaine Bertrand. Dans sa requête, il précise que l’ex-mari de sa fille, incarcéré à Lyon, s’oppose au départ de cette dernière, laquelle, mère de quatre enfants, se trouve sans ressources : voilà un condensé de tous les arguments susceptibles de motiver un rapatriement gratuit. Mais c’est sans compter la volonté de Mennouba B. : celle-ci déclare au capitaine Bertrand, lors de son enquête, qu’elle n’a nullement l’intention de regagner l’Algérie, « étant peu soucieuse d’être placée sous l’autorité d’un père aux sentiments paternels trop exclusifs et qu’au surplus, étant majeure, elle était la seule maîtresse de sa personne et entendait conserver la liberté de ses actes »23. Dès lors, elle demande au capitaine « de faire connaître à son père sa décision de demeurer en métropole où elle mène une vie normale avec ses enfants ». Doit-elle cette indépendance à la guerre traversée ? Parfois, c’est le mari qui décide d’entamer les démarches pour une compagne devenue encombrante. Ammar F., qui a trouvé une maîtresse par exemple, se rend auprès du capitaine Bertrand afin de formuler sa requête : il « reproche évidemment à son épouse son mauvais caractère, un manque de soins (inexact ou tout au moins très exagéré) et serait désireux, […] que sa femme et ses quatre enfants (dont l’un est à l’hôpital) rejoignent l’Algérie »24. De l’enquête menée, il ressort que Zahra B. « n’est pas folle mais malheureuse, son mari ayant une maîtresse », que son logement est parfaitement tenu, que ses enfants sont « assez bien élevés » et, par-dessus tout, qu’elle « se refuse énergiquement à envisager cette solution ». Même sans pressions ou menaces, des Algériennes révèlent au capitaine Bertrand leur choix métropolitain alors qu’elles devraient être rapatriées. Ainsi, « Mme veuve B. ne désire nullement rentrer en Algérie pour le moment. Elle vit avec ses sept enfants et perçoit les prestations familiales d’un montant de 500 NF mensuellement » 25. Afin de faciliter ce choix, elle reçoit le soutien logistique et moral de sa mère, qui accepte de prolonger son séjour en métropole.

  • 26 ADR – 248 W 104 – Rapatriements en Algérie à titre gratuit des familles dont le chef de famille a (...)

18Un dernier cas de figure est celui d’épouses de maris expulsés pour délit politique qui cherchent à rester en métropole en attendant que les choses s’arrangent. D’après l’enquête de février 1962, alors que le contexte la désigne comme indésirable, une Algérienne est décidée à attendre son mari. Bien qu’elle soit informée de l’interdiction faite à son mari de revenir en métropole, et bien qu’elle soit encouragée à « écarter le fatalisme qui habite son esprit », Madame T. « ne désire pas retourner en Algérie »26. Elle paie régulièrement son loyer, les enfants sont correctement vêtus, elle justifie de ressources financières (allocations familiales, aide de la mairie de Saint-Fons, aide du FLN) : elle ne peut donc être expulsée. Une des motivations de cet ancrage en France est la longue durée de résidence des époux : « Le fait de ne pas vouloir rejoindre le chef de famille n’est sûrement pas un effet de sa volonté, mais de celle de son mari, qui attend l’occasion propice pour rejoindre la métropole où il résidait depuis 1946 et où il gagnait convenablement sa vie aux établissements Saint-Gobain à Saint-Fons. » Malgré la nuance du capitaine Bertrand, ce sont bien des choix assumés de femmes algériennes qui émergent des archives.

19À la longue durée de résidence en France s’ajoute souvent un effet de génération. Les Algériennes venues en France enfant ne se posent pas vraiment la question. Fatma Malagouen, née en 1942, arrivée en métropole en 1949, reste à Lyon car c’est là qu’elle a construit tout son réseau social. Mansouria Blaha, née en 1941, venue en France en 1948, confesse n’être retournée en Algérie pour la première fois qu’en 1972. Leur désir s’explique par la construction progressive de leurs repères et de leurs amitiés en France. Pour les plus âgées, la scolarisation des enfants à Lyon et la force de l’habitude orientent le choix. D’ailleurs, si ces femmes rêvent de repartir, l’ancrage à Lyon reste l’élément le plus déterminant. Kheira Bounouri affirme : « On a voulu rentrer, et après, on est restés. Parce qu’on habitait là. Mon mari, il m’a dit : “Je travaille, et après la retraite, je m’en vais.” Et puis, en plus, les enfants sont nés ici, ils ont grandi ici, il y en a qui passent le bac. On n’a pas voulu… » Pour Zoubeida Benyamina, l’inertie est la même : « Je voulais partir. Ah bien sûr ! Déjà, moi, le 1er novembre 1954, j’étais en Algérie. […] Alors le jour où on a été indépendants, j’étais si contente que j’ai dit à mon mari : “On rentre ! On rentre !” Mais mon mari a dit : “Attends encore un petit peu. Laisse un peu tout se mettre en route, tatata, tatata. Et puis… on est restés. » Rester en France apparaît ici comme le résultat d’une prudence qui se change en habitude.

20Néanmoins, certaines Algériennes assument dans un premier temps leur désir de repartir en Algérie, avant que leur séjour ne se solde par un échec. Mansouria Blaha livre une analyse fine sur ces Algériennes parties, puis revenues :

Beaucoup de familles sont parties, et puis elles sont retournées d’elles-mêmes. Personne ne les a obligées à revenir. Mais elles sont revenues parce qu’elles ont trouvé en Algérie une vie après la guerre qui était intenable. Donc, pour leurs enfants, pour leurs études, pour leur travail, pour tout le reste, ils ont préféré revenir. Pourquoi ? Parce que sûrement ils n’étaient pas bien en Algérie. Il faut dire les choses comme elles sont, il faut être clair.

21Les parcours accidentés sont avant tous ceux d’anciennes militantes, du FLN d’abord, du MNA ensuite. Parmi les militantes du FLN, Zohra Benkhelifa a fait son choix : « En 1962, on est rentrés définitif. On avait une villa, une belle villa, on a fait le déménagement, on a emmené deux voitures, un camion, tout. » En Algérie, elle devient standardiste, mais les difficultés s’accumulent : son mari tombe malade et doit se rendre à Paris pour se faire soigner, puis meurt un mois et demi après à l’hôpital. Entre-temps, les finances s’amenuisent : le camion et une voiture ont été vendus pour financer les soins, la maison a été cambriolée et entièrement vidée, à une époque où les logements des anciens pieds-noirs sont redistribués, et le salaire d’une standardiste s’avère insuffisant : « Je touchais 300 francs. Avec 300 francs, qu’est-ce qu’on fait ? » Par ailleurs, l’intégration en Algérie se fait difficilement : « Là-bas, j’étais déçue parce quand on voyait une femme habillée à la française, bien coiffée, bien ci, bien là, on lui lançait des patates, des tomates. Ils croyaient que c’étaient des pieds-noirs. Alors ça fait que je sortais pas, j’avais peur. » Le bilan est assez rapidement dressé par Zohra Benkhelifa : « J’ai pris mes enfants, et je suis revenue ici. » L’itinéraire de Messaouda Benchaa fait écho à celui-ci  : elle et son mari retournent dès 1962 à Tizi-Ouzou dans un petit appartement donné par le gouvernement en vertu de l’engagement au sein du FLN. Mais, déçue par sa nouvelle vie, elle retourne à Givors « deux ou trois mois après » : « Il n’y a rien. Qu’est-ce que tu fais dans une maison avec rien ? Il n’y a rien à manger. J’ai donc vendu mes habits, je suis descendue à Alger pour prendre le bateau. » La difficile intégration s’explique soit par un décalage entre le mode de vie métropolitain et celui qui prévaut en Algérie, soit par les difficultés financières qui s’accumulent. Mais, il est aussi un autre problème, ainsi expliqué par Zoulikha B. :

En 1962, on est allés en Algérie, avec les enfants et mon mari. […] Et puis une fois, dans le train d’Alger à Bordj, mon cousin parlait avec mon homme, quand arrive un merdeux – excusez-moi – et il nous dit : « Ouais, vous étiez en France, vous vous occupiez de rien, maintenant vous revenez. » J’ai dit : « Elle est pas encore finie, la guerre ? – je peux pas me la fermer – vous ne connaissez donc rien à la politesse ? Vous ne me respectez pas. Il y a mon mari et mes enfants et vous m’appelez “Mademoiselle” ! Et puis, écoutez, on a tout fait pour l’Algérie, mais seulement, je crois qu’il n’y a pas beaucoup de tri chez vous. »

22La vie en métropole avant l’indépendance a creusé un fossé entre les Algériens de France et les Algériens d’Algérie. Les modes diffèrent, et les militants de la Fédération de France restent marginalisés. Pour les militantes du MNA, le dilemme doit être le même – un seul cas peut être ici documenté. Ouarda D. retourne un temps en Algérie après l’indépendance. Une première contrariété arrive quand elle est encouragée par son frère à voter : « J’étais à Alger le jour du vote. Mon frère m’a dit : “Tu vas te préparer, tu viens avec nous, comme tu votes pas en France, tu vas voter à Alger.” “Ah bon ? je lui ai dit, je peux voter pour qui je veux ?” “Ah non ! tu votes pour Boumédiène ou rien. C’est comme ça ici.” Alors ils ont tous été voter, et moi je suis restée à l’appartement. » La deuxième contrariété provient de son parcours de militante messaliste : l’accueil au sein de sa famille est difficile et elle se fait expulser de l’appartement par sa belle-sœur. La vie en France s’impose, d’autant que ses enfants sont scolarisés à Saint-Priest.

23Dans ces allers-retours entre la France et l’Algérie au moment de l’indépendance, ou juste après, les Algériennes font l’expérience des lieux de transit, notamment des douanes. C’est là qu’elles découvrent tout le paradoxe de leur condition comme le raconte Messaouda Benchaa :

Quand j’étais au port, à Alger, j’ai rencontré des gens comme toi [Français]. Il y en a un qui m’a dit : « Qu’est-ce que tu veux ? » J’ai dit : « Je veux retourner en France. » Il me dit : « Pourquoi ? Tu as gagné l’Algérie ! Pourquoi tu pars ? Reste là, c’est mieux payé. » J’ai dit : « L’Algérie, c’est pour les autres, c’est pas pour moi. Écoute, monsieur, donne moi un billet, c’est tout. » Heureusement ! Heureusement ! J’avais pas jeté la carte d’identité française. Après, il m’a donné un billet, je suis revenue ici.

24Quand ce ne sont pas les douaniers français qui rudoient les Algériennes, ce sont les douaniers algériens qui parfois déchirent ces cartes d’identités. Quelques Algériennes, reparties ne serait-ce que pour des vacances, rappellent cette dureté, comme Fatima Hassani : « Quatre ou cinq ans après l’indépendance, quand je suis allée à la douane, ils m’ont dit : “Pourquoi vous partez en France ? Vous avez pas honte ?” Eh bien tu vois, ça m’a fait pleurer, c’est dégueulasse. » Elles font l’expérience brutale du passage de la frontière. Elles vivent là un changement de nationalité. Autrement dit, au déplacement physique s’ajoute un déplacement politique et social.

Françaises ou Algériennes

  • 27 P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?, ouvr. cité, p. 367.
  • 28 Cette partie doit beaucoup aux analyses d’A. Spire qui a posé les principaux cadres méthodologique (...)

25En vertu de l’ordonnance du 21 juillet 1962, il ne devait plus y avoir, à partir du 1er janvier 1963, que des Algériens et des Français à part entière. Certes, les « musulmans d’Algérie » peuvent rester Français, « mais à condition de souscrire en France (c’est-à-dire en métropole ou dans les départements d’Outre-mer), avant le 22 mars 1967, une déclaration de reconnaissance de la nationalité régulièrement enregistrée par le ministre chargé des naturalisations »27. Les Algériennes en France passent donc en une année du statut de sujets colonisés à celui d’étrangères, en ayant le choix de demander une naturalisation française28.

  • 29 En France, ce sont 60 000 dossiers seulement qui ont été déposés par des Algériens.

26Sans surprise, très peu d’Algériennes, comme très peu d’Algériens, souscrivent une telle demande entre 1963 et 1967 : 1 544 dossiers sont enregistrés, tous sexes confondus, par la préfecture du Rhône29. Les Algériennes sont malgré tout plus nombreuses (proportionnellement) que les hommes à entamer cette démarche : alors que l’agglomération lyonnaise enregistre officiellement 1 252 Algériennes en 1962 – pour 16 000 hommes – et 3 300 en 1967 – pour 27 000 hommes –, elles sont 268 à déposer une candidature. Près de 10 % des Algériennes présentes dans l’agglomération ont donc rempli un dossier (129 demandeuses sont entrées en métropole avant 1962).

  • 30 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité, p. 332.
  • 31 M. Legris, « Des Algériens entre deux patries. Une clandestinité qui se survit », Documents nord-a (...)

2790 % des Algériennes s’auto-excluent du processus. Leurs motifs sont, en apparence, simples. L’avis le plus tranché est celui de Messaouda Benchaa : « Algérienne, c’est Algérienne ! Les gosses, je m’en fous. Ils sont nés ici, qu’ils se débrouillent. Mais moi, non ! Algérienne, je suis algérienne. Je vends pas ma nationalité. » De manière plus posée, Zohra Benkhelifa ne dit pas autre chose : « Je suis algérienne moi, je préfère. Je suis toujours restée algérienne. Pour mes enfants, j’ai fait les papiers, mais pour moi, non. Parce que mon mari voulait pas aussi. » Ainsi, une lecture simple consiste à analyser le faible nombre de demandes formulées par les Algériens et les Algériennes, par un sentiment de double « trahison », « vis-à-vis de la condition sociale commune aux immigrés et de la condition nationale commune aux Algériens »30. Toutefois, dans le quotidien, tout devient plus flou. Messaouda Benchaa a été soulagée de pouvoir ressortir sa carte d’identité française dans le port d’Alger, afin de revenir à Givors. En effet, si le ministre de l’Intérieur a prescrit que toutes les cartes d’identités délivrées en Algérie soient retirées à leurs bénéficiaires d’ici le 1er janvier 1963, la mesure est impossible à appliquer. Dès lors, bien des Algériennes conservent leur carte d’identité française jusqu’à la fin des années 1960, tout en refusant la nationalité française, d’où la confusion dans certaines explications. Tout en n’ayant pas souscrit de demande de réintégration, Kheira Bounouri affirme que jusqu’en 1969, elle était française, car c’est seulement à cette date qu’elle récupère sa nouvelle carte d’identité algérienne. Si le législateur tranche dans le texte, les choses se dénouent progressivement dans la pratique, comme l’analyse un expert des Études sociales nord-africaines, dès décembre 1962 : « On a souci, affirme-t-on dans les milieux gouvernementaux, de ne pas trancher, mais de dénouer peu à peu l’inextricable écheveau qui, malgré l’indépendance de l’Algérie, relie toujours celle-ci à la France »31.

28Quoi qu’il en soit, les Algériennes qui refusent la nationalité française découvrent progressivement toutes les conséquences de l’ordonnance du 21 juillet 1962 : en effet, tous les « Français musulmans d’Algérie » qui ont un emploi dans la fonction publique, et qui n’optent pas pour la nationalité risquent d’être licenciés. Or, de nombreuses Algériennes sont employées dans les services publics et connaissent donc un déclassement. Zohra Benkhelifa, qui avait connu une certaine progression dans son emploi à l’hôpital de Grange Blanche, est rétrogradée une fois devenue Algérienne : « J’étais aide-soignante et on m’a mis femme de ménage. Et puis on n’a plus voulu me prendre. “Vous devenez française, et on vous reprend, Mme Benkhelifa. Ce n’est rien, un papier, un simple papier.” Alors j’ai dit : “Non madame, je tourne pas ma veste.”» Lamria Hamidat découvre également progressivement sa nouvelle condition, lors d’un entretien avec son directeur :

Quand je suis venue, j’étais française. Ma carte d’identité, elle était française, et quand la guerre était terminée, ils ont appelé pour celui qui veut garder sa nationalité ou celui qui veut être algérien. Moi, tellement j’étais fière… J’ai travaillé à l’hôpital, j’étais Algérienne. Ma carte d’identité était algérienne, et j’ai gardé ma nationalité. J’ai fait mes papiers. Ma résidence je l’ai gardée. J’ai travaillé de 1965 jusqu’aux années 1972-1973, à l’hôpital, et jamais on m’a demandé ma nationalité. Et puis un jour, la surveillante m’appelle, et elle me dit : « Écoutez Mme Hamidat, le directeur veut vous voir. » Dans ma tête, je me dis j’ai rien fait, j’ai pas volé, j’ai pas tapé les personnes âgées. Je travaillais avec les personnes âgées. Elle me dit : « Allez-y, vous verrez ce qu’il va vous dire. »
Je tremblais. J’ai frappé.
– Bonjour M. le directeur.
– Bonjour Mme Hamidat.
J’arrivais pas à parler.
– Asseyez-vous, on va discuter. Vous savez, Mme Hamidat, vous êtes entrée en 1965, on est contents de votre travail…
Il va me dire : prends tes bagages et rentre chez toi… c’est ça que j’ai pensé !
– Vous savez que vous êtes Algérienne…
– Oui, j’ai ma résidence…
– On peut pas vous mettre à la porte.
Bon, là, je suis soulagée…
– Mais pourquoi vous me posez cette question ?
– Vous savez on a reçu des traités… et aux hospices, il faut être Français.
– Moi, vous savez, je tiens à ma nationalité.
– On peut pas vous mettre à la porte, vous travaillez bien, vous ne manquez jamais, vous avez des bons rapports avec les surveillants, le personnel, les mamies, les papis, alors donc vous restez… On admet que vous faites la toilette aux malades. On vous considère comme une aide-soignante, mais vous n’êtes pas aide-soignante. Et, en plus vous ne pouvez pas être titulaire.
– C’est pas un problème pour moi. Écoutez, tant que je touche ma paie…
Le salaire, c’était pas pareil, et tous les ans, il y avait une prime. Je l’ai jamais touchée et j’étais contente. J’ai gardé ma nationalité par fierté.

29Entre la perte de la nationalité française et la découverte de ses conséquences sociales, plusieurs années s’écoulent. La rupture, dans la pratique, est progressive.

  • 32 Ces chiffres sont obtenus grâce à la base de données réalisée à partir de tous les Algériens passé (...)

30Les Algériennes ont pu également subir indirectement les conséquences de ce choix, quand leurs maris ont connu un même déclassement. Par exemple, Tayeb Medjhed demeure à Lyon avec sa famille et travaille comme cantonnier à la municipalité avant son arrestation puis son incarcération. À la fin de la guerre, la ville le reprend dans la mesure où il fut un détenu politique et non de droit commun. Mais, alors qu’il était titulaire, il lui est demandé d’opter pour la nationalité française, qu’il refuse. Avec la nationalité algérienne, il accepte de redescendre tout en bas des échelons : « J’ai pas fait tout ça pour devenir Français. » Comme le rappelle Fatima Medjhed, « ma mère, pour ça, elle lui en a voulu, parce qu’on avait des voisins dont l’un était cantonnier. Quand il est décédé, sa femme a eu tous les droits, alors que ma mère n’a eu qu’une petite pension. » 5 % des Algériens de Lyon travaillaient comme employés, notamment dans les services municipaux32. Or, sur ces 5 %, 37 % étaient mariés. Le sort de Tayeb Medjhed a dû être partagé.

31Une dernière question reste également en suspens : est-ce que ce refus ne caractérise que les Algériennes ayant appartenu, de près ou de loin, au FLN ? Parmi les 268 Algériennes qui souscrivent une demande de naturalisation, seule une a appartenu directement au MNA. Ouarda D. a refusé de devenir française. La question de l’appartenance à la nation algérienne s’est manifestement posée pour toutes les Algériennes résidant en France, quel que soit leur degré d’implication ou la nature de leur engagement durant la guerre. Finalement, seules quelques-unes, quand arrive la vieillesse, optent pour la double nationalité, souvent sous la pression des enfants. Ce n’est pas avec la joie au cœur que Kheira Bounouri a obtenu cette double nationalité en 2011 : « Mes enfants, ils ont été derrière moi à chaque fois, à chaque fois ! J’ai fait cette année mes papiers. Mais j’ai pas voulu. Je suis algérienne. » Ce cas reste minoritaire : la plupart conservent leur nationalité. Reste à comprendre les motivations des 10 % qui souhaitent devenir françaises entre 1963 et 1967.

  • 33 ADR – 248 W 118-135 – Dossiers individuels de reconnaissance de la nationalité française (déclarat (...)
  • 34 Sur les 268 demandes de naturalisation, 10 dossiers ne comportent pas d’indication concernant la d (...)

32Les dossiers individuels de demande de naturalisation sont constitués à l’échelle départementale33. Les agents préfectoraux instruisent, à côté de la fiche d’état civil, tous les éléments concernant la personnalité du demandeur (moralité, « bonnes vies et mœurs », santé, etc.). En dernière analyse, le préfet note un avis qui oscille entre très favorable, favorable, réservé, défavorable, très défavorable, ou bien s’en remet à l’avis des autorités supérieures. Quatre critères semblent déterminants dans l’acceptation ou non d’un dossier par la préfecture : la durée de séjour en métropole, le loyalisme politique, les liens familiaux avec des Français, le parcours du mari. Mais une ligne de partage sépare malgré tout en deux groupes – étonnamment égaux – les 129 Algériennes arrivées en métropole avant 1962 des 129 autres arrivées après 196234.

  • 35 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité.

33En effet, les Algériennes arrivées après 1962 constituent un cas à part dans la mesure où la plupart d’entre elles ont un statut de rapatriées et bénéficient d’un avis favorable (116 sur 129) : leur loyalisme ne saurait être mis en question. D’un côté, les notices se suivent et se ressemblent pour les Algériennes dont un membre de la famille a été engagé aux côtés de la France, durant la guerre d’indépendance ou antérieurement. Certes, Menoune B. « ne figure pas aux divers fichiers des services de police de l’agglomération lyonnaise et fait l’objet de renseignements favorables du point de vue conduite et moralité ». Mais, surtout, « le fait que son mari (dont la nationalité française a déjà été reconnue) soit ex-Bachaga, maire d’Ahl el Ksar, conseiller à la sous-préfecture de Bouira et actuellement affecté à la préfecture du Rhône (Service de liaison et de promotion des migrants), chevalier de la Légion d’honneur depuis 1953, proposé en juillet 1961 pour le grade d’officier pour sa fidélité totale au pays à travers toutes les tourmentes depuis 1954, et son esprit exemplaire d’abnégation et de service de l’État, est apparemment un gage suffisant du loyalisme de l’intéressée ». Toutes les Algériennes n’ont pas un mari aux titres si étincelants mais il suffit, comme pour Ourdia A.-M., que « le même jour, son mari, harki rapatrié, [ait] également souscrit une déclaration » pour que la demande soit favorablement enregistrée. Ainsi, la dépendance matrimoniale des femmes35 se retrouve bien dans le cas des Algériennes rapatriées d’Algérie. D’ailleurs, le simple souvenir d’un passé loyal du mari vaut adoubement, comme pour Tassadit K., « veuve de D. Ali, ex-conseiller municipal d’Aït Saïd, exécuté par le FLN en 1957 » qui reçoit un avis très favorable. De même, la généalogie est parfois scrutée pour découvrir un loyalisme familial quasiment « génétique » dans l’esprit des agents préfectoraux. Yamina A., divorcée, sans enfants, sachant lire et écrire, « déclare être venue en France sur les conseils du consul de France » : « Feu son père était lieutenant de l’armée française au 4e RTA, ancien combattant de la guerre 1914-1918 et de diverses campagnes coloniales, médaillé militaire et chevalier de la légion d’honneur à titre militaire. » 93 Algériennes sur 129, arrivées après 1962, sont mariées et voient leur demande de naturalisation assujettie à celles d’un mari ou d’un père engagé au service de la France.

  • 36 Sur ces équipes médico-sociales itinérantes, lire Diane Sambron, Femmes musulmanes, ouvr. cité, p. (...)

34D’un autre côté, certaines Algériennes bénéficient des faveurs des agents préfectoraux car elles furent elles-mêmes impliquées dans la guerre aux côtés des Français. Halima A. est rapatriée « sous couvert de l’autorité militaire » le 16 mai 1962 et hébergée un temps au foyer des « petites filles du soldat » à Sathonay-Camp, avant de s’intégrer à la société lyonnaise en trouvant un poste d’aide-soignante à l’hôpital Saint-Luc. De 1958 à 1959, elle a d’abord été attachée d’une section administrative spécialisée (SAS) en tant que stagiaire-infirmière avant d’être nommée, en 1960, « aide sanitaire sociale rurale auxiliaire » du service de santé de l’Algérie. À ce titre, elle a fait partie d’une équipe médico-sociale itinérante donnant des soins et des conseils aux femmes musulmanes et à leurs enfants, équipe qu’elle finit par diriger. En conclusion, « le dynamisme, le dévouement, et la compétence dont elle a fait preuve dans cette fonction, malgré les difficultés et dangers lui ont valu l’attribution de la valeur militaire », et lui valent l’accueil le plus positif par la préfecture du Rhône. De même, Aïcha M. a servi pendant deux ans comme « harkette » dans une équipe médico-sociale de Saint-Arnaud, et « son loyalisme à l’égard de notre pays paraît assuré ». L’appartenance à l’une des équipes médico-sociales itinérantes, mises en place par l’armée française en 1957 avec un double objectif – servir l’émancipation des femmes et développer une action psychologique dans le cadre de la pacification – laisse les Algériennes recrutées en difficulté au moment de l’indépendance, d’où la fuite de certaines36. D’autres parcours sont plus singuliers, comme celui de Chérifa H., agent de renseignements des forces françaises en Algérie, arrêtée par le FLN et séquestrée puis torturée pendant dix jours dans une cave de la casbah d’Alger, avant de s’échapper et d’être rapatriée en France grâce à l’aide de militaires français. Toutes souscrivent une demande de nationalité française à deux moments clefs : en 1963, d’abord, sitôt arrivées à Lyon, puis en 1966, quand l’échéance de l’ordonnance du 21 juillet 1962 vient à terme.

35Qu’en est-il des 129 Algériennes arrivées en France métropolitaine avant 1962 ? Pour elles, jouent essentiellement l’ancienneté de résidence ainsi que la socialisation en France, même si le loyalisme reste un élément déterminant pour les autorités. Plus de la moitié des Algériennes souscrivant une demande de nationalité française sont entrées en France avant 1954 et ont alors près de dix années de résidence sur le territoire national. Cette demande consacre une intégration presque complète. Ainsi, la doyenne, Fatma B., est venue en France en 1918, alors qu’elle avait 10 ans, avec une famille d’origine métropolitaine « dont elle a oublié le nom », et chez qui elle servait de bonne. Mariée à un Français, « l’intéressée est parfaitement assimilée à nos mœurs ». Comme elle, Fatima B. est arrivée tôt, en 1932, « chez un docteur dont elle a oublié le nom » et a été, à partir de 1940, bonne à tout faire chez divers employeurs, dont un chirurgien, un notaire. Ses employeurs sont entièrement satisfaits de ses services. De plus, à cette ancienneté et à cette inscription sociale s’ajoutent différents éléments relevés par les agents préfectoraux : « L’intéressée a un loyalisme certain, elle s’est convertie à la religion catholique et désire rester française. » Ainsi, ces anciennes migrantes ont les profils les plus atypiques : douze ont un mari français et quatre sont devenues catholiques. Dans ces cas-là, l’avis favorable est automatique : les Algériennes feraient un choix sincère pour la nationalité française. D’ailleurs, certaines accomplissent un processus complet de naturalisation : Fatma El M., née en 1910 et arrivée en métropole en 1952, « a manifesté son intention de faire franciser ses nom et prénom en M. Alice », tout comme Chama O., née en 1944 et arrivée en métropole en 1954, qui « a déclaré vouloir faire franciser ses nom et prénom en B. Michèle ».

  • 37 Le cas est particulièrement net avec Houria B. qui, parce que prostituée, devrait recevoir un avis (...)

36Bien sûr, la dépendance matrimoniale ou, pour être plus précis, la dépendance familiale, reste très forte chez ces Algériennes. En effet, si la formule « rien ne paraît s’opposer dans le département du Rhône, compte tenu de la nationalité de l’époux, à ce qu’une suite favorable soit réservée à cette affaire » vaut pour les Algériennes ayant épousé un Français37, elle joue également dans le cas des Algériennes ayant un ou plusieurs membres de la famille ayant épousé un Français ou une Française. On prend soin, par exemple, de noter que Fadila A., venue en 1945, « est la deuxième d’une famille de cinq enfants, dont l’aîné est marié à une Française », ou encore que Zohra M. « a deux sœurs qui ont toutes deux adopté la nationalité française », l’une d’entre elle étant même « mariée avec un Français ». Par ailleurs, si douze Algériennes ont un mari français, trois autres ont un mari naturalisé, et d’autres ont entamé la démarche. Dès lors, la demande de Keltoum R. « ne peut être examinée qu’en relation avec la suite donnée à celle de son mari » et celle de Leila F. reçoit un « avis réservé compte tenu de ce que l’époux n’a pas encore souscrit de déclaration ». Mais le rôle du mari – ou de la famille – ne joue pas seulement par la souscription préalable d’une demande. Le métier du mari peut être un accélérateur efficace comme dans le cas de Khedidja B., dont le mari est agent auxiliaire à l’École normale d’instituteurs de Lyon.

  • 38 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité, p. 313.

37Parmi les éléments décisifs d’une souscription figure aussi l’emploi féminin. En effet, parmi les demandeuses, le taux de femmes au travail est particulièrement élevé : 54 d’entre elles exercent un métier, soit 42 % des demandeuses. Or, parmi elles, 70 % sont employées dans des structures publiques (hôpitaux, écoles) ou privées. L’explication est aisée, comme on l’a déjà vu : afin de n’être ni licenciée, ni rétrogradée, 38 Algériennes font le choix de souscrire une demande de nationalité française. Le facteur travail est un des éléments pratiques qui conditionnent de nombreuses demandes de la nationalité française. Et, là encore, le travail s’explique généralement par une migration précoce : 35 femmes sur 54, exerçant un métier, sont arrivées en métropole avant 1954. Ainsi, « l’acquisition d’une nouvelle nationalité [peut donc] être appréhendée comme une étape dans une trajectoire sociale commencée dans le pays de départ »38.

38 In fine, deux critères permettent d’entériner la décision du préfet et de donner un avis tranché. Le loyalisme, d’abord, est toujours retenu. Une seule Algérienne, qui présente un dossier délicat, reçoit finalement un avis « favorable en raison de son attitude lors des événements algériens » : bien que condamnée en 1957 par le tribunal correctionnel de Lyon pour violences légères, en 1964 pour vols, et bien qu’ayant une moralité douteuse – « elle passe pour avoir de nombreuses liaisons masculines » –, « il y a lieu, cependant, de noter qu’à l’époque de la rébellion algérienne, elle a à plusieurs reprises fait preuve d’un loyalisme certain ». Pour d’autres Algériennes, les mentions sont plus succinctes : Zohra S. « manifeste des sentiments pro-français », Rebiha B. a « jusqu’à ce jour observé une stricte neutralité sur le plan national et politique », Louisa D. « affirme avoir divorcé du fait que son mari était favorable au FLN et passe pour manifester de bons sentiments envers la France ». Concernant l’implication des familles dans la lutte MNA/FLN, la généalogie ne pèse guère. Ainsi, pour Amaria B., qui « appartient à une famille de militants nationalistes [MNA] », « rien ne s’oppose dans le Rhône à ce qu’une suite favorable soit donnée à sa demande » alors que, dans le même temps, celle de son père est rejetée. De même, Aïchaouia D., dont le père, ancien militant FLN, a été arrêté et incarcéré, reçoit un avis favorable.

39Le loyalisme sous-entend, dans l’esprit des agents préfectoraux, une bonne assimilation. Dès lors on note que Ghalia B.-M., « d’un loyalisme certain, s’est toujours considérée comme française », que Kheira B. « parle correctement notre langue mais ne sait pas écrire », que Mazouzia B. « est inscrite sur les listes électorales », ou encore que Jacqueline H. est « parfaitement assimilée à nos mœurs ». Tous les signes sont bons pour attester de l’assimilation. Quelques cas sont vraiment singuliers mais, parce qu’ils font partie également de la diversité du monde social, ils peuvent être cités. On s’arrêtera ici sur le parcours de Baya B., aveugle de naissance, élevée depuis l’âge de neuf ans par des religieuses catholiques dans le département de Constantine, et qui vit au milieu de religieuses et d’infirmes dans la région lyonnaise. Baptisée, elle porte un deuxième prénom français, Agnès, et « est considérée comme loyale envers la France qui l’a élevée et [qui] aujourd’hui subvient à ses besoins ». Tous les cas font donc l’objet d’une surveillance individuelle scrupuleuse.

40Des Algériennes ont, d’elles-mêmes, souscrit une demande de nationalité française entre 1963 et 1967. Parmi elles, 38 voient leur projet contrarié, 13 sont entrées après 1962, 25 avant. Si l’on examine en détail les parcours de ces treize femmes, on remarque que, pour neuf d’entre elles, la réserve provient uniquement d’une arrivée trop récente en France. En effet, arrivées en 1965 ou 1966, elles tentent de réintégrer la nationalité française avant l’échéance du 1er mars 1967. Pour les deux autres, le rejet provient soit de l’activité exercée (prostitution), soit de « l’immoralité » d’un mari alcoolique.

41Les avis défavorables touchent donc plus facilement les Algériennes entrées en métropole avant 1962 avec un éventail de justifications très large. Ce sont d’abord les prostituées qui soulèvent les plus vives réticences. Sept d’entre elles demandent la nationalité française mais suscitent des avis indignés des agents préfectoraux. Pour l’une, on note succinctement que « sa conduite et sa moralité sont mauvaises », pour une autre, identifiée comme prostituée par la brigade des mœurs, on relève qu’« elle n’a jamais eu de domicile fixe, couchant dans les endroits les plus divers, au hasard des rencontres masculines », pour une autre encore, on note que « la postulante est défavorablement connue des services de police de l’agglomération lyonnaise sur le plan de conduite et moralité ». Cette stigmatisation par les agents préfectoraux, qui entraîne un avis défavorable pour l’obtention de la nationalité, confirme la lutte entreprise par la préfecture pour expulser les prostituées algériennes du territoire français après l’indépendance.

42Les épouses d’anciens militants ou les militantes elles-mêmes subissent l’opprobre du personnel chargé des enquêtes de personnalité. Par exemple, pour Madjouba B., « le passé politique de son mari oblige à douter des sentiments francophiles de cette famille et appelle un avis défavorable à l’enregistrement de la déclaration ». De même, « épouse d’un ex-responsable FLN », Yamina K. « a un loyalisme douteux et un avis défavorable est donné à sa demande ». Bien que très minoritaires, trois Algériennes ayant milité au sein du FLN souscrivent une demande de nationalité française. C’est d’abord Fatma B. qui, outre le fait d’être une « prostituée notoire dont le loyalisme est fortement sujet à caution », est également « connue du service pour avoir cotisé au FLN durant les événements ». C’est ensuite Safia H.-A., prostituée « connue du service pour avoir été une militante du FLN lors des événements d’Algérie », et c’est enfin Baya H., ancienne « collectrice de fonds du FLN [qui] n’a toutefois plus attiré sur elle l’attention des services de police depuis la fin de la guerre d’Algérie ». Toutes sont mises au ban de la naturalisation : leur militantisme n’est pas pardonné.

43Un troisième motif de rejet, qui touche sept femmes, est l’inconduite des Algériennes ou de leurs maris. Que ce soit Zohra H., qui suscite les réticences du fait de ses nombreuses querelles avec ses voisines, ou Aïcha L., « surprise en flagrant délit d’adultère » par son mari et qui donc serait de « mauvaise moralité » et d’un « loyalisme douteux », on remarque que même les plus insignifiantes bagatelles peuvent jeter la suspicion sur une demandeuse.

44Enfin, quand la motivation semble trop intéressée, l’avis ne peut être favorable. Le préfet se montre ainsi « très réservé » quant à la demande de Zohra A.-C., car « l’intéressée semble surtout attentive à l’aide médicale dont lui permet de bénéficier la législation française », tout comme celle de Djema B., dont la demande n’a été apparemment présentée [que] pour favoriser le retour du mari après l’annulation de la mesure d’expulsion prise à son encontre ».

45Les réticences préfectorales en matière de nationalité recoupent donc en très grande partie les encouragements aux rapatriements ou aux expulsions. Un tri est opéré parmi des Algériennes qui ne sont jamais considérées comme inassimilées. Dès lors, pour celles qui se trouvent confrontées à un refus, la peine est double : non seulement elles perdent l’espoir de devenir françaises – même si une étude auprès du Conseil d’État montrerait sans doute que tous les avis ne sont pas suivis – mais aussi elles se voient confisquées leurs papiers d’identité, que ce soit la carte d’identité ou le passeport imprimés avant l’indépendance ou le certificat provisoire d’identité. Les archives regorgent de ces papiers d’identité confisqués.

Figure 68a. Carte d’identité confisquée lors d’une demande de nationalité française

Figure 68a. Carte d’identité confisquée lors d’une demande de nationalité française

Source : ADR – 248 W 118-135

Crédit : © ADR

Figure 68b. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française

Figure 68b. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française

Source : ADR – 248 W 118-135

Crédit : © ADR

Figure 68c. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française

Figure 68c. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française

Source : ADR – 248 W 118-135

Crédit : © ADR

46Ces pièces d’identités échouées sur les bureaux de la préfecture témoignent d’une violence administrative qui affecte les Algériennes souhaitant acquérir la nationalité française. Leur vie est passée au crible et tous les écarts peuvent être retenus contre ces postulantes. Quant aux Algériens, il apparaît que la dépendance familale existe aussi : si 72 % des Algériens souscrivant une demande de nationalité sont mariés, ils sont 32 % à être mariés à une « Européenne ». La mention : « Il y a lieu de noter que sa femme est française » est une de celle qui revient très fréquemment sous la plume du préfet. Et quand l’épouse est Algérienne, il est demandé si celle-ci, vivant en France, a souscrit également une demande ou si elle a, pour celle qui demeure en Algérie, pour projet de se rendre en France. Les femmes sont au cœur des dossiers de naturalisation.

Vie métropolitaine

  • 39 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’émigré et la mort. La mort musulmane en France, Aix-en-Pro (...)

47Devenues Algériennes dans leur grande majorité, ces femmes s’implantent en France. Une première grille de lecture de leur histoire post-indépendance est proposée par Fatima Hassani qui aurait bien pu inspirer les travaux d’Abdelmalek Sayad : « Là-bas, on est toujours des immigrés et là, on est les immigrés. Là, ils nous appellent les immigrés, c’est normal. Mais pourquoi là-bas ils nous appellent des immigrés ? Ça fait mal. Ils ne vous appellent pas Mme telle, Mme Fadila ou Mme Fatima. Mais Mme l’immigrée ! Vous n’avez pas de nom alors ça fait mal, vous êtes toujours l’immigrée. » Le sociologue ne dit pas autre chose quand il parle de la double absence des immigrés, d’une « forme d’absence dans la présence, une absence en dépit de la présence »39, ici et là-bas. Une seconde grille de lecture, complémentaire, serait celle d’une double présence. En effet, à la double absence ressentie s’impose la double présence pratiquée. Le suivi des itinéraires des Algériennes démontre une présence progressivement ancrée en France avant que l’Algérie ne récupère ses citoyennes quand arrivent les vieux jours : les séjours au pays se multiplient, le pèlerinage à La Mecque renforce la foi musulmane, et les corps des femmes décédées sont rapatriés en terre algérienne. Une présence ante mortem en France n’aura pas éteint le désir d’une éternité post mortem en Algérie.

  • 40 Ces chiffres ne portent que sur les Algériennes entrées en France avant 1962.
  • 41 « La Grand’Côte : un quartier qui monte ou qui descend ? », Le Tout Lyon, 10 novembre 1978. AML – (...)

48De fait, la mobilité spatiale des Algériennes démontre, après 1962, une dispersion géographique : si 67 % des Algériennes de notre corpus résident à Lyon intra-muros avant 1962, elles ne sont plus que 43 % dans les années 196040. Et il est vraisemblable de penser que la tendance se poursuit ensuite. Ainsi, quelques rues peuplées d’Algériennes dans les années 1950 se reconfigurent, à commencer par la montée de la Grande-Côte, dans le quartier de la Croix-Rousse. Aucune des treize Algériennes dont les parcours sont connus, et qui demeuraient montée de la Grande-Côte, n’y réside encore aujourd’hui. Le choix de quitter les logements lyonnais s’explique d’abord par la volonté de trouver des appartements plus grands et plus spacieux, ensuite par la politique de la ville et du logement aidé, et enfin, plus tardivement, par les politiques de rénovation des quartiers lyonnais. La montée de la Grande-Côte fait l’objet de premiers travaux à la fin des années 1970 et une enquête menée en 1978 en révèle la physionomie41. En premier lieu, le ratio hommes-femmes est déséquilibré puisque, sur 410 personnes dénombrées dans 181 logements, sont recensés 228 hommes pour 182 femmes. Autrement dit, le quartier se masculinise. En second lieu, avec 48 % d’étrangers « dont trois sur quatre sont des Maghrébins », la montée reste un des hauts lieux de l’immigration algérienne à Lyon mais avec une fonction de transit : on ne reste pas sur les pentes de la Croix-Rousse dans une dynamique migratoire. En troisième lieu, avec sept logements sur dix d’une seule pièce, ou deux au maximum, 58 % de logements sans WC intégrés, 28 % sans baignoire ou douche, les loyers sont faibles mais ils ne poussent pas les familles à y demeurer.

  • 42 L’histoire de la rue Olivier de Serres a fait l’objet d’une exposition à Villeurbanne. Lire à ce s (...)
  • 43 Sur les grands ensembles, nous nous permettons de renvoyer à F. Dufaux, A. Fourcaut et R. Skoutels (...)

49Les Algériennes sont allées vivre à Bron, Vénissieux ou Vaulx-en-Velin. On retrouve alors, pour quelques années, Lamria Hamidat rue Olivier de Serres (Villeurbanne), Zohra Benkhelifa aux Minguettes (Vénissieux), Fatma Malagouen aux UC (Bron-Parilly), Fatima Hassani à la Cité Tase (Vaulx-en-Velin). Peu y restent : Fatima Hassani déménage car « il y a trop de voyous », et Lamria Hamidat ne s’attarde pas rue Olivier de Serres : « C’était un ghetto, c’est pas tout le monde qui traversait le quartier »42. Les trajectoires résidentielles démontrent alors que les individus ne font souvent que transiter dans les « banlieues » qui restent les territoires les plus instables de France43.

  • 44 « La Prostitution à Lyon », Femmes et mondes, no 9, avril-juin 1970, p. 10-19.

50Les autres quartiers concentrant également les Algériennes dans les années 1950 connaissent un sort similaire, bien que les raisons diffèrent. Par exemple, les motivations de départ des femmes algériennes résidant 69 rue Mazenod sont, d’une part, la disparition du propriétaire et la fuite de son épouse et, d’autre part, la fermeture administrative du garni. Quant à la rue Mercière, elle cesse également, dès la fin des années 1960, d’être un lieu de prostitution algérienne. D’après une enquête réalisée en 1970, la prostitution à Lyon est partout présente et il n’est pas de « quartiers réservés »44 : dans le quartier des Terreaux, une « prostitution assez misérable » s’étend dans trois rues à la tombée de la nuit quand, dans le quartier de l’Opéra, « c’est déjà une prostitution de “standing” ». Certes, « le quartier de la Guillotière ressemble à s’y méprendre à la médina algéroise [avec] la prostitution la plus misérable que l’on puisse trouver », mais cette physionomie est due apparemment aux « proxénètes nord-africains » davantage qu’à la nationalité des prostituées. En effet, d’après les statistiques officielles recueillies par l’enquêteur, sur 350 prostituées « notoires », seules 14 sont étrangères et, parmi elles, seules deux Algériennes sont recensées. Avec le vieillissement des prostituées entrées en France dans les années 1950, les politiques de rapatriements ou d’expulsions pour celles qui ont conservé la nationalité algérienne, ou encore la rénovation de la rue Mercière, la prostitution féminine perd ses représentantes algériennes.

51Ainsi, une véritable ventilation géographique des Algériennes s’opère à partir des années 1960. Elle confirme la dispersion de ces femmes au sein de la ville ou de la région constatée précédemment (voir page 58). D’ailleurs, la carte des Algériennes restées à Lyon après 1962 (carte 5) souligne cette tendance, comme celle réalisée à partir des demandes formulées en 1966 par les conjoints résidant à Lyon désireux de faire venir leur épouse (carte 6).

Carte 5. Localisation des Algériennes arrivées à Lyon avant 1962 et demeurant dans cette ville après l’indépendance

Carte 5. Localisation des Algériennes arrivées à Lyon avant 1962 et demeurant dans cette ville après l’indépendance

Source : Base de données

Crédit : © Marc André

Carte 6. Localisation des Algériens désirant faire venir leur épouse à Lyon en 1966

Carte 6. Localisation des Algériens désirant faire venir leur épouse à Lyon en 1966

Source : ADR – 248 W 114

Crédit : © Marc André

  • 45 Sur Asnières, lire M. K. Byrnes, « French like us ? Municipal policies and North African Migrants (...)
  • 46 N. MacMaster, « The “seuil de tolérance” : the uses of a “scientific” racist concept », Race, Disc (...)

52La carte 5 illustre non seulement l’éparpillement des Algériennes dans la ville mais également la disparition de leur présence montée de la Grande-Côte et rue Mercière. Sur la carte du regroupement familial (carte 6), au contraire, la Croix-Rousse reste un lieu central de l’habitat algérien à Lyon, un quartier privilégié pour les primo-arrivants. Quoi qu’il en soit, si la dispersion est parfois imposée par la politique de la ville comme à Asnières ou à Nanterre, à Lyon, elle semble davantage être le résultat d’une trajectoire personnelle et de procédures de sélection de dossiers par les offices HLM45. Quand il s’agit d’un choix politique, la dispersion s’explique par une logique de quotas ou de « seuils de tolérance »46.

53La dispersion géographique et la mobilité résidentielle posent une nouvelle question, celle du statut des occupants des logements. En effet, la problématique de l’ancrage des Algériennes en France ne saurait éluder la question d’un éventuel achat d’un bien immobilier. Or, les Algériennes interrogées insistent sur leur statut de locataires. Parfois, c’est pour souligner les difficultés financières qu’elles ont pu rencontrer, comme Mansouria Blaha : « Alors qu’on a tout donné à la France, on n’a rien gagné, on est encore des locataires. » Mais d’autres remarques apparemment anecdotiques révèlent un état d’esprit. Kheira Bounouri a par exemple vu son désir d’acheter un appartement contrarié par son mari :

En 1968, j’ai décidé d’acheter un logement, j’en avais marre d’habiter là [à la Croix-Rousse], avec les enfants tout le temps malades. J’étais allée voir un logement, à Tassin-la-Demi-Lune, un F5, c’était vraiment bien. J’ai fait le papier et j’ai dû payer 9 millions, avec le crédit chaque mois. Et après, mon mari il a dit devant quelqu’un, un harki, qu’il a acheté un logement. Oh ! Et bien, il a bourré la tête de mon mari. Il lui a dit : « Pourquoi tu as acheté, tu vas partir en Algérie » et ça et ça… Eh bien quand il est revenu, mon mari, il a commencé à me disputer, et il m’a fait une tête comme ça. J’ai dit : « Bon ça va. » Et à cette époque-là – il y avait la grève de 68 – j’étais pas consciente, et puis avant, les hommes ils commandent. Quand un dit oui, c’est oui, quand il dit non, c’est non. Comme il m’a vraiment cassé la tête, j’ai téléphoné à la poste – il y avait mes comptes et tout dans la poste – et j’ai dit je veux bien acheter une maison, mais je savais pas, je suis en dispute avec mon mari, il ne veut pas la maison, alors je veux bien que vous me stoppiez le chèque, c’est moi qui ai tout fait, mais mon mari veut pas. Alors après ils ont stoppé le chèque, ils ne l’ont pas versé.

C’est après que j’ai reçu une lettre de la préfecture, et ils m’ont donné un logement à Vénissieux. J’ai déménagé à Vénissieux. C’était un F5, j’étais tranquille, il y avait la douche. On était tranquilles, même avec les harkis.

Et après, le monsieur de Tassin, il est venu chez moi, il m’a dit : « Tu vas regretter, tu allais acheter ta maison, c’est un bon quartier. » Après, c’est vrai j’ai regretté. J’aurais dû laisser tomber qu’il crie… Mais nous les femmes avant on était vraiment… on se laisse commander.

  • 47 A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, tome 1, L’illusion du provisoire, Paris, R (...)
  • 48 A. Sayad, « Un logement provisoire pour des travailleurs “provisoires”, Habitat et cadre de vie de (...)

54Son témoignage condense bien des parcours d’Algériennes après l’indépendance : elle cherche d’abord par elle-même un logement pour fuir le quartier insalubre de la Croix-Rousse, puis, après l’arrêt de sa démarche par son mari, c’est la préfecture qui lui trouve son nouveau logement, à Vénissieux, où elle s’installe, satisfaite, avec sa famille du fait de l’espace et du confort inconnus jusqu’ici. Mais Kheira Bounouri témoigne aussi de l’instabilité d’une présence lyonnaise avec le choix de demeurer dans un premier temps locataire. Abdelmalek Sayad a déjà tout dit sur « l’illusion du provisoire », illusion partagée autant par les politiques que par les immigrés eux-mêmes47. Alors que ses études portent essentiellement sur les travailleurs immigrés, on constate que les Algériennes suivent cette logique du provisoire contrariant leur désir premier d’installation48. Mais il est possible de relever un autre aspect de ce rêve du retour : l’achat d’un logement en Algérie. En effet, les Algériennes interrogées ont acquis un bien immobilier dans leur lieu de naissance, signe d’une certaine réussite sociale.

55L’inscription sociale passe aussi par l’activité professionnelle. D’après notre base de données, si 19 femmes sur 135 travaillaient avant 1962 (14 %), elles sont 36 après 1962, soit 27 % des femmes : cette augmentation n’indique que partiellement la mise au travail des Algériennes. En effet, parmi celles retournées en Algérie en 1962, plusieurs exerçaient une activité salariée. Par ailleurs, nous n’avons pas pu retracer le parcours professionnel après l’indépendance de certaines femmes. La répartition par catégorie socio-professionnelle des Algériennes au travail dans les années 1960-1970 ne diffère guère de celle des années 1950.

56Les Algériennes sont toujours majoritairement employées dans les hôpitaux (10), les entreprises (6), ou chez des particuliers (1). La part d’ouvrières (8) augmente et quelques nouvelles catégories apparaissent après l’indépendance comme les étudiantes, deux étant repérées du fait de leur demande de la nationalité française. Les autres sont commerçantes, éducatrices, serveuses ou vendeuses. Certaines femmes poursuivent une activité professionnelle engagée avant l’indépendance et la volonté de réussite par le travail les anime particulièrement, comme Mansouria Blaha, qui développe son cursus :

J’ai percé dans le travail, dans le médical. Au début, j’étais femme de ménage, six mois. Puis je suis tombée sur une équipe dans cet hôpital de Grange Blanche, au pavillon A, aux urgences. Là, il faut s’activer. Quand il y avait des urgences, je m’affairais beaucoup avec les chirurgiens et les médecins, je voulais savoir ce qu’on leur fait, à l’un on coupe une jambe, l’autre le bras… Alors quand j’étais à Édouard Herriot, je me suis régalée. Tout m’intéressait. J’étais une femme de ménage, mais même les femmes de ménage, quand elles sont dégourdies, elles savent faire des choses. Alors des fois, il y a plusieurs arrivées, et les chirurgiens me disaient : « Mansou, avec l’infirmière, prépare-moi des poches. » Ils me donnaient des ampoules, je les cassais et je remplissais les sacs, je marquais ce que c’était et après, si l’infirmière passe derrière, hop ! Finalement, c’est la pratique qui compte. J’ai fini aide-soignante non diplômée. Alors moi, ça m’a… C’est comme si vous m’aviez nommée Président de la République. Bon, c’est vrai que c’était pas la même paye, il me manquait les diplômes.

57D’autres Algériennes développent moins leur ascension sociale que son épilogue : la remise d’une médaille du travail. Lamria Hamidat donne à voir ses deux médailles, l’une de bronze, l’autre d’argent. Et pourquoi pas l’or ? « Les hospices ont fait faillite, autrement je l’aurais. » Les Algériennes arrivées en France avant l’indépendance et qui décident d’y demeurer ensuite, accomplissent des parcours qui révèlent un certain ancrage, par la recherche d’un logement toujours, d’un emploi parfois. Mais le statut de locataire reste l’indice d’un espoir, celui du retour au pays, lequel devient évident quand vient la vieillesse.

Mort algérienne

  • 49 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’Émigré et la mort, ouvr. cité, p. 8.
  • 50 É. Témime, « Vieillir en immigration », REMI, vol. 17, no 1, 2001. Certes, quelques travaux en scie (...)

58« […] Il faut attendre que l’immigré meure, que la mort se saisisse de lui […] pour qu’on découvre enfin ce que peut être l’existence de tout immigré, une existence tout entière faite d’équivoques, de simulations et de dissimulations, tout entière placée sous le signe de l’incertitude des appartenances »49 : la mort de l’immigré serait donc – parce qu’« inclassable », « partagée », « disputée », « déplacée au sens propre comme au figuré », « expatriée » – un révélateur de sa condition. Pourtant, la vieillesse et la mort des Algériens en France n’ont guère suscité beaucoup de travaux et, en 2001, le constat historiographique restait sans appel : « Rien, ou presque rien sur les vieux immigrés »50. Qu’en est-il dans le cas des Algériennes et des Algériens dans la région lyonnaise ? Les usages d’aujourd’hui sont-ils les mêmes que ceux des années 1950 ?

  • 51 A. Aggoun, Les musulmans face à la mort en France, Paris, Vuibert, 2006, p. 73.
  • 52 Y. Chaïb, L’émigré et la mort, ouvr. cité, p. 30.
  • 53 L’exhaustivité nous a été confirmée au siège du service funéraire municipal qui précise que même le (...)

59Des Algériennes ont affirmé, dans leurs témoignages, avoir assisté à des enterrements de militants messalistes lors de la guerre d’Algérie (voir page 249). Si cette pratique était généralisée, cela contreviendrait tant à l’avis d’Atmane Aggoun, pour qui « il semble bien, si l’on excepte certains sites spécifiques comme le cimetière musulman de Bobigny, que la pratique de l’inhumation sur place ait été relativement rare »51, qu’à celui de Yassine Chaïb, pour qui « la plupart des communautés immigrées installées en Europe procèdent au retour des sépultures dans le pays d’origine »52. Ainsi, leurs récits sont suffisamment intrigants pour que l’on se penche sur une source riche d’information : les registres de convois funéraires. Toutes les personnes décédées dans l’agglomération y figurent avec les éléments d’état civil habituels (âge, adresse, situation matrimoniale), mais également le culte pratiqué et la destination du corps53. Or, les statistiques que l’on peut établir à partir de deux années témoins bouleversent les a priori : des Algériennes et des Algériens meurent à Lyon dans les années 1950 (131 en 1957, 89 en 1959, par exemple). La situation matrimoniale des personnes décédées ne soulève pas d’interrogations majeures : les femmes décédées sont toutes mariées quand les hommes sont nombreux à être célibataires (43 %). La répartition des âges pose davantage de problèmes : les hommes décèdent relativement jeunes (61 % ont moins de 31 ans) et on l’explique à la fois par les accidents du travail et par les multiples attentats qui secouent la communauté algérienne. Bien entendu des Algériens plus âgés décèdent également en métropole : 26 % ont plus de 39 ans. Dès les années 1950, même si c’est à la marge, le nombre des « vieux » immigrés augmente. Enfin, 47 bébés (moins de deux ans) meurent peu après leur naissance, soit à l’hôpital (62 %), soit au domicile (9 %) signalant par là des conditions de naissance difficiles. Mais le plus étonnant dans ces tableaux reste le lieu de l’inhumation. Tous les bébés et toutes les femmes sont enterrés à Lyon, essentiellement à la Guillotière. Les deux autres grands cimetières lyonnais, la Croix-Rousse d’une part, Loyasse, de l’autre, se partagent les autres sépultures. Si ces inhumations en terre lyonnaise peuvent s’expliquer en partie par la résidence métropolitaine de la famille, l’explication ne vaut pas dans le cas des hommes. En effet, seuls 26 hommes sont rapatriés en Algérie soit 16 % des Algériens décédés. Par ailleurs, sur ces 26 hommes, sont rapatriés en Algérie autant de célibataires que de mariés. Autrement dit, l’inhumation en terre lyonnaise est privilégiée durant les années 1950. Les cérémonies, quand il y en a, ne semblent d’ailleurs pas différer des pratiques françaises, en témoignent des photographies prises lors de l’enterrement d’un boucher algérien, tué dans un attentat et enterré au cimetière de la Guillotière en mai 1956 (fig. 69).

Figure 69a. Enterrement d’un boucher nord-africain

Figure 69a. Enterrement d’un boucher nord-africain

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 69b. Enterrement d’un boucher nord-africain

Figure 69b. Enterrement d’un boucher nord-africain

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

60Il y a foule : des femmes, des hommes, algériens ou métropolitains, sont venus assister aux obsèques d’un commerçant qui, pour être Français musulman, n’en était pas moins parfaitement intégré dans la population lyonnaise. L’enterrement a lieu dans le cimetière lyonnais, au milieu des tombes ornées de croix. Il n’est pas de place spécifique pour ce musulman. C’est le cas général qui va, peu à peu, soulever plusieurs difficultés.

  • 54 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Mairie de Lyon, 27 mars 1953.
  • 55 Les textes de loi sur lesquels s’appuie la municipalité sont l’article 10 du décret du 23 prairial (...)
  • 56 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Mairie de Lyon, 27 mars 1953.
  • 57 Ibid. – Note, 31 octobre 1956.
  • 58 Ibid.

61En effet, le fait d’être enterré en France soulève des débats. Dès 1953 et en réponse à un courrier, la mairie de Lyon affirme « examiner de nouveau la question de la création d’un cimetière musulman »54. Butant sur les différents textes de lois toujours en usage55, elle oppose « qu’aucune disposition légale ne prévoit la possibilité d’affecter des emplacements particuliers à des associations ou à des catégories de citoyens »56. De manière plus personnelle et pragmatique, le représentant du maire conclut malgré tout : « Je souhaiterais qu’il pût être tenu compte des sentiments de piété des Nord-Africains. » En 1956, le débat resurgit suite à de nouvelles demandes de création d’un espace réservé pour les musulmans dans les cimetières lyonnais mais, une fois de plus, il est rappelé que « les règles de droit commun sont appliquées pour l’inhumation des citoyens français musulmans sans aucune distinction de race ou de religion et ne suscitent aucune réaction particulière des populations »57. Ainsi, les familles ou amis des Algériens peuvent acheter une concession pour une durée de 15 ans, 30 ans, ou à perpétuité. Lorsqu’il n’y a pas achat de concession, les défunts musulmans sont enterrés aux emplacements désignés dans les cimetières mais, à l’expiration d’un délai de cinq ans, il est procédé à l’exhumation des ossements ou à la reprise du terrain pour de nouvelles inhumations. Pour la municipalité, « bien que les musulmans n’aient jamais réagi auprès des autorités contre ces pratiques, il n’en demeure pas moins qu’elles ne recueillent pas leur agrément et qu’elles paraissent en contradiction avec les principes de leur religion. Aussi ont-ils, à plusieurs reprises, demandé la création d’un cimetière musulman ou la désignation d’un emplacement spécial réservé à cet effet »58. De fait, il est trois rites obligatoires dans la religion musulmane : la toilette du corps, sa mise en terre (le visage tourné vers La Mecque) et la prière sur le mort ; les autres prescriptions sont laissées à l’appréciation de chacun. L’inhumation en métropole ne soulève donc qu’un seul véritable problème, celui d’une possible exhumation des corps quand, en Algérie, les concessions sont à perpétuité. L’enterrement en direction de La Mecque peut également poser quelques difficultés mais des ajustements pratiques sont possibles, comme le rappelle le préfet de l’Isère à son homologue lyonnais :

  • 59 Ibid. – Note de la préfecture de l’Isère, 30 octobre 1956.

[…] à Grenoble, depuis le 1er janvier 1956, 12 Nord-Africains, décédés aux Hôpitaux de La Tronche, ont été inhumés par les services des pompes funèbres municipales de Grenoble. La direction des pompes funèbres a donné des consignes sévères à son personnel pour que la fosse soit orientée suivant les rites de la religion musulmane. La fosse est comblée par les amis du décédé, sous la surveillance des fossoyeurs officiels.59

62Dans le cadre de la loi, certains préfets assurent un respect des rites musulmans. D’autres vont plus loin comme à Saint-Étienne et à Roche-la-Molière où des emplacements sont réservés aux défunts musulmans. Plus spécifiquement, une partie du cimetière de Côte-Chaude à Saint-Étienne est, depuis le 1er septembre 1950, affectée à l’inhumation des « Nord-Africains » et, à côté de cet emplacement, un abri destiné à permettre les cérémonies du culte a été édifié. Le maire de Lyon refuse catégoriquement la création d’un cimetière musulman tout comme celle d’un carré musulman et réagit vivement, sous la plume de son adjoint Jean Fauconnet, à cette initiative prise dans la Loire :

La mairie de Lyon semble donc être en tout cas plus respectueuse de la loi que la ville de Saint-Étienne. Elle ne pense pas que l’autorité préfectorale admettrait sans difficulté une telle méconnaissance du texte légal dont elle assure habituellement avec tant de vigilance l’application.

  • 60 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Note de la préfecture de la Loire, 27 octobre 195 (...)

Il semble, en effet, que l’« astuce » de la ville de Saint-Étienne ou son « mordant » se soit exercé, si l’information […] est exacte, contre la volonté sacro-sainte du législateur, disons contre sa préoccupation de laïcité qu’on peut parfaitement considérer comme excessive.60

63Si l’interdiction est formelle de créer des carrés musulmans, les discours sont conciliateurs à l’égard d’un respect des principaux rites musulmans.

  • 61 Sur la richesse de ce type de source, lire par exemple F. et D. Rivet, Tu nous as quittés… Paraître (...)
  • 62 DHL, 24 janvier 1969, p. 9.
  • 63 DHL, 28 juillet 1973, p. 8.
  • 64 DHL, 8 septembre 1972, p. 10.
  • 65 DHL, 31 octobre 1972, p. 10.
  • 66 DHL, 16 novembre 1973, p. 10.

64La diversité des manières de mourir en France est illustrée par une autre source : les carnets de la presse quotidienne régionale61. C’est bien une communauté complexe qui se dessine avec des avis de décès concernant aussi bien les bébés, les jeunes enfants, les hommes dans la force de l’âge, les femmes, les personnes âgées. Souvent les avis sont laconiques avec un simple constat de l’Institut médico-légal. Mais, parfois, la rhétorique est maîtrisée et révèle les pratiques funéraires comme lorsque, à « Saint-Fons, M. et Mme Bahri, toute leur famille, parents et alliés, ont la douleur de faire part du décès de leur cher petit Kamel, funérailles, cimetière de Saint-Fons »62. Ainsi, les cas d’inhumation ne disparaissent pas en terre lyonnaise et l’on peut noter la mention, à Villeurbanne, pour « Ali Yousfi, 38 ans », d’un enterrement selon le « culte musulman »63. Lors de ces enterrements en terre lyonnaise, un réseau de sociabilité complexe apparaît, tant dans le cas des mariages mixtes que dans celui où des amis français prennent part à l’avis de décès. Dans le premier cas, on relève l’exemple des « familles Messaoudi, Prud’homme, Alain Saller, Feser, Baboucker et alliées [qui] font part du décès de Mme Belkacem Messaoudi, née Katharina Feser, survenu à l’âge de 47 ans »64. Dans le second, on relève l’avis de « M. et Mme Taleb et leurs enfants, Mme Raymonde Delahaire, les familles Mallet », qui annoncent le décès de Mohamed Taleb, 73 ans65. Comme lors de l’enterrement du boucher en mai 1956, les enterrements en France rallient des personnes sans distinction de nationalité ou d’origine. C’est l’intégration à l’épreuve des enterrements. Toutefois, le rapatriement est plus régulièrement choisi. Par exemple, à Villeurbanne, « la direction et le personnel de l’entreprise V. Gantelet et J. Galaberthier ont le regret de vous faire part du décès de M. Moussa Hassaire, chef d’équipe, survenu le 29 novembre 1972. Les funérailles auront lieu en Algérie. » De même « Mme Messaoud Djebar et toute sa famille ont la douleur de faire part du décès de M. Messaoud Djebar survenu à l’âge de 51 ans. Levée de corps à l’Institut médico-légal (Lyon 8e), samedi 17 novembre 1973 à 8 h 30. Inhumation à Guelma (Algérie) »66. Au fil des années 1960, les rapatriements de corps s’accentuent.

  • 67 AML – 1899 W 63-76 – Convois funéraires (1968-1974).
  • 68 L’Algérien en Europe, 1er septembre 1968, p. 12.
  • 69 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’émigré et la mort, ouvr. cité, p. 13-14.

65Les registres funéraires confirment cette tendance67. Dix ans après l’indépendance de l’Algérie, le rapatriement l’emporte chez les Algériens. Les hommes (69 % des cas) comme les femmes (15 cas sur 17) commencent à être inhumés en Algérie. Au début des années 1970, la pratique semble pourtant encore hésitante. Ainsi, trois Algériennes sont d’abord enterrées dans un cimetière lyonnais avant d’être exhumées quelques mois après pour un transfert en Algérie. Un autre élément prouve le progressif changement des pratiques : les nouveau-nés et les enfants sont plus généralement enterrés en France, à proximité du domicile familial. Toutefois, sept d’entre eux sont également exhumés quelques années après pour être envoyés en Algérie. Cette progressive acceptation du rapatriement s’explique en partie par le discours de l’État algérien, qui souhaite récupérer les siens, relayé par l’Amicale des Algériens. Cette association exerce un travail de lobbying pour expliquer son rôle dans les rapatriements des corps en Algérie. D’une part, elle le rappelle régulièrement, dans son périodique, ainsi le 1er septembre 1968 : « Le corps d’un frère décédé à l’hôpital Léon Bérard a été rapatrié en Algérie par nos soins ainsi que toutes les démarches nécessaires étant donné que ce regretté frère n’a aucun parent en France »68. D’autre part, elle rappelle la nécessité de bien mourir en Algérie. Le but d’un Algérien, c’est de revenir au pays. Comme le rappelle Abdelmalek Sayad, la « “mort expatriée” […] doit rentrer dans l’ordre […] : le rapatriement mortuaire devient une obligation sociale (donc morale) des plus impératives »69.

  • 70 A. Aggoun, Les musulmans face à la mort, ouvr. cité, p. 9.

66Les Algériennes semblent donc désormais convaincues qu’une belle mort ne peut se dérouler qu’en Algérie. Un premier temps pendant la vie peut être lu comme une première occasion de se présenter le mieux possible devant la mort : le voyage à La Mecque. Vient le temps des Hadja. Fatima Hassani ou Kheira Bounouri rappellent leurs trois voyages à La Mecque et Zoubeida Benyamina rappelle sa transformation physique suite à son pèlerinage : « Mon frère est venu et m’a vue avec mon foulard. Il m’a fait un speech : “Tu t’es vue maintenant ?” Bien sûr, ils ne m’ont jamais vue comme ça, et d’un coup… » Cet exemple n’est pas le plus fréquent et la plupart des Algériennes rencontrées ne portent qu’un petit foulard sur les cheveux. Ensuite, toutes ont décidé d’être enterrées en Algérie. Fatima Hassani résume simplement : « Je peux vivre ici jusqu’à ce que je parte, pour de bon. » Pourtant, le rapatriement mortuaire ne fait pas partie des obligations rituelles pour un musulman. Bien au contraire, ce dernier doit normalement être enterré sur le lieu du dernier souffle et le plus rapidement possible. Ainsi, comme le résume très justement Atmane Aggoun, on observe une « double négociation du rite funéraire en situation d’immigration »70. D’une part, les immigrés négocient avec l’islam et leur culture d’origine dans le cas d’un rapatriement, très pratiqué bien que déconseillé dans les textes. D’autre part, ils négocient avec les lois du pays d’accueil dans le cas d’une inhumation sur place, puisqu’ils acceptent par exemple des mesures d’hygiène imposées en France malgré des préceptes religieux contraires.

67Ainsi, un basculement des pratiques s’opère avec l’indépendance algérienne. Alors que les Algériens privilégiaient l’inhumation en France (plus souvent contrainte que pleinement voulue) avant 1962, ils font plus massivement le choix du rapatriement ensuite. C’est là un des plus grands paradoxes dans l’itinéraire des femmes algériennes arrivées en métropole avant 1962 : arrivées « Françaises musulmanes », pleinement intégrées au sens relationnel dans les années 1950, elles font le choix de l’Algérie au moment de mourir.

Notes

1 Fatima Hassani

HASSANI, Fatima

, 2011.

2 Comme le résume A. Spire, « l’histoire du traitement de la migration algérienne demeure […] un cas exemplaire de la continuation des structures coloniales après l’indépendance, à la fois en raison du nombre d’agents qui ont eu à encadrer cette population particulière et en raison de l’importance quantitative de l’immigration algérienne en France après 1962 » : A. Spire, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset, 2005, p. 206. De nombreux travaux se sont penchés sur la permanence de l’encadrement colonial après l’indépendance. Notons, entre autres, ceux de F. de Barros, « Des “Français musulmans” aux “immigrés”. L’importation de classifications coloniales dans les politiques du logement en France (1950-1970) », Actes de la recherche en sciences sociales, no 159, septembre 2005, p. 26-53 et « Contours d’un réseau administratif “algérien” et construction d’une compétence en “affaires musulmanes”. Les conseillers techniques pour les affaires musulmanes en métropole (1952-1965) », Politix, no 76, 2006, p. 97-117. Également : J. House, « Contrôle, encadrement, surveillance et répression des migrations coloniales : une décolonisation difficile (1956-1970) », Bulletin de l’IHTP, no 83, 2004.

3 ADR – 248 W 81 – SAT Lyon sud – Fiche concernant l’état d’esprit et le comportement de la population musulmane – 1er juin 1962.

4 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Turkia M., 11 janvier 1965.

5 ADR – 248 W 77 – SAT Lyon nord. Janvier-décembre 1962. Lettre du capitaine Bertrand à M. le préfet, 16 juillet 1962. Dossier Fettouma T.

6 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Fettouma T., 29 septembre 1962.

7 ADR – 248 W 103 – Circulaire du 12 janvier 1963, rappelée par le ministre de l’Intérieur aux préfets le 17 avril 1964.

8 Dans la circulaire du 12 janvier 1963, il est précisé que pour l’application des décisions de rapatriement envisagées il faut tenir le plus grand compte des conditions humanitaires qui peuvent y faire obstacles. Parmi les conditions humanitaires sont relevées les attaches familiales en France et spécialement les attaches familiales françaises, les services dans l’armée, l’activité politique antérieure de nature à occasionner aux intéressés de graves inconvénients en cas de retour en Algérie et, enfin, la longue durée de résidence en France. ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Ministère de l’Intérieur, 13 mai 1965.

9 Ibid. – Dossier Abdelham K., 23 février 1965.

10 Ibid. – Dossier Hadda C., 22 mars 1965.

11 ADR – 248 W 76 – SAT Lyon – chronos départ (1961-1963). Dossier Abdelhadi B. 1er août 1961. Sur le fichier Z, lire : H. Chaubin, L. Chevrel, « Identifier les nationalistes algériens : les fiches Z », La France en guerre, R. Branche, S. Thénault dir., ouvr. cité, p. 332-339.

12 Ibid. – Dossier Ahmed B., 11 mai 1962. Nous soulignons.

13 Ibid. – Dossier Hélima Y., 8 juin 1962. Un autre cas, tout à fait similaire, est celui de Yasmina A., considérée comme indésirable du fait des activités anti-nationales de son concubin.

14 ADR – 248 W 103 – Ressortissants algériens, rapatriements. 1950-1965. Dossier Elkhalia A., 4 juillet 1957.

15 ADR – 248 W 77 – SAT Lyon nord – Dossier Abdelkrim M., 12 avril 1962.

16 Ibid. – Dossier Zohra L., 12 mars 1963.

17 ADR – 248 W 78 – SAT Lyon nord – Dossier Mebarka Y., 31 janvier 1963.

18 ADR – 248 W 104 – Rapatriements en Algérie à titre gratuit des familles dont le chef de famille a été expulsé du territoire français. 1961-1963. Courier du ministère de l’Intérieur à G. Martin au sujet de familles de français musulmans refoulés dans leur douar d’origine par arrêté ministériel, le 15 février 1962.

19 P. Daum, Ni valise ni cercueil. Les Pieds-Noirs restés en Algérie après l’indépendance, Paris, Actes Sud, 2012. L’auteur rappelle le poids politique conservé par ces pieds-noirs en 1962-1963 : alors qu’ils ne représentent que 4 % des 9 millions d’habitants d’Algérie, ils représentent 7,5 % des députés de l’assemblée nationale. Leur poids politique diminue ensuite, comme leur nombre : de 200 000 restants en 1963, ils ne sont plus que 100 000 en 1965, 50 000 à la fin des années 1960, et quelques milliers dans les années 1990.

20 C. Simon, Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969), Paris, La Découverte, 2009. D’après la journaliste, au 1er avril 1963, un recensement officieux estime à 13 800 le nombre des fonctionnaires français présents en Algérie au titre de la coopération.

21 C. Touili, Esquisse pour une autobiographie, inédit, p. 24.

22 A. Memmi, Agar, Paris, Gallimard, 1984.

23 ADR – 248 W 76 – SAT Lyon nord – Dossier Mahmoud B., 28 décembre 1961.

24 Ibid. – Dossier Ammar F., 14 février 1961.

25 ADR – 248 W 80 – SAT Lyon sud – Dossier Khadra B., le 7 août 1961.

26 ADR – 248 W 104 – Rapatriements en Algérie à titre gratuit des familles dont le chef de famille a été expulsé du territoire français, dossier Ahmed T., février 1962. Voir aussi ADR – 248 W 80 – SAT Lyon sud – Dossier Ahmed T., 1er février 1961.

27 P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?, ouvr. cité, p. 367.

28 Cette partie doit beaucoup aux analyses d’A. Spire qui a posé les principaux cadres méthodologiques et donné les principales explications concernant les dossiers de naturalisation, y compris pour les Algériens. A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité.

29 En France, ce sont 60 000 dossiers seulement qui ont été déposés par des Algériens.

30 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité, p. 332.

31 M. Legris, « Des Algériens entre deux patries. Une clandestinité qui se survit », Documents nord-africains, Paris, Études sociales nord-africaines, 15-22 décembre 1962. ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans : instructions ministérielles, coupures de presse, documentation, notes, correspondance, 1950-1965.

32 Ces chiffres sont obtenus grâce à la base de données réalisée à partir de tous les Algériens passés devant le tribunal correctionnel de Lyon. Sur 3 334 Algériens répertoriés (3 070 en première comparution, les autres pour contestation de jugement), 169 ont un statut d’employé, notamment dans les services de la ville. 63 sont mariés, 84 célibataires, les autres étant divorcés ou veufs.

33 ADR – 248 W 118-135 – Dossiers individuels de reconnaissance de la nationalité française (déclaration de reconnaissance de la nationalité française, notice de renseignements). 1963-1967. Toutes les citations qui suivent sont extraites de ces dossiers.

34 Sur les 268 demandes de naturalisation, 10 dossiers ne comportent pas d’indication concernant la date d’entrée en France métropolitaine.

35 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité.

36 Sur ces équipes médico-sociales itinérantes, lire Diane Sambron, Femmes musulmanes, ouvr. cité, p. 72-96.

37 Le cas est particulièrement net avec Houria B. qui, parce que prostituée, devrait recevoir un avis défavorable. Mais, mariée désormais à un ressortissant français, l’avis est « sans objection alors ». Dans le cas de Malika M., il est explicitement dit : « Rien ne paraît s’opposer, dans le Rhône, compte tenu de la nationalité de l’époux, à ce qu’une suite favorable soit réservée à cette affaire. »

38 A. Spire, Étrangers à la carte, ouvr. cité, p. 313.

39 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’émigré et la mort. La mort musulmane en France, Aix-en-Provence, Édisud, p. 10.

40 Ces chiffres ne portent que sur les Algériennes entrées en France avant 1962.

41 « La Grand’Côte : un quartier qui monte ou qui descend ? », Le Tout Lyon, 10 novembre 1978. AML – 3C146 – Croix-Rousse – Les Pentes.

42 L’histoire de la rue Olivier de Serres a fait l’objet d’une exposition à Villeurbanne. Lire à ce sujet M. Zancarini-Fournel dir., « Olivier de Serres. Radiographie d’une “cité ghetto” », Journal d’exposition, Le Rize, Villeurbanne, 2010. Également : O. Chatelan, « Vie, mort et mémoire de la cité Olivier-de-Serres », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 106, 2010/2, p. 249-258.

43 Sur les grands ensembles, nous nous permettons de renvoyer à F. Dufaux, A. Fourcaut et R. Skoutelsky, Faire l’histoire des grands ensembles. Bibliographie 1950-1980, Lyon, ENS Éditions, 2003 ; On peut également se reporter, pour une synthèse, à T. Tellier, Le temps des HLM, 1945-1975. La saga urbaine des Trente Glorieuses, Paris, Autrement, 2007.

44 « La Prostitution à Lyon », Femmes et mondes, no 9, avril-juin 1970, p. 10-19.

45 Sur Asnières, lire M. K. Byrnes, « French like us ? Municipal policies and North African Migrants in the parisian banlieues, 1945-1975 », Phd in History, Washington DC, 2008. Elle affirme que Saint-Denis n’a pas utilisé les opérations de relogement pour disperser la population migrante à travers la région parisienne alors qu’au contraire, la municipalité asniéroise est entrée en relation avec les résidents nord-africains quand a été définie une politique de relogement et de reconstruction. Dès lors, les migrants célibataires ont été ventilés dans la région parisienne quand les familles étaient envoyées à la cité du Stade afin de s’adapter à la vie moderne.

46 N. MacMaster, « The “seuil de tolérance” : the uses of a “scientific” racist concept », Race, Discourse and Power in France, M. Silverman éd., Aldershot, Avebury, 1991, p. 14-28. Au début des années 1970, le préfet de Lyon, Max Moulins interdit la présence de familles algériennes dans certains quartiers.

47 A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, tome 1, L’illusion du provisoire, Paris, Raisons d’agir, 2006.

48 A. Sayad, « Un logement provisoire pour des travailleurs “provisoires”, Habitat et cadre de vie des travailleurs immigrés », Recherche sociale, no 73, janvier-mars 1980, p. 3-31.

49 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’Émigré et la mort, ouvr. cité, p. 8.

50 É. Témime, « Vieillir en immigration », REMI, vol. 17, no 1, 2001. Certes, quelques travaux en sciences politiques ou en sociologie ont commencé à étudier ces « morts en exil » : c’est, en premier lieu, la thèse de Y. Chaïb sur les décès de Tunisiens en France (L’émigré et la mort, ouvr. cité) et, en second lieu, l’étude d’A. Aggoun sur la manière dont les musulmans de France envisagent la mort (Les musulmans face à la mort en France, Paris, Vuibert, 2006). Pour fondateurs qu’ils soient, ces travaux restent ancrés dans le présent et la mort des immigrés n’est pas remise dans une perspective historique. Seul le travail de S. El Alaoui sur le cas très spécifique du cimetière musulman de Bobigny – c’est le seul cimetière musulman en France – retrace l’évolution des pratiques funéraires des musulmans de France (« L’espace funéraire de Bobigny : du cimetière aux carrés musulmans (1934-2006) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, 2012/3, p. 27-49).

51 A. Aggoun, Les musulmans face à la mort en France, Paris, Vuibert, 2006, p. 73.

52 Y. Chaïb, L’émigré et la mort, ouvr. cité, p. 30.

53 L’exhaustivité nous a été confirmée au siège du service funéraire municipal qui précise que même les corps rapatriés par des services privés doivent figurer dans les registres des convois funéraires.

54 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Mairie de Lyon, 27 mars 1953.

55 Les textes de loi sur lesquels s’appuie la municipalité sont l’article 10 du décret du 23 prairial An XII, l’article 3 de l’ordonnance du 6 décembre 1843 et la loi du 14 novembre 1881. Sur toutes ces lois, lire A. Aggoun, Les musulmans face à la mort, ouvr. cité, p. 42-48.

56 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Mairie de Lyon, 27 mars 1953.

57 Ibid. – Note, 31 octobre 1956.

58 Ibid.

59 Ibid. – Note de la préfecture de l’Isère, 30 octobre 1956.

60 ADR – 248 W 192 – Religion musulmane – 1952-1964. Note de la préfecture de la Loire, 27 octobre 1956.

61 Sur la richesse de ce type de source, lire par exemple F. et D. Rivet, Tu nous as quittés… Paraître et disparaître dans les carnets du Monde, Paris, Armand Colin, 2009.

62 DHL, 24 janvier 1969, p. 9.

63 DHL, 28 juillet 1973, p. 8.

64 DHL, 8 septembre 1972, p. 10.

65 DHL, 31 octobre 1972, p. 10.

66 DHL, 16 novembre 1973, p. 10.

67 AML – 1899 W 63-76 – Convois funéraires (1968-1974).

68 L’Algérien en Europe, 1er septembre 1968, p. 12.

69 A. Sayad, « Préface », dans Y. Chaïb, L’émigré et la mort, ouvr. cité, p. 13-14.

70 A. Aggoun, Les musulmans face à la mort, ouvr. cité, p. 9.

Table des illustrations

Titre Figure 68a. Carte d’identité confisquée lors d’une demande de nationalité française
Légende Source : ADR – 248 W 118-135
Crédits Crédit : © ADR
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Titre Figure 68b. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française
Légende Source : ADR – 248 W 118-135
Crédits Crédit : © ADR
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Figure 68c. Certificat provisoire d’identité confisqué lors d’une demande de nationalité française
Légende Source : ADR – 248 W 118-135
Crédits Crédit : © ADR
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Carte 5. Localisation des Algériennes arrivées à Lyon avant 1962 et demeurant dans cette ville après l’indépendance
Légende Source : Base de données
Crédits Crédit : © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Carte 6. Localisation des Algériens désirant faire venir leur épouse à Lyon en 1966
Légende Source : ADR – 248 W 114
Crédits Crédit : © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Figure 69a. Enterrement d’un boucher nord-africain
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Titre Figure 69b. Enterrement d’un boucher nord-africain
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 509k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540